• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Merci à la commission d’avoir empêché le rachat d’Alstom par (...)

Merci à la commission d’avoir empêché le rachat d’Alstom par Siemens

Il faut bien des premières à tout. En douze ans de blog, je n’avais jamais pu approuver une décision des instances de l’UE. Mais là, la décision de la commission européenne d’interdire la « fusion » d’Alstom par Siemens me semble une très bonne nouvelle pour la France, même si les raisons qui ont présidé à cette décision ne sont pas celles pour lesquelles je me réjouis.

 

La concurrence au secours de notre patrimoine
 
« Erreur économique qui servira les intérêts de la Chine (…) faute politique  » : Bruno Le Maire n’a pas maché ses mots pour dénoncer, par anticipation, la décision de la commission. Le ministre nous a servi tout le prêt-à-penser paresseux et éculé des euro-béats, sans craindre les contradictions. Il a ainsi osé dire que « le rôle de la commission européenne, le rôle des institutions européennes, c’est de défendre les intérêts économiques et industriels européens. Là, (elle) va servir les intérêts économiques et industriels de la Chine ». Il faut croire qu’il a oublié de lire les traités européens, pour qui toute préférence communautaire a été exclue au nom de la « concurrence libre et non faussée ».
 
Pour le coup, voir cet eurobéat geindre sur cette décision est d’une incroyable inconséquence. Les règles de l’UE, depuis des décennies, c’est justement de lutter contre toute préférence européenne ou nationale, même avec des pays qui la pratiquent chez eux. C’est ainsi qu’a été ouvert notre marché aux constructeurs automobiles asiatiques, sans la moindre réciproque, depuis près de 30 ans. Et tous les traités que Bruno Le Maire a soutenus refusent justement de défendre les intérêts européens, au nom du dogme de la « concurrence libre et non faussée ». Bref, le ministre se moque du monde en tenant un tel discours, entre propos électoralistes, mais aussi véritable démission nationale.
 
Car derrière ce rapprochement un peu trop rapidement présenté comme une fusion, c’était Siemens qui s’offrait le dernier morceau d’Alstom. En 2017, dans « Alstom, scandale d’Etat  », Jean-Michel Quatrepoint nous avait déjà alertés en rappelant que Siemens devait prendre 51% de l’ensemble et que l’actionnariat français serait complètement dilué avec 49%, d’autant plus que Bouygues avait annoncé vouloir sortir. Bref, encore une fois, nos dirigeants s’apprêtaient à solder à bon compte nos intérêts, notre savoir-faire et nos emplois, sachant que les trop nombreux précédents devraient inciter à la prudence. Merci donc à la commission de l’avoir empêché, sans le vouloir directement.
 
C’est ce que Quatrepoint soutient sur PolonyTV. Ce qui est frappant dans cette histoire, c’est la mauvaise foi crasse des eurobéats qui appellent à la défense d’intérêts européens, jamais pris en compte par l’UE, au nom de la concurrence libre et non faussée. Au début des années 1970, quelques pays européens avaient lancé, en dehors de la CEE, Airbus, puis Ariane. Mais depuis que le nœud coulant des traités a été serré, rien. Pourtant, ce ne sont pas les sujets qui manquaient, fournissant l’occasion de créer de nouveaux bébés industriels européens, dans le numérique ou l’économie verte. Sauf que cela est en contradiction complète avec la direction prise par ce monstre institutionnel qu’est l’UE.
 
 
Bruno Le Maire peut bien s’agiter. Il aura échoué, heureusement, à solder nos intérêts à l’Allemagne, et c’est heureux. Par un jeu de circonstances bienvenu, la religion de la concurrence de l’UE aura protégé les intérêts de notre pays, qui a tant investi dans cette filière qu’il aurait été scandaleux d’en abandonner le contrôle à trop bon compte à Siemens et ainsi parachever le dépeçage d’Alstom.

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Jean 26 février 11:04

    Mais dites-moi, Alstom n’a pas été croqué par GE ?

    auquel cas c’est une bonne nouvelle pour Siemens.


    • signéfurax 28 février 15:17

      @kader
      bien vu .


    • Trelawney Trelawney 26 février 11:31

      Alsthom fabrique des turbines électrique et des trains. Le marché de la turbine électrique et en perte de vitesse, remplacé par des nouveaux modes de production d’énergie comme le solaire ou l’éolien. Le marché du train et notamment du train à grande vitesse est une niche économique trop petite pour l’épanouissement d’une société. Et Alsthom au regard des sociétés chinoises équivalentes, fait figure d’artisan.

      Il faut avoir à l’esprit qu’une société a une durée de vie limité : elle né, elle prospère puis elle disparaît. Alsthom parce qu’elle n’a pas su crée de nouveau marché et dans sa phase terminale. Le rapprochement avec Siemens avait pour but de lui octroyer à elle comme à Siemens quelques années de plus en pensant à tort que -1 plus -1 ça fait +1.

      L’UE a mis son véto. En ne le faisant pas, elle n’aurait pas empêché le destin tragique de ces deux sociétés


      • Sozenz 26 février 12:10

        @Trelawney
        qu est ce qui vous fait dire qu ’alstom est en chute ?
        avez vous regardé les differents marchés et les innovations d alstom ?

        Vous mettez facilement au discredit les entreprises françaises ;

        Et Alsthom au regard des sociétés chinoises équivalentes, fait figure d’artisan.


        quoique vous en disiez la France a été et est un pays d excellence .
        Malheureusement vavec des personnes comme vous , cette excellence serait bien vite bradée à un pays tier et échanger contre de la camelote.

        64.000 Français vivent en Chine. D’après les données du consulat de Shanghai communiquées au Figaro, 30.000 Français résident à Hong-Kong, 20.000 à Shanghai, 10.000 à Pékin, et 4000 ailleurs. Ces Français travaillent dans différents secteurs. Principalement dans l’éducation pour environ 600 d’entre eux. Ensuite, dans les administrations (ambassades et les consulats). On les retrouve aussi dans le secteur de l’automobile et des transports, de l’énergie (nucléaire, pétrole, EDF), dans le domaine de la construction et du BTP, celui de la pharmacie et de la biologie, et enfin dans le secteur aéronautique.

        29 milliards d’euros de capitaux français ont été investis en Chine en 2015, selon l’Ambassade de France en Chine. Ces investissements directs se concentrent essentiellement dans les secteurs manufacturiers (industrie chimique, automobile et transports, équipements informatiques et électroniques et métallurgie essentiellement). On retrouve ensuite des investissements dans les services financiers, puis dans des activités liées au développement durable (production et distribution d’eau, d’électricité, de gaz, gestion des déchets etc.). Enfin, un grand nombre d’entreprises françaises sont impliquées dans des activités de recherche & développement.

        le truc c est que les chinois prennent les technologies , et elles viennent bien souvent de France . et cela vous oubliez de le signaler .
        ils ne s encombrent pas avec les brevets de ceci et brevets de cela .
         et eux tentent de garder leurs têtes . contrairement à la france qui fait tout pour faire fuire les gens et ceci depuis des années . combien de français sont partis au states pour faire valider leur brevet et le faire financer .

        Arretez de rabaissez les Français , il y en a marre .


      • Sozenz 26 février 12:14

        @Sozenz
        "64.000 francais vivent ..... , ... , Enfin, un grand nombre d’entreprises françaises sont impliquées dans des activités de recherche & développement.

        "
        (le Figaro économie )


      • Trelawney Trelawney 26 février 17:49

        @Sozenz
        64000 expatrié français pour 1.4 milliards d’habitants, ça vous fait 0.004% de la population.
        Mais du haut de votre bienséance française vous allez me dire que la population chinoise n’est pas faite ne fait pas beaucoup d’études et ils ont besoin de notre savoir faire .
        Il se trouve que pour ce qui concerne Alsthom, l’innovation technologique en matière de train se trouve en Chine et pas en France ni même en Allemagne. Et ce n’est pas que du copiage, puisqu’ils arrivent à faire ce qu’Alsthom n’a jamais réussit à faire, à savoir : faire rouler un train avec n’importe quel type de courant (ça c’est bien pour l’exportation).
        Maintenant imaginez ce que serait une société comme Apple sans le smartphone. Et pourtant cette société n’était pas destinée à fabriquer ce type d’appareil. On nomme cela, l’adaptabilité d’une société à évoluer avec le progrès. Mais vous allez me parler du Concorde !
        Maintenant imaginez ce que deviendra Apple lorsque la 5G (spécialité chinoise) sera commercialisé. On comprend mieux les velléité américaine envers la société Huawei conceptrice de la 5G. Il faut dire que pas moins de 50000 ingénieurs chinois et pas européens travaillent chez Huawei à la mise en place de ce nouveau réseau mobile.

        En conclusion, la bonne santé économique passe par l’accompagnement et le soutien des entreprises en développement sur des marchés porteurs et pas par l’acharnement thérapeutique sur des sociétés de l’ancien temps et parce que mal gouverné en perte de vitesse


      • Eric F Eric F 27 février 09:57

        @Trelawney
        et d’où est venu le subit savoir faire de Huawei, inexistant il y a trente ans, et émanation à l’origine de l’armée chinoise ? Tout simplement des centres de développements chinois de Lucent, Alcatel et consorts, qui n’ont pu vendre sur le marché chinois qu’à condition de produire puis de faire de la R&D sur place. Ces entreprises naguère leader des télécoms ont aujourd’hui quasiment disparu (sous-filliale de Nokia je crois), les Chinois ayant absorbé le marché et le savoir-faire, et pris le relais en innovation, ayant asséché la concurrence.

        Alors concernant Alstom et Siemens, je ne connais pas le fond du dossier, mais l’idée d’un grand groupe européen me parait préférable que se résigner à disparaitre en petits morceaux nationaux, la « taille critique » adossée à un large « marché intérieur » étant primordiale ...à condition que soit rétabli le principe de la préférence européenne, sinon dans les textes, du moins dans les usages des gouvernements et opérateurs. Pour en revenir à Huawei, cette entreprise est bannie aux USA et récemment en Australie pour pratiques déloyales.


      • sweach 27 février 11:56

        @Eric F
        *concernant Alstom et Siemens, ... l’idée d’un grand groupe européen me parait préférable ...à condition que soit rétabli le principe de la préférence européenne.*
        Si on ne change rien à notre économie actuel, c’est les chinois qui vont prendre le marché.
        Si on fait du protectionnisme européen, oui c’est préférable de les fusionner.
        Si on fait du protectionnisme national, il est préférable que Alstom reste indépendant.

        Avec la mondialisation, le protectionnisme n’est pas à l’ordre du jour, la perte de nos usines et de notre savoir faire au profit de l’Asie en est la conséquence.

        Le manque total de respect pour les travailleurs Français et l’absence de protectionnisme font que la nation est en perte de vitesse.
        Il y a 30 ans un travailleur était fier de son travail, de son pays et il se donnait à 100%, aujourd’hui un travailleur n’attend rien de sa boite ou de ses dirigeants car il sait qu’il est qu’un pion exploité, on est loin de tourner à 100%

        Des replis communautaires sont à prévoir pour les prochaine décennie.


      • Trelawney Trelawney 27 février 18:29

        @Eric F
        d’où est venu le subit savoir faire de Huawei, inexistant il y a trente ans, et émanation à l’origine de l’armée chinoise ? Tout simplement des centres de développements chinois de Lucent, Alcatel et consorts, qui n’ont pu vendre sur le marché chinois qu’à condition de produire puis de faire de la R&D sur place. 

        Alcatel Lucent n’a jamais connu la 4G et là on parle de 5G. Je veut bien que pour un moteur diesel on copie ce qu’il y a, car ça évite de perdre du temps pour des produits archi-développés et en fin de course. Mais pour ce qui est des industries nouvelles, il faut de la recherche fondamentale, ceux qu’ont les chinois et pas nous. 

        La Chine forme 60 millions (presque la population française) de diplômés de l’enseignement supérieur 

        par an, dont 30 millions d’ingénieurs. Dans les domaines de la voiture autonome, l’intelligence artificielle, la biotechnologie et l’électronique ils ont de l’avance sur nous.

        Alsthom fabrique des turbines et des trains et n’a pas fait de R&D sur d’autres produits ou d’autres marché (idem pour siemens). Pour maintenir ses entreprises en vie, il faut subventionner ou commander des trucs qui ne serviront pas (cf la SNCF)
        Les Alsthom de demain sont les start up d’aujourd’hui. Avant de fabriquer des voitures psa a fabriqué des moulins à café. Il est préférable de s’intéresser aux start-up d’aujourd’hui que de financer des trucs à bout de course comme Alsthom


      • Trelawney Trelawney 27 février 18:39

        @Eric F
        Petit article sur une entreprise française qui se porte bien et qui a toute les peines à ouvrir des usines en France.
        Est-ce une question de salaire ? Même pas !

        https://www.usinenouvelle.com/article/le-coup-de-gueule-du-patron-de-safran-qui-n-arrive-pas-a-ouvrir-deux-usines-en-france.N811955


      • Eric F Eric F 28 février 09:59

        @Trelawney
        Justement, ce que j’ai montré, c’est comment cette entreprise chinoise a pompé le savoir faire des entreprises télécom occidentales dans les années 90/début 2000, pour se constituer des compétences de départ et des marchés en cassant les prix, Bouyghe a été le premier opérateur Français je crois à introduire les commutateurs chinois. Huawei a peu à peu très habilement valorisé ce savoir-faire et pris le dessus, en se reposant comme vous l’indiquez sur le potentiel de diplômes chinois, en « synergie » avec la politique du PCC.

        Rappelons-nous encore une fois ce que disaient nos dirigeants il y a 20 ou 30 ans : « les occidentaux ont la supériorité de maîtrise technologique acquise en plusieurs siècles », et les patrons évoquaient les « entreprises sans usines » (celles-ci « tant délocalisées) et une économie de chercheurs. Eh bien  il n’a pas fallu un quart de siècle pour perdre cet »avantage absolu«  (au sens d’Adam Smith), ayant transmis la connaissance par la délocalisation de la R&D par les entreprises. Nos »multinationales« ont dépouillé nos pays, mais elles ont elles-même fini par se faire croquer. 

        Les start ups sur des domaines nouveaux nécessitent un substrat économique »mature« pour qu’elles puissent lever, et des grandes entreprises sur lesquelles s’adosser. Microsoft n’aurait jamais émergé s’il n’y avait pas eu IBM comme locomotive sur les PC à l’époque, ou Intel pour les microprocesseurs. Désormais ces start ups d’hier sont les locomotives d’aujourd’hui. Or si Alcatel, Thompson, Alsthom, etc. disparaissent, il n’y aura pas de start up qui pousseront dans un désert industriel.
        Il y a un autre modèle que les »start ups« , ce sont des grands groupes matures pratiquant l’innovation, c’est justement ce qu’avaient fait ces grands groupes technologiques dans les années 70/80, qui ont »inventé" le GSM, l’ADSL, la fibre, etc. et avec à l’époque un état volontariste (ça n’a pas été inventé dans un garage) et que font Huawei et consorts avec l’appui du gouvernement chinois (et aux USA avec l’appui du Pentagone).


      • Eric F Eric F 28 février 10:03

        Le cas de Safran montre qu’il manque de volontarisme d’état pour porter l’industrie nationale (ceci étant, c’est probablement un « appel du pied » de la part du patron).


      • signéfurax 28 février 15:21

        @Trelawney
        .0004 % , cela ne doit pas etre loin des expats allemands de la ww2 , qui ont créer la bombe pour les gentils amerloques , et puis ce sont lamentés d’ avoir creer l’ armagedon ....


      • Esprit Critique 26 février 19:13

        Les fondements, les fondamentaux de L’UE ne sont que artifices destinés a organiser la liberté absolue du fric au dépends de tout le reste.

        Il Faut tout réécrire et corriger, c’est très simple, ça peut aller vite.

        Annuler le traité que la France a rejeté par referendum, et ne reste dans l’UE que les pays qui sont d’accord avec le petit texte suivant :

        «  L’Europe, a pour but premier est inaliénable d’assurer le bien être des peuples, des différentes nations signataires qui la composent. »

        Le reste se réécrit en quelques jours, le temps d’une lecture critique. Toutes phrases, et règlements qui ne contribuent pas directement au « bonheur des peuples des nations… » est abrogé. Cette Nouvelle Europe doit démarrer des 2019. 


        • BA 26 février 22:36

          En Allemagne, le Centrum für Europäische Politik (CEP) vient de publier une étude sur les perdants et les gagnants de l’euro, étude réalisée par Alessandro Gasparotti et Matthias Kullas : « 20 Years of the Euro : Winners and Losers, An empirical study »


          Dans son analyse, le CEP conclut que l’Allemagne est le pays qui a le plus bénéficié de l’introduction de l’euro : c’est un gain de 1 893 milliards d’euros de 1999 à 2017, soit 23 116 euros de gain par habitant.


          Les Pays-Bas ont tiré un avantage notable de l’introduction de l’euro, avec un gain de 21 003 euros par habitant. La Grèce a obtenu un très faible avantage grâce aux plans de sauvetage européens, avec un gain de 190 euros par habitant au final.


          Dans les autres pays, l’euro a entraîné une baisse de la prospérité : moins 69 milliards d’euros pour la Belgique, moins 224 milliards d’euros pour l’Espagne, moins 424 milliards d’euros pour le Portugal, moins 3 591 milliards d’euros pour la France, et jusqu’à moins 4 325 milliards d’euros pour l’Italie.


          L’introduction de l’euro a entraîné 40 604 euros de perte par habitant au Portugal, 55 996 euros de perte par habitant en France, et 73 605 euros de perte par habitant en Italie.


          https://www.cep.eu/fileadmin/user_upload/cep.eu/Studien/20_Jahre_Euro_-_Gewinner_und_Verlierer/cepStudy_20_years_Euro_-_Winners_and_Losers.pdf


          • Eric F Eric F 27 février 10:05

            @BA
            Voilà une information absolument majeure et primordiale, probablement la plus importante que nous ayons eu concernant l’euro, ça mériterait que vous en fassiez un article. Nous n’avions jamais eu ce genre de bilan chiffré, tout à fait déterminant à la veille des élections européennes


          • Legestr glaz Legestr glaz 27 février 13:54

            @BA
             Une information de cette importance qui parait au grand jour. Incroyable !

            Merci beaucoup pour la mise en ligne de ce lien et de cette info !


          • Legestr glaz Legestr glaz 27 février 11:27

            l’Union européenne, pour « faire le poids » face aux géants mondiaux ! La très bonne blague. 

            Il se trouve que l’article 102 du traité sur le fonctionnement de l’U.E interdit l’abus de position dominante et, par la même, interdit aux Etats membres de l’UE d’héberger dans l’espace européen des géants industriels ou financiers. C’est absolument interdit. En fait, « faire le poids » c’était une bonne blague !

            L’UE nous avait déjà fait le même coup avec la « non autorisation » de la fusion de la  bourse de Francfort et de la bourse NYSE-Euronext. 

            l’article 102 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne -TFUE- interdit d’exploiter d’une manière abusive une position dominante. « Est incompatible avec le marché intérieur et interdit, dans la mesure où le commerce entre Etats membres est susceptible d’en être affecté, le fait pour une ou plusieurs entreprises d’exploiter de façon abusive une position dominante sur le marché intérieur ou dans une partie substantielle de celui-ci ».


            https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=CELEX%3A12008E102


            • Reiki 27 février 13:04

              L union c est construite autour de l industrie de la métallurgie.  

              Plus de 20ans qu ils font des réglés rien que pour emmerder les braves types..

              Pour quelle résultats...Vu le nombre de pays qui revendent leur bien ou au Ricains ou aux Asiatique...

              Exemple l union ne fais plus de rapport sur les droits de l homme en Chine, car les Grecs on posé leur véto.... 

              Et cela n est que le début, l Euro ne sert absolument à rien sauf peut-être à faire de son peuple l esclave du capitalisme. 


              • zygzornifle zygzornifle 28 février 09:44

                Elle a touchée sa grosse commission la commission ?


                • Eric F Eric F 1er mars 10:09

                  Curieux, on a bien un gros consortium aérien européen avec Airbus, pourquoi ne pas avoir créé un consortium du rail ?

                  Résultat l’un des deux groupes sera absorbé par les Américains, et l’autre par les Chinois.


                  • zygzornifle zygzornifle 1er mars 10:10

                    En tout cas les restos du cœur ne seront pas repris par le Fouquet’s ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès