Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Société > Comment rédiger un sujet de réflexion

Comment rédiger un sujet de réflexion

En direct de ma Segpa

La pensée s'organise.

L'école a de grandes prétentions qui, parfois, sont en contradiction avec son triste quotidien. Il peut paraître paradoxal de demander à nos chers élèves de traiter par écrit un sujet de réflexion quand on leur laisse si peu la place à l'expression le reste de leur scolarité ordinaire. Pas surprenant alors de les voir désemparés par un tel défi.

L'angoisse passée, c'est alors l'épreuve de la structure, de ce fameux plan qui est si souvent escamoté. Pourtant, comment organiser sa réflexion si on ne fait pas de listes, de catégories, de hiérarchisation. Et là, c'est le choc du maelström de la pensée. Tout semble être pour eux placé sur le même niveau, sans repérage ni étiquetage.

Ainsi mes chers élèves devaient évoquer les différentes émotions par lesquelles ils étaient passés lors de leur stage. Diantre, qu'est ce qu'une émotion ? Il a fallu batailler pour leur tirer des mots qui pourtant leur sont connus comme si le champ de l'intime n'a pas sa place dans nos écoles. Ce qu'ils ressentent, ce qu'ils éprouvent, doivent-ils en parler ici ?

L'obstacle du lexique dépassé surgit alors l'écueil du contexte. Qu'est-ce qui a bien pu déclencher ce sentiment ? Les élèves n'ont semble-t-il pas la mémoire de leurs sensations. L'école ne privilégie que le faire et soudain surgit une requête sur les arcanes de la conscience. Il faut se dévoiler, creuser au fond de soi-même pour que ressurgissent ces pulsions secrètes. Ce n'est pas simple, loin de là.

Puis cet étrange professeur réclame de décrire les manifestations physiques et mentales de chaque émotion. Exprimer un ressenti, repérer le sommatif, faire rejaillir un vécu déjà ancien, c'est déjà bien difficile. Transformer son propre corps en sujet d'introspection, voilà bien un immense défi en un lieu qui a fait des élèves des êtres dépersonnalisés.

Les mots manquent, ce n'est pas nouveau. La mémoire aussi est défaillante. Pire encore, c'est la dimension séquentielle de leur expérience qui ne se fait pas. Ils vivent leurs épisodes scolaires comme une vaste plage temporelle uniforme et morne. Distinguer un moment particulier, le sortir du cadre pour l'analyser demande un grand effort.

Quand tout ce travail introspectif est achevé, il faut mettre bout à bout des mots de l'intime. Écrire, c'est déjà si difficile ! Parler de soi, de ce qui se passe en soi, écrire « je » comme si c'était un autre qu'on observe et qu'on décortique est tâche plus redoutable encore. L'effort est tel que certains font grand bruit au moment fatidique. L'angoisse se transforme en désordre, rien de nouveau sous le soleil.

Devant la lourdeur de la demande, les phrases se font plomb, elles s'allongent sans fin ni grâce. C'est alors le travail de la mise en forme, de la nécessaire légèreté pour évoquer le grave, le sérieux, le profond. Alors on coupe dans les phrases, on y met des respirations. On joue de la ponctuation et du silence nécessaire. Apprendre à mettre en musique avant de mettre en mots, c'est si compliqué.

Il en faudra encore bien des séances pour réussir ce pari improbable, bien des phrases bancales ou boiteuses, des mots maladroits ou disgracieux, des tournures dissonantes et indigestes. Tailler dans les mots inutiles : « et », « alors », « après » qui peuplent leurs écrits. Puis ce sera la chasse aux verbes imprécis, aux mots bien trop vagues. La précision d'abord, la recherche du beau ensuite …

Que cela semble inaccessible ! Alors, l'ordinateur va permettre de déplacer, effacer, couper. modifier, intercaler, transformer, corriger. L'écriture est un jeu de construction, un assemblage qui échappe à l'oralité. Nous ne faisons que commencer cet étrange artisanat des mots. Auront-ils l'envie d'aller au bout de cette belle aventure ?

Rédactionnellement leur.

vidéo illustrative : 



Sur le même thème

Maux et mots de tête
L'angoisse de la page non blanche
Friedrich Nietzsche. L'éternel retour de l'incompris... 2/2
Parler, Lire, écrire, compter, penser
Mon double "Je"


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires