Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Création d’un groupe de travail pour une structure démocratique

Création d’un groupe de travail pour une structure démocratique

Cet article est une proposition pour la création d'un groupe de travail indépendant sur la réflexion de l'élaboration d'une structure gouvernementale démocratique. Cette structure suit des objectifs inspirés par les sciences sociales et se base sur une idée du sociologue Durkheim.

L'objectif n'est pas de faire de la politique mais d'être dans une démarche intellectuelle et d'échange dans le but d'élaborer une solution réaliste et qui améliore ce qui existe déjà tout en pouvant s'y intégrer de manière progressive. De tenter de solutionner au lieu de seulement tenter de soulever les problèmes.

 

Peut-être que ça ne servira à rien ou peut-être pas. Toujours mieux que de ne rien faire.

 

Une partie des problématiques :

  • Actuellement chacun vit et a tendance à rester dans son groupe social, il y a donc très peu de réel échange entre groupe sociaux

  • Le fait de ne pas connaître de l'intérieur un autre groupe sociale nous amène à faire des préjugés et des amalgames à son sujet (nos décisions et notre vision de l'autre va donc tendre à se baser sur un système de croyance)

  • Le gouvernement actuel ne peut comprendre les besoins du peuple à cause du biais de perception énoncé ci-dessus (les croyances sur l'autre), même s'il le voulait

  • Les lois vont donc être non appropriés

  • Idem pour la vision que tous les groupes sociaux qui composent la société ont entre eux

  • Les groupes sociaux ont tendance à cause de ces bais de perception (mais aussi de nos instincts qui nous poussent à rejeter ce qui est différent de nous) à s'opposer entre eux au lieu de coopérer

  • Les conflits d'intérêts se résolvent d'autant plus facilement qu'il y a une énonciation claire des problématiques en jeux et que les forces en présence se connaissent

  • Les informations dont dispose le peuple sont biaisés

  • Etc

 

Pour mieux comprendre la façon dont nous faisons ces biais de perception et ce que ça implique :

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/biais-cognitifs

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie-cognitive/2013-03-14/distorsions-cognitives-liste-definitions

 

Un article en relation avec l'idée de Durkeim :

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/pourquoi-nous-ne-sommes-pas-dans-177588

 

Un article en relation avec les faiblesses du système électif actuel :

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/pourquoi-le-systeme-electif-actuel-177738

 

Pour répondre à ces problématiques d'incompréhension mutuelles qui sont une des causes d'un mauvais fonctionnement, les zones tampons vont donc se proposer de réunir PHYSIQUEMENT l'ensemble des groupes sociaux qui composent la société dans le but d'éliminer ces biais de perception qui sont une raison (il y en a d'autres) qui fait que les décisions ne peuvent être bonnes, car non basées sur la réalité des choses mais sur la façon dont l'autre croit qu'elles sont (sans encore prendre en compte les conflits d'intérêts, plus complexe). Donc pour que chacun puisse se connaître et exposer ses problématiques et tendre vers trouver les meilleures solutions en se basant sur des faits et non plus sur une vision biaisée que l'on a de l'autre.

 

Ces zones tampons qui représentent la société sont ensuite en relation avec le gouvernement de même qu'elles sont en relation avec le peuple. Elles le sont d'une manière physique (avec les membres du gouvernement et avec le peuple dont elle sont issus). Elles ont également pour but de former un contre pouvoir.

 

A partir de là les questions sont :

  • Comment remplir ces zones tampons (tirage au sort ou autres) ?

  • Combien de zones tampons (niveau d'une ville/département/région/nationale, tout à la fois) ?

  • Comment mettre en place les organes de communication nécessaire pour que l'ensemble de la société ait accès aux informations ?

  • Comment communiqueront entre elles les zones tampons, le peuple, le gouvernement ?

  • Comment choisir les membre du gouvernement dans le but de dépasser le système électif actuel étant donné ses défauts ?

  • Comment financer ces zones tampons ?

  • Quel temps de présence est nécessaire pour un citoyen pour faire partie d'une zone tampon (peut-il conserver son emploi, etc)

  • Comment faire pour que la transition puisse se dérouler pas à pas et s'intégrer au système actuel ?

  • Etc.

 

On pourrait aussi se baser sur les structures suisses ou même d'autres si vous en connaissez qui peuvent coller à l'idée.

 

Le temps ne presse pas, si l'échange doit prendre deux ans ou plus pour aboutir c'est pas le problème. L'important est juste d'être en phase sur les problématiques de base et la direction à prendre. Pas de récupération non plus mais plutôt tenter de trouver les meilleures solutions en toute objectivité et sans appartenance politique. Pas besoin d'être au taquet le but n'est pas de faire du rendement, mais plutôt de la qualité en prenant le temps de réfléchir. D'ailleurs moi-même je ne serais certainement pas toujours dispo et assidu. Pas de chef mais priorité à celui qui a la meilleure idée et qui fait avancer dans le bon sens (plus facile à dire qu'à faire, question de subjectivité). Horizontalité et partage d'objectifs communs plutôt que verticalité.

 

Il peut y avoir une incompatibilité avec ceux qui voient la vie en noir et blanc (pensée binaire) ou qui pensent que la raillerie et la loi du plus fort en gueule font preuves d'arguments valables ou de méthode de management. Tous les autres sont les bienvenus. Un mélange de différents groupes sociaux dans le but d'avoir des points de vues différents pourrait être pas mal.

 

Tout peut évoluer et venir s'ajouter s'il y a pertinence à le faire. Ça peut se faire par internet ou en physique s'il y a proximité et volonté de le faire. Et si d'autres groupes existent sur le même sujet et qu'ils ont la même manière de voir alors pourquoi faire un nouveau groupe ?

 

Pour me contacter :

http://www.electron-libre.org/contact/


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 25 février 16:18

    Et la mixité perdue depuis des années ?
    Les zones type HLM ont répondues à l’immigration rurale, le décolonisation, l’appel de l’emploi sur les grands centres, l’immigration extra nationale, etc ... Il y avait un bon mixage à une époque et peu à peu, ceci s’est transformé en ghetto plus ou moins communautaire au sens large (nationalité d’origine, religion, classe, etc ..).
    Vous avez, par le même coup, perdu la mixité dans les écoles.
    Celle du service militaire est partie également.
    Les emplois derrière un ordinateur ne mixent guère également.
    Je suis pour la différenciation des entreprises et pas rien qu’au sens économique (plus la production que le service). Il y a donc des entreprises qui ont un sens plus social que d’autres. Donc les entreprises à beaucoup d’emplois mixent plus que d’autres en dehors de l’utilité de donner de l’emploi. Elles devraient être récompensées économiquement du genre impôts tenant compte du ratio CA/emplois.
    Il y avait des lieus de mixité comme les bals du samedi soir qui ont fermé sous la contrainte des normes et de la rentabilité. Ça devient idem pour le dernier café du village et on transforme les 15/20 kms autour des grands centres en dortoir sans vie.
    Les initiatives pour recréer du commerce, de la vie, du loisirs dans certaines zones devraient être reconnues et récompensées.
    En conclusion : il faut aider, privilégier, entretenir les commerces/entreprises/associations/initiatives qui favorisent la mixité.
    Après reste le problème de l’habitat urbain (les zones en général) où peut être, il serait préférable de céder des logements si loués depuis x années afin que les habitants s’approprient un morceau du pays dans lequel ils vivent et surtout où vivront leurs enfants.


    • Joseph Joseph 26 février 05:48

      @Frédéric Van der Beken
      « Et la mixité perdue depuis des années ? »
       
      Je suis d’accord avec votre commentaire.
      Mais les problèmes structurels que vous soulevez ne sont pas du même ordre qu’une problématique liée à la mise en place d’une structure gouvernementale. Dans un sens ils proviennent des décisions d’une structure gouvernementale.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 février 20:15

      Les tampons, c’est l’auteur qui les a devant les yeux...
      Il n’y a jamais de démocratie dans un système colonial.
      L’avis des peuples est sans importance, les décideurs ne sont pas élus.
      « Qui gouverne vraiment la France et l’ Europe » ?? "


      • Joseph Joseph 26 février 05:43

        @Fifi Brind_acier
         « L’avis des peuples est sans importance, les décideurs ne sont pas élus. »
        Dans ce cas pourquoi l’upr cherche-t-il à sortir de l’ue s’il n’y a rien à faire ? Pourquoi cherche-t-il a le faire si ceux qui dirigent la France et l’ue sont contre et ne veulent rien écouter ?
         
        Ceci dit le but de la structure dont je parle dans cette article n’est pas de donner le pouvoir au peuple contre ceux qui dirigent. Mais de permettre de faire en sorte de sortir de cette opposition peuple vs classes dirigeantes pour prendre la direction d’une coopération entre ces deux forces. Une société n’est pas uniquement composé d’un peuple (au sens où on le comprend habituellement), une démocratie doit permettre à l’ensemble d’une société de prendre les décisions en commun. Un peuple étant aussi composé de différents groupes sociaux qui ont tendance à se mettre aussi en opposition, une structure démocratique doit également les faire se rencontrer et communiquer.
         
        Les structures actuelles ne permettent effectivement de ne donner ce pouvoir de décision qu’aux classes dirigeante avec un peuple qui n’a pas son mot à dire (ce qui n’est pas nouveau). Ce qui entraîne forcément des problèmes :
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-conflits-ideologiques-la-178053
         
        D’autant plus que ce point de vue n’est pas incompatible avec ce que vous défendez, il permettrait au contraire de poser le problème de l’ue sur la table. Pourquoi me parlez vous de « tampons sur les yeux » ?


      • Joseph Joseph 26 février 06:01

        @Fifi Brind_acier
         
        En d’autres termes on peut très bien vouloir sortir de l’ue d’un côté et réfléchir à une nouvelle structure gouvernementale de l’autre. Une structure gouvernementale pourra toujours servir un jour ou l’autre indépendamment des problèmes politiques actuels liés à l’ue. Rien ne presse.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 février 07:55

        @Joseph
        Les intérêts des classes dirigeantes sont défendues par les Instances de la Troïka.
        Les décisions se prennent au FMI, à l’ OTAN à Washington, à la BCE à Francfort, et à la Commission européenne à Bruxelles.


        Dans un pays souverain les élus ont des comptes à rendre à leurs électeurs.
        Dans l’ Europe, les élus rendent des comptent à la Troïka qui décide.

        Ce qui explique que Hollande puisse gouverner avec seulement le soutien de 10 à 12% des électeurs. Hollande ne décide de rien d’important, il applique des décisons prises ailleurs.

        Si vous ne faites pas la différence entre un pays souverain et une colonie de l’ Empire américain, je ne peux rien pour vous.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 février 08:06

        @Joseph
        Nous sommes d’accord, on peut faire les deux, sauf que vous ne le dites pas.
        Il y a déjà Étienne Chouard qui réfléchit à la question, il est pour la sortie de l’ UE, sauf qu’il ne lève pas le petit doigt pour que cela arrive. Alors, je me méfie un peu de ceux qui ont plein d’idées pour après, sans rien faire pour que la sortie arrive...


        L’UPR propose dans son programme de nombreuses modifications, mais après la sortie de l’ UE, toutes les initiatives seront bonnes à prendre ! Ce sont les chapitres 2,3,4 et 5.
        Bonne journée à vous.

      • Joseph Joseph 26 février 08:08

        @Fifi Brind_acier
         « Si vous ne faites pas la différence entre un pays souverain et une colonie de l’ Empire américain, je ne peux rien pour vous. »

        Mais de quoi vous me parlez ? Vous faites du HS là. L’article n’a rien avoir avec ce sujet.


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 27 février 05:04

        @Joseph
         
        Si Joseph, ce sujet concerne l’article. Si vous aviez conscience de ce qu’évoque Fifi, alors vous comprendriez que l’article est en état d’apesanteur, candide, sans prise sur le réel car plein d’illusions. Bref, c’est un peu de la pensée magique.
         
        Les propositions de Chouard ne donnent pas cette impression car il voit lucidement « les puissances de ce monde » qui font obstacle à la souveraineté populaire.
        Vous vous pouvez encore écrire ceci :
         
        "Mais de permettre de faire en sorte de sortir de cette opposition peuple vs classes dirigeantes pour prendre la direction d’une coopération entre ces deux forces. « 
         
        Vous ne voyez pas la contradiction entre les termes. Les classes dirigeantes, en tant qu’elles sont dirigeantes, sont dirigeantes (et donc oubliez la coopération) car il va de soi qu’elles font leur »business as usual" sur la base de la propagande démocratique qui laisse croire au peuple qu’il a son mot à dire.
         
        Vous continuez à croire naïvement qu’une coopération est possible avec ces classes dirigeantes alors que comme le dit si bien Warren Buffet, elles ont déjà gagné la lutte des classes.
         
        Elles ont gagné parce que, bien sûr, elles ont fixé elles-mêmes les règles du jeu.
         
        Si vous voulez que les choses changent, alors il faut changer les règles du jeu. Changer la constitution, sortir de l’Europe, revenir à une vraie démocratie directe avec tirage au sort, souveraineté populaire sur la création monétaire et sur la finance par une monnaie pleine, etc.

        Il me semble que vous regardez le problème par un prisme bien trop étroit même si la perception est ô combien importante puisqu’elle est en dépendance mutuelle avec la représentation.
         
        Bref, oui, la réponse de Fifi est pertinente. Vous avez encore à ôter vos oeillères (ou vos tampons).

        Voilà désolé pour ce qui pourra apparaître pour un jugement un peu abrupt. Mais bon, vous ne pensiez quand même pas que partir la fleur au fusil avec deux, trois idées allait suffire, non ?


      • Joseph Joseph 27 février 07:12

        @Luc-Laurent Salvador
         
        « Bref, c’est un peu de la pensée magique. »
        C’est peut-être parce que la France est trop rationnel, mais c’est un autre aspect que je laisse de côté pour l’instant. J’essaie de prendre en compte « l’enfer » justement.
         
        « Les propositions de Chouard ne donnent pas cette impression car il voit lucidement « les puissances de ce monde » qui font obstacle à la souveraineté populaire. »
        Oui, j’avais bien compris ce que voulais me dire Fifi et j’ai bien conscience de ce que vous me dites. C’est d’ailleurs pour ça que je parle d’évolution progressive, car de trop grand changements d’un coup me semblent irréalistes justement. Trop de forces de résistances. Cela demande du temps de résoudre les conflits d’intérêts en cours qui bloquent les possibilités d’évolution. Dans un sens plus général essayer de dégager tous les conflits d’intérêt liés aux « puissances de ce monde » et essayer de leur apporter une solution plus avantageuse.  Est-ce que vous voyez ce que je veux dire ?
         
        Mais quelle différence y a-t-il entre l’idée de Chouard (ou un autre) qui consiste à modifier ce qui existe et tout autre idée qui consiste à changer ce qui existe.
        Donc soit il y a moyen de faire évoluer/améliorer les choses soit il n’y a pas moyen, donc quelles différences entre Chouard ou un autre ? Essayer de me répondre là dessus parce que je ne comprend pas ce point.
         
        Pour ce qui est de la coopération peuple et classe dirigeante ce n’est qu’un aspect de quelque chose de plus global. La coopération est aussi entre les différents groupes sociaux qui composent le peuple. Après on ne se comprend peut-être pas sur le sens du mot « coopération » ni sur où je veux en venir. En gros s’il doit y avoir amélioration elle ne pourra être que réciproque, sinon comment faire avec ces « puissance » dont vous parlez et qui sont capables de bloquer ? (le peuple peut aussi bloquer vous me direz, mais jusqu’à un certain point).


      • Joseph Joseph 27 février 07:39

        @Luc-Laurent Salvador

        Sinon j’ai aussi lu les proposition de Chouard, mais je n’ai rien encore vu d’abouti. La constitution en cours de réflexion semble s’arrêter à 2012. Peut-être des infos qu’il me manque.


      • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 26 février 07:49

        « et qui améliore ce qui existe déjà »...c’est mal barré en gardant le système actuel.. ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès