• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le mauvais tour de Babel

Le mauvais tour de Babel

Chacun connait la légende de la « Tour de Babel », où Dieu, pour punir les humains de leur volonté de puissance, aurait provoqué la multiplication des langues, afin de paralyser leurs ambitions.

C’est du moins ce qu’on peut lire dans la Bible : « Dieu descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes, et il dit : « voici qu’eux tous forment un seul peuple et ont un seul langage. S’ils commencent à faire cela, rien désormais ne leur sera impossible de tout ce qu’ils décideront de faire. Allons ! Descendons et ici même confondons leur langage, en sorte qu’ils ne comprennent plus le langage les uns des autres ».

Mais tout le monde ne considèrent pas aujourd’hui que la multiplication des langues soit une punition, même si de nombreux utopistes ont tenté de faire naitre une langue parlée par tous.

On a recensé depuis le Moyen-âge plus de 1000 tentatives de création de langue universelle : de la Lingua ignota constituée grâce à un alphabet de 23 lettres, à la langue Klingon, inventée par Marc Okrand, pour la série « Star Trek », en passant par le Volapük, cher au jésuite Johann Martin Schleyer, les tentatives de mettre en place une unique langue se sont multipliées. lien

L’Espéranto est l’une d’entre elles.

Ludwik Lejzer Zamenhof sous le pseudo de Doktoro Esperanto, inventa cette langue en 1887, l’appelant Lingvo Internacia (langue internationale) mais le succès de son initiative reste aujourd’hui modeste puisqu’ils ne seraient que 20 000 personnes à la pratiquer aujourd’hui. lien

N’oublions pas la langue pratiquée par « les djeuns », mélange inventif de verlan et autres trouvailles : du cheutron, au crevard, en passant par le jarter, la tiep, et autres zyva, l’imagination est au rendez-vous. lien

Qui sera capable de traduire en clair cette phrase : « Le plus auche, pour une go doté de belles boules, c’est d’être kiffé, sans se faire pécho par un deux-de-tension » ?

Pourtant les découvertes de la science viennent battre en brèche la légende biblique : les experts en paléo linguistique ont en effet déterminé qu’il y avait 27 mots communs à la racine de toutes les langues terrestres écrites au début de notre siècle, ce qui renforce la théorie de nos origines africaines, et remet en question le texte de la biblique. lien

D’ailleurs une découverte récente va plus loin.

En effet, la confusion des langues ne toucherait pas seulement les humains, mais aussi, au moins, une espèce d’oiseau.

C’est dans l’émission du 29 octobre 2012 « la grande table  » de Caroline Broué, sur France Culture, que l’on apprenait, grâce à Tobie Nathan, l’un des animateurs de l’émission, que les choucas canadiens et nos choucas européens ne « parlaient pas la même langue » ou du moins qu’ils ne se comprenaient pas alors qu’Il s’agissait exactement de la même espèce d'animal. curseur à 15’50.

Au-delà de cette découverte qui met un peu plus à mal la légende de Babel (Pour quelles raisons Dieu aurait-il puni aussi les animaux ?) on peut soulever une autre question car est-il souhaitable que tous les êtres humains aient une même langue, une même culture ?

Aujourd’hui, de nombreux intellectuels s’inquiètent de la part importante que la langue anglaise prend un peu plus chaque jour.

Comme l’affirme le professeur Walter Vogel, de la faculté de théologie à l’Université Saint-Paul à Ottawa : «  la variété de langues et cultures des peuples donne une richesse à l’humanité (…) quelle pauvreté ce serait si toute l’humanité parlait la même langue et avait la même culture  ». lien

Le philologue et philosophe Heinz Wismann ne dit pas autre chose dans son ouvrage : « penser entre les langues  », paru chez Albin Michel, lequel s’inquiète aujourd’hui de la possibilité qu’une langue unique, l’anglais en l’occurrence, soit bientôt la langue universelle de toute l’humanité, provoquant par la même un appauvrissement de toutes les autres langues.

S’exprimant sur le piège identitaire, on peut l’entendre, interrogé pour Médiapart, par Antoine Perraud, préférant privilégier la reconnaissance à la tolérance, car pour autant, la défense identitaire ne doit pas justifier le refus de l’autre : «  chaque fois que nous sommes en face de ce qui peut nous mettre en question (…) il vaut mieux reconnaitre la pertinence de l’opposition ». vidéo

Dans un autre livre, « ces mots qui meurent  » de Nicholas Evans (édition la découverte) on découvrait l’incroyable diversité des langues dans le monde, puisque dans la seule Papouasie/Nouvelle Guinée, on parle aujourd’hui 847 langues, 655 langues en Indonésie, 309 aux Indes…et ces langues minoritaires sont en train de disparaitre.

Les Inuits possèderaient 30 mots pour parler de la neige, les hommes du désert autant pour évoquer le sable…

Il existe en Chine une langue parlée uniquement par les femmes, le Nushu, qui avait été interdite par Mao.

Or elle vient miraculeusement de refaire son apparition et les chinoises l’utilisent aujourd’hui pour se défendre de la discrimination qu’elles subissent. lien

Pour Evans, la langue des premiers groupes nomades s’est estompée avec la sédentarisation, puis les grands empires ont imposé un petit nombre de langues « véhiculaires », éliminant progressivement la concurrence et cette volonté perdure aujourd’hui.

Il y aurait encore aujourd’hui 6000 langues parlées dans le monde, et à la fin de ce siècle, les experts estiment que la moitié d’entre elles auront disparues, emmenant la disparition d’une richesse culturelle infinie, aussi dramatique, d’après l’auteur, que la disparition des espèces animales, ou botaniques.

C’est aussi ce que défendait le 22 février 2012 Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, expliquant que la moitié des langues actuelles pourraient disparaitre d’ici la fin du siècle, et que 96% d’entre-elles sont parlées par seulement 4% de la population mondiale.

« Les langues sont qui nous sommes » martèle-t-elle…ajoutant « en les protégeant, nous nous protégeons  ».lien

On peut découvrir la localisation de toutes ces langues sur ce planisphère.

Anatole France n’écrivait-il pas : « autant de langues (…) autant de richesses culturelles, de diversité d’expression  ».

La langue unique n’est-elle pas l’outil parfait de la colonisation, de la domination ?

A l’instar des immigrés qui dans l’Ouest américain ont décimé les indiens et supprimé leur langue pour imposer l’anglais, les colons français, espagnols, anglais etc…n’ont-ils pas fait de même lorsqu’ils ont envahi le continent africain ?

Aujourd’hui, toutes les réunions de cadre chez Renault se font en Anglais, mais lorsqu’au parlement européen des députés français s’expriment en anglais, les députés espagnols quittent l’hémicycle pour marquer leur désapprobation.

D’ailleurs, même les plus de 500 traducteurs de cette docte assemblée préfèrent que les députés s’expriment dans la langue de leur pays, tout comme Michel Lesseigne qui s’exclame : « ils ont tous la possibilité de parler leur langue maternelle. Pourquoi s’y refusent-ils ? Ils pourraient s’exprimer beaucoup mieux ! ». lien

L’humour s’invitant dans le débat, Diego Marani, traducteur à Union Européenne a eu une idée cocasse, en se disant : nous avons, en Europe, une monnaie unique, alors pourquoi pas une langue unique ?

Il a lancé, sur le mode satirique, l’Europanto, qui comme son nom l’indique, permettrait à tous les européens de parler la même langue.

Mélangeant anglais, allemand, néerlandais, espagnol, français et même latin, il a proposé une sorte de bouillie linguistique dans laquelle chacun reconnaitra les siens. lien

En tout cas, le délire créatif de l’auteur permet de proposer des textes savoureux que l’on peut découvrir sur ce lien

Une version de « La Marseillaise » en europanto mérite le détour :

« Vamos enfos del europanto, Sir zal englanto speakare not, De zommer cursos la tyrannie, Wir say ten last que basta ya, Ascolte tu lelong des stradas, Die cacofonico charabia, Des englantofonos barbaros, Ya pollutante tambien la TV, Die linguas citoyens !, Wir sal todas mixar, Europantons, europantons, Eine impura lingua confonde l’anglofon ! »

Au-delà de cette posture pleine d’humour, le brassage actuel de toutes les races, permis par la facilité des déplacements, pourrait théoriquement faire naitre dans quelques siècles une race unique, bouclant la boucle puisque les chercheurs nous affirment que nous sommes tous issus d’une race unique, avec 7 groupes biologiques différents. lien

Serons-nous de nouveau un jour tous de la même couleur, à parler la même langue, avec les mêmes traditions ?

La légende de la confusion des langues lors de la Tour de Babel aurait donc été plutôt positive, puisqu’elle aurait permis l’apparition de cultures riches par leurs diversités.

Quelle langue parlerons-nous demain ?

Une langue limitée à quelques mots, accompagnés de quelques gestes ? Ou garderons-nous cette diversité qui donne à nos civilisations toute leur richesse ?

L’avenir nous le dira, car comme répète régulièrement mon vieil ami africain : « quand on ne sait pas d’où on vient, on ne sait pas où on va ».

L’image illustrant l’article provient de « mbokamosika.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

A découvrir un site qui défend la diversité des langues sur ce lien


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • robin 8 novembre 2012 09:16


    « Chacun connait la légende de la « Tour de Babel », où Dieu, pour punir les humains de leur volonté de puissance, aurait provoqué la multiplication des langues, afin de paralyser leurs ambitions. »

    Ca commence mal Cabanel, mais ce n’est pas de votre faute, tout le monde est tombé dans le panneau.

    Si vous lisez le chapitre 10 de la Génèse (qui précède le 11 parlant de l’épisode de Babel) vous vous apercevrez que Dieu avait déjà dispersé les peuples « selon leurs langues » bien avant Babel.


    • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 10:16

      robin

      excusez moi, mais c’est vous qui commencez mal...
      si vous aviez lu l’article intégralement, justement, il montre que cette légende ne tient pas debout...
       smiley

    • robin 8 novembre 2012 13:41

      Par olivier cabanel (xxx.xxx.xxx.228) 8 novembre 10:16

      robin

      excusez moi, mais c’est vous qui commencez mal...
      si vous aviez lu l’article intégralement, justement, il montre que cette légende ne tient pas debout...
       --------------------------
      autant pour moi, désolé

    • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 13:55

      robin

      pas grave...
       smiley
      ceci dit votre réflexion ne manque pas d’intérêt.

    • Romain Desbois 10 novembre 2012 22:56

      Ce qui est aussi intéressant dans cet épisode, c’est que leur dieu avoue lui même que si les hommes parlent la même langue , même lui (plus rien) ne pourra les contrer.

      Ce dieu avoue donc son impuissance que souvent est présenté comme libre arbitre.

      Ce libre arbitre que ce dieu est censée nous laisser (le brave smiley ) mais qu’il contrecarre aux dires de ces écrits.

      Comme dosait mon arrière grand-père : Ho ! Fumigène !!!!!


    • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 10:17

      merci Demosthène de cet éclairage intéressant.

       smiley

    • Leo Le Sage 8 novembre 2012 10:59

      @AUTEUR/Oliver Twist

      Nouvelle Guinée ?
      Ce pays est composée essentiellement de dialectes.
      Donc parler de langues est un peu poussif.
      J’étais dans un pays où il n’y avait qu’une langue mais les dialectes faisaient que parfois les autochtones ne se comprenaient pas...
      Tu as donc l’impression que ce n’est pas la même langue et pourtant si.
      Il ne faut pas rester dans ton village mais aller voir d’autres cultures.

      Vous dites : « Les Inuits possèderaient 30 mots pour parler de la neige, les hommes du désert autant pour évoquer le sable » [...]

      Source ?

      Je n’ai jamais entendu parlé de cela.
      Ce dont j’ai entendu c’est que ce sont les différents états par exemple de la neige qu’on nomme.
      C’est comme l’alcool.
      On parlera de J&B ou de Ballantines, pour du whisky.
      Celui qui ne boit pas ne saura pas faire la différence, mais celui qui en consomme de manière habituelle sait faire la différence.

      Tu dis : « un petit nombre de langues « véhiculaires », éliminant progressivement la concurrence » [...]
      C’est quoi une langue véhiculaire ?
      C’est pour nous faire ballader dans ton délire ?

      Tu dis : « 6000 langues » [...]
      Mais non, langues, variantes et dialectes...

      Tu dis : « La langue unique n’est-elle pas l’outil parfait de la colonisation, de la domination ? » [...]
      J’ai toujours constaté que ceux qui ne parlent qu’une seule langue pensent ainsi.
      Et venant de toi cela ne m’étonne pas.
      Comme je parle d’autres langues je peux dire qu’une seule langue ne me gêne pas plus que çà.
      Mais à te lire il faudrait stopper la francophonie alors.
      Les africains notamment reprochent à cette francophonie de s’imposer en tant que langue dans leur pays.
      Chiche ?

      Tu dis : "A l’instar des immigrés qui dans l’Ouest américain ont décimé les indiens et supprimé leur langue pour imposer l’anglais, les colons français, espagnols, anglais etc…n’ont-ils pas fait de même lorsqu’ils ont envahi le continent africain ?" [...]
      Ah d’accord.
      Donc les indiens ne sont pas concerné par les anglais ? Les asiatiques n’ont pas connu les affres de la langue française et anglaise ?
      Première nouvelle. C’est quoi cette obsession de l’Afrique ?

      Tu dis : « toutes les réunions de cadre chez Renault se font en Anglais » [...]
      Je ne connais pas d’entreprise d’envergure internationale où ce n’est pas ainsi...
      Dans mon métier l’anglais c’est la règle, heureusement d’ailleurs.

      Les députés espagnols quittent l’hémicycle puisque la langue commune est l’anglais mais pas le français.
      Et ceux qui parlent espagnol sont plus nombreux que ceux qui parlent français donc je les comprends tout à fait.

      Tu dis : « ils ont tous la possibilité de parler leur langue maternelle. Pourquoi s’y refusent-ils ? » [...]
      C’est un milieu que tu ne connais pas n’est-ce pas ? smiley smiley smiley
      Dans ce milieu il vaut mieux parler la langue la mieux comprise de tous, ne serait-ce que pour des raisons de prestige.
      Mais je comprends qu’à ton niveau c’est trop compliqué.
      Pauvre petit. Tu veux un su-sucre ?

      Tu dis : « Serons-nous de nouveau un jour tous de la même couleur, à parler la même langue, avec les mêmes traditions ? » [...]
      Pour toi la question se pose ? smiley smiley smiley

      Tu dis : « Quelle langue parlerons-nous demain ? » [...]
      Tu n’as aucune idée ? smiley

      Tu dis : « quand on ne sait pas d’où on vient, on ne sait pas où on va » [...]
      Ce n’est pas un africain qui dit çà.
      Car les africains savent qu’on ne sait pas toujours d’où on vient tout en sachant où on va.

      Mon avis
      Quand je te disais que tu joues du pipeau ce n’est pas exagéré.
      La tour de babel n’est pas une volonté de puissance. C’est la volonté de se rapprocher des cieux...
      Un peu comme un gosse qui veut attraper un bonbon...
      Si je veux être comme du Cabanel tu te doutes bien que ce n’est pas une volonté de puissance qui va forcément m’animer.

      Je vois que le cabanon se décide à nous raconter du pipeau.

      Bref, ton article comme d’habitude il est naze...

      C’est marrant de lire au début que la langue humaine était unie dans le passé.
      Pour dire ensuite que la confusion existe chez les animaux et donc que cela ne vient pas de Dieu !
      1/ Ce n’est pas scientifique comme propos.
      2/ Les animaux sont à des milliers de kilomètres les uns des autres et tout scientifique te dira que le français du Canada n’est pas le même que le français de France.
      Mais c’est du Français.
      Donc le parlé d’un oiseau des deux rives sont forcément différents.

      Alors qu’à la tour de babel ils étaient à quelques mètres...

      Pour les ignares, le français du Luxembourg n’est pas le même que celui de France.

      L’Esperanto est parlé par pas mal de monde bien au-delà de 100 000 personnes.

      A titre personnel, c’est un ami qui m’en a parlé.
      Et puis beaucoup d’autres personnes ce qui me fait dire que cette langue n’est pas orpheline comme tu le sous entends.

      Des langues qui sont plus parlés que l’espéranto ne sont quasiment pas sur wikipedia.
      Alors que l’Esperanto est souvent présent...

      Contrairement à ce que tu sous entend la culture ne se résume pas à une langue.
      Tu vas aux USA où il y a beaucoup de créativité et cela grâce à la possibilité de communiquer donc de parler UNE seule langue.
      (Pour se comprendre il faut parler la MEME langue)

      Enfin, ne parle pas de la Bible car te connaissant, je sais que c’est hors de ta portée son interpétation.
      Rien que sur la Tour de Babel et de la décision de Dieu qui en découle les interprétations différent suffisamment entre spécialistes, alors un non spécialiste qui nous joue du violon.
      Faut pas pousser.

      Sinon ta femme ca va ?

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 11:19

        mon petit léo

        si vous pouviez retourner jouer dans votre bac à sable avec vos amis,
        je n’ai hélas pas le temps de le perdre (mon temps) 
        et votre commentaire ressemble plus à de la bouillie pour les chiens, sans grand intérêt.
        vous devriez consulter...
        à défaut de réfléchir.
         smiley

      • Leo Le Sage 8 novembre 2012 11:47

        @AUTEUR/Oliver
        1/ Tu dis :
        « et votre commentaire ressemble plus à de la bouillie pour les chiens, sans grand intérêt » [...]
        En général lorsqu’on est certain de son coup on a aucun mal à le prouver.
        Or, je constate que ce n’est pas le cas...

        Enfin, comme toute personne prétentieuse, tu te dis être en mesure de connaître mieux que moi le domaine ?
        J’en doute.
        Si tu prétends le contraire pourquoi ne pas me démontrer point par point comme le fait l’enfoiré mes erreurs ? Hm ?

        Par exemple, parler de langue véhiculaire c’est étrange non ? smiley

        2/ J’ai une suggestion à te faire.
        Fais un article sur l’architecture et je vais de démontrer que même dans ton propre domaine je te bats...
        Ce sera un peu plus dur, mais je sais que côté architecture tu es forcément meilleur que moi.
        Et vu ton âge, ce doit être facile de me battre au vu de ta looonnngue expérience dans le domaine.

         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 12:50

        léo 

        soyez gentil, allez voir ailleurs si j’y suis.
        nous ne sommes pas dans une cour d’école à comparer celui qui a le plus grand.
        le ciel vous tienne en joie.

      • Leo Le Sage 8 novembre 2012 14:09

        @Oliver Twist
        Vous dites :
        « nous ne sommes pas dans une cour d’école à comparer celui qui a le plus grand » [...] smiley

        Pardon, c’est toi qui a l’habitude de classer les gens...
        Moi je me contente de te classer en fonction de ton classement.
        Je me classe donc logiquement au dessus de toi puisque tu n’es pas capable de me démontrer en quoi j’ai tort.
        C’est pourtant facile de dméontrer que quelqu’un se trompe si on maîtrise son sujet.
        D’où ma proposition qui est plus qu’équitable : Je te prospose de m’affronter dans ton monde.
        Tu te souviens, je t’avais demandé de m’affronter dans le mien et tu as refusé.
        Je me suis dit : « Ben peut-être que j’abuse... » bien que ce ne soit pas le cas.

        Sinon, pour le reste, tu as mes questions ci-dessus.
        La moindre des politesses est déjà de répondre aux questions qu’on te pose.
        Puisque tu as dépassé le stade de la maternelle, tu peux comprendre au moins çà...

        Justement tu affirmais que tu es disposé à discuter et débattre.
        C’est curieux de fuir quelqu’un qui est facile à battre...
        (selon tes critères je suis facile à battre)
        Personnellement je ne fuis aucun adversaire, pas même l’enfoiré...

         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • L'enfoiré L’enfoiré 8 novembre 2012 18:12

        Je crois qu’encore une fois Wiki va démontrer ou démonter toutes les appréhensions.

        Travail dans une société américaine, il fut un temps où tout le monde parlait l’anglais pour faire un exposé.
        Puis, je ne sais d’où est venu la décision, chacun a pu parler sa propre langue, français et néerlandais.
        Je crois que c’est suite à une volonté de la direction de pouvoir s’améliorer dans la langue de l’autre et que les groupes de discussions dans l’autre langue s’étaient formés.

      • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 11:33

        Bebel n’est qu’un mythe, dont la version biblique n’est ni la seule ni la première, j’en avais d’ailleurs parlé sur AVox. Mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui me gêne dans votre article, c’est que vous confondez langue commune et langue unique, induisant dans l’esprit du lecteur que l’une entraîne l’autre.

        Une langue internationale, que ce soit l’anglais ou une autre, ne remplacera à mon avis jamais notre langue maternelle (ou dominante, d’éducation), celle à laquelle nous sommes tous attachés émotionellement par nos souvenirs d’enfance, celle que nous avons tendance à trouver « la plus belle », à tort puisque c’est très subjectif.

        L’espéranto se propose comme langue commune facile (probablement dix fois plus, pour des raisons structurelles) et équitable, ses racines étant latines-grecques-germaniques, et sa grammaire reprenant des notions de base, comme détaillé dans le lien que vous indiquez.

        Tout à fait d’accord que nous devons défendre les intérêts de la francophonie, et la diversité linguistique et culturelle, mais ne devons-nous pas aussi nous comprendre, et pas seulement entre Européens, mais aussi entre humains ? Nous sommes une seule espèce au sens biologique (avec de très nombreuses ethnies), pourtant c’est l’incompréhension qui est la norme entre les gens. Très peu d’entre nous peuvent communiquer efficacement avec des étrangers : que ce soit par l’anglais ou par une autre langue, il faut que les deux interlocuteurs soient d’un niveau suffisant pour échanger autre chose que du charabia avec de grands gestes.

        Tant que la traduction automatique de poche demeure de la SF et un effet d’annonce des fabricants pour obtenir des budgets de recherche, l’anglais dès l’école primaire étant un échec patent outre une injustice européenne, l’espéranto demeure le meilleur outil à disposition (pas parfait certes) pour disposer d’un moyen de communication international.

        Enfin, noyer l’espéranto parmi d’autres éléments, historiques comme le volapuk, ou récents comme l’europanto ou le klingon est une présentation qui ne reflète pas la réalité scientifique et linguistique : l’europanto est un sabir, un gadget imaginé par un ou plusieurs interprètes européens pour s’amuser, de même que le klingon au cinéma, tandis que le jargon des jeunes ou des cités est un classique phénomène de groupe. Mais aucune de ces créations n’est une vraie langue, apte à toutes les fonctions d’une langue. L’espéranto, au contraire, est apte à la traduction précise et fidèle, reconnu comme tel par des traducteurs, des linguistes, l’ONU, l’UE et d’autres instances. Même le récent dossier du monde sur « les utopies » qui prétend que l’anglais universel est un téta de fait le reconnaît : c’est la seule langue construite à avoir ces qualités, rien de plus, rien de moins. Sa stagnation (encore qu’Internet lui a donné visibilité et coup de fouet) n’est pas due à sa structure, ni à une crainte fantasmatique de voir toutes les langues remplacées, mais à un veto de la France il y a longtemps à la SDN, et à la volonté permanente de chaque grande nation de promouvoir sa propre langue (ou d’accepter la soumission à l’anglais comme les pays nordiques), bref à la « guerre des langues » comme on dit.

         Ce manque de volonté d’essayer une solution qui est pourtant la plus rationnelle est étonnant, mais c’est comme ça, nous semblons programmés plus pour la compétition que pour l’entraide et la coopération. Faute d’essayer l’espéranto, l’Union européenne est déjà anglophone... à l’exception du juridique.

        En 15 ans, le pourcentage de documents en français est passé de 40% à 6% environ (récent rapport sur l’état du français).

        A mon avis, le parallèle entre diversité biologique et diversité linguistique n’est qu’une analogie trompeuse, pas un fait scientifique. Notre cerveau est capable de garder notre langue maternelle et d’étudier une langue de communication. En pratique, la peur irrationnelle de la langue unique fait tout simplement le jeu de l’anglais, comme c’est évident dans l’UE. 



        • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 12:54

          krokodilo

          « bébel n’est qu’un mythe » ?
          faut pas déconner.
          même s’il n’est plus trop fringant, notre bébel est encore avec nous.
          plus sérieusement, j’ai réellement apprécié votre réflexion,
          je pense qu’elle devrait faire vivre le débat.
          merci.

        • Deneb Deneb 8 novembre 2012 13:31

          Krokodillo, un langue vivante n’est pas quelque chose de rationnel. Essayer de rationaliser la communication humaine c’est un peu comme essayer de construire une cellule vivante ; ce n’est pas seulement une tentative vouée à l’échec, mais en plus c’est complétement inutile, mieux vaut exploiter les mécanismes des cellules existantes pour les apprivoiser, afin de produire ce dont on a besoin, de la nourriture aux médicaments et dernièrement aussi des objets inertes, comme ces bactéries programmées. Au même titre, les seules langues artificielles et « rationnelles » qui fonctionnent, sont celles qui s’adressent aux machines, comme des langages informatiques.


        • Leo Le Sage 8 novembre 2012 14:49

          @Par Deneb (xxx.xxx.xxx.73) 8 novembre 13:31

          Vous dites : "Krokodillo, un langue vivante n’est pas quelque chose de rationnel. Essayer de rationaliser la communication humaine c’est un peu comme essayer de construire une cellule vivante ; ce n’est pas seulement une tentative vouée à l’échec, mais en plus c’est complétement inutile, mieux vaut exploiter les mécanismes des cellules existantes pour les apprivoiser" [...]

          C’est quoi ce charabia deneb ?
          Lorsqu’Obama n’avait pas suivi la stratégie de communication, cela lui a coûté cher, et vous osez dire qu’il ne faut pas rationaliser la communication ?
          L’essence même des entreprises de communication n’est-il pas justement de trouver la meilleure solution, donc de rationaliser ?

          Vous dites : "Au même titre, les seules langues artificielles et « rationnelles » qui fonctionnent, sont celles qui s’adressent aux machines, comme des langages informatiques" [...]

          1/ Les bugs çà existe donc çà ne fonctionne pas toujours. Les mis à jour çà sert à çà.
          2/ TOUTES les langues sont par définition artificielle parce qu’elle ont été créée par l’homme.
          La seule chose que l’on peut considérer comme artificielle et immatérielle dans l’ordinateur, c’est l’intelligence artificielle.

           
          Cordialement

          Leo Le Sage
          (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 novembre 2012 15:26

          En informatique les bugs surviennent quand on a cochonné son travail.

          Faut croire qu’il y a beaucoup de cochons qui bossent dans l’informatique !


        • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 16:07

          Par dogmatisme, vous niez deux faits vérifiables. 

          1. L’espéranto fonctionne tout à fait, dans tous les aspects d’une langue, dialogue, oral, écrit, et jusqu’au plus difficile, la capacité à traduire fidèlement (testé par rétro-traduction comparativement au même test en même temps par une autre langue).
          2. De nombreuses langues ont subi des remaniements dans le but de rationaliser certainsaspects, y compris le français (réforme de l’orthographe de 1999) : russe (par Lomonossov), hebreu, indonésien (fixation d’une écriture à partir de la langue orale dominante), italien (par Dante)
          C’est quand même malheureux, en matière de langue, il y a tellement de passion liée à nos émotions de l’enfance, aux années de la formation intellectuelle, et tellement de politique que les clichés et les opinions comptent plus que les faits. Comme les médias répercutent à fond les clichés et camouflent l’anglicisation de l’UE, ça n’arrange pas les choses. 

        • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 16:10

          Exact. C’est pour cela que le terme de langue construite est préférable à langue artificielle (pourtant étymologiquement « fait avec art ») et celui de langue internationale à langue universelle, trop prétentieux.


        • L'enfoiré L’enfoiré 8 novembre 2012 19:27

          Je demande aussi à Deneb de s’expliquer sur cette phrase.

          C’est loin d’être clair.
          Ce que disait Krokodilo me paraissait plus exact.
          Pour connaitre deux langues parfaitement, il y a deux contraintes, 
          - avoir deux langues maternelles, c’est à dire, par exemple, avoir le père qui parle une langue et la mère, une autre. Les utiliser alternativement.
          - avoir la possibilité d’utiliser les langues dans la durée.
          Une langue, c’est comme un muscle. Elle s’atrophie quand elle se perd dans la mémoire. 
          Les anglais, tout comme les français, ne sont souvent que des monolingues. (à part devoir travailler dans le tourisme).
          Je crois me souvenir qu’en informatique, tous les logiciels devaient être traduits en français avant d’arriver aux utilisateurs.
          Si vous venez chercher du boulot à Bruxelles, venez avec trois langues.
          Vous aurez déjà plus de chance. smiley 

        • L'enfoiré L’enfoiré 8 novembre 2012 19:31

          Krokodilo,

           Ma question : pourquoi Zamenhof n’a pas démarré de l’Indo-Européen pour construire l’esperanto ?
           

        • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 21:09

          Sais pas, j’ai essayé de le joindre pour le lui demander, sans succès. Les études linguistiques sur l’origine des langues n’étaient pas aussi avancées et, même maintenant, sans traces écrites de cette ou ces langues racines, les connaissances sur leur structure et leur phonétique sont partielles, voire des suppositions. 


        • Romain Desbois 12 novembre 2012 09:28

          Ha Deneb

          Toujours ce débat du naturel et du culturel (artificiel).

          Les langues sont un mélange des deux et l’espéranto se base sur rien d’autres que des racines gréco-latine pour l’essentiel mais aussi comme pour d’autres langues plus plébiscitées emprunte par ci par là à d’autre langues, comme le principe de l’agglutination.
          Le génie de Zamenhof est d’avoir essayé de prendre les bons côtés de certaines langues et de ne pas tomber dans le piège du « culturellement difficile ».
          Contrairement à ce que l’on pense généralement, bien que peu plébiscité, l’espéranto est une des rares langues inventée par un seul homme qui reste encore parlée. Et hélas, comme le dénonce l’auteur, bon nombre de langue biologiques sont parlées par bien moins de locuteurs.
          Des centaines de langues, de dialectes ou d’idiomes disparaissent tous les ans.


        • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 11:59

          Au fait, petite devinette sur un fait peu connu : récemment passé à la télévision, un des films les plus célèbres du monde contient une vingtaine de mots d’espéranto.

          Un indice : c’est un film de Ch..... Ch.....

          • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 13:36

            krokodilo

            euh...christian chlavier ?
             smiley
            je sort...
             smiley
            ou alors Charlie Chaplin ?

          • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 15:37

            Bravo ! Vous avez gagné le droit de faire un nouvel article sur AV. C’est dans « Le dictateur » de Chaplin, où toutes les enseignes et indications du quartier « juif » opprimé sont non pas en hebreu mais en espéranto (legomoj, par exemple pour légumes). Probablement parce que ce sont des mots en alphabet latin pour la plupart des lettres, et reconnaissables plus largement ; probablement aussi pour symboliser une population opprimée au sens large, pas uniquement en raison de leur judéité.


          • gaijin gaijin 8 novembre 2012 12:04

            bravo
            super article, très intéressant .....
            et bravo aussi pour le titre smiley il me fait bien marrer smiley


            • curieux curieux 8 novembre 2012 12:45

              La langue unique n’est-elle pas l’outil parfait de la colonisation, de la domination ?
              A coup sûr. Elle existe déjà depuis longtemps Cette langue s’appelle le libéralisme. Elle a même corrompu le PS français. Pour la Chine, je ne sais pas : communisme pour certains, libéralisme pour les requins.


              • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 12:56

                curieux

                belle tentative pour appliquer le sujet de l’article à un domaine relativement différent.
                à mon avis, en Chine, la page Mao est tournée depuis longtemps, au vu de l’élection du futur président...
                 smiley

              • curieux curieux 8 novembre 2012 19:08

                Moi non plus, je ne suis pas d’accord avec vous. Un deuxième exemple d’outil de domination : la langue de bois. Elle est bien universelle, celle-là, non ?


              • philouie 8 novembre 2012 12:52

                Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un homme et d’une femme, et Nous vous avons établis en peuples et en tribus pour que vous appreniez à vous connaître. Le plus noble d’entre vous, aux yeux de Dieu, est le plus pieux

                Coran 49.13


                • philouie 8 novembre 2012 13:02

                  Bonjour,

                  Du point de vue du récit biblique, il n’est pas sans intérêt de constater que l’épisode de Babel clos un cycle, celui que l’on pourrait appeler le cycle du proto-humain.

                  Il n’est pas sans intérêt non plus de remarquer que l’épisode suivant, qui ouvre le cycle de l’homme civilisé, est l’épisode d’Abraham et de la ligature d’Isaac.

                  Ceci, évidement, où, comme nous le dit Lacan, ce qui fonde le patriarcat - et Abraham est le premier des patriarches-, c’est le fait que le père dicte la loi par le langage.

                  Lire la ligature d’Isaac dans ce contexte, c’est comprendre que la soumission à Dieu (obéissance ç l’ordre naturel) qui est instinctive chez l’animal, à besoin de se transmettre au moyen du langage par l’acte éducatif.

                  La civilisation consiste alors à user du langage à la fois pour rendre compte de l’ordre du monde, mais surtout pour ordonner l’humain en conformité avec cette organisation.


                  • philouie 8 novembre 2012 13:11

                    Ajoutons à cela que la ligature d’Isaac, symbolisée par la circoncision, vu comme une forme de castration (- non pas symbolique mais réelle - bien que purement spirituelle -), répond à l’érection de la tour comme velléité de toute puissance.


                  • Loatse Loatse 8 novembre 2012 13:16

                    Hello Olivier,

                    Il suffit de compulser les médias mainstream, de trouver un job ou le boss ne pratique pas le turn over, de se faire briefer, de partir en week end pour ne pas risquer le burn out, tout en n’oubliant pas de d’enfiler un jean’s et un sweet shirt ( autant se relooker cool et fun)..

                    il suffit de ne pas s’embarasser de son smartphone, de zapper fast food, sandwichs et hot dogs de ne pas aller aux water closet, de ne pas kiffer sa life de loose et dealer son divan dans le living pour un trekking (avec ou sans talkie walkie)

                    De s’éloigner des buildings, renoncer aux parkings, aux leasings, aux coatching, au speed dating, de faire soft et de choisir au feeling son loft euh.. sa caverne pour cogiter sur la question avant de faire son come back sans obligatoirement passer par la phase coming out... :)

                    M’enfin m’est avis sauf à passer pour des has been, on ne peux pas nier qu’on est américanisés jusqu’au trognon et que la langue de demain c’est bien celle qui se parle et se comprend déjà de bagdad à anchorage...même si tu es natif de pekin...ou du 93

                    Alors l’esperanto heing.....

                    kiss ;)



                    • olivier cabanel olivier cabanel 8 novembre 2012 13:33

                      loatse

                      démonstration parfaite...
                      rien à ajouter et 
                      kiss aussi...
                      les blacks approuveront, même s’ils ne sont pas tous des stars
                      ce post juste pour rappeler que le mot fake n’est toujours pas français
                      que l’on peut customiser ce que l’on veut, y compris un caddie, juste pour le fun...
                      c’est cool., et au goal average, je pense que le un partout serait un bon pitch de cet échange.
                       smiley


                    • Krokodilo Krokodilo 8 novembre 2012 15:44

                      Celle qui se parle (un peu, souvent très mal) comprend (un peu, souvent pas du tout dès qu’on s’éloigne des élites et des hôtels) de Bagdad à Anchorage. 

                      Il ne s’agit pas de nier quoi que ce soit mais de savoir si on veut d’une UE anglophone, s’il n’existe pas une solution plus efficace à la communication internationale, une langue plus équitable et largement plus simple accessible à la plupart si son enseignement et sa diffusion étaient soutenus. 30.000 signatures atteints sur la pétition pour demander que l’espéranto soit possible au bac en simple option, à comparer avec l’incroyable pression et investissement financier en faveur de l’anglais, obligatoire de fait à l’école.
                      Pour le franglais, à chacun de choisir s’il préfère faire du « snacking » ou du bon vieux grignotage !

                    • gaijin gaijin 8 novembre 2012 13:52

                      s’il suffisait de parler la même langue pour se comprendre ça serait cool
                      il suffit de lire quelques fils sur avox pour voir que ce n’est pas le cas


                      • Deneb Deneb 8 novembre 2012 14:01

                        Olivier : "Quelle langue parlerons-nous demain ? Une langue limitée à quelques mots, accompagnés de quelques gestes ? Ou garderons-nous cette diversité qui donne à nos civilisations toute leur richesse ?"

                        Les langues vivantes n’arrêtent pas de s’enrichir mutuellement. On remarque que par ex. l’anglais comporte énormément de mots français et vice-versa. Et cette tendance peut faire supposer une langue commune, très complexe, qui sera parlé dans un lointain avenir et qui comprendra toute la langue française et toute la langue anglaise.

                        Mais si l’on considère une langue comme un organisme vivant, pourquoi l’évolution n’a t-elle pas abouti à une seule espèce ? Suivant cette logique, la diversité va plutôt s’accroitre, surtout avec les outils comme Google traduction dont je suis avec intérêt l’évolution des performances et le nombre croissant des langages pris en compte. Il y a 10 ans, comprendre un article dans un journal hongrois était impossible à défaut d’avoir un pote hongrois. Aujourd’hui on en arrive aisément comprendre le sens avec la traduction automatique qui de plus s’améliore de jour en jour. Donc, oui, l’humanité gardera cette diversité qu’elle gérera de mieux en mieux, à l’aide des ordinateurs de plus en plus performants. Chaque jour, nous sommes ainsi tous un peu plus polyglottes.

                        Et merci, Olivier, pour cet article saisissant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès