Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 10 gros mensonges sur la nutrition

10 gros mensonges sur la nutrition

Avec l'aimable autorisation de l'auteur de cet article, Jean-Marc Dupuis, je vous propose de revoir complètement vos notions de diététique, et de changer votre vie, en adoptant à votre usage ces idées qu'en tant que médecin (souvent iconoclaste) j'approuve et partage entièrement.

Vous y apprendrez que le lait, les aliments allégés, les huiles végétales, les céréales, et bien sûr le sucre ne sont pas très bons pour la santé.

Mais que les protéines, les oeufs, les graisses saturées, le gras en général, ne sont pas vos ennemis, bien au contraire.

Ce sont de gros mensonges propulsés dans vos cerveaux par l'industrie agro-alimentaire, en parfaite complicité avec l'industrie pharmaceutique et de nombreux médecins ignorants ou corrompus par celle-ci, le plus souvent les deux.

Bon appétit, apprenez à gérer votre assiette, mangez mieux (pas forcément moins), et à votre santé !

Doctorix.

10 gros mensonges sur la nutrition

Les consignes officielles en nutrition diffusées dans les écoles, les hôpitaux, les médias, sont inexactes et contradictoires. 

J'ai fait une liste des pires exemples ci-dessous, mais ce n'est malheureusement que la pointe émergée de l'iceberg. 

Voici 10 gros mensonges, mythes et idées fausses qui circulent : 
 

1. Le petit-déjeuner idéal

« Idéalement, la journée débute avec un repas équilibré, composé d'un laitage, d'un fruit et d'une boisson…  », écrit Flora Genoux en page 15 du journal Le Parisien, mardi 3 décembre 2013. 

Ces conseils dérivent directement des recommandations officielles de manger, au petit-déjeuner, une tartine de beurre et de confiture, un jus d'orange et un bol de lait. 

On retrouve une variante de ce mythe sur les boîtes de céréales, qui martèlent aux enfants que leur petit-déjeuner idéal se composera, par exemple, d'un « bol de Kellogg's Corn Flakes avec du lait (pour le calcium) et d'un jus d'orange (pour les vitamines) ». 

Faux, faux, faux sur toute la ligne. 

Ces petits-déjeuners sont des bombes à sucre : le jus d'orange est riche en fructose, le « mauvais sucre » qui fait monter la glycémie et qui se transforme en mauvaise graisse ; le lait est plein de « lactose » qui est une autre forme de sucre. Le pain à la confiture, ou les céréales, sont aussi pleins de glucides : au contact de la salive, l'amidon du pain se transforme en glucose et fera monter en flèche le taux de sucre sanguin dans les minutes suivant son absorption. 

Tant de sucre oblige le pancréas à produire une masse d'insuline, ce qui peut entraîner une crise d'hypoglycémie vers 11 heures du matin, avec une baisse d'énergie, une prise de poids sous forme de mauvaises graisses, le tout accompagné d'une forte fringale. 

À l'Université de Kansas pour la diététique et la science de la nutrition, des chercheurs ont publié une étude en février 2010 démontrant qu'un petit-déjeuner doit au contraire être riche en protéines. Moins de glucides et plus de protéines augmentent l'énergie, diminuent la sensation de faim au cours de la journée, sans pour autant augmenter le nombre de calories absorbées pendant la journée. En effet, les calories supplémentaires consommées lors d'un riche petit-déjeuner sont compensées par une baisse égale des calories aux autres repas, sans même que vous vous en aperceviez. Vous n'avez donc à faire aucun effort. 

De plus, remplacer les glucides par de bonnes graisses réduit encore la hausse de la glycémie (taux de sucre dans le sang) et accroît la sensation de satiété, réduisant les fringales et donc le grignotage pendant la journée. 

Un bon petit-déjeuner doit donc contenir un apport conséquent de protéines et de bonnes graisses. Il est hautement recommandé d'y incorporer des aliments comme des œufs, omelette, avocat, tranche de saumon, de jambon, olives, fromage de brebis, noix, amandes et autres fruits à coque, ou encore des crudités avec de la vinaigrette. 

Cela vous donnera une vraie sensation de satiété, de l'énergie, et un appétit modéré à midi qui, au bout du compte, bénéficieront à votre santé et à votre ligne. 
 

2. Le lait est bon pour les os

Il n'existe pas la moindre preuve que le lait rende les os solides et prévienne les fractures, et c'est même le contraire qui vient d'être démontré par une nouvelle étude de Harvard (qui fait suite à toutes les données scientifiques que l'on avait déjà sur cette question). 

Plus de lait au cours de l'adolescence, c'est plus de risques de fracture de la hanche chez les hommes. Chez les femmes, la consommation de lait ne change rien. [1]

De plus, selon une étude de 2012 publiée dans l’American Journal of Epidemiology, les hommes qui, dans l'adolescence, ont bu le plus de laitages ont un risque significativement augmenté de développer un cancer de la prostate. [2]

Selon le spécialiste du lait Thierry Souccar, «  il est nécessaire que les autorités sanitaires (en France : ANSES, INPES, PNNS) fassent amende honorable en reconnaissant qu'elles ont eu tort d'inciter toute la population à consommer 3 à 4 laitages par jour "dans le but de prévenir les fractures" ; elles doivent s'abstenir dorénavant de promouvoir la surconsommation de ces aliments, et prôner la modération.  » [3]
 

3. Les aliments allégés sont bons pour la santé

Savez-vous quel est le goût d'un aliment dont on a retiré toute la graisse ? 

Eh bien, c'est exactement celui du carton. Personne ne voudrait en avaler. 

Les industriels de l'agro-alimentaire le savent et ils ajoutent d'autres choses pour compenser le manque de gras. 

En général, ce sont des sucres : sucre, sirop de glucose-fructose, ou des édulcorants artificiels comme l'aspartame. 

Ces aliments augmentent fortement les fringales. Les graisses, au contraire, donnent une sensation durable de satiété, parce qu'elles restent plus longtemps dans l'estomac pour être digérées par les sucs digestifs. 

Il est donc plus difficile de maigrir quand on mange des produits allégés en graisses. 
 

4. Les œufs sont mauvais pour la santé

Un des plus grands tours de force des diététiciens modernes est d'avoir diabolisé un des meilleurs aliments pour l'homme : les œufs. 

Le jaune d'œuf, selon eux, est plus dangereux que Dracula car il est horriblement riche en cholestérol, et donc facteur de maladies cardiaques. 

Il est vrai qu'un gros jaune d'œuf contient 212 mg de cholestérol, ce qui est beaucoup par rapport aux autres aliments. 

Mais il a aussi été prouvé que le cholestérol alimentaire n'augmente pas le cholestérol sanguin. Le cholestérol sanguin est fabriqué par le foie, à partir du sucre, combien de fois faudra-t-il le répéter ?? 

Une ÉNORME étude, portant sur 4 millions de personnes, est encore parue tout récemment dans le British Medical Journal, et a de nouveau conclu que manger un œuf tous les jours n'augmente en rien le risque de maladie cardiaque et peut même baisser le risque d'attaque cérébrale (AVC), sauf pour les personnes diabétiques. [4]

Notons également que le jaune d'œuf est magnifiquement riche en lutéine et en zéaxanthine, deux antioxydants extraordinaires qui protègent les yeux contre la cataracte et la dégénérescence maculaire. [5]
 

5. Manger beaucoup de protéines est mauvais pour les reins

Les régimes hyper-protéinés sont fortement critiqués pour provoquer des problèmes de rein et de l'ostéoporose (os poreux). 

Une fois de plus, c'est le contraire qui est vrai. 

Sur le long terme, manger des protéines donne des os plus solides et diminue fortement le risque de fractures, d’après un gigantesque travail de synthèse effectué récemment par des chercheurs de l’université du Connecticut (Etats-Unis) [6]. Restreindre la consommation de protéines est même décrit comme « dangereux » pour les personnes qui ont des os fragiles, dans l'étude citée ! 

Concernant les reins, il s'agit là encore d'un mythe : les études approfondies n'ont montré aucun lien entre les régimes riches en protéines et les problèmes de rein chez les personnes en bonne santé. [7]

Une situation à ne pas confondre avec celle des personnes souffrant d’insuffisance rénale chez qui il a été clairement démontré qu’une diminution des apports en protéines préservait mieux la fonction rénale déclinante. 

Manger plus de protéines et moins de céréales diminue la pression artérielle, les taux de cholestérol et le risque de maladies cardiaques. [8]

N'ayez plus peur des protéines mais accompagnez-les toujours de bonnes quantités de légumes pour leur effet basifiant. 
 

6. Les huiles végétales sont meilleures

Les huiles végétales riches en acides gras polyinsaturées sont considérées comme bonnes pour la santé parce qu'elles diminueraient le risque cardiaque. 

Mais il y a là un gros malentendu : tous les acides gras polyinsaturés ne se valent pas. 

Les acides gras polyinsaturés oméga-6 ont un effet inflammatoire (mauvais pour les artères), tandis que les oméga-3 sont anti-inflammatoires (bons pour les artères). 

L'être humain a besoin de consommer des oméga-3 et des oméga-6 de façon proportionnelle : s'il mange plus des uns, il doit aussi manger plus des autres. 

Il faut deux à quatre fois plus d'oméga-6 que d'oméga-3. L'alimentation moderne est beaucoup trop riche en oméga-6 (présents dans l'huile de tournesol et de maïs), et trop pauvre en oméga-3 (huile de lin, huile de noix et de colza, huiles de poisson), ce qui explique en partie la hausse des maladies cardiaques. Le rapport est souvent de 1 à 20, ou de 1 à 30 ! 

Pour améliorer votre ratio oméga-6/oméga-3, vous devez donc à la fois essayer de diminuer votre consommation d'huile de tournesol et de maïs, et augmenter votre consommation d'huile de lin, de colza, de noix et de poissons gras. 

Attention : les acides gras polyinsaturés sont très instables : ils s'oxydent facilement et deviennent alors toxiques et nuisibles à la santé. Cette oxydation se produit lorsque les huiles sont stockées dans des bouteilles transparentes, exposées à la lumière, lorsque les bouteilles sont laissées ouvertes sans bouchon, et plus rapidement encore lorsque vous les faites chauffer. 

Conservez donc précieusement vos bouteilles d'huile végétale dans l'obscurité, au frais, et avec leur bouchon. Si vous vivez seul ou à deux, préférez les petites bouteilles, pour éviter de garder une même bouteille ouverte plusieurs semaines. Mettez un quart d'huile de lin dans vos vinaigrettes et envisagez de prendre des capsules d'huile de poisson (très riches en oméga-3) pour maintenir le bon ratio oméga-6/oméga-3. Conservez toujours une huile de lin au frigo. L'huile de lin ne doit jamais être cuite. 
 

7. Les graisses saturées sont mauvaises

Dans les années 60, il fut soudain décidé que les graisses étaient responsables des maladies cardiaques, en particulier les graisses saturées. 

Cette nouveauté provenait d'études biaisées et de décisions politiques qui se sont révélées désastreuses. 

Une très grande revue d'articles scientifiques publiée en 2010 a conclu de façon définitive à l'absence totale de relation entre les graisses saturées et les maladies cardiaques. [9]

Il n'y a donc aucune raison de vous priver de viandes grasses, d'huile de coco ou de palmiste, très riches en acides gras saturés, et même de beurre, crème fraîche si vous supportez les produits laitiers. 

Les aliments gras vous donnent un sentiment fort et durable de satiété, parce qu'ils mettent longtemps à être digérés. Ils restent plus longtemps dans l'estomac que les glucides et les protéines. Ils permettent donc de mieux réguler l'appétit, de limiter le grignotage, de se sentir mieux dans sa peau, d'être plus actif, et vous aident à retrouver votre poids naturel. 
 

8. Tout le monde doit manger des céréales

L'idée que l'être humain doit baser son régime sur les céréales m'a toujours paru absurde. 

La révolution agricole, à partir de laquelle les hommes ont commencé à manger des céréales, s'est produite il y a peu de temps, à l'échelle de l'évolution, et nos gènes n'ont pratiquement pas changé depuis. L'homme moderne n'est ni plus ni moins qu'un chasseur-cueilleur en costume-cravate ! 

Son tube digestif est toujours le même. Il n'est pas fait pour digérer des quantités importantes de céréales. 

Les céréales sont pauvres en nutriments essentiels, comparées aux légumes. Complètes, elles sont aussi riches en acide phytique, qui se lie aux minéraux dans l'intestin humain, ce qui les empêche d'être assimilées, provoquant une dénutrition. [10]

La céréale la plus répandue dans les pays occidentaux est, de loin, le blé, qui peut causer chez l'homme toutes sortes de problèmes de santé, certains mineurs, d'autres plus graves. 

Le blé moderne contient de grandes quantités d'un mélange de protéines appelé gluten, qu'une partie importante de la population ne supporte pas : allergie, intolérance, hypersensibilité. 

Dans ce cas, manger du gluten peut abîmer la paroi intestinale, provoquer des douleurs, des ballonnements, des diarrhées, de la fatigue [11]. La consommation de gluten a aussi été associée, dans de très sérieuses études, à la schizophrénie, une grave maladie mentale.[12]

Réduire la part des céréales dans l'alimentation peut donc se révéler excellent pour la santé, à condition bien sûr de remplacer les calories ainsi perdues par une consommation accrue de légumes, fruits, fruits à coques (noix, noisettes, amandes, noix du Brésil, noix de pécan…), et autres aliments riches en nutriments. 
 

9. Le sucre est mauvais car ce sont des « calories vides »

Beaucoup de personnes pensent que le sucre de table est mauvais parce que ce sont des « calories vides ». 

Il est vrai que le sucre est très pauvre en nutriments essentiels, mais le problème va bien au-delà. 

Le sucre de table est appelé saccharose par les spécialistes. La saccharose est formée d'une molécule de glucose et d'une molécule de fructose. 

Or, le fructose est un mauvais sucre, lorsqu'il est consommé isolé. Au lieu d'être utilisé pour donner de l'énergie aux cellules ou au cerveau, comme le glucose, le fructose est métabolisé par le foie, qui le transforme en triglycérides, des graisses qui circulent dans le sang et augmentent le risque de maladies cardiaques. 

Manger beaucoup de fructose provoque une résistance à l'insuline et à la leptine, la première étape vers le syndrome métabolique, l'obésité, le diabète. Le sucre de table est donc le principal responsable des problèmes de poids, et sans aucun doute le pire ingrédient de notre régime alimentaire. Malheureusement, il est très bon marché et c'est donc l'un des ingrédients les plus utilisés dans l'industrie agro-alimentaire. Il constitue même la matière première principale de secteurs industriels entiers comme la confiserie, la pâtisserie, l'industrie des confitures et des boissons. 

Plutôt que faire la chasse aux graisses dans votre alimentation, faites la chasse au sucre… et regardez l'aiguille de votre pèse-personne revenir tranquillement vers votre poids normal, sans rien faire d'autre. 
 

10. Le gras rend gras

Je reviens encore là-dessus car cela paraît évident à presque tout le monde que manger gras rend gras. 

Cette chose qui s'accumule sous la peau et qui nous rend gros et mou est de la graisse. Donc… manger de la graisse doit forcément augmenter cette couche de graisse. 

Mais ce n'est pas si simple. Il est vrai que les graisses contiennent plus de calories par gramme que les glucides et les protéines. Mais d'un autre côté, nous avons une répulsion naturelle à manger beaucoup de gras, car le gras provoque rapidement un sentiment de satiété voire d'écœurement, parce que nous le digérons moins facilement, surtout consommé seul. Ce n'est pas vrai du sucre, que nous pouvons manger en quantités énormes, sans nous en apercevoir, surtout quand nous l'absorbons sous la forme d'aliments qui n'ont pas un goût sucré, comme le pain, les pâtes, les pommes de terre. 

Il n’y a presque aucune différence pour maigrir entre un régime pauvre en glucides et un régime pauvre en graisses. 

Par contre, les régimes pauvres en glucides semblent plus efficaces à long terme. De plus, ils préservent mieux la santé cardiovasculaire. [13]
 

A votre santé ! 

Jean-Marc Dupuis 

Retrouvez mes meilleures chroniques dans L' Intégrale Santé Naturelle (J.-M. Dupuis, 2013, SNI éditions, 384 p.) disponible ici (lien cliquable). Tous mes droits d'auteur seront reversés à l' Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, association sans but lucratif qui défend le droit de chacun de se soigner autrement. Acheter mon livre est aussi un moyen de soutenir leur généreux combat.

 

Sources : 


[1] Feskanich D, Bischoff-Ferrari HA, Frazier AL, Willett WC. Milk ConsumptionDuring Teenage Years and Risk of Hip Fractures in Older Adults. JAMA Pediatr.2013 Nov 18.

[2] Torfadottir JE. Milk intake in early life and risk of advanced prostate cancer. Am J Epidemiol. 2012 Jan 15 ;175(2):144-53. Epub 2011 Dec 20.

[3] Boire du lait ne protège pas des fractures : nouvelles preuves 

[4] Egg consumption and risk of coronary heart disease and stroke : dose-response meta-analysis of prospective cohort studies 

[5] Plasma Lutein and Zeaxanthin and Other Carotenoids as Modifiable Risk Factors for Age-Related Maculopathy and Cataract : The POLA Study 

Lutein and Zeaxanthin Status and Risk of Age-Related Macular Degeneration

Evidence for protection against age-related macular degeneration by carotenoids and antioxidant vitamins. 

[6] Dietary protein and skeletal health : a review of recent human research. 

[7] Dietary protein intake and renal function 

[8] Effects of Protein, Monounsaturated Fat, and Carbohydrate Intake on Blood Pressure and Serum Lipids 

[9] Meta-analysis of prospective cohort studies evaluating the association of saturated fat with cardiovascular disease 

[10] Minerals and phytic acid interactions : is it a real problem for human nutrition ? 

[11] Gluten causes gastrointestinal symptoms in subjects without celiac disease : a double-blind randomized placebo-controlled trial. 

[12] The gluten connection : the association between schizophrenia and celiac disease 

[13] Systematic review and meta-analysis of clinical trials of the effects of low carbohydrate diets on cardiovascular risk factors 

Systematic review of randomized controlled trials of low-carbohydrate vs. low-fat/low-calorie diets in the management of obesity and its comorbidities 

Low-carbohydrate nutrition and metabolism


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (51 votes)


Réagissez à l'article

132 réactions à cet article


  • Gasty Gasty 14 mars 2014 10:26

    Ne serait-ce pas à cause des modifications des habitudes culinaires ? Aujourd ’hui, tout est à portée de bouche et à satiété. Autrefois il y avait la patisserie du coin, aujourd’hui, des gâteaux ( ou friandises) on en trouve partout y compris dans des distributeurs. Les plats préparés prennent une importance considérable dans l’alimentation journalière. Il n’y a pas de contrôle par les consommateurs des ingrédient employés dans leurs fabrications ( tellement c’est illisible).

    La mal bouffe quoi ! Et les retournements de vestes sur les bons ou mauvais produits sont à mon avis en fonction de cette évolution culinaire. L’huile de palme ne serait pas autant décrié si son utilisation ne se retrouvait pas de façon systématique dans toutes les préparations de super marché et par conséquent dans les caddies des consommateurs.


    • mmbbb 15 mars 2014 09:42

      Je vous rejoins j’ai passe mon enfance a la campagne et un point positif la bouffe Pas de plat cuisines industriels, cuisine tres variees et puisque nous avions un jardin fruits et legumes Il s’agissait d’une cuisine honnete faite tous les jours avec l’art d’accomoder les restes pas de gaspillage Quant a l ’artcicle les cerales Je m’inscris en faux nous mangions du pain mais du bon et mes aillieux qui n’avaient cette abondance en mangeaient beaucoup plus meme trempe dans la soupe le matin puiqu’il constituait un aliment de base La difference ils brulaient plus de calories qu’aujourd’hui et avaient besoin de carburant dans les veines Il n’ y avait quasiment pas d’obese et j’ai connu un paysan ayant connu les privation la faim les prisons en mer du nord en 40 mourir d’une belle mort a 90 ans et il etait tres peu cultive et s’est nourrit de pain toute sa vie la viande etait pour ces generations un luxe Ces etudes scientifiques qui se contredisent sans cesse sement plutot le trouble quoique depuis que les Chinois nous immitent recouvrent les memes maux 


    • mmbbb 16 mars 2014 09:25

      Bonne reflexion et l’article me parait un peu douteux les Chinois dont la base de l’alimentation est le riz depuis l’avènement de leur civiliastion devraient trepasser tres tot selon les criteres de l’etude Mais ils commencent ( obesite cholesterol ...)  a voir les memes maux depuis qu’ils ont adopte le mode occidental. 


    • ZenZoe ZenZoe 14 mars 2014 12:02

      Votre article, très intéressant, reprend en gros les conclusions du dr Seignalet : la meilleure alimentation pour l’espèce humaine est celle des débuts (avant l’agriculture) - pas de céréales, pas de produits laitiers, pas de produits transformés, mais des fruits et légumes, de la viande et du poisson, le tout cru ou cuisiné le plus simplement possible. Régime diablement difficile à suivre, mais diablement efficace disent ceux qui le suivent.


      • Tokani Tokani 14 mars 2014 18:40

        Oui l’article fait songer au régime du Dr SEIGNALET mort d’un cancer recidivant à 62 Ans...

        Sa these est elle bonne ? Excusion des produits laitiers , céréales , viandes cuites ou transformées proche d’un régime chasseurs-cueilleurs ? 
        Ce régime est tellement exigeant que ceux qui s’y soumettent ont l’impression que OUI . Mais il fait maigrir car on y mange beaucoup moins de sucre...
        Mais aucune étude scientifique sérieuse ne valide la théorie Seignalet.

      • Le printemps arrive Le printemps arrive 14 mars 2014 21:30

        Enchanté, petit nouveau troll Tokani de faire votre connaissance !


      • Duke77 Duke77 14 mars 2014 21:45

        Tokani est un blaireau.


        D’abord parce que M Seignalet n’est pas mort à 62 ans mais à 67. (2 secondes de recherches sur google : http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Nutrition_Seignalet)
        Ensuite parce qu’il n’est pas mort d’un cancer récidivant mais d’une pancréatite parce que manger de la viande même crue, ce n’est pas anodin.
        Enfin, parce que le veritable argument est tout proche : un régime carné trop intense est néfaste, même cru, s’il est à haute dose. La solution réside dans la consommation de légumes crus à volonté. Et de fruits et de viande crue amis avec modération. Et des excès avc plat en sauce et tout ce qu’on veut de temps en temps pour le moral et pour garder son système digesif « entraîné ».


      • foufouille foufouille 14 mars 2014 22:06

        pancréatite aigue ......... qui peut être due a des tas de trucs


      • France 14 mars 2014 22:34

        Oui, c ’est vrai, aucune étude scientifique ne confirme l’hypothèse (appuyée d’expériences concluantes !) du docteur Seignalet, surtout parce que ça n’intéresse personne de financer de telles recherches : ni l’industrie pharmaceutique, évidemment, car il n’y a aucun médicament à vendre, bien au contraire, ni les médecins qui perdraient beaucoup trop de bons clients réguliers, ni l’industrie agroalimentaire qui aurait gros à perdre, ni le gouvernement qui devrait restructurer toute l’agriculture actuellement basée sur la production de lait et de céréales. Mais vous pouvez expérimenter le régime Seignalet sur vous-même, vous ne risquez que de vous porter mieux. Je le sais, je l’ai fait, c’est très concluant, et mes connaissances qui s’y sont essayé ont toutes eu des résultats notoirement positifs.


      • ablikan 14 mars 2014 23:29

        Il y a au contraire quantité de littérature scientifique indiquant que les regimes pauvres en glucides empêche la croissance des tumeurs cancereuses. C’est juste qu’on te la montre pas, ni à toi, ni au medecin dans les facs. Curieusement on ne va pas non plus au-dela de la souris, mais bon Duckduckgo est ton ami...

        Quelques pistes : les cellules cancereuses n’ont pas de mitochondries fonctionnelles dans la vaste majorité des cas, cela implique que ces cellules carburent au glucose, la source d’energie alternative (les ketones) ne pouvant être exploitée que dans la mitochondrie des cellules saines, l’imagerie medicale le demontre aisément, les cancers baignent dans le glucose... Lorsque l’on coupe le flux de glucose en le remplacant par des ketones (de préference bien avant que la tumeur ne soit decellée...), le tissu des cellules qui s’en accomode à merveille impose une pression sur les tissus défecteux qui eux luttent pour leur survie...

        Mais ca c’est la theorie, que dit la pratique ? Et bien aujourd’hui l’industrie agro-alimentaire a imposé le sucre partout (plus addictif et moins cher à produire) donc on a plus vraiment de quoi se faire les dents de manière statistiquement interessante et effectivement le cancer frappe partout, mais en allant pas trop loin dans le passé, on remarque que des larges communautés autochtones, notemment les Inuits, n’avaient pas de cancers, ils ont tous en commun un régime riche en gras et faible en sucre, sauf une tribu dont le nom m’échappe, qui avait un regime riche en sucre mais que du sucre intracellulaire, pas des farines/coca/etc.

        La drame c’est qu’un régime viande/poisson/fromages/légumes/noix le tout frais ca coute cher, la pression du modèle social impose une nourriture qui favorise l’explosion exponentielle de la croissance des tumeurs qui seraient autrement naturelles et inoffensives.


      • mmbbb 16 mars 2014 09:17

        Oui d’accord mais les cereales sont la base de l’alimentation dans le monde J’ai cite le pain, les italiens mangent beaucoup de pates et les asiatiques du riz Je suis alle au Nepal le DAL BAT riz legumes ( lentilles ) est servi deux fois par jour Selon les criteres de l’etude a 40 ans ces personnes devraient exploser ; plus de pancreas taux de glycemie eleve Malheureusemnt le taux de mortalite est lie a des conditions de vie difficille et un manque d’hygiene Idem pour les chasseurs ceuilleurs qui ne devaient guere penser a leur retraite C’est pour cela que ce genre d’etude me laisse un peu perplexe. 


      • Alpo47 Alpo47 14 mars 2014 12:06

        Merci pour toutes ces informations.


        • mortelune mortelune 14 mars 2014 12:32

          Cela me semble plein de bon sens, merci pour ces explications.


          • foufouille foufouille 14 mars 2014 12:39

            le lait, en dehors de la ferme, est un erzat de lait. il est écrémé par une centrifugeuse puis reconstitué

            les oeufs de poule en batterie sont plus proche du plastique que d’autre chose


            • rocla+ rocla+ 14 mars 2014 12:51

              c ’est décidé j’ arrête de manger et continue de boire .


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 2014 22:38

                Tout à fait Capt’ain ,et une soupe à l’oignon en after !


              • Ronfladonf Ronfladonf 14 mars 2014 13:12

                Article très intéressant, mais il ne faut pas s’arrêter là je pense, et creuser le sujet par soi-même.


                Un exemple tout bête : les oeufs.
                Ils sont très bons quand ils sont encore baveux, l’idéal étant l’oeuf « parfait » (cuit à 70° pdt 10min) 

                Par contre il devient mauvais quand on le consomme régulièrement cru (façon rocky) ou dur (avec le jaune coagulé)

                Autre exemple : Le pain et le gluten. Oui aujourd’hui la plupart des gens sont intolérants au gluten à divers degrés, mais cette intolérance est probablement induite par les ajouts de gluten consommé très jeune, plutôt que le gluten naturellement présent et si le blé est consommé avec modération.


                Bref c’est un bon point de départ pour faire des recherches par soi-même

                • foufouille foufouille 14 mars 2014 14:12

                  « 

                  Par contre il devient mauvais quand on le consomme régulièrement cru (façon rocky) ou dur (avec le jaune coagulé)
                   »

                  c’est un oeuf industriel


                • BOBW BOBW 14 mars 2014 21:12

                  Et oui des recherches « par soi-même : »
                  « les oeufs de poule en batterie sont plus proche du plastique que d’autre chose »( foufouille) :
                  - Je consomme modérément des oeufs pondus par deux poules heureuses(non stressées, dans mon jardin de quelques ares, sans pesticides ,qui consomment de l’herbe et des insectes qu’elles trouvent en courant et en grattant laborieusement la terre (et ainsi la labourant biologiquement,m’épargnant un travail inutile)
                  je constate à plus de 70 ans n’avoir aucun problème de santé ni de cholestérol smiley


                • Ronfladonf Ronfladonf 14 mars 2014 13:52

                  Il en manque 1 et de taille


                  « Le fluor c’est bon pour les dents »


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 mars 2014 13:55

                    « le lait est plein de « lactose » qui est une autre forme de sucre »

                    « plein »...à hauteur de 1.5 %...


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 14:43

                      C’est quoi, cette info bidon ?

                      Le lait (de vache) contient 900 grammes d’eau, d’abord.
                      Et 130 grammes de matières sèches, dont 45-50 grammes de lactose.
                      On estime qu’environ 70 % de la population mondiale adulte est intolérante au lactose. En Europe, c’est seulement 10%, par adaptation, mais cela représente plusieurs dizaines de millions d’humains.
                      Un peu de rigueur ! à force de tirer plus vite que votre ombre, vous avez tiré trop vite et loupé la cible.

                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 15:16

                      50 sur 1000 => 5 pour 100

                      si ton corps ne produit pas de lactase, tu le digère pas ou en très petite quantité


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 15:38

                      Il ne s’agit pas seulement de ne pas le digérer : c’est une intolérance.

                      Le lactose est dégradé dans le tube digestif par une enzyme appelée lactase qui le dissocie en galactose et en glucose. Elle est présente chez tout le monde durant l’enfance, mais chez certaines personnes la production se tarit à l’âge adulte, ne permettant plus l’assimilation du lait. Le lactose reste ainsi dans le tube digestif et est métabolisé par certains germes avec production de gaz et de certains composants expliquant les symptômes.
                      Les symptômes sont des ballonnements, des diarrhées, des douleurs abdominales, des crampes abdominales, des vomissements (surtout chez l’enfant), une constipation.

                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 15:47

                      et chez ceux qui font partie de la bonne population peuvent le digérer sans problème


                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 15:48

                      "

                      La lactase est codée par un seul locus situé sur le chromosome 2. Cette enzyme s’exprime exclusivement au niveau des entérocytes de l’intestin grêle des mammifères et plus faiblement au niveau du côlon au cours du développement fœtal. Les jeunes mammifères, et notamment l’enfant, peuvent digérer le lactose du lait, mais cette capacité disparait après le sevrage chez la majorité de la population mondiale qui voit la transcription de son ADN codant pour la lactase diminuer[1]. La sélection naturelle a cependant conservé cette capacité chez les peuples d’éleveurs qui ont domestiqué des mammifères et consommé du lait il y a 5 à 10 000 années, des mutations génétiques ayant eu lieu à cette période sur le promoteur régulant le gène codant pour la lactase et se s’étant propagées favorablement dans certaines régions où la consommation de lait s’est répandue[2]."


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 16:36

                      Bien sûr.

                      Mais le problème du lait ne se résume pas à l’intolérance au lactose.

                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 16:42

                      lequel ? le lait industriel ou pas ?
                      c’est comme les flageolets ou les patates crues .....


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 17:02

                      Ne regrettez pas trop le bon lait d’antan (qui était pourtant bien meilleur).

                      Le lait de vache est parfait pour celui à qui il était destiné à l’origine : son petit, le veau ! Il n’est pas fait pour l’être humain !! Ca devrait être évident... Le lait de chaque mammifère est spécifiquement adapté aux besoins particuliers de chaque espèce. D’ailleurs, dans la nature, aucun autre mammifère ne boit le lait d’un autre animal : c’est tout-à-fait contre-nature ! De même, aucun autre mammifère ne continue à boire de lait après la période de sevrage...

                      Le lait de vache est beaucoup plus riche que le lait maternel humain, et permet au petit veau de décupler son poids de naissance en un an ! Ce lait est totalement inadapté à notre organisme, ce qui en fait littéralement un poison pour notre corps... 

                      L’industrie laitière (et les chercheurs de l’INRA et d’ailleurs) a réussi à transformer une vache normale, en une « usine à lait », produisant jusqu’à 10.000 litres de lait par an !! Un rythme affolant et totalement contre-nature pour ces pauvres créatures, victimes de la folie humaine... (Voir La souffrance cachée derrière le lait et les oeufs). Les vaches n’étant absolument pas faites pour produire ces quantités abérrantes de lait, elles développent des infections à répétition du pis, qu’on appelle mammites, et lors de la traite, le pus et les bactéries s’écoulent avec le lait... 

                      Pour essayer de contrôler les maladies et infections, de grandes doses d’antibiotiques sont données aux vaches, qui finissent eux aussi dans le lait. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux conséquences d’une quantité d’antibiotiques trop élevée, que les chercheurs relient à une possible inhibition du développement du système immunitaire.


                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 17:22

                      source végétalienne issue de ton lien de malade mental


                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 17:32

                      http://princesse-lavache.com/69.html

                      seul certaines vaches font ce volumes
                      et non ça fait pas mal car une vache en colére ça fait un cadavre de culto


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 19:36

                      Combien de litres de lait peut donner une Prim’Holstein par jour (min/max) ? (Hakim) Réponse : Une vache Prim’Holstein peut produire jusqu’à 80 L de lait par jour, mais c’est très exceptionnel. En général, les bonnes productrices produisent 45 L par jour. Au minimum, on tombe à environ 10 L (en fin de lactation).

                      Tu vois (puisqu’on se tutoie) qu’on peut arriver théoriquement à 28.000 litres par an et par vache.
                      Ni moi ni mon lien (de malade mental) n’avons donc exagéré.
                      6.600 litres par an est une moyenne qui inlue ces excès.

                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 20:23

                      dans ton lien, ce sont toutes les vaches laitières. c’est ça l’exagération.


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 20:36

                      « produisant jusqu’à 10.000 litres de lait par an »

                      C’est ce que j’ai écrit.
                      Pas d’exagération, donc. 
                      Et j’aurais pu écire « jusqu’à 28 tonnes par an et par vache » sans exagérer.
                      28 tonnes auxquelles il faut bien sûr retirer quelques centaines de kilos de pus smiley .....et quelques kilos d’antibiotiques.

                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 20:40

                      Les vaches n’étant absolument pas faites pour produire ces quantités abérrantes de lait, elles développent des infections à répétition du pis, qu’on appelle mammites, et lors de la traite, le pus et les bactéries s’écoulent avec le lait...

                      c’est plutôt que certains culto sont crados et nettoye rarement. rien a voir avec la traite qui est une sélection comme les poules pondeuses qui font une pause au bout d’un an même en plein air


                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 20:43

                      10.000 litres de lait par an !! est en gras pour tromper l’oeil. manipulation habituelle du végétalien


                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 20:47

                      le pus, il ne peut y en avoir tout le temps sinon la vache est vite morte
                      les antibio sont la en prévention et pas partout dans tous les élevages


                    • doctorix doctorix 14 mars 2014 20:56

                      tu t’enfonces...


                    • foufouille foufouille 14 mars 2014 22:09

                      pas vraiment

                      tu as plus d’autre propagande ?

                      en tant que « médecin »

                    Ajouter une réaction

                    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                    FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès