• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luc-Laurent Salvador

Naïf revenu de tant de choses auxquelles j'avais cru, je crois à présent que nous avons surtout des croyances, certaines plus solides que d'autres, et toute la tâche est de bien croire, cad, de se tourner puis avancer vers...
 a) la réalité du monde, que nous construisons bien davantage que nous ne le découvrons comme...
 b) la réalité qui nous dépasse et donne son sens ultime à nos vies en les ouvrant à la possibilité de la paix et de l'amour.
Ceci suppose la capacité essentielle de reconnaître que l'on est dans l'erreur, éventuellement dans la faute.
Sous ce rapport, le modèle christique appréhendé dans le contexte de l'anthropologie girardienne me paraît fondamental pour comprendre la tâche qui est la nôtre et qui, tel que je le comprends, consisterait avant tout chose à savoir être responsable, c'est-à-dire enclin à se (re)mettre en cause plutôt qu'à accuser ses semblables.
Plus prosaïquement, la tâche à laquelle je m'attelle particulièrement peut se formuler comme un effort de dégagement de l'unité de toutes choses au travers d'une même nature originelle que l'on pourrait qualifier de cyclique, ondulatoire, vibratoire, oscillante, etc. et qu'on peut penser être tout à la fois notre alpha et notre omega.
Je m'efforce de conceptualiser cela à deux niveaux.
Tout d'abord, au travers d'une psychologie synthétique tournée vers les invariants fonctionnels liés à la nature cyclique de toute organisation, en particulier psychologique.
Ensuite, au travers d'une théorie de la résonance générale qui, basée sur le postulat d'inspiration piagétienne selon lequel tout être est à concevoir comme organisation de nature cyclique, postule un univers manifesté et mû par une dynamique invariante ou universelle d'accrochage de cycles, et cela, "du (micro)physique au politique". C'est ici que, me semble-t-il, Darwin, Piaget, Girard, Krishnamurti et tout le champ de la spiritualité pourraient être réunis.
Mais il reste tant à faire ;-) !
Pour finir, malgré tout, je précise, qu'en raison de tout ce qui vient d'être indiqué et qui gravite autour de la manière dont nous construisons la réalité "mondaine" que nous faisons nôtre, je fais partie de ceux qui "savent" que dans l'Histoire, les "théories du complot" ont quasiment toujours été le fait des pouvoirs en place. Du point de vue girardien qui fait du sacrifice le lieu originel de l'humain, il est très clair que le mensonge a toujours été le maître du monde et il nous appartient d'être témoins et acteurs de la révélation du mécanisme du bouc émissaire en ne succombant pas à tout propos aux sordides machinations victimaires dont nos médias alignés sont replets et qui, basées sur l'accusation et la diabolisation, incarnent à la perfection la haine qu'elles prétendent voir chez l'autre, l'alien, le monstre... (à suivre)
 
Ancien profil (pour mémoire)________________________________________________
  • Psychologue scolaire et chercheur en psychologie
  •  
  • Fidèle de Darwin, Piaget, Girard, Krishnamurti, etc.
  •  
  • Ecologiste libertaire de la première heure, convaincu que le web social sera l'instrument d'une révolution nécessaire, celle de la déconstruction de l'information et de la construction sociale de la réalité

Tableau de bord

  • Premier article le 15/06/2007
  • Modérateur depuis le 06/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 68 3561 6319
1 mois 1 135 240
5 jours 0 9 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 62 51 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 février 17:44

    @JL

    Désolé si je vous déçois mais j’ai assez bien connu Girard et longuement parlé avec lui de sa théorie, jamais le distinguo mimesis d’appropriation et mimesis rivalitaire n’est apparu. Il ne s’en servait plus. On ne parlait que de la mimesis, qui est générale, et qui n’a pas à être distinguée par des effets tout à fait circonstanciels. En effet la seule question est toujours l’objet du désir (commun) est-il partageable ? C’est une propriété de l’objet, non de la mimesis. You see what I mean ? disait-il sans cesse smiley



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 22 février 15:18

    Bonsoir Gollum

    J’ai suivi le lien de Pommier concernant Girard, c’est juste l’intro de son bouquin sur le phare.
    Une intro intégralement ad personam sans aucun intérêt théorique.
    Il tente seulement de le discréditer en pointant son ambition.
    Personnellement, je ne vois pas le problème.
    Tous les chercheurs sur Terre ont l’ambition de découvrir ce que personne n’a découvert avant eux.
    C’est aussi mon cas smiley
     
    Bref, si on laisse de côté la personne de Girard et que l’on en vient aux choses sérieuses, on a à discuter de questions telles que celles soulevées par Lucadeparis.
     
    Ceux qui prétendent ne pas être dans l’imitation vont devoir expliquer comment il se fait qu’ils soient grosso modo semblables à tous les autres que la psychologie sociale a bien identifiés comme mimétiques même si l’idéologie individualiste du XXe a gauchit ses conclusions autant qu’il est permis et même au-delà.
     
    La même psychologie sociale a aussi montré que nous manquons complètement de lucidité sur nos propres processus de décision. Nous construisons des explications post-hoc conformes à nos stéréotypes et aux normes sociales. La lucidité « oh mais me voilà mimétique » ça n’arrive pas spontanément, sauf peut-être chez un Proust ?
     
    Quoi qu’il en soit, c’est au niveau des faits que cela se discute, pas au niveau des envolées lyriques et des ratiocinations à la Pommier qui se contente d’enfoncer des outres empaillées au sens où il apparaît très clairement qu’il n’a pas lu Girard avec l’intention de le comprendre, seulement de le distordre. Ses présentations sont caricaturales et ses conclusions à l’avenant. Il ne peut convaincre que les convaincus, qui, pour quelque raison que ce soit, sont dérangés par Girard ou sa manière de présenter les choses et voient là l’occasion (mimétique) de lui jeter la pierre.
     
    Si, encore une fois, on laisse tout cela de côté et que l’en vient au fond, je pense que toutes les critiques que l’on peut adresser à la théorie mimétique n’atteignent que sa « ceinture périphérique » (au sens de Lakatos) et pas son noyau dur qui se résume à l’idée d’une tendance mimétique généralisée que la notion de résonance rend assez bien dès lors que l’on se donne, comme je le fais, une conception de l’organisation qui est cyclique.
     
    Pour la théorie sacrificielle (que je distingue pour ma part de la théorie mimétique simplex), il en va de même, je crois, même si, il faut le reconnaître, l’ensemble prête davantage à discussion ou à polémique.
    Quoi qu’il en soit, la théorie girardienne a quand même été jugée assez solide par pas mal d’anthropologues officiels et patentés, dont par exemple le sieur Camille Tarot qui dans son livre Le symbolique et le sacré donne la part belle à Girard et, de fait, se positionne comme girardien après l’avoir comparé aux plus grands de la discipline.
    Si Girard ne disait que des sornettes, une telle chose ne pourrait exister. Donc même s’il n’a pas eu le prix Nobel, pour un gars venu de la critique littéraire, je trouve qu’il a fait un magnifique parcours bien susceptible de susciter la jalousie, le ressentiment et la haine impuissante (toutes choses issues du désir mimétique) de ses rivaux restés dans l’ombre, dont Pommier.
     
    Bref, pour finir, encore une fois, je suis disposé à argumenter sur le fond et à répondre à n’importe quel argument de Pommier qui concerne la théorie mimétique et non la personne de Girard.



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 février 17:06

    @ l’auteur

    Excellent article qui appuie là où ça fait ... très mal.
    Il est clair qu’une version grand public serait nécessaire.
    Bien que la désignation ait disparue, n’est-on pas en train d’évoquer là des crimes de haute trahison ?
    Il importe que le public en prenne conscience.
    En tout cas, je comprends qu’on ne s’empresse pas de vous donner la parole.

    Par ailleurs, que pensez-vous de la suggestion de ratatouille sur l’origine maçonnique de ces dérives scandaleuses ?



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 février 16:47

    Merci, absolument géniales ces révélations !
    Les masques tombent.
    Je n’arrive pas à comprendre que certains perdent leur temps à vomir Varouflakis.
    On sait depuis longtemps que c’est un pourri.
    L’important est qu’il vienne aux aveux et nous crache le morceau.
    Là, on est servi.
    Rester pro-européen après ça, faut vraiment être un mouton de panurge.



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 février 16:29

    @Tom France

    Est-ce que vous ne ratisseriez pas un peu large pour noyer le poisson ?
    D’aucuns (certainement des complotistes) diraient simplement WW1 = création du foyer national juif en Palestine, WW2 = création de l’état d’Israël, WW3 = création du N.O.M. avec capitale à Jérusalem... (cf. Imran Hosein p.ex.)
    Dans cette perspective un peu abrupte mais non dénuée de sens, l’’Ukraine apparaît juste comme l’allumette ou un baril de poudre.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès