Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le dogme génético-progressiste est en marche, et il est tentaculaire (...)

Le dogme génético-progressiste est en marche, et il est tentaculaire !

Le génético-progressisme, principale idéologie de l’âge biotech repose sur la croyance de la possibilité de maîtrise du génome par l’homme, dont une des conséquences est la volonté de création de nouveaux organismes dits « génétiquement modifiés ».

Ce dogme totalitaire dispose d’un appui financier et industriel très puissant, supporté par des multinationales, des banques, des think tank, mais aussi des Etats, dont les organismes décisionnels sont infiltrés par les adeptes de cette idéologie. Il est aussi relayé par de nombreux réseaux ou associations dits "sceptiques", "rationalistes"[réf.] ou "progressistes et matérialistes"[réf.], voyant dans la technique le remède aux problèmes de société, position critiquée en son temps par Habermas dans La Technique et la Science, comme idéologie, et qui caractérise un transfert collectif lié au refoulement historique du religieux dans et par l’institutionnel, dans les sociétés humaines.

Le génético-progressisme : un technoscientisme médiatisé

Le génético-progressisme est une branche du scientisme ou technoscientisme dans le domaine de la biologie expérimentale, et découle logiquement et historiquement de l’insuffisance et de l’abandon de la recherche théorique en biologie fondamentale dans les grandes politiques de direction de la recherche académique[réf.]. Cet abandon généralisé de la recherche théorique en biologie, suscité par le développement économique libéralisé ou étatisé de la science liée à l’industrie - portée majoritairement à l’innovation technique[réf.] et à la surenchère du spectaculaire[réf.] dans la médiatisation scientifique -, est une caractéristique de la déviation de l’esprit scientifique dans les sociétés modernes, véhiculé dans le domaine public par les campagnes de communication et de publicité de la grande industrie, grands annonceurs des journaux d’actualités ou de vulgarisation scientifique, comme La Recherche, Sciences et vie, Sciences et avenir, etc., en ce qui concerne quelques magazines francophones.

Aussi, le développement d’internet, vaste outil de communication, d’information, mais aussi de propagande n’échappe pas aux activités des promoteurs du génético-progressisme, faisant l’apologie des OGM agricoles et des modifications génétiques, tout en défendant bien souvent dans le même temps tous les aspects industriels de l’innovation scientifique, et ce, que ce soit le nucléaire, les nanotechnologies, la biologie synthétique ou tout autre domaine requérant la prudence, la rigueur scientifique et la précaution en tant que principes, avant toute application industrielle de masse de ces technologies.

Une collusion politico-industrielle tentaculaire

La science n’échappe pas elle non plus à l’économie de marché globalisée, pas plus que l’agriculture, premier débouché des compagnies industrialisant les processus de modifications génétiques afin de produire de "nouveaux organismes". Aussi les intérêts financiers colossaux liés à ces industries sont ceux de la reconversion et du développement des grandes multinationales de la chimie industrielle (premières industries pollueuses au monde avec les compagnies pétrolières), qui ont très tôt, dans la première moitié du XXe siècle, développé leurs activités au niveau des marchés agricoles corrélativement au développement de l’industrie du machinisme, pour finalement se rapprocher dans des alliances financières très étroites, aux intérêts des start-up et grandes industries pharmaceutiques, notamment en subventionnant des laboratoires de recherche dans les universités[réf.], des organismes de communication, comme le Center for Consumer Freedom et des think tank ou réseaux de promotion des OGM au niveau international, comme l’ISAAA ou AGBioWorld [liens]. Ces intérêts constituent un immense système de collusion entre divers champs d’activités industrielles, soutenu par les pouvoirs politiques et leurs représentants, sponsorisés lors de leurs campagnes électorales par ces mêmes réseaux aux pouvoirs financiers importants. Aussi, au sein de ce système, n’est-il plus étonnant de trouver des compagnies pétrolières, investissant dans les biotechnologies (la British Petroleum rejoignant la Biotechnology Industry Organization [réf.]), ou des compagnies pharmaceutiques produisant des semences génétiquement modifiées pour l’agriculture (Aventis Crop Science rachetée par Bayer Crop Science[réf.]) ou encore l’Académie des Sciences françaises s’affiliant à l’industrie biotechnologique (Fondation Aventis-Institut de France).

Le dogme génético-progressiste, reposant sur le mythe du contrôle du vivant par la compréhension et la manipulation des gènes, est tentaculaire et a infiltré toutes les composantes de la démocratie, des organismes d’Etat, à l’industrie, en passant par les associations et les médias scientifiques. Une vigilance lucide reste le seul atout dont dispose le citoyen pour faire face à cette nouvelle dictature idéologico-scientifique de la pensée unique, au cœur même du vivant.

L’illusion du contrôle du vivant : le mythe du génie génétique

L’illusion et la volonté de contrôle des processus biologiques fait partie intégrante de la rhétorique des défenseurs des OGM agricoles. Ce mythe du contrôle des processus biologiques, au niveau génétique et au cœur même des cellules, résulte d’une croyance aveugle aux dogmes de la génétique simpliste (à un, deux ou plusieurs gènes), de la fragmentation de l’expérience prise comme ordre d’un savoir absolu, et d’une confiance irrationnelle au réductionnisme instrumentaliste, transféré au niveau sanitaire et environnemental.

Un exemple type de ce mythe du contrôle du vivant se retrouve dans l’idée que les processus de reproduction naturelle sont moins fiables ou plus incertains qu’une transgénèse de laboratoire, du fait que l’on n’en connaisse pas dans les détails tous les mécanismes. Ce renversement du sens, faisant du technicien en génie génétique le garant de processus biologiques, relève non seulement d’une hérésie scientifique, mais aussi philosophique, prônant : "L’homme et sa technique, maîtres de la vie".

Un fervent défenseur des OGM, Louis-Marie Houdebine, chercheur à l’Inra et cofondateur d’une start-up de transgénèse animale, relaie ce genre d’informations infondées, basées sur le mythe de l’homme, partie du vivant, contrôlant la vie par le génome : "Les OGM comportent des incertitudes, mais pas plus que les semences classiques qui sont obtenues par des sélections où on ne contrôle que très peu de chose." Nouvel Observateur.

Il affirmait cependant, dans une conférence de l’"Université de tous les savoirs" : La transgenèse et ses applications, en janvier 2000 : "Quand on met un transgène souvent il ne marche pas bien, ou il ne marche pas du tout, ou il marche à un faible taux, ou il ne marche pas là où on voudrait [...] quand on construit un gène, ben on fait n’importe quoi [...]Une des choses que l’on souhaite faire absolument, eh bien évidemment... c’est d’avoir la maîtrise totale du transgène..."

Louis-Marie Houdebine, janvier 2000

Cette dernière affirmation repose encore une fois sur l’idéologie complètement infondée de la toute-puissance du réductionnisme expérimental humain sur le vivant, et exprime bien dans la bouche de ce chercheur, le dogme totalitaire sous-jacent à cette croyance, réduisant les organismes à des "systèmes de production", à des usines vivantes ou à des machines dont le "fonctionnement" doit être "viable". Cette même idéologie globalitaire qui entend dominer le monde et imposer ses valeurs marchandes, au détriment des cultures locales et des différents rapports à la vie qu’entretiennent et sur lesquels se basent ces mêmes cultures, prétend combattre l’obscurantisme, mais repose elle aussi sur un mythe : celui du contrôle du vivant, et sur une idéologie érigeant la technophilie industrielle en principe supérieur dans la société moderne.


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 25 avril 2008 11:18

    On hésite à penser si cet article est simplement de mauvaise foi ou illustre la véritable pensée de ses auteurs. Avec un peu de chance, il ne s’agit que de la première solution, d’un simple argumentaire publicitaire destiné à faire avancer la cause anti-OGM. Et après tout, plus c’est gros, plus ça passe, il y a tellement d’exagération, voire de contre-vérités dans cet article que cela semble le plus probable.

    Beaucoup plus inquiétante serait la seconde hypothèse, qui révélerait non seulement une méconnaissance totale de ce qu’est la science et ses mécanismes, mais aussi l’émergence d’une catégorie de la population en France pour qui le dogme prime sur les faits. On pourrait largement comparer cette attitude à celle des créationistes américains, qui est celle d’essayer de faire coller les faits avec le dogme, plutôt que de déduire le dogme (ou la réalité) des faits. 

    Comme je suis optimiste de nature, je me rassurerai en pensant que ma première hypothèse est bien la bonne, ce qui devrait être rapidement validé par les commentaires et évaluations qui s’abattrons sur ces remarques.


    • aurelien aurelien 25 avril 2008 11:38

      Oui, vous avez raison, l’article a bien pour but de détruire le dogme génético-progressiste que vous semblez aussi cautionner.

      Je suis l’auteur de l’article publié par Anti-OGM.info, et les exagérations et contre-vérités sont sûrement tellement nombreuses que vous ne souhaitez pas les citer Dommage, tout cela ne semble pas très ancré dans une démarche scientifique pour une personne comme "Voltaire". Nous ne sommes plus au XVIIe siècle, et il ya bien longtemps que l’argument d’autorité ne fait plus aujourd’hui "foi"...depuis par exemple la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et l’apparition de la démocratie y compris en sciences.


    • Voltaire Voltaire 25 avril 2008 12:01

      Vous me rassurez ! J’avais fort peur que ma seconde hypothèse puisse être juste...

      On ne débat pas avec des arguments rationnels contre la mauvaise foi ou la publicité, il me serait donc bien inutile d’entrer dans cet échange.

      Mon illustre homonyme serait bien peiné d’être assimilé à un auteur du XVIIème siècle, je pense qu’il se préfère au sein des lumières du XVIIIème. Je vous conseille en revanche sa lecture, qui est toujours d’actualité quant à ce qui oppose dogme et raison.


    • aurelien aurelien 25 avril 2008 12:11

      Effectivement, il n’avait que 6 ans au XVIIIe siècle et n’était donc pas en âge d’écrire. Cela dit, le déni de rationnalité dont vous témoignez, face aux faits, indique-t-il que vous ne souhaitez tester la réfutabilité de vos hypothèses et le questionnement de votre dogme (?) au sujet de la problématique scientifique en question ici présentée ?


    • Voltaire Voltaire 25 avril 2008 12:41

      @aurelien

      Il me semble avoir répondu à votre question... Cet article n’est pas une analyse ni même une opinion, c’est une publicité anti-OGM. Afin de vendre votre message, vous y avez inclus des éléments hors contexte et erronés, en toute mauvaise foi, comme on affiche une femme nue pour vendre un produit quelconque. Je ne vois donc pas l’intérêt de discuter de ces éléments...

      Quant au fond du sujet, qui traite de la pertinence des OGM dans notre société, ce thème a été traité suffisament sur ce site. En l’absence d’évènements ou de faits nouveaux, il ne me parait pas nécessaire d’y revenir.


    • 1984 25 avril 2008 12:57

      Et toi pseudo Voltaire tu es une publicité à ta propre fatuité !


    • aurelien aurelien 25 avril 2008 12:57

      Votre argumentation est assez incroyable, Voltaire, cet article ne traite pas des OGM, mais du dogme idéologico-scientifique à l’origine du développement de l’industrie de ces produits. Une publicité vend un produit, une image, un concept, et elle n’expose pas de faits, contrairement à ce que fait, justement, cet article. D’autre part, vous refusez encore une fois de signaler précisément les contre-vérités ou les éléments érronés, ou hors-contexte que vous reconnaissez, dois-je en déduire qu’ils ne le sont, ou n’existent que dans votre imagination ?


    • Voltaire Voltaire 25 avril 2008 14:56

      @l’auteur

      Le "moinssage" de mes commentaires confirme l’intolérance sectaire et l’aspect uniquement publicitaire de ce message.

      Soyons sérieux un seul instant : vous utilisez sans sourciller tous les attributs et produits de ce complexe techico-scientifique quand cela vous arrange, sans emettre le moindre doute sur leur nocivité : voiture, ordinateur, téléphone portable, internet etc... Simplement, comme vous ne voyez pas, par méconnaissance du sujet, les avantages personnels que vous pourriez retirer des biotechnologies, vous inventez ce dogme du génético-progressisme, vaste conspiration tout droit sortie d’un roman de Dan Brown. Vous y rajoutez une touche de nanotechnologies, c’est à la mode, et un peu de nucléaire (les énergies fossiles, c’est tellement mieux...) et vous voici avec une belle théorie du complot.

      Vous êtes sans doute jeune, n’avez donc pas besoin d’un traitement à l’insuline (produit par des OGM...), ou de chemothérapie (imaginez-vous cela, des truc fabriqués par les méchantes industries pharmaceutiques privées !) et vous préférez que les cultivateurs de coton épandent 4 à 6 traitements d’insecticides par an pour produire la matière première de votre T-shirt et de vos chaussettes (et oui, il va aussi falloir boycotter les T-shirt...) plutôt qu’ils utilisent un coton OGM.

      Dernier élément : si j’étais à la place de mes amis éditeurs de La Recherche, je vous attaquerai en diffamation : si vous aviez un tout petit peu regardé ce journal (je n’ai pas vérifié les autres cités), vous auriez remarqué que l’essentiel de leur publicité provient d’organismes bancaires et de collectivités territoriales...

       


    • aurelien aurelien 25 avril 2008 15:28

      @ Voltaire

      Je ne suis pas responsable des votes des lecteurs d’Agora Vox, et le « moinssage » des messages ne résulte que de la stratégie du site pour réguler les commentaires. Je n’aime pas trop personnellement ce procédé, trop manichéen : « du bon commentaire et du pas bon commentaire » qui favorise le partisanisme. Mais c’est un autre débat.

      Non, je ne parle pas d’un complexe technico-scientifique global. Je parle d’un courant de pensée bien particulier en « sciences du vivant », qui s’est imposé de fait dans les diverses institutions internationales, de manière non démocratique. Il ne s’agit pas non plus d’une théorie du complot qui s’avère fatiguante à la longue, les victimes et les agresseurs appartiennent tous au même ordre réflexif dualiste, et il ne s’agit pas de cela qui est traité ici. Les nanotechnologies en tant qu’elles font l’objet de recherche en agro-alimentaire par les mêmes compagnies de biotechnologies peuvent également entrer dans cette définition, mais à un autre niveau. Ici, nous parlons exclusivement de la modification génétique en soi pour réaliser des organismes dits « génétiquement modifiés », et disséminés dans l’environnement, et imposés dans l’alimentation (rappelons au passage que les OGM ne sont pas étiquetés dans l’alimentation aux Etats-unis).

      D’autre part, je ne sais pas combien de fois il faudra le répéter, les protéines médicamenteuses issues d’OGM confinés, ne sont pas des OGM, et encore moins des OGM disséminés. Vous reprenez la méthodologie argumentative clonée des défenseurs des OGM, amalgamant inlassablement, les OGM outils, les OGM disséminés, et les OGM de recherche. Cela devient terriblement lassant à lire ou à entendre, et est caractéristique de cette pensée unique globalitaire progressiste labellisée « OGM ».

      D’autre part, La Recherche est publié par la SES, filiale la Financière Tallandier, dont le Président est François Pinault [réf.].


    • Voltaire Voltaire 25 avril 2008 15:51

      Votre article traite bien du complexe génético-progressiste qui fait "l’apologie des modifications génétiques" et ne se limite donc pas aux OGM végétaux, c’est vous-même qui le précisez, et qui associez les entreprises pharmaceutiques... Mon exemple des OGM produisant l’insuline est donc parfaitement approprié, ne soyez-pas de mauvaise foi ! Et c’est bien vous qui avez parlé de nucléaire ! et votre exemple des nanotechnologies est totalement tiré par les cheveux ! il faudra que vous me donniez des exemples d’utilisation agroalimentaire !

      Quant à la Recherche, votre mauvaise foi est totale ! Quel est le rapport entre le fait que le capital de ce journal soit détenu en majorité par une filiale d’une filiale financière d’un groupe de luxe présidé par Mr Pinault et votre complexe génético-progressiste ?

      Inutile de vous enfoncer plus avant, votre argumentaire est ridicule. Convenons qu’il s’agit bien là d’une publicité et non d’une analyse crédible, et que comme telle vous ne vous êtes pas senti tenu d’utiliser une argumentation justifiable.


    • aurelien aurelien 25 avril 2008 16:12

      Merci d’éviter une fois de plus les amalgames, et mettez vos lunettes ou lisez plus attentivement : je n’emploie pas le terme de « complexe », mais celui de « dogme ». Si vous ne pouvez citer correctement l’article, et ne l’interprétez qu’en fonction de votre propre référentiel intellectuel, vous n’écrirez que des commentaires, comme jusqu’à maintenant, qui se veulent critiques, mais qui ne sont en fait que des tentatives agressives et vaines(« attaque en diffamation », « publicité », « complot », « ridicule »...etc) agrémentées d’argument d’autorités ou de connivence (« Mes amis éditeurs de la Recherche ») d’essayer de discréditer son contenu global, sans aucune volonté d’argumentation.

      Concernant la Recherche, vous essayez de créer des liens qui n’existent pas dans l’article, il a été signalé que ces magazines sont sponsorisés par la grande industrie (rien de plus, rien de moins), et cela est peut-être plus valable encore pour les autres magazines que pour celui de la Recherche. Il s’agissait d’éléments d’illustration de la collusion entre science et industrie, et non d’une argumentation sur le thème principal de l’article.

      De même pour le nucléaire, illustrant le phénomène de mise en avant de l’innovation scientifique par rapport à la science et à la recherche fondamentale elle-même dans ces mêmes réseaux, et médias qui diffusent des informations scientifiques.

      Concernant les nanoparticules, on commence à les utiliser dans le poulet : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=37109

      ou encore jetez un oeil à ceci Biotechnology for Nanotechnology par la Monsanto Life Company

      D’autre part, j’attends toujours vos réflexions sur les faits que vous avez jugé erronés ou hors-contexte dans l’article que vous avez affirmés avoir reconnus à sa lecture.


    • Lapa Lapa 25 avril 2008 11:47

      article de propagande se plaignant de la propagande de l’ennemi.

       

       

      "Aussi, le développement d’internet, vaste outil de communication, d’information, mais aussi de propagande n’échappe pas aux activités des promoteurs du génético-progressisme"

      ni à celles de leurs adversaires.

       

      je pense comme vous voltaire, cet article est une vaste blague intellectuelle et pourtant je suis pas payé par Monsento et ma personne n’est infiltrée par aucun techno-génético-scientiste.


      • aurelien aurelien 25 avril 2008 12:02

        Il ne s’agit pas d’être un adversaire, ni de rentrer dans une dialectique de conflit ou de guerre, comme peuvent le faire certains défenseurs des OGM (1) mais de montrer les faiblesses et la fausseté de ce dogme, qui s’impose dans la société par le pouvoir de la finance.

        (1)LM Houdebine, cité sur le blog de Marie-Monique Robin dans « un échange de mail fort instructif entre l’AFIS et un médecin » :

        « Ma première réaction quand tu as proposé de ne pas publier nos réponses à ceux qui nous accusent d’intelligence avec l’ennemi a tout d’abord été la surprise. »


      • Moonz 25 avril 2008 13:07

        Tout à fait d’accord avec Voltaire, mais je vais vous donner une chance de vous rattraper : pouvez vous justifier l’utilisation de termes tels que "dogme", "idéologie", "dictature", "totalitaire", et j’en ai sûrement oublié un paquet ?

        Parce que c’est bien joli d’utiliser des termes forts pour faire peur, mais en les utilisant comme simple bouc émissaire, in finevous ne ferez que contribuer au vaste mouvement actuel (majoritairement involontaire) qui vise à les vider de leur sens : si n’importe quel doux réveur qui pense que demain un "homme amélioré" pourrait voir le jour est taxé de "totalitaire", comment pourra on utiliser ce terme sur les vrais régimes totalitaires ? Pouvez vous sérieusement appeler "dogme" toute pensée personelle qui ne vas pas dans votre sens ?

         

        Phrase prise au hasard :

        > Le dogme génético-progressiste, reposant sur le mythe du contrôle du vivant par la compréhension et la manipulation des gènes, est tentaculaire et a infiltré toutes les composantes de la démocratie

        Rien que ça ? Je sais que "plus c’est gros, plus ça passe", mais quand même...


        • aurelien aurelien 25 avril 2008 13:23

          Il n’y a personne pour rattraper quoi que ce soit, vu que personne n’est tombé, excepté peut-être le personnage de la photo de l’article de Morice.

          Le premier régime totalitaire dans le monde est celui qui entend imposer son propre concept de liberté au reste du monde. En ce sens, il s’agit actuellement de la coalition occidentale dominée par la première puissance économique actuelle, à savoir les états-unis. Cela dit la Chine est aussi une grande puissance investissant dans les biotechnologies : aux Etats-Unis, la contestation citoyenne et scientifique au dogme génético-progressiste est étoufffée par les processus de corruption légaux (ou illégaux), et la collusion politique et industrielle, déjà démontrés par le travail de Marie-Monique Robin. En Chine, c’est la censure qui s’en charge, car la contestation par les voies démocratiques traditionnelles n’y est pas réellement possible. Quand la majorité d’une population ne veut pas de certains produits, et que l’état en favorise la dissémination, sous pression économique ou de lobbying, comment appelez-vous cela : démcoratie, liberté ? Non, il existe des mots : dictature idéologique, dogme...etc

          « Le dogme génético-progressiste, reposant sur le mythe du contrôle du vivant par la compréhension et la manipulation des gènes, est tentaculaire et a infiltré toutes les composantes de la démocratie »

          Cette phrase n’est pas « plus gros plus ça passe », elle ne fait que traduire des faits : partout dans toutes les institutions (françaises et européennes) le principe du « cas par cas » légitimant la modification génétique pour produire de « nouveaux organismes » disséminés est acceptée, sans qu’il y ait eu le moindre débat à ce niveau : il s’agit bien d’une dictature technoscientifique, et d’un dogme particulier qui a investi les décisions en cette matière et qui permet le développement de ces produits, y compris leur régulation dans les textes de loi.


        • Moonz 25 avril 2008 14:14

          > Le premier régime totalitaire dans le monde est celui qui entend imposer son propre concept de liberté au reste du monde

          Revoyez, s’il vous plait, la définition de "régime totalitaire". Ce que vous dévcrivez dans cette phrase, c’est de l’impérialisme...

          > comment appelez-vous cela : démcoratie, liberté ? Non, il existe des mots : dictature idéologique, dogme...etc

          Empressez vous d’aller chercher un nouveau dictionnaire alors, je crains que le vôtre soit légèrement erroné...

          Pas dictature, corruption. Pas dogme ou idéologie, mais intérêts financiers. Que je sache, le gouvernement ne vous mettra pas une balle dans la tête pour avoir écrit cet article.

          > partout dans toutes les institutions

          Je vais en parler à mon maire, tiens... Je suis certain qu’il sera ravi d’apprendre qu’il est un "dictateur technocrate" sans le savoir... Je suis certain également que les élus Verts (et beaucoup d’autres...) seront ravis de savoir qu’il ne sert plus à rien de se présenter aux élections, locales, nationales ou européennes puisque toutes les institutions n’ont comme seul but que de "servir l’idéologie génético-progressiste".

          > sans qu’il y ait eu le moindre débat à ce niveau : il s’agit bien d’une dictature technoscientifique

          Certes, il se dit que les députés Verts ont été discrètement arrêtés et exécutés pour terrorisme. Même que Noël Mammère va demander l’asile politique en Corée du nord, mais qu’il ne sait pas s’il pourra fuire cette horrible dictature qu’est la France à temps. Les seuls qui restent sont des vendus à Monsanto.

           

          À moins d’entendre des arguments plus convaincants qu’un délire paranoïaque, je vais m’arrêter là, mais réfléchissez un peu sur cette citation de je ne sais plus qui : "ne pas mettre sur le compte de la malignité ce qui peut être simplement expliqué par la bêtise ou l’incompétence". Avec un peu de chance, vous arrêterez de voir un complot de la giganteque secte génético-progressiste partout. J’ajouterais que corruption n’est pas adhésion idélogique ou dogmatisme, bien au contraire.

          Ah, et vous connaissez l’histoire de la petite fille qui criait au loup ?

           


        • aurelien aurelien 25 avril 2008 14:37

          Les dégâts d’un impérialisme totalitaire sont sans doute plus important que les dégâts d’un régime totalitaire isolé. L’Allemagne nazie était un impérialisme totalitaire, tout comme les Etats-Unis le sont devenues à leur manière à la fin de la guerre. Je ne connais pas dans le détail le nombre de morts causés par les politiques guerrières successives des Etats-Unis depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, mais le bilan doit être impressionnant. Rien qu’au Vietnam ou au Cambodge, un tel bilan semble impossible à réaliser, maintenant même avec du recul.

          Vous parlez de corruption et d’intérêts financiers, ces composantes existent effectivement et sont importantes, mais elles ne sont que le corrélat d’une idéologie scientifique qui a permis ce développement industriel et financier, et c’est cette idéologie qui est décrite dans l’article, celle qui dit que l’homme est maître du vivant, grâce au contrôle du génome des organismes, et qu’il peut modifier l’évolution de ces organismes par de simples moyens techniques, en laboratoire : Darwin se retournerait dans sa tombe (s’il en a une).

          D’autre part, je n’ai pas dit que les maires et les élus étaient des dictateurs technocrates, mais bon nombre d’entre eux, sans doute sans le savoir, sont les outils de ce dogme génético-centrisme, qui a investi la société. Ecoutez les députés UMP votant pour la loi OGM, ils s’en réfèrent pour la plupart aux arguments d’autorité, sur la question. « Tel chercheur est pour les OGM, ou telle institution est pour les OGM donc il faut leur faire confiance. » Or l’article montre que l’Institut de France lui-même, représentant l’Académie des Sciences mais aussi l’Académie des sciences morales et politiques, a réalisé un partenariat avec une multinationale des biotechnologies produisant également des organismes GM à dissémination (semences Aventis Crop Sciences), ou qui souhaitent développer la moléculture en plein champ.

          Aussi ne confondez pas dictature en tant que régime politique, et dictature idéologique, résultant d’un diktat, c’est-a-dire une volonté dictée, extérieurement et sur laquelle on ne peut revenir ou il n’y a pas débat, contredisant les principes fondamentaux de la démocratie dans les diverses institutions.

          D’autre part, je ne sais pas pourquoi vous parlez de « complot », peut-être êtes-vous personnellement porté sur la chose ? Il s’agit simplement de décrire des faits sociologiques repérables, à l’oeuvre dans la société, la communauté scientifique, l’industrie et les institutions politiques, mais vous avez tout à fait raison d’employer le mot « secte » en ce sens que j’ai utilisé le mot « hérésie » dont la traduction latine est secta, secte, pour évoquer la doctrine de la technoscience des OGM, reposant sur le mythe de la maîtrise du vivant et de ses processus fondamentaux.


        • aurelien aurelien 25 avril 2008 14:47

          fin de la « Seconde Guerre Mondiale »


        • Forest Ent Forest Ent 25 avril 2008 13:28

          Je suis plutôt en accord sur le fond avec cet article, même si je ne l’aurais pas exprimé de la même manière.

          Il me semble, en tant que citoyen de formation et culture scientifique générale - et pas dans ce domaine particulier - que le développement industriel d’applications basées sur les manipulations génétiques, commet sur le fond deux très grosses erreurs scientifiques et une erreur financière.

          La première erreur scientifique est l’illusion que l’on puisse comprendre à court ou moyen terme le fonctionnement du génome. Cette illusion est créée par le nombre de gènes relativement faible et le fait qu’ils ne sont chacun associés à la production que d’un nombre limité de protéines. En revanche, si l’on considère qu’ils doivent s’exprimer simultanément, la combinatoire devient quasi-infinie.

          La seconde erreur est l’illusion que l’on puisse comprendre à court ou moyen terme l’ensemble des interactions d’un être vivant, comme un plant de maïs, et son environnement. Il s’agit en fait d’écosystèmes complexes, dont la stabilité éventuelle ne peut être appréciée que sur le long terme.

          L’erreur financière, la même que pour la bulle internet, ou l’électricité dans les années 1920, est le surinvestissement dans le domaine, alors que la prudence voudrait que l’on attende des résultats concluants avant de dépenser autant de pognon. En effet, comme pour internet, s’il y a des rendements géniaux, mais dix ans plus tard, ça ne vaut rien aujourd’hui.

          Et - je pense sans la moindre paranoia - je rejoins assez l’auteur sur le fait qu’un effet de système économico-politique en est la conséquence. A preuve le débat sur les OGM. Nous sommes sans cesse interpellés sur la question "pourquoi pas les OGM ?". Je répondrai alors "pourquoi les OGM ?".

          S’agit-il d’améliorer les revenus des agriculteurs français ? Comment se fait-il alors qu’ils soient si faibles après 50 ans d’agriculture intensive et de "progrès technique" ? Si nous avons été infoutus de mettre en place en 50 ans une société suffisamment juste pour que les agriculteurs puissent survivre sans nouveaux gadgets, qu’est-ce qui permettrait de penser que cela va s’arranger avec ?

          En conclusion, tout cela me semble une arnaque géante et effectivement orchestrée, comme cela a été le cas avec les DMCA, EUCD, DADVSI, qui devraient faire comprendre à chacun d’entre nous, de manière factuelle et sans parano, qu’il existe bien des lobbies politico-industriels planétaires et que leurs intérêts ne sont pas nécessairement les notres et encore moins ceux de nos enfants.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 avril 2008 02:30

            Forest Ent : Bravo. Quand je lis un commentaire comme le vôtre qui tout a fait ce que je pense et que c’est bien écrit, j’ai tendance à ne rien ajouter. Je dois vieillir...

            Pierre JC Allard 

            http://nouvellesociete.org/711.html


          • SegFault 25 avril 2008 13:30

            Synthèse de ce document :

            Eux y ont un dogme qu’on est pas d’accord avec. Eux, ce sont "les industriel", "des multinationales", "des banques", "des think tank", mais aussi des "Etats".

            Donc eux y sont riche et puissant, et peuve faire plein de propagande de qualité (de qualité s’entend : "n’apparait pas comme de la propagande, mais fait son effet). Puis vous avez reconnus dans la liste, la liste des gros méchant du monde.

            Nous, on est pauvre, donc on peux faire que la bonne grosse propagande des familles qui pique les yeux.

            ---

            @L’auteur : Et pourtant, et pourtant, comme mon opinion personnelle vous rejoins sur certains point. Mais quel forme, quel disgression, quel maladresse. Dommage, vous n’aidez pas votre cause, bien au contraire.


            • aurelien aurelien 25 avril 2008 13:38

              Je ne défends aucune « cause », et contrairement à votre synthèse, je trouve que la propagande de ces réseaux, malgré leurs millions ou milliards de dollars, est de bien piètre qualité. Comme disait Moonz plus haut, « plus c’est gros plus ça passe »... et c’est ce qui semble être le cas avec les lobbyistes promoteurs des OGM qui font passer dans l’opinion publique des énormités scientifiques que de simples lycéens sont capables de démonter.


            • Serviteur Serviteur 25 avril 2008 14:46

              Woauh eh bien je me demande parfois qui autorise ce genre d’article (a moins que ce ne soit l’article defouloir de la semaine) parce que franchemement des que l’on voit apparaitre des : "génético-progressisme","collusion politico-industrielle tentaculaire" , "idéologico-scientifique" "totalitaire" "interets" "ideologie" et "dogme" on sait que l’auteur va nous presenter la derniere conspiration politico totalitaro militaro industrialo technologique en date.

              Conclusion : un article presentant autant d’interet que les enlevements extraterrestres ou la derniere excursion du big foot dans le lockness pour voir sa pote nessie et faire un poker avec les maitre du monde caché dans leur bunker d’ou ils dirigent les illuminatis qui eux meme sont infiltrés par les adorateurs de chtulhu eux meme dirigés en sous main par la nasa qui n’a jamais envoyé personne sur la lune tout a été fait en studio comme les attentats du 11/09 qui ont conduit un big foot effrayé par la propagande totalitario militario gnagnaga a prendre des vacances et a visiter des potes à l’etranger.

              Enfin bref vous voyez de quoi je parle ce genre d’article qui donne a penser que notre espece mériterait un ptit coup pouce du génie génétique au niveau du bulbe principalement parce que pour certain on dirait que cet organe sert juste à refroidir le sang !

              Voila je me suis bien défoulé ça faisait longtemps.


              • aurelien aurelien 25 avril 2008 14:54

                Allez-y, lâchez-tout, il faut laver le cerveau de temps en temps pour y remettre de l’ordre et s’autoriser une vision plus lucide


              • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 15:40

                Une dictauture totalitaire.... mwaarf !!!

                Je conseille a l’auteur deux ou trois stage pour comprendre ce qu’est une dictature totalitaire et ce qui n’est pas une dictature totalitaire, par exemple :

                - se faire bouffer vivant par un berger allemand une cour dans un camp de silesie pour avoir acheter un steack bio a Carouf

                - passer 30 ans dans une geole, a poil, attaché, avec une matraque dans le cul, pour avoir insulter Monsanto

                - Se faire jeter dans l’ocean depuis un helicaoptere apres s’etre fait torturé 6 mois dans un stade, sous le pretexte d’avoir demander un sandwich vegetarien.

                - Se faire decouper a la machette et deriver longtemps dans le Nil pour avoir faucher un champ de blé OGM.

                - Terminer ses jours a -40 en Siberie en pyjama a rayure pour utilisation de tisanes medicinales

                Et ensuite pourvoir comparé avec la "dictature scientifique". Par contre il est vrai qu’il peut y avoir des derives dictatoriales (mais pas une dictature), au nom de cde concepts de securité, ou bien economiques.

                Mais parler de dictature globale et totalitaire...


                • aurelien aurelien 25 avril 2008 15:51

                  Parfaitement, la pensée unique est une forme de dictature totalitaire,idéologique, voir plus haut mon explication à Moonz (dictature -> diktat).

                  ou encore : « Le terme vient du latin dictatura qui désignait à l’époque de la République romaine une magistrature exceptionnelle qui attribuait tous les pouvoirs à un seul homme » ici il ne s’agit pas bien sûr d’un homme, mais bien d’une pensée unique, dogmatique, appelée « génético-progressiste » pour bien cerner ses principales caractéristiques.

                  Mais il va de soi Faxtronic que vous avez compris que nous ne parlons pas ici d’une nation ou d’un régime politique... et que nous parlons ici de science et technique.


                • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 16:30

                  "science et technique" sont des mechants dictateurs !!! ben voyons. La scince et la technique sont neutres, c’est que l’on en fait qui n’est pas neutre. Donc si tu parle de dictatures,tu parle d’un groupuscule, d’un quelconque partie qui exerce sur la majorité une contrainte forte et mortelle pour un avantage particulier, en utlisant des moyens que la morale democratique reprouve, comme la menace physique par exemple.

                  Or nul militant anti ogm n’a ete tué, ouvertement ou non, par un groupuscle pro-ogm, que je sache.

                   


                • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 16:34

                  Et puis il n’ya pas de pensée unique, vu que la plupart des gens ont peurs des OGM, et beaucoup, beaucoup de monde milite contre, et beucoup de politiques sont contre. Comme pensée unique c’est fort non.

                  Et puis ce concept de pensée unique, c’est un concept fourre tout, propagandiste, qui fise en general a devaloriser ses opposants en les traitants de mouton ou d’oppresseurs intellectuels.

                  je na’ime pas ce concept, car c’est purement de la rhetorique.

                  D’ailleurs tout ton article est de la rhetorique digne d’un dazibao.

                   


                • aurelien aurelien 25 avril 2008 16:47

                  Comme je l’ai déjà expliqué plus haut, je ne considère pas la science et la technique comme une entité globable négative, comme pourrait le faire une pensée dite luddiste, le qualificatif luddiste étant d’ailleurs affublé à tort à toutes les personnes critiques des OGM par beaucoup de promoteurs de ces technologies.

                  D’autre part vous êtes dans l’exagération : heureusement que personne n’a été tué pour avoir manifesté contre les OGM disséminés ou les avoir critiqué ! Cependant, des manifestants et citoyens ont été frappés (parfois jusqu’au sang), et intoxiqués au lacrymogène par des forces de l’ordre pour avoir piétiné symboliquement des parcelles de maïs. De la même manière ou presque que des manifestants pro-Tibet ont pu être frappé en Chine, ou des journalistes agressés à Paris lors du passage de la flamme olympique. La déviance totalitaire dans nos démocraties n’est donc pas absente, même si elle reste assez événementielle et dissoute dans l’information quotidienne. Les culture OGM ont bien été imposées par la force, la preuve en est que les forces de l’ordre ont assuré la sécurisation de parcelles transgéniques.

                  Enfin, il ne s’agit pas de peur des OGM, mais de constat, que la rigueur scientifique, la transparence et la volonté démocratique ne sont pas respectées. L’argument de la peur et celui de l’obscurantisme sont manipulés à merveille par les tenants de ce dogme, et font partie de leur stratégie de propagande.


                • jondegre jondegre 25 avril 2008 16:10

                  Je suis plutot d’accord avec l’auteur.

                  Ses contradicteurs sont par contre ahurissants, aucun argument de fond, juste de la dialectique autour de la definition des termes dictature et totalitarisme. Egalement, le terme theorie du complot est assene sans qu’on comprenne pourquoi, peut-etre une pure projection au sens psychanalytique du terme ; d’ailleurs il y aurait complot des moinsseurs...

                   

                   


                  • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 16:45

                    Il n’y a pas a argumenter avec lui, ce type est un illuminé. Autant demander a Drzzz de discuter serienement sur la politique americaine. C’est complement inutile, C’est un militant illuminé qui dessert la cause qu’il defend. Et poutant cette cause  :

                    - Brevetage du vivant. Ben oui le vivant devient de la matiere premiere (depuis la levure de biere par exemple), et donc sujet a propriété

                    - Risque de la technologie : a qui doit revenir la decision d’utilisre ou non une technologie ? Comment lutter efficacement contre l’utlisation que l’on trouve abusive d’une technologie ?

                    - Financement de la recherche : et oauis, le financement publique c’est ridiculement faible, et le financement privé, ce n’est pas a but philanthropique. les groupes pharmaceutiques devraient -il arreter la recherche ?

                    Apres tout, aux US, il est interdit de recolter des cellules souches, ou bien le clonage est interdit. Donc des decision peuvent etre prises.

                    Par exemple je travaille sur des foies artificielles a bases de cellules souches. Je peux le faire ici car on a des cellules souches provenants de foetus ? Est ce bien ce que je fais, je le crois. Par contre cel necessite une certaine liberté de recherche concernant le vivant, et il se peut qu’un gars un jour detourne des recherches publiés pour faire quelque chose de pas bien, un peu comme Ben Laden qui detourne l’invention des freres Watts, ou bien comme Himmler qui detourne les inventions en chime pour tuer des juifs.

                     


                  • aurelien aurelien 25 avril 2008 16:54

                    Classique, quand on est à court d’argument on s’attaque à la personne. Faxtronic, vos positions sur la question sont connues, et ce n’est pas la première fois que nous en discutons sur Agora Vox. Vous avez manifestement un conflit d’intérêt par votre travail (? pourtant la recherche confinée sur les cellules souches, c’est différent de l’industrie agroalimentaire) et vous propagez la peur du terrorisme comme argument de direction de recherche, à la manière de l’administration américaine... Vous oubliez aussi de dire que la viande clonée vient d’être autorisée par la FDA à la consommation humaine en ce début d’année 2008...c’est pas beau le progrès ?


                  • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 17:06

                    "vous propagez la peur du terrorisme comme argument de direction de recherche, à la manière de l’administration américaine"

                    Vous etes malade ou quoi ? J’ai jamais ecris cela. je dis simplement que meme un avion, pourtante bonne invention, peut etre detourné...

                    Attaquer la science et la technqie car c’est potentiellemnt dangereux, c’est pas valable, car meme un coup de gourdin prehistorique ca fait mal. 


                  • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 17:07

                    "la viande clonée vient d’être autorisée par la FDA à la consommation humaine en ce début d’année 2008"

                    Et alors, cela gene quoi ?


                  • aurelien aurelien 25 avril 2008 17:08

                    C’est pourtant ce que vous avez écrit :« il se peut qu’un gars un jour detourne des recherches publiés pour faire quelque chose de pas bien »


                  • aurelien aurelien 25 avril 2008 17:12

                    « Et alors, cela gene quoi ? »

                    La viande clonée, autorisée par la FDA, ça gène quoi ?

                    On connaît les méthodes de régulation de la FDA sur la question des OGM...

                    Pour votre information, je vous réfère à ce documentaire de Louise Vandelac, afin de vous épargner l’abondante publication concernant les questions éthiques et/ou sanitaires, liées au clonage :

                    Clonage, ou l’Art de se faire doubler


                  • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 17:13

                    ET je n’ai aucun conflit d’interet. Je suis un scientifique, il n’y aucun conflit d’interet.... Il n’y aucun conflit d’ailleurs. Je suis un scientifique depuis bien avant d’etre né. Je l’ai toujours été et le serait toujours.

                    Et je n’ai aucun dogme particulier. A part peut etre mon absolue dogme de liberté d’expression.

                    C’est vous qui manipuler la peur de tout, la peur irraisonné de tout ce qui est risqué ou nouveau. Et cela vous dessert car cette facon de faire n’est pas efficace.

                    A force de crier au loup a chaque fois qu’une belette sort du bois, on finis par plus rien prendre au serieux et a tout relativiser.

                    Pas efficace comme demarche.


                  • aurelien aurelien 25 avril 2008 17:16

                    « Je suis un scientifique depuis bien avant d’etre né. »

                    Impressionnant... pouvez-vous en dire plus ?


                  • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 17:17

                     :"il se peut qu’un gars un jour detourne des recherches publiés pour faire quelque chose de pas bien"

                    Oui cela je l’ai ecrit et cela veut dire :

                    La science est neutre. La science atomique a autant permit la bombe nucleaire que l’IRM. Seul l’utilisation de la connaisance peut avoir des effets dangerux. Mais une connaissance en elle meme est neutre, ni prorteuse de bien ou de mal.

                     


                  • faxtronic faxtronic 25 avril 2008 17:18

                    "Je suis un scientifique depuis bien avant d’etre né."

                    J’ai toujours voulu etre un scientifique, auatnt que je me souvienne, depuis ma tres tres tendre enfance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès