• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Barcelone : quand le tourisme devient un fléau

Barcelone : quand le tourisme devient un fléau

La capitale catalane est devenue, non sans raisons, l’une des destinations les plus prisées du continent européen. Mais l’afflux massif des touristes dans une ville mal préparée n’a pas manqué, au fil du temps, de poser des problèmes non seulement aux habitants, mais aussi aux édiles, confrontés à des atteintes à l’ordre public et à des dérives locatives. Benvinguts a Barcelona !

JPEG - 51.8 ko
Nus dans la ville

Il est dans l’air du temps de se plaindre de la disparition de l’esprit de fête à Paris. La capitale française a pourtant beaucoup de chance : à trop vouloir exporter cet esprit de fête dans les villes européennes les plus branchées du moment, c’est à des conflits aigus que donne lieu la confrontation entre les touristes et les riverains excédés. Certes, elle est bien jolie, la ville de Barcelone, avec ses « casas modernistas », son superbe Park Guëll, son merveilleux Palais de la Musique Catalane, ses fabuleux musées et ses vieux quartiers bâtis autour de la cathédrale de la Sainte-Croix et de la célèbre Rambla. Mais elle paie aujourd’hui la rançon d’un succès qui n’a cessé de croître depuis les années 90 dans des proportions devenues problématiques au fil du temps.

En vingt ans, le nombre des touristes est en effet passé de 2 millions par an à près de... 8 millions, soit quatre fois plus ! Une progression spectaculaire d’autant plus difficile à gérer que les autorités municipales de l’« Ajuntament de Barcelona » ont été peu à peu débordées par les dérives liées au manque croissant d’hébergements saisonniers. Résultat : face à la demande chaque année plus importante, de nombreux Barcelonais se sont mis à pratiquer la location sauvage, souvent en sous-louant leur appartement en toute illégalité. Et cela dans des conditions parfois extravagantes, certains loueurs permettant aux touristes de s’entasser à 6, voire à 8, dans des logements adaptés pour seulement 2 ou 3 personnes.

On imagine facilement les nuisances sonores dans les petits immeubles des quartiers anciens du Barri Gotic, de La Ribera, d’El Born et surtout de La Barceloneta, le plus proche de la plage. Des quartiers de surcroît particulièrement bien pourvus en bodegas et autres bars à tapas eux-mêmes sources de désagréments récurrents pour les riverains dans la chaleur estivale. Mais le pire restait à venir : aux touristes venus admirer les beautés de la capitale de Catalogne, s’est ajouté depuis quelques années une catégorie de visiteurs d’un autre genre : les « fêtards » venus notamment du Royaume-Uni et d’Allemagne. Peu sensibles aux charmes de la ville, ceux-là n’ont qu’un objectif en tête : s’éclater dans les ambiances bruyantes et la consommation débridée d’alcool et de cannabis, le cas échéant dans les dérives à caractère sexuel.

Depuis des mois, des dizaines de banderoles sont apparues sur les balcons et les façades du vieux Barcelone pour exiger le respect des riverains, confrontés dans les rues et sur les places les plus exposées de la vieille ville, aux débordements de ces hordes d’énergumènes. On comprend aisément le ras-le-bol de ces Barcelonais : entre les vociférations, les chants, les vomissures, l’urine sur les habitations et l’exhibitionnisme, difficile de vivre dans des conditions normales, surtout lorsque la prétendue « fête » dure très tard dans la nuit, parfois jusqu’au petit matin.

Mais, paradoxalement, c’est en plein jour qu’une goutte d’eau a fait déborder le vase de la colère. Le vendredi 15 août, trois jeunes Italiens se sont promenés totalement nus durant trois heures sur la plage puis dans la ville, allant jusqu’à pénétrer dans une supérette, sans être inquiétés par une police municipale manifestement dépassée, comme l’a rapporté le quotidien El Pais. Deux jours plus tard, le dimanche 17 août, des milliers de Barcelonais descendaient spontanément dans les rues pour protester contre des débordements devenus intolérables et contre l’inaction de la Municipalité.

Face à la colère de leurs administrés, les autorités municipales se sont enfin décidées à réagir. D’une part, en renforçant les patrouilles de police, afin de remettre un peu d’ordre dans les rues de Barcelone, et en mettant en place une amende de 300 euros afin de lutter plus efficacement, en période estivale, contre toutes les formes d’exhibitions, y compris les déambulations d’individus torse nu en ville. D’autre part, en prenant des mesures contre la prolifération des locations illégales, plus ou moins tolérées jusque-là pour compenser les effets de la crise économique. Mais au regard de la réalité, il est évident qu’il devenait urgent d‘agir comme le montre la situation dans le quartier de La Barceloneta où l’on a pu compter sur les sites internet jusqu’à 10 fois plus d’offres d’hébergement que de locations saisonnières officielles  ! Les loueurs illégaux s’exposent désormais à une pénalité pouvant atteindre 9 000 euros. Une mesure qui partage toutefois les Barcelonais auxquels elle semble trop radicale, eu égard à la précarité économique de la majorité de ces loueurs. Sans doute faudra-t-il trouver des solutions de compromis passant, peut-être, par des agréments pour une partie de ce parc d’hébergement clandestin.

Dans l’immédiat, rien ne semble réellement réglé, même si une cinquantaine de lieux de commercialisation du cannabis ont été fermés. Mercè Homs i Molist, conseillère municipale de La Barceloneta, a pourtant promis la « tolérance zéro » contre les dérives comportementales lors d’une conférence de presse tenue au mois d’août après les manifestations de colère des Barcelonais. Mais il est évident que bien peu d’habitants des vieux quartiers, échaudés par l’incurie qui a si longtemps prévalu, croient en cette promesse. En attendant d’en constater les éventuels effets de manière concrète sur le terrain, les résidents de la capitale catalane peuvent souffler avant le retour des beaux jours du printemps 2015, et avec eux, celui des nuisances. Ils n’en restent pas moins mobilisés, et plus que jamais déterminés à maintenir la pression sur l’Ajuntament de Barcelona, comme le montrent les banderoles, toujours présentes en grand nombre sur les façades en ce mois d’octobre.

JPEG - 201.5 ko
Manifestation du 17 août

Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

108 réactions à cet article    


  • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 08:54

    Le low cost amène  des   low citizens .


    Des gens pas ou peu éduqués sans règles sociales .se croyant 
    chez eux partout .

    Dommage pour le vivre ensemble .

    • Fergus Fergus 23 octobre 2014 09:15

      Bonjour, Capitaine.

      Le low-cost favorise indiscutablement les déplacements aériens. Pour autant, je ne suis pas sûr qu’il puisse être incriminé dans les dérives que l’on constate à Barcelone, mais également à Berlin où les habitants de Kreutzberg sont confrontés eux aussi aux mêmes phénomènes que les habitants de Barcelone. Rien de tel à Lisbonne, Rome, Vienne ou Amsterdam, très largement desservies par Easyjet, Ryanair ou Vueling (sans compter les cars bon marché).

      C’est donc bien un phénomène de société qui est en cause, entre la mode qui désigne telle ou telle ville pour « faire la fête » et être la destination d’un « tourisme de cuite », et l’individualisme croissant qui favorise les incivilités et le mépris du respect des populations locales.

      D’accord avec votre conclusion.


    • Mowgli 23 octobre 2014 12:57

      Captain ! Comment osez-vous ? N’est-ce pas notre regretté bien-aimé François Miteux-Rance qui disait « vous êtes chez vous chez nous » ??? Assumez je vous prie.


    • Surya Surya 23 octobre 2014 17:22

      Ben dites donc, vous pouvez parler, Capitaine !


    • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 17:28

      Hips  !    smiley


    • mmbbb 23 octobre 2014 19:41

      Pas besoin d’aller a barcelone J’habite pres de Lyon Un vendredi matin j’ai ete oblige de descndre tres tot Le maire a amenage les quais et le jeudi soir c’est la teuf Le lendemain sur les gradins amenages au abords du pont de la guillotiere c’est une veritable porcherie Par ailleurs les habitants du quartier se plaignent puisque cette faune urine et defeque meme sur le strotoirs Il y deux ans ou trois lors de la traversee des alpes j’avais escale a St Demas dans les alpes maritmes Je n’ai pas pus dormir la nuit les jeunes dont la sono etait a fond resonnait dans la vallee dont les basses assourdissantes etaient insupportables Les flics de Nice ne sont pas deplaces Quant au respect de l’autre nous sommes dans une societe de merde je ne l’ai jamais connu et lorsque je fus interne ma vie etait polluee par des abrutis Le vivre ensemble ce ne veut plus entendre ce genre de phrase un truc de bo bo socialo qui refusent de voir la realite


    • Fergus Fergus 23 octobre 2014 20:35

      Bonsoir, mmbbb.

      Eh oui, ce type de comportements tend malheureusement à se répandre. Chacun veut prendre son plaisir comme il l’entend et au moment où ça lui plaît. Tout cela en faisant un grand bras d’honneur à tous ceux qui réclament à juste titre de pouvoir se reposer durant la nuit et de pas trouver des tas d’immondices devant leur porte ou dans leur escalier.

      Une question cependant : pourquoi « bobo socialo » ? Certes, les bobos comportent pas mal d’adeptes de la fête dans leurs rangs, mais les socialos ne me semblent pas plus « teufeurs » que leurs compatriotes.


    • mmbbb 23 octobre 2014 21:59

      Les discussions avec les gens de gauche ont une facheuse tendance a me mettre hors de moi Ce que je n’admets et le refus de voir la realite et d’etre dans leur verite Ils ont cette tendance a vouloir renverser la charge de la preuve Sur un autre sujet l’egaite des chances une bourgeoise de gauche qui est sympatique mais dont son comportement m’exaspere Je lui ai fait remarque que la gauche etait pour l’egalite certes mais l’elite s’empressait de mettre leurs rejetons dans des ecoles ou les profs selectionnes dispensaient des cours structures Je lui fis remarques que l’ecole publique avait des faiblesses depuis fort longtemps et que le cursus d’un eleve dependait largement de son milieux social qui est determinant Elle mit ces gosses dans de bonnes ecoles mais en aucun cas a Vaulx en velin Je suis devenu assez react puisque l’on peut que constater aisemment que la vie en communaute est devenue asses difficile et que l’on perd souvent son temps et son ernergie avec des abrutis L’argent quoique l’on dise permet d’eviter de supporter des gros bourrins et de s’offrir un havre de paix Voila le sens de mon propos 


    • Fergus Fergus 23 octobre 2014 22:43

      @ Mmbbb.

      Tenir des propos égalitaristes et faire le choix de l’élite pour ses enfants est un vieux classique. Mais c’est humain car l’on souhaite toujours le meilleur (ou le moins risqué) pour sa descendance. Je n’en reconnais pas moins qu’il y a là un fâcheux décalage idéologique.

      A noter que l’on retrouve exactement le même genre de décalage dans les actions de ceux qui se revendiquent croyants relativement à la charité due au prochain. Cela pour dire qu’aucune communauté politique, religieuse ou philosophique n’est exempte de reproches !

      Bonne nuit.


    • asterix asterix 23 octobre 2014 10:07

      Bonjour Fergus

      Comme à l’habitude, un article décalé par rapport à tout ce qu’on lit sur Agoravox.
      Une société permissive, c’est bien. A condition que ceux qui la poussent au bout de sa logique respectent qui ne pense pas comme eux.
      Mais non, seule leur intolérance prévaut...
      Mais voilà, les laisser se soûler à mort, fumer des joints dans les lieux publics, écouter de la musique d’abrutis jusque 5 h du matin au mépris de ceux qui veulent dormir, c’est LEUR liberté.
      Faut les comprendre... 


      • Fergus Fergus 23 octobre 2014 11:25

        Bonjour, Astérix.

        Le plus spectaculaire dans le ras-le-bol des Barcelonais vient du fait que les habitants de cette ville sont d’un naturel tolérant et, pour beaucoup d’entre eux, des couche-tard qui supportent assez bien les nuisances sonores, et cela d’autant plus qu’ils sont habitués à vivre dans une ville très bruyante. Mais il arrive un moment où le seuil de tolérance est dépassé, non seulement par rapport au bruit, mais aussi aux nombreuses dérives comportementales, particulièrement dans les petits immeubles envahis l’été de "touristes de cuite" qui rentrent à n’importe quelle heure dans un état très alcoolisé sans se soucier un instant du repos des autres.

        En France aussi, il y a des problèmes liés à l’alcoolisation et aux incivilités. Dans deux articles, Pas toujours facile de dormir en centre-ville ! et Shoes tossing, alcoolisation et hurlements, j’évoquais le cas de Rennes. Il n’est malheureusement pas unique.


      • L'enfoiré L’enfoiré 24 octobre 2014 12:20

        Salut Fergus,

         J’adore Barcelone et vous le définissez très bien.
         J’y ai été quelques fois et j’y retournerai encore.
         Ville de vie, d’histoire, capitale de la Catalogne qui veut comme par hasard indépendante, ville d’où vient votre 1er ministre, Manuel Valls.
         La ville de la Sagrada Famiglia la cathédrale qui ne sera jamais finie qui a inventé le mouvement perpétuel sous forme d’église. 
         Mais comme tout ce qui est beau et gai fini par être envahi.
         Allez à Venise, allez à l’autre Venise du sud, à Cap D’Agde en été et vous aurez le même phénomène.
         Des endroits qu’il ne faut pas fréquenter pendant la période de juillet et août.
         C’est du massacre.
         Vous ne m’y verrez jamais dans ces périodes-là.
         Je plains ceux qui y habite.
         Je suppose qu’ils prennent leur congés pour aller ailleurs s’ils ne sont pas impliqués dans ce processus de tourisme de masse..
         
          

      • Fergus Fergus 24 octobre 2014 13:14

        Bonjour, L’enfoiré.

        Bien d’accord avec vous. C’est pourquoi je ne vais moi-même dans ces villes qu’hors-saison, lorsqu’elles sont rendues à leurs habitants, lorsqu’elles retrouvent leur visage habituel.

        Ou à peu près, car même hors-saison Venise est envahie. Mais même là, il a des lieux superbes où les touristes sont rares, je pense à des quartiers comme Cannaregio ou le Castello. 


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 octobre 2014 19:16

        Comparer Venise à Barcelone, c’est passé, mais à Cap d’Agde, fallait oser, bravo ! smiley


      • ZEN ZEN 23 octobre 2014 10:09

        Bonjours Fergus

        Bon, encore une destination à éviter...
        J’irai plutôt à Salamanque, plus tranquille
        Il faudrait demander à Manu le catalan ce qu’il pourrait faire pour normaliser la situation......


        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 11:30

          Bonjour, Zen.

          Salamanque, Burgos ou Saragosse, des destinations superbes, autrement plus calmes en effet !

          Si Manu voit le nom de Barcelone, il est probable qu’il viendra faire un tour sur ce fil et nous apporter son éclairage.


        • oncle archibald 23 octobre 2014 12:37

          Et il y a également une autre nuisance, qui touche peut être moins les Barcelonnais que les touristes mais qui rend pénible la visite de cette ville magnifique : c’est le vol. Et avec des méthodes traumatisantes …. Un de mes neveux a eu droit à la vitre arrière de la voiture fracassée d’un coup de masse au feu rouge par deux mecs sur un scooter. Un pilote et l’autre qui vole tout ce qui s’y trouve posé. La veste de Monsieur et le sac de Madame sont arrachés en quelques secondes et le scooter disparait à l’horizon en se faufilant entre les voitures.


