• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hervé Hum

Hervé Hum

Chacun doit être son dernier maître et son premier disciple. Telle est ma devise. Ma conviction est que nous sommes devant la porte d entrée d une nouvelle dimension de conscience d être. Soit nous y entrons, soit nous périssons. Cette porte s'est ouverte fin 2012....

Tableau de bord

  • Premier article le 17/07/2012
  • Modérateur depuis le 01/08/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 15 4340 562
1 mois 0 8 0
5 jours 0 2 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 77 74 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Hervé Hum Hervé Hum 22 avril 13:50

    Le système capitaliste est dans son fondement une cavalerie, ou plus connu sous le nom de pyramide de Ponzy.

    Aucune politique économique à l’intérieur d’un tel système peut arreter le mécanisme de cavalerie, c’est IMPOSSIBLE, mais uniquement le ralentir.

    La raison est élémentaire, mais fait l’objet d’un déni absolu où meme Marx ne l’a pas vue, bien que toute son analyse tourne autour.

    La raison repose entièrement sur le principe de l’impot prélevé sur l’activité économique par les propriétaires de l’économie.

    Pour faire illusion, jusqu’à aujourd’hui, les tenants du système procédaient à une sorte de reboot périodique via les guerres, sauf qu’aujourd’hui les armes ont atteint un tel degré de destruction que meme les tenants du système ont peur du résultat. Ce qui explique le statut quo actuel.

    Dans ce jeu de « je te tiens, tu me tiens par la barbichette », personne ne veut rire le premier et si le feu nucléaire peut etre évité, l’effondrement du système financier provoquera un tel séisme politique à l’intérieur de chaque pays qu’aucun gouvernement ne veut etre désigné à la vindicte populaire et donc, toute la stratégie actuelle consiste à provoquer l’autre pour qu’il soit désigné comme le coupable. Toujours selon le principe du bouc émissaire.

    C’est élémentaire, mais le conditionnement des cogito est tel, à commencer par ceux qui sont censés etres les spécialistes de l’économie, que personne ne veut ou peut le voir.

    Autrement dit, tant que le système économique reposera sur le principe de l’impot privé (qui nécessite la propriété et est sa seule raison d’être) que sont les profits des actionnaires, les intérets bancaires et les loyers sur l’immobilier, rien, ABSOLUMENT RIEN, ne pourra changer. C’EST PHYSIQUEMENT, MATHEMATIQUEMENT IMPOSSIBLE

    La monnaie n’a pas pour vocation à etre thésaurisé, sauf pour permettre la prédation humaine du temps de vie des etres, sa valeur ne peut etre que fondante et selon un processus très strict parfaitement maitrisable mais que la majorité des gens sont conditionnés à ne pas vouloir.

    La solution à toutes les crise repose sur un principe élémentaire d’équilibre en lieu et place de croissance économique et est évidente en elle même, sauf qu’elle fait face au déni humain, un interdit de penser où c’est chacun qui s’impose la chape de plomb.



  • Hervé Hum Hervé Hum 21 avril 22:23

    Ce que vous écrivez est très juste !

    Dommage que vous voyez dans mes articles sur le principe de responsabilité que du « verbiage », car fondamentalement, il vise à mettre à bas ces pratiques que vous condamnez avec force.

    Comprendre que dans un société dominé par le droit du propriétaire économique, celui ci n’implique pas un devoir correspondant et c’est bien ce que cette loi sur le secret des affaires entend faire appliquer. C’est à dire, préserver l’irresponsabilité sociale du propriétaire économique. Le droit d’empoisonner au nom du profit pour certains.

    Et la manipulation des gens bien intentionnés se nourrit de ce que chacun nomme stupidement par ignorance et par réaction, le non moins fumeux principe de « vie privée ».

    Eh oui, l’état de sidération des peuples se fait par la confusion où l’arnaque sémantique (entre autres) consiste à mélanger secret des affaires avec vie privée.

    Quand les peuples sont ainsi convaincu de la nécessité du secret des conseils des ministres, du secret d’Etat et des services secrets pour défendre la démocratie alors que, par définition, tout secret portant sur la vie publique (donc, toute l’économie) viole systématiquement la souveraineté du peuple sur laquelle repose la démocratie, vous comprendrez qu’il est impossible aux gens bien intentionnées de comprendre quoique ce soit et de sortir de leur état de sidération. Et ce n’est là qu’un tout petit exemple de confusion mentale dans laquelle nous sommes plongés. Ainsi, tout ce qui est donné à lire, écouter et voir participe à cette confusion dans tous les domaines.

    Entre parenthèse, tous ceux qui parlent aujourd’hui d’économie collaboratives ou participatives, font mines de ne pas voir qu’il s’agit là du principe d’économie communiste, anarchique et libérale, celle de tout un chacun et non encore une fois des seuls propriétaires économiques.

    Mais voilà, comme vous dites, ce n’est là que du verbiage...



  • Hervé Hum Hervé Hum 28 mars 14:49

    l’art d’inventer l’eau tiède !

    Car cette technique de manipulation des cogito est connue depuis Babylone (date symbolique), seuls les mots changent, mais pas la technique qui reste la meme.

    Alors, quel intéret de répéter la meme chose avec des mots différents ?

    Une des plus grosse escroquerie intellectuelle des temps modernes consiste en cela, de faire oublier que la technique existe depuis quelques milliers d’années et ainsi, donner l’illusion d’une époque différente dans sa structure fondamentale qu’est la prédation humaine, autrement nommé exploitation de l’homme par l’homme via la propriété économique et avant elle la souveraineté terrienne symbolisée par le drapeau. Et cela fonctionne encore, puisque vous pouvez trouver des slogans publicitaires de l’armée avec écrit « défend ton drapeau ». Un attrape nigaud que le récent sacrifice d’un officier de gendarmerie rappelle avec grande force propagande médiatique. La bourgeoisie sait toujours reconnaître ses héros, surtout lorsqu’ils sont morts, pour motiver et mener le troupeau à l’abattoir.

    Fondamentalement, il n’y a aucune différence entre l’époque romaine, le moyen âge et les temps modernes, seule la forme a évoluée. Ici, tout l’art consiste donc à tout changer sur la forme pour ne rien changer dans le fond et pour cela, le controle de l’image est primordial.



  • Hervé Hum Hervé Hum 27 mars 20:18

    @Hervé Hum

    Petite correction. Il faut lire :

    Tant que vous ne comprendrez pas que la propriété économique (outil de production) et avant elle la souveraineté (sur la terre), n’ont de raison d’être que de permettre la prédation du temps de vie d’autrui (temps total ou partiel) par la contrainte qu’elle implique pour celui qui ne dispose pas de propriété économique autre que lui même (d’où la nécessité de louer sa force de travail qui n’est autre que sont temps de vie), vous serez A au second degré, il dépend d’une condition supérieure qui est l’ordre premier directeur de la réalité.

    Cela veut dire qu’il y a d’un coté la propriété de soi et de l’autre la propriété sur autrui. Que les deux s’opposent en sens de relation de causalité.

     



  • Hervé Hum Hervé Hum 27 mars 15:02

    Votre définition et analyse de la propriété est le fruit de votre propre conditionnement.

    Ainsi, la notion d’habeas corpus ad subjiciendum, si elle part de la propriété de son corps physique, ne s’arrete pas là, mais au contraire, commence avec elle. C’est à dire, inclus ce que vous nommez le stade 2 et 3. D’ailleurs, contrairement à ce que vous croyez naivement, le but de cette loi est le stade 2 et 3, certainement pas le stade 1 qui sert d’introduction et non de finalité.

    Contrairement à ce que vous écrivez, le but de la propriété (tout comme la souveraineté) n’a jamais, JAMAIS, consistée à garantir les libertés individuelles, mais exactement le contraire, donc, à priver les libertés individuelles. Ainsi, la politique de l’enclosure s’impose définitivement dans les moeurs et la loi au même moment de l’habeas corpus, qui était en fait réservé à la noblesse et à la bourgeoisie, mais ne concernait pas le prolétariat, bien au contraire. Ce dernier en ayant fait les frais.

    Pour preuve, si on s’en tenait à la seule propriété de soi, donc de votre stade 1, la propriété économique serait interdite et donc, l’Angleterre serait devenu un pays communiste, or, c’est le contraire qui s’est produit.

    Tant que vous ne comprendrez pas que la propriété et avant elle la souveraineté, n’ont de raison d’être que de permettre la prédation du temps de vie d’autrui (temps total ou partiel) par la contrainte qu’elle implique pour celui qui ne dispose pas de propriété autre que lui même (d’où la nécessité de louer sa force de travail qui n’est autre que sont temps de vie), vous serez dans le déni de la réalité.

     Autrement dit, vous serez dans le déni du déni, c’est à dire, un pervers que l’on qualifiera de perversion masochique.

    Toutefois, vous suivez la raison, car par définition, l’abeas corpus ad subjiciendum interdit l’exploitation d’autrui, mais encore faut t-il s’émanciper de son propre conditionnement à vénérer la propriété économique, ce que vous faites et pour cela, bravo !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès