• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Variable israélienne dans le Dossier iranien

La Variable israélienne dans le Dossier iranien

De nombreux analystes disent que le président américain Donald Trump apaisera les Israéliens en écoutant leurs conseils sur la question iranienne. C'est un sujet qui a besoin d'une étude considérable, d'autant plus que Trump peut ordonner à ses troupes de faire la guerre contre l'Iran en réponse à la pression israélienne. Bien sûr, Trump répondra à Israël, mais qui a dit qu'Israël veut lancer une grève militaire sur l'Iran ? Il est vrai qu'Israël est préoccupé par l'influence iranienne croissante en Irak, en Syrie et au Liban, et la présence de la milice libanaise du Hezbollah sur le territoire syrien, mais c'est la même raison qui peut empêcher la guerre maintenant.

Toute réflexion stratégique judicieuse exige de traiter avec l'Iran à plus d'un stade. Le premier est de commencer à freiner l'influence de l'Iran en Syrie et au Liban et à chasser les milices et les mercenaires chiites amenés par les mollahs de plusieurs pays comme l'Afghanistan, le Pakistan et l'Irak pour mener des guerres sectaires en Syrie non seulement en défense du régime d’al-Assad, mais aussi pour mettre en œuvre les plans des mollahs pour réorganiser la démographie en Irak et en Syrie et essayer de changer l'identité de ces deux pays sur le plan ethnique et idéologique ou tout au moins d'élargir le cercle de l'influence chiite en préparation pour tout scénario de séparation ou de désintégration.

Plus important encore, les États-Unis sont une superpuissance difficile d'être entraînée dans une grande guerre si facilement. Les pertes des grandes puissances dans la guerre l'emportent sur les pertes des petites puissances. Les guerres d'aujourd'hui ne sont pas conventionnelles, surtout que l'expérience montre que les guerres renforcent souvent des régimes autoritaires et dictatoriaux, génèrent de la popularité et produisent des prétextes nationalistes pour rester au pouvoir. Il existe un facteur fort et influent étroitement lié à toute décision des États-Unis de commencer la guerre dans un avenir prévisible.

Les dirigeants de l'armée américaine ont déclaré il y a quelques jours devant le Congrès que les forces américaines sont « épuisées » et souffrent de l'obsolescence de l'équipement militaire, ce qui est un message clair de la part de ces dirigeants que les Etats-Unis sont incapables de mener de grandes guerres au moment présent. Il est probable qu'Israël réussira à convaincre l'administration Trump de la nécessité d'être dur envers l'Iran et de ne pas se conformer à la pression européenne sur la voie de l'accord nucléaire. Israël a un intérêt à mettre fin à cet accord ou à le geler.

La tâche à accomplir est relativement facile car Trump rejette l'accord et le qualifie de honteux, et il ne manque pas de volonté pour presser la renégociation de l'accord, ou même de s’en retirer unilatéralement. La scène en général suggère que des jours difficiles attendent l'Iran dans un avenir prévisible. Le dossier de l'Iran est l'une des principales priorités du président Trump. Il lui est difficile de reculer et de mettre en œuvre l'accord nucléaire, donc les choix dans ce dossier semblent très limités.

Il y a soit la renégociation ou le retrait de l'accord, ou une escalade militaire contre l'Iran, ou une nouvelle interdiction stratégique et un choix d’ignorer l'accord nucléaire pour pousser l'Iran à se retirer ou commettre des folies minant l'accord.

Israël sera l'un des acteurs influents de l'interaction américaine avec le régime des mollahs dans la période à venir. L'intérêt stratégique d'Israël ne réside pas dans un conflit avec l'Iran après avoir presque atteint ses frontières avec la Syrie. Inclure le travail pour chasser les milices des mollahs de Syrie dans toute nouvelle entente sera une priorité pour les Etats-Unis et Israël.

La Russie est dans une position difficile, soit sacrifier les alliés iraniens, soit travailler pour parvenir à des accords afin de ne pas perdre l'Iran ou Trump. L'Iran n'est pas vraiment prêt à menacer Israël avec ses missiles, bien qu'il effectue des tests de temps en temps. La plupart de ses systèmes de missiles sont à court et à moyen terme, et ils servent le plus à menacer les pays du Conseil de coopération du Golfe, pas Israël.

L'Iran revendique ouvertement d'occuper les capitales de quatre pays arabes, confirmant sa volonté d'étendre son influence régionale aux dépens des pays arabes et non pas aux dépens d'Israël, bien sûr. Les mollahs font semblant d'hostilité à Israël, mais seulement pour gagner la sympathie des masses. L'Iran n'a pas tiré une seule balle sur Israël.

Pendant ce temps, Qassem Soleimani fait des tournées alors qu'il visite ses milices sur le territoire syrien près des frontières d'Israël, mais il est pleinement conscient qu'Israël n'est pas l'objectif souhaité des conspirations iraniennes qui se sont déroulées ces dernières années.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 17 février 09:09

    Personnellement, il est normal que toutes les opinions s’expriment et soient écoutées, mais ce nouveau texte, c’est juste de la propagande. L’AS et les émirats sont les diffuseurs du terrorisme au moyen orient et partout dans le monde. Lire un de leurs propagandistes venir ici se répandre pour défendre ... l’indéfendable, c’est « plus fort que du roquefort ».
    Et lorsque l’on constate que l’Iran est la cible des USA , d’Israel ... et des roitelets du Golfe, on comprend tout de suite que l’IRAN s’oppose au système prédateur mondial et doit être soutenu. Totalement contre-productif donc.
    Et c’est tant mieux.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 février 09:17

      @Alpo47

      ***
      Je me fais l’avocat du diable :

      Parce que vous vous ne faites pas de propagande ?
      Alors il y a « la bonne propagande » (la propagande russe, celle de Assad) et « la mauvaise propagande » (celle des USA) ?

      Au cas où, l’Iran est un pays islamiste, comme ceux du Golfe. Une différence de degré, ou d’interprétation, mais pas de nature.

      ***


    • Alpo47 Alpo47 17 février 12:53

      @Olivier Perriet

      Vous vous faites l’avocat de qui vous voulez. Chacun son « truc » ...

      Evidemment, personne n’est totalement objectif. Tout le monde a des idées préconçues, croyances, histoire personnelle, analyses ... qui vont lui faire percevoir les situations différemment.
      Par contre, on peut -et devrait- toujours s’efforcer d’être factuel.

      Aujourd’hui, nous savons tous que les monarchies (dictatures) du Golfe sont les financiers et pourvoyeurs des groupes terroristes qui massacrent une partie du monde. Ca, c’est factuel. Daesh n’existerait pas sans le financement et le soutien des monarchies locales.

      Alors, lire un des représentants de ces mêmes monarchies tenter de diaboliser un pays voisin avec lequel ils ont des différents religieux et économiques, mais qui n’a jamais attaqué aucun de ses voisins et a une civilisation millénaires, je trouve pour le moins problématique. C’est ce que j’appelle de la basse propagande.

      Maintenant, si vous pensez que toute opinion est de la propagande ...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 février 13:51

      @Alpo47

      C’est sans doute plus compliqué que cela :

      Daesh n’existerait pas sans le soutien des monarchies locales, sans l’invasion US en Irak de 2003, sans les arabes musulmans sunnites en général, sans le pouvoir syrien qui a perdu la main sur son propre pays, sans les divergences de la communauté internationale qui n’est pas pressée d’intervenir directement, sans la crainte qu’inspire l’Iran (relayée par l’article ci-dessus), sans.....

      On peut aller très loin et l’iran des mollahs n’est pas forcément très recommandable non plus.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 février 09:13

      Pour la politique israélienne, qui préfère avoir des bandes jihadistes incontrôlables à ses portes plutôt que des Etats avec lesquels il y a des rancunes rassies (*), il faut demander à Massada et à Christian Laburne.

      Par railleurs, merci de confirmer que l’Iran n’est pas réellement dangereux

      (* ce qui est à mon avis faire la politique du pire)


      • Massada Massada 17 février 10:39

        @Olivier Perriet
         

        Israël avec le soutien de Trump va travailler à renforcer ses liens avec les pays arabes sunnites.
         

      • loko 17 février 16:37

        @Massada

        enfin de compte vous les sionistes et arabes sunnit vous vous ressemblez


      • fred fred 17 février 11:06

        Avec sa politique guerrière, Israël est appelé à disparaître..Juste une question de temps !


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 février 11:46

          Cela dit je pense aussi qu’il y a un conflit potentiel entre Russie fortement engagé avec l’Iran et les USA de Trump, qui veulent semble-t-il raviver le conflit avec Téhéran.


            • Zolko Zolko 17 février 15:58

              Comme le disait l’officier au début dans « Gladiator » : chacun devrait reconnaître quand il a perdu la guerre.
               
              Alors Mr Salem Alketbi, vous devriez reconnaître que vous avez perdu en Syrie, et l’Iran a gagné. Vous avez mis ce pays développé et tolérant à feu et à sang avec vos miliciens et vos pétrodollars, vous nous avez servi mensonge sur mensonge pour justifier votre Jihad, et après 5 ans la Russie et l’Iran sont arrivés et vous ont botté le cul. Que maintenant vous veniez pleurnicher ici est pathétique, mais votre aveuglement vous empêche probablement de vous en rendre compte (voir la citation du début)
               
              Par contre, ce qui est intéressant, est de voir que vous, les Arabes Wahhabites intégristes, êtes en fait du même côté que le régime Sioniste intégriste d’Israel, et que vous n’en avez en fait rien à foutre des Palestiniens. Pour vous, comme pour Israel, votre haine de l’Iran est plus forte que votre « amitié » pour les Palestiniens. C’est bon à savoir.
               


              • OMAR 17 février 17:01

                Omar9

                Le problème iranien est une pure création des sionistes israéliens.

                Son seul et unique but est de détourner l’attention du monde entier de l’annexion rampante et réelle de la Palestine...


                • covadonga*722 covadonga*722 17 février 18:07

                  bonjour , on complimentera l’auteur pour sa réécriture de l’histoire .Reste qu’il y a beau temps que l’on sait que les pétro -monarchie sont les alliées objectives d’Israel .Elles tendent désormais a devenir 

                  les alliés stratégiques de celui ci.Ces monarchies bâties sur du sable ne perdurent que parce qu’elles distribuent aux bédouins une partie de la manne pétrolière .Manne qui depuis 50 ans aurait du sortir 
                  les autres peuples arabes de l’ornière ne serait ce qu’au nom d’une Omma dont on nous rebat les oreilles.Le jour ou cette manne se tarira les bédouins déchiquetterons la main des Saouds et de leurs affidés.
                  D’évidence les seuls qui ont soutenu les palestiniens sont les régimes baasistes et maintenant l’Iran.
                  Un Iran qui comme déjà dit même gouverné par des Mollahs « ça, ça regardes le peuple iranien » un Iran disais je qui comptes plus de diplômés et de femmes éduquées que l’ensemble des pays arabes voisins.
                  Un Iran a la civilisation millénaire ce qui n’est pas le cas de pétromonarchies bâties sur du sables et jouant désormais la rente pétrolière a la roulette de la mondialisation.L’Iran comme la Turquie quoique l’on pense de leur régime sont des états dont la prétention a interférer dans leur aire n’est pas illégitime .
                  La lâcheté de l’occident et surtout sa mauvaise conscience l’empêche de refréner Israël et de l’obliger a se conformer au droits international . Et il n’est pas indifférent de voir les pays des satrapes wahhabites
                  s’allier avec lui , car eux aussi n’ont que faire du droit et ils s’aperçoivent désormais que les incendies qu’ils ont allumés pourrait bien les dévorer. Devons nous avoir peur d’un Iran nucléaire ? yep nous avons un pakistan nucléaire une inde une chine une france et les usa de Trump qui sont nucléaire la dose de peur de mon avis devrait être proche du maximum.Les monarchies pétrolières achètent une ou deux décennies de sûreté contre la Palestine , qu’ Israel y voit son intérêt c’est probable, pour les monarchies du désert ça n’est juste qu’un répit avant qu’elles n’y retournent .....au désert !

                  Asinus:ne varietur

                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 février 10:20

                    @covadonga*722
                    « on complimentera l’auteur pour sa réécriture de l’histoire »

                    Qu’importe que ce soit une « réécriture », puisque chacun a sa vérité, et que cette vérité est partagée par des millions d’individus, et qu’il faut bien en tenir compte.

                    L’émergence de Daesh est une réaction à la mise en place d’un pouvoir chiite « sectaire » à Bagdad, et a contribué à déstabiliser la Syrie.

                    En ce sens Trump a employé les mots justes quand il a comparé l’intervention US en 2003 à « jeter des pierres sur un rucher »


                  • QAmonBra QAmonBra 18 février 09:27

                    Un wahhabite critiquant la République islamique d’Iran, c’est l’hôtel-Dieu qui critique l’hôpital ou, si vous préférez, l’histoire du chameau qui ne voit que la bosse du dromadaire.

                    A vous lire il est évident, aujourd’hui plus que jamais, que $ionisme et wahhabisme sont cul et chemise, blanc bonnet et bonnet blanc, ou blanche kippa et keffieh blanc si vous préférez, dans ce bain de sang et de larmes qui endeuille le monde arabo-musulman et, semble t il, qu’il ne vous déplairait pas d’amplifier davantage en l’étendant à l’Iran.

                    Pourtant, l’Iran d’avant Khomeini plutôt que l’actuel devrait davantage vous intéresser, afin de vous faire une idée sur ce qui attend votre ignoble monarchie.

                    J’espère pour vous que votre compte bancaire en occident est suffisamment garni et que vous y disposez également d’une confortable résidence, car les jours des $aoud et du wahhabisme sont dorénavant comptés et c’est la résistance yéménite qui tient le chronomètre.

                    Avec ou sans tapis, avec ou sans coussins, le retour du cul assis sur le sable est effectivement inéluctable, car personne, même avec une montagne de pétrodollars, n’est parvenu à faire d’un âne un pur sang arabe. . .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès