• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De l’indécence ordinaire des puissants

De l’indécence ordinaire des puissants

Non contents de faire les poches des plus démunis, ceux qui ont déjà presque tout, s'accaparent sans vergogne le peu de biens publics qui devraient être à la disposition du plus grand nombre, dans le cadre d'une égalité de traitement de tous les citoyens. La piscine Molitor, propriété de la ville de Paris, transformée en hôtel de luxe et vouée quasi exclusivement aux ébats de la jet set et la privatisation d'un étage entier d'un hôpital public pour accueillir un émir sont des exemples récents de cette outrance des puissants et de la complicité pour le moins passive de nos édiles politiques.

DE L'INDECENCE ORDINAIRE DES PUISSANTS

Il y a d'abord l'indécence des chiffres que nous livrent les statistiques. Depuis six mois il ne se passe pas une semaine sans un article sur ce navrant constat. Les derniers, révélés ce 20 mai par Le Point, indiquent qu'au Royaume-Uni, les 1000 personnes les plus riches ont vu leur fortune doubler depuis 2009, en passant de 316 milliards d'euros à 640 milliards, alors que le taux de pauvreté dans ce pays comme dans toute l'Union Européenne reste très important ( de l'ordre de 16 % ). Dans ce pays où l'industrie de la finance gouverne, depuis les années Thatcher, le fossé entre les nantis et la majorité de la population ne cesse de se creuser.

Mais le développement des inégalités au niveau de la planète ( lien ) ne se traduit pas seulement par des statistiques et des chiffres, ce sont aussi des pratiques et des comportements prédateurs qui en viennent à mettre en cause la cohésion sociale de toute une nation. Ces gens là ne se contentent pas de jouir discrètement de leur fortune dans un paradis défiscalisé. Comme si cela ne suffisait pas, il faut aussi qu'ils en imposent en s'appropriant les stades de foot ( voir l'article sur le PSG de Fergus sur Agora vox), les infrastructures et les services publiques censés être à la disposition de tous, affichant, de la manière la plus obscène, le petit pouvoir que l'argent leur procure. Mais le plus lamentable est l'attitude servile de nos édiles politiques qui sont prêts à vendre pour quelques dollars leur âme et avec, le bien public, foulant aux pieds les valeurs qui fondent la République.

Dans l'article " l'indécente piscine Molitor "( lien ) on montre comment la mairie de Paris a livré ce bien public, laissé à l'abandon par les équipes municipales précédentes, grâce à un bail emphytéotique administratif de 54 ans (4 ans d’études et travaux, 50 ans d’exploitation) aux intêrets exclusifs d'un groupe hôtelier privé ( Accor ). Cette piscine classée aux monuments historiques a subi une restauration qui n'est qu'imposture et faux semblant. "Le bâtiment original de Lucien Pollet, architecte, a été rasé intégralement, seul un mur de façade a été conservé. L’image de Google Earth prise pendant les travaux et visible ici montre les ombres projetées de la façade principale restée seule debout comme un décor de cinéma en carton. Le bâtiment a été entièrement reconstruit, surélevé, modifié, interprété, pastiché. C’est la négation de l’architecture et du patrimoine" ( lien ) . A cette indécence architecturale et patrimoniale s'ajoute l'indécence des tarifs. 180 € la journée au bord de la piscine. 1200 euros de droit d’entrée et 3300 euros l’année pour faire partie de ce club fortuné et très fermé du barbotage. Le grand Jack Lang et des élus parisiens s'en sont émus mais, on rappelle que le contrat avec la ville ne permet pas de négocier les tarifs.... En paraphrasant Orwell et la novlangue de "1984" : "La destruction, c’est la restauration. Les riches, c’est le peuple. Le privé, c’est le public." ( ibid. )

Autre fait, autre lieu : Début mai, un émir du Golfe a privatisé neuf chambres d'un étage entier de l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine (lien). Ce riche émir a exigé des modifications ainsi que plusieurs aménagements comme l'installation de douchettes dans les WC ou du mobilier. Son séjour s'est étalé du 8 au 14 mai dernier au sein du service de chirurgie orthopédique de l'hôpital. Martin Hirsch, Directeur général des Hôpitaux de Paris a assumé le fait de « gagner de l'argent » avec les riches patients étrangers. Des soins qui pourraient rapporter, selon lui, huit millions d'euros en 2014. Une ressource qui devrait permettre de réduire le déficit de l'AP-HP de 15 %. « Renoncer à ces riches patients serait contre-productif », ajoute-t-il en précisant que sur les quatre premiers mois de l'année, mille riches patients étrangers ont été accueillis, « ce qui représente 0,4 % de nos patients » et a permis « de dégager une marge de 2,5 millions d'euros ». Vendre l'hôpital public et se plier, comme un larbin, à toutes les fantaisies de ces princes, voilà à quoi est réduit le promoteur du RSA. Il faudrait aussi qu'il réussisse à faire payer tous ces riches malades qui pour l'année 2012 ont encore une ardoise de 90 millions d'euros.

Aujourd'hui c'est la gauche libérale au pouvoir qui privatise les biens publics et pervertit la mission de ces services publics et de leurs agents. Hier c'était la droite décomplexée qui n'hésitait pas à vendre notre patrimoine. Plus un domaine n'échappe à la marchandisation du monde ; peu importe la valeur d'usage seule compte la monétisation à un instant donné , d'une œuvre d'art, d'une institution, d'un musée national qui transformé en marque peut se démultiplier en des représentations que l'on peut s'approprier aux quatre coins du monde

Ainsi depuis 2007, le Louvre, (valorisé à à 1 euro dans notre comptabilité nationale - car ce patrimoine historique et culturel est inestimable ! ) est aussi devenue une marque déposée. Combien vaut-elle cette marque ? Il suffit pour avoir la réponse d'aller sur le site de "l'observatoire de l'immatériel" pour avoir la réponse : "Une franchise de 400 millions d’euros pour 30 ans. La signature, ce 6 mars, d’un accord entre la France et les Émirats arabes unis portant sur la conception et le fonctionnement du musée « universel » Louvre Abu Dhabi, (de 24 000 m2 et qui ouvrira en 2012), donne une première idée du potentiel de valorisation du patrimoine culturel de la France à l’international."

Cet accord de mars 2007 a suscité à juste titre une controverse, menée par l'ancienne directrice du musée d'Orsay Françoise Cachin, qui a cosigné le 13 décembre 2006, avec Jean Clair et Roland Recht dans Le Monde, une tribune contre le projet, relayée par une pétition, signée par plus de 5 000 personnes, dont de nombreux historiens de l'art, universitaires et conservateurs. " L'exemple actuel d'Abou Dhabi est alarmant. Ce pays d'à peine 700 000 habitants se propose de construire, dans un site touristique et balnéaire afin d'en augmenter l'attractivité, quatre musées, dont un inévitable Guggenheim, et un "français", portant la griffe "Louvre", mais obligeant à des prêts à long terme tous nos grands musées, dont les responsables n'auront plus leur mot à dire. Ce sont nos responsables politiques qui sont allés offrir ce cadeau royal et diplomatique. Contre près de 1 milliard d'euros... N'est-ce pas cela "vendre son âme" ? "

Notre Jack Lang, encore lui, grand libéral culturel devant l'éternel, dans un article paru dans Le Monde du 1er février 2007, a pris position en faveur d'un projet qui témoigne de la reconnaissance, dit-il, du « talent français » dans les pays arabes. Comme wikipédia le souligne, l'organisation du fonctionnement du futur Louvre Abou Dabi pose des problèmes de déontologie aux Musées français et à leurs conservateurs. Ceux-ci, chargés du projet au sein de l'Agence France-Muséums conseillent les autorités d'Abou Dhabi pour des acquisitions dont l'intérêt est en concurrence directe avec l'enrichissement des collections françaises qui n'ont pas les mêmes moyens que l'émirat. Il y a bien ici conflit d'intérêt culturel au sein même de l'institution Louvre. De plus, étant donné le régime politique des EAU, la collection constituée est privée, appartenant à l'émir d'Abou Dhabi, le cheikh Khalifa. Or, selon le droit français, les conservateurs de musée travaillent pour le patrimoine national. Alors depuis quelques jours, pour nous faire avaler la pilule et avant qu'elles ne partent chez l'émir, on a droit à une dernière exposition de ces oeuvres à Paris avec " Naissance d'un musée- Louvre Abou Dhabi - ".

Avec cette machine à faire de chaque entité de notre patrimoine une marque, La Sorbonne a subi il y a quelques années le même sort. Trois émirats se sont disputés "la marque" . Le 13 février 2011, François Fillon a inauguré le nouveau campus à Abou Dhabi , projet épinglé par un article du Canard enchaîné, le 11 août 2010 : l'hebdomadaire satirique évoquait une "université de Cocagne" où les "enseignants roulent sur l'or et leurs étudiants sont systématiquement reçus à leurs examens". Lorsqu' en 2011 un enseignant de l’université Paris-Sorbonne d’Abu Dhabi , partisan de réformes démocratiques aux Emirats, est arrêté,la fac parisienne se défile et fait profil bas. Il en fut de même pour le prestigieux lycée Louis-Le-Grand. Ainsi en 2008 est créée la « section scientifique d’excellence Louis Le Grand - Abu Dhabi ». Mais contrairement à Paris, c'est dans deux entités séparées : une de filles l'autre de garçons que se dispense l'excellence. ( La mixité n'est pas encore à l'ordre du jour dans ces projets rétrogrades à remonter le temps. )

Ainsi les représentations, la valeur symbolique de notre patrimoine, de notre richesse nationale, de notre bien commun sont vendues sous forme de label au plus offrant, les livrant ainsi aux bons plaisirs de ceux qui sont convaincus qu'il n'y a pas de limite au pouvoir de l'argent, laissant libre cours à cette passion dévorante de posséder toujours plus, quitte à insulter les principes démocratiques républicains qui sont encore en vigueur dans ces institutions en France.

Pour couronner le tout la sortie à Cannes du film "Welcome to New York", dans lequel Depardieu incarne DSK, rappelle comment sexe et ivresse du pouvoir sont les ingrédients habituels de la vie des puissants. Dans une tribune du Monde le 3/06/2011 : "l'affaire DSK, symptôme de notre temps", le philosophe D.R. Dufour écrivait : " Bref il ( Alan Greenspan, ex de la FED, ultra-libéral, surnommé " Le Maestro ") désignait la culture dominante de ce milieu comme étant caractérisée par l'absence de limite. C'est là à l'évidence un principe cynique puisqu'il dit que c'est en étant aussi avide, égoïste et soucieux de ses propres intérêts et plaisirs que possible qu'on contribue au mieux à la prospérité générale. Or, ce principe produit un monde obscène. Un monde qu'avait d'ailleurs parfaitement entrevu et décrit le marquis de Sade au XVIIIe siècle, peu après que le principe libéral soit né, ce principe qui dit qu'il faut libérer les vices privées au motif que cela produit de la fortune publique. Cette obscénité peut prendre diverses formes. Ce peut être soit ce que les Anciens appelaient une libido dominandi, où il s'agit de dominer en ayant toujours plus. Ce peut être une libido sentiendi qui renvoie à la volupté des sens. Les Anciens étaient fort perspicaces en ce domaine puisqu'ils disaient que ces libidos peuvent aisément se convertir l'une en l'autre dans la mesure où elles participent toutes deux de l'illimitation, de la démesure et du sentiment de toute-puissance, lequel peut fonctionner comme un puissant aphrodisiaque. Bref, cette culture constitue un milieu incitateur à tous les passages à l'acte "

Cette exhibition permanente de cette jouissance que peut procurer chez ces êtres cupides le pouvoir de l'argent est en train de construire un monde sans vergogne et obscène où tout principe moral ou philosophique est obsolète et où la démesure est la règle. Les projets de tours géantes de plus de 1000 mètres qui se multiplient dans le monde en sont la représentation symbolique.

...A LA DECENCE ORDINAIRE DE BEAUCOUP DE SANS GRADES

Face à cette débauche de moyens étalée par cette minorité bruyante qui a la prétention de gouverner le monde, face à cette propension de la pensée libérale qui fait considérer son voisin comme un être vil et calculateur, il faut opposer les vertus de la mesure, du respect, du partage et de l'entraide, valeurs autrement plus épanouissantes pour l'être humain (1). Face à cette représentation sombre de l'homme, propre à cette pensée libérale, où l'on explique comment les vices privés, c’est-à-dire la consommation de richesses, se révéleraient être des vertus collectives, susceptibles de stimuler l’activité économique, il faut opposer cette "décence ordinaire" des classes populaires. Comme l'affirme Bruce Bégout dans un interview à Article 11 . la "décence ordinaire", cette "common decency " chère à George Orwell est :"Non pas tant une moralité innée, naturelle, mais une pratique ordinaire de l’entraide, de la confiance mutuelle, des liens sociaux minimaux mais fondamentaux. Cela ne constitue pas une morale en bonne et due forme, mais assure un sens spontané de ce qui doit se faire ou ne doit pas se faire. C’est là, me semble-t-il, la clé de la décence ordinaire. C’est cette faculté même d’être attaché aux autres dans leur caractère ordinaire, qui est aussi le nôtre, qui nous prévient contre toute action violente contre eux, contre toute volonté de domination. Cela ne veut pas dire que les gens ordinaires ne peuvent pas être pervers, mais que cette perversion nécessité la rupture totale avec leur monde de la vie, avec cette assise naturelle de l’existence" ( 2).

Face à "cette guerre de tous contre tous" que l'on nous impose il faut retisser ces liens de communauté et de voisinage  qui seuls, peuvent permettre de lutter collectivement contre ce vaste programme de dévastation des valeurs humaines qu'est le programme libéral.

La crise dont nous ne cessons de subir les conséquences n'est pas seulement économique et financière, elle révèle aussi les mécanismes pervers qui régissent le fonctionnement de la société qu'il faut dénoncer et neutraliser si nous ne voulons pas voir cette civilisation marchande fondée sur le développement des sciences et des techniques sombrer définitivement sous les coups de boutoir de l'égoïsme, de la cupidité et de la démesure. Il nous reste à nous armer moralement et philosophiquement pour affronter ce formidable défi. La relecture d'Orwell peut nous y aider.

LA SCIENCE DU PARTAGE

__________________________

Ces deux dernières décennies, les 0,1 % les plus riches ont vu leurs revenus croître presque quatre fois plus vite que 90 % de la population la moins aisée. Pis, pour la première fois parmi les ménages "pauvres", ceux vivant grâce à un revenu du travail sont plus nombreux que ceux n'ayant aucun emploi.

Oxfam est une ONG qui lutte contre la pauvreté et les injustices sociales dans le monde. L'organisation s'alarme de cette situation qui n'est pas le simple fait de la société britannique, mais qui est devenue une tendance dans les pays développés. Oxfam s'est appuyée sur le dernier classement du magazine Forbes des individus les plus riches au monde publié au début du mois de mars et a estimé la totalité du capital détenu par ces cinq familles à 28,2 milliards de livres (33,7 milliards d'euros). A l'inverse, les 20 % les plus modestes cumulent 28,1 milliards de livres (33,6 milliards d'euros), soit 2 667 euros chacun.

"La Grande Bretagne est en train de devenir une nation profondément divisée, avec une riche élite qui voit ses revenus s'envoler tandis que des millions de familles luttent pour joindre les deux bouts" a réagi un porte-parole de l'organisation,

Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/grande-bretagne-cinq-familles-plus-riches-que-12-millions-britanniques-1013891.html#1tKWVyCqzsZSHJTm.99

(1) Lire "La double pensée-retour sur la question Libérale" Jean Claude Michéa Editions Champs essais

(2)  Lorsque l’on questionne Orwell sur les motivations qui l’ont conduit à lutter contre Franco, il répond : « common decency  » – la décence commune, courante, ordinaire (décence qui, comme le rappelle le dictionnaire d’Émile Littré, renvoie à cette «  honnêteté qu’on doit garder dans les actions »). Bruce Bégout explique, dans son essai De la décence ordinaire, que cette notion désigne chez Orwell la faculté instinctive et spontanée de discerner le juste de l’injuste. Nulle nécessité de recourir à quelque abstraction métaphysique pour l’appréhender : la décence ordinaire (qui, à rebours de l’ordre moral, ne s’impose pas) irrigue le quotidien de bien des humains, et plus spécifiquement de ceux qui constituent les classes populaires puisqu’ils demeurent à l’écart des bassesses et de l’indignité caractéristiques des minorités possédantes. La décence ordinaire, précise Bégout, « est politiquement an-archiste : elle inclut en elle la critique de tout pouvoir constitué ». Elle prend racine dans la vie de tous les jours et, loin des étourdissements idéologiques de l’intelligentsia (politique, culturelle, artistique), constitue « une base anthropologique sur laquelle s’édifie la vie sociale ». Extrait d'un article de RAGEMAG de Max Leroy


Moyenne des avis sur cet article :  4.34/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 22 mai 2014 08:53
    De l’indécence ordinaire des puissants ?...mais les gens qui ont les moyens (une minorité) suffisent à faire tourner la planète..c’est ainsi..La majorité ne servant (comme le bétail) qu’à servir d’esclaves aux puissants.. !

    • julius 1ER 22 mai 2014 17:46

      De l’indécence ordinaire des puissants ?...mais les gens qui ont les moyens (une minorité) suffisent à faire tourner la planète..c’est ainsi..La majorité ne servant (comme le bétail) qu’à servir d’esclaves aux puissants.. !

      @C michel
       et ta solution quelle est -elle pour en finir avec celà ????

    • mmbbb 25 mai 2014 21:39

       @  Par julius 1ER Que les pauvres arretent de faire des gosses Je suis issu d’une famille de pauvre Les pauvres sont avant tout des pauvres d’esprit Ils ne reflechissent pas beaucoup et c’est plutot l’instinct qui les guident De surcroit les pauvres n’ont pas toutes les vertus selon un cliche repandu Ils peuvent etre aussi con qu’un riche Je ne comprendrai jamais la multiplication des pauvres sur cette terre qui est du pain beni pour le capitaliste et les religions Le christianisme n’est il pas en pleine expansion dans les pays pauvres Au Bangladesh pays de pauvres, main d’oeuvre exponentielle exploitable en 1960 49 millions d’habitants et 2010 154 millions Idem pour nous dont chaque annee nous glorifions notre taux de natalite 5 gosses dans un milieu bourgeois n’est pas un drame 5 gosses comme nous le fumes dans notre famille le fut Alors procréer et venez larmoyer sur votre condition humaine 


    • jako jako 22 mai 2014 09:02

      Merci Karol, j’observe cela aussi ainsi que la vente d’espaces comme les iles Grecques ou Italiennes, je fais la pari que Versailles sera bientôt également vendu


      • morice morice 22 mai 2014 09:21

        le coup de la piscine est significatif en effet..


        remarquez, ça va les DECAPER : le taux de chlore dans le bazar est plus élevé qu’ailleurs.

        leur dédain a jusqu’à la crainte des microbes des autres ???

        • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 22 mai 2014 10:30

          Sur Molitor,on y a fait la fete et c’est pas le chlore qu’ils leur a retourné le cerveau 



          smiley

          Sinon il y a l’affaire de l’hotel dieu à marseille

          • seb71 24 mai 2014 08:18

            le teknival en 2000 a l aeroport satolas...maintenant st exup....enorme plus 8000 personnes et aucun mort


          • Kookaburra Kookaburra 22 mai 2014 10:44

            Merci Karol pour cet article riche d’informations. À Dubaï, les conditions de travail et de vie des immigrés indiens, pakistanais ou bangladeshis employés sur les chantiers sont déplorables. Très mal payés, ils sont parqués dans des camps d’hébergement. Les ouvriers du bâtiment triment jour et nuit, l’employeur confisque le passeport en échange du permis de travail et à la fin du contrat reconduit le travailleur immigré à l’aéroport. Ce qui n’empêche pas nos élites d’en profiter pour vendre le nom de Louvre pour un pactole de 965 millions d’euros, sur trente ans. Versant 175 millions d’avance, l’émirat acceptait de payer 400 millions pour utiliser le nom de Louvre, 190 millions pour emprunter des œuvres, 165 millions pour l’assistance technique à l’installation d’un complexe de 24 000 m2… Et a promis 13 millions, dont 40% destinés aux musées français contributeurs, à la programmation annuelle d’une grande exposition et de trois plus petites, pendant quinze ans. En même temps, certains de nos plus précieux trésors artistiques vont quitter l’Europe au nom de l’universalité culturelle


            • Karol Karol 22 mai 2014 10:49

              Merci pour ces précisions qui révèlent que pour quelques euros on est prêt à vendre notre âme, ....


            • alinea alinea 22 mai 2014 11:03

              Bonjour Karol,
              J’ai eu du mal à lire jusqu’au bout tellement je bous !
              Ainsi, nous allons nous laisser déplumer jusqu’au jour où nous irons tout casser de rage ? Ils doivent rire de notre veulerie les arabes ! j’aimerais pouvoir en rire avec eux, mais le bien public m’est cher, et je ne le peux pas.
              C’est ça la décadence n’est-ce pas ? La décadence des uns par l’excès d’abondance, la décadence des autres par excès de manques !!
              J’ai oublié, dans « mon grand nettoyage » de l’autre jour, le nettoyage de ces engeances, perverties, ignobles ; il faudra commencer par ça !!


              • Karol Karol 22 mai 2014 13:01

                Bonjour Alinéa,

                C’est je crois bien le début de la fin et rien n’arrêtera l’avidité des uns tant qu’il trouveront des êtres assez serviles pour satisfaire leur appétit démesuré.


              • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 mai 2014 19:15

                Bonjour à tous,

                Oui, d’autant que l’addition n’est pas arrivée à son total final, le piège devant en l’occurence mettre 50 ans à se refermer : En effet, comme pour les PPP, les collectivités, locale ou plus larges, se retrouvent avec des ruines qui feront chier tout-le-monde et une adddition en prime pour remise en état, à niveau, en service etc au ou démolition ; au frais des mêmes., bien évidemment, ou de leurs enfants., ben voyons, ne nous gênons-pas...
                Et ce n’est qu’un aspect de ce genre de gouffres à deniers publics, car -et encore une fois comme pour les PPP- un projet ne vient pas seul, il s’accompagne d’infrastructures, de mesures de traffic, de nouvelles charges, de nouvelles dessertes, etc etc... Or rien n’est gratuit.


              • Pillippe Stephan Slipenfer 22 mai 2014 11:51

                la france saccagée par des gros lard incapable de monter sur un dromadaire
                on est 3 ou 4 eme impuissance mondial
                elle fait quoi la patrouille de france
                de la fumée dans le ciel pour la gay pray.. smiley


                • coinfinger 22 mai 2014 12:11

                  Incroyable ! On se croirait sous le Directoire , sauf qu’on se demande s’il existe encore une résilience à cette arrogance .


                  • Jean Keim Jean Keim 22 mai 2014 14:10

                    Article sincère qui vient s’ajouter aux autres qui dénoncent les excès et les injustices mais encore une fois, au risque de lasser, je repose la même sempiternelle question, pourquoi les humains se conduisent-ils ainsi, pourquoi le riche se voit riche et le pauvre, pauvre.

                    Le monde des humains est constitué d’humains qui font le monde, le monde est à notre image, nous sommes le monde. Partout sur la terre entière, quand des groupes se constituent, une oligarchie se détache avec l’accord tacite de tous, au début « l’élite » peut être vertueuse mais au fil du temps s’installe la perversion, depuis que le monde a une histoire et qq. soit les idéologies, ce schéma se répète toujours et encore. 
                    Comment casser cette malédiction ? Si vous répondez par « il faut, il n’y a qu’à » et/ou avec une proposition structurée, vous repartez bille en tête dans l’erreur originelle. A l’origine de cette corruption, il y a un facteur commun à tous les êtres humains qui automatiquement se met en branle quand par exemple vous lisez ce commentaire, c’est la pensée, elle est toujours là alors prenons en conscience et intégrons la dans nos rapports au monde. La pensée s’alimente à partir de la mémoire, la mémoire n’est constituée que de choses connues, donc de vieilles choses et on ne fait pas du neuf avec du vieux. 
                    Quand une idée véritablement neuve fait son apparition, sa divulgation la transforme en savoir / mémoire / pensée et ainsi perdure la confusion.
                    Percevoir cela est s’éveiller. 


                    • alinea alinea 22 mai 2014 15:26

                      Pour moi, le problème vient de la perversion de la puissance en pouvoir ; il est notable que l’homme pervertit tout et cela pour la simple raison qu’il a été contraint pour survivre sur cette planète, avec si peu d’atouts naturels, de favoriser ses détours, maîtrise par la force, etc. Au point d’être devenu le prédateur de son espèce ; dans tout le règne animal il n’y a pas que des dominants, loin de là, mais aucune espèce n’exploite ni n’abat ( sauf en cas de danger) les autres ; chacun mène sa vie sous la protection du dominant ! Il n’y a pas d’autres prédateurs pour se repaître des plus faibles ; l’homme tient ce rôle aussi : je me demande si nous y pouvons grand chose, hors réelle civilisation !! ( qui notons-le, nous ferait revenir à un ordre naturel !!) Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si beaucoup aiment à se mettre sous la protection d’un puissant, qui au passage les pille et les exploite !


                    • Jean Keim Jean Keim 22 mai 2014 16:45
                      Alinea,
                      Vous commencez honnêtement votre commentaire par la formule « Pour moi », ce que vous écrivez est effectivement dans votre système de pensée. Votre capacité à analyser vous permet de vous représentez le monde avec le savoir qui est le vôtre, allez plus loin, essayer de voir le monde avec un autre savoir, celui par exemple du riche homme d’affaire dont la représentation relative du monde et les préoccupations qui vont avec sont aussi valides que n’importe quelles autres ; seulement toutes les conceptualisations sont parfois (souvent) incompatibles.
                      Vous écrivez que « le problème vient de la perversion de la puissance en pouvoir », je n’ai pas écrit autre chose mais cela est un constat pas une explication, il faut remonter à la cause première, le facteur commun, celui qui oppose l’humain à l’humain mais qui, si il était consciemment intégré, serait un fabuleux catalyseur.

                    • alinea alinea 22 mai 2014 17:39

                      Je pense, Jean Keim, que toutes les avancées de la civilisation ( de même dans les moeurs des groupes d’animaux)sont dues aux dominés ; ceux-ci ont à acquérir, à se débrouiller : ainsi, je ne peux guère, parce que je n’en ai pas envie, me mettre dans la peau d’un dominant, voir comme il voit ! J’en ai bien entendu une idée, à force d’écouter et de regarder autour de moi, mais je n’y vois et pour faire simple et synthétique, qu’immobilisme. Certes les moyens qu’ils ont à leur disposition pour asservir, a été agrandi au cours des siècles, mais je ne sache pas que ce soit de leur fait- pas leurs inventions- mais l’usage détourné qu’ils en font. J’ai aussi ma petite idée de comment ces êtres sont fabriqués, dans la cellule familiale et pourquoi ils fleurissent aujourd’hui !
                      Sinon, je dis « je » en toutes circonstances, par honnêteté bien sûr, mais à cause d’un tâtonnement, qui se remet toujours en cause !!


                    • Karol Karol 22 mai 2014 19:00

                      Vous êtes bien pessimiste Alinéa sur la nature humaine. On peut réussir à exister parmi les autres par la créativité, l’inventivité, la détermination dans l’action.Si l’on sait rester sincère et honnête on gagnera le respect des autres. Il y a eu et il aura encore beaucoup de ces êtres éblouissants d’inventivité, de sincérité et de générosité qui suscitent l’estime de leurs semblables et qui ont réussit à faire un bout de l’histoire de l’humanité . Plus modestement chacun de nous en a croisé dans sa vie, de ces êtres qui réussissent à nous étonner et à nous éclairer. Mais alors, il faut veiller à bien connaître ses limites et à ne pas utiliser son génie à d’autres fins, et c’est le plus difficile. Quant à ceux qui, pour exercer un pouvoir, n’ont que la puissance, le calcul et les combines, l’outrance et la démesure, ils ne font que profiter de la faiblesse de leurs interlocuteurs, en ce sens ils se comportent en prédateur, jusqu’au jour où ils trouvent sur leur route plus fort qu’eux .

                      C’est aussi la mission de toute société humaine que de se doter des moyens pour neutraliser leurs écarts le plus tôt possible pour ainsi limiter leur nuisance. Le problème est que l’idéologie libérale en vigueur est par essence fondée sur le développement chez l’individu de ses instincts les plus bas : cupidité, accumulation, suspicion, égoïsme etc.. Voilà l’impasse dans laquelle nous sommes.



                    • alinea alinea 23 mai 2014 08:38

                      Karol, c’est que nous parlons de l’indécence des puissants !! sinon, je suis bien d’accord pour me réjouir de la beauté de l’humanité.
                      Ceci dit, je note que nous n’avons de cesse de désirer mettre des limites à ces indécences, justement, alors que moi je pense qu’il faut donner confiance et force à ceux que l’on dit faibles ; bien sûr il faut changer les valeurs de notre société de rivalité et de compétition qui, par définition, exclue la majorité d’entre nous, mais en dehors de ça, la force intérieure s’acquiert plus facilement dans des circonstances favorables. Quand la plupart sortira du schéma de la pyramide pour découvrir l’horizontalité, on verra moins d’abus et plus de créativité !


                    • Karol Karol 23 mai 2014 08:59

                      Oui, c’est vrai. Mais obnubilé par toute cette obscénité de ces gros pleins de soupe, on se laisse emporté par la désespérance.


                    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 mai 2014 19:29

                      @ J ;K. Bonne question.

                      « pourquoi le riche se voit riche et le pauvre, pauvre. »

                      (De Déterminismus Socialus...)

                      Je pourrais répondre « car ils sont ainsi », mais la dialectique de votre question est tellement plus intéressante que toutes ses réponses possibles. Connaissez-vous ce petit graphique qui pourrait bien (ex)poser votre question sous une autre forme dialectique, et qui se trouve, comme dans votre formulation, y apporter sa réponse constatatoire (même si ce dernier mot n’existe pas, je crois qu’il devrait se comprendre) ?


                    • Diogène diogène 22 mai 2014 18:09

                      Laissez le PS au pouvoir encore 6 ou 7 ans (avec ou sans Hollande), et ils feront comme Boris Eltsine avec les restes de l’ex URSS. Ils céderont tout à leurs amis et achèveront la destruction des services publics et du système social.


                      C’est déjà bien parti.

                      • stetienne stetienne 22 mai 2014 18:39

                        pour le louvre vu que cest un bien francais et non parisien plutot que de preter des tableaux et objet a dubai j instaurais le pret obligatoire pour les musées de province


                        • Karol Karol 22 mai 2014 19:03

                           Je suis tout à fait d’accord avec vous.


                        • Neg8 Neg8 22 mai 2014 21:10

                          Très bon article qui illustre parfaitement les propos de M. Dufour que j’apprécie particulièrement.


                          • Spartacus Lequidam Spartacus 22 mai 2014 22:21

                            Quelle lecture ubuesque des satistiques sur la richesses qui ne veulent rien dire.


                            Mais pourquoi les gauchistes et Pikety ignorent dans leurs statistiques la dynamique du Capital.

                            Sur les 5 plus riche d’Angleterre : 
                            Vous croyez que ces 5 personnes étaient les mêmes il y a 25 ans ? Et seront encore à ce niveau là dans 25 ans ? Et que personne ne les aura doublé ou qu’ils auront reculé ?
                            La majorité d’entre eux ne doivent leurs fortunes qu’a eux mêmes....

                            Les Grosvenors font 90% de leur CA hors de l’Angleterre. Ils ont développé leur activité à l’international pour faire fortune. 
                            Les frères Hinduja sont des immigrés né en Inde. Ils ont démarré l’activité qu’ils occupent actuellement.
                            Comme les Hinduja ; David et Simon Reuben sont des fortunes immigrées similaires, ils ont fait fortune dans un métier qu’ils ont démarré.
                            Mike Ashley est le fondateur d’une chaîne de magasin de sport qu’il a créé.

                            Sur les 0,1% qui s’enrichissent en 2 décennie.
                            Statistique débile qui ne veut pas dire que les riches deviennent plus riche, mais que 0.1% des plus riches d’aujourd’hui représente plus que 0.1% des plus riches d’il y a 20 ans.
                            Hélas la dynamique du Capital fait que ceux qui faisaient partie des 0.1% ne sont pas ceux qui en faisaient partie il y a 20 ans. 
                            Comparez ce ne sont pas les mêmes, ni les mêmes activités....

                            Le Marxisme est une maladie de la jalousie, et de la frustration, qui fait que vous détestez celui qui est plus riche que vous, et qui veut faire croire que celui qui est plus riche que vous le doit au hasard, Le Marxisme vous dédouanne de vos choix de ne jamais avoir rien tenté....

                            • napopo napopo 23 mai 2014 00:11

                              Et toi ça te gène pas qu’on vendes des biens culturels appartenant à la nation .... Moi si d’autant que je suis étudiant en histoire et qu’on va vers la privatisation de notre histoire et de notre culture. Le marxisme n’a rien a voir la dedans. La jalousie non plus sérieusement c’est indécent que des gens beigne dans le luxe alors que d’autre crève de fain en France et ailleurs.


                            • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 11:28

                              Mon pauvre Spartagus vous devenez pathétique....

                              Si on vous prend aux mots, il n’existe dans le monde que 25 milliardaires, les quelques 1 300 restant seront content de l’apprendre. Car si on prend la liste des 1 300 et quelques milliardaires, je doute fort qu’on ne trouve pas tout le monde à quelques exception près.

                              Autrement dit, avoir reculé sur la liste ne vous fait pas sortir de la liste.

                              Votre rhétorique fallacieuse s’épuiserait elle donc ???


                            • Spartacus Lequidam Spartacus 23 mai 2014 17:13

                              @Nappopo

                              Ces 5 riches sont partis de rien ! et ont créé des centaines de milliers d’emplois et générèrent autant de salaires.
                              Ils permettent a des centaines de millier de personne de vivre en autonomie librement sans la dépendance à aucune structure. 
                              Leur rôle social et économique est bien plus efficace que la redistribution.
                              La misère sociale était là avant eux et ils sont au contraire responsable de sa diminution par les salaires qu’ils distribuent. Simplement la misère persiste parce qu’ils ne sont pas assez nombreux. 
                              L’indécence c’est de les désigner du doigt !

                            • napopo napopo 23 mai 2014 19:05

                              La misère social a toujours existé d’accord doit on alors accepté cette misère ? Non je ne pense pas. Depuis la révolution voir même avant les bourgeois ( au sens très riche ) écrasent les petits pour le profit .... Et c’est historique c’est incontestable. De plus un riche n’est pas riche sans le petit peuple donc je trouve ça inaccessible qu’ils les méprisent d’autant que comme tu veux le souligner ils viennent d’en bas.


                            • aimable 24 mai 2014 08:56

                              spartacus
                              vous en rêvez d’être dans le top 5 cela en est même une obsession chez vous !
                               faite attention a votre santé mentale, elle se dégrade si vite que lorsque l’on s ’en
                              aperçoit il est trop tard !
                              je vous laisse deviner la suite !!!!


                            • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mai 2014 23:57

                              Bonjour à vous auteur ! C’est insupportable, vraiment insupportable ! l’indécence dans toute sa splendeur et cela ne fait que commencer !


                              • oj 23 mai 2014 02:07

                                Je ne comprends pas ces protestations contre les riches :

                                si c’est scandaleux alors c’est simple, les 95% de la population qui travaille possède réellement tout puisque c’est elle qui permet aux riches, aux pauvres et aux autres de se nourrir de s’habiller, de se loger de se déplacer de communiquer, de se chauffer, de se distraire....etc.

                                Ce sont eux qui construisent et utilisent chaque jour tout ce qui est necessaire pour faire vivre une communauté.

                                Alors comment peuvent-ils se faire deposseder jour apres jour puisque cette depossession est purement artificielle et qu’ils l’acceptent .

                                Etrange !


                                • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 11:46

                                  Le commentaire de OJ est très juste et pertinent, sauf qu’il est mal interprété.

                                  En effet, il fait une remarque à l’adresse des larbins, donc, je doute fort qu’il soit lui même un larbin.

                                  Le larbin moderne à ceci « d’étrange », qu’il ne se reconnait pas comme tel, ce qui explique pourquoi effectivement, les riches peuvent continuer à s’enrichir alors que comme le dit très justement oj, ils ne produisent rien eux même !!!

                                  Alors, il y a donc au moins 11 larbins à avoir moinssé son commentaire, mais faut pas le leur dire sinon ils se vexent de suite !!!


                                • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 09:09

                                  Bonjour karol,

                                  laissez les faire, qu’ils boivent donc le calice jusqu’à la lie... C’est normal !

                                  Il sera alors temps de dénoncer l’imposture des théories économiques actuelles.

                                  Adam Smith, David ricardo et cie , ont théorisé l’économie pour servir la bourgeoisie, mais du point de vue citoyen, ce ne sont que des théories fumeuses, faites par des maîtres sophiste.


                                  • mortelune mortelune 23 mai 2014 09:19

                                    Les élections européennes peuvent sans doute changer la vie de ceux qui seront élus mais certainement pas la mienne... Donc je vous laisse faire votre acte de foi et vous irez voter sans moi. Amen !


                                    • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 09:30

                                      Ce que les gens ne veulent pas voir et comprendre, c’est que le système à accumulé tant d’argent mise en épargne et autres produits financiers, que l’économie réelle suffit à peine à payer les intérets de cet argent papier de monopoly. La vente du patrimoine national, puis des services publics visent à alléger le paiement des intérêts.

                                      Et pour soutenir la valeur de la monnaie dans le système actuel, il n’y a pas d’autres solutions.

                                      Les gens se croient propriétaires de leurs maisons, mais au rythme ou vont les choses, les « propriétaires » les plus fragiles financièrement pourraient bien êtres obligés de vendre leur propriété pour survivre avant de mourir. Avant de s’attaquer aux autres !!!


                                      • Laulau Laulau 23 mai 2014 10:27


                                        Et pour soutenir la valeur de la monnaie dans le système actuel, il n’y a pas d’autres solutions.

                                        Excellent ! Et dans le système actuel, la solution obligée c’est la destruction de cette masse monétaire complètement démente.


                                      • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 11:40

                                        Excellent ! Et dans le système actuel, la solution obligée c’est la destruction de cette masse monétaire complètement démente.

                                        Laulau, ce ne sera certes pas suffisant. Il vous échappe un petit détail, c’est que vous pouvez bien détruire cette masse monétaire, ce n’est pas cela qui compte le plus, ce qui importe c’est de détenir le patrimoine foncier et l’outil de production, car ce sont ces deux éléments qui détermine la vrai richesse matérielle et les moyens d’asservissement.

                                        Voilà le but véritable de tous les traités économiques transnationaux, finaliser la main mise d’une classe sociale sur tout l’appareil productif, dont le patrimoine foncier est la base de tout l’édifice.

                                        La monnaie peut bien alors s’effondrer, tant que vous gardez le contrôle de l’outil productif, cela n’a aucune importance, ce peut être même un jeu du style Matrix !


                                      • lsga lsga 23 mai 2014 11:43

                                        Waoooo ! Un matérialiste sur Agoravox !

                                         
                                        ça fait plaisir... 

                                      • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 11:59

                                        cher Isga, je ne me défini pas comme matérialiste, mais je ne suis pas aveuglé par ma spiritualité béate !!!!

                                        Cela dit, un titre de propriété ne vaut pas plus qu’un billet de banque, il repose aussi sur la capacité à défendre la valeur de ce titre par la force des armes. Alors, ils peuvent bien acheter la Terre entière, cela n’a aucune valeur intrinsèque et donc, peu m’importe ce que ces riches peuvent faire. Bien au contraire, je serais surtout inquiet s’ils n’agissaient pas comme ils le font actuellement, car ils invalideraient mon idée que la cupidité est leur maîtresse à tous et que ce doit être elle qui doit les mener à la faillite de leur système.


                                      • lsga lsga 23 mai 2014 12:05

                                        tu confonds matérialisme et consumérisme, qui ne veulent pas du tout dire la même chose.

                                         
                                        Affirmer : l’argent est virtuel, la finance est une pseudo-science idéaliste, et seul la réalité matériel de l’appareil de production fonde la puissance des blocs Capitalistes, c’est être matérialiste :
                                         
                                         
                                        Sois en fier. Être de gauche, c’est être matérialiste.
                                        La morale, la justice : c’est fait pour les bourgeois et les curés idéalistes. 

                                      • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 13:21

                                        tu confonds matérialisme et consumérisme, qui ne veulent pas du tout dire la même chose.

                                         
                                        Affirmer : l’argent est virtuel, la finance est une pseudo-science idéaliste, et seul la réalité matériel de l’appareil de production fonde la puissance des blocs Capitalistes, c’est être matérialiste :

                                        C’est trop réducteur et surtout, cela conduit à une attitude réactionnaire et non progressiste. S’il est évident qu’il faut prendre le contrôle de l’outil de production et du foncier, ce n’est pas dans un esprit d’opposition, mais d’émancipation de toutes les classes sociales. C’est une des trois erreurs fondamentales du Marxisme. Car en regardant la réalité, il est évident que le capitalisme est infiniment plus matérialiste que le prolétariat. Pour s’en rendre compte, il suffit de constater comme l’a fait Marx, que la religion sert surtout au contrôle des peuples, non au contrôle des élites ! Autrement dit, le vrai croyant c’est le peuple, pas le bourgeois.

                                         
                                        Sois en fier. Être de gauche, c’est être matérialiste.

                                        Donc, non, être de gauche c’est placer la spiritualité au devant de la matérialité, ce que Marx appelait « fraternité ». Car c’est l’inverse qui conduit à faire de l’outil une fin en soi.et permet d’exploiter l’homme par l’homme et non l’homme pour l’homme. Le système économique actuel fut pensée dans le seul cadre matérialiste, mettant de coté l’aspect spirituel de la vie. Aller plus loin comme Marx proposait de le faire, est donc impossible et ne pouvait que conduire à une plus grande aliénation de l’homme par l’homme.

                                        La morale, la justice : c’est fait pour les bourgeois et les curés idéalistes.

                                        Là dessus, trop long à répondre !


                                      • lsga lsga 23 mai 2014 13:28

                                        Non, le Capitalisme repose sur les sciences financières, qui sont des pseudo-sciences idéalistes. La distance entre « wall street » et « main street » : c’est l’idéalisme.

                                         
                                        Le « peuple » est un concept bourgeois idéaliste. Vas-y : essaye donc de me donner une définition claire de « peuple » qui permet pour une personne donnée de savoir si oui ou non elle fait partie du peuple. 
                                         
                                        Le terme « prolétaire » est un concept matérialiste, révolutionnaire, clairement défini (qui vit en vendant sa force de travail).
                                         
                                        La spiritualité n’est que le reflet de l’organisation de l’appareil de production. Le Chrisitianisme et le Boudhisme apparaissent tous les deux au même moment, ce n’est pas pour rien : ils correspondent à un certain niveau de développement scientifique et technologique.
                                         
                                        La nouvelle spiritualité sera matérialiste, comme peut l’être celle de gurdjieff par exemple :
                                         
                                        Les débats moraux et ethiques sont sans fin, car dialectique au sens de Platon. La morale ne repose sur rien, et on peut toujours y prouver tout et son contraire. Par exemple, ici même, les néo-nazi considèrent qu’il faut purifier la race blanche pour le bien de l’humanité. 
                                         




                                      • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2014 14:51

                                        De mon point de vue, le capitalisme repose sur le foncier.

                                        Le capitalisme qu’on peut appeler d’archaique, commence avec la division de la terre en propriété privé et non avec le système financier. Cette séparation en forme de mise de coté, n’est pas pour rien dans le succès des théories économiques dites libérales.

                                        La terre est donc le premier capital historique ou l’intérêt s’appelle la rente. Le fait qu’il soit à l’époque réservé à la noblesse ne change rien. Ce qui importe, c’est bien de voir que tout le système bourgeois repose sur la conservation du principe de la propriété privé et son extension à l’outil de production et ensuite à l’innovation technique pour aujourd’hui vouloir privatiser le vivant. Mais ici, la bourgeoisie n’est que la perpétuation du principe nobiliaire.

                                        Pour ce qui est de la notion de « peuple », ce sont des facilité de langage car sinon, tu as raison.

                                        Le terme prolétaire désigne plus celui qui n’a que sa force de travail à vendre parce que privé de propriété (foncière ou monétaire ou productive), plutôt que d’une volonté d’appartenance à une classe par définition défavorisé. La majorité des prolétaires rêvent d’accéder à la propriété, non d’en rester privé ! Voilà une erreur de Marx qui après sa remarquable analyse du capitalisme bourgeois, se révèle incapable de proposer une alternative non utopiste et idéaliste.

                                        Tu confond spiritualité et religion, la première apparaît avec l’émergence de la conscience humaine et son questionnement, la seconde vise à donner un cadre strict, formel, matériel à la spiritualité. La religion vise à contrôler l’esprit de la majorité par une minorité dans le même but que la noblesse et la bourgeoisie, exploiter le temps de vie d’autrui à son profit personnel.

                                        La capitalisme est l’art de vendre ce qui est gratuit (spiritualité, foncier, création monnétaire ) pour se rendre gratuit la seule chose qui lui coûte, le temps de vie ! (tu peux capitaliser, à titre personnel, du temps de vie dans l’espace, mais pas dans le temps).

                                        Ici on peut voir l’inversion de la méthode pour se rendre maître du temps d’autrui. La noblesse contrôle l’espace pour maitriser le temps, tandis que la bourgeoisie avec le système monétaire, contrôle le temps pour maîtriser l’espace. Cette inversion du sens trouve sa pleine dimension explicative, lorsqu’on remplace l’espace-temps par droits et devoirs.

                                        Enfin, pour ce qui est de la morale et l’éthique, son fondement repose sur le principe d’équité. Reste alors à définir ce qui est de même valeur pour pouvoir définir une base éthique. Donc, ce n’est pas tant le principe qui est débattu, mais ce qui est de même niveau et ce qui est de niveau soit supérieur, soit inférieur.

                                        L’exemple des néo nazi ne fait qu’illustrer ce que j’écris, pour eux, il s’agit d’exclure de leur champ d’égalité, d’équité, tout ceux qui ne sont pas de leur « race ». De telle sorte, que les autres races peuvent êtres considérés comme soit étrangères soit inférieures et donc avoir un traitement différencié sans toucher au principe éthique qu’est l’équité de traitement. C’est sur ce principe de séparation que la noblesse et la bourgeoisie se fondent pour appliquer ce qu’on appelle (dans une vision universaliste) le deux poids deux mesures. C’est sur ce principe que des peuples entiers ont été génocidé.


                                      • Laulau Laulau 27 mai 2014 15:51

                                        @ Hervé Hum

                                        Votre position est juste mais elle date un peu. La crise actuelle résulte de déséquilibres commerciaux entre les différentes régions du monde. En gros les pays « usines » d’un coté et les produits « consommateurs » de l’autre. Pour faire fonctionner ce système absurde on a trouvé une solution géniale : l’endettement des consommateurs et conséquent la création d’une gigantesque quantité de monnaie. Bien sûr, on assiste actuellement à une frénésie d’achat de terres, d’entreprises, d’or, mais la masse de monnaie créée est telle qu’elle permettrait d’acheter plusieurs fois la terre entière. Actuellement, c’est la fuite en avant, les banques centrales continuent de créer de la monnaie à l’infini mais comme la terre et la production mondiale ne sont pas illimités il n’y a qu’une vraie solution possible : l’annulation des dettes par la dévaluation.


                                      • Laulau Laulau 23 mai 2014 10:24

                                        Un petit air de fifre tourne dans ma tête, avec le voix d’Édith Piaf et des images du château de Versailles :

                                        V’là trois cents ans qu’ils prennent nos hommes
                                        qu’ils nous traitent comme des bêtes de sommes
                                        ça pouvait pas durer toujours

                                        Ah ça ira, ça ira, ça ira ....


                                        • smilodon smilodon 23 mai 2014 13:28

                                          Au moins sommes-nous certains qu’en ce qui concerne la piscine molitor, les riches clients paieront leurs places, vu que c’est géré par le « privé ». Concernant nos hôpitaux « publics », et l’histoire de l’émir, rien n’est moins sûr !!...Boutéflika au « val de grâce », divers « émirs » de-ci de-là, plus tous les « pauvres » de tous ces « pauvres ?? » pays, venant se faire soigner aux frais de la princesse (la princesse « sécu »), avec un visa « touriste » sur le passeport, etc, etc, etc...... La gabegie pourra continuer ainsi très longtemps !.... Du moins jusqu’à ce que de la bête (la « France-vache à lait »), malade, agonisante, têtée en même temps que dévorée de toutes parts, ne subsistent que les os luisants sous le soleil !.... Ce jour-là, les vautours iront rôder sous d’autres cieux, s’il y en a .. !....La curée aura pris fin, et cette pauvre vache pourra enfin reposer en paix !.... Dieu sauve les braves, jamais les faibles !....Et nous sommes tellement « faibles » !...Elle est déjà presque morte notre « vache » !!... Pour ceux qui l’auront élevée, nourrie, engraissée et choyée, quel constat d’échec !... Pauvre « bête » !..Et pauvres d’eux !... Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage...Quand on veut tuer sa vache, on invite le monde entier à boire son lait en même temps que manger ses « steaks », « rôtis » ou « entrecôtes » !... Après on pleure !... Trop tard !...Adishatz.


                                          • ZenZoe ZenZoe 23 mai 2014 13:39

                                            Je suis tout à fait d’accord sur le constat que les riches partout détroussent les pauvres et s’accaparent les biens publics. Je suis d’accord aussi pour la piscine Molitor, la Sorbonne, les hopitaux, le PSG.
                                            Pour Le Louvre, je suis plus mitigée. Savez-vous que les collections de ce musée, et notamment les antiquités, sont constituées de nombreuses pièces dont la méthode d’acquisition est discutable ? Savez-vous qu’à l’époque des colonies, les diplomates, archéologues et autres explorateurs ne se sont pas privés pour s’approprier des trésors appartenant aux autochtones et les renvoyer en France ? La plupart du temps grâce à des pots-de-vin ! Eh oui, pareil que chez nous maintenant ! Hier c’était la France (et tous les autres aussi, Britanniques notamment) qui pillaient les pays arabes, aujourd’hui c’est le Qatar qui nous pique nos billes.
                                            ...Ce qui ne devrait absolument pas nous empêcher de défendre notre patrimoine bec et ongles, il est tout ce qui nous reste maintenant.


                                            • Karol Karol 23 mai 2014 13:51

                                              Merci pour votre remarque sur Le Louvre et les oeuvres pillées un peu de partout par la France. Je partage votre avis. Le Louvre comme beaucoup de musées devraient être classés patrimoine de l’humanité. Le pays hôte, la France pour le Louvre, ayant la charge de la garde et de la conservation des oeuvres qui seraient soustraites de tout commerce possible. Ce qui est scandaleux dans cette histoire, c’est l’appropriation privée d’une collection.


                                            • smilodon smilodon 23 mai 2014 15:27

                                              Les soins de « l’émir » je les payent chaque mois, par mon RDS, ma CSG, ma contribution sécu, mes retenues vieillesse et maladie... Je vais demander à ma mutuelle (100 euros/mois), en plus de tous mes prélèvements sur ma feuille de paye, combien ça me coûterait la réservation d’un étage en cas d’opération !!.. Pour rire !.. Juste pour rire !... Bon, que tous les miséreux se servent de ce que je donne à ma sécu, après mon travail, chaque mois sur ma feuille de paye, ou ce que je donne à ma mutuelle en dehors, OK, pas de problème !... Mais les « émirs », j’aimerai qu’on me dise un peu, quand même !... Ou même les « présidents d’algérie » !.. Tout pareil !.. C’est quoi qu’on me « prélève » pour ces braves « présidents ou émirs » ??.. Quelqu’un peut me dire ??? Vu que c’est moi qui paye...Quand même !...On est en « république ou pas » ..ou Plus !!..???Adishatz.


                                              • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 25 mai 2014 18:26

                                                « La relecture d’Orwell peut nous y aider. »

                                                Celle de Lasch également. D’ailleurs Michéa, grand démystificateur de l’idéologie de gauche (ou de la gauche idéologique c’est au choix) rejoint (mais on retrouve ces idées dans ses propres bouquins comme vous le savez), dans sa préface à l’édition récente de « la culture du narcissisme » une bonne partie de vos propos et « consacre » évidemment les thèses de C. Lasch.

                                                Après avoir validé la thèse de Lasch, désormais de plus en répandue dans les milieux politiquement éclairés, selon laquelle « l’exhortation prétendument ’libertaire’ à émanciper l’individu de tous les ’tabous’ historiques et culturels qui sont supposés faire obstacle à son fonctionnement comme pure ’machine désirante’ » est nécessaire au projet du néo-capitalisme et au Marché auto-régulateur, Michéa affirme qu’une telle analyse oblige les bonnes consciences progressistes « à reconnaître que l’ingénieuse hypothèse capitaliste -la commercial society imaginée par Adam Smith en réponse aux problèmes politiques du temps- n’empruntait pas ses principes (Individu-Raison-Liberté) aux anciennes barbaries ou au »ténébreux Moyen âge« , mais bien à l’axiomatique des Lumières, c’est-à-dire, si on y réfléchit, à la même matrice culturelle dont la Gauche est issue. »

                                                On pense, évidemment, en lisant cela au « système idéologique P.S. » mais aussi à tous ces révolutionnaires en plastoque à la Mélenchon et autres gaucho-pseudo-marxistes persuadés d’incarner le « camp du Bien », celui des « progressistes » autrement dit celui des « forces du progrès » anti-obscurantismes, psychorigides incapables d’aligner plus de 3 phrases sans écrire le mot « réac » ou « fasciste » dès qu’il s’agit de faire référence à des valeurs morales ou disons au « bon sens commun », à la « décence ordinaire » propres à protéger donc, si on veut bien comprendre Orwell, Lasch, Michéa, les personnes de tous les délires du capitalisme, du monde marchand... 

                                                Tout victoire de la gauche de nos jours et ce, depuis des décennies désormais, est donc bien une défaite du socialisme tel que défini que par Michéa et avant lui par Orwell, en somme une négation du socialisme originel étranger au clivage gauche-droite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès