• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Guerre à vendre

Guerre à vendre

Rappelez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps. Un infâme despote, pourtant démocratiquement élu, faisait la une des journaux. 

Il oppressait une minorité ethnique, tirait sur son peuple, muselait la presse et tenait son pays d’une main de fer en jouant sur le nationalisme le plus ranci. On parlait de charniers, de crimes de guerre quand ce n’était pas contre l’humanité. Les droits de l’homme étaient bafoués. On voyait des images atroces de massacres en boucle à la télé. Des associations humanitaires tiraient le signal d’alarme et évoquaient le « droit d’ingérence ». On monta à la tribune de l’ONU pour réclamer une intervention militaire. Et justement, ça tombait bien, l’OTAN avait dans sa boutique un plan d’action tout prêt.

Bizarrement à cette époque la presse non occidentale faisait entendre une histoire très différente, mais ce n’était là bien entendu qu’une propagande de pays alliés au tyran. Très vite, l’opinion se rallia à la nécessité d’une opération militaire dans un but humanitaire. On détruisit donc les infrastructures du pays avec des bombes humanitaires, et on découvrit à cette occasion une nouvelle expression : les « dégâts collatéraux ». Quelques milliers de morts humanitaires plus tard, le pays fut envahi et occupé humanitairement, et le tyran fut trainé devant un tribunal pénal international avec des chefs d’accusations couvrant des milliers de pages. Justice allait pouvoir être faite, et on montra des scènes de liesse à la télévision. La démocratie était en marche et un candidat pro-européen et libéral était en tête de course. Mission accomplie, et on pensa à autre chose.

Mais les juges devant lesquels le tyran se présentait, au lieu de considérer la condamnation comme allant de soi, se mirent, quelle drôle d’idée, à vérifier les chefs d’accusation. Pendant des années, ils convoquèrent des dizaines de témoins, épluchèrent des milliers de pages de documents, écoutèrent attentivement les arguments de la défense, et se retrouvèrent devant une situation bien gênante, car aucune des accusations portées sur le tyran n’était fondée. La seule conclusion possible était de reconnaître l’innocence de l’accusé malgré le risque de scandale que cela pouvait entrainer. Fort heureusement, Milosevic eut l’élégance de mourir avant la fin du procès. Certaines mauvaises langues dirent même qu’on l’avait un peu aidé.

Cela aurait pu, cela aurait dû faire la une des journaux, entrainer un débat : comment avait-on pu être berné à ce point ? Mais non. Après tout, le pays avait rejoint le giron européen et découvrait les joies du libéralisme donc tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et déjà, un nouveau méchant du jour faisait la une des journaux.

C’était un vrai méchant, celui là, dictateur belliqueux à la gâchette facile qui n’avait pas hésité à tirer sur son peuple, pire encore, à en gazer une partie. Et en plus avec la tête de l’emploi. Pire encore, il cuisinait des armes de destruction massive dans sa cave et des armes chimiques dans des camions. Il hébergeait des terroristes d’Al-Quaida et préparait en douce des attentats meurtriers en occident. Le président américain ne manquait pas lorsqu’il parlait de lui d’évoquer le 11 septembre au point qu’on finit par croire que c’était ce tyran qui en était l’instigateur. Son secrétaire d’état monta à la tribune de l’ONU avec une présentation PowerPoint™ et un tube à essai pour nous prouver qu’une intervention militaire était incontournable pour préserver la sécurité du monde libre. Et justement, ça tombait bien, l’armée américaine avait un plan de guerre tout prêt. Il ne lui manquait qu’un peu de renfort que, cette fois-ci, elle eut quelque peine à trouver.

Bizarrement, la presse non atlantiste faisait entendre une histoire un peu différente, comme quoi ce pays ne présentait pas une si grande menace que ça, mais il s’agissait certainement d’un point de vue tout à fait biaisé. L’opinion américaine et celle de nombreux pays européens réclamaient la guerre. N’allait-on pas apporter la démocratie à ce peuple sous le joug ? On détruisit donc le pays démocratiquement, préservant les infrastructure pétrolière mais pas les richesses historiques de l’ancienne Sumer, le berceau des civilisations, et on découvrit à cette occasion une nouvelle expression : le journalisme « embedded » qui nous permit de voir de jolies images de pyrotechnie sur nos écrans. Quelques centaines de milliers de morts démocratiques après, le pays fut envahi et occupé, et on vit des scènes de liesse sur nos écrans. Le président américain déclara que la mission était accomplie. Le pays allait découvrir les bienfaits de la démocratie libérale. Hussein fut arrêté et cette fois on ne commit pas l’erreur de trop vérifier les chefs d’accusation : il fut rapidement pendu haut et court.

Etrangement, on ne trouva pas trace de ces fameuses armes de destruction massive qui constituaient le principal chef d’accusation contre Hussein, et on vit bien que les libérateurs se souciaient plus de remettre en marche la pompe à pétrole que les pompes à eau. Quand aux scènes de liesse, on découvrit qu’elles avaient été montées de toute pièce. Cela aurait pu, cela aurait dû entrainer aux Etats-Unis et chez leurs alliés un vaste débat : comment a t-on pu se laisser berner à ce point ? Et pour quel résultat ? Mais non, l’actualité était ailleurs, dans les derniers exploits sportifs et les frasques des vedettes à la mode, qui intéressent bien plus les gens que ces histoires de gosses qui crèvent empoisonnés par l’uranium appauvri des obus.

On aurait pu croire qu’après cela, les gens seraient devenus plus méfiants : trompe-moi une fois, honte sur toi, trompe-moi deux fois honte sur moi. Que nenni. L’histoire se répéta avec un nouveau méchant du jour. Il s’agissait cette fois d’un dictateur d’opérette dont on oublia bien de mentionner qu’il était parvenu à hisser son pays au meilleur niveau de vie de toute l’Afrique. Là encore on en fit l’incarnation du diable, qui tirait sur son propre peuple, muselait l’opposition et la presse et refusait de s’endetter comme tout pays civilisé le fait. Tout juste si il ne mangeait pas des enfants au petit déjeuner. Les têtes parlantes de nos étranges lucarnes étaient unanimes, qu’ils soient journalistes chroniqueurs ou philosophes de salon : une intervention militaire humanitaire et démocratique était nécessaire. On monta à la tribune de l’ONU pour démontrer le bien fondé de l’affaire. Et justement, ça tombait bien, l’OTAN avait un plan militaire tout prêt en réserve. On peut remercier les militaires d’être prévoyants.

On ramena donc humanitairement et démocratiquement le pays au moyen-âge, accompagnant les courageux opposants dans leur lutte contre le despote qui fut en toute justice torturé à mort. Et, miracle démocratique, on aida ces opposants à constituer un nouveau gouvernement dont les premières mesures furent de créer une banque centrale indépendante affiliée à la Banque des Règlements Internationaux à Berne pour que le pays puisse s’endetter normalement, et au passage à instaurer des lois qu’on dit inspirées de la sagesse du prophète, ce qui valut à notre BHL national le surnom de « Charia Express », prouvant au passage qu’il restait quelques dents dans la mâchoire des Guignols. Il y eut bien cette fois quelques voix discordantes, mais les seules qu’on entendit à des heures de grande écoute furent celles de deux avocats sulfureux que le chroniqueur maison couvrit généreusement d’insultes.

On aurait pu croire qu’après cela, les gens se seraient posés des questions, qu’il y aurait eu des débats vifs sur le bien fondé de l’intervention. Pensez-vous. Et déjà se pointait un nouveau méchant du jour avec cette fois une surprise car on s’attendait à voir le président Iranien comme nouvelle cible mais le président Syrien lui vola la vedette. Et c’est reparti comme en quarante, avec les mêmes recettes : massacre du peuple, martyr des opposants et peut-être charniers, qui sait. Là encore, la presse non occidentale donne une version très différente de l’histoire, parle d’agents provocateurs et de mercenaires étrangers, mais ce n’est là bien sûr que propagande éhontée que nos média si objectifs dénoncent courageusement en nous montrant des images d’atrocités à la provenance mal identifiée mais certainement crédible. Là encore, on pérore à la tribune de l’ONU pour exiger qu’on légitimise une intervention militaire humanitaire, démocratique et juste pour protéger ce peuple opprimé en détrônant à coup de bombes le tyran sanguinaire. Et justement, ça tombe bien, l’armée américaine et l’OTAN ont dans leur stocks un plan d’attaque ciselé de longue date si on en croît le général Wesley Clark.

Mais la presse s’est tellement fait le véhicule de mensonges dans le passé qu’elle a dû certainement se montrer cette fois-ci plus prudente, donc on y croit. Encore. Toujours. Le marketing de la guerre est maintenant bien rôdé et fonctionne à plein régime. La Syrie sera détruite et l’Iran suivra. On y mettra en place un régime probablement islamiste mais compatible avec les intérêts économiques et géostratégiques occidentaux. Par contre, les gentils despotes tels que la monarchie Saoudienne n’ont aucun soucis à se faire et peuvent continuer tranquillement d’opprimer les femmes et d’assassiner les opposants : eux sont docilement à notre côté. Bonne gerbe à tous.


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (176 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • Epiméthé 6 février 2012 10:27

    Excellent article, tant sur le fond que sur la forme !

    Eteignons notre poste de propagande et arrêtons de nous manger des quenelles de 150. Heureusement que ce type de discours honnête et documenté est porté par de nombreux analystes sur le net. Il ne tien maintenant qu’à nous individuellement, de propager ces idées, d’en discuter et d’en débattre.

    Alors Moshé qu’est ce que t’en penses ? Elle est propre cette guerre hein !

    • gobes 6 février 2012 10:33

      Je vais me pendre, je reviens.

      Un ami dit « Vivement que nous brûlions sur le bûcher des vanités ». Bon, même si la guerre n’en est pas vraiment une, gober sans ciller ce que nous disent ces journaleux de bas étage juste bon à nous présenter la météo et le film du soir est probablement la plus grande et la plus odieuse des vanités.

      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 6 février 2012 10:44

        Ma-gni-fique !

        Bravo à l’auteur. Il faut diffuser cet article.


        • Clojea Clojea 6 février 2012 11:22

          Oui, la propagande va bon train. Que le régime Syrien ne soit pas un modèle du genre, soit. Maintenant ce qui s’y passe vraiment, nul ne le sait réellement. On ne sait plus ce qu’il faut croire aujourd’hui au niveau des informations. C’est un grand problème, car ou est la vérité ?

          Merci pour l’article

          • appoline appoline 6 février 2012 14:07

            Quand les américains interviennent, on peut être certains qu’il y a des intérêts en jeux, car l’être humain ne les intéressent pas. D’ailleurs pour un pays au bord de la faillite, je trouve qu’ils ont encore pas mal de pognon à dépenser, la planche à billets des banques centrales doit fonctionner à fond.


          • cassandre4 cassandre4 12 février 2012 12:31

            On ne sait plus ce qu’il faut croire aujourd’hui au niveau des informations. C’est un grand problème, car ou est la vérité

             Si tu en est encore au stade des interrogations clogéa c’est que tu est gravement intoxiqué, mais, et c’est un point positif en ta faveur, tu n’est peut être pas irrécupérable.

             Aussi je te conseil, de foutre le plus rapidement possible, ta télé à la poubelle, comme je l’ai fait moi-même, le sevrage se passe très bien, et n’est pas du tout douloureux, tu verra, c’est même plutôt reposant, on dort mieux, on est plus critique, moins haineux envers les autres (on deviens même, plutôt compatissant envers ces malheureux addictes que l’on se surprend parfois à plaindre !), en bref, on se sent PLUS LIBRE, on se met a rechercher la vérité, à comparer les infos , à les recouper, et on parviens très souvent à démêler le vrais du faux, et à débusquer ce que l’on nous cache et que l’on doit à tous prix ignorer .

             Bref : on se met à réfléchir, ce qui est impossible si on regarde la télé, qui est aux mains des puissances de l’argent, et qui ont intégré, depuis longtemps toutes de les techniques de « mind control » par la propagande permanente (contrariée, Dieu merci, un peu par le net) et aussi, j’en suis intimement persuadé, par les techniques « subliminales » qui sont parfaitement au point et dont ils ne se privent certainement pas !.

             C’est donc un combat de tout les instants, il faut rester vigilant, et surtout faire travailler son sens critique, je te souhaite bon courage dans cette entreprise.

             Cordialement !


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 février 2012 11:52

            Bonjour Grinu... scuse j’ai fourché...

            «  Très vite, l’opinion se rallia à la nécessité d’une opération militaire dans un but humanitaire. » comment se peut-il... ? Extrait : " «  Selon un sondage, publié début janvier 91, 75% des Français pensaient que rien ne pouvait justifier une guerre contre l’Irak. Par contre quelques jours plus tard, ces mêmes Français approuvaient à 80% l’offensive militaire des alliés. Entre les deux que s’était il passé ? Une couverture médiatique massive qui présentait une « guerre courte et propre », dans laquelle les Occidentaux risquaient peu de pertes… » .Source externe http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/un-an-de-repit-entre-deux-fois-63581

            « et se retrouvèrent devant une situation bien gênante, car aucune des accusations portées sur le tyran n’était fondée. » curieusement entendu récemment la non responsabilité de Kadafi dans le crash de Lockerbie...

            «  pire encore, à en gazer une partie. Et en plus avec la tête de l’emploi. » mince, Bachar el Assad
             a une bonne tête de bon père de famille... et Ahminedjab aussi, MINCE ALORS ! que ne va t on pas pouvoir inventer ce coup ci... !!!

            Ce sont ces mêmes sondages qui essayeront de nous faire avaler la victoire prochaine de NS ou FH. D’où l’intérêt d’un tel article et même de rappeler ce lourd témoin « ...Quelques centaines de milliers de morts démocratiques  »...

            Jouravous.


            • cevennevive cevennevive 6 février 2012 12:00

              Mille merci l’auteur pour cet article ! Et bravo !

              Rien à ajouter, tout est dit clairement. Et le brin d’ironie qui s’en dégage vient conforter la sagesse et la justesse du propos...

              Bien cordialement.


              • SEPH 6 février 2012 12:27

                OBAMA LE VA-T-EN GUERRE QUI A LE PRIX NOBEL DE LA PAIX PREPARE LA GUERRE CONTRE L’IRAN !!!

                Il faut dire que la propagande à propos du danger nucléaire iranien n’est qu’un faux-semblant qui cache autre chose, d’autant plus que celui qui s’en dit le plus préoccupé-menacé est justement le seul qui ait utilisé l’arme atomique deux fois plutôt qu’une (Hiroshima et Nagasaki) et qu’il menace encore une fois de l’utiliser contre l’Iran.

                Qui plus est, les États-Unis possèdent 2 200 têtes nucléaires et 800 vecteurs, de quoi détruire la planète toute entière ). Que feront les deux ou trois bombes nucléaires iraniennes – à supposer qu’elles existent – montées sur des missiles Shihab-3 – 2 200 km de portée maximum – alors que les États-Unis se situent à 11 000 kilomètres du Golfe persique ? Moins d’une heure après une prétendue attaque iranienne, mille bombes nucléaires américaines pulvériseraient l’Iran ne laissant plus une âme qui vive (77 millions d’habitants). Espérons que nous en avons terminé avec cette fadaise de la menace nucléaire iranienne tout juste bonne à effrayer les retraités des salons de thé.

                Mais alors qu’est-ce qui justifie l’acrimonie états-unienne à l’encontre de la destinée iranienne ?

                L’Iran a commis le crime de lèse-majesté de ne pas trembler quand Georges W. Bush l’a désigné à la vindicte de sa ‘communauté internationale’. L’Iran a l’outrecuidance de développer sa propre politique nationale plénipotentiaire.

                L’Iran a le culot de vendre son pétrole à la Chine en devises souveraines iraniennes. L’Iran s’approvisionne en armement auprès de la Russie honnie. L’Iran a choisi le camp de l’impérialisme chinois – l’ennemi irrédentiste de l’impérialisme américain.

                Enfin, l’Iran a le mauvais goût de posséder une frontière sur le détroit d’Ormuz par où transite près de 35 à 40 % du pétrole mondial, point de passage pétrolier que les États-Unis entendent bien entraver ou faire entraver ! Pour que ce plan machiavélique fonctionne, les États-Unis doivent cependant colmater au moins deux brèches dans le dispositif de verrouillage pétrolier de la région du Golfe persique :

                 - Le projet Nabucco, un oléoduc irano-irako-syrien destiné à acheminer le pétrole iranien et irakien jusqu’en Méditerranée via le territoire syrien.

                 - Le projet d’oléoduc des Émirats Arabes Unis destiné à contourner le détroit d’Ormuz pour l’acheminer directement jusqu’au port de Foujeirah ( Emirat Arabes Unis).

                Pour ce dernier oléoduc ce ne sera pas compliqué ; les Émirats Arabes Unis sont sous protectorat américain et leur pétrole sera acheminé aux clients que Washington aura accrédités .Mais pour le premier rien n’est assuré et la subversion récemment entreprise contre la Syrie vise justement le contrôle de cet oléoduc.

                Notons que si le détroit d’Ormuz est interdit à la navigation, c’est la Chine et l’Europe qui seront privées de carburant et non les États-Unis qui s’approvisionnent en Arabie Saoudie sans avoir à passer par le détroit d’Ormuz .

                L’agression américaine contre la Syrie et l’Iran s’inscrit comme une étape de la guerre que se livrent les trois grands camps de l’impérialisme mondial – le camp états-unien – le camp de l’Euroland allié au camp américain jusqu’au 8 décembre dernier et dont il tente dorénavant de s’éloigner pour ne pas couler avec le dollar plombé – et le camp chinois, la superpuissance industrielle montante à laquelle sont associées l’Iran, la Syrie et la Russie.

                Dans leur contrôle du monde les Américains souhaitent simplement détruire les infrastructures urbaines, les infrastructures portuaires et les raffineries iraniennes de façon à punir ce pays pour sa dissidence ; faire un exemple auprès de tous les autres pays en voie de développement qui caressent des rêves d’indépendance nationale.

                Les États-Unis ne cherchent pas à s’emparer du pétrole iranien, ils en seraient bien incapables puisqu’ils ne songent nullement à débarquer des détachements de Marines et à s’installer à Téhéran. Quand on est impuissant à mater les talibans afghans, on ne songe même pas à occuper l’Iran.

                Les États-Unis cherchent à provoquer une crise économique, financière, monétaire mondiale qui frappera toutes les puissances impérialistes, dépréciera leurs monnaies (le Yuan et l’Euro – le Dollar, lui s’en va déjà à vau-l’eau) et les rendront dépendantes des marchés boursiers et des ressources énergétiques du monde anglo-saxon (États-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada) où la valeur des entreprises pétrolières s’élèvera de façon vertigineuse en même temps que la valeur de l’or noir (Golfe du Mexique, Alaska, Sables bitumineux de l’Alberta et Mer du Nord).

                Ce coup de « poker » démentiel et meurtrier ne provoquera pas la ‘troisième guerre mondiale’ – les deux autres blocs impérialistes concurrents ne sont pas encore prêts à engager un affrontement militaire contre la superpuissance nucléaire américaine représentant la moitié des dépenses militaires de la planète.

                Les peuples du monde souffriront énormément de cette crise économique profonde accompagnée d’une inflation importante, d’une hausse du chômage déjà catastrophique, d’une déprime boursière, de l’effondrement des hedge funds et des caisses de retraite des travailleurs ; cette crise enclenchera des soulèvements ouvriers, des grèves et des occupations d’usines jalonneront la guerre de classe – travail contre capital – sur le front économique que les opportunistes petits-bourgeois auront mission de liquider en proposant divers slogans réformistes pour sauver le système capitaliste.

                L’attaque américano-israélienne contre l’Iran n’aura pas lieu en 2012 – année d’élection américaine. Le sort de la Syrie doit d’abord être tranché ; pour Méphisto Obama et pour le Minotaure Netanyahu rien ne presse. Après l’élection il sera temps d’ouvrir les portes de l’enfer et de libérer les Cerbères des Guerres puniques contemporaines.

                Un indice pour ceux qu’il presse de savoir quand cela surviendra : il suffit de compter les grands navires de guerre américains qui mouillent dans le Golfe persique ; quand il n’en restera plus aucun, l’agression États-unienne sioniste tonnera dans la fournaise persane.


                • appoline appoline 6 février 2012 14:12

                  Obama a raison de se méfier, les iraniens ne veulent pas laisser les banques, auxquelles il est à la botte, diriger leur pays. Ils sont aussi suivi par la Chine et la Russie. N’oublions pas non plus que David Rockfeller a été sommé de venir au Japon pour rencontrer la « triade » chinoise, qui lui a fait savoir que s’il bougeait d’un cheveu contre les chinois, lui et ses sbires risquaient d’être abattus par leurs veilleurs disséminés dans le monde.


                  Rockefeller se bat depuis des années pour mettre en place le nouvel ordre mondial, Sarkosy.......aussi


                • Luxum Luxum 7 février 2012 11:56

                  Oui sauf que c’est pas HG Wells qui à écrit « 1984 » mais Orwell.
                  Wells lui se rapproche plus des mondialiste car je rappelle que c’était un eugéniste convaincu et il fut le premier à populariser le terme de « Nouvel Ordre Mondial » grâce à son livre du même nom.


                • dawei dawei 8 février 2012 11:06

                  d’ailleur, c’est bien mis dans mon lien que justement, Orwell a pris ses distances avec Wells et la Fabien Society car ils les trouvait d’ideologie totalitariste, et 1984 est une critique de l’ideologie de cette mouvance. Les deux hommes se disent de la gauche socialiste anglaise, mais Orwell semble etre plus mefiant vis à vis des derives totalitaire que le socialisme peut engendrer, et donc plus exigeant vis à vis de l’autocritique que le socialisme se doit d’avoir.
                  Mais bon, la remarque de parkway n’est que partiellement erronée, car en effet, on y est, dans le « nouvel ordre mondial » (une des oeuvre de Wells


                • files_walQer files_walker 6 février 2012 13:31

                  @cogno3


                  « Essayez de parler d’autre chose que de sujets légers autour de vous, vous passez aussitôt pour un Martien »

                  Je l’ai malheureusement constaté

                • appoline appoline 6 février 2012 14:14

                  Regardez le nombre de moutons qu’il y a eu pendant la deuxième guerre mondiale, ça vous donne un bref aperçu.


                • gobes 6 février 2012 14:58

                  Je pense que c’est (hélas) aussi simple que ça. On peut aussi parler de moutonite, ou de lemmingose aigüe. Si on prend tous ces « gens » en tête à tête, ils sont souvent très intelligents et au moins pas plus cons que vous et moi ; le problème c’est la foule... c’est tellement rassurant de se sentir en symbiose avec un groupe, fut-ce un autocar d’aliénés.

                  C’est totalement humain, on a tous besoin d’appartenir à un groupe ; mais il suffit parfois de pas grand chose pour les sortir de cette facilité de pensée, pour peu qu’ils n’aient pas peur de se sentir exclus un certain temps...

                • Alex Alex 6 février 2012 12:44

                  Cet article est archi-nul est mensonger, et j’en apporte la preuve.

                  Si ce que l’auteur avance était vrai, son article aurait été immédiatement remarqué et repris par le Figaro, le Monde, Libé, L’Express, etc., journaux à l’écoute des sources d’information et des commentaires intelligents les plus récents.

                  Or, un rapide coup d’œil aux pages de ces médias objectifs montre qu’il a été superbement ignoré, donc qu’il est nul.

                  Cqfd.

                  Les observateurs attentifs ont aussi remarqué l’image délibérément modifiée par cet adepte de PhotoShop : le mot « Democracy », qui était initialement peint sur les semences de ce beau principe, a été effacé.

                  Quelle honte !


                  • lambda 6 février 2012 13:35

                    @ alex

                    c’est de l’humour ou de la naïveté ?

                    Vous ne saviez pas que les médias appartiennent aux Banksters dont certains au complexe militaro-industriel ???

                    Vous pouvez vous informern ici
                    http://www.web-marketing-bab.com/2011/10/les-medias-francais-controles-france.html

                    Ca aide à comprendre le cercle vicieux (et mafieux) de l’oligarchie financière mariée à la machine de guerre


                  • lambda 6 février 2012 13:46

                    @ alex
                    et j’ajoute que leur imagination n’ayant pas de limites pour abuser et manipuler les populations, ils ont même mis en scène à Doha au Quatar, avec l’aide des studios hollywoodiens, la prise de Tripoli pour faire croire que Tripoli était tombé

                    ici vidéo ou abdel jallil en personne avoue la supercherie !!!!!!!! et aucun média aligné n’en a parlé, vous savez, le figaro, libération ; l’express et les autres-------

                    http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/libye-aveux-d-utilisation-de-31437


                  • lambda 6 février 2012 14:03

                    @ alex

                     Ce n’est pas nos courageux journalistes français qui oseraient faire leur métier comme ce journaliste Irlandais
                    à faire tourner
                    http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=9356


                  • appoline appoline 6 février 2012 14:18

                    Hélas, quand on ne veut pas voir on ne voit pas. Que faudra t il, attendre quelques décennies pour comprendre que l’on nous prend pour des cons, comme pour la deuxième guerre, quand Prescott Bush, fournissait à Hitler une partie de ce dont il avait besoin. C’est quand même malheureux que les gens soient bêtes au point de nier la réalité.


                  • lambda 6 février 2012 14:34

                    @ apolline

                    Eh oui ! vous avez raison, et c’est bien pour ça que se prépare sous notre nez la 3ème Guerre Mondiale
                    Les médias nous enfument avec la Syrie comme ils l’ont fait avec l’Irak, la Lybie, la Côte d’Ivoire et j’en passe
                    Ils nous ont fait l’Europe après la 2ème guerre Mondiale pour nous disaient-ils qu’il n’y ait plus de guerre en Europe et main tenant on sait à quoi va servir l’Europe , la France représentant en Europe la force militaire principale


                  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 6 février 2012 15:43

                    Je pense que ce contributeur faisait assez manifestement de l’ironie... Tout de même... Ne peut-on pas garder un peu de sens critique avant de voter sur un commentaire ? smiley


                  • flesh flesh 6 février 2012 19:09

                    Malheureusement ca passe pas le deuxième degré sur Avox... tous s’y sont cassé les dents - moi y compris. Mais là quand même... ça paraissait franchement archi évident qu’Alex était ironique... les gens lisent trop vite.


                  • appoline appoline 6 février 2012 14:21

                    @Lg, 


                    Une certaine candeur, à voir bêtise, voile la face de beaucoup, chez nous aussi nous avons eu de beaux assassinats.

                  • olive17 olive17 6 février 2012 20:16

                    gros +1 pour le fond et la forme de l’article,

                    vous décrivez bien ce que malheureusement peu de personnes cherchent à comprendre.

                    @ Lgcontact

                    par rapport aux deux derniers noms j’aurais aussi ajouté le Cdt Massoud,

                    en pensant à lui je pense que l’Otan n’aurait pas pris le contrôle du pavot

                    aussi facilement et dans un but aussi néfaste au vu du nombre de pays

                    touchés par l’explosion de la consommation d’héroine


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 6 février 2012 13:00

                    Fais toi une bonne bouffe bien arrosée, ça ira mieux.
                    T’as raison sur tous les points mais qu’espérer après le coup de gueule ? La satisfaction de la clairvoyance ? La lutte à mort ? un conseil ?...
                    Informer, s’informer, transmettre, me semblent de bonnes béquilles. Solubles dans la culture, en tous cas.
                    Mais à travers l’écœurement, qu’apprend-on ?


                    • Bernard Pinon Bernard Pinon 6 février 2012 13:25

                      Je répondrai en citant Béranger :

                      Je sais bien qu’une chanson
                      c’est pas tout à fait la révolution
                      mais dire les choses c’est déjà mieux que rien
                      et si chacun faisait la sienne dans son coin
                      comme on a les mêmes choses sur le coeur
                      un jour on pourrait chanter en coeur
                      (François Béranger - Manifeste)

                    • colombe rouge colombe rouge 6 février 2012 14:20

                      Alchimie, chez nous aussi on vie sous une dictature, mais la notre nous dévalise. Si tu as du mal à comprendre, vas plutôt tabasser tes élèves. Mais en aucun cas tu fera changer ce que les gens on compris à ces guerres.  


                    • MmeRosa 6 février 2012 16:51

                      Il faudrait être bien naïf pour ne pas savoir que chez les hollande il y a des grands fanatiques du « grand israel » et que toutes ces guerres menées en sous main par les sionistes les régalent. Ils font partie de la même machinerie de toute façon...


                    • Traroth Traroth 6 février 2012 17:09

                      @alchimie : c’est assez flou, pour vous, la différence entre richesse et niveau de vie, on dirait...


                    • cassandre4 cassandre4 12 février 2012 14:32

                       Chuuuutttt ! il ne faut pas répondre aux élucubrations de cet « &$µ*§#\&% » (individu),... c’est lui faire croire qu’il a une quelconque importance !


                    • Vipère Vipère 12 février 2012 17:53

                      Au moins, Kerjean ne fait pas disparaître les posts non élogieux de ses blogs, on ne peut pas en dire autant de certains blogueurs très décomplexés qui vous parlent de démocratie et d’humanisme !!!

                      A condition que les posts ne pas brossent à revers du poil !!! 


                    • pens4sy pensesy 6 février 2012 13:06

                      Et quant est-il du fils de Kadafi , Seif El Islam, capturé par l’OTAN ? Un silence de « mort » règne sur son sort... et sur les secrets qu’il détient.


                      • Traroth Traroth 6 février 2012 13:09

                        Qu’on se souvienne comme le « Printemps arabe » a été étouffé dans le sang au Bahreïn, dans le silence assourdissant de nos médias...


                        • Yvance77 6 février 2012 13:12

                          Salut,

                          Billet brillantissime... je vais voir à la Une du très libéral Figoro s’il y figure, ou si une référence y ai faite


                          • Aldous Aldous 6 février 2012 13:31

                            Excellentissime article

                            Cette 3eme guerre mondiale, débutée contre la Yougoslavie non-alignée, a été possible grâce au travail de sape des principes de non ingérence par une tripotée d’idéologues sectaires et faux-derches, au sommet desquels trône l’inénarrable BHL, le BHV de la pensée va-t-en-guerre et sont ridicule ouvrage « De la guerre en philosophie » justification odieuse du crime par la convocation de philosophes au rang desquels le fameux Botule.

                            Le ridicule ne tue pas mais BHL si.


                            • Patrick Samba Patrick Samba 6 février 2012 21:38

                              Même vous Aldous, avez cette compréhension de ce qui s’est passé en ex-Yougoslavie !!?
                              Comme quoi même les meilleurs...


                            • Aldous Aldous 12 février 2012 15:38

                              Donnez moi la vôtre  smiley


                            • dawei dawei 6 février 2012 13:32

                              Bravo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
                              Un article a faire tourner,à partager, à lire et relire, pour petits et grands !!!
                              Magnifique, un des meilleur article lu sur agoravox, qui ressemble à un comte pour enfant mais comme la plupart des contes, empli de Vérité.
                              Tres tre bonne continuation,
                              a lire en tribune à l’ONU accompagné du conte de l’enfant qui criait au loup.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès