• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hervé Hum

Hervé Hum

Chacun doit être son dernier maître et son premier disciple. Telle est ma devise. Ma conviction est que nous sommes devant la porte d entrée d une nouvelle dimension de conscience d être. Soit nous y entrons, soit nous périssons. Cette porte s'est ouverte fin 2012....

Tableau de bord

  • Premier article le 17/07/2012
  • Modérateur depuis le 01/08/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 21 6039 1205
1 mois 0 25 0
5 jours 0 7 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 124 117 7
1 mois 1 1 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Hervé Hum Hervé Hum 20 mai 12:45

    Concernant les empires, la plupart des dirigeants US aiment à comparer leur modèle à celui de l’empire romain et de la fameuse « pax romana » qui reposait sur la domination des romains où ils assuraient la stabilité politique en reconnaissant une élite locale et en lui permettant de prospérer tant qu’elle cotisait l’impôt dû aux romains.

    C’est que voyez vous, la preuve de votre domination et de la soumission réside toute entière dans l’impôt. Si le soumis refuse de payer l’impôt c’est donc la preuve de sa rébellion, insoumission, sédition. Ce fait est largement établie par l’histoire. Bref, sur le même modèle romain, les dirigeants US assurent aux autres dirigeants (politique, mais surtout économique) pris sous leur domination la capacité de prospérer. Enfin, eux, pas le reste du peuple, sauf si les conditions économique le permettent.

    L’autre forme d’impérialisme, usant des mêmes conditions de stabilité, étant l’intégration pure et simple. C’est le cas de la Russie et de la Chine, les dirigeants de cette dernière aiimant à raconter qu’avant l’unification de la Chine, elle était composé de royaumes plus ou moins important continuellement en guerre. Et que la paix a été obtenu par l’impérialisme. Contredisant donc ce que vous dites.

    Un principe étant invariant fondamentalement quelle que soit l’échelle, on peut observer la même chose pour la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, etc. D’ailleurs, symboliquement, l’empire anglais existe toujours via la reine, qui reste souveraine de nombre de pays de l’ancien empire.

    Mais tant qu’il restera deux empires en opposition sur Terre, réelle ou factice, le monde restera en guerre ou menace de guerre permanente et la paix l’exception à la règle. Sachant que la notion d’empire s’effondre de lui même s’il n’en reste qu’un, puisque c’est alors parler de toute la population mondiale. Parler de « l’empire mondial » n’a pas de sens, vous devez obligatoirement parler de ’l’empire de tel ou tel sur les autres", donc, toujours considérer au moins deux impérialisme en opposition. Ceci, parce qu’un empire n’est jamais que la somme des nations qui le compose, donc, vous êtes toujours avec comme base les nations.



  • Hervé Hum Hervé Hum 20 mai 09:14

    @Bernard Grua

    Toute défaite est elle humiliante ? Non, tout dépend des conditions de la défaite et surtout là où elle se situe, sur son propre sol ou à l’étranger. Dans le 1er cas, oui, toute défaite est humiliante car le vainqueur parade chez vous, dans le second cas, non. Or, l’Ukraine ne fait pas partie de la Russie et en cas de défaite, Zelensky n’ira pas parader à Moscou. Autrement dit, l’humiliation n’a pas lieu d’être.

    Pour ce qui est de l’empire colonial russe, vous ne pouvez pas faire la comparaison avec la colonisation à la française ou anglaise, car dans le 1er cas il s’agit de pays attachés à la Russie géographiquement, culturellement et donc, avec une longue histoire. Vous oubliez ici un point essentiel. Le fait que les dirigeants russes ont motivés, justifiés leurs actions militaires pour répondre à la menace des dirigeants de l’OTAN de s’implanter dans des pays limitrophes, considérant qu’il s’agit là d’une limite rouge à ne pas franchir.Limite rouge soutenue d’ailleurs par les dirigeants US eux même de leur coté. Et de fait, toutes leurs interventions militaires se sont et se produisent à leur frontière et sous le motif de la menace otanesque. A savoir qu’une organisation militaire n’est pas plus défensive qu’offensive, elle est les deux à la fois et ce sont les circonstances qui mettent en avant le coté offensif ou défensif.Ainsi, les coups de force de l’otan en Irak, Lybie ou Afghanistan par exemple est purement offensif. Face à cette ligne rouge, la sécurité de l’Ukraine résidait dans sa neutralité et non dans son adhésion à l’otan. Idem pour la Finlande ou la Suède.

    Jusqu’à présent, l’impérialisme russe se limite à son contour géographique lié à son histoire et non comme l’impérialisme US, dominant les autres membres de l’otan, partout dans le monde. Ici, vous êtes borgne, car vous mettez en avant un empire qui se limite à sa géographie historique et oubliez celui qui se veut le maître du monde.

    Pourquoi cela ? Tout simplement parce que vous n’avez pas un regard impartial, mais partisan, la preuve en est que vous parlez de « nous » et non de « eux ». Selon ce que vous écrivez, vous partagez l’idée frauduleuse selon laquelle l’empire US aurait une mission quasi divine de s’imposer. Sans cela, vous seriez pour le principe selon lequel le monde ne sera en paix que lorsque les citoyens de tous les pays renonceront à soutenir des dirigeants voulant dominer les autres et renoncer à toute forme d’impérialisme et conséquence logique, renoncer au nationalisme qui impliquera toujours la confrontation entre les peuples. Sachant que le système économique capitaliste repose sur un monde en perpétuelle guerre économique et menace de guerre militaire. Il est incompatible avec la mondialisation sociale et de ce fait, ne peut dépasser le stade d’un monde divisé en au moins deux empires opposés, tel que Orwell le décrit dans 1984.

    Autrement dit, l’unique solution pour en finir avec l’impérialisme russe, c’est aussi d’en finir avec l’impérialisme US ou chinois et de prôner une gouvernance mondiale qui ne repose sur aucun pouvoir personnel. C’est à dire comme l’écrivait déjà Voltaire, qui repose sur la raison et des lois juste qui mettent en avant l’équité et le mérite personnel, qui interdit l’exploitation du mérite d’autrui à son profit, condition du système actuel. Et dont une conséquence directe est la fin de la propriété privé et sa substitution par la responsabilité, c’est à dire, la capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui (jamais envers soi même, car là réside la souveraineté et la vrai propriété, celle de sa propre vie).

    Bref, à chacun son apéritif !



  • Hervé Hum Hervé Hum 19 mai 14:54

    @Bernard Grua

    c’est cela, à défaut d’avoir des arguments, vous m’opposez l’attaque ad personam.
     
    J’écris que ce qui est stupide, c’est ce que vous écrivez.

    Ainsi vous affirmez qu’il faut l’humiliation, or, jamais dans l’histoire de l’humanité l’humiliation n’a arrêté la guerre, la volonté de se venger. Et pour étayer votre affirmation, vous prenez le cas du Japon et de l’Allemagne, oubliant que ces pays ne sont plus des puissances militaires dominantes mais au contraire, dominées par les USA.

    Enfin, vous prônez le démantèlement de la Russie pour réduire sa puissance militaire, sans dire comment car c’est encore oublier que là, c’est un pays dont les dirigeants possèdent le second arsenal nucléaire. A contrario et malgré toutes les coups de forces, crimes de guerres et contre l’humanité, malgré les coups d’états pour vassaliser des peuples, les embargos et abus de position dominantes constamment perpétré par les dirigeants US, il vous est pas venu à l’idée qu’il faudrait faire de même avec eux. Mais là encore, se pose la question du moyen.

    Etc...

    Voyez, je n’ai pas utilisé le mot « stupide », mais je doute que cela change quoi que ce soit à votre absence d’argument fondé sur la réalité des faits et non sur votre imaginaire. Dans ce dernier vous aurez toujours raison, car la réalité importe peu.

    Dans la réalité, ce que vous écrivez consiste à remettre l’exclusivité de la force militaire dans les mains des dirigeants US, mais il est vrai que vous vous identifiez à eux, vu que vous parlez de « nous » en pensant à l’occident... !

    Pour ma part, ma patrie est la Terre, la France qu’une région, de telle sorte que ma patrie ne peut entrer en guerre contre une autre. De même, dans ma patrie, il n’existe pas de propriété privé, seulement des responsabilités.



  • Hervé Hum Hervé Hum 18 mai 22:28

    @pemile

    mon commentaire donne les arguments pour parler de stupidité, le votre n’en comporte aucun.

    Lequel de nous deux est stupide, celui qui donne les arguments ou celui qui n’a que l’émoticon comme argument.

    Bref, entre vous et moi il y a effectivement l’art d’argumenter qui nous sépare..



  • Hervé Hum Hervé Hum 18 mai 17:06

    @Bernard Grua

    bon, je n’avais pas eut le temps de lire les commentaires, mais puisque vous insistez, je vais me faire un devoir de vous expliquer en quoi ce que vous écrivez est stupide.

    Tout d’abord, sachez que je ne suis pas « pro Poutine », déjà, c’est une stupidité abyssale. Je suis contre tout pouvoir personnel et tout culte de la personnalité. Pour moi, un bon chef est un chef mort en tant que tel et non en tant que personne physique. Je suis donc autant anti Poutine que anti Macron, Biden, etc en tant que chef. Je suis pour la démocratie et non pour la monarchie quelle que soit la forme ou quelconques oligarchies.

    Mais revenons à vos « stupidités ».

    vous écrivez " l’Europe ne sera en paix que si l’armée russe est détruite et si, idéalement, la Russie est éclatée en différentes entités. Souvenons-nous que la paix que nous avons connu jusqu’à ce jour est le fruit de l’humiliation du Japon et de l’Allemagne en 1945.

    « 

    Comme le dit l’expression, si ma tante en avait ce serait mon oncle. Voilà déjà une grosse stupidité de votre part.

    Ensuite, la défaite militaire, tous les pays l’ont connu et pour autant si comme vous le dites stupidement cela avait pour conséquence d’arrêter la guerre, il y a bien longtemps qu’il n’y aurait plus de guerre. Comme par exemple les USA qui sont allé depuis la fin de la 2ème guerre mondiale, selon vos dires, d’humiliation en humiliation et pourtant, continuent de plus belle. C’est que voyez vous, eux, ils ne voient pas là une humiliation ou à peine, car pour cela il manque l’essentiel, c’est à dire, que le vainqueur dicte sa volonté chez eux, c’est à dire, à la maison blanche. Bref, l’humiliation, c’est le vainqueur qui s’implante ou pire, prend possession de votre pays. Ce qui fut certes le cas du Japon et de l’Allemagne, mais que les dirigeants vainqueurs prirent soin de désigner les dirigeants comme coupable et de les humilier et non le peuple. Et surtout, les dirigeants US ne firent pas payer l’addition au peuple, mais au contraire ont mis en place un plan d’aide appelé plan Marshall, non par bonté, mais par calcul, celui d’éviter de voir la population menacer de basculer coté soviétique..

    Sans oublier votre stupidité d’oublier que la paix entre les grandes puissances fut assurée et l’est encore par l’arme nucléaire, sachant que ni le Japon, ni l’Allemagne ne possèdent l’arme et furent démilitarisé. Qu’a la différence de la 2ème guerre mondiale, ce ne sont plus des puissances militaires dominantes et où l’humiliation n’a strictement rien à voir, rien de plus stupide.

    Or, l’Ukraine est à la porte de la Russie, mais ce n’est pas la Russie et sauf à voir Biden aller parader à Moscou, la défaite ne sera pas une humiliation telle que vous la souhaitez pour les russes, mais je n’ai pas connaissance que vous ayez pris la même position pour les USA ou la France.

    Après vous dites »nous", comme si vous ou moi avions un quelconque pouvoir de décision. Cela prouve surtout que vous vous identifiez aux dirigeants occidentaux comme ci ceux-ci se souciaient de vous ou de moi et défendaient votre intérêt. Vous pouvez le croire, mais pour ma part, voilà qui relève de la stupidité.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité