• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gogoRat

gogoRat

citoyen français

 participant à :  http://okidor.free.fr/reflects/
________________
marotte principale pour agir :
Objectif :
  • une reconnaissance officielle d'un égal poids d'expression publique attribué à chaque citoyen-français (ie : en âge d'assumer son expression publique autant que les lois officielles en vigueur).
     ( Chacun pouvant à tout instant réajuster cette expression publique qu'il a la responsablité morale d'assumer personnellement )

    Nota Bene :
     on distingera légitimité morale (d'appréciation individuelle) de légalité officielle (ce qui est procédurièrement licite) et de 'reconnaissance officielle' (qui n'est pas nécessairement caution implicite, mais plutôt prise en compte actée ) !
     
Le contre-pouvoir à mettre en place ? des cahiers de doléances permanents - à faire officialiser !
10000 points permanents de 'reconnaissance officielle' à chaque citoyen
(en fait peu importe le nombre pour peu que ce soit strictemement le même pour chaque électeur)  :
à répartir à tout moment entre des doléances existantes
(par initiatives individuelles antérieures) ou à rédiger de sa propre initiative ... 
 Les doléances ayant recueilli le plus de points devant être traitées en priorité par les détenteurs officiels du Pouvoir : élus ou dictateurs, ils ne pourront pas les ignorer devant le Monde et l'Histoire ...
 
 
 
 esquisse de brainstorming collectif, par ce "framapad"  :
 http://lite3.framapad.org/p/2OVC8AvGrv&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;
( apportez-y vos idées sans même vous inscrire : chaque modification y est archivée en permanence )

___
 présentation globale de KDO
___
un Kdo-fork bien outillé (wiki)
... dans ggouv.fr
+ mindmap
présentation interactive
 
 
 



 
voir , par ailleurs :
démocratie liquide (video : https://www.youtube.com/watch?v=SIbc_xa4ilE ;
 book : démocratie électronique ..
 ou encore cet open source : http://liquidfeedback.org/ 
 et ce MindMap : https://mind42.com/mindmap/b4c7b420-9669-4b79-8212-4a28006c2c26
avec : DOSONS (développement collaboratif) - l'essentiel en 3 points https://docs.google.com/document/pub?id=1jaOewI2pVM3n4qneGl97QNmji6xECUn3JLJL7SNVWus
)

Tableau de bord

  • Premier article le 30/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 2031 17
1 mois 0 81 0
5 jours 0 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • gogoRat gogoRat 22 août 13:04

    @Abou Antoun
     Le titre de l’article identifie bien l’outil de captation du pouvoir ... reste à identifier la cause, le principe actif.
     Gageons que cette ruse est ... une systématisation de la fameuse captation du temps de cerveau disponible !

    à noter ce triste constat :
    « Le plus désolant est qu’une partie significative des classes éduquées, celles qui possèdent en théorie les capacités d’analyse, fait partie du lot des manipulés. »
     
     Où est donc passé le ’sapere aude’ de tous ces formatés qui, après une journée de labeur harassant (a priori plutôt intellectuel ?) , n’ont de cesse que de justifier la mise en veille de leurs neurones, pour se consacrer non pas à de l’otium, mais à la revendication de leur droit à déguster un relâchement mérité de leurs capacités d’alerte ?

     C’est là toute la puissance de la technique première du synchronisme des mesures foireuses du veaute !
     Si au lieu de veauter, tous en même temps, à des instants savamment préparés par des campagnes électorales lourdingues (i e , lourdes et dingues) ... les citoyens pouvait à tout moment, et même aux moments où ils sont convaincus d’avoir bien mûri , à leur rythme, leur décision, participer à des cahiers de doléances-propositions nationaux et déplacer des curseurs de cautionnement individuels sur chaque sujet politique qui leur sied, alors le temps de cerveau disponible, utilisé de façon respectable, permettrait une tout autre efficacité citoyenne !



  • gogoRat gogoRat 22 août 12:10

    http://www.anarchisme.wikibis.com/etymologie_du_terme_anarchie.php :
    Le terme anarchie est un dérivé du grec « ἀναρχία » (« anarkhia »). Composé du préfixe a- privatif an- (en grec αν, « sans », « privé de ») et du mot arkhê, (en grec ἀρχή, « origine », « principe », « pouvoir » ou « commandement »). L’étymologie du terme sert à désigner par conséquent, en général, ce qui est dénué de principe directeur et d’origine. Cela se traduit par « absence de principe », « absence de règle », « absence de chef », « absence d’autorité » ou « absence de gouvernement ».
    -------

     Comment un a-« pouvoir » saurait-il être, en même temps, un pouvoir ?!

    ----

    Etymologie : du grec dêmos, peuple, et kratos, pouvoir, autorité. La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu’il y ait de distinctions dues la naissance, la richesse, la compétence... (principe d’égalité)



  • gogoRat gogoRat 22 août 11:57

    @Fifi Brind_acier
    « Le vrai moyen d’être trompé, c’est de se croire plus fin que les autres. » F. De Larochefoucauld

    Voilà ce que ne comprendront jamais ’La Gauche’, pas plus que ’La Droite’ ... et ce à quoi fait penser votre propre lapsus !
     ’Reconstruire la Gauche’ ?!  : Foutaise et incommensurable bévue . Gardons-nous bien de cette déraison décérébrée !
     Le seul point positif de l’avènement jupiterien qui nous concerne autant qu’il nous consterne. c’est bien la mise en évidence des supercheries complices de ces faux antagonistes de nature aussi gauche que maladroite.

     Le clivage déterminant reste celui qui oppose les faux démocrates, (qui, ô admirable lapsus, tiennent depuis toujours à dévoyer le sens du mot ’démocratie’ pour s’en donner l’apparence et en tirer une légitimation procédurière) ... à ce que vous osez baptiser du mot, lui aussi dévoyé, d’Anarchie : à se demander pourquoi, si les deux concepts étaient, étymologiquement, les mêmes, nos penseurs ’éclairés’ étaient à ce point ignares !

     « Il manque un projet » ...
     voilà bien comment vos propos trahissent vos visées de calife à la place du calife, continuant inlassablement à vouloir faire lâcher une promesse de projet pour une autre, et à oublier superbement que la notion de contrat social n’est pas de la nature d’un projet mais d’un consensus librement choisi pour faire partager à tous le ’sapere aude’ de chacun. Le besoin ressenti d’arbitrages ne justifiera jamais la prétention inconsidérée de beaux parleurs, candidats à de bizarres incarnations, à vouloir faire le bien des autres malgré eux !



  • gogoRat gogoRat 22 août 02:16

    « l’époque exige que l’on sache exactement ce qui se passe »
     ?!
     De son côté le logicien philosophe Bertrand Russell disait :
    « ce que les hommes veulent en fait, ce n’est pas la connaissance, mais la certitude »

     ... Peut-être avait-il lu de Voltaire :
     « Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. »

     ou de Nietzsche :
     « Ce n’est pas le doute, mais la certitude qui rend fou ! »

     En tout cas l’époque ne peut plus ignorer aujourd’hui que contrairement aux ordinateurs classiques (machines de Turing) le cerveau humain ne brasse que des suppositions/probabilités auxquelles il ne peut quasiment jamais (hors mathématiques) associer un degré de certitude de 100% . C’est la relative satisfaction que nous arrivons pourtant à tirer parfois de ces activités mentales qui nous laisse rêveurs devant les résultats effectifs inouïs factuellement constatés dans nos vies courantes ...
     
     Ne serait-ce qu’avec, par exemple, cette observation de Robert Oppenheimer :
    « L’optimiste pense que c’est le meilleur des mondes possibles. Le pessimiste craint que ce soit vrai. »

    Sans oublier cette perle de Blaise :
     « comme on se gâte l’esprit on se gâte aussi le sentiment  »



  • gogoRat gogoRat 15 août 17:52

    @gogoRat

     Principe visé pour dépasser la loi du plus grand nombre (et, bien pire : la loi procédurière de l’apparence officialisée-légitimationnée du plus grand nombre ! ) : Savoir ce que veulent les autres (indépendamment les uns des autres !) pour établir un consentement partagé.
     
     
     (cf autre article : citation ’rami’)
    ’3 amis décident d’acheter un pot de glace et il y a deux choix : fraise, ou vanille. Deux préfèrent la fraise, mais ils aiment bien la vanille. Le troisième est allergique à la fraise, il ne peut manger que la vanille. Dans un consensus majoritaire classique, les trois amis achètent le pot de fraise (2 contre 1) et l’un ne mange pas. Dans une pratique de consentement ils achètent le pot de vanille puisque la préférence a moins de valeur que l’objection.’

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Fiscalité Scandale






Palmarès