          Personnellement j’ai subi une autre sorte d’agression, plus organisée. Un scooter qui me suit sans me doubler alors que je roule lentement essayant de trouver mon chemin .. Je trouve cela très bizarre, je comprend qu’il y a anguille sous roche. Je vois dans mes rétros le mec sortir un couteau et le planter dans un pneu arrière … puis il me double et s’en va à fond.

          Je vois arriver dans mes rétros deux autres scooters qui eux aussi m’escortent sans me doubler … Je vérifie que les portes sont bien verrouillées. L’un passe coté conducteur et me dit que j’ai un pneu crevé, l’autre reste à droite. J’ai compris tout de suite qu’il ne fallait surtout pas s’arrêter et j’ai continué à rouler sous escorte jusque(à ce que par chance je trouve un garage Speedy ouvert dans lequel je me suis engouffré ! Les deux mecs en scot ont attendu un moment devant le portail du garage, puis ont fini par se barrer lorsqu’il a vu que je téléphonais à la police … sans le moindre espoir de les voir intervenir mais par principe !

          Une heure après je repartais avec un pneu neuf et cent cinquante euros de moins. Tout le reste de mon séjour j’ai laissé la voiture au garage de l’hôtel et nous avons utilisé les transports en commun, en nous méfiant de tout. Super dommage. L’incident nous a gâté le plaisir. Pourtant l’architecture de Gaudi, que j’adore, mérite à elle seule de passer une bonne semaine à Barcelone.

        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 13:52

          Bonjour, Oncle Archibald.

          Je suis sincèrement navré pour vous que vous ayez pu connaître de tels problèmes à Barcelone. Il y a en effet des vols dans la ville catalane, mais d’après ce qui m’a été dit, ils sont surtout constatés dans le quartier de La Barceloneta, le plus proche de la plage et du port, ainsi que sur les ramblas où les animations constituent d’excellents moyens de détourner l’attention des touristes à pied. Personnellement, je ne me déplace qu’en transports en commun ou à pied dans les villes d’Europe (ou d’ailleurs) où je me rends, et mis à part un vol insignifiant dans mon sac à dos lors d’un déplacement dans le métro de Prague, je n’ai jamais eu de problème particulier. Il est vrai que je suis d’un naturel plutôt méfiant.

          Moi aussi, j’apprécie beaucoup l’architecture de Gaudí, mais aussi celle de Lluis Domènech i Montaner, l’architecte du Palau de la Música Catalana et de l’Hospital Sant Pau. A propos d’architecture « moderniste », connaissez-vous Friedensreich Hundertwasser ? Un créateur de génie auquel j’ai consacré un article en mars 2013 : Hundertwasser ou l’architecture conviviale.


        • oncle archibald 23 octobre 2014 18:14

          De Domenech i Montaner je n’ai vu que le Palau de la Música Catalana qui est magnifique et j’ai suivi votre lien vers les oeuvres de Friedensreich Hundertwasser que je ne connaissais pas. Plus « fantaisie » que Gaudi, mais j’adore ces immeubles incongrus, très colorés, joyeux, qui sont comme une bouffée d’air frais dans un contexte austère.


        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 19:07

          @ Oncle Archibald.

          Jeudi dernier, j’ai eu la chance d’assister à un concert au Palau de la Musica avec Gidon Kremer et Martha Argerich. Superbe ! Tant sur le plan de la musique que sur celui de l’architecture que j’ai pu apprécier durant toute la durée du concert.

          Pour ce qui est de Hundertwasser, son immeuble à Vienne est en passe de devenir l’une des attractions les plus visitées de la capitale autrichienne. C’est dire le succès de cette construction baroque ! Non loin de cet immeuble, le Kunst Haus Wien a lui aussi été construit par Hundertwasser.


        • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 10:15

          J’ ai voulu y aller à Salamanque l’ autre année .


          Arrivé au panneau Salamanque , personne , pas de maisons 
          rien . 

          J’ ai mis mon cerveau en marche , et après une nuit de 
          réflexion c’ est « oui mais bien sûr  »  Sala manque .

          • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 12:01

            L’ Orifice  du Tourisme était fermé ce jour là .


          • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 10:15

            Faut dire que je revenais du Pas de Calais …. smiley


            • Fergus Fergus 23 octobre 2014 11:50

              Où vous aviez rencontré un type patibulaire, mais presque !


            • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 12:03

              Exact Fergus  il était patibulaire mais ça y ressemblait …. smiley


            • cathy30 cathy30 23 octobre 2014 11:09

              Mais pour qui travaillez-vous fergus exactement ?

              Cet article est une mauvaise propagande.
               Faites un clic droit sur la 1ere photo pour chercher des images similaires et vous trouverez ça :


              On voit bien que c’est une mauvaise propagande car les hommes se cachent le sexe et ils ont une attitude plus que bizarre.

              Quand à votre deuxième photo sur la manifestation, c’est un mauvais montage. 

              Quel message voulez vous faire passer, que l’Europe est une prostituée, et quelle mérite une bonne fessée ?

              • Fergus Fergus 23 octobre 2014 11:38

                Bonjour, Cathy.

                Désolé, mais je ne comprends rien à votre commentaire. Cet article, je l’ai écrit après avoir discuté du problème avec des Barcelonais lors d’une visite dans cette ville la semaine dernière.

                Quant aux deux photos, je les ai importées du net, mais elles correspondent bien, la première aux trois Italiens qui se sont baladé à poil dans les rues de Barcelone, et la seconde à la manif spontanée qui s’en est suivie deux jours plus tard, non en relation avec cette exhibition, mais à la sur-occupation illégale des immeubles de La Barceloneta en été et aux insupportables nuisances causées par la « tourisme de cuite » à Barcelone depuis quelques années.

                Reste votre dernière phrase, et là non plus, je ne la comprends pas. Peut-être pourriez-vous m’éclairer de manière plus explicite ?


              • cathy30 cathy30 23 octobre 2014 12:04

                Fergus

                non c’est à vous de m’expliquer pourquoi vous mettez à l’appui de votre article une photo qui ne reflète pas ce qu’il se passe réellement en Espagne. Personne ne se balade nu dans la ville pour faire ses courses. Il y a une grande différence entre faire du tapage la nuit et se balader nu le jour. Donc c’est à vous de me répondre quel est le but de cette photo ?

              • cathy30 cathy30 23 octobre 2014 12:19

                J’ai oublié l’explication pour la dernière phrase. Vous n’êtes pas sans savoir que l’Etat Islamique veut prendre l’Espagne ? non ? et bien maintenant vous le savez.


              • Fergus Fergus 23 octobre 2014 12:48

                @ Cathy.

                La présence de cette photo est clairement indiquée dans l’article, cette « randonue » en pleine ville ayant été le déclencheur des manifestations de ras-le-bol des Barcelonais. Nulle part, je n’ai prétendu que des gens nus faisaient leurs courses à poil en Espagne !


              • Fergus Fergus 23 octobre 2014 13:18

                Bonjour, Hubert.

                Merci pour cette leçon de mythologie revisitée !


              • cathy30 cathy30 23 octobre 2014 13:49

                Merci beaucoup de sortir du bois. Si Fergus est content de cela, alors tout est dit. Je sais qui vous êtes.


              • tf1Groupie 23 octobre 2014 14:33

                @Cathy,

                on ne comprend pas bien votre intervention et vos messages.

                C’est plutôt à vous qu’il faut demander « pour qui travaillez-vous exactement ? »


              • Fergus Fergus 23 octobre 2014 15:39

                Bonjour, Tf1Groupie.

                Apparemment, je ne suis pas le seul à ne pas comprendre.


              • OMAR 23 octobre 2014 19:52

                Omar33

                Mais non, Fergus et Groupie, notre « puritaine » du samedi soir « Cathy » est très claire.

                Toute manifestation des peuples de l’Occident contre les « dérives » de la liberté, sera perçue comme un rapprochement aux idées intégristes, rétrogrades et obscurantistes des musulmans.

                Mais elle est d’accord pour cacher les seins tout en retirant le slip et le soutien-gorge....

                C’est bien ça Cathy  ?


              • Fergus Fergus 23 octobre 2014 20:39

                Bonsoir, Omar.

                Merci pour cette explication de texte. J’avoue ne pas être très fort sur les sous-entendus décalés par rapport au sujet.


              • L'enfoiré L’enfoiré 24 octobre 2014 12:30

                Excellent ce fil. smiley
                Cathy n’aime peut-être pas les hommes à poil.
                Pour en revenir à Barcelone, personnellement, je n’ai jamais vu cela à Barcelone.
                Mais bon, je dois dire que je n’y suis pas en permanence.
                De toutes manières, cela ne changerait pas mon avis sur Barcelone
                Je comparais dernièrement la ville avec Lisbonne où j’ai été dernièrement
                Également une ville que j’aime.


              • Fergus Fergus 24 octobre 2014 13:18

                @ L’enfoiré.

                Superbe Lisbonne. Enormément de charme dans tous les quartiers, mais principalement dans les ruelles d’Alfama. Il faut que j’y retourne pour une soirée fado dans la taverne A Baiuca.


              • Yohan Yohan 23 octobre 2014 11:26

                Sur la photo il y a marqué « erbit »,sur le comptoir, m’est avis que les guss à poil ont interprété « aire bite » smiley


                • Fergus Fergus 23 octobre 2014 11:46

                  Salut, Yohan.

                  En réalité, Orbit. Il s’agit d’une marque spécialisée dans les équipements de caisse, et notamment les scanners.

                  Va savoir ce que ces gugusses-là avaient dans la tête !

                  Bonne journée.


                • alinea alinea 23 octobre 2014 11:56

                  Voilà ce que disait Luis Sepulveda, il y a déjà quelques années :

                  "

                  « … Pas un qui ne se délecte d’affirmer que le tourisme est la première ( ou la deuxième pour les plus placides) industrie du pays, pas un pour rappeler que la manne touristique est sujette à des contingences extérieures à la volonté de ceux qui la convoitent et qu’elle génère, outre la fortune du patronat hôtelier, un complexe d’infériorité qui abîme la société toute entière. Ce n’est pas la même chose d’habiter un pays en pointe dans l’innovation technologique ou un pays de domestiques, de cuisiniers et de réceptionnistes. »

                  « … La corruption apparut dans la vie politique espagnole comme l’essence même du picaresque(1) : je te finance ta campagne électorale et tu m’accordes des permis de construire sur les terrains de ta commune."

                  Il n’avait pas encore vu le mépris d’un lieu, d’un pays et de ses habitants, par les civilisés du nord !!

                  Peut-être allons-nous finir par comprendre que le fric n’autorise pas tout ?


                  • Fergus Fergus 23 octobre 2014 12:44

                    Bonjour, Alinea.

                    On ne peut pas dire, en l’occurrence, que c’est le mépris des gens friqués qui est en cause. Contrairement à Ibiza, on a affaire là principalement à des personnes appartenant aux classes moyennes. Ces deux groupes sociologiques de fêtards n’en sont pas moins réunis par leur volonté de s’éclater sans se soucier un instant des habitants.

                    Non, en effet, le fric, n’autorise pas tout. Pas plus que, fric ou pas, le désir de s’éclater au détriment des autres, sans le moindre respect pour leurs conditions de vie et leur culture ! 


                  • alinea alinea 23 octobre 2014 12:52

                    Non, bien sûr, ce n’est pas ce que je dis ; le mépris de l’autre, son inexistence pour ceux qui viennent s’éclater !! mais aussi se faire servir et d’autres choses que je n’évoquerai pas !
                    Mais il y en a des tas, de gens, qui font pareil avec la campagne, la montagne, la mer : un décor ou un terrain de jeu ! Et malheureusement, il n’y a pas que les friqués qui le possèdent, ce mépris ou ce dédain !


                  • Fergus Fergus 23 octobre 2014 13:22

                    @ Alinea.

                    Trop de gens, en effet, reproduisent lorsqu’ils se font servir par d’autres les comportements d’indifférence ou de mépris inhérents aux « classes supérieures ». Cela me choque personnellement très souvent, et cela d’autant plus que mon père ayant servi dans la restauration, je suis très sensible à ce sujet.


                  • Enabomber Enabomber 23 octobre 2014 12:18

                    Tout ça me rappelle l’époque pas si lointaine où était vantée la propreté des rues allemandes, alors qu’il suffisait de faire un séjour d’une semaine en Espagne pour y voir les touristes allemands se comporter comme des porcs sous toutes leurs formes. Comme quoi ni leur ascendance, ni leur éducation n’en font des êtres exceptionnels à prendre comme modèles.


                    • Enabomber Enabomber 23 octobre 2014 12:18

                      Tout ça me rappelle l’époque pas si lointaine où était vantée la propreté des rues allemandes, alors qu’il suffisait de faire un séjour d’une semaine en Espagne pour y voir les touristes allemands se comporter comme des porcs sous toutes leurs formes. Comme quoi ni leur ascendance, ni leur éducation n’en font des êtres exceptionnels à prendre comme modèles.


                      • Fergus Fergus 23 octobre 2014 12:52

                        Bonjour, Enabomber.

                        En effet ! Vous pouvez même élargir ces incivilités à l’étranger à une partie des touristes scandinaves, impeccables chez eux mais totalement relâchés dans les pays du sud de l’Europe. Notez bien que cela vaut également pour une partie de nos compatriotes, eux-mêmes pas toujours très respectueux des populations locales.


                      • Fergus Fergus 23 octobre 2014 12:57

                        Bonjour, Katherine.

                        Merci pour ce conseil de lecture. Je ne connais pas ce livre, mais votre commentaire me donne l’envie de m’y plonger, ne serait-ce que pour y retrouver tous ces lieux que vous avez cités et qui, pour la plupart, possèdent énormément de charme. Les lieux, mais aussi les personnages du passé barcelonais.


                      • Fergus Fergus 23 octobre 2014 13:26

                        @ Katherine.

                        Je ne connais pas ces « sugus », mais j’en note le nom dans un coin de ma mémoire.

                        « Les gens vivent ce qu’ils ont à vivre simplement, tout y est plus simple et spontané. » Exactement comme les... Irlandais. Et en ce qui me concerne, c’est bien « la verte Erin » que je choisirais pour y vivre si je devais quitter la France.


                      • Fergus Fergus 23 octobre 2014 15:46

                        @ Katherine.

                        Si je m’installais en Irlande (pour ses habitants, son climat tonique et ses fabuleux paysages), ce serait à Galway, entre Connemara et Burren, à quelques encablures des Extraordinaires îles d’Aran.

                        Je ne manquerai pas de lire ce livre de Zafon.


                      • sleeping-zombie 23 octobre 2014 13:06

                        Que l’Espagne construise une ville au milieu de rien (c’est pas la place qui manque), spécialisé dans l’accueil des touristes dont tout le monde veut l’argent mais personne la présence, et tout le monde sera content.
                        Je peux même leur donner gratuitement le nom : Fiesta-City.

                        Ah oui, j’oubliais, on ne peut rien faire sans argent, sans à dire sans l’autorisation d’un de nos curés modernes, qui ne donne cette autorisation que s’ils y trouvent leur compte.
                        Subissez l’anarchie :)


                        • alinea alinea 23 octobre 2014 13:16

                          C’est déjà fait !!! quelque part en Andalousie ; mais la ville est vide !!!


                        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 13:35

                          Bonjour, Sleeping-zombie.

                          En réalité, ce ne sont pas les touristes qui posent problème à Barcelone (ou à Berlin, autre ville touchée par le même phénomène), mais une partie d’entre eux, les « touristes de cuite » qui se livrent à des débordements inacceptables et se moquent totalement du patrimoine de la ville, de son histoire, de sa culture et de ses habitants.

                          Encore qu’il y ait quand même à Barcelone un réel problème d’adéquation entre la demande et l’offre d’hébergements au coeur de l’été.


                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 15:21

                          Pour que ça marche, il faut que ce soit près de la mer et d’un aéroport et que sur place, il y ait tout ce qui faut pour se défoncer.


                          Il me semble qu’aux Canaries, ils ont fait une ville entière rien que pour les touristes et ça marche plutôt bien et j’y ai même passé un séjour fort agréable sans me défoncer vu que j’y étais allé pour me reposer bien que sur place il y avait toutes les « fêtes hollandaises » ( comprenez : cannabis party ) possibles et imaginables référencées sur des affiches à tous les coins de rue.

                          On pourrait appeler cette ville Orgiapolis.

                        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 15:48

                          Bonjour, Alois.

                          Vous avez raison, il faut impérativement la mer pour que cela fonctionne.

                          Séjourner quelques jours dans un tel endroit pourrait m’intéresser. Non pour le cannabis, mais pour une observation sociologique.


                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 16:11

                          En tout cas, aux Canaries je n’ai rien remarqué d’hors norme à part les affiches pour les fêtes de cannabis et le comportement des touristes anglais qui étaient scotchés à la piscine jusqu’à ce que les hauts parleurs de l’hôtel braillent le happy hour ( heure pendant laquelle les consos sont à moitié prix ).


                          Je n’ai même pas repéré les zônes naturistes tant dans l’hôtel que sur les plages et pourtant ça existait !

                          Ni comme ils le disent que c’est un repère à homos, du moins, rien de plus que dans une grande ville mais je n’étais pas là au moment du carnaval non plus !

                          Le seul bémol c’est que les vagues sont vraiment très fortes dans la mer et qu’il est donc plus agréable de nager dans les piscines de l’hôtel, ce qui est un peu dommage quand on choisit une destination maritime !

                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 16:15

                          D’un autre côté, moi je suis plutôt dans une phase ou un bon repas arrosé d’un bon pinard m’est plus agréable qu’une nuit de défonce, mais il me faut des piscines chaudes pour nager ou alors une mer calme et bien chaude ce qui fait que je dois me taper tous ces adeptes de la défonce qui visent les mêmes spots que MOI.


                           



                        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 16:30

                          @ Alois.

                          Vous devriez essayer la mer en Corse, il y a des tas de criques tranquilles où la mer est à 23 ou 24°, voire plus. Même à Calvi, c’est hyper sympa de se baigner en pleine ville en faisant le varan sur les rochers-solariums au pied de la citadelle, du côté opposé au port. Le tout dans une région superbe où il est possible de faire d’excellents gueuletons.


                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 16:47

                          La Corse en novembre, j’ai comme un doute, ne fut ce qu’au niveau de la natation...




                           



                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 16:49
                          Et les pays de muz c’est pas mon truc non plus.

                          Il ne reste donc que les Canaries.


                           



                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 17:06
                          Ou alors espérer que ce qu’on dit du réchauffement climatique c’est pas du pipeau, histoire que ce soit toujours l’été mais alors, on devra prendre l’avion pour aller skier au Groenland !

                          Ceci dit, les Amerloks ne sont pas mieux lotis bien qu’ils jouissent de la Floride où c’est toute l’année l’été et les Rocheuses pour faire du ski.

                          Mais d’après une Canadienne ( du Québec ) que j’ai rencontré dans le Valais ça lui coûte aussi cher d’aller skier dans les rocheuses que dans le Valais.




                           



                        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 17:18

                          @ Alois.

                          Alors, mieux vaut aller dans le Valais. C’est superbe, et il y a d’excellents vins !


                        • Spartacus Lequidam Spartacus 23 octobre 2014 13:44

                          @Fergus

                          Effectivement Barcelone a bien changé.

                          Le tourisme arrivait par nuées par le port et les navires de croisière y faisaient de grandes escales. 
                          Aujourd’hui avec le métro qui relie l’aéroport, les voyageurs viennent par l’avion.
                          C’est devenu sale et l’insécurité est devenue importante.

                          J’ai loué des bureaux dans un bâtiment rond, le « world trade center » dans les années 2000, en bas de la rue principale il y a quelques années. Mais même ce bâtiment a changé et est devenu un espace vide ou tout est louer maintenant.

                          • cathy30 cathy30 23 octobre 2014 13:51

                            Spartacus votre commentaire ne parle pas du tout de l’article de Fergus. Il ne parle pas de ce changement !


                          • Fergus Fergus 23 octobre 2014 14:09

                            Bonjour, Spartacus.

                            Sale, Barcelone ? Sincèrement, je n’ai pas constaté cela, mais c’est peut-être le cas en été. Quant à l’insécurité, on en parle, en effet, et les hébergeurs mettent en général leurs hôtes en garde.

                            Au delà de la place Drassanès et du musée maritime, je n’ai jamais mis les pieds sur le port tant je le trouve peu attirant, et cela vaut donc pour le World Trade Center dont on dit effectivement qu’il peine à trouver des occupants.

                            Une petite rectification : le métro ne dessert pas l’aéroport de Barcelone. Mais celui-ci est relié sans difficulté au centre-ville (place d’Espagne et place de Catalogne) en 35’ environ par l’Aérobus pour un coût modique de 5,90 euros le trajet simple ou 10,60 euros l’aller et retour.


                          • alberto alberto 23 octobre 2014 14:02

                            Salut Fergus,

                            Mais après qu’elles eussent été pénétrées, que sont devenues ces malheureuses supérettes ?

                            Tu nous laisses dans l’angoisse, là !

                             smiley) ...


                            • Fergus Fergus 23 octobre 2014 14:12

                              Salut, Alberto.

                              Je n’étais malheureusement pas à Barcelone le 15 août pour enquêter. Je me suis quand même laissé dire que la musique d’ambiance était Sex Machine de James Brown !

                              Bonne journée.


                            • pergolese 23 octobre 2014 14:23

                              Qu’est-ce qu’il a contre les naturistes lui ?


                              • Fergus Fergus 23 octobre 2014 14:31

                                Bonjour, Pergolèse.

                                Personnellement, je n’ai rien contre les naturistes. Surtout aux mensurations suivantes : 85-65-85.


                              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 15:24

                                Naturistes mais quand même un peu gênés à les voir se cacher la quéquette.




                              • coinfinger 23 octobre 2014 15:47

                                Le tourisme de masse est un fléau . De longue date et utilisé comme tel .
                                C’est un fléau écologique et social . L’afflux de touristes dans une région restée pure culturellement et écologiquement , fait monter les prix en particulier de l’immobilier , et incidemment par le fait introduit la propriété privée de la Terre , ce qui est déjà en soi une aberration .
                                Au final il fait fuir les autochtones qui n’ont plus les moyens de vivre dans leur pays et d’y maintenir leur mode de vie .
                                En France , en plus de quelques cas isolés il n’existent plus que quelques Corses pour s’y opposer , et il le font avec beaucoup de classe , en faisant sauter les maisons sans leurs habitants .
                                Pour ce qui est du sexe et de la ’féte’ , baiser sans ressentir l’autre çà existe depuis longtemps , mais c’est pas de la féte . Des dances où l’on ne touchent méme plus , méme du bout des doigts ne sont que des solitudes associées . Le sexe n’est plus subversif , ni la féte , puisqu’il n’en existe plus que le spectacle . Que çà se termine c’est pas triste ....On va peut étre redécouvrir son corps et celui des autres , sans pour autant se promener à poil . 


                                • Fergus Fergus 23 octobre 2014 15:58

                                  Bonjour, Coinfinger.

                                  Beaucoup de vrai dans ce que vous écrivez.

                                  Pour autant je nuancerais le propos, le tourisme pouvant être un facteur de prospérité et de maintien au pays de nombreux locaux dans les régions où il reste relativement limité en nombre, proportionnellement à la population locale. C’est le cas notamment dans les régions de moyenne montagne ou de campagnes à riche patrimoine.

                                  En revanche, là où la population est multipliée par 10 en été - principalement sur les côtes -, le tourisme est porteur de transformations irréversibles et, comme vous le soulignez, d’une envolée des pris de l’immobilier qui fait fuir les locaux, exception faite d’une minorité d’investisseurs qui tirent les marrons du feu. Et quelle spectacle surréaliste de voir l’hiver ces stations balnéaires complètement désertées !


                                • coinfinger 23 octobre 2014 16:11

                                  Excusez moi de ne pas étre objectif . J’ai une compagne qui vient de la montagne , et qui pleure à chaque fois qu’elle retourne dans le pays de son enfance . Il n’y reconnait plus les gens , l’ambiance , etc ... Certes ceux qui sont restés , ont une place confortable , mais la convivialité , pour utiliser un terme convenu n’existe plus . Certes tout n’est pas corrompu , il existe encore quelques réduits , non encore vendu au tourisme . Une idée , qui donne la mesure , un m2 sur le bord du Lac Léman , le dernier prix qui m’est venu aux oreilles :... 400 000 euros . On vent pére et mére pour moins que çà
                                  hélas ! 


                                • Fergus Fergus 23 octobre 2014 16:23

                                  @ Coinfinger.

                                  Je comprends d’autant mieux cette réaction que je suis moi-même choqué par l’évolution de communes des Alpes que j’ai vu se transformer en clapiers à touristes au fil des décennies. Il reste toutefois des lieux préservés, ou qui ont eu la sagesse de ne pas trop céder aux sirènes des promoteurs. Un exemple : le Queyras !

                                  Euh... pour ce qui est du prix de l’immobilier du côté de Thonon ou Evian, c’est plutôt 4000 euros le m² qu’il faut lire. Sans doute pensiez-vous avoir écrit... 100 m², ce genre de faute m’arrivant assez souvent avec un mot qui reste dans la souris !

                                  Hélas ! comme vous dites !


                                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 16:31

                                  C’est le problème de la Suisse qui a fait du tourisme montagnard de manière anarchique alors qu’en France on a créé des stations de ski à partir de rien ce qui fait que les villages traditionnels sont moins touchés par les effets négatifs du tourisme de masse.


                                  Je connais des gens qui vont chaque année au même endroit pour skier ( dans le Valais ) et qui me disent que chaque année, il y a plus de constructions et c’est comme ça depuis trente ans au moins.

                                  Mais les locaux sont toujours là si j’en juge l’accent des interlocuteurs.

                                  Le côté sombre de l’affaire c’est qu’ils ont vendu leurs alpages pour en faire des logements et que leurs enfants n’auront plus rien compte tenu des prix délirants à moins de devenir banquier ou avocat à G’nève.


                                • coinfinger 23 octobre 2014 16:45

                                  Eh ! ben voilà . Y a un Suisse là qui me comprend . Quand je dis 400000 c’est 400 000 .
                                  Je ne parle pas d’une moyenne sur Thonon ou Evian , je parle là , les pieds dans l’eau , c’est plus rare , exceptionnel méme . Parce que ceux qui ont déjà les pieds dans l’eau ne revendent pas , en général . On les comprend .
                                  Je m’étonne que L’auteur de l’article n’est pas plus ressenti le phénoméne , parce que c’est nouveau , certes , suite aux autoroutes et TGV et qui sait l’aéroport de Nantes , le nouveau à Notre Dame de je sais plus quoi , qui a du mal à se réaliser , les prix sur la cote montent et les Bretons refluent à l’intérieur . Donc ils commençent à connaitre eux aussi . C’est une chose de s’expatrier à Paris , étre sur la longue file d’attente pour revenir quand on a réussit , c’en est une autre au prix de la Mer actuel .
                                   


                                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 16:55
                                  J’étais juste là en tant que touriste mais j’ai le contact facile et on causait dans les bennes et sur les télésièges de ce que pensait les locaux qui profitent également des infrastructures.

                                  C’était d’ailleurs très sympa de discuter avec les gens du cru qui étaient là également en congé.



                                • Fergus Fergus 23 octobre 2014 17:33

                                  @ Coinfinger.

                                  Je ne comprends décidément pas à quels types de propriétés vous faites allusion. Certes, les villas les pieds dans l’eau sur le lac Léman se vendent à des prix hors normes, mais cela se chiffre par quelques millions d’euros pour une villa de 200 ou 300 m². A toutes fins utiles, je suis allé voir sur le site Sotheby’s d’Evian qui met en vente des biens exceptionnels, et l’on est bien loin des sommes que vous évoquez. Regardez par exemple « Le petit Montjoux ». A 6 240 000 euros pour un espace habitable, disons de 400 m² à vue de nez, cela nous donne du 15 600 euros le m² ! Et encore, la surface habitable est peut-être supérieure à 400 m²...



                                • Fergus Fergus 23 octobre 2014 17:41


                                  @ Coinfinger.

                                  Quant à la Bretagne, j’étais à Arzon, à la porte du golfe du Morbihan il y a quelques jours (cf. Balades en Bretagne : Arzon, entre océan et « petite mer ») et je peux vous assurer que les villas situées en bordure de côte ne dépassent guère les 4 000 euros le m², ce qui est déjà très cher pour la région. Ce prix avait d’ailleurs été évoqué dans les commentaires de l’article. Cela dit, une propriété ancienne exceptionnelle peut sans doute monter au delà, mais certainement pas dépasser les 5 000 euros.


                                • coinfinger 23 octobre 2014 19:06

                                  §Bon ok ! J’ai peut étre rajouté des zéros . Moi méme j’avais trouvé çà excessif , bien que celui qui me l’avait annoncé est un homme tout à fait calme et mesuré . Ceci , ce n’était pas qu’une simple villa, mais surtout un quai , pour mettre son yacht . Des villas y en a tout autour du Lac ,des quais aménagés , moins .
                                  Bref .
                                   


                                • Ruut Ruut 23 octobre 2014 17:01

                                  Oh mon dieu des humain dans leur simple appareil, quelle honte...
                                  vite vite une burka pour cacher ce sexe que je ne saurais voir...
                                  Moralité a 1 centime....


                                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 octobre 2014 17:19

                                    Bah, on peut quand même admettre qu’en pleine ville c’est pas top pour les autres bien qu’en Allemagne il permis d’être à poil dans les parcs publics et là bas ça ne choque personne.


                                    Moi non plus ça ne me choque pas que les gens soient à poil à la plage ou dans un parc.

                                    Dans la rue, par contre, je trouve que ça doit être réservé à des endroits dédiés au naturisme.

                                    Comme ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_du_Levant

                                    C’est une question de mentalité en somme.

                                  • Fergus Fergus 23 octobre 2014 17:21

                                    Bonjour, Ruut.

                                    Bof ! ils n’ont même pas eu le courage d’assumer devant les objectifs.


                                  • coinfinger 23 octobre 2014 17:23

                                    C’est pas une moralité à 1 centime . Désolé . On connait les réflexes de Babinski qu’on teste sur les enfants pour voir s’ils vont bien . Ces réflexes s’ordonnent en 3 sortes . Les sensiro-moteurs oui , qui s’ordonnent en deux sortes , çà correspondt à la distinction entre systéme nerveux végétatif , et l’autre . Et puis il y en a un troisiéme , de systéme . Lié au sexe .
                                    C’est un reflexe , profond , inné pas acquit , d’étre écoeuré par les sécrétions de l’autre , des autres , leurs déchets . Le sexe en fait partie . Il n’existe rien de plus répulsif que le grouillement des vers , par exemple , leur lubricicité ...sexuelle , si l’on veut .
                                    C’est plus profond que nos idées superficielles , idéologiques ou religieuses . On aime pas ce qui prolifére , ou qui débride le sexe ...


                                  • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 17:39

                                    Ce qui m’ avait plu à Barcelone en dehors du reste  c’ est le Hard-Rock 

                                    café , ses guitares aux murs et l’ ambiance  amérloquiquaine .

                                    J’ avais connu le Hard Rock café de Tel Aviv en Israèl  même déco 
                                    même genre .

                                    Il y avait  Elvis Presley , Bill  Halley  Fats Domino et le grand Ray Charles .

                                    Tous Ibères chantant en espagnol Love me tender / bésame mucho 

                                    • Fergus Fergus 23 octobre 2014 17:47

                                      @ Rocla.

                                      Personnellement, je ne connais que l’extérieur des Hard Rock Café de Barcelone, Paris et Venise. Mais je ne doute pas que l’ambiance rétro années 50-60 y soit sympathique.


                                    • Surya Surya 23 octobre 2014 17:59

                                      Bonjour Fergus,


                                      A part faire la chasse aux locations illégales, je ne vois pas trop comment ils vont pouvoir résoudre le problème. Moins de locations disponibles = moins de monde. Donc si les fraudeurs sont lourdement mis à l’amende, ça va peut être les refroidir un peu.
                                      Par contre, je ne crois pas que les touristes qui viennent à Barcelone pour « faire la fête », comme ils appellent ça, sont dérangés d’être à 8 ou 10 dans un logement prévu pour deux. Soit de toute façon ils n’y sont que pour cuver leur alccol, soit c’est « plus on est de fous... »
                                      Barcelone n’est pas trop le genre d’endroits où j’aurais envie de me rendre car tout d’abord je ne supporte plus du tout la chaleur, au delà de 25 je souffre, ensuite je fuis les lieux envahis de touristes. Mais alors là, je suis sûre que je n’y mettrai jamais les pieds. Dommage car comme vous dîtes, il doit y avoir des choses superbes à voir.
                                      Mais si le problème trouve son origine dans les locations illégales, alors une partie des Barcelonnais est responsable de ce qui arrive à leur ville. Si les pouvoirs publics ne font pas la chasse aux locations illégales, c’est qu’ils y trouvent leur compte. Je plains les autres habitants qui subissent.

                                      • Fergus Fergus 23 octobre 2014 18:55

                                        Bonjour, Surya.

                                        Que les fêtards puissent s’entasser pour cuver sans que cela les gêne, c’est une évidence : ils sont là pour se cuiter, et le reste n’a pas d’importance.

                                        Oui, la solution semble être de limiter les locations illégales qui constituent un appel d’air et amènent ces touristes peu appréciés par la population. C’est pour cela que la municipalité a mis en place des amendes dissuasives. Mais le problème n’est pas si simple à résoudre car cette manne financière contribue à aider des personnes en difficulté économiques dans un pays où le taux de chômage reste très élevé (il atteint 43 % chez les jeunes Catalans !) D’où la clémence des autorités jusque là.

                                        Moi non plus, je n’aime pas la chaleur, pas plus que les masses de touristes. Mais hors saison estivale, Barcelone est une destination agréable sur ces deux plans-là : la semaine dernière, il n’y avait pas trop de monde, et la température ne dépassait pas l’après-midi 24 à 26°.


                                      • Surya Surya 24 octobre 2014 13:02

                                        Effectivement, si les personnes qui louent illégalement sont des personnes en difficulté qui ont besoin de ce revenu, ou complément de revenu, pour s’en sortir, c’est un vrai problème, d’autant que le paiement d’une forte amende risque de les enfoncer encore plus.


                                        J’espère que les Barcelonnais ne vont pas devenir inhospitaliers, à force de subir ces « mauvais » touristes, ce serait dommage mais bien compréhensible après tout.

                                      • Fergus Fergus 24 octobre 2014 13:23

                                        Bonjour, Surya.

                                        Cela semble bien être le cas d’après ce qui m’a été dit sur place : la répression aveugle des loueurs illégaux poserait un vrai problème. Il va donc falloir aux autorités agir avec discernement, et ce n’est pas toujours facile.

                                        Cela dit, au delà du problème de l’hébergement, il y a quand même moyen d’agir en sanctionnant sévèrement les débordements sur la voie publique.


                                      • franc tireur 23 octobre 2014 18:21

                                        ouais enfin la realité est qu on se marre quand meme beaucoup plus a barcelone, berlin ou londres qu a paris ..

                                        il y souffle comme un vent de liberté , de jeunesse et de culture populaire .
                                        dans la ville des vieux t es fliqué de partout , a l image du pays des interdits ( pays socialiste..)
                                        tout est cher, interdit ,cloisonné et les gens font la tronche, 

                                        • Fergus Fergus 23 octobre 2014 19:21

                                          Bonjour, Franc Tireur.

                                          Certes ! Mais encore faut-il savoir doser son plaisir afin qu’il ne devienne pas une nuisance insupportable pour les riverains.

                                          Cela me rappelle une histoire rennaise : des jeunes avaient pris l’habitude, sur une place du centre-ville, de mettre à hurler, toutes fenêtres ouvertes, leur chaîne hi-fi pour déverser des méga-décibels de musique techno jusqu’à 2, 3 voire 4 heures du matin, et cela malgré des interventions fréquentes des flics. Cela a duré jusqu’au jour où des voisins sont allés les réveiller à tour de rôle dès 7 heures du matin alors qu’ils espéraient roupiller jusqu’à midi ! Après quoi, ils ont baissé le son et arrêté la musique plus tôt dans la nuit.

                                          Vous parlez de « culture populaire ». Il se s’agit pas de cela dans le comportement des personnes incriminées à Barcelone, mais d’orgie basique d’alcool et de drogue sans autre but que celui de se défoncer. Où est la culture quand cela se termine dans les vociférations en compissant les murs des riverains et en dégueulant dans les cages d’escalier ?


                                        • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 18:59

                                          Une astuce pour ne pas loger trop cher c ’est de s’ arrêter 20 ou 30 KM

                                          avant Barcelone , et de là prendre le train qui fait de nombreuses navettes
                                          dans la journée . 

                                          Il vous dépose en plein centre Barcelone . 

                                          En plus ce train longe la mer , c ’est sympa .

                                          • Fergus Fergus 23 octobre 2014 19:22

                                            @ Rocla.

                                            Merci pour le tuyau.


                                          • smilodon smilodon 23 octobre 2014 22:06

                                            Barcelone / respect !..... Le plus parfait des oxymores qui reflète parfaitement notre monde d’aujourd’hui !.... Je t’arrose de mon pognon et de ma pisse, donc j’ai le droit que me donne mon pognon pour te pisser dessus !...... Chaque année le « petit larousse » inscrit des mots nouveaux !.. Il devrait simplement, à la lettre « R », enlever le mot « respect » !....Qui n’a plus cours !... Remplacé, avec tant d’autres, par le mot « pognon », à la lettre « P » !..... Ou « pêt » !...... Je plains sincèrement les « barcelonais » !.....Et tout aussi sincèrement ces pauvres types écervelés qui vont là-bas pour tomber aussi bas !.....La race « humaine », tellement supérieure à toute forme de vie !......Ben voyons !..... Quelle décrépitude !... Quelle bassesse !.. Quel abrutissement généralisé !.... Bravo les « jeunes » !... Si on avait su, on ne vous aurait pas faits !..... Une branlette de plus, et vous partiez dans le syphon !.... Et les barcelonais nous remercieraient !....Bravo les jeunes !... Et pourvu que ça dure !... .Adishatz.


                                            • Fergus Fergus 23 octobre 2014 22:35

                                              Bonsoir, Smilodon.

                                              Votre propos est bien dur et bien pessimiste. On ne peut mettre tout le monde dans le même sac, et cela vaut pour les jeunes. Tous ne font heureusement pas partie de ces « barbares » pour qui le mot « respect » n’a plus de sens. Il en est même qui sont remarquablement intéressants et qui savent encore ce que signifie ce mot comme le montre la courtoisie dont ils savent faire preuve. Mais je reconnais qu’ils sont de moins en moins nombreux. Hélas !


                                            • chinansky 24 octobre 2014 08:11

                                              il me semble que la nudité publique n’est pas délictueuse en espagne
                                              comme dans certains quartiers d’amterdam ou de san francisco
                                              un tout nu silencieux me dérange moins qu’un habillés bourréet braillant


                                              • Fergus Fergus 24 octobre 2014 08:27

                                                Bonjour, Chinansky.

                                                « un tout nu silencieux me dérange moins qu’un habillé bourré et braillant ».

                                                Certes, mais cela peut quand même choquer des gens. Et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’est pas banal de sa balader nu en ville : où mettre son portefeuille, ses clés, son mouchoir et autres accessoire utiles ?

                                                Je ne connais pas la législation espagnole en la matière, et moins encore la législation catalane. Je note toutefois que, comme indiqué dans l’article, la Municipalité de Barcelone entend, par la sanction financière, non seulement combattre de tels débordements, mais interdire la simple déambulation torse nu, même si le thermomètre affiche plus de 30° !


                                              • zygzornifle zygzornifle 24 octobre 2014 16:12

                                                A Calais les touristes en partance pour l’Angleterre sont aussi un fléaux.....


                                                • Fergus Fergus 24 octobre 2014 17:12

                                                  Bonjour, Zygzornifle.

                                                  Peut-être, mais ceux-là ont été contraint par la faim ou la peur de quitter leur pays dans l’espoir de pouvoir simplement survivre ailleurs.


                                                • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 octobre 2014 19:23

                                                  c’était probablement de l’hnour destiné à apaiser les esprits.
                                                  Salut Fergus, à Nice nous avons aussi des cohortes de touristes plus ou moins socialisables durant la période estivale. Je ne soutiens pas Estrozy, mais l’arrêté interdisant les torses nus et autres bikinis ras la foufoune dans les rues aux abords des plages, il fallait le prendre. Ca commençait à devenir vraiment déprimant de vivre normalement au milieu des ces dégénérés.
                                                  Mais ils nous font vivre, n’est-ce pas ? Et m’est avis que ce sera de plus en plus, vu les taux de production en vigueur par chez nous...


                                                • Fergus Fergus 24 octobre 2014 20:10

                                                  Bonsoir, Manu.

                                                  De l’humour, sans doute, mais je n’ai pas le cœur à répondre sur le même ton concernant ces pauvres gens.

                                                  Compte tenu des dérives que l’on peut constater dans les villes côtières, on ne peut évidemment donner tort à Estrosi de prendre des mesures pour contrer ce phénomène.

                                                  Le problème, comme tu l’as souligné, est l’ambiguïté qui risque de naître de la contradiction entre la tranquillité de la ville et les ressources que lui apportent ces touristes parfois assez friqués.


                                                • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 25 octobre 2014 11:37

                                                  cHélas, Fergus, en effet cet humour sent la mort, et l’apaisement des esprits dont je parlais n’est effectivement que l’expression de la haine de la haine des ignorants qui on le voit deviennent carrément agressifs envers plus affamés qu’eux. La vie normale au siècle de Houellebecq-le Cynique, le bien-de-son-temps.
                                                  Voici donc, après les discours populistes, après LePen, après Sarko-Jaurès, après Zémour, Mesdames et Messieurs, comme annoncé et promis... : le populisme lui-même  ! (clap, clap, clap !) Il fallait s’attendre, rien de surprenant. Je reviens d’ailleurs d’un fil édifiant de ce point de vue sur la « réhabilitation de Pétain ». Rien ne m’étonne plus. Le bon sens y est attaqué en tant qu’ordre établi, j’y crois pas... bientôt les tribunaux populaires et les exécutions en place de grève ? Pour les autodafés,ce qui est arrivé à l’oeuvre de McCarthy parle de soi-même.


                                                • Fergus Fergus 25 octobre 2014 16:31

                                                  Bonjour, Manu.

                                                  Eh oui, les passions prennent de plus en plus le pas sur la raison, et cela part dans tous les sens. Une dérive dangereuse qui - hélas ! - est largement encouragée par l’incurie de gouvernants avant tout préoccupés d’eux-mêmes !


                                                • ETTORE ETTORE 26 octobre 2014 11:15

                                                  Triste incurie que le « tourisme » actuel !

                                                  partir ailleurs pour se saouler la gueule ......vois pas trop l’utilité, si ce n’est l’attrait de la permissivité 
                                                  de ces pays pour ce lamentable exil.
                                                  Triste de ne mettre en avant que cet état de choses, le monde est un ogre qui se nourrit de faits, à force de vouloir attirer la clientèle par une idée de paradis festif , de bonheur aux couche tard, les voilà dépassés par ce que le monde crée de plus abject.
                                                  Des barriques d’alcool, millésimés Spain, venus de tous les pays, fallait s’en douter que ce dévaloir à alcool ferait des locaux les premières victimes .
                                                  eh oui, qu’il est loin le temps où ces touristes avaient encore la force de lever leurs yeux vers les sommets des cathédrales.
                                                  Maintenant les pavés du monde se ressemblent, le vomi n’as pas de patrie.

                                                  • Fergus Fergus 26 octobre 2014 12:45

                                                    Bonjour, Ettore.

                                                    « Le vomi n’a pas de patrie. » Hélas !

                                                    Fort heureusement, tous les touristes ne se ressemblent pas, et beaucoup de visiteurs de Barcelone s’y rendent pour découvrir la culture catalane et la formidable architecture « moderniste » dont cette ville est devenue un symbole mondialement réputé.

                                                    Il n,’empêche qu’une minorité peut pourrir la vie de beaucoup de monde, qu’il s’agisse des habitants ou des autres catégories de visiteurs. Il était donc temps que les autorités agissent.


                                                  • njama njama 26 octobre 2014 20:27

                                                    pourquoi les ritals se cachent le zizi à Barcelone sur la photo ?
                                                    faut qu’ils viennent à Paris, les femen montrent leurs nichons sans problèmes ...
                                                    .

                                                    non mais le zizi, il faut le montrer !!!
                                                    http://www.medias-presse.info/la-scandaleuse-expo-zizi-sexuel-revient-a-la-cite-des-sciences-a-paris/16604

                                                    bon, ok mais ça devient un peu beaucoup pipi caca à Paris, après le zizi de la Cité des Sciences, le plug anal dégonflé de la Place Vendôme, la new factory de « plug anal » en chocolat sans syndicat de Mc Carthy à la Monnaie de Paris...
                                                    http://www.huffingtonpost.fr/2014/10/25/paul-mccarthy-vendome-tree-exposition-monnaie-de-paris_n_6040132.htm
                                                    p’t-être que pipi-caca c’est tendance dans la capitale ? je ne sais pas, je suis de province ...


                                                    • Fergus Fergus 26 octobre 2014 22:55

                                                      Bonsoir, Njama.

                                                      Le fait est que la manière pour le moins explicite de présenter, de nos jours, le sexe et la sexualité aux enfants peut heurter des parents. Par chance, les gamins ne semblent pas troublés outre mesure par ces représentations, et c’est finalement l’essentiel. De plus, quand on sait que la plupart des enfants sont confrontés très tôt à la pornographie, mieux vaut peut-être devancer les représentations mentales erronées en confrontant les gamins aux réalités dans un cadre didactique.

                                                      Cela dit, je n’ai pas d’avis tranché sur la question.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès