Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > 2045 - l’Homme sera immortel

2045 - l’Homme sera immortel

Voilà, c’est dit, dans trente ans, l’Homme sera numériquement immortel. Reste juste à savoir à quoi cela servira, les risques que cela engendrera et surtout, à qui cela s’adressera… 

Télécharger la totalité de son esprit vers un ordinateur, ce sera possible d’ici 2045 d’après Ray Kurzweil, Google Engineering Director. C'est du moins ce qu'il a annoncé en juin dernier lors du Global Furures 2045 International Congress à New York. Manifestation organisée par un milliardaire Russe (Dimitry Itskov) et qui avait pour but de présenter le monde de 2045.

Durant ce congrès, il a été indiqué que l’Humanité connaitrait dans les années à venir, une croissance technologique totalement nouvelle et largement supérieure à celle que l’on connait aujourd’hui (c’est dire !), plus connue sous le nom de « Singularité Technologique ». Ce concept tend à l’immortalité digitale, en conservant l’intelligence et le cerveau de l’Homme pour l’éternité. Si certains adeptes de futurisme sont convaincus que cela sera répandu en 2030, Kurzweil, lui, ne pense cela possible qu’en 2045.

Déjà accroc aux réseaux sociaux et passant plus de temps derrière des écrans en tous genres, puis ayant recours à des techniques de médecine technologique (ex l’implant cochléaire qui peut rendre l’ouie à des patients sourds), l’Homme a rendu indispensable les nouvelles technologies à sa vie. Kurzweil explique que « nous allons devenir de plus en plus « non-biologiques », au point où les parties non-biologiques domineront et que les parties biologiques ne seront plus importantes. En fait, la partie machine, sera si puissante, qu’elle pourra totalement modeler et comprendre la partie biologique. Du coup, même si cette partie biologique était retirée, cela ne ferait aucune différence. (…) Nous aurons également des corps non biologiques – nous pouvons créer des corps virtuels et une réalité virtuelle aussi réaliste que al réalité réelle ». Un discours qui n’est pas sans rappeler le film « Clones » avec Bruce Willis et qui fait tout de même froid dans le dos.

L’impression 3D et les récentes avancées dans le domaine du séquençage de l’ADN, laissent penser que tout cela sera effectivement réalisable, et ce, à très grande échelle. L’idée est naturellement survenue « grâce » aux avatars, derrière lesquels, les gens aimaient s’identifier. « Dans le futur, ce ne sera pas une petite image dans un environnement virtuel que vous regarderez. Vous le ressentirez comme si c’était votre corps, et que vous étiez dans cet environnement, et que votre corps était le corps virtuel et qu’il pourra être aussi réaliste que dans la réalité. Nous serons donc capables de changer de façon routinière de corps, mais aussi d’environnement, très rapidement. Si nous avions une extension de vie radicale, nous nous lasserions rapidement et nous ne pourrions plus trouver de choses nouvelles à faire et de nouvelles idées. Avec l’extension radicale de la durée de vie, nous allons connaitre une expansion de vie radicale. Nous aurons des millions d’environnements virtuels à explorer qui vont littéralement étendre nos cerveaux. Actuellement, nous n’avons que 300 millions de modèles organisés selon une grande hiérarchie que nous réons nous-mêmes. Mais cela pourrait devenir 300 milliards ou trillions. La dernière fois que nous avons étendu le cortex frontal, nous avons créé le langage, l’art et la science. Pensez seulement aux sauts quantitatifs que nous ne pouvons même pas imaginer encore aujourd’hui et que nous réaliserons lorsque nous développerons encore notre cortex.


Voici le lien vidéo des dires de Kurzweil il y a environ 7 mois, avant d’être repris lors du Congrès de NY en juin 2013 :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=f28LPwR8BdY

Et pour aller plus loin, voici le lien officiel du congrès GF 2045 : http://gf2045.com/

Les films de science fiction futuristes, annonçant l’arrivée des robots parmi nous, nous propulsant dans des mondes parallèles en nous donnant l’immortalité ont inspirés certains geeks surdoués sur la planète. A moins que ce ne soit eux, qui finalement aient inspiré ces films de fiction….

Sources :

www.gf2045.com
https://www.youtube.com/watch?v=f28LPwR8BdY


Moyenne des avis sur cet article :  1.96/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • jako jako 3 février 2014 09:17

    Je reste intimement persuadé que c’est totalement impossible de copier un cerveau humain et surtout de rendre cette copie conforme dans sa personnalité et son « irrationnel » exploitable, aucun système d’exploitation ne peut reproduire l’irrationnel. Et que dire des variations de la pensée en fonction de l’état des innombrables connexions entre le cerveau et les moindres parcelles de notre corps. Merci de nous informer.


    • OuVaton OuVaton 3 février 2014 16:22

      Sur disque dur, on pourra peut-être continuer de se masturber l’esprit mais comment fera-t-on pour jouir en se masturbant l’avatar ?


    • howahkan Buddha Marcel. 3 février 2014 09:47

      Là est un des principaux, sinon LE problème non conscient des humains, on accepte la naissance mais pas la mort,les deux sont liés....

      quand je dis non conscient je sais de quoi je parle, ça n’est pas une théorie de plus comme la science nous en balance à la pelle , science qui est aussi une religion qui croit sans très souvent savoir.....

      Je ne peux développer suffisamment ici ce sujet d’une vie..pour faire trop court, de vivre en conscience permanente que la mort est toujours là présente.à chaque instant comme une possibilité réelle, ce qui indique l’impermanence totale de nos vies, est précisément ce que nous ne faisons pas, en ne faisant pas cela , l’intégralité de notre cerveau ne s’ouvrira jamais...or la partie que nous utilisons n’est pas vivante mais juste un outil, elle n’a pas de sens en elle même,mais seulement par rapport à l’ensemble, or la partie endormie de notre cerveau ne peut fonctionner dans la négation de l’absolu de la mort...

      cela dit on pense que la mort est un problème mais dans l’inconscient pour la pensée,car en soi il n’y a pas d’inconscient sauf si notre cerveau ne fonctionne plus bien, ce qui est notre cas...il s’agit de désir de continuité absolue....sans désir de continuité absolu la mort est la vie..ceci ne peut être que perçu ou pas par chacun, mais pas en y réfléchissant, or réfléchir, penser est la seule chose que l’on fait....on a perdu nos autres capacités qui sont là, mais endormies.....fuir la mort c’est aussi fuir la vie...l’humain n’a rien à dire sur le sujet mais a vivre ce qui est...or nous vivons ce que nous voulons, meme si c’est faux, illusoire et mensonge....le résultat est le désastre humain...........en fait d’évolution qui n’existe pas, pas plus que l’univers est en expansion mais en mouvement , nous régressons....derriere la science, la politique l’économie, il y a le vide de la pensée qui tourne en ronds..nous pensons la vie, qui est devenu la névrose du gain, matériel ou pseudo spirituel ; c’est en fait pareil, le plus pauvre des humains peut cacher un très grand orgueilleux..

      salutations


      • trevize trevize 3 février 2014 14:44

        vous dites "vivre en conscience permanente que la mort est toujours là présente.à chaque instant comme une possibilité réelle, ce qui indique l’impermanence totale de nos vies, est précisément ce que nous ne faisons pas"

        Je ne suis pas tout à fait d’accord. Dans l’absolu, c’est vrai que la plupart des humains ont une peur bleue de la mort. Personne n’y pense consciemment, personne ne vit chaque minute comme si c’était potentiellement la dernière. Mais l’inconscient jouant son rôle de régulateur, lui y pense constamment, et c’est lui qui bloque les parties de notre cerveau (je préfère dire esprit) que nous ne parvenons pas à utiliser.
        La peur de la mort nous bloque, alors , se sachant immortel, un homme n’aurait plus peur de la mort et libérerait ses fonctions mentales engourdies.

        C’est la peur de la mort qui nous a fait arriver à cette période actuelle, où tout le monde sait très bien que nous courrons à la catastrophe, qu’il y a trop d’inégalités, qu’on se fait constamment b..... par la finance, la politique et nos patrons, et que pourtant rien ne bouge, nous ne faisons rien pour mettre un terme à cette situation.
        Paradoxalement, c’est la peur qui fait que l’Europe tient encore debout, en faisant en sorte que la population ne lâche pas son dernier petit carré de liberté et de sécurité pour descendre dans la rue faire un sort au système en place.
        La peur de la mort est, à ce jour l’arme la plus puissante que les grands de ce monde aient à leur disposition pour continuer à nous faire répéter sans cesse les même scène dans le grand théâtre humain.


      • howahkan Buddha Hotah 3 février 2014 18:14

        Salut trevise

        j’ai bien vu ton mot.....merci..

        c’est un sujet sur lequel je reviendrais une autre fois....on en reparlera peut être

        salutations


      • trevize trevize 3 février 2014 19:22

        Salut à toi buddha
        J’aime beaucoup lire tes interventions, je trouve tes pensées souvent proches des miennes. Et j’ai cru comprendre que tu as accédé à quelques vérités universelles très simples, mais très difficilement partageables par le langage parlé ou écrit... une chose qu’on a en commun. Ceci explique sûrement cela.

        à bientôt


      • howahkan Buddha Hotah 3 février 2014 20:59

        exact.mais par le langage parlé , il y a beaucoup plus qui passe..a un de ces jours


      • files_walQer 3 février 2014 09:58

        Le cauchemar absolu.


        • bourrico6 3 février 2014 09:59

          Manque un coup de télépathie et le délire sera complet.


          • claude-michel claude-michel 3 février 2014 09:59

            Mettre son cerveau dans une base de données pour le récupérer plus tard...heu c’est déjà fait de nos jours...la machine à pris le pas sur notre cerveau depuis déjà pas mal de temps...et nous gouverne sans que les gens s’en rendent compte...nous imposant tous les jours les directives à suivre...(Politiques..médias..télévisions..jeux vidéos..etc)..La majorité des gens se laissent broyés sans réaction..ou si peu.. !


            • zygzornifle zygzornifle 3 février 2014 10:26

              Quelle horreur.....Président immortel ne cédant jamais sa place, condamné à la prison à perpétuité immortel, SDF immortel grelottant dans la rue , chômeur immortel cherchant du boulot , ouvrier immortel travaillant sans fin, riches et pauvres immortel , voisin immortel et son chien qui aboiera jusqu’à la fin des temps .....Heureusement que ce ne sera que virtuel .....


              • SamAgora95 SamAgora95 3 février 2014 10:27
                Les chercheurs sur la conscience tendent de plus en plus à penser que cette dernière est le fruit d’un fonctionnement quantique du cerveau, si cela est vrai la seule façon de cloner la conscience dans une machine quantique serait alors de la téléporter, ce qui implique la destruction de l’original.

                En admettant donc que l’on puisse se télécharger à la perfection dans une machine, non seulement cela ne nous rendra pas immortel, mais produira même l’effet inverse, puisque ce qui continu à vivre n’est pas nous mais un jumeau parfait ! La personne original sera morte ! Même si le clone et persuadé d’être l’original !

                Par ailleurs, Imaginez que ce que nous appelons la réalité et la vie ne soient qu’un rêve, et qu’elles ne soient qu’une pale représentation sans gout ni saveur de la vraie réalité et de la vraie conscience ! Alors vouloir être immortel c’est se maintenir dans une prison pour l’éternité, c’est comme de rester coincé dans un monde virtuel.

                A mon avis c’est donc une erreur de chercher l’immortalité, ce qu’il faut chercher c’est une vie sans maladies, si nous supprimons le lobby pharmaceutique cela sera peut-être rapidement à notre porté.



                • gaijin gaijin 3 février 2014 10:31

                  sauf que ....
                  l’évolution prévue dans les années 70 80 pour l’an deux mille n’a pas eut lieu
                  l’homme reste désespérément accroché a sa petite planète et a ses comportements ancestraux de singe sapiens
                  la seule évolution perceptible est celle qui nous dirige toujours plus profond dans notre cauchemard orwellien.
                  de pauvres prométhés incapables de briser la chaine matérielle ...ignorants de ce qu’ils sont ....


                  • Aristoto Aristoto 3 février 2014 20:53

                    Ha ces allusion incessante à orwell et son roman d’anticipation de merde, un beau pavé de propagande !!!

                    Hé les gars, 1984 c en 1949 !!! Hein !!! A l’époque les USA commençait leur implantation partout dans le monde et le début de leur imperialisme !!! L’ennemie naturelle du bien ete tout trouver et les Soviet remplissait parfaitement ce beau et si eclectique role du principal mechant et ennemie de nos cher democratie !!

                    Orwel, 1984, en 1949 dans l’esprit unltra anti-communiste de l’epoque, dans la propagande intense infligé a coup d’onde radio sur les pauvres cerveau des américains, cétait si MEANSTREAM !!! Aujourd hui Orwell serai au figaro ou nouvel obs !!!

                    Vous voulez un auteur visionnaire, choississez Asimov le MArxien et son Empire galactique !!


                  • gaijin gaijin 4 février 2014 09:01

                    aristoto
                    on cite Orwell comme on cite Kafka ou le père Ubu ....les cauchemards totalitaires ont tous a peu près le même visage indépendamment des époques et des régimes.
                    quand a la SF vous feriez mieux de lire la série Dune de Franck Herbert qu’Asimov .....parce que les enjeux ce ne sont pas les machines mais les humains et leur propension a l’hystérie collective


                  • JL JL 3 février 2014 10:57

                    Dans le genre des croyances absurdes en la puissance de la technique,

                     je citerai l’époque où l’on a découvert que l’homme était fait de tuyaux, leviers et autres mécaniques et sciences des fluides : on croyait que l’on saurait bientôt créer des automates capable de faire aussi bien que l’humain. les applications : joueurs d’échec, de musique etc ; ce n’était que des machines articulées de l’intérieur par un homme caché. Les badauds s’extasiaient.

                    Le mariage de l’informatique naissante avec les fusées de Von Braun : la conquête spatiale ; on croyait alors qu’il suffirait de quelques années pour aller passer un WE sur la Lune.

                    Aujourd’hui, la puissance de stockage et de calcul quasi infinie au regard de tout ce que l’humanité a connu auparavant fait dire aux illuminés on va pouvoir vivre éternellement grâce au ’Numérique’.

                    Cette croyance pèche par deux aspects : d’une part, les performances analogiques d’un psychisme humain dépassent très largement les capacités de programmation dudit cerveau humain : elles n’en sont qu’une toute petite partie. Pour rappel, il existe des systèmes analogiques simples dont les performances nécessiteraient tant de puissance numériques que c’en seraient des ’usines à gaz’.

                    D’autre part, et surtout, si cela était possible, cela signifierait que la machine ainsi réalisée serait un clone, capable de mener une vie autonome, à coté de son ’père numérique’. Or on sait que le clonage quelle qu’en soit la méthode, n’est pas la duplication. Un clone peut se répliquer à l’infini, mais aucun de ces clones ne sera le double, l’identique, un autre Moi de l’original. Seul un esprit schizophrène peut soutenir le contraire, ayant lui-même plusieurs Moi.

                    Cette croyance est cousine de la croyance en la téléportation.


                    • trevize trevize 3 février 2014 14:59

                      La technologie n’est pas encore au point, peut-être que ça prendra du temps, peut-être (et certainement)plus de temps que ce qui est annoncé par Kurzweil.

                      Cette idée est toute simple, elle consiste juste à considérer l’esprit humain comme un énorme amas de données, qui, comme toute information, peut être copié et transféré dans un autre contenu.

                      « Seul un esprit schizophrène peut soutenir le contraire, ayant lui-même plusieurs Moi. »
                      Vous confondez schizophrénie et trouble de la personnalité multiple.


                    • jako jako 3 février 2014 15:12

                      Bjr Trevize, « elle consiste à considérer que c’est un amas de données » oui en effet et ce n’est justement pas le cas.


                    • trevize trevize 3 février 2014 15:36

                      « ce n’est justement pas le cas. »
                      Qu’en savez-vous ? Nier une affirmation sans preuve, c’est exactement pareil que de l’affirmer sans preuves.
                      Pour ma part, je n’affirme pas que nos esprits ne sont qu’un amas de données, mais cette hypothèse me paraît très probable (et très intéressante aussi).
                      Expliquer pourquoi cette théorie me paraît plausible serait chose impossible dans un simple commentaire ; mais plusieurs courants de pensée scientifique commencent à se rejoindre sur ce point, comme la physique numérique. Et plus intéressant encore, cette idée colle assez bien avec des croyances qui nous viennent de la nuit des temps, telle que l’immortalité de l’âme.

                      Par contre ce qu’on peut affirmer sans se tromper, c’est que nous ne semblons pas encore avoir la technologie pour lire l’intégralité de ces données et les transférer dans un autre contenant.


                    • jako jako 3 février 2014 15:46

                      Merci de votre réponse, je suis entièrement d’accord avec votre commentaire, il manque malheureusement une partie du mien ou je fais référence aux positions de A Damasio et Michel Jouvet sur l’onirisme. Mettre cela dans un laptop c’est pas gagné et même (voir commentaire de Jullien plus bas) irréalisable avec les technologies actuelles. Si la nature utilise la biologie pour faire cela il doit y avoir une raison.


                    • JL JL 3 février 2014 16:03

                      @ trevize,

                      en la matière, multiple ça commence à deux.

                      Mais je vois que par cette fixette sur un détail vous bottez en touche ce que vous ne voulez pas voir dans mon commentaire.

                      Essayez de comprendre ce que je dis dans le deuxième point : s’il est tentant d’imaginer qu’il n’y a pas d’obstacles à rêver qu’on obtiendrait ainsi l’immortalité - et les milliardaires décatis ne manqueront pas pour financer des études sur le sujet -

                      en revanche, essayez donc de visualiser ce que seraient vos clones pendant votre existence, et quelle serait votre attitude par rapport à eux.

                      Si vous ne faites pas cette expérience de pensée vous ne pourrez jamais comprendre la différence qu’il y a entre une machine et un être pensant.

                      Mais c’est inutile de chercher à convaincre de l’inanité d’un tel projet des gens qui ne veulent pas être convaincus, surtout s’ils en espèrent des subventions.


                    • trevize trevize 3 février 2014 16:30

                      Je vous l’accorde, c’est pas gagné d’avance, mais ça ne signifie pas que c’est impossible. J’ai tendance à penser que c’est notre destin. Tout ce que les humains font, c’est observer le monde, s’observer eux-même, et fabriquer des objets à l’image de ce monde (ou d’une partie de celui-ci)
                      Puis, nous observons ce que nous avons créé, le comparons au monde réel pour y découvrir les différences, afin de reproduire un objet de meilleure qualité. Et ainsi de suite. Chacun voit le monde à sa manière, alors le peintre recopie le monde tel qu’il le ressent sous forme d’images peintes, et le mécanicien sous forme de machines mobiles. L’humanité est partie dans tous les sens, vaste dispersion qui a commencé il y a bien longtemps, pour chercher chacun à sa façon comment l’univers fonctionne. Et il faut bien se rendre à l’évidence : le mouvement s’inverse, et toutes ces disciplines qui avaient l’air séparées, cloisonnées, antinomiques, sont en train de se rejoindre. On voudrait faire fusionner le vivant et l’informatique (ordinateurs à ADN, ordinateurs quantiques pour peut-être reproduire le fonctionnement d’un cerveau humain, différentes voies possibles pour refaire marcher les paralysés : rétablir les connexions rompues par une culture de fibre nerveuses, ou par une prothèse technologique...). On nous parle des nanomachines qui pourraient nous réparer de l’intérieur, et d’autres chercheurs étudient la génétique, sans que personne ne s’aperçoive que ces deux sujets sont très liés, notre machinerie cellulaire est potentiellement bien plus puissante que n’importe quelle nanomachine que nous sachions construire aujourd’hui.

                      C’est vrai que l’humain a une forte tendance à l’orgueil, il veut toujours se mettre en dehors de tout, au-dessus, ou au centre. Il ne veut pas comprendre que nous sommes très étroitement liés à tout ce qui nous entoure, et ça nous joue de mauvais tour, à chaque fois que nous croyons avoir dompté la nature. Mais la position inverse exercée à l’excès n’est pas meilleure.
                      Vouloir voir en l’homme la pire chose que la nature ait commise, et dans chaque création humaine une erreur totale, est absolument stupide. Nous sommes issus de l’univers, nous obéissons à ses règles, et tout ce que nous réalisons reflète ces même règles. Il est simplement temps que nous regardions ce que nous avons créé, dans l’ensemble, et en s’abstenant de tout préjugé de bien ou de mal. Comprendre ce qui nous a poussé à réaliser toutes ces choses, comparer nos réalisations et en tirer les points communs, nous permettra de mieux comprendre l’univers dans lequel nous vivons.

                      Un petit exemple parmi tant d’autres : Ford, en « inventant » le travail à la chaîne, n’a rien inventé du tout, il ne faisait que reproduire un principe qui existait déjà : il ne savait rien de la génétique et de la transcription de l’ARN en protéines, et pourtant ses usines de voitures suivaient exactement le même principe : un plan de montage, des ressources matérielles, une machinerie qui élabore un objet complexe par étapes successives. Nous croyons que nos actions sont poussées par une motivation consciente, et c’est en partie vrai, mais, il y a toujours un lapsus dans ce que nous faisons, nous mettons toujours plus d’information dans nos réalisation que ce dont nous avons conscience.


                    • trevize trevize 3 février 2014 16:41

                      Je ne voulais pas botter en touche, désolé. Je suis toujours ouvert pour une discussion, du moment que ça ne tourne pas au trollage intensif.

                      Le Moi est situé dans la partie consciente de notre psychisme, chez quelqu’un souffrant de trouble de la personnalité multiple, c’est la partie consciente de sa psyché qui est fractionnée.
                      La schizophrénie est différente, chez le schizophrène, le clivage se fait dans l’inconscient, dans des couches plus profondes de l’esprit.
                      Voilà tout ce que je voulais dire, et c’est vrai que j’aurai du donner ces précisions tout de suite plutôt que de laisser penser que mon intention était juste de vous contredire pour le plaisir.

                      Pour le coeur de votre question, à savoir que faire de mes « clones », ma réponse va peut-être vous choquer, mais si je transfère mon esprit dans une machine plus puissante et plus performante que mon petit corps faiblard, j’aurai vite fait d’envoyer ce dernier au recyclage. Après tout, ce qui est important chez moi c’est ce qui se trouve à l’intérieur, mon esprit, ma pensée, le reste m’importe peu. Donc pas de problème de plusieurs trevize qui se baladeraient chacun dans leur coin.


                    • JL JL 3 février 2014 18:08

                      trévise,

                      oublions ce détail de personnalité multiples ou de schizophrénie et n’ergotons pas, puisque ma remarque vaut aussi bien avec un concept qu’avec l’autre.

                      Sur le fond : vous ne répondez toujours pas, puisque si j’ai compris vous choisissez la machine la plus ’performante’. Que faites vous, si vous disposez de plusieurs machines ?

                      De fait, et pour répondre moi-même à ma question, je dis que vous tournez autour du pot : le véritable problème que vous évacuez est celui de la conscience. Comment peut-on envisager de transférer la conscience dans un autre ’contenant’ matériel quand on ne sait pas ce qu’est la conscience ? Car il s’agit bien de transférer dans un contenant matériel et non pas dupliquer - c’est le même problème philosophique que pose les rêves de téléportation - cf. mes remarques au sujet de la schizophrénie.

                      Or ça, personne n’a la moindre idée des solutions envisageables : jusqu’à preuve du contraire, on peut affirmer qu’on ne sait pas faire. D’ailleurs, cette simple question montre toute l’inanité du projet : Nous ignorons de quelle substance est faite la conscience. Comment transférer quelque chose que nous ne connaissons pas ?

                      nb1 : Pour couper court à toute discussion qui ne serait pas de mise ici, je vous préviens . tout de suite : je ne suis pas croyant.

                      nb2 : Ma phrase était maladroite et mal venue, bien que la schizophrénie plus que celui de moi multiples me parait être le concept adapté pour décrire le phénomène.

                      nb2 : ces troubles dits de personnalités multiples de mon point de vue, ressemblent plutôt à une forme aigüe d’hystérie. Et pour en revenir à ma remarque, je persiste et signe


                    • trevize trevize 3 février 2014 19:14

                      Foin de schizophrénie, c’est vrai que ce n’est pas le sujet.

                      "vous ne répondez toujours pas, puisque si j’ai compris vous choisissez la machine la plus ’performante’. Que faites vous, si vous disposez de plusieurs machines ?

                      De fait, et pour répondre moi-même à ma question, je dis que vous tournez autour du pot : le véritable problème que vous évacuez est celui de la conscience. Comment peut-on envisager de transférer la conscience dans un autre ’contenant’ matériel quand on ne sait pas ce qu’est la conscience ? Car il s’agit bien de transférer dans un contenant matériel et non pas dupliquer "

                      Si on parle de transfert, sans duplication, alors la conscience ne peut se trouver que dans un corps (biologique ou technologique) à la fois, et il n’y a donc pas de problème de se retrouver dans plusieurs machines... Mais je crois que l’idée maîtresse derrière cette théorie est de considérer une conscience comme un ensemble d’informations que l’on peut lire si on possède l’équipement adéquat. Qui dit information dit possibilité de duplication, et c’est vrai qu’il se produit alors quelque chose d’étrange : que se passe-t-il si ma conscience se trouve dans deux corps à la fois, et que chacun de ces corps vit des événements différents au même moment ?

                      Pour le reste, c’est un fait, nous sommes loin d’avoir la technologie pour réaliser un tel rêve (ou cauchemar selon le point de vue), mais ça ne nous empêche pas de réfléchir dessus quand même. Et ce genre d’idées ne sort pas de nulle part, pour celui qui sait voir, on assiste en ce moment à une gigantesque convergence de courants de pensées et de savoirs qui semblaient hier impossible. Les recherches en neuroscience qui laissent entrevoir les effets des mécanismes quantiques au sein des neurones, divers courants philosophiques qui naissent de la physique quantique (comme le biocentrisme par exemple) et rejoignent d’assez près des philosophies orientales, la génétique et les nanosciences qui ne se sont pas encore aperçues qu’elles sont sur le point de se télescoper... 
                      Nous construisons depuis bien longtemps une image en pointillés de l’univers, et cette image devient de plus en plus précise.


                    • JL JL 3 février 2014 20:12

                      ’’Si on parle de transfert, sans duplication, alors la conscience ne peut se trouver que dans un corps (biologique ou technologique) à la fois, et il n’y a donc pas de problème de se retrouver dans plusieurs machines’

                      Parler de transfert au sens strict d’informations est un non sens : il n’y a que des duplication avec éventuellement des effacements. En l’occurrence un effacement serait un meurtre.

                      Passons sur ce détail : vous confondez la mémoire et l’intelligence avec la conscience. On ne sait pas ce qu’est la conscience : une machine peut être intelligente et bourrée de mémoire elle n’a pas et n’aura pas de conscience.

                      Une intelligence artificielle est une intelligence ; une mémoire artificielle est une mémoire. Une conscience artificielle n’est pas une conscience ; des sentiments artificiels ne sont pas des sentiments ; une conscience de soi artificielle est un oxymore.

                      Le concept d’implantation d’une conscience dans une machine est pour moi un concept aussi iconoclaste et absurde que celui de mouvement perpétuel producteur d’énergie.


                    • trevize trevize 3 février 2014 20:34

                      "Parler de transfert au sens strict d’informations est un non sens : il n’y a que des duplication avec éventuellement des effacements.« 

                      J’ai commencé par parler de duplication, vous m’avez dit qu’il s’agit d’un transfert, et maintenant vous me dites qu’un transfert est un non sens... on n’est pas loin du dialogue de sourds.

                       »Passons sur ce détail : vous confondez la mémoire et l’intelligence avec la conscience« 

                      Comme vous le dites, on ne sait pas bien ce qu’est la conscience, mais je me vois mal la dissocier de la mémoire. Avoir conscience de soi et du monde, conscience de ce que l’on est, me paraît assez lié au souvenir des expériences que nous avons vécues.

                       »Le concept d’implantation d’une conscience dans une machine est pour moi un concept aussi iconoclaste et absurde que celui de mouvement perpétuel producteur d’énergie."

                      Pourtant, nos consciences sont déjà implantées dans des machines, nos corps, c’est un fait. Une fois qu’on a constaté ça, on peut toujours s’apercevoir que les technologies à notre disposition sont bien loin d’être aussi performantes que les machines biologiques, mais ça ne signifie pas que l’idée de transférer une conscience d’une machine à l’autre est absurde. On trouvait sûrement absurde au début du XXe siècle l’idée de transférer un organe d’un corps à l’autre, pourtant nous avons appris à le faire depuis.


                    • JL JL 3 février 2014 20:57

                      Pas facile en effet, ce genre d’échanges.

                      Concernant la conscience, on ne peut concevoir que des transferts, puisque une duplication de conscience est interdite par définition, tout comme est interdit le mouvement perpétuel. Par définition, si quelque chose est duplicable, ce n’est pas une conscience.

                      Or l’information ne peut être que dupliquée : pas transférée. C’est encore une loi de la nature.

                      Si vous ne comprenez pas ça, nous sommes en effet, condamnés à ne tenir qu’un dialogue de sourds.


                    • JL JL 4 février 2014 08:48

                      l’information ne peut être que dupliquée : pas transférée

                      Précision : Seuls les supports physiques sont transférables, physiquement.


                    • Gabriel Gabriel 3 février 2014 11:08

                      Vivre éternellement, il me semble que c’est déjà le cas… Evidement si votre envie est de vivre éternellement en ce monde alors là, bonjour le cauchemar ! J’ai tendance à croire qu’au lieu d’augmenter la quantité, défaut majeur de nos jours (vouloir toujours plus) il serait peut-être plus judicieux de travailler sur la qualité. Mais bon, tout cela demande de la réflexion et un travail sur soi et ne laisse guère de temps pour faire les magasins le dimanche et les jours fériés… Combien vont mourir de n’avoir pas vécu ?


                      • Andydrew 3 février 2014 11:36

                        Tout ce qui est appelé à paraître, est appelé à disparaitre...


                        • Aldous Aldous 3 février 2014 12:47

                          C’est pas l’objectif d’Attali qui veux trucider tout le monde à 65 ans (âge qu’il a luimême dépassé)

                          Dormez braves gens.


                          • Façon2Parler Façon2Parler 3 février 2014 13:12

                            Je regardais un reportage hier après midi à la TV (je crois que c’est issu de la théorie des anciens astronautes). 
                            Dans ce reportage (très bien réalisé d’ailleurs), était simulé la mort du soleil. Et de ce fait, ce que feront les Humains après cela. 
                            Ils expliquaient que l’Homme est en constante recherche d’exo-planètes de façon à pouvoir s’établir ailleurs, car visiblement, le fait que le soleil disparaisse, n’est clairement pas une illusion, mais quand ???... ça, c’est moins facile à prévoir. 
                            Alors, il semblerait qu’à l’abris de tout soupçon, des vaisseaux spatiaux ultra sophistiqués soient construits, dans le but d’emporter loin de la « Terre morte », une sélection d’Humains et d’animaux (une arche de Noé des temps modernes), les plus intelligents, les plus forts et surtout, ceux qui n’ont aucune maladie pathogène. 

                            Le but est de pouvoir s’auto-suffire dans ce vaisseau spatial afin de pouvoir faire un voyage d’une centaine d’années, avant de pouvoir enfin, trouver l’exo-planète qui serait la Terre promise. Et justement, s’auto-suffire pendant une centaine d’années, c’est un sacré défi... 

                            Le reportage était réellement intéressant, et semblait tout à fait compatible avec ce que pourraient faire certains Humains, dans ce genre de cas de figure. 
                            Alors « vivre » au travers de fibre optiques, dans un monde parallèle, quelque part, j’ai un peu envie de dire que plus rien ne m’étonne vraiment, réellement... 


                            • Attilax Attilax 3 février 2014 13:14

                              Si l’homme devient immortel, est-il encore un homme ?
                              Je vous conseille la lecture d’un roman de science fiction de Simone de Beauvoir (oui, elle en a fait un !) qui parle fort bien de ce sujet d’un point de vue existentialiste : « Tous les Hommes sont mortels ». Vous comprendrez peut-être en le lisant pourquoi la vie « éternelle » ne peut être qu’une malédiction...


                              • julius 1ER 3 février 2014 13:56

                                prédictions, prévisions, que ne dit-on pas et que ne te fait -on pas dire à celles-ci ???

                                En ce qui concerne le local certaines revues très sérieuses prédisaient l’hiver du siècle, on avait regardé l’indien couper du bois, beaucoup de bois et alors on avait décrété que l’hiver serait très froid, un peu comme J Attali qui décrète chaque année la mort de l’Euro et ce depuis la crise de 2007 sans que cela n’arrive jamais, décidément les faits sont têtus et font exprès de contrarier M Attali qui est obligé de se lancer dans la prédiction de la gouvernance mondiale( autre usine à gaz d’envergure planétaire) .
                                Je dirai que dans les années 1970, à la question «  »comment voyez-vous l’an 2000" les revues les plus sérieuses disaient que nous ne mangerions que de la nourriture sous forme de comprimés et de pilules, encore que le massacre de la faune halieutique nous entraîne vers cela plus rapidement que prévu, mais aussi que l’on se déplacerait avec des engins hybrides moitié voiture,moitié avion, or nous sommes encore très loin de ce scénario, et l’on est plus près de rouler à 50 klm/h en permanence que de voler.
                                Cet article fleure bon l’optimisme, mais le gros bémol que j’y mettrai c’est que même si l’on peut remplacer beaucoup de pièces aux fonctions mécaniques dans un corps humain ( voir les progrès atteints au niveau de la miniaturisation des coeurs artificiels) reste le cerveau et son domaine la cognition or comment se comportera le cerveau lorsqu’il devra commander à toute une batterie de pièces mécaniques, et là je pense que bien au delà de l’aspect simplement fonctionnel, comment se comportera t-il et comment appréciera-t-il ce nouvel univers, ce questionnement pour moi reste entier et peu de personnes peuvent répondre sur ce sujet à l’heure actuelle.
                                 

                                • trevize trevize 3 février 2014 15:08

                                  « comment se comportera le cerveau lorsqu’il devra commander à toute une batterie de pièces mécaniques »

                                  Le cerveau est très malléable, et capable de se reconfigurer. Lors de certains traumatismes crâniens, le cerveau est capable de mobiliser une nouvelle zone du cerveau jusque là inexploitée (ou sous-exploitée) pour réapprendre les fonctions perdues (motricité, parole...)

                                  Et des expériences sur des singes laissent penser que nos cerveaux s’adapteraient certainement bien à des prothèses supplémentaires, un 3e bras par exemple, que l’on pourrait commander indépendamment des 2 autres.


                                • Chabinpolitain 3 février 2014 14:05

                                  Merci à SamAgora de mettre les points sur les i !
                                  Peu importe de savoir si c’est possible ou pas, sans doute que nos connaissances techniques actuelles ne permettent pas de le penser.
                                  Ce qui importe est bien de se rendre à l’évidence, ces délires technophiles de l’Humain bionique ne peuvent conduire qu’à la mort, plus d’évolution puisque l’immortalité fige, plus d’espoir de mutations génétiques naturelles rendant depuis la nuit des temps les êtres vivants plus performants, juste des machines.
                                  L’unique espoir que les promoteurs de ce nouveau genre nourrissent est de constituer un supra-organisme constitué d’esprits ( fantômes ? ) totalement éthéré, capable d’explorer l’univers !
                                  La fin de la Vie !
                                  Se faire l’apôtre de telles perspectives relève de la psychiatrie, voire des Assises !


                                  • Façon2Parler Façon2Parler 3 février 2014 14:21

                                    Je suis tout à fait d’accord avec vous ! Le sujet m’avait interpellé, voilà pourquoi j’en ai fait un article (mais je ne suis pas du tout d’accord avec le contenu smiley )


                                    A noter tout de même qu’il s’agit là d’un « caprice » d’un milliardaire russe.. l’argent achète tout, la vie et maintenant peut être aussi la mort. 

                                    C’est surtout très dangereux car s’il existe un monde parallèle à celui que nous connaissons, le risque serait que nombre de personnes préfèrent ce monde « idyllique » au monde réel, ce qui conduirait à la perte pure et simple de l’humanité. 


                                  • trevize trevize 3 février 2014 15:18

                                    L’évolution est constamment en marche, la technologie que nous créons est le niveau supérieur de l’évolution. L’évolution peut se modéliser sous forme de couches toujours plus complexes. Les atomes s’assemblent et forment des molécules, les molécules forment des cellules, des cellules groupées forment des organismes plus complexes, et nous humains sommes l’interface, la limite entre la vie biologique et la vie technologique que nous concevons pas à pas depuis des millénaires.

                                    Nous avons simplement une idée très très étriquée de ce qu’est « la vie ». Malgré leur rigueur, aucun scientifique n’est capable de définir précisément ce qu’est la vie. Vie signifie simplement mouvement, activité, flux. Quelque chose entre, quelque chose sort, que ce soit une bouffée d’air, de la nourriture (pour les animaux), un litre de pétrole (pour une voiture), ou un flux d’électrons (pour une machine électrique)


                                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 février 2014 14:20

                                    Afin de méditer sur ce sujet passionnant, il est préférable de lire les riches commentaires que l’article en lui même...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès