• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luc-Laurent Salvador

Luc-Laurent Salvador

Candide revenu de bien des choses auxquelles j'avais cru, je crois à présent que nous avons surtout des croyances, certaines plus solides que d'autres, et toute la tâche est de bien croire, cad, de se tourner puis avancer vers...
 a) la réalité du monde, que nous construisons bien davantage que nous ne le découvrons comme...
 b) la réalité qui nous dépasse et donne son sens ultime à nos vies en les ouvrant à la possibilité de la paix et de l'amour.
Ceci suppose la capacité essentielle de reconnaître que l'on est dans l'erreur, éventuellement dans la faute.
Sous ce rapport, le modèle christique appréhendé dans le contexte de l'anthropologie girardienne me paraît fondamental pour comprendre la tâche qui est la nôtre et qui, tel que je le comprends, consisterait avant tout chose à savoir être responsable, c'est-à-dire enclin à se (re)mettre en cause plutôt qu'à accuser ses semblables.
Plus prosaïquement, la tâche à laquelle je m'attelle particulièrement peut se formuler comme un effort de dégagement de l'unité de toutes choses au travers d'une même nature originelle que l'on pourrait qualifier de cyclique, ondulatoire, vibratoire, oscillante, etc. et qu'on peut penser être tout à la fois notre alpha et notre omega.
Je m'efforce de conceptualiser cela à deux niveaux.
Tout d'abord, au travers d'une psychologie synthétique tournée vers les invariants fonctionnels liés à la nature cyclique de toute organisation, en particulier psychologique.
Ensuite, au travers d'une théorie de la résonance générale qui, basée sur le postulat d'inspiration piagétienne selon lequel tout être est à concevoir comme organisation de nature cyclique, postule un univers manifesté et mû par une dynamique invariante ou universelle d'accrochage de cycles, et cela, "du (micro)physique au politique". C'est ici que, me semble-t-il, Darwin, Piaget, Girard, Krishnamurti et tout le champ de la spiritualité pourraient être réunis.
Mais il reste tant à faire ;-) !
Pour finir, malgré tout, je précise, qu'en raison de tout ce qui vient d'être indiqué et qui gravite autour de la manière dont nous construisons la réalité "mondaine" que nous faisons nôtre, je fais partie de ceux qui "savent" que dans l'Histoire, les "théories du complot" ont quasiment toujours été le fait des pouvoirs en place. Du point de vue girardien qui fait du sacrifice le lieu originel de l'humain, il est très clair que le mensonge a toujours été le maître du monde et il nous appartient d'être témoins et acteurs de la révélation du mécanisme du bouc émissaire en ne succombant pas à tout propos aux sordides machinations victimaires dont nos médias alignés sont replets et qui, basées sur l'accusation et la diabolisation, incarnent à la perfection la haine qu'elles prétendent voir chez l'autre, l'alien, le monstre... (à suivre)
 
Ancien profil (pour mémoire)________________________________________________
  • Psychologue scolaire et chercheur en psychologie
  •  
  • Fidèle de Darwin, Piaget, Girard, Krishnamurti, etc.
  •  
  • Ecologiste libertaire de la première heure, convaincu que le web social sera l'instrument d'une révolution nécessaire, celle de la déconstruction de l'information et de la construction sociale de la réalité

Tableau de bord

  • Premier article le 15/06/2007
  • Modérateur depuis le 06/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 98 4632 10049
1 mois 2 84 331
5 jours 1 26 138
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 73 61 12
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 mai 18:47

    @Séraphin Lampion

    Merci pour cette tentative d’analyse qui éclaire le sujet mais ne lui règle pas son compte.
    D’ailleurs, je le confesse, votre conclusion me laisse perplexe.
    Je suis non croyant dans le « pragmatisme de l’évidence ontologique ».
    Et pourtant, d’un point de vue épistémologique je suis un constructiviste pragmatiste smiley

    Quoi qu’il en soit, vous avez raison de pointer qu’on a un problème avec la liberté. J’ai tenté de le formuler mais peut-être l’ai-je mal fait ou pas au bon endroit.

    Toujours est-il que pour aller dans le sens de l’interprétation faite pas Alinéa, la question de la liberté doit trouver sa place dans l’espace situé entre la volonté individuelle et la volonté générale.
    Dès que celle-ci est niée ou mise à l’écart pour favoriser la première, c’est le début du désordre, de l’anarchie au sens originel et péjoratif à juste titre.
    La volonté générale idéalement issue d’une démocratie parfaite doit primer.
    Dès lors il doit y avoir une hiérarchie, donc une loi traduisant la volonté générale, donc des représentants de la loi, donc des forces de l’ordre, donc on est pas en anarchie. CQFD.



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 mai 18:33

    @Rinbeau

    Il se pourrait que dans le commentaire qui suit le votre Séraphin Lampion vous ait déjà répondu mais permettez-moi quand même de réagir en vous rappelant que le « profondément anarchiste » des tribus ancestrales est une parfaite et totale illusion liée au fait qu’il s’agissait de sociétés sans Etat.
    Mais c’était des sociétés profondément religieuses, sacrificielles (parfois de l’humain) et, même parfois, cannibales. Donc vous repasserez avec le passé. 
    Il ne s’y trouve pas une once d’anarchie.



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 mai 18:27

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    "Celui qui réussit dans la vie confie son destin à Dieu et ne force pas les portes fermées... C’est dans la Torah de Loubavitch... "

    Il y a de la sagesse là ! Heureusement c’est la Torah et pas le Talmud... smiley



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 mai 18:23

    @quijote

    Ah, merci ! Qu’est-ce que ça fait du bien de se sentir compris à ce point là ! Oui, c’est superbement dit. On a affaire à un idéal qui déraille à la première occasion.

    Parce qu’un groupe d’anarchiste qui élimine physiquement un individu jugé « traître » qu’est-ce que c’est si ce n’est une hiérarchie à fin policière instaurée pour faire justice et restaurer un ordre « anarchique » qui n’a plus rien d’horizontal. Bref, une contradiction dans les termes (je précise que je pense répondre là par anticipation à Alinéa qui cite Kropotkine que je n’ai pas lu mais il me souvient ce passage de Dette 5000 ans d’histoire de David Graeber expliquant comment un gentil peuple tout dans la solidarité et l’entraide met à un mort celui qui semble abuser du système). 
    Tout ça n’est plus de l’anarchie. Il y a une hiérarchie, des valeurs morales ou une volonté générale qui s’impose à tous. Peu importe que les forces de l’ordre et les représentants de la loi soient supposément membres simplex du colllectif, dès lors qu’ils se sont auto-proclamés et auto-saisis pour mettre à mort quelqu’un, on est plus dans l’anarchie mais dans la hiérarchie spontanée issue de la violence, comme ça a toujours été le cas depuis la nuit des temps.



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 mai 18:10

    @Albert123

    Moi je veux bien vous croire mais j’attends une définition qui donne de la substance à cette belle conviction qui est la vôtre.
    Qu’il y ait eu de nobles âmes catalanes qui se soient engagées dans cette chimère avec des hautes valeurs morales, je n’en doute pas, mais on attend toujours la définition et/ou le système conceptuel qui démontrerait que ce que vous avancez est vrai.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité