• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hervé Hum

Hervé Hum

Chacun doit être son dernier maître et son premier disciple. Telle est ma devise. Ma conviction est que nous sommes devant la porte d entrée d une nouvelle dimension de conscience d être. Soit nous y entrons, soit nous périssons. Cette porte s'est ouverte fin 2012....

Tableau de bord

  • Premier article le 17/07/2012
  • Modérateur depuis le 01/08/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 21 5288 1233
1 mois 0 32 0
5 jours 0 17 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 88 85 3
1 mois 3 3 0
5 jours 2 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Hervé Hum Hervé Hum 25 mai 20:29

    @Jacques-Robert SIMON

    Faut-il accepter de tuer un tiers plutôt que son enfant ? Je n’ai pas de réponse mais ceci dépasse de loin Raison et Intelligence.

    Si l’exemple donné dépasse de loin la raison et l’intelligence, c’est qu’elle est incohérente et absurde. En effet, dans le cas où le conducteur est l’enfant du chef de gare et que celui ci y tient comme la prunelle de ses yeux, en aucun cas il peut laisser entrer le groupe dans le tunnel pour ne pas traumatiser son fils. Car il paraît évident que pour se poser la question du choix, il faut d’abord savoir que le groupe est entré dans le tunnel, donc, l’avoir sciemment laissé entrer dedans, alors même que cet formellement interdit. Cela n’a aucun sens logique et demande de faire abstraction de sa propre intelligence pour gober ce genre d’ânerie.

    L’exemple fait la démonstration de l’absurde, par l’absurde ! Très fort le prix nobel d’économie !!!



  • Hervé Hum Hervé Hum 25 mai 16:30

    @Spartagugus

    La rationalité des uns n’est pas celle des autres....

    C’est bien cela, l’exemple consiste à vouloir démontrer qu’il n’y a pas de rationalité en économie, seulement de intérêts personnels et la fumeuse « main invisible du marché ».

    Sauf que la rationalité ce n’est pas la même chose et l’économiste, tout prix nobel qu’il est, se trompe et trompe les lecteurs, bien conditionné qu’il est. Car il confond bien la rationalité qui se fonde sur la géométrie et la logique causale et l’irrationalité, qui se fonde sur les affects.

    Sauf qu’il existe bel et bien une rationalité en économie, qui dépend de ceux qui en ont le contrôle.

    Par exemple, la rationalité du système capitaliste, pseudo libéral, repose sur le profit, qui impose une seule et même logique causale absolue, soit, l’exploitation du travail d’autrui via la propriété,qui peut prendre plusieurs formes, mais est invariable fondamentalement. Sans la propriété, le système s’écroule de lui même. Au niveau monétaire, le profit exige, impose de séparer la face créance, qu’est la possession de la monnaie et la face dette, qui est dans son besoin d’acquérir de la monnaie. Permettant ainsi à certains d’accumuler la partie créance et les autres, la partie dette, alors que si les deux étaient insécables, personne ne pourrait exploiter autrui, sinon lui même. Dernier exemple pour la route, l’économie étant un équilibre entre production et consommation et la monnaie étant le vecteur d’échange, il s’agit d’un système de vases communiquant ,ou le système est en équilibre si et seulement si, la monnaie est en circulation quasi constante et ne peut être accumulé qu’à la marge et selon des règles strictes. Sauf que le système capitaliste reposant sur la logique absolue du profit, ne peut jamais être équilibré, et pour compenser ce déséquilibre structurel qui veut qu’un vase rempli l’autre, donc, toujours dans le même sens, il faut qu’il soit en continuel expansion, essentiellement pour conserver une relative stabilité sociale. Le hic, c’est que dans un environnement qui exige la gestion et la fin de l’expansion, le système capitaliste est absolument incompatible, sauf pour les croyants au miracle, mais Spartagugus, lui, le sait très bien et voilà bien pourquoi il se fout de l’environnement. Etc.

    Bref, l’économie repose fondamentalement sur la logique causale, car dans la réalité, rien ne peut échapper à la causalité, seulement le faire croire par la manipulation des cogito, des esprits faibles, comme votre fameux nobel.

    De fait, les pseudos libéraux, fondent leur propre liberté sur la servitude des autres, leur talent consistant dans leur intelligence à faire croire à leurs serviteurs qu’il n’y a pas d’autre alternative et qu’ils oeuvrent pour leur bien et leur liberté, qui est de les servir et de sortir la fumeuse théorie du ruissellement de la richesse, alors que la seule chose qui ruisselle est la servitude et la pauvreté.



  • Hervé Hum Hervé Hum 25 mai 13:05

    @Jacques-Robert SIMON

    je ne suppose et souhaite rien, je constate simplement votre silence.

    Je vais vous dire la raison d’être de la réalité, donc, de la causalité, c’est que s’il est possible de tout imaginer à partir de la réalité, il est impossible d’imaginer quoi que ce soit sans elle. Et voyez vous, la théorie du big-bang ne dit pas autre chose, mais n’est pas nécessaire, la raison via la causalité suffit en en faire la démonstration et finalement, l’observation empirique d’en donner la preuve.

    Mais il existe une autre raison tout aussi fondamentale, reliée à la précédente....



  • Hervé Hum Hervé Hum 25 mai 12:06

    @Spartagugus

    Voilà qui explique tout ! c’est une allégorie pour faire allusion à une situation économique. Ouah, trop fort le prix Nobel. Parce que dans sa situation absurde, il faut encore considérer le choix du chef de gare en fonction de son information de la situation. Parce que, a t’il laissé volontairement entrer le groupe dans le tunnel sans l’avertir ? Ou bien, l’a t’il avertit et ce dernier n’en a pas tenu compte ?

     Bref, tel que vous l’écrivez, il est impossible de fournir une réponse « logique », avant de connaître tous les éléments nécessaires à une décision que l’on pourrait qualifier de « logique », mais pour laquelle il faudra toujours ignorer l’arbitraire de la décision humaine, c’est à dire, motivé par l’intérêt personnel.

    Pour finir, vous finissez votre commentaire en posant deux choix possible, mais vous avez juste oublié de donner votre réponse « logique » entre ces deux choix possible.



  • Hervé Hum Hervé Hum 25 mai 10:24

    @Jacques-Robert SIMON

    quand un scientifique réponde de manière lapidaire, c’est qu’il n’a pas d’autre réponse. Bref, je vois surtout que vous ne savez pas !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès