Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La parapsychologie peut-elle entrer dans le champ scientifique (...)

La parapsychologie peut-elle entrer dans le champ scientifique ?

Si le bilan global de la science en tant que véhicule de la connaissance est plus que positif, le récent bug du Sud-Coréen Hwang Woo Suk - et surtout la mise en cause de l’institution de référence, Science magazine - demandent qu’on se mobilise pour stimuler l’émergence de nouvelles méthodes universelles de recherche de la connaissance.

Roger Bacon, le père de la méthode scientifique, a passé le plus gros de sa vie en prison pour avoir nié à la foi toute valeur de vérité. Il doit se retourner dans sa tombe en lisant les propos officiels du Dr Katerina Kelner - deputy editor à la revue scientifique américaine Science magazine - faisant suite au scandale de la publication par sa revue de deux articles fabriqués par le Sud-Coréen Hwang Woo Suk.

Dans le texte du Dr Kelner, long d’une dizaine de lignes, la scientifique place, en effet, deux fois le mot croyance (belief), deux fois le mot confiance (trust) et on y trouve même le mot foi (faith), employé dans une phrase qui ferait froid dans le dos des amoureux de la raison : "Nous travaillons (...) à démontrer notre invariable foi dans l’intégrité fondamentale de la vaste majorité des scientifiques, ainsi que dans l’exceptionnelle promesse de l’entreprise scientifique." On est loin du doute cartésien fondateur de l’approche expérimentale, et on comprend mieux qu’un tel aveuglement dogmatique puisse inciter certains à tricher !

Il a fallu que l’homme "tue Dieu" pour libérer en lui les facultés créatrices de la Raison. Quelles autres facultés créatrices l’homme libérerait-il en lui, s’il venait un jour à "tuer la science" ? Car si l’on ne peut nier les avancées apportées à l’humanité par la science, il nous faudra dans son procès faire l’honnête inventaire des obstacles qu’elle a mis - au nom du caractère sacré de sa méthode - sur le chemin universel qui mène à la vérité et à la connaissance. J’imagine aisément que si, demain, les méthodes scientifiques devenaient pour nous aussi peu sacrées que le sont aujourd’hui les dogmes religieux (c’est-à-dire à peine plus qu’un folklore sympathique pour initié), alors s’imposeraient à nous de nouveaux domaines de la connaissance tels que, par exemple, ceux présents à l’état embryonnaire dans la parapsychologie.

Depuis les années 1930, des scientifiques sérieux - tels que J.B. Rhine - ont utilisé les méthodes scientifiques les plus fidèles pour étudier des phénomènes inexpliqués tels que les perceptions extra-sensorielles et la psychokinèse. Depuis plus de 70 ans qu’ils sont sur le sujet, ces scientifiques ont publié un nombre impressionnant d’expériences, dans lesquelles la rigueur scientifique n’a pu être mise en défaut. Malgré ces efforts, la parapsychologie n’a toujours pas réussi à s’émanciper de son statut de "pseudo-science". Car si elle a voulu, par souci de vérité, "coller" à la science, elle s’y est retrouvée accolée comme une mouche à un papier tue-mouche ! Paradoxalement, c’est aussi peut-être parce qu’elle a échoué à s’imposer sur certains critères fondamentaux de l’approche scientifique - notamment la reproductibilité des expériences, la théorisation, et l’indépendance de l’expérimentateur - que la parapsychologie peut nous montrer la voie vers un nouveau chemin de la connaissance. Prenons par exemple la non-reproductibilité des phénomènes parapsychologiques. Il est rare, en effet, qu’un sujet soit capable d’avoir 100% de réussite aux tests de perception extra-sensorielle (Rémy Chauvin raconte pourtant l’histoire de cette petite fille qui ,après s’être concentrée, réussit à deviner chacune des 25 cartes cachées du célèbre test de Zener - une performance impossible selon les lois immuables de la probabilité. Elle ne refit jamais cette performance, pas plus que quiconque). Pour autant, un tel obstacle ne freina point, dans le passé, la science lorsque, les incertitudes de l’infiniment petit contredisant les théories de la physique classique, il fut décidé de créer une nouvelle théorie physique : celle des quantas.

Les anomalies de la physique classique ont ainsi ouvert la porte à la compréhension d’un nouveau monde. Se peut-il qu’avec celles révélées par les expériences parapsychologiques, nous soyons au seuil d’un autre monde ? Pour exister, la parapsychologie n’aurait donc pas besoin de tuer la science. Il lui faudrait tout simplement une théorie unificatrice. Parmi les théories proposées pour unifier les observations psy, celle qui me semble la plus poétique précéda le début même de la discipline. Elle fut développé en 1927 par J.W. Dunne, en réponse au phénomène des rêves prémonitoires dans le livre An experiment with time. La théorie de Dunne consiste en ce que le temps - comme l’espace - est multidimensionnel, ce que l’homme, placé dans un continuum temporel unidimensionnel, ne peut percevoir, mais que l’état de sommeil semble ouvrir à la conscience humaine.

Quand on sait que sur la base de cette théorie, le dramaturge J.B. Priestley écrit l’adorable pièce de théâtre I’ve been here before, et que la même théorie inspira à Borges sa vision de l’éternité, on ne peut que regretter que les comités de lecture de la revue Science ne soient pas, de nos jours, inspirés d’une telle imagination.


Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • nicoe (---.---.140.153) 2 février 2006 15:11

    Je relève juste ce point (je n’ai pas le temps d’en relever d’autres) :

    « une performance impossible selon les lois immuables de la probabilité »

    La définition de l’impossible en probabilité c’est qu’un événement ne puisse se produire parceque sa probabilité est nulle. Or la répétition de réponses justes à un tirage aléatoire n’est pas impossible, très peu probable évidemment mais loin d’être impossible.

    Le problème essentiel de la parapsychologie c’est qu’elle fait des prédictions assez effarante ou qu’elle postule l’existence de phénomène quasiment miraculeux.

    Or pour prouver ce genre de chose, il faut des preuves très très fortes (si je vous dis que je suis millionaire et que je vais vous envoyer un cheque de deux cent milles euros, vous mettrez certainement mes dires en doute et chercherez à ce que je les prouve). Or avec toute la meilleure volonté du monde, on a encore jamais vu un sourcier trouver l’eau dans un environnement controlé, un télékinesiste torde une cuillère sans truc, etc ...

    Et quand à l’idée de donner à la science un status aussi peu enviable que celui de n’importe quel autre discours sur le monde (« les méthodes scientifiques devenaient pour nous aussi peu sacrées que le sont aujourd’hui les dogmes religieux »), je suis désolé mais c’est faire preuve d’un relativisme extrême qui rend chaque discours identique que celui ci dise ou non la vérité. Ce qui est contraire, à mon avis, à toute ambition d’avancée technologique, sociale et humaine.


    • bob (---.---.250.72) 4 février 2006 12:41

      Certains travaux effectués en conditions contrôlées ont cependant donné lieu à des résultats probants. C’est à ce niveau que le débat - scientifique - se joue et non du côté effarant ou surprenant des résultats.

      Voir notamment :

      http://www.metapsychique.org/Recueil-de-preuves-en-faveur-du.html http://www.metapsychique.org/An-assessment-of-the-evidence-for.html

      http://www.metapsychique.org/Recueil-de-preuve (...)


    • maxime bonpain (---.---.139.196) 2 février 2006 17:51

      Attention à ne pas confondre la science avec la méthode scientifique : c’est une grave erreur, à la base de la confusion -d’amateur- du dernier commentateur. je suis d’accord avec le point statistique, mais cette personne se laisse aller sur la parapsychologie par méconnaissance évidente. Il serait plus intéressant de faire évoluer la discussion vers l’aspect philosophique, en particulier l’apparente opposition entre sens et raison.


      • (---.---.150.74) 3 février 2006 12:14

        J’aimerai comprendre comment on peut faire de la science sans s’en référer à la méthode scientifique.

        Évidemment appliquer la méthode scientifique n’implique pas que l’on fasse de la science, par contre si on veut dire d’une discipline qu’elle est scientifique elle se doit d’utiliser la méthode scientifique (en gros être soumise à l’expérience (réfutable), cette expérience devant être reproductible par n’importe qui).


      • Philippe (---.---.93.175) 2 février 2006 20:38

        L’objectif de toute recherche est de pouvoir comprendre, puis répéter les phénomènes observés. D’où la méthode scientifique. On peut bien sûr ne pas la suivre à la lettre, et certainement cela a déjà été fait. Néanmoins, plus on s’en éloigne, moins on aura de chances d’aboutir à l’objectif.

        par exemple, pour la reproductibilité des expériences : difficile de batir une théorie et de la vérifier sans cela. Et même si on y arrivait, quel en serait l’intérêt ?

        Pour les sourciers, je n’en ai jamais vu opérer en milieu contrôlé, mais dans la nature j’ai vu trouver de l’eau souvent, dont une fois à 83m de profondeur, et en annoncant cette profondeur avant de forer. A ce jour, je n’ai pas assisté à un échec de sourcier. Certains points de la méthode sont donc respectés.


        • F C Bachellerie 2 février 2006 21:25

          Par respect pour les faits, veuillez noter que oui des expériences en environnement contrôlé ont permis de prouver la télékinésie. Je propose aux lecteurs de consulter un ouvrage remarquable sur le sujet : ’Parapsychology, Research on exceptional experiences’ coordonné par Jane Henry de l’Open University de Grande-Bretagne.


          • Francois (---.---.1.30) 3 février 2006 14:12

            Je vous propose quant à moi le livre d’Alcock James « La Parapsychologie, science ou magie » qui fait le point sur les « recherches » dans ce domaine et, au contraire, conclut en l’inexistence du phénomène.


          • bob (---.---.250.72) 4 février 2006 12:41

            L’ouvrage dé Alcock est maintenant un peu daté. L’auteur a d’ailleurs beaucoup évolué concernant ses positions, cf. le récent numéro du journal of consciousness intitulé « psi war ».


          • JamesRandy (---.---.84.62) 3 février 2006 00:34

            Si la telekinesie etait prouvée ce serait la découverte du millenaire, et par la meme occasion, la personne capable de telle prouesse gagnerait les un million de dollars proposé par James Randy (qui « démonte/analyse » les croyances paranormales !)

            http://www.randi.org/research/index.html

            par respect pour les faits, ne mettez pas de l’astrologie et ses petites soeurs à Agoravox


            • F C Bachellerie 3 février 2006 01:24

              Peut-être ai-je tors, mais je fais référence aux faits suivants : Lors d’une émission de FR3 le 4 mars 1977, sous le contrôle d’un huissier de justice, d’un illusionniste spécialisé dans la fraude paranormale, et d’autres témoins Jean-Pierre Girard a plié à deux reprises une barre d’un alliage hyper-résistant. L’illusionniste a conclu : « l’expérience s’est déroulée dans des conditions irréprochables, et j’atteste que celle-ci n’a aucun rapport avec l’illusionnisme. Dans ce domaine, la parole n’appartient plus aux illusionnistes mais aux scientifiques ». Le 27 mai 1994, devant 3 illusionnistes experts et un public d’une quarantaine de personnes, des barres en alliage à mémoire de forme contôlées confiées au même sujet ont subi des déformations qui n’auraient pas pu être physiquement imposées à moins de 80° de température. Le rapport des illusionnistes a été publié par la revue scientifique La Recherche (n°86, vol.9, 188) et conclut que la nature des « phénomènes » produits par Jean-Pierre Girard ne permet pas l’introduction des techniques illusionnistes connues. « La poursuite de l’investigation de ces phénomènes doit être faite par la communauté scientifique » l’article conclut-il. James Randy a-t-il « démonté » ces deux expériences ? Merci.


            • sacha (---.---.41.244) 3 février 2006 11:47

              Malheureusement, Mr Randi n’est pas vraiment digne de confiance. C’est un personnage de spectacle qui échaffaude des accusations inquisitoires trop souvent sans fondement. Voir les témoignages de Richard Broughton sur l’incompétence de Randi, et voir comment son enquête sur les travaux de Benveniste relève de bien autre chose que de la science : de la calomnie. Donc svp, oublions les Torquemada professionels et cherchez des contradicteurs un minimum crédibles. Par exemple, comparé à Randi, Hyman a été déjà quelqu’un de plus sérieux... Quelqu’un avec qui une controverse a quelque intérêt. Enfin, sur la méthode scientifique, je renvoie aux épistémologies de Lakatos et de Feyerabend. Les épistémologies falsificationistes ont du plomb dans l’aile depuis longtemps...


            • vaab 2 juillet 2008 09:44

              http://psiland.free.fr/savoirplus/theses/la_parapsychologie_a_la_lumiere_de_popper.pdf

              A la lecture de cette thèse qui étudie la scientificité de la parapsychologie à la lumière de Popper (et donc son critère de réfutabilité), il semblerait pourtant (si toutes les sources sont correctes) que certains phénomènes classé comme de la parapsychologie ont bien donné leur preuve d’existence.

              C’est à dire, contrairement à ce qu’annonce l’auteur de cet article sur agoravox, que ces expériences ont été répétée et ce dans des conditions scientifiques (et par ailleurs bien plus surveillée que bon nombres d’expériences).

              "En 1940, on comptait déjà 33 expériences, incluant presque 1 000 000 d’essais, dont le protocole excluait toute possibilité d’indices sensoriels. Or, 27 d’entre elles donnèrent des résultats statistiquement significatifs, ce qui reste encore de nos jours exceptionnel." Mario Varvoglis, La rationalité de l’irrationnel p.103

              Néammoins, pour expliquer qu’un cas miraculeux n’ai pas pu être médiatisé, c’est tout simplement que ces cas miraculeux n’existent pas dans la durée : ce qui est observé de manière répétable c’est un biais statistique sur un très grand nombre d’expérience.

              Vous n’êtes pas près à croire la parapsychologie en l’amalgamant à l’astrologie, pourtant vous admettez probablement l’effet placebo. Celui-ci n’a jamais été expliqué scientifiquement, et n’a pu qu’avoir aujourd’hui les mêmes validations que recoit la parapsychologie : la preuve de sa reproductibilité. L’effet est mesurable.

              Ainsi, les fameux "effet de déclin", ou les facteurs "psychologique" ou environementaux tel que l’opinion du sujet face au psi (effet mouton-chèvre, l’attitude de l’expérimentateur, le rôle positif de l’anticipation, de l’extraversion du sujet, de l’aspect ludique, compétitif et créatif du test, les états modifiés de conscience (sommeil, rêve, hypnose, relaxation, privation sensorielle) ont pu être établis dans des tests scientifique reproductibles (test en double aveugle...) le descriptif des expérience et les publications me semble disponible et cité dans la thèse dont j’ai donné le lien plus haut.

              Diverses études tendent ainsi à montrer que le psi n’est pas affecté par les variables physiques : barrières matérielles, distance dans le temps ou dans l’espace.... Ces élément encore une fois sont montré dans des expériences dont le protocole ne peut plus être remis en cause.

              Enfin, notons il est vrai que la seule chose de démontré et mesuré reste l’effet, aucune de ces expériences ne pourra cautionner telle ou telle théorie farfelue. A l’image exactement de la physique quantique dont les formules décrivant les effets ont été sans cesse vérifié depuis 1927, alors que se bataillent autour de celles-ci encore pas mal d’interprétations.

              D’autres domaines, comme la psychanalyse, l’astrologie ou le marxisme, n’ont pas pu affronter le critère de réfutabilité de Popper (un des critères de scientificité les plus reconnu) et ont pourtant pignon sur rue ET clament leur respectabilité. Ou est donc notre rationnalité ?


            • girard jean-pierre (---.---.9.173) 3 février 2006 08:42

              Sur mon site, www.girard.fr ,à la rubrique TRAVAUX et RÉFÉRENCES vous pouvez prendre connaissance de quelques travaux et observations concernant les phénomènes de psychokinèse que j’ai produis ( dont des changements de structure interne de barres d’alliage, sous tube de verre scellé). A propos des fameux défis (Randi, Zététiciens et autres) je consacre tout un développement concernant les rapports de l’illusionnisme et la parapsychologie. Quelques vidéos sont téléchargeables, dont celles de stagiaires. D’autres vidéos vont prochainement être consultables (attente des droits de diffusion)d’expériences sous tubes de verre. Les dernières expériences (06/2004) que j’ai effectuées se sont déroulées à la Fondation de Psycho-physique M et M Odier à Genève sur un générateur aléatoire (photons sur miroirs semi-réfléchissants). parapsychologiquement vôtre

              Jean-pierre girard


              • Francois (---.---.1.30) 3 février 2006 14:05

                Je crois me souvenir que Mr Girard a amplement démontré ses « pouvoirs » (sic) lors d’un émission de Polac où il s’est illustré par un fameux cas de fraude. Dont acte !


              • Francois (---.---.1.30) 3 février 2006 14:08

                Dans votre texte, vous faites l’énorme erreur de croire que la physique des quanta a seulement été « inventée » de toutes pièces pour expliquer une « anomalie ». Or, contrairement aux revendications de la parapsychologie dont les expériences, vous l’avez dit, n’ont jamais pu être reproduites (ainsi, avant de vouloir expliquer un quelconque « phénomène », encore faudrait-il que celui-ci ait une existence réelle démontrée, ce qui n’est pas le cas), la physique des quanta permet de nombreuses applications dans la vie de tous les jours, comme dans celle des scientifiques. Pouvez-vous me donner une seule application de la parapsychologie ? La mécanique quantique permet en outre de faire des prédictions, la parapsychologie permet-elle de voir ses prédictions se réaliser dans des proportions elles aussi utiles ?

                Enfin, prendre faits et causes pour les parapsychologues en évoquant un espèce de complot de la « science officielle » (sic) pourrait prêter à sourire s’il ne s’agissait que d’une figure de rhétorique. Or nombreux sont ceux qui y croient vraiment, alors que si les phénomènes parapsychologiques étaient avérés, tous les scientifiques du monde entier se passionneraient pour ce nouveau champ d’investigation.


              • JamesRandy (---.---.84.62) 3 février 2006 12:23

                Il y aura toujours des personnes pour croire au merveilleux, et des gens pour en profiter. Mr Girard à un passé d’illusioniste (voir anciens numeros de Science et Vie). Mr Girard pourrait gagner un million de dollars et il ne le ferait pas ?

                D’autre part la mémoire de l’eau ( et la defense de l’homeopathie) : faites des recherches sur le site de la BBC (section sciences) et vous verrez que la démonstration a été tenté, avec toujours le million de dollars à la clef ! sous controle de laboratoires de reputation, et que les experiences ont été négatives. Le jour où je tord des cuillers par la seule force de ma pensée, et que je puisse gagner un million de dollars, je n’hesite pas ! vous si ? (il faut juste accepter d’etre controlé... pour eviter les techniques d’illusionistes, que l’on peut admirer dans un cabaret)


                • francis Gatti (---.---.142.180) 31 août 2006 09:23

                  Je voudrais savoir si c’est bien james RANDY qui a posté ce message et pas une personne ayant pris son nom pour pseudo.

                  J’ai pas mal de choses a dire (et de propositions a faire) sur le fait que la parapsychologie fait partie a part entire d ela science.Elle concerne surtout la physique fondamentale


                • Jacques Chirac (---.---.117.45) 3 février 2007 01:14

                  « Je voudrais savoir si c’est bien james RANDY qui a posté ce message et pas une personne ayant pris son nom pour pseudo. »

                  huhu voilà qui en dit long sur votre crédulité...


                • SebM (---.---.28.230) 3 février 2006 13:16

                  J’imagine que si un jour j’arrive à manipuler des objets à distance, ma première réaction ne serait pas forcément d’aller encaisser un chèque. Je serais suffisamment boulversé dans mes « croyances » cartésiennes pour apréhender la vie et le don (?) qu’il m’a été fait d’une façon moins mercantile et plus phylosophique. Le fait que personne ne soit venu réclamer son chèque n’est pour moi en l’occurence pas la preuve de la non existence de ce type de phénomène.


                  • nicoe (---.---.150.74) 3 février 2006 13:55

                    Voila tout le problème, c’est qu’il ne faut pas de preuve de la non-existence mais plutôt des preuves de l’existence de tels phénomènes.

                    Et si les tordeurs de cuillères sont prêts à passer à la télé ou à écrire des livres, je ne vois pas ce qui les empèche de toucher un million de dollars, d’autant plus qu’ils pourraient négocier pour obtenir l’anonymat.


                  • JMA (---.---.2.95) 3 février 2006 14:14

                    Je voulais juste dire que je ne suis pas d’accord avec les gens qui critiques James Randi. Je suis d’assez prêt le forum du « James Randi Educationnal Fondation » (JREF) :

                    http://forums.randi.org/

                    On y discute des candidatures pour le Million Dollar Challenge reçues par le JREF et de la méthodologie qui sera utilisée pour les tester. Bien entendu ultimement la décision revient à l’équipe de test du JREF, mais pour avoir lu ces discussions et y avoir participé moi-même je trouve qu’ils font de l’excellent boulot.

                    Ceux qui critiquent James Randi le font simplement parce qu’ils ont envies de croire au paranormal et que quelqu’un qui apporte des éléments qui falsifient leur croyance les déranges profondéments. Je peux comprendre, mais je ne trouve pas la critique légitime...


                    • yaayaa (---.---.105.161) 3 février 2006 14:44

                      Je signale que les scientifiques seraient les premiers ravis de constater un phénomène dit paranormal. N’est-ce pas le rêve de tout scientifique de prouver et d’expliquer quelque chose qui ne l’est pas encore ? Pourtant, aucun phénomène paranormal n’a à ma connaissance été reproduit (la méthode scientifique que j’ai adoptée va tout de même m’amener à me renseigner au sujet des expériences que vous citez). Or, avant de chercher à comprendre « comment ça pourrait marcher », il convient de se demander si cela marche effectivement, i.e. si le phénomène est constaté. Il n’est pas dans l’intérêt de la science de mettre volontairement de côté l’un de ses possibles champs d’investigation. Cela ne tient pas. En revanche, je devine bien l’intérêt de certains à postuler l’existence de phénomènes tout en les désignant comme inaccessibles par la science .... A ceux que le sujet intéresse, je conseille une recherche du mot zététique sur internet.


                      • Richard Monvoisin (---.---.62.245) 3 février 2006 15:08

                        Monsieur Bachellerie, votre article soulève quelques problèmes et amène une proposition :

                        - Les travaux de JB Rhine ont été depuis longtemps remis en cause, et ses protocoles souffrent d’un nombre incroyable de biais. Dans l’espoir d’une parapsychologie scientifique, mieux vaut ranger Rhine sur une étagère, et se tourner vers les expériences encore en balance de Sheldrake ou de Radin par ex. Citer Rhine fait désormais sourire n’importe quel curieux de la parapsychologie.

                        - Il y a des travaux plus sérieux effectués depuis sur la question, et qui ne permettent toujours pas d’apporter l’assise scientifique à la parapsychologie. Si vous trouvez un protocole expérimental qui en fait la démonstration, l’Observatoire Zététique, mais aussi des structures comme l’Institut Métapsychique en seraient ravis.

                        Vous écrivez : « veuillez noter que oui des expériences en environnement contrôlé ont permis de prouver la télékinésie. Je propose aux lecteurs de consulter un ouvrage remarquable sur le sujet : ’Parapsychology, Research on exceptional experiences’ coordonné par Jane Henry de l’Open University de Grande-Bretagne ».

                        Je propose aux lecteurs de suivre un éventuel protocole que nous pourrions bâtir ensemble sur les expériences de Jane Henry. Ainsi, Agoravox serait la tribune où éventuellement la parapsychologie deviendrait véritablement scientifique, - ce contre quoi je n’ai rien, évidemment, au contraire.

                        En guise d’invitation, donc. Pour pousser la discussion plus avant, un yahoogroupe très actif et courtois est à disposition : http://fr.groups.yahoo.com/group/zeteticiens (sur lequel est discrètement présent Jean-Pierre Girard, mais aussi Yves Lignon, ce qui ne corroborera pas une image « fermée » de la zététique.

                        Bien cordialement Richard Monvoisin Observatoire Z

                        PS :
                        - Rémy Chauvin : hormis dans le champ des animaux sociaux, il devient difficile d’accréditer ses propos tant ils sont émaillés de choses explicitement fausses, dans ses écrits comme dans ses conférences.
                        - Randi : quoi que le ton qu’il employait (il a un peu changé en vieillissant) ne soit pas notre tasse de thé à l’OZ - ce dont témoigneront sceptiques comme parapys avec lesquels nous sommes en contact - , et bien qu’il y ait des choses criticables dans sa façon de traiter certains dossiers, il ne faut pas raconter trop de bêtises et bien se pencher sur l’affaire de la mémoire de l’eau sur laquelle un nombre « qui défie les lois de proba » de bêtises ont été écrites.


                        • sacha (---.---.41.244) 3 février 2006 18:38

                          Une petite remarque en passant, a propos des fondateurs de disciplines scientifiques : Si citer Rhine peut faire sourire le curieux de parapsychologie, alors citer Galilee devrait donner des crises de fou rire compulsif au curieux de physique, pour peu qu’il croit sincerement à cette chere methode scientifique tant vantee... Or Galilee est un admirable grand-pere de la pensee moderne. Qu’il ait employe la rhetorique, qu’il ai utilise nombre d’arguments ad hoc, qu’il ai meme truque ses experiences au-delà des pires choses entendues chez les plus sombres inquisiteurs du psi... tout celà n’a pas empeche Galilee d’ouvrir ses contemporains a de nouveaux horizons. Pour revenir a ce malheureux chercheur sud-coreen dont parle l’article, peut-etre a-t’il eu l’idee imprudente de marcher dans les pas du grand ancetre de la physique moderne... ?


                        • maxou la fripouille (---.---.145.10) 3 février 2006 15:21

                          mais qu’est-ce qu’il ne faut pas lire ! il existe donc des gens qui n’ont rien trouvé de plus interessant que de se demander si l’on peut tordre des petites cuillers à distance ! Ah, je ris ! Alors qu’est laissée de côté LA question, celle de la vie après la vie, et liée à celle-ci, celle de la vie hors de notre petite planète de tordeurs de cuillèrs ! Enfin, au moins je comprends mieux pourquoi les gens lisent cette *** de Dan Brown au lieu lieu d’aller voir Alien au ciné !


                          • sacha (---.---.41.244) 3 février 2006 18:17

                            Tout de même, les meta-analyses des expériences d’esp dites ’Ganzfeld’, d’apres le protocole approuve par Hyman et Honorton, ont apporte a plusieurs reprises des resultats non negligeables (de memoire, notamment une meta-analyse de 2001 ou 2002 dans le Journal of Parapsychology)... Et voyez aussi les experiences de Bierman et Radin sur le pressentiment. Pretendre qu’il n’y a aucun resultat reproductible et reproduit n’est pas ethiquement acceptable. Puisque chacun va de sa citation dans les commentaires precedents, je vous conseille The Conscious Universe de Dean Radin. Radin y parle beaucoup de probabilites et de meta-analyses. (Et accessoirement le Parapsychology : A Controversial Science de Richard Broughton... un peu date, faible sur le discours statistique mais informatif). Toutefois personnelement je regrette la tournure falsificationiste des discours employes, tant par les parapsychologues que par les zeteticiens. Ce qui est terrible tout de meme avec ces discussions, c’est que tout le monde fini par debattre dans les termes du falsificationisme, une epistemologie virale, un vrai trompe-l’oeil : Car en realite, d’un cote comme de l’autre de la controverse, les arguments ad hoc sont legions... Et ca n’est pas grave, car c’est ainsi que la Science avance (avec des periodes de stagnation du fait de son Institutionalisation, dans laquelle les zeteticiens jouent probablement un role certain de ’gatekeepers’). En parlant d’arguments ad hoc : ils sont patents quand on retrace les articles successifs du Zeteticien Hyman (encore plus caricatural dans le cas de Hansel). Par exemple, quand les experiences ganzfeld apportent une reproductibilite raisonnable, les zeteticiens retorquent que les probabilites ne prouvent rien et que correlation n’est pas preuve de causalite. Belle rhetorique, qu’il serait amusant d’appliquer a l’industrie pharmaceutique !

                            J’en profite donc pour poser la question a M. Monvoisin : Dans sa doxa, votre observatoire Zeteticien pretend-il adherer aveuglement a l’epistemologie falsificationiste ? Que faites-vous des critiques epistemologiques de Lakatos, Feyerabend et autres depuis plus de 30 ans ?


                            • Richard Monvoisin (---.---.62.245) 3 février 2006 23:34

                              Bonjour Sacha, l’OZ n’est pas une structure qui a des salariés. De fait, nous ne pouvons pas tester toutes les expériences que propose un Sheldrake par exemple. Par contre, nous avons déjà eu l’occasion de dire à la sphère parapsychologique française - et notamment à M. Varvoglis : fournissez-nous un protocole qui vous semble reproductible (ce qui bouclerait le débat) et reproduisons-le de façon satisfaisante ensemble. Pour des raisons nébuleuses, le seul protocole proposé nécessitait... un hôpital ! Pourtant, nombre d’expériences pourraient être refaites avec des critères consensuels.

                              Mais je ne comprends pas de quoi vous parlez quand vous invoquez de arguments Ad hoc. « Par exemple, quand les experiences ganzfeld apportent une reproductibilite raisonnable, les zeteticiens retorquent que les probabilites ne prouvent rien et que correlation n’est pas preuve de causalite. »

                              Je suis en contact avec, disons, 95% des zététiciens français et je n’en connais aucun qui tiennent ce genre de discours. Nous évitons l’effet bi-standard, qui consiste à réevaluer après coup les critères de validation d’une hypothèse. Que les expériences sur le Ganzfeld se fassent , avec vous, avec nous, et nous serons fixés.

                              « Dans sa doxa, votre observatoire Zeteticien pretend-il adherer aveuglement a l’epistemologie falsificationiste ? Que faites-vous des critiques epistemologiques de Lakatos, Feyerabend et autres depuis plus de 30 ans ? »

                              Quant au falsificationnisme, sans rentrer dans un débat, et n’étant pas sûr de ce que vous mettez derrière ce terme (Popper en bloc) je me contenterai de dire que les critères de Popper sont insuffisants, utiles mais insuffisants. Il y a à ce titre un travail très clair de Bricmont à ce sujet sur dogma.free.fr/txt/JB_Popper01.htm. auquel j’adhère. Mais je vous rassure : à l’OZ, il n’y a pas de doxa, et cet avis, il n’engage que moi. Quant à Feyerabend, avec tout le stimulant que sa lecture m’a apporté, j’y saisis les risques de relativisme méthodologique, bien critiqués chez Bouveresse, Sokal,etc. Imre Lakatos, j’ai survolé son oeuvre et suis incompétent pour émettre un jugement.

                              Bien cordialement

                              Richard Monvoisin


                            • vaab 2 juillet 2008 10:05

                              J’avoue ne pas maitriser ce sujet autant que vous semblez le maitrise, ce domaine excite pourtant ma curiosité.

                              Mais je suis souvent assez mécontent de ce qui parait dans la sphère médiatique au niveau zététique. J’ajoute que beaucoup de conneries d’un niveau lamentable ont été écrite par des apprentis zététiciens (un exemple frappant selon moi : http://www.zetetique.ldh.org/poussin.html ). Apprendre qu’il y a un réel courant zététique qui évite ces arguments ad hoc et les tournures de phrases assassines et théatrales me rassure un peu.

                              Je vais de ce pas aller voir les références que vous avez cité en espérant y trouver le même esprit rationnel que vous avez manifesté dans vos réactions ici.


                            • Guiteuze (---.---.75.156) 3 février 2006 20:58

                              Cher Mr Bachellerie,

                              je retrouve la vos qualites journalistiques exceptionnelles. Sans prendre (trop) parti, et sans, a mon sens, proposer quoique ce soit, vous choisissez un sujet, profond, tres contemporain, et societal, et nous mettez en face de nos propres contradictions. Le debat genere est d’une qualite certaine si l’on en juge par ces commentaires. Votre article est un excellent catalyseur pour aller plus loin, ce que Mr Monvoisin entreprend (bravo).

                              Si l’on exclue le « racolage » completement deplace mais drole (et c’est bon, de rire !) de Mr Girard et de ses K7 video, et quelques opiniatres peremptoires, il semblerait qu’une fois de plus vous ayez reussi votre pari pour faire avancer... j’allais dire le debat... mais serait-ce... la science ?

                              Enfin quelqu’un qui a compris comment utiliser le journalisme sur le web : mettre sa puissance (l’interactivite) a contribution. Cela fonctionne parfaitement, et votre article detonnateur nous permet, a tous, d’en savoir dorenavant beacoup plus sur le sujet, quel qu’il soit, grace aux commentateurs.

                              Encore Bravo !


                              • un pote a guiteuze (---.---.42.248) 3 février 2006 21:14

                                tres chers messieurs bachellerie, guiteuze et les autres, surtout les autres. je trouve que ce débat dévie un tantinet de son sujet (à savoir la question dans le joli titre si bien écrit). Et bien je me propose 2 choses pour le prix d’une : vous remettre dans le droit chemin, et y répondre en meme temps, comme ca on pourra aller se coucher avec un bon bouquin et etre en pleine forme demain. alors, point 1 de ma démonstration, le point de départ : vous serez tous d’accord pour admettre qu’il y a 2 types de « sciences », à savoir les sciences humaines et sociales et les sciences dures (math, etc). je ne sais pas pourquoi on n’appelle pas les sciences humaines des sciences molles, ni meme pourquoi on les appelle sciences du tout, mais là j’écris juste pour me faire plaisir et montrer à monsieur guiteuze que je sais faire de belles phrases. cet aparté maintenant fini, j’en arrive logiquement au point 2 de ma demo : les sciences dures (les belles, les vraies) ont une méthode quantitative, basé sur des faits, des chiffres et des jolis graphs powerpoints, alors que les sciences (arf !) humaines sont basées sur du qualitatif, par définition impossible à reproduire, et donc un tantinet pipeau. point 3 (bientôt fini) : la para-psychologie, vu son objectif avoué de s’interesser aux charlatans, ne peut qu’être une science molle, donc un pipeau de chez pipeau. et je tiens à féliciter monsieur la fripouille pour etre le seul à avoir su dépasser ce niveau pour s’interesser à des questions fondamentales (on sent le philosophe). donc en conclusion, et pour mettre tout le monde d’accord, la para-psychologie est une science (ca je le dis pour ne pas me faire massacrer par les gentils commentateurs ci-dessus), mais un peu molle du genou, et si on votait je la mettrais bien dans la catégorie « perte de temps ». CQFD. ce débat étant clos, je suggère de passer à l’autre article, tout aussi interessant, de monsieur bachellerie sur agoravox.


                                • odile (---.---.196.2) 22 février 2006 15:53

                                  Les sciences humaines, pourquoi on les appelle science ? Parce que des gens comme vous sont de magnifiques objets d’observation ! Des cas d’école on pourrait dire. Que de chemin il vous reste à parcourir avant de comprendre ce que sont les sciences humaines. Bonne route, en espérant que quelqu’un croise votre chemin et ait la patience de vous éclairer un peu pour vos débuts qui semblent bien difficiles. Il faut avant tout un peu de curiosité, beaucoup d’humilité et déposer dans un coin tous ses à priori. Vous avez du boulot ! Mais mon optimisme me dit que tout n’est pas perdu. Bon courage Odile


                                • un prof de francais (---.---.42.248) 3 février 2006 21:19

                                  je fais le tour des blogs, et on voit que celui ci attire des gens cultivés, meme s’ils ne parlent que de foutaises. c’est le monde à l’envers !


                                  • AnAnotherWay (---.---.12.50) 4 février 2006 02:43

                                    une question :

                                    la science (ou plutôt son discours auto-référentiel) est-elle pétrie de certitudes au point qu’elle oublie sa fondation : le doute ?

                                    Connaissons nous l’ensemble des mécanismes de l’intéraction des différentes couches du soleil et sommes nous capables de les reproduires ?

                                    A ma connaissance, non. Le projet ITER est un exemple frappant que des hypothèses et des modèles (étape par étape) se doivent d’être confrontées à l’expérimentation et seule celle-ci (l’expérimentation) permet de déterminer leurs validité.

                                    L’échec des hypothèses et des théories face à l’expérimentation n’est (pour utiliser une métaphore) que l’enlèvement de la gangue et le polissage du diamant du savoir. Certaines hypothèses d’Einstein n’ont pu être prouvées experimentalement que 50 ans après leur formulation. L’évolution des procédés et des methodes ayant permis de fournir les moyens de la preuve expérimentale et reproductible.

                                    Se basant sur ces constats, nul ne peut se permettre de balayer le champ d’investigation que propose la « parapsychologie » en n’ayant pour seuls arguments que la « non reproductibilité de phénomènes » dont les probabilités ne sont même pas déterminés à l’heure actuelle et des discours d’opinions qui souvent masquent à autrui et surtout à soi-même que ce que l’on veut vraiment dire est : « Je ne sais pas ».

                                    Car il ne faut jamais oublier que la base de toute démarche scientifique est le doute qui s’exprime par « et si ? ». Les certitudes ne posent jamais cette question.

                                    La terre est ronde ! Et si en fait, elle a la forme d’un ellipsoïde de révolution ?

                                    Pour la solution voir : http://perso.wanadoo.fr/olivier.granier/thermo/expcsi2/terre/terre.htm


                                    • F C Bachellerie 4 février 2006 11:44

                                      J’allais le dire !


                                    • bob (---.---.250.72) 4 février 2006 12:32

                                      L’ouvrage dé Alcock est maintenant un peu daté. L’auteur a d’ailleurs beaucoup évolué concernant ses positions, cf. le récent numéro du journal of consciousness intitulé « psi war ».


                                      • bob (---.---.250.72) 4 février 2006 12:39

                                        Certains travaux effectués en conditions contrôlées ont cependant donné lieu à des résultats probants. C’est à ce niveau que le débat - scientifique - se joue et non du côté effarant ou surprenant des résultats.

                                        Voir notamment :

                                        http://www.metapsychique.org/Recueil-de-preuves-en-faveur-du.html http://www.metapsychique.org/An-assessment-of-the-evidence-for.html


                                        • jason (---.---.195.142) 4 février 2006 13:54

                                          LA SCIENCE NE PENSE PAS MAIS LES SCIENTIFIQUES PENSENT ; ALORS ESTCE LA SCIENCE QUI REFLECHIT LES SCIENTIFIQUES OU LES SCIENTIFIQUES QUI REFLECHISSENT LA SCIENCE ? LA SCIENCE S4ADAPTE ELLE A SON SCIENTIFIQUE OU EST CE LE SCIENTIFIQUE QUI S4ADAPTE A SA SCIENCE ?


                                          • Sacha Kagan (---.---.76.152) 4 février 2006 15:13

                                            M. Monvoisin, merci pour votre reponse. Mes arguments critiques se rapportaient aux zeteticiens et autre personnalites se declarant « skeptics » aux Etats-Unis. Je dois avouer que je suis surtout un lecteur de la litterature anglo-saxonne, et donc je ne peux que vous croire et feliciter les Zeteticiens Francais s’ ils s’ efforcent d’ eviter le « bi-stantard » comme vous dites. A une exception pres : je crois savoir que M. Charpak est proche de la Zetetique, or ses discours publics me semblent extremement choquants, non seulement en ce qui concerne le psi mais surtout (beaucoup plus important) en ce qui concerne le travail courageux de la CRII-RAD sur la radioactivite (dans ce dernier cas je n’ hesite pas a considerer le discours de M. Charpak comme inacceptable sur un plan ethique tout comme le sont par exemple les negations de l’ effet de serre _je ne parle plus ici de science mais d’ ethique et de Soutenabilite dans des discours et politiques publiques auxquels contribuent les debats tels que celui-ci_ ).

                                            Pour en revenir a la parapsychologie, esperons que vous et vos interlocuteurs comme Varvoglis saurez travailler ensemble sur de futurs protocoles. Je ne suis pas actif dans ce champ (appartenant aux miserables « sciences molles » qu’ un commentateur a pu critiquer avec un complexe de superiorite bien problematique... et ayant des priorites plus urgentes que le psi, comme le developpement durable). Mais je ne vois pas pourquoi, si vous vous associez avec l’ IMI, ensemble vous ne pourriez pas trouver un budget pour par exemple reproduire le protocole Hyman-Honorton ou les experiences sur le pressentiment de Bierman. D’ ailleurs, en ce qui concerne le Ganzfeld, je peux toutefois comprendre l’agacement des parapsychologues face a votre attitude. Le protocole Hyman-Honorton a deja ete reproduit a de nombreuses reprises, vous le savez probablement. Il n’est pas raisonnable de vouloir absolument le reproduire en France avant de porter un jugement sur les meta-analyses existantes ni de pretendre discrediter ces reproductions et meta-analyse par une reintroduction ad hoc de critiques traitees justement par ledit protocole (voir par exemple le resume fait par le « skeptic » Mr. Carrol sur http://skepdic.com/parapsy.html : le dernier paragraphe sur le ganzfeld est un exemple d’une telle attitude peu constructive).

                                            Je souhaites enfin reagir au ’pote a guiteuse’ qui croie pouvoir affirmer la superiorite des « sciences dures »... Puisque nous sommes ici dans la profession de foi, je pense pour ma part que les sciences sociales, quitte a choisir, sont souvent superieures aux sciences dures dans la mesure ou (« insofar as ») elles mettent en pratique une Reflexivite (cf. Bourdieu) qui fait defaut dans le commentaire dudit ’pote a guiteuse’. Il pretend que les « faits » et le « quantitatif » (qui par ailleurs existe aussi en sociologie, cqfd) marquent la superiorite des sciences dites dures... Or c’ est justement ici que l’ enseignement epistemologique fait defaut a de nombreux scientifiques ’endurcis’, qui pourrait reveler la fragilite et les dangers de la croyance aux ’faits’. Les arguments de Sokal n’ annulent aucunement la portee de la critique de Heinz von Foerster. Si les faits existent en soi, nous ne pouvons jamais les apprehender qu’ a travers nos constructions, et donc nous n’ avons jamais un acces directs aux faits. Affirmer le contraire fait malheureusement deriver une grande part des scientifiques vers un dogmatisme dommageable pour notre intelligence de la realite. En conclusion, notre imperatif ne devrait pas etre d’ ouvrir la science avec la parapsychologie pour aboutir a une decouverte de ’la verite’, a l’ interieur d’un dogmatisme Popperrien ou ’plus-que-Popperrien’, mais de renouer le pacte de la science avec l’ Humanisme, une science d’ Humilite et plus tolerante avec ses marges aventureuses comme la parapsychologie... Une science qui n’ ai pas peur de se comparer a un art et de se reconnaitre dans une epistemologie creative et pluraliste (qu’ on l’ appelle anarchisme epistemologique, constructivisme cognitif ou philosophie de la trans-difference)...


                                            • Manu (---.---.241.212) 4 février 2006 15:16

                                              Bien que scientifique convaincu, j’attends toujours impatiemment la mise en évidence de phénomènes paranormaux. Franchement, si demain on ouvre la voie qui permettra de réaliser une école telle qu’Hogwarts (celle d’Harry POTTER), j’applaudirai des deux mains -et à peu près la moitié de la planète avec moi-.

                                              En attendant, il est surprenant de n’avoir toujours rien de tangible sous la main, si ces phénomènes existent réellement.

                                              En ce qui concerne les sourciers et autres phénomènes, j’invite à la lecture de « devenez sorcier, devenez savant » de Georges CHARPACK. Loin de mépriser le phénomène, une expérience tend à montrer, que si les sourciers ne sont pas des « détecteurs à eau », en revanche, leur expérience de terrain leur permet vraisemblablement de trouver de l’eau.


                                              • john (---.---.251.64) 4 février 2006 16:55

                                                Je vous invite pour ma part à la lecture de la réponse de Bertrand Meheust à l’ouvrage de Broch et Charpack et à consulter les liens déjà donnés concernant des expériences effectuées en conditions contrôlées. Je suis toujours étonné que les gens se permettent de clamer haut et fort qu’il n’existe aucune expérience probante alors qu’ils n’ont même pas chercher à vérifier !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès