• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comprendre la dialectique de Poutine

Comprendre la dialectique de Poutine

Si on veut comprendre Vladimir Poutine, il faut connaître la Russie dans tout ce qu’elle a connu de hauts et de bas : des victoires exaltantes et des plaines jonchées de morts : des espérances impossibles et de cruelles désillusions : la gloire et la misère. C’est comprendre cet intraduisible mot russe « Родина », patrie, qui veut non seulement dire le pays où on est né mais aussi et surtout celui auquel on est attaché jusqu’au plus profond de ses racines.

Oui, Vladimir Poutine peut faire preuve de cynisme. Oui, il est violent avec ceux qui le sont aussi mais finalement ni plus ni moins qu’un grand nombre de chefs d’État occidentaux et, lui, il ne trahira jamais les valeurs auxquelles il croit.

Ces valeurs ne sont pas comprises et ne peuvent être comprises dans nos démocraties post-industrielles. Nous les assimilons trop facilement à du nationalisme alors qu’il ne s’agit le plus souvent que de respect et d’attachement à des valeurs traditionnelles. 

Nous nous trompons en croyant que la majorité des Russes pourraient céder parce qu’ils seraient privés de quelques pommes ou que leur niveau de vie baisserait de quelques points. Ils sont bien plus attachés à leur patrie qu’aux biens matériels.

Avons-nous souvent vu un chef d’État pleurer en entendant jouer l’hymne national de son pays ? [1] C’est pourtant ce que Vladimir Poutine fit à Oulan-Bator ce 3 septembre 2014.

Le parrain Boris Eltsine.

Malgré son apparence lourdaude, Boris Eltsine était un redoutable politicien. Il commit des erreurs énormes qui conduisirent presque son pays à la disparition et il s’entoura de personnages peu scrupuleux de l’intérêt de l’État mais on doit lui reconnaître une chose essentielle : Boris Eltsine était un patriote.

En plus d’avoir débarrassé le pays d’un communisme devenu insupportable pour la plupart de ses citoyens, la Russie lui doit deux choses importantes :

- Il eut une vision exacte du potentiel de développement du pays grâce aux hydrocarbures.

- Après quatre Premiers ministres évincés en 17 mois, Boris Eltsine proposa la candidature de Vladimir Poutine au poste de Premier ministre en août 1999. [2]

Mon avis est que Boris Eltsine comprit lors de l’offensive de l’OTAN contre la Serbie au printemps 1999 que la voix de la Russie ne pesait rien auprès des Occidentaux. Il comprit qu’il avait été « roulé dans la farine » pendant toutes ces années et il désigna un successeur dont il connaissait la détermination, la probité [3] et le patriotisme.

 

L’élection et la prise de pouvoir.

Après trois mois d’intérim suite à la démission de Boris Eltsine, Vladimir Poutine remporte les élections présidentielles du 26 mars 2000 avec 52,52 % des voix.

L’avenir du pays semblait bien sombre à ce moment. 

La situation économique de la Russie était catastrophique. Le Caucase était en ébullition. Les oligarques avaient mis la main sur une grande partie du secteur énergétique, industriel et bancaire, sur la Douma et sur les gouvernorats régionaux. De nombreux experts envisageaient même un éclatement du pays.

Les premières années de présidence furent aussi marquées par des attentats et des catastrophes.

 Les attentats de septembre 1999 à Moscou, parfois attribués au FSB, avaient déjà eu lieu. Il y eut ensuite le naufrage du Koursk et l’incendie de la tour Ostankino en août 2000, la prise d’otages du théâtre de la Doubrovka en octobre 2002, la prise d’otages de Beslan en octobre 2004 etc.

L’entrée en grand nombre de siloviki [4] à des postes clés dans ce premier gouvernement indiquait déjà le tournant que Vladimir Poutine voulait faire prendre à la gouvernance du pays.

Vladimir Poutine tint sa première réunion au Kremlin avec les oligarques en juillet 2000. Il leur annonça qu’il n’y aura pas de révision des privatisations. En retour, il exigea des grands patrons de rester à l’écart de la politique et de la conduite des affaires de l’État. Certains, comme Mikhaïl Khodorkovski, ne voulurent pas se soumettre et furent condamnés à des peines d’emprisonnement. D’autres furent contraints à l’exil.

En juillet 2004, lors d’une nouvelle réunion avec les grands patrons, il les somma de payer tous leurs impôts, de cesser d’utiliser des schémas de réduction ou de contournement de la fiscalité et de financer des projets visant à aider l’État à résoudre les problèmes dans l’éducation, la santé, le logement.

L'économie russe se redressa doucement grâce à la remontée du cours du pétrole.

À cette époque, les titres des médias occidentaux évoquaient surtout les conséquences des attentats du 11 septembre 2001 et les guerres d’Afghanistan et d’Irak. 

Cette reprise en main de l’économie de la Russie et le contrôle du secteur énergétique par Vladimir Poutine étaient très peu évoqués.

 C’est pourtant la base sur laquelle reposera de la stratégie Poutine.

 

Du deuxième mandat jusqu’au début du troisième.

Sur le plan national, il joua sur une image de virilité qui dans un premier temps plut aux Russes. Les revenus des Russes augmentèrent substantiellement. Il garda la confiance de la population durant ces huit années.

L’économie continua à se redresser. Les taux de croissance furent de 6,5 à 8,5 % par an pendant les quatre années de ce deuxième mandat. 2008 vit le PIB chuter de 7,8 % mais la croissance repartit à la hausse à partir de 2009.

Grâce à l’augmentation des cours des hydrocarbures et des recettes supplémentaires, le pays put relancer son programme militaire tout en le maintenant sous contrôle budgétaire.

Le gazoduc sous-marin Nord Strean devint le symbole des nouveaux liens économiques entre la Russie et l’Allemagne.

La Russie resta encore ancrée à l’Occident mais de manière de plus en plus formelle. La « Révolution orange » en Ukraine et la guerre de Géorgie en 2008 marquèrent déjà des ruptures.

La Russie changea beaucoup durant ces douze dernières années.

La Russie était insolvable en 1998. Elle remboursa l’essentiel de ses dettes ainsi que celles héritées de l’ex-URSS en 2006. 

Vers la fin du mandat présidentiel de Dmitri Medvedev en 2012, les réserves de change tournaient autour des 500 milliards de dollars et elles étaient les quatrièmes du monde.

Il lui restait cependant deux gros points noirs. La corruption, malgré une amélioration, restait endémique et l’importante fuite des capitaux réduisait fortement les investissements.

L’État devint actionnaire majoritaire des principales sociétés pétrolières et gazières du pays. Des fidèles de Vladimir Poutine furent placés à leur tête. L’Allemagne devint petit à petit dépendante des fournitures d’hydrocarbures russes. Les nouveaux membres de l’Union européenne l’étaient déjà et n’avaient pas d’alternative à cette dépendance.

Les industries, les banques et les médias restèrent sous le contrôle du pouvoir et les oligarques n’avaient plus une influence prééminente sur le Kremlin.

L’armée avait commencé sa modernisation et elle avait déjà montré son savoir-faire en Géorgie.

Comme Boris Eltsine l’avait prévu, les hydrocarbures étaient devenus la première source de revenus pour l’État.

Il ne faut pas oublier non plus que les liens entre l’État et l’église orthodoxe s’étaient considérablement renforcés depuis la fin du communisme.

Les pièces se mettaient en place. Comment Vladimir Poutine allait-il s’en servir ?

 

La Russie aujourd’hui.

Après l’intermède de Dmitri Medvedev, Vladimir Poutine revint à la présidence en mars 2012. Il obtint 63,60 % des voix au premier tour. Ce troisième mandat a rendu les médias occidentaux complètement hystériques. Il est vrai que la voie est maintenant ouverte pour un quatrième mandat, ce qui maintiendrait Vladimir Poutine au pouvoir jusqu’en 2024.

Vladimir Poutine et de son équipe de proches conseillers [5] ont une défiance contre les engagements et les promesses des Occidentaux. Il y a la promesse non tenue de ne pas étendre l’OTAN jusqu’aux frontière de la Russie. Il y a la volonté d’installer un bouclier antimissiles et surtout des radars aux frontières russes en prétendant qu’ils sont destinés à protéger l’Europe contre les missiles coréens et iraniens. Cette ridicule explication destinée à ne pas paraître belliqueux aux yeux des Européens ne trompe aucun expert et est une insulte à l’intelligence de Vladimir Poutine et de ses conseillers.

Les crises de Syrie et d’Ukraine sont les premiers avant-signes d’une confrontation avec l’Occident qui a beaucoup de chances de s’amplifier.

La synthèse de la dialectique de Vladimir Poutine est que les États-Unis ne veulent pas voir la Russie comme un partenaire égal mais plutôt comme une entité à intégrer dans le grand plan de la mondialisation dominé par les États-Unis.

Voilà pourquoi Vladimir Poutine a décidé de ne plus faire de concession.

A parti de ce raisonnement, Vladimir Poutine a décidé de faire de la Russie un pôle économique qui échappe au contrôle de Washington ou à toute autre influence étrangère.

Il s’appuie pour cela sur trois piliers : les hydrocarbures, l’armée et l’église. 

- Les hydrocarbures sont et resteront encore longtemps la première source de revenus pour l’État. Le point faible actuel est la dépendance réciproque avec l’Europe. La Russie n’a pas encore réussi à équilibrer ses ventes d’hydrocarbures entre l’Europe et l’Asie. Cet objectif devait être atteint vers 2020. La crise ukrainienne contraint la Russie à accélérer la politique de ventes d’hydrocarbures vers l’Asie.

- L’armée russe est en pleine phase de modernisation. Elle reçoit de nouveaux équipements mais le gros du matériel date encore de l’époque soviétique. Une partie des nouveaux équipements est encore en développement. Ici, la crise ukrainienne vient trop tôt. 

- Il y a une très grande proximité entre le patriarcat de Moscou et le pouvoir politique russe. Moscou, la Troisième Rome, se considère comme l’héritier de Byzance et se veut l’ultime défenseur des valeurs chrétiennes. Ici aussi, il y a une vision dichotomique avec l’Occident néo-libéral qui entend placer l’idéal de la liberté individuelle au-dessus de toutes les autres valeurs. Sans être aussi fervents pratiquants que les Polonais ou que les Ukrainiens, les Russes, dans leur grande majorité, sont croyants et en accords avec l’Église orthodoxe.

On distingue à présent clairement la stratégie de Vladimir Poutine. La Russie est devenue un fournisseur d’hydrocarbures incontournable pour l’Europe. La Russie a des forces armées suffisamment puissantes pour ne pas craindre une pression militaire. La posture russe de défenderesse des valeurs chrétiennes et des traditions confèrent à Vladimir Poutine le soutien d’une large majorité de ses concitoyens.

L’objectif de tenir un rôle dans le monde bipolaire ou multipolaire de demain peut se réaliser. 

 

Et la géostratégie ?

La prise de contrôle du Haertland [6] par les États-Unis est rendue quasi impossible depuis que l’Organisation de coopération de Shanghai inclut les pays d’Asie centrale. 

La nouvelle route de la soie [7] va permettre de créer des pôles de développement et de nouer des liens économiques entre tous les pays traversés. Elle reliera la Chine au Moyen-Orient et à l’Europe sans dépendre des voies maritimes.

Le seul et dernier moyen de parvenir à quand-même contrôler l’Asie centrale serait une guerre économique contre la Chine et la Russie en espérant le ralliement ou l’effondrement d’au moins une des deux puissances. C’est un pari risqué parce qu’on ne sait pas où se situe la limite entre une guerre économique et une guerre réelle.

La riposte, parce que riposte il y aura, sera une attaque contre la devise dollar qui est la base de la puissance des États-Unis mais aussi son talon d’Achille.

Sur ce dernier point, il semble y avoir une convergence de vue entre la Russie et la Chine.

Un triangle Chine-Inde-Russie est peut-être en train de se former. L’Organisation de coopération de Shanghai, en s’élargissant à l’Inde, va devenir plus attractive.

En effet, beaucoup de petits pays hésitaient à adhérer à cette alliance à cause du poids de la Chine. Avec un contrepoids aussi lourd que l’Inde, leurs craintes devraient s’estomper.

Ce point est pratiquement ignoré par les médias occidentaux pour le moment, tout occupés qu’ils sont avec leurs analyses de la crise ukrainienne et de la lutte contre l’islamisme militaire.

 

Quel avenir pour la Russie.

J’avais toujours pressenti dans mes analyses que la Russie et la Chine établiraient un partenariat stratégique durable malgré le déséquilibre de puissance en faveur de la Chine.

La seule condition était le maintien de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie. Contrairement à tous ses prédécesseurs, y compris Dmitri Medvedev, il a une vision claire de la géostratégie menée par les États-Unis.

L’adhésion de l’Union européenne aux théories néoclassiques de l’école de Chicago sera finalisée avec le TTIP. [8] Un ensemble eurasien de Brest à l’Oural ou à Vladivostok n’est plus envisageable. La Russie, faiblement endettée et ayant des excédents budgétaires, a choisi un modèle économique avec un contrôle de l’État sur les secteurs énergétiques et stratégiques qu’elle a les moyens de protéger si nécessaire. Les autres secteurs continuant à disposer d’une liberté de manœuvre à condition qu’ils œuvrent dans le sens souhaité par le pouvoir.

Nous avons donc bien deux systèmes capitalistes antinomiques qui sont destinés à se concurrencer dans les années à venir.

 

Faut-il défendre le système Poutine.

Certainement pas et ce n’est pas le but de cet article.

Comprendre la Russie d’aujourd’hui n’est pas faire l’apologie de Vladimir Poutine. Il a d’ailleurs lui-même renoncé à améliorer son image en Occident. 

Il est primordial d’analyser et bien comprendre la stratégie que suit Vladimir Poutine et reconnaître qu’il agit en concordance avec les aspirations de la grande majorité de ses concitoyens. 

Si ces aspirations divergent de celles des Ouest-européens que nous sommes, il faut en prendre acte et établir des relations qui respectent nos mutuelles différences.

Est-il utile de s’ingérer dans les affaires intérieures russes à partir du moment où les droits des citoyens ne sont pas fondamentalement menacés ?

J’invite d’ailleurs tous ceux que cela intéresse à bien lire la loi russe de protection des mineurs qu’on appelle loi homophobe chez nous. Cette loi qui a été adoptée à l’unanimité moins une abstention à la Douma n’a rien d’une agression contre les minorités sexuelles.

Chaque peuple a le droit de vivre selon ses lois et ses coutumes, cela me semble fondamental.

À partir de ces constatations et en tenant compte de l’énorme soutien dont il dispose dans son pays, Vladimir Poutine est un président légitime et il faut bien se dire qu’il a été élu par les Russes pour répondre aux aspirations des Russes et pas à celles des Occidentaux.

 

Conclusion.

Il ne fait aucun doute que nous entrons dans une période de grande instabilité. Le président Barack Obama et son administration semblent déterminés à lancer une guerre économique contre la Russie. Au début, la Russie ressentira durement les effets des sanctions, surtout que de nouvelles mesures sont en préparation. Je pense comme beaucoup d’analystes que les effets seront aussi dévastateurs en Europe.

Cela obligera cependant la Russie à faire des réformes qui à moyen terme seront bénéfiques au pays.

Compte tenu de leur Histoire et de l’énorme déception du libéralisme sauvage des années 1990 qu’ils ne voudraient pas revivre, les Russes seront prêt à consentir des sacrifices s’il y a un espoir d’avenir meilleur.

Le système de gestion du pays mis en place en Russie n’est pas du tout attractif pour les Européen occidentaux que nous sommes. Il n’en est peut-être pas de même dans les pays slaves orthodoxes comme la Bulgarie, la Serbie ou le Monténégro. L’Ukraine faisant sans doute exception pour longtemps à cause du rattachement de la Crimée à la Russie.

La Chine soutiendra la Russie par nécessité géopolitique. Elle sait qu’elle est elle-même menacée et que si la Russie s’effondre, ce sera toute sa frontière nord qui sera en danger. L’Organisation de coopération de Shanghai dont on parle très peu en Occident va s’élargir à de nombreux pays asiatique et œuvrera à la création d’un autre ordre politique et économique international dont les États-Unis et l’Europe seront exclus.

La liaison de l’Europe vers ce nouveau pôle économique est la Russie. Celle-ci risque cependant de s’éloigner dangereusement pour nous de sa relation privilégiée avec notre continent.

Tout est prévisible et tous les éléments sont connus. Les intérêts de l’Europe ne sont pas exactement pareils à ceux de la thalassocratie étasunienne. 

Aux Européens d’en prendre conscience et de trouver des leaders qui sauront préserver leur souveraineté et prendre les bonnes décisions qui rendront la prospérité à notre Europe. 

 

[1] Une vidéo qui circule sur le Net montre Vladimir Poutine essuyant les larmes qui coulent sur son visage alors que l’hymne national russe est joué lors de sa visite officielle à Oulan-Bator. Cela semble trahir son inquiétude quant à la période difficile que son pays risque de traverser.

[2] Viktor Tchernomyrdine jusqu’au 23 mars 1998. Sergueï Kirienko jusqu’au 24 septembre 1998. Evgueni Primakov jusqu’au 12 mai 1999. Sergueï Stépachine jusqu’au 9 août 1999.

[3] Malgré tout ce qui a été écrit dans les médias occidentaux, personne n’a pu apporter un début de preuve d’enrichissement personnel illégal du Président Poutine. Un témoignage de Sharon Tennison (Center for Citizen Initiatives) qui circule sur le Net vient totalement confirmer la probité de Vladimir Poutine.

[4] Les siloviki sont des membres de diverses forces de sécurité russes. Vladimir Poutine les avait côtoyés lorsqu’il était agent du KGB et quand il était conseiller au maire de Saint-Pétersbourg.

[5] Il suffit de prendre connaissance de la liste des Russes sanctionnés par les Occidentaux pour connaître leurs noms.

[6] The Geographical Pivot of History.  Halford John Mackinder.

[7]La route de la soie était un réseau de routes qui reliait la Chine au Moyen-Orient à travers l’Asie centrale avant l’ouverture des voies maritimes au XVIe siècle. La nouvelle route de la soie se veut une alternative contemporaine aux voies maritimes et est un projet stratégique prioritaire de la Chine.

[8] The Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) est un futur traité qui liera les États-Unis et l’Union européenne de manière contraignante.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • JMBerniolles 29 septembre 2014 17:42

    Merci pour ce très bon article comme toujours je dirai.


    En plus, on peut vraiment rire avec votre carte de la corruption !

    Le Japon avoue lui-même officiellement qu’il y règne une forte corruption qui touche notamment les élus politiques. 
    Pas de corruption aux USA ? mais il y a des lobbies organisés pour cela. Il est notoire que le sénateur Mc Cain et d’autres sont achetés par le Lobby sioniste. D’ailleurs on le voit à l’oeuvre au Moyen Orient, en Ukraine... Même chose à Bruxelles.

    Des sénateurs viennent d’être élus. Le Sénat ne sert pas à autre chose qu’à faire pantoufler aux frais de la nation une bande de politiciens professionnels dont l’incompétence commence à être connue du peuple français.
    Dans l’échelle des "indemnités et avantages’ pour les élus le Parlement européen est un must.
    En plus il n’y a aucune responsabilité.

    Autre chose :
    En fait la mise en oeuvre des traités transatlantique et transpacifique achèverait de mettre complètement à plat les économies partie prenantes. Mais celles-ci sont dans un état de délabrement tel que leur écroulement précédera sans doute les ravages de telles inepties.

    C’est le cas en Ukraine où l’on diffère l’accord de libre échange parce ce qu’il reste ce pays ne supporterait pas cette purge économique qui provoquerait sans doute de nouveaux mouvements populaires.

    A noter que la Russie s’est redressée comme vous le dites en revenant à un modèle Keynésien.
    Une forme de capitalisme d’état.

    Le redressement de la Russie s’est aussi réalisé sur un certain nombre d’acquis de l’URSS.
    le développement des sciences et technologies notamment.
    Mes meilleures salutations
    JM

    • Pierre Pierre 29 septembre 2014 18:22

      Bonjour JMBerniolle,
      Vous avez entièrement raison pour la carte de la corruption. Il s’agit d’une carte publiée par Transparency International, une ONG d’origine allemande décentralisée et largement financée par des fondations et des multinationales anglo-saxonnes. Cette carte se base sur la perception de corruption dans les différents pays. Je l’avais téléchargée mais pas placée dans l’article comme les autres illustrations. Je n’ai jamais trouvé le moyen de supprimer un téléchargement sans repartir à zéro pour l’article. C’est la publication d’AgoraVox qui a quand-même intégré la carte dans l’article. 
      Pour info : l’ampleur de la corruption n’est pas bien perçue en Europe mais elle est bien réelle. Ci-joint, un lien paru dans Le Monde suite à une étude demandée par l’Union européenne. (lien)
      Ceci dit, la corruption en Russie est très importante et il ne faut pas la nier.


    • Pierre Pierre 29 septembre 2014 18:28

      J’ai oublié. Le lien vers le tableau. (lien)


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2014 16:54

      @ pierre 


      Nous defendons des theses parallèles, essentiellement favorables à Poutine, et souligner nos divergences nuirait à l’unité du débat qui doit rester le theme de votre article.. 

      Justte une idéée que je vous soumets, donc. Ne serait-il pas interessant que le communisme renaisse en Russie.... ,mais en bifurquant de son athéisme marxiste initial vers une applcation morale et sociale du message christique avec lequel il partage tant de concepts ? Une alternative forte au capitalisme néoliberal.... et dont les consequences politiques sont bien prévisibles....

      PJCA

    • Pierre Pierre 5 octobre 2014 17:36

      @ Pierre JC Allard,
      C’est une question intéressante que je ne me suis jamais posée parce que je n’arrive pas à imaginer un retour du communisme, même sous une forme édulcorée, sans une nouvelle période de violence. 
      Ma conviction profonde est que le marxisme est une théorie intéressante mais qu’elle se heurte à la nature de l’homme qui a soif d’individualisme. Des décennies de communisme sur tous les continents n’ont pas réussi à créer un homme nouveau sauf peut-être à Cuba mais on ne peut pas dire que la réussite économique soit au rendez-vous. (On en connait les raisons, je sais.)
      Je pense que votre idée est à méditer. Je pense aussi qu’il y a des similitudes entre le message christique et le marxisme mais je dois reconnaître que je ne les ai jamais étudiées de près.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2014 17:59

      @ Pierre


      L’homme est individualiste, mais son avenir passe par la solidarité (societe). Un paradoxe a resoudre. Dans un autre article qui reste a ècrire....



      PJCA
       



    • Pere Plexe Pere Plexe 29 septembre 2014 18:48

      La Chine soutiendra la Russie par nécessité géopolitique. Elle sait qu’elle est elle-même menacée
      C’est bien là un point essentiel des rapports de force qui se dessinent sur la planète.
      Et si la Chine n’a intelligemment aucune envie de devenir l’ennemie privilégié des USA elle prends des initiatives impensables il y a encore quelques années : amende à GSK, attitude en mer de Chine, accords gazier avec la Russie,refus des sanctions contre la Russie,et crime suprême remise en cause du Dollar.
      Sans doute sait elle que les USA en guerre contre Deach mais aussi la Syrie et sur le front Ukrainien via l’Otan n’a pas les moyens d’un conflit avec le géant asiatique.
      Poutine aussi le sait


      • Pierre Pierre 29 septembre 2014 20:44

        Je ne crois pas que les États-Unis chercheront un conflit direct avec la Russie ou la Chine. Ils favoriseront la déstabilisation intérieure, Caucase, Tibet, Xinjiang ou Hong Kong aujourd’hui.
        Merci pour le bon lien vers La Voix de la Russie. J’avais déjà lu l’article.


      • Pere Plexe Pere Plexe 30 septembre 2014 17:29

        ...sans doute.On connait la manière de faire.

        Reste qu’il est effarant de voir combien les « pros » qui nous livrent leurs analyses sur le moyen orient ou la crise Ukrainienne négligent les intérêts de la Chine dans le débat.
        Qui peut croire que la bientôt première économie mondiale( et son armée en passe d’être elle aussi sur le podium) se contentera du rôle de spectateur de la pièce qui s’écrit. 

      • vachefolle vachefolle 1er octobre 2014 13:55

        On ne peut pas comparer les tendances stratégiques a long terme qui correspond a l’émergence de la chine face à l’occident et aux US, avec la gueguerre en syrie qui est juste une grosse opération de police destinée a vérifier que le matériel militaire fonctionne. Ca ou un entrainement c’est du pareil au même.

        Aujourd’hui le risque mondial principal n’est pas dans une guerre avec la Russie que personne ne souhaite (et pour quel motif ?), mais comment les US et le japon seront capables de contenir l’expansionnisme chinois, qui deviendra d’autant plus agressif que la situation économique et démocratique interne chinoise sera difficile. Que se passera t-il quand le parti politique chinois sera en passe de perdre le pouvoir, sous l’effet des manifestations de la population a cause de la pollution, de la corruption, de la veillesse de sa population, et de la baisse inexorable de la croissance. QUi sera la cible nationaliste du PC chinois ? taiwan, le Japon ?

        C’est une echéance a 10-15 ans. A ce moment la lors de ce grand choc, chaque pays devra prendre partie. L’objectif pour l’occident est de garder suffisamment de relations avec la Russie pour assurer sa neutralité a ce moment la. Qui sera le chef du Kremlin a ce moment la ? mystere.

        Quand à l’Inde, ses mauvaises relations avec la Chine, et ses liens avec l’Europe sont suffisamment serrés pour éviter que celle-ci ne fasse une quelconque alliance militaire avec la Chine. Il faut rappeler que l’Inde est la plus grande démocratie du monde et a été en guerre frontalière fréquemment avec la chine.


      • Fanny 2 octobre 2014 00:28

        @vachefolle

        Les guerres du MO sont effectivement des terrains de mise au point et d’essai des nouvelles armes avant commercialisation dans le monde entier. Pas uniquement mais ça doit intervenir pour beaucoup. Business first ! Les victimes en sont « collatérales » comme l’écrivent nos médias, et il faut comprendre en traduisant notre « novlangue » que c’est un mal pour un bien (quelques centaines de milliers de victimes en Irak : du « collatéral massif » pourrait-on dire). Nos champions des droits de l’homme abonnés au journal Le Monde s’en accommodent assez bien. Concernant l’avenir à 10/20 ans, je ne m’aventurerais pas à faire des prévisions, tant l’histoire me semble imprévisible. Poincaré avait-il la moindre idée de ce qu’il allait advenir de son pays quand, quelques jours avant le début de la guerre de 14, il voguait paisiblement vers St Petersbourg pour rendre visite au Tzar Nicolas II ? Ceci dit, il y a des esprits lumineux, tel ce directeur de l’Ecole Normale Supérieure qui, dans un discours extraordinaire prononcé devant ses étudiants à la fin de la guerre de 14, annonçait très précisément la montée d’un « Hitler » et la deuxième guerre mondiale. Entre un duopole Chine-USA se toisant mutuellement et s’adaptant l’un à l’autre cahin-caha (la chine possède beaucoup de bons du Trésor et les USA beaucoup d’investissements en Chine), une crispation de la Chine devenant menaçante pour son environnement, une crispation des USA multipliant les patriot act en interne et les menaces et les agressions vers l’extérieur, je ne saurais choisir. Qui avait prévu la crise de 2008, en pleine croissance mondiale ? Une chose est sûre : la course aux armements ne va pas ralentir. Nos enfants vont devoir vivre sur une poudrière, connectés et sous surveillance étroite de big brother. On s’habitue à tout, ou presque. 


      • howahkan Hotah 29 septembre 2014 19:20

        salut il est dit ceci :

        Faut-il défendre le système Poutine.

        Certainement pas et ce n’est pas le but de cet article.

        Comprendre la Russie d’aujourd’hui n’est pas faire l’apologie de Vladimir Poutine. Il a d’ailleurs lui-même renoncé à améliorer son image en Occident. 

        -------

        à mon avis il s’en tape que un français fasse ou pas son apologie, ,enfin il s’en fou je veux dire le poutine non ?....l’occident dont tout est basé sur le mensonge permanent, l’apparence fausse etc etc lui par contre l’image il connaît...il ne connaît meme plus que cela ,avec les bombes démocratiques bien sur...et la matraque , la main mise sur les médias de masse ou le déni de referendum populaires..

        voila ce que dit poutine sur pas mal de sujet ici...........

        extrait :

        -------------------------------------------------------------

        Sur l’opposition

        On se souvient que pendant la Première Guerre mondiale, à l’heure où soldats et officiers russes se sacrifiaient et se comportaient en véritables héros sur les champs de bataille, les bolcheviques désiraient ardemment, à l’inverse, la défaite de la Russie. Ils ont œuvré à la disloquer de l’intérieur et fini par la détruire – la Russie s’est déclarée vaincue face à un pays qui lui aussi a perdu la guerre. C’est absurde mais c’est précisément ce qui est arrivé – et c’est une démonstration parfaite d’une entreprise de trahison des intérêts nationaux russes. Des gens comme ça, nous en avons aussi aujourd’hui. On en trouve, malheureusement, dans toutes les sociétés du monde. Quoi qu’il en soit, je pense que ces gens-là ne pourront jamais accéder aux positions premières au sein de notre État, que les fondements mêmes de notre État ne le permettront pas.

        -------------------------------------------------------

        Poutine séduit pas mal, cela dit çà n’est pas dur.......il semble avoir un cerveau lui, et une vision de qui fait quoi dans ce monde et de limites à ne pas dépasser,voir son texte plus haut sur la destruction de la Russie par les bolcheviques de Lev Bronstein dit Trotski ..

        Soyons honnêtes il est le grain de sable totalement imprévu sur la route de la tentative de domination mondiale usioniste, le premier je veux dire....il ne peut que y en avoir d’autres..vous savez 10 min avant sa mort voir moins un humain n’y croit meme pas...ce qui nous reste de cerveau ne peut appréhender ce genre d’absolu..

        A la fin il est dit :Chaque peuple a le droit de vivre selon ses lois et ses coutumes, cela me semble fondamental.

        non, le monde démocratique occidental refuse ce droit à plein de pays, surtout là ou il y a a voler des ressources..cela dit le seul point ou la haut ils ne se foutent pas de notre gueule, c’est que la démocratie ils l’appliquent bien..le travailleur est un esclaves, les enfants sont souvent des jouets" pour les adultes , ceux qui votaient correspondent un peu a nos sénateurs..

        comme disait St Coluche, la dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours..ainsi la democratie par l’assassinat d’un juste comme Socrate a des le début prouvé son statut de dictature..reste le mot, c’est que c’est tout ce qui nous reste , les mots...et une seconde d’action tous les cinq ans...pour mettre un papier dans une boite, comme l’enfant met un mot pour le père Noël..S’il te plaît monsieur président fais moi riche à millions voir milliards si possible , je ne demande pas grand chose juste çà....


        • howahkan Hotah 29 septembre 2014 19:23

          c’est que la démocratie ils l’appliquent bien..en Grèce antique à l’époque de la pseudo démocratie le travailleur est un esclaves, les enfants sont souvent des jouets" pour les adultes , ceux qui votaient correspondent un peu a nos sénateurs..

          c’est juste une rectif...j’avais oublié ce qui est en gras...


        • Pierre Pierre 29 septembre 2014 21:10

          Merci. Très bon lien sur un entretien de Vladimir Poutine que je ne connaissais pas. Le passage sur les Tatars et le Tatarstan est intéressant et souligne à quel point la Russie respecte ses minorités ethniques qui,elles, ne vivent pas dans des réserves comme aux États-Unis ou au Canada.
          Chaque peuple a le droit de vivre selon ses lois et ses coutumes, cela me semble fondamental. Je fais partie de l’école réaliste mais j’ai encore parfois des faiblesses idéalistes.  smiley


        • leypanou 29 septembre 2014 19:22

          Excellent article traitant de Poutine et de la Russie : il est certain que cela dénote complètement par rapport à de la propagande que l’on entend ou lit continuellement dans quasiment tous les médias en France.
          Un conseil pour ceux qui veulent se renseigner autrement, heureusement encore possible sur Internet : sur la Russie ou ce qui se passe en Ukraine, J Sapir ou les crises d’O Berruyer ou encore The Vineyard of the Saker (en plusieurs languers) sont intéressants.
          La guerre de l’information est permanente : il faut savoir se renseigner pour pouvoir avoir plusieurs versions de ce qui se passe pour être des citoyens conscients.


          • Pierre Pierre 29 septembre 2014 19:58

            RussEurope de Jacques Sapir, Les Crises d’Olivier Berruyer et The Wineyard of the Saker sont des sites incontournables pour ceux qui veulent être informés 5 jours à l’avance par rapport aux médias dominants. Mondialisation.ca est aussi très bien. Pour ceux qui maitrisent bien Google, chercher des sites russes ou ukrainiens et traduire avec Google traduction. Ici, un site ukrainien, Ukrainskaya Pravda, pour apprendre tous les délires que les Ukrainiens doivent lire. Attention : certains articles sont en ukrainien et d’autres en russe.
            Merci pour votre commentaire.


          • Yvance77 Yvance77 29 septembre 2014 19:45

            Salut,

            Je suis très surpris de voir un pays comme la France, l’Italie ou les USA en vert concernant « l’indice de corruption »

            Chez Samy les champions du monde des lobbies c’est quoi si ce n’est pas de la corruption ?

            Chez nous ou Berlusconi c’est vrai que les accointances entre les industriels et les politiques sont tout sauf de la corruption. La mère Bétancourt ou papy Dassault devaient filer de l’artiche pour les beaux yeux de nos édiles !


            • Pierre Pierre 29 septembre 2014 20:25

              Bonjour Yvance77,
              J’ai répondu plus haut qu’il s’agit d’un indice de perception de la corruption dans le secteur public tel qu’il est perçu par les entreprises et les experts. Cet indice est important dans le sens où en Europe par exemple, la très grande majorité des gens n’a pas conscience de la corruption et cela n’a donc aucune influence sur leurs votes. On n’a pas par exemple de policiers qui vous rackettent ou des billets à glisser à l’admission d’un hôpital.
              Il n’en est pas de même en Russie où les élu et les fonctionnaires sont susceptibles d’être corrompus. Cela a fait le succès d’Alexeï Navalny qui a pu lancer avec un certain succès sur Internet que Russie unie est le « parti des voleurs et des escrocs ». C’est une réalité que les Russes vivent tous les jours, même si la tendance va vers une amélioration de la situation et cela a ou peut avoir une influence sur leurs votes. Je n’avais pas intégré cette carte dans mon article parce que je savais que cela demandais une longue explication que je suis obligé de donner maintenant. Ce n’était aussi pas le sujet de l’article.


            • Yvance77 Yvance77 29 septembre 2014 20:56

              « Il n’en est pas de même en Russie où les élu et les fonctionnaires sont susceptibles d’être corrompus »
              .
              Tout pareil ici... allez demandez à Sarko ce qu’il en pense au sujet de certains juges ou policiers type Pechenard qui est son prote-parole ou flingue désormais.

              Bon il est vrai qu’en Russie le braquet est plus développé (car il touche des sous-couches)... et vu que je suis marié avec une moscovite et ai des biens là-bas... je suis d’accord avec vous sur l’essentiel.


            • vachefolle vachefolle 1er octobre 2014 13:57

              Comment vous pouvez oser arborer un logo aussi ignoble ?


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2014 18:12

              @ Yvance et al.


              J’ai passé 30 ans de. ma vie a negocier des contrats internationaix. AUCUN ne se donne sans favoritisme. Il y a seulement diverses façons de proceder, et on appelle "corruption’’ celles que dans un contexte donné le consensus juge inacceptables.

              PJCA

            • philbrasov 29 septembre 2014 20:05

              La roumanie en jaune sur la carte de la corruption MDR

              La France en vert MDR

              Poutine defend un pays un peuple une culture, et s’allie a tous ceux qui defendent avant tout LEURS NATIONS...fusse au prix d’alliances contre nature comme la chine , ou non politiquement correct comme la syrie et ou l’Iran.
              Cela gêne l’empire....Poutine est ni meilleur ni pire que tout dirigeant occidental....
              Seuls les medias nous martelent le contraire.. depuis trop d’annees...





              • Pierre Pierre 29 septembre 2014 20:30

                D’accord avec vous mais ne vous braquez pas sur la carte avec l’indice de corruption, ce n’est pas l’objet de l’article et j’ai donné deux fois les explications plus haut.


              • Rik.D Rik.D 29 septembre 2014 20:18

                Superbe article.

                Malheureusement, peu comprendront que vous êtes en plein cœur de « l’Actualité ». 

                Merci encore.

                • filo... 29 septembre 2014 22:27

                  @l’auteur

                  Quelque remarques concernant votre excellent article : Eltsine est la suite logique américaine.

                  Je m’explique :

                  En 1983. Cette année là, un 1er septembre au dessus de l’ile de Sakhaline la chasse de URSS abat un avion Boeing 747 de Koréan Airlaines faisant 269 victimes.

                  La propagande antisoviétique est gigantesque. Effet garantie. Emotion est planétaire.

                  Les soviétique continuent avec leurs stratégie défensive. Mais peu de temps après ils cèdent.

                  Commandement militaire soviétique est décapité. Ce changement va affaiblir les positions politique à l’intérieur et ouvrir la vois à l’arrivée de Michaïl Gorbatchev. Les résultats ensuite nous les connaissons.

                  Quelque années plus tard les américains ont reconnu qu’à proximité de Boeing et à l’ombre de radar il avait un RC-135 avion espion américain.

                  Vous dites qu’Eltsine était un grand patriote. Peut être mais pas que ça.


                  • Montdragon Montdragon 29 septembre 2014 22:50

                    @Filo, creusez le filon du pétrole pour trouver la cause de l’effondrement de l’URSS, rien que ça vaut de nombreuses lectures.


                  • Pierre Pierre 29 septembre 2014 23:38

                    @ filo,
                    Merci pour votre commentaire mais je ne vois pas le rapport entre mon article et le Boeing de Korean Airlines. A ma connaissance, le commandement militaire soviétique avait été remplacé à cause des échecs en Afghanistan. Les réformateurs Iouri Andropov et plus tard Mikhaïl Gorbatchev sont arrivés au pouvoir suite aux échecs militaire (Afghanistan), politique (contestations dans l’empire) et industriel (Tchernobyl) de l’URSS.
                    Je n’apprécie pas particulièrement Boris Eltsine pour son caractère autoritaire et pour ses élections frauduleuses mais à mon avis, il pensait agir dans l’intérêt de son pays. Il s’est trompé, s’en est rendu compte et c’est lui qui a choisi son successeur en toute connaissance de cause. Je vous signale d’ailleurs que Vladimir Poutine avait d’abord refusé de devenir Premier Ministre. Boris Eltsine a alors envoyé Berezovski à Biarritz (où Vladimir Poutine était en vacances en famille) pour rencontrer Vladimir Poutine et le convaincre d’accepter le poste. Boris Eltsine voulait absolument Vladimir Poutine comme successeur et je suis sûr qu’il savait qu’il était patriote et incorruptible. 


                  • filo... 30 septembre 2014 00:40

                    @Pierre
                    Votre raisonnement est celui d’un occidental. Essayer de libérer votre pensée, sortir du cadre (terme utilisé dans la psychologie de vente)
                    En 1983 Avec l’incident d’avion de Korean Airlines les américains ont réussi à changer la direction politique d’URSS et provoqués arrivé de Gorbatchev. Ce dernier n’était donc pas du tout un hasard de l’histoire.
                    Récemment les autorités russes ont ouverts une enquête afin de savoir si agissement de Gorbatchev pendant son règne, relevait de sa naïveté politique ou d’un cas de corruption. Le bruit a couru que le Prix Nobel était la récompense des américains d’avoir laissé des renards entrer dans le poulailler.

                    Ces même américains ont essayé avec vol MH17 de récidiver avec Poutine.
                    Apparemment raté !

                    Concernant Eltsine, il était corrompu jusqu’à l’os. C’était le secret de polichinelle.
                    Les autorité suisse avait ouvert une enquête pénale contre Eltsine pour corruption. Un entrepreneur albanais vivant au Tessin a obtenu mystérieusement le mandat de rénovation de Kremlin. 

                    Une chose est sûre et certaine Eltsin était un alcoolique chronique, donc cerveau passablement rongé et comme tous les ivrognes absolument pas fiable.

                    Il a été poussé vers la sortie par les forces vives russes, révoltées par son agissement.


                  • Pierre Pierre 30 septembre 2014 01:20

                    @ filo,
                    Je n’ai jamais lu une étude qui fait un rapport entre le Boeing de la Korean Airlines et la chute de l’URSS. Les principales raisons étaient le mécontentements des Russes pour le nombre de conscrits morts en Afghanistan, l’endettement à cause de l’effondrement des cours du pétrole, le manque de liberté individuelle en URSS et dans les pays satellites. Ce sont des choses que j’ai bien connues, à l’époque, je voyageais beaucoup en URSS.
                    Eltsine était alcoolique, Eltsine était corrompu etc. Cela, je le sais très bien mais cela ne l’empêcha pas d’être aussi patriote.
                    Aussi, ce n’est pas l’armée qui amena Vladimir Poutine sur le devant de la scène. Elle était d’ailleurs aussi corrompue que Eltsine. C’est Youmachev, le futur gendre d’Eltsine et aussi son conseiller qui suggéra le nom de Poutine à son futur beau-père.


                  • filo... 30 septembre 2014 01:58

                    @Pierre
                    Dans mon article lien ci-dessous vous avez une vidéo où B. Clinton rit jusqu’aux larmes sur les frasques d’Eltsine. Un rire bien sûr forcé et moqueur. La Russie d’Eltsine est devenue la risée de l’Occident.
                    Il existe également des vidéo ou ce dernier ouvre les portes de Kremlin de manière très theatrale et où ont voit le regard méprisant que Poutine lance à Eltsine.

                    Croyez moi que j’ai le principe d’en parler que des sujets que je connais vraiment. Une partie de ces événements me concernent directement. Toutefois et en aucun cas je ne cherche pas à vous convaincre. Tout au plus d’échanger des points de vues.

                    Sachez aussi que nous sommes à l’aube des grands bouleversements où tout est à refaire. Y compris notre raisonnement et notre façon de voir le monde qui nous entoure.
                    Après tout, somme nous conscients réellement de ce que nous voyons ?
                    Est ce que c’est réellement comme ça comme nous le percevons ?


                  • Fanny 1er octobre 2014 01:16

                    De multiples causes à la chute de l’URSS. Mais le prix du pétrole, la guerre des étoiles, la guerre d’Afghanistan, un besoin de décentraliser/décoloniser, Tchernobyl… sont à mon avis des causes secondaires. L’essentiel est la moindre efficacité d’un système assez rigide, en comparaison du système rival où tout est en concurrence avec tout, où tout est optimisé à tous les niveaux (avec des effets collatéraux qui pourraient aussi conduire à de sérieux problèmes). Enthousiastes dans les années 30 à l’idée de bâtir un monde nouveau (à l’exception des 10 ou 20% marginalisés ou éliminés physiquement), les Soviétiques se sont rendu compte après guerre, progressivement, qu’ils avaient échoué dans leur projet grandiose. Ils faisaient semblant d’y croire, mais n’y croyaient plus. Ce qui explique l’effondrement assez paisible de ce grand ensemble. Une majorité voulait tourner la page.


                  • filo... 1er octobre 2014 11:15

                    @Fanny

                    L’année 1968, à mon avis, était l’année clef pour URSS. Leonid Brejnev a commit un faute capitale cette année là en engageant les troupes soviétiques pour réprimer « le Printemps de Prague » en Tchécoslovaquie.
                    De ce fait il a raté l’occasion de prendre un virage primordial et démocratiser URSS (à l’image p.ex de la Yougoslavie). C’était donc le début de la fin.

                    Avec recul, j’en suis convaincu maintenant que ce prétendu « Printemps de Prague » a été formenté par les occidentaux, américains en particuliers.

                    C’était le précurseur de « Printemps arabes ».


                  • Fanny 1er octobre 2014 15:23

                    Bien sûr, on peut imaginer un cours différent de l’histoire. Le premier parmi les dirigeants à avoir compris que l’URSS filait un mauvais coton fut Beria, intelligence très supérieure (et pervers sexuel). Staline, qui était loin d’être bête, et fut le vrai vainqueur de la 2ème guerre mondiale (en plus d’être un tueur de masse) s’appuyait sur l’intelligence de Beria. A la mort de Staline, le système s’est assoupi, a voulu souffler un peu, ayant perdu la ferveur avec la terreur, saigné qu’il était par la seconde guerre mondiale, un homme sur 5 ayant disparu (ce dernier point, rarement souligné, a sans doute compté dans l’effondrement de l’URRS). Il n’y avait alors à la tête de l’Etat plus que des fonctionnaires plus ou moins ternes qui voulaient un peu profiter de la vie (Brejnev et sa collection de bagnoles). Personne en tout cas  pour imaginer une évolution soft, un désengagement de l’Europe de l’Est négocié avec les USA. Andropov fut la dernière chance de l’URSS, mais sa maladie et sa mort ont signifié la fin de l’URSS. Effectivement, Brejnev n’avait pas l’envergure d’un grand stratège. 


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2014 17:39

                    @ Pierre et Filo


                    Déja en 1998, des gens que je ne considere pas comme des rigolos m’ont expliqué par le menu que Gorbatchev était une taupe des services secrets allemands - avec l’accord des USA , bien sûrsqui ont minutieusement facilité sa carriere et elminé ses rivaux jusqu’a ce que l’heure propice soit venue de faire tomber un regime sovietique déliquescent et de detruire l’URSS.... ce pour quoi il état l’homme désigné

                    Tout semble bien, en effet, avoir été programmé comme un ballet, comme les manifestations en tournantes qui ont precedé le grand show de la chute du Mur de Berlin en ont été l"exemple le plus caricatural...

                    Tout semble indiquer que Poutine ait été la redemption, naissant des reliquats vivaces d’un sentiment national fort et d’un une ideologie qu’n’a pu extirper.... On verra bien. Je ne fais pas mystère que je vois la Russie comme le seul salut immdiat pour la civilisation occidentale.

                    PJCA

                  • Pierre Pierre 5 octobre 2014 18:03

                    Je ne peux qu’être d’accord avec vous.
                    En 1998 ou en 1988 ?


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2014 18:25

                    @ Pierre


                     On m’en a convaincu sasn appel en 98, mais le plan etait deja en phase finale depui au moins les tractations à la mort d’Andropov. Des allusions auraient circulé au moment de la reunification de l’Allemagne, quand la RFA avait intimé assez peremptoirement à Israel de cesser de poser hypocritent des emuches et des obstaclee au processus de réunification. Il semble que Israel ait obtempéré.

                    PJCA

                  • filo... 29 septembre 2014 23:06

                    @l’auteur

                    Eltsine n’était pas du tout le parrain de Poutine !

                    Poutine lui a été imposé par l’armée russe et certainement par FSB enquêtes par la corruption et la dégradation du pays et de son image. Eltsine avait le choix soit il cède sa place soit il finit en taule.

                    Concernant la Serbie je vous donne un scoop. Eltsine était fâché avec Milosevic et il se vengea.

                    Frère de Slobodan Milosevic Borislav, était ambassadeur de Serbie en Russie. Et avec l’insurrection et tentative de putsch contre Eltsine Borislav a joué troublé fête en essayant avec les communistes russe de renverser Eltsine et faire revenir des communistes au pouvoir à Moscou.

                    Ceci Eltsine n’a jamais pardonné aux frères Milosevic. Alors il a laissé faire l’OTAN.

                    Il y a encore un bruit qui a couru à l’époque. Il parait que les américains sont arrivés chez lui avec 2 valises pleins de Dollars pour le convaincre de fermer les yeux.

                    Mais de toute façon la Russie de l’époque était trop faible pour résister à « la communauté internationale » 

                    Il est aussi vrai qu’Eltsine aimait beaucoup les Dollars....


                    • Pierre Pierre 30 septembre 2014 11:16

                      J’avais lu à l’époque qu’il y avait une tension entre l’ambassade de Yougoslavie et Boris Eltsine. Il y a d’ailleurs toujours eu des différents entre la Yougoslavie et l’URSS. 
                      En 1999, la Russie n’avait ni les moyens politiques ni les moyens militaires pour peser sur les évènements et elle a été traitée comme un paillasson. C’est aussi simple que cela.


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2014 18:56

                      @ Pierre


                      Paillasson, en effet.... se souvenir seulement du beau geste du contingent russe qui a rompu les rangs - advienne que pourra - au moment de l’interventionr otanesque au Kosovo, pour aller a marche forcée prendre position seul, avec 24 heure d’avance, pour sauver les Serbes dont on prévoyait l’extermination imminente. 

                      La doutcha russe sur le vif... . L’aspect negatf de cette composante irrationnelle, c’est es poetes qui se suicident ou meurent en duel sans arret.... Maiis le positif, c’est une population civile de Leningrad qui, contre tout bon sens, résiste à la Wermacht durant des années. Litteralement à mort.  
                      L’image de qu’on appelle l’armée américaine affrontant homme pour homme des Russes dans une guerre de terrain est c cocasse.

                      PJCA

                    • Pierre Pierre 5 octobre 2014 19:27

                      @ Pierre JC aLLARD,

                      Et la lucidité du général britannique Michael Jackson qui avait refusé d’obéir à l’ordre de son supérieur, le général américain Wesley Clark de bloquer les pistes de l’aéroport de Pristina et d’isoler le contingent russe qui y avait été positionné. Il aurait dit à Clark : « Je ne vais pas déclencher la Troisième Guerre mondiale pour vous ».


                    • Pierre Pierre 5 octobre 2014 19:29

                      @ Pierre JC Allard,

                      Et la lucidité du général britannique Michael Jackson qui avait refusé d’obéir à l’ordre de son supérieur, le général américain Wesley Clark de bloquer les pistes de l’aéroport de Pristina et d’isoler le contingent russe qui y avait été positionné. Il aurait dit à Clark : « Je ne vais pas déclencher la Troisième Guerre mondiale pour vous ».


                    • marauder 29 septembre 2014 23:13

                      « Élucubrations ....

                      Ta patatrie, ton poutine, tes méchants staliniens (heuuuu communistes, selon tes »conclusions« ), bouillie difficille a ingurgiter.

                      Ton poutine est admirable, parfait, il pleure presque comme en vrai, ca doit etre un dur de dur, mais tendre a l’intérieur.

                      Blabla charabia. Tu vote Fn toi, c’est presque sur.

                      Au hazard :

                       »Sur le plan national, il joua sur une image de virilité qui dans un premier temps plut aux Russes. Les revenus des Russes augmentèrent substantiellement. Il garda la confiance de la population durant ces huit années."
                      Donc suite a la diffusion d’une nouvelle campagne de com’ basée sur les muscles de notre cher amis vlad, le peuple russe devint plus riche pendant huit années ?

                      En juillet 2004, lors d’une nouvelle réunion avec les grands patrons, il les somma de payer tous leurs impôts, de cesser d’utiliser des schémas de réduction ou de contournement de la fiscalité et de financer des projets visant à aider l’État à résoudre les problèmes dans l’éducation, la santé, le logement.
                      Staline, son/ton pere que tu refuse de voir comme tel aurait fait pareil, c’est le capitalisme d’état. En france on avait eu degaule. Ce ne sont que des pantin adaptés a l’imaginaire du pays, inculqué lui meme par une bande de pervers narcissiques idolatres ... Ils ont je ne sais comment, par quel enchantement, admirablement réussis, a leur pietre niveau d’agitateur de peuple. Décidément, je ne comprendrais jamais le hiérachiste de base et le reflexe pavlovien que beaucoup de gens peuvent avoir.
                      Bref.
                      COmme tu n’es qu’un adolescent, tu refuses encore d’accepter tes racines. Tu ne fais pour le moment qu’amalgamer communisme et stalinisme. Bientot, tu rieras de cet amlgame, sachant tres bien qu’il marche a tout les coups (meme si aujourd’hui, cette technique s’enterre peu a peu, car le libéralisme a interdit ces mots).

                      La synthèse de la dialectique de Vladimir Poutine est que les États-Unis ne veulent pas voir la Russie comme un partenaire égal mais plutôt comme une entité à intégrer dans le grand plan de la mondialisation dominé par les États-Unis.
                      C’est une « monolectique » ca, si je puis dire ...Et tu ne crois pas que si poutine avait été a la place d’obama, il n’aurait pas cherché au moins autant que ca ?

                      Les civilisations, les peuples, leur « évolution » dans l’échelle du temps est totalement indescriptible autrement que par des successions de dates clé. Cela ne veut rien dire, ni de leur intelligence supérieure supposée, ni de leur bétise.

                      En tout cas, je m’étonne toujours de voir comment les idolatres passent d’un gourou a un autre.

                      Et on s’étonne de ma naiveté parait-il :)

                      Elle me fait vivre encore et encore, c’est déja ca :p


                      • Rik.D Rik.D 30 septembre 2014 00:06

                        Bravo ... Belle analyse de l’Homme, de sa pensée, et du monde en général.

                        Maintenant que vous nous avez démontré par A+B que Poutine n’est pas très très gentil, et que d’autres nous ont démontré que les USA ne le sont pas plus, passons à la seule « vrais » question : Quelle doit être la position de la France sur ce qu’il ce passe actuellement au Moyen-Orient ?

                      • Pierre Pierre 30 septembre 2014 00:42

                        @ marauder,
                        Je sens en vous le lecteur assidu des journaux Libération et Le Monde et encore, depuis deux mois seulement.
                        Vous essayez de faire de l’ironie mais on sent surtout une très grande pauvreté d’analyse chez vous.
                        C’est une « monolectique » ca, si je puis dire ...Et tu ne crois pas que si poutine avait été a la place d’obama, il n’aurait pas cherché au moins autant que ca ? Non, je ne le crois pas parce que Vladimir Poutine se fout royalement de ce que font les autres pays. Il veut la souveraineté et la sécurité pour la Russie. Point barre.
                        Si vous vous mettiez à lire autre chose que les deux canards cités ci-dessus, vous sauriez cela depuis longtemps.


                      • marauder 30 septembre 2014 09:31

                        @ marauder,
                        Je sens en vous le lecteur assidu des journaux Libération et Le Monde et encore, depuis deux mois seulement.

                        Faut penser a interconnecter ses neurones de temps a autre. L’informatique, c’est bien, mais ca rend pas plus intelligent, pire, ca rend con encore plus vite qu’ailleurs :)
                        En tout cas, raté, ta supposition est fausse. Tout le monde n’est pas capable de deviner qui on a de l’autre coté de l’écran.


                        Non, je ne le crois pas parce que Vladimir Poutine se fout royalement de ce que font les autres pays. Il veut la souveraineté et la sécurité pour la Russie. Point barre.

                        La pauvreté de ton analyse me fait aussi assez peur, Tu te base sur une supposition, et c’est tout a fait risqué quant il s’agit de politique exterieure.

                        Mais bon, vous etes déja tous a genou devant votre maitre musclé poutine donc vos capacités de reflexion ne risquent pas d’etre au plus haut.

                        Rappellez-vous qu’a ces jeux d’échecs, l’outsider parait toujours plus sympatique.


                      • Pierre Pierre 30 septembre 2014 11:29

                        En tout cas, raté, ta supposition est fausse. Tout le monde n’est pas capable de deviner qui on a de l’autre coté de l’écran. 
                        Ce n’est pas moi qui ai commencé.

                        La pauvreté de ton analyse me fait aussi assez peur, Tu te base sur une supposition, et c’est tout a fait risqué quant il s’agit de politique exterieure.
                        Désolé, je me base sur des faits. En 2008, il n’y avait rien entre les troupes russes et Tbilissi. Les Russes n’ont pas poussé plus loin parce que ce n’était pas leur intention.

                        Au printemps dernier, il n’y avait rien entre la frontière russe et Kiev. Les quelques unités qui se trouvaient là se seraient rendues ou se seraient ralliées comme en Crimée. Les populations seraient restées neutres d’après ce qu’on sait. Vladimir Poutine n’a pas donné l’ordre d’envahir l’Ukraine. Cela, ce sont des faits.


                      • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 30 septembre 2014 12:24

                        @ marauder :
                        Brave garçon !!!
                        Ses parents l’ont bercé trop près du mur.
                        Il faut lui pardonner mas ces à-coups répétés ont eu des conséquences néfastes sur son système nerveux.

                        Je vous conseille de mesurer vos propos et d’essayer de réfléchir un tant soit peu par vous-même au lieu de vous abreuver des bienfaits du ministère de la propagande.

                        Lisez Chomsky, vous comprendrez sans doute mieux les causes de votre ramollissement cérébral !!!

                        Certes, Poutine n’est pas un enfant de coeur, mais je tiens quand-même à vous rappeler que s’il est entièrement encensé par le le peuple Russe, ce n’est pas pour des prunes.

                        Actuellement, il est à près de 90% d’opinions favorables parmi le peuple qu’il défend. Les 10% restants le trouvant « trop mou » !!!

                        Un score qui ferait pâlir d’envie n’importe quel « souverain » occidental (chez nous, « Grande Démocratie »,Scootermane va bientôt atteindre des scores négatifs).

                        Ne pensez-vous pas que cette popularité n’est pas la preuve qu’il respecte les Russes et que sa politique est uniquement orientée dans l’intérêt de ses concitoyens ?

                        Sûrement pas, désormais la popularité et devenue du « populisme », sorte de nouvelle gangrène qui pourrit nos « Démocraties Exemplaires » et les éloigne de la « Grande Politique » orientée vers « l’intérêt suprême de l’état »... Pas de commentaires.

                        Mes aspirations personnelles m’incitent à refuser les structures électorales centralisées (qui n’entraînent que la corruption des « élites » s’il n’y a pas de garde-fous ni de sanctions sévères en cas de trahison - ce qui est le cas dans toutes nos « Grandes Démocraties »).

                        Faute de vivre dans un système basé sur la discussion, la négociation et des compromis permettant de garantir qu’aucune personne ne se sentira lésée, bref une « pure anarchie », authentique, je préfère encore avoir un dirigeant qui veille à améliorer les conditions de vie de ses concitoyens, même s’il peut paraître « autoritaire » (il emprisonne des « opposants » qui pillent le peuple - Khodorkovsky par exemple - et met les autres oligarques au pli)...
                        Un dirigeant qui utilise les ressources de l’état pour lutter contre la pauvreté, qui finance l’éducation, la santé, les retraites, pour résumer qui restaure le « bien public » qui a fait le bonheur des populations occidentales durant la période de « l’état providence »...

                        C’est pas le « top » mais au moins le peuple n’est paupérisé, les citoyens vivent dignement, éduqués et cultivés (ne jamais séparer les deux sinon on embrigade), en bonne santé...

                        La principale cause de la diabolisation de Poutine, comme précédemment celle de Chavez, est que les oligarques et les multinationales voient leurs bénéfices fondre pour aller financer les « gueux »...

                        L’autoritarisme de Poutine est surtout causé par les attaques incessantes de la « communauté de l’argent pillé » qu’il subit à chaque instant (comme Chavez avant lui, et tant d’autres aussi).

                        Si nos oligarques lui foutaient la paix nous n’en serions pas là.

                        Espérons simplement que grâce aux liens alternatifs qu’il tisse avec les pays qui ne veulent plus se faire piller sans réagir (BRICS entre autres) il réussisse à faire tomber nos adversaires communs uniquement motivés par la cupidité.

                        Et qu’un dirigeant Français éclairé comprenne un jour que l’avenir du peuple Français n’est pas dans ces alliances omnipotentes avec le monde unipolaire occidental (TTIP) mais avec des partenariats ouverts et équitables dans un monde multipolaire.

                        Pour l’instant j’attends.
                        De deux maux il faut choisir le moindre.
                        Entre Wall-Street/City et Poutine, je n’hésite pas, je choisis Poutine.

                        Ensuite, libre à vous, mais si vous choisissez la voie du servage, faites-le en toute connaissance de cause.

                        Et ne l’imposez pas aux autres.


                      • Doume65 30 septembre 2014 12:56

                        @marauder

                        Je te cite :
                        « Tu vote Fn toi, c’est presque sur. »
                        (j’ai laissé les trois fautes de français)
                        « Tout le monde n’est pas capable de deviner qui on a de l’autre coté de l’écran. »

                        Tu ne sens pas comme une contradiction dans tes propos ?


                      • bourrico6 30 septembre 2014 14:43

                        Faut penser a interconnecter ses neurones de temps a autre

                        dixit celui qui semble en être dépourvu. smiley

                        Mais que serait AV sans ses trolls dont les âges mentaux varient de 2 à 5 ans .... on s’ennuierait.


                      • Ariane54 Ariane54 1er octobre 2014 16:04

                        @marauder
                        Question pauvreté d’analyse, vous semblez être un spécialiste, vous qui remplacez toute discussion par le mépris caractéristique des imbéciles.


                      • Ariane54 Ariane54 1er octobre 2014 16:06

                        @marauder
                        Question pauvreté d’analyse, vous semblez être un spécialiste, vous qui remplacez toute discussion par le mépris caractéristique des imbéciles.


                      • sls0 sls0 29 septembre 2014 23:18
                        Discours du ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Sergueï Lavrov à la 69ième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 27 septembre 2014

                        C’est presque plus beau que Dominique De Villepin au même endroit.

                        Il maitrise le sujet.

                        Le tandem Poutine/Lavrov c’est quand même autre chose que les crétins qui nous dirigent.

                        Discours


                        • marauder 30 septembre 2014 09:33

                          Et ca se paluche sur des discours en plus.


                        • Laurent 47 30 septembre 2014 12:06

                          J’ai regardé sur Russia Today en espagnol, la conférence de presse de l’ONU, au cours de laquelle le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov répondait aux questions nombreuses de journalistes venus des quatre coins du monde. Là, j’ai vu ce qu’était la stature d’un véritable homme d’état, à des années-lumière des pitoyables politiciens qui prétendent diriger la France ! Aucune question n’a été éludée par des artifices oratoires, et Lavrov a répondu sans langue de bois sur tous les sujets, même les plus brûlants, évoqués bien sûr par la presse anglo-saxonne. Il est de plus en plus évident que la Russie est maintenant décidée à ne plus faire de concessions dans quelque domaine que ce soit. Et ça, les occidentaux (comprenez les Etats-Unis, puisque l’Europe n’existe pas) ont intérêt à se l’enfoncer dans le crâne, avec leurs sanctions dérisoires qui ne pénalisent que les agriculteurs de toute l’Europe, du fait que la Russie applique en contre-mesure un embargo ! Je m’adresse à la Douma : « s’il vous plait, pouvez-vous nous en donner un ou deux, des hommes politiques comme Poutine, Medvedev, ou Lavrov ? En échange, on vous donne François Hollande et Manuel Valls ! »


                        • Pierre Pierre 30 septembre 2014 12:24

                          @ Laurent 47,
                          Et Laurent Fabius et BHL en cadeau gratuit.

                          « la Russie est maintenant décidée à ne plus faire de concessions dans quelque domaine que ce soit » Cela, c’est clair et nos médias devront s’y faire. Si la Russie coule, elle ne sera pas seule.
                          Russia Today. Je crois que la Russie prépare une émission de ce genre en français. Cela va faire mal aux médias dominants.


                        • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 30 septembre 2014 12:41

                          Bonjour.

                          Fût un temps, RT diffusait des émissions en Français...
                          J’aimais bien Françoise Compoint.
                          Elle est bien plus compétente que les « grand journalistes » invités en grande pompe au « dîner du siècle ».

                          Depuis je regarde RT en anglais mais c’est moins bien (je déteste la langue d’ Obabush).

                          Il semble qu’ils envisagent de relancer le programme.
                          C’est bien, nous pourrons être à nouveau informés de manière alternative.

                          Je pense que cette décision est surtout motivée par la grande commnauté francophone (surtout africaine) qui pourrait avoir accès à un média alternatif sérieux.

                          Les russes ne sont pas cons, ils savent bien qu’en France la majorité des citoyens sont tellement embrigadés qu’ils ne regardent pas RT.

                          Vous pouvez aussi aller sur Infowars.com. c’est US mais Alex Jones est remarquable (c’est à se demander pourquoi il est ecore vivant)...
                          Dommage qu’il ait un aboniable accent texan.


                        • Pierre Pierre 30 septembre 2014 13:08

                          @ Pierre-Joseph Proudhon,

                          C’est marrant, c’est les deux mêmes prénoms que moi.  smiley
                          Merci pour le lien. J’oublie toujours de regarder infowars.com


                        • Laurent 47 1er octobre 2014 19:08

                          Je confirme, Pierre. J’ai pris la peine de vérifier, et j’ai vu qu’un projet de loi avait été publié en ce sens, sur le site du Kremlin le Jeudi 21 Août 2014. La version en langue française de Russia Today sera financée à hauteur de 1,3 milliard de roubles ( 27 millions d’euros ). Comme les russes ont l’habitude de faire ce qu’ils disent, je pense que ça ne va pas traîner pour qu’enfin l’Europe, le Canada, l’Afrique, et plus généralement tous les pays francophones, soient enfin informés par de véritables reportages sur le terrain, et non par de prétendus journalistes qui font honte à leur profession. Je crois par contre que ça ne va pas beaucoup plaire à Adolf Obama, qui aura beaucoup plus de mal à contrôler cette chaîne que celles des larbins français qui sont à sa botte !


                        • Pierre Pierre 1er octobre 2014 20:38

                          @ Laurent 47,
                          Merci pour l’info. Je suis impatient de voir ça.


                        • le moine du côté obscur 30 septembre 2014 01:55

                          Très bon article en en effet sur Poutine et la Russie. Le drame de certains occidentaux est de vouloir voir le monde selon « leurs yeux » sans tenir compte des réalités et de l’histoire des autres pays. Poutine est russe et agit comme un russe pour des russes. Donc sans maîtriser la culture et l’histoire russes certains en occident ne peuvent comprendre pourquoi cet homme est aussi populaire dans son pays. Pourtant pas besoin d’être russe pour voir que cet homme oeuvre pour les intérêts de son pays. Après on peut bien sûr le critiquer, il n’est qu’un humain, mais il s’agit de le critiquer de manière honnête et en tenant compte du contexte. Malheureusement les étasuniens montrent que seul l’équilibre de la terreur peut amener un de paix dans ce monde. 


                          • Pierre Pierre 30 septembre 2014 11:33

                            Ben oui ! Il est populaire parce qu’il s’occupe des affaires de son pays et pas de celles de ses voisins.


                          • Dany romantique 30 septembre 2014 02:17

                            Bon article dans l’ensemble qui rehausse le niveau de lecture de nos médias paranos shootés à l’Oncle Sam. 

                            Quelques points de désaccords toutefois :

                            1/ Elstine restera selon moi un opportuniste qui s’est fait plumer par les américains, en renversant Gorbatchev il a prouvé qu’il n’avait rien d’un démocrate en apprentissage. Il était besogneux néolibéral et anticommuniste primaire à souhait. Il a mis la Russie à plat, sous toutes les coutures.

                            2/ Poutine à fait preuve (plus que d’habitude) d’un bien étrange silence radio sur le massacre par Israël de 2000 arabes à Gaza cet été. Ceci confirme ses connivences avec l’oligarchie juive de Moscou, aux affaires, comme partout. En outre, il est traumatisé par la défaite Russe de la campagne d’Afghanistan et aussi par les rebelles terroristes musulmans du Caucase. De ce fait il adopte une stratégie d’alliance avec Israël qui comporte un contingent d’exilés Russes en Palestine occupée. Ce qui n’est pas très « humaniste » à tout le moins. Sa racine est celle d’une Russie aux traditions chrétiennes orthodoxes emprunte d’un nationalisme exacerbé toujours vérifié. C’est sa partie sombre.

                            3/ Son anticommuniste lui vaut de plaquer un manque de patriotisme aux bolchéviques. Rappelons que Lénine n’avait pas de leçon à recevoir en ce domaine car il porta le peuple réel au pouvoir, pouvoir dévoyé par la suite bureaucratique de la nomenklatura. Ce qui est une autre question. Rappelons que Jaurès en France lui aussi dénonçait comme Lénine la manipulation de l’appel à la guerre impérialiste débouchant sur un massacre historique au seul profit ce que l’on nomme oligarchie mondialisée à présent. Et que Jaurès n’a jamais été présenté en France comme antipatriote pour autant. Il disait que cette guerre était au service du capital et pas des classes laborieuses qui constituaient le contingent de cette boucherie causée par la bourgeoisie antagoniste de Yougoslavie et d’Autriche (l’Allemagne derrière) enflammant l’Europe . Donc sur ce point, l’ex-camarade Russe fait preuve de mauvaise foi et d’une mauvaise note intellectuelle. 

                            • Pierre Pierre 30 septembre 2014 12:09

                              Merci pour votre commentaire.

                              Vous dites : « Quelques points de désaccords toutefois ».

                              1. Je n’ai pas dit le contraire. La Russie lui doit les deux choses que je cite dans l’article. Rien de plus. Je pense aussi qu’il était patriote.
                              2. Vladimir Poutine joue au ballon dans un magasin de porcelaine. Pour le moment, il ne peut pas se mettre l’oligarchie israélo russe à dos malgré sa popularité en Russie. Il joue serré pour le moment. Vous avez lu qu’Israël a refusé de vendre des armes sophistiquées à l’Ukraine. C’est bénéfique pour la Novorussie, non ?
                              Je suis très compatissant pour les Gazaouis écrasés par les bombes israéliennes mais je n’oublie pas que le Hamas est une branche des Frères musulmans et qu’ils sont de ce fait des intégristes religieux pour qui la laïcité est un crime. Je n’oublie pas non plus qu’ils ont trahi Bachar al Assad pour plaire au Qatar.
                              3. Boris Etsine était anti-communiste et anti-socialiste. Tout le monde le sait. Je ne sais pas précisément ce que Boris Elsine pensait de Lénine. Pour moi, Lénine était aussi un patriote même s’il avait à l’époque été soutenu par les Allemands et cela contrairement aux trotskistes qui étaient pour la révolution mondiale. Des mondialistes avant l’heure quoi. ! D’ailleurs, la plupart des membres de la nouvelle droite mondialiste
                              sont des anciens trotskistes reconvertis.


                            • Dany romantique 30 septembre 2014 15:00

                              Pierre il ne faut pas confondre le Hamas (élu démocratiquement ) et le droit du peuple palestinien à revendiquer sa terre.. Le Hamas diabolisé c’est le prétexte d’Israël, c’est la fumisterie de l’occupation que l’on se donne. Les principes de la Charia en terre musulmane n’ont rien de surprenant, elle concerne la majorité des Etats arabes et c’est LEUR affaire. Entre Charia et fondamentalisme de la Thora il ne nous appartient pas de juger pour eux ce qui est bon pour les arabes de Palestine. Bien entendu un Etat laïc nous conviendrait mais, mais c’est leur affaire, comme au Mali, comme au Centrafrique, bien que pour ces pays les religions soient plus mélangées (d’où une lecture moins évidente pour leurs régimes respectifs d’ailleurs). Il faut arrêter d’interférer dans le choix de toutes les religions, lesquelles on le voit,sont des fléaux.

                              En Palestine,ce ne sont pas des terroristes -langage fourre tout- ce sont des RESISTANTS à une occupation de territoire et les gazaouis n’admettront jamais la prédation dont ils sont les victimes. 

                            • Pierre Pierre 30 septembre 2014 15:44

                              @ Dany romantique,

                              On sort tout-à-fait du sujet de l’article mais c’est intéressant.
                              C’est toujours le même dilemme au Moyen-Orient, vaut-il mieux un État laïque comme en Syrie (parti Baas) autoritaire voire dictatorial mais qui respecte les minorités ethniques et religieuses ou une majorité démocratiquement élue comme le gouvernement Morsi en Égypte qui avait pour dessein d’imposer la Charia à moyen ou à long terme ? Vaste question et je n’ai pas de réponse toute faite. En fait, il y a lieu de choisir entre le respect des droits de l’homme et le suffrage universel qui peut amener des régimes détestables au pouvoir. Impossible pour moi de trancher.
                              Le Hamas a plusieurs visages. Celui de résistant à l’occupation israélienne que j’admire, celui d’organisation caritative qui vient en aide aux plus démunis que j’admire aussi et celui de parti religieux qui veut imposer l’Islam que je réprouve.
                              Je suis d’accord qu’il faut cesser d’interférer. Le problème c’est qu’il y a une instrumentalisation des religions par les Occidentaux pour atteindre d’autres objectifs : géopolitique, contrôle de l’énergie, remodelage des frontières etc.
                              PS. Je pense quand-même qu’il y a moyen d’amener un régime autoritaire vers une amélioration des conditions de gouvernance alors que je ne crois pas que c’est possible avec un parti religieux.


                            • Dany romantique 30 septembre 2014 16:59

                              On a dérivé à partir de la posture de Poutine lequel est restée muet sur cette affaire de Gaza.. Nous avons globalement la même analyse à 90% (c est un score de république bananière..) Je suis ok avec la deuxième moitié de votre dernière phrase mais moins avec la première moitié sauf si c’est le « peuple » qui en décide. Et là, le peuple..., c’est toute la société, riches, pauvres, classes moyennes, religieux et non croyants donc la légitimité est suspecte pour celui qui subit l’autre caste, considérant que les majorités ne peuvent englober 100% de choix majoritaire, donc les minorités clament toujours à l’injustice, non ? 

                              Le pouvoir du peuple c’est une furtif, c’est un standard dogmatique, une « photographie » à un moment T. En suite il faut convenir que c’est un « film » sans fin, qui témoignera de l’évolution historique, politique, sociale et sociétale. 
                              C’est le besoin d’appartenance à un groupe qui resurgit toujours et entraînera des divisions, chapelles, scissions etc...et guerres fratricides jusqu’aux guerres civiles (Maria avait deux enfants de Jean Ferrat « ..l un était rouge et l’autre blanc »..). Une grande leçon, jamais apprise.
                              Comme l’on dit la démocratie est le pire des systèmes à l’exception de tous les autres. C’est peu dire ! Encore faudrait -il rendre ce concept attrayant. Bien sûr avec un pouvoir religieux fondé sur un mythe cela n’est pas possible du tout car le pouvoir remet les égarés en place ou les tues. En outre les religions principales sont monothéistes ! .
                              Je pense que l’homme est un guerrier qui cherche - ou rattrapé par- ses racines identitaires, donc philosophiques, morales, religieuses et ethniques.
                              Ce jeu est très compliqué et ouvre souvent à la haine de l’autre en toute bonne conscience....
                              Et cela continue.    

                            • goc goc 30 septembre 2014 02:23

                              @ l’auteur

                              pour mieux comprendre l’attachement du peuple russe à son pays, il suffit de savoir que la plus part des russes enterrés au cimetière de St Geneviève des Bois ont demandé à avoir de la terre russe sur leur tombe.

                              sinon juste une petite remarque concernant votre carte de la corruption. Je suis plus que surpris de voir que les USA sont en vert, alors que c’est le pays le plus corrompu de la terre, et ce au grand jour.
                              Car comment peut-on appeler autrement des élections ou ceux qui gagnent sont justement ceux qui ont dépensé le plus et donc ont reçu le plus. Or à moins d’être neuneu1er, on peut bien se douter que les généreux donateurs ne le font pas juste pour le plaisir, mais comptent bien récupérer leur mise avec un coefficient multiplicateur au minimum à 2 chiffres.
                              Si ça ce n’est pas de la corruption, alors il faudra me donner votre définition de la corruption.


                              • Pierre Pierre 30 septembre 2014 12:32

                                @ goc,
                                Merci pour votre commentaire. 
                                Pour la carte, voyez mes commentaires plus haut. Il s’agit de l’indice de perception de la corruption et pas de l’indice réel.


                              • goc goc 30 septembre 2014 18:32

                                Il s’agit de l’indice de perception de la corruption et pas de l’indice réel

                                Ce qui prouve bien que la propagande US est parfaitement au point, et bien plus efficace que celle sous Staline ou celle de la Corée du Nord


                              • Pierre Pierre 30 septembre 2014 21:39

                                Le montant réel de la corruption en Europe est de 120 milliards d’euros. (Chiffre d’une étude européenne.) Cela ne concerne que la corruption de fonctionnaires.
                                Le montant de l’économie souterraine en Europe est estimé à 2000 milliards d’euros. Cela concerne la prostitution et les divers trafics, armes, drogue, cigarettes, etc.
                                Les montants sont tellement énorme qu’à partir de 2015, ils seront inclus dans le PIB pour un peu les booster. Si vous faites une recherche sur Internet, vous verrez que cela est publié par les grands médias de masse, le Monde etc. Ce n’est dont pas du pipeau.


                              • Pierre Pierre 30 septembre 2014 21:44

                                Voici un lien pris au hasard. (lien)


                              • goc goc 1er octobre 2014 04:29

                                merci pour votre lien


                              • Xenozoid 30 septembre 2014 04:46

                                et si dans cette danse macabre du pouvoir,tous esclave de la compétition, et le toujous plus haut,,,,etc,n’y aurait t’il pas qu’un seul perdant ?,macabre est le pouvoir, et les esclaves en redemande


                                • marauder 30 septembre 2014 14:18

                                  Les medias occidentaux sont peut etre shooté a l’obama, moi je trouve qu’il y en a aussi pas mal qui se shootent a la poutinite.

                                  La drogue, ca rend pas tellement libre.

                                  Celle du pouvoir étant la plus dévastatrice...


                                  • bourrico6 30 septembre 2014 14:44

                                    Et ça ose venir nous parler de neurone ..... ça n’a honte de rien. smiley


                                  • bourrico6 30 septembre 2014 14:44

                                    Et ça ose venir nous parler de neurone ..... ça n’a honte de rien. smiley


                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 septembre 2014 17:22

                                    @ Auteur

                                    "Ces valeurs ne sont pas comprises et ne peuvent être comprises dans nos démocraties post-industrielles. Nous les assimilons trop facilement à du nationalisme alors qu’il ne s’agit le plus souvent que de respect et d’attachement à des valeurs traditionnelles.« 

                                    Avant que le monde ne s’emballe, j’aurais (rappelé) dit  »qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre «  ! Aujourd’hui les Occidentaux doivent vite changer de comportement et admettre leur erreur fondamentale qu’ils ont commise en terrorisant des peuples paisibles ! 

                                    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qu-est-ce-que-le-terrorisme-et-157032
                                    Voir la suite dans la »Tribune libre" en attente de publication...


                                    • Pierre Pierre 30 septembre 2014 17:53

                                      Merci pour votre commentaire.

                                      « qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre »  Ce qu’il advient des autres est le dernier des soucis de la grande majorité des Européens. C’est pour cela que je parle de civilisation post industrielle qui peut se permettre de s’occuper de futilités tout en détournant les yeux des vrais problèmes du monde qui reviendront bien sûr dans la figure le moment venu. Il y a quelques passionnés comme moi et peut-être comme vous qui essaient de faire prendre conscience que les problèmes des autres peuvent aussi devenir un jour les nôtre. Si vous saviez le nombre d’amis avec lesquels je me suis disputé pour cette phrase. Ce que j’entends le plus souvent c’est « qu’ils s’entretuent, c’est leur problème et pas le mien. Pourvu que cela ne vienne pas chez nous ».


                                    • Fanny 1er octobre 2014 00:33

                                      A en juger par l’histoire récente et au vu de la guerre économique désormais ouverte, l’hostilité de l’oligarchie occidentale vis-à-vis de la Russie ne se dément pas. Quand des islamistes massacrent des Russes à Moscou ou Beslan, l’Occident et ses médias critiquent la Russie. Quand les islamistes tchétchènes s’emparent de la Tchétchénie, l’oligarchie et les médias occidentaux prennent parti pour les islamistes tchétchènes. Quand des Kosovars prélèvent des organes sur leurs prisonniers serbes, alliés traditionnels de la Russie, l’Occident freine les enquêtes et la presse occidentale minimise ces trafics. En France, les relais des néoconservateurs nord-américains, les Juppé, Kouchner, Fabius, BHL, Glücksmann… orchestrent ces campagnes. Il n’y a pas réciprocité, les Russes et leurs médias ne tiennent pas la France pour responsable de l’assassinat d’Hervé Gourdel. La Russie, au-delà de divergences normales entre Etats, paye là le prix de sa souveraineté, de sa capacité à répliquer à une première frappe nord-américaine sur la Russie, empêchant celle-ci. La liberté, la souveraineté ont un prix. Ce prix est élevé. On se souvient de la campagne antifrançaise aux USA quand la France a refusé de s’associer à la 2ème guerre d’Irak. Cet état d’esprit de l’oligarchie occidentale, nord-américaine principalement, n’augure rien de bon pour l’Europe dont la Russie fait partie. En Ukraine, l’Europe paye, les USA dirigent Kiev et lui imposent une attitude rigide, sur le gaz en particulier. Le risque est pour nous.


                                      • Dany romantique 1er octobre 2014 09:27

                                        Pourquoi voulez vous que les médias russes tiennent « la France » pour responsable de l’assassinat de l’otage ? à part quelques cerveaux qui n’ont pas deux neurones sur Agora qui sont inlassablement dans la théorie du complot, qui rechignent à admettre l’odieuse exécution par des sadiques décérébrés. Les exécutions seraient tournées en studio, le sang ne coule pas comme il faut (y’a t-il un médecin dans la salle ?), les cadres bouges aux interviews, et pendant qu’on y est il y a des voix venues d’ailleurs ? En outre il y a des arabes qui osent dire que l’Etat français et celui d’Alger sont de connivence pour « justifier des représailles », etc..etc..C’est ignoble.

                                        Mais votre post est percutant sur tout le reste, le deux poids deux mesures s’agissant de l’appréciation négative faite aux Russes dans leur lutte contres leurs terroristes islamistes tchétchènes, les ex rouges étant condamnables de « représailles » alors que l’occident est béni des Dieux pour larguer des bombes dans des Etats souverains (Syrie, Irak, Libye, Afghanistan, Serbie, Ukraine, etc..). On importe de force la démocratie « dans des bombes »...et l’on voudrait être populaire dans les pays arabes en plus ?
                                        Il s’agit de la part de BHL, Kouchner, Gluckssman et autres d’un anti-communisme larvé traumatique et obsessionnel qui frise la parano américaine sur l’idée du communisme qui est leur pire ennemi, au point d’avoir laissé les allemands dévorer l’ URSS dans les deux premières années de la guerre de 40, avant d’avoir vraiment peur pour s’y mettre à la fin en Normandie. C’était le calcul des américains : laisser se massacrer entre eux les soviétiques et les allemands. D’ailleurs l’industrie de guerre allemande était soutenue par les firmes et les banques américaines dès avant la montée d’Hitler et cela à continuer pendant la guerre, le saviez vous ? . Ils avaient passés un pacte de capitulation à Munich laissant l’URSS seule face au dictateur nazi , ce qui valu à Staline de « gagner du temps » en compensant cette non coopération européenne par un pacte de dupe germano-soviétique dont l’issue ne faisait pas de doute car déjà écrit dans Mein Kamf. 
                                        C’est cela qui reste au fond des têtes de la bourgeoisie occidentale de façon subliminale, c’est très simple. C’est manichéen, c’est dans la Bible, il y a le diable sur terre le grand Satan qu’il faut désigner (Staline, Mao, Castro, Ben Bella, Arafath, Milosevic, même combat..).

                                        Les américains ont besoin de fabriquer un ennemi pour implanter le marché prédateur partout dans un système mondialisé. Et il ne pardonneront jamais aux russes d’avoir eu un système collectiviste, anti-thèse d’un capitalisme inégalitaire -par essence- dénommé « néolibéral » (pour donner une touche positive aux mots).   

                                      • filo... 1er octobre 2014 10:51

                                        @Dany romantique
                                        « BHL, Kouchner, Gluckssman et autres d’un anti-communisme... »

                                        Anticommunistes par opportunisme. Je vous rappelle que en Bosnie p.ex. BHL était très pros musulman et il disait en se ventant « Je vais aller voir mon ami Alija Izetbegovic »

                                        D’autre part savez vous quel est le vraie nom de Juri Andropov ?

                                        LIBERMANN !

                                        Donc...


                                      • Pierre Pierre 1er octobre 2014 11:24

                                        @ filo,
                                        Vous avez un lien pour Andropov-Libermann ?
                                        A ma connaissance, il était juif par sa mère. Pour son père, mystère !

                                        Il faut aussi rappeler que Glugsmann était très pro-tchétchène, du côté des islamo-terroristes évidement.


                                      • Fanny 1er octobre 2014 15:46

                                        @ Dany

                                        Les campagnes médiatiques se fichent bien de la réalité. Quand la presse occidentale accuse les services secrets russes d’avoir monté des attentats en Russie, au motif de justifier une intervention militaire en Tchétchénie, elle n’a pas plus d’éléments de preuve que les gens qui accusent les services français d’avoir monté l’affaire Gourdel pour justifier ses bombardements sur l’Irak. Tout ce canigou médiatique est du niveau des fioles de Colin Powell . Ce qu’il faut retenir de cette propagande de guerre, c’est sa signification politique. De ce point de vue, les médias occidentaux sont plus agressifs que les médias russes, ce qui traduit une réalité : le fait que l’Occident est actuellement à l’offensive, au MO, en Ukraine…, la Russie et la Chine plutôt sur la défensive. 


                                      • COVADONGA722 COVADONGA722 1er octobre 2014 07:08

                                        yep , beaucoup on oubliés ici ce que furent les terribles années 90 pour la majorité du peuple russe , le démembrement de l’état la voracité des oligarques la férocité d’un capitalisme injecté dans la société et armé des bandes mafieuses , la disparition de l’appareil protecteur de l’état santé éducation biens de première nécessite « gaz electricité ».Moi je me souviens des lettres angoissé

                                        de mon correspondant phila ouvrier comme moi voyant son monde s’écrouler !Parce que derrière
                                        les grandes théories et les mots il y a les hommes .Qui se souvient de l’humiliation des restes de l’urss 
                                        quand l’occident otanisé organisait son encerclement et l’étouffement de sa voix dans les organisation internationale ! qui se souvient de l’humiliation des russes devant un eltsine aviné faisant le pitre au coté d’un président yankee pouffant de rire !
                                        Croyez vous que la majorité des russes ne sache pas qui est Poutine ?et lui aussi les connait bien finalement n’est ce pas cela être un dirigeant savoir que l’homme ne se nourrit pas que de pain !
                                        Il a besoin d’être debout  
                                         Et Poutine à rendu visibilité et orgueil de soi à la RODINA ! 
                                         asinus : ne varietur 

                                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er octobre 2014 10:11

                                          @ l’auteur, 

                                          Très bonne analyse.
                                          @Fanny et Covadonga
                                          Observations très justes

                                          • vachefolle vachefolle 1er octobre 2014 14:07

                                            Enfin si vous voulez vraiment être au courant de ce que vous écrivez sur les aspects militaires, renseignez vous un peu. Il y a beaucoup de documents sur le fameux bouclier anti-missiles, comme celui du senat :

                                            http://www.senat.fr/rap/r10-733/r10-733_mono.html

                                            Par ailleurs, les responsables de la Missile Defense Agency ont présenté à la Russie des éléments techniques destinés à démontrer que la brièveté du temps imparti pour la détection la trajectographie et l’engagement ne permettait pas d’intercepter un missile tiré de Russie vers les Etats-Unis.

                                            C’est évident, impossible d’intercepter les missiles Russes en Europe compte tenu du temps de réaction, du nb de missiles lancable, des lanceurs sophistiqués de la Russie,.... de la mobilité des lanceurs Russes, des sous-marins, ...

                                            Le bouclier anti-missiles Européen n’est absolument pas une menace pour la Russie.
                                            D’ailleurs il s’agit exclusivement d’un système de défense, donc deja il faut s’entendre sur le terme de menace. Est-ce que mettre une porte blindée a son appartement est une Menace contre les voleurs ???

                                            D’autre part rien n’empeche les Russes de deployer leur propre système, ce qu’ils font d’ailleurs.

                                            Pour encore longtemps, le bouclier anti-missile est plus un acte stratégique politique (alliance mondiale autour des US dans le cadre d’un projet commun) que militairement opérationnel.


                                            • bourrico6 1er octobre 2014 15:53

                                              Les Iskander sont la pour ça, les nouveaux missiles vont moins haut, et sont manoeuvrants dans les basses couches.
                                              C’est la réponse au bouclier anti-missile.


                                            • Fanny 1er octobre 2014 16:07

                                              @ vachefolle

                                              Vous avez peut-être raison, je ne suis pas un spécialiste. Néanmoins, lorsque vous disposez de bases militaires avec des équipements sophistiqués (radars...) à la frontière d’un pays jugé hostile, l’avantage stratégique n’est pas négligeable. En effet, les lanceurs d’interception d’un système anti-missile peuvent être équipés (j’imagine que cela a été prévu lors de leur conception) de charges nucléaires et devenir ainsi une force de frappe. Est-ce que mon imagination divague ? Détrompez-moi si tel est le cas. 


                                            • Pierre Pierre 1er octobre 2014 20:33

                                              @ vachefolle,
                                              Je ne suis pas du tout d’accord avec vous et je crois qu’il faut rappeler certaines choses.
                                              - Si le déclenchement d’une attaque vient de Russie et qu’elle est massive, la défense antimissile ne sert à rien ou à pas grand-chose. D’accord avec vous.
                                              - Si le déclenchement vient des États-Unis, la riposte est estimée à 1/10 du potentiel russe et elle sera presque entièrement interceptée. Le territoire étasunien restera un sanctuaire à l’abri de la riposte nucléaire.
                                              - Il y a les performances des intercepteurs de la défense antimissile mais aussi leur positionnement qui, tous les spécialistes sont d’accord, correspond à l’interception de missiles venant de Russie et pas de Corée du Nord ou d’Iran. Le scandale actuel est que suite à la crise ukrainienne, les États-Unis ont décidé de renforcer le bouclier antimissile européen. Vous ne voyez pas le mensonge ? Il y a un an, ils juraient que le bouclier n’était pas dirigé contre la Russie. Pourquoi alors renforcer un bouclier en principe dirigé contre la Corée du Nord et l’Iran à la première crise avec la Russie. Bien sûr, motus et bouche cousue sur cette contradiction dans les médias dominants. Barack Obama est un menteur pathologique, cela, c’est sûr.
                                              - Vous ne tenez pas compte des évolutions de la défense antimissile qui n’est maintenant qu’à la deuxième génération. Les générations 3 et 4 feront intervenir des armes hypersoniques (6000 km/h et des lasers combinés à des réseaux de satellites et à de nouvelles générations de radars. Ces technologies sont encore en développement pour le moment mais il ne fait aucun doute que dès que ces nouvelles armes seront au point, elles seront déployées contre la Chine et la Russie.
                                              - Les sous-marins. Cela semble être une arme imparable mais en fait, ce n’est pas vrai. Savez-vous qu’il y a en permanence des navires espions de type Marjata (lien) par exemple près des bases sous-marines russes. La signature de chaque sous-marin est enregistrée. (Chaque sous-marin à sa propre signature comme chaque homme à sa propre voix.) Les États-Unis ont disposé des balise, surtout près de leurs côtes mais aussi ailleurs dans le monde. Elles signalent ces signatures quand un sous-marins  passent à proximité. S’ils savent où sont les sous-marins, ils peuvent facilement les détruire ou intercepter les missiles avant qu’ils n’atteignent leur vitesse maximum.
                                              - Porte blindée et voleurs. Très mauvaise comparaison. Je comparerais plutôt à deux voisins armés jusqu’aux dents qui se font face. Chacun sait que s’il tire le premier, il sera frappé en retour et ils seront tous les deux perdants. Un voisin se met à bunkériser sa maison. Il pourra à partir de ce moment menacer son voisin, il ne risque plus rien. Et ne me dites pas que les États-Unis sont une démocratie et qu’ils ne menace jamais personne. Cela me ferait trop rire et j’ai mal aux côtes.
                                              - Je suis d’accord pour dire que la Russie et la Chine préparent des ripostes asymétriques. Cela me semble légitime mais quelle énergie perdue alors qu’il y a des problèmes graves qui ne trouvent pas de solution dans le monde. La fièvre Ebola par exemple mais il y en a beaucoup d’autres.

                                              Pour le moment, tout va bien, chacun garde la tête froide. Que se passerait-il s’il y avait une espèce de psychopathe à la tête des États-Unis ou de la Russie ? 


                                            • Pierre Pierre 1er octobre 2014 20:44

                                              @ vachefolle,

                                              PS. Merci pour le lien. C’est très long et cela me semble très technique. J’ai lu en diagonale mais j’approfondirai quand j’aurai plus de temps.


                                            • bourrico6 2 octobre 2014 08:20

                                               Le territoire étasunien restera un sanctuaire à l’abri de la riposte nucléaire.

                                              Et ta soeur ?
                                              Faut lire ce que les gens te répondent au lieu d’écrire des anneries.


                                            • Pierre Pierre 2 octobre 2014 12:29

                                              ! !! Quoi par exemple ???


                                            • kalon 5 octobre 2014 13:36

                                              Personnellement, je ne pense pas que la course aux armements doit son existence à la volonté de se défendre ou d’attaquer un ennemi imaginaire ou imaginé mais existe d’abord, et principalement, de prétexte pour enrichir indûment toute une caste d’inutiles.


                                            • kalon 5 octobre 2014 13:38

                                              Personnellement, je ne pense pas que la course aux armements doit son existence à la volonté de se défendre ou d’attaquer un ennemi imaginaire ou imaginé mais existe d’abord, et principalement, de prétexte pour enrichir indûment toute une caste d’inutiles.

                                              Il est évident qu’aujourd’hui, la guerre atomique peut frapper New York, et ce n’est pas pour faire peur aux Esquimaux que la Russie a réactivé ses bases militaires proches de l’Alaska !


                                            • Pierre Pierre 5 octobre 2014 15:37

                                              C’est Madeleine Albright qui disait en 1999 : « A quoi cela sert d’avoir une armée qui a coûté tant d’argent et s’interdire de l’utiliser. »
                                              La Russie veut développer l’océan Arctique en exploitant ses ressources naturelles et en ouvrant un passage de navigation permanent le long de ses côtes. (lien) Il est donc normal de veiller à la sécurisation de cette zone. Cela n’a rien de menaçant pour les autres. 


                                            • wesson wesson 5 octobre 2014 15:02

                                              Bonjour Pierre, 

                                              Sur l’article je l’ai trouvé brillant. 

                                              Sur le fond je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous sur Ieltsine, son coup d’état de 1993, sa 1ère guerre de Tchétchénie en 1994 (avec la bénédiction des Américains) , sa réélection plus que discutable en 1996. Sa présidence n’as pas été celle d’un patriote, et son alcoolisme n’excuse pas tout. Car son bilan objectif est le suivant (de 91 à 98) : le PIB a chuté de 50%, les investissement de 90%, la production industrielle à 47% de son niveau de 1990, l’agricole à 58.1%. Quand à l’espérance de vie, elle est passé de 64.8 ans à 57.3 ans (source de ces chiffres : le monde diplomatique de ce mois ci).

                                              Certes, son bilan positif consiste à avoir annoncé, lors des vœux de fin d’année « bonne année à vous. Au fait je démissionne et votre nouveau président ce sera Vladimir Poutine », mais ça ne doit pas faire oublier le reste.

                                              Sinon sur l’évolution de la crise, les états-unis ont semble-il réenclenché à l’identique leur stratégie de la guerre froide : faire baisser les prix du pétrole, pour tenter d’asphyxier l’économie Russe, se basant sur l’analyse que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

                                              Bref, l’Arabie Saoudite produit comme un goret à des niveaux jusque là jamais atteint, et le prix du pétrole est effectivement orienté à la baisse. Mais je crois à l’échec au final de cette stratégie pour plusieurs raisons : 

                                              *Si la baisse du prix du pétrole a bien contribué à assécher les finances soviétiques, ce n’est pas fondamentalement la cause de sa chute, mais plutôt le changement devenu nécessaire d’un système qui était de toute manière arrivé au bout.

                                              * Les US avaient réussi à imposer aux Russes une guerre extérieure coûteuse (Afghanistan). Avec l’Ukraine, les Russes n’ont pas mordu à l’hameçon, et le coût du maintient du pays va principalement incomber aux Européens.

                                              * Le gaz est une donnée nouvelle - surtout la dépendance de l’Europe à celui-ci, qui ne peut être rapidement remplacé. Et comme il s’agit d’une ressource peu stockable, une pénurie peut arriver très vite et avoir des conséquences immédiatement dévastatrices.

                                              Et last but not least : Le bloc anti-Russe est en fait composé des pays Anglo-Saxons et de l’Europe qui d’ailleurs est assez divisée sur la question. L’isolement Russe que l’on nous ressasse à longueur de journée dans les médias n’est en réalité qu’un mythe, et la Russie peut aujourd’hui se targuer de soutient de la part de pays qui n’ont pas forcément d’amitiés avec elle, mais des intérêts parfaitement compris face à un BAO de plus en plus hégémonique.

                                              • Pierre Pierre 5 octobre 2014 16:50

                                                Bonjour Wesson,
                                                Je suis content que vous avez apprécié l’article.
                                                Je sais que dire quelque chose de positif sur Boris Eltsine provoque la polémique avec ceux qui ont suivi le sombrage de la Russie des années 90. Je suis d’accord avec tout ce que vous dites sur lui et encore bien davantage mais je pense qu’il l’a fait en pensant prendre les bonnes décisions pour la Russie. Il a laissé les oligarques s’accaparer des richesses du pays (en écoutant ses conseillers de Goldman Sachs) en croyant que les nouvelles entreprises privatisées allaient amener le développement et la prospérité au pays, comme aux États-Unis. Je pense que son échec économique l’a profondément touché et que cela n’a pas dû l’aider à régler ses problèmes d’alcoolisme.
                                                Quand je parle du patriotisme de Boris Eltsine, je parle bien de « Rodina » qui n’est pas un patriotisme formel mais plutôt un ressenti intérieur profond d’appartenance à une terre. Qu’il ait fait des fautes et des erreurs ne change rien à cela.
                                                La vision de Boris Eltsine a été de se défaire des républiques périphériques comme les pays baltes, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan etc. qui étaient des régions pauvres à problèmes et de se concentrer sur le développement de la Fédération de Russie qui a un potentiel d’exploitation de richesses naturelles unique au monde. Je ne pense pas qu’il avait imaginé ou souhaité le sécession de l’Ukraine et de la Biélorussie. 
                                                Je crois comme vous que la baisse des prix du pétrole est orchestrée Outre-Atlantique (comme la révolution des parapluies d’ailleurs) mais la planète à changé et les États-Unis ne sont plus les parangons de réussite auprès des populations mondiales. Je ne sais pas si le nouvel élan patriotique russe sera durable mais s’il l’est, c’est un changement fondamental avec la situation à la fin du communisme. De plus, la Russie a un puissant allié avec la Chine.
                                                Vous faites une bonne remarque que j’avais déjà faite plusieurs fois. Vladimir Poutine ne tombe pas (pour le moment) dans les pièges d’intervention directe tendus par les États-Unis, ni en Syrie, ni en Ukraine.


                                              • Aristoto Aristoto 5 octobre 2014 15:43

                                                « Oui, il est violent avec ceux qui le sont aussi mais... »

                                                Non il est violent, tout court ...finalement pas plus ni moins qu’un grand nombre de chefs d’État, tout court !


                                                • Pierre Pierre 5 octobre 2014 16:59

                                                  « Non il est violent, tout court. » Cela, c’est l’image que les Occidentaux voudraient donner de lui. 


                                                • millesime 5 octobre 2014 20:50

                                                  alors que la situation en Ukraine s"est aggravée, une désinformation et un battage sont quasi-quotidiennement déversés sur la Russie et sur V.Poutine.
                                                  Sur : http://vineyardsaker.fr/&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; on peut lire le témoignage d’une américaine qui connait bien la Russie. (Sharon Tennison) article du 19/09/2014 (Poutine raconté par Sharon Tennison)
                                                  Sa vision de Poutine est aux antipodes de ce que nos médias nous disent souvent de celui qui est devenu président de la Fédération de Russie.
                                                  http://millesime57.canalblog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès