• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Scientifiquement Fille ou Garçon ?

Scientifiquement Fille ou Garçon ?

Il ne doit pas y avoir d'ambiguïté : c'est l'un, ou bien c'est l'autre !

L'Administration de Trump veut l'établir scientifiquement.

C'est ce que l'on vient d'apprendre par un mémo du HHS qui a fuité dans la Presse (The New York Times). Le Journal NATURE s'est emparé du sujet. (ref. : Article de 'Nature' : https://www.nature.com/articles/d41586-018-07238-8) Je tire quelques aspects essentiels de leur Article :

Pour bien clarifier une fois pour toutes à la naissance si l'on est Fille ou Garçon, le Ministère de la Santé et des Services Sociaux (HHS – Department of Health & Human Services) propose de formaliser une définition légale du sexe.

Cette définition se baserait uniquement sur les organes génitaux dont l'enfant est doté à la naissance. S'il y avait quelque ambiguïté après cet examen externe, le sexe serait déterminé par des tests génétiques.

De la sorte, le HHS explique que le Certificat de Naissance serait clair, fondé scientifiquement, objectif, et facile à gérer.

Ce n'est quand même pas compliqué, n'est-ce pas ? Malheureusement, voilà les Scientifiques qui viennent tout gâcher... Ils nous disent que cette idée du HHS doit être immédiatement enterrée.

Ils expliquent que la proposition du HHS n'a aucun fondement scientifique, et qu'il a fallu bien des années pour progresser dans la compréhension de ce qu'est le sexe et le genre.

Le sexe étant une classification basée sur des caractéristiques internes et externes du corps. Le genre étant une construction sociale liée à des différences biologiques, mais qui a aussi des racines culturelles, est affectée tant par des normes sociales que par des comportements individuels.

La proposition du HHS faciliterait la discrimination des personnes transgenre, ainsi que ceux qui ne tombent pas clairement dans l'une ou l'autre des deux catégories proposées.

La communauté scientifique considère que le sujet du sexe est bien plus complexe que l'approche Fille/Garçon, tandis que le sujet du genre présente tout un éventail d'éléments à considérer.

Dans cette affaire comme dans d'autres, l'Administration Trump ignore superbement le consensus des experts.

JPCiron


Moyenne des avis sur cet article :  1.81/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • popov 3 novembre 15:37

    @JPCiron

     

    La communauté scientifique considère que le sujet

     

    C’est qui cette « communauté scientifique » ?


    • NEMO NEMO 3 novembre 16:27

      @popov

      La « communauté scientifique » ?
      vous ne connaissez pas ?
      C’est comme la « communauté internationale » !
      C’est tout ce qui va dans le sens du clan Sorros/Clinton/Obama pour mettre en avant-scène les sujets sociétaux et faire croire aux jeunes générations que leurs quéquettes et leurs zigounettes sont bien plus importants que le chômage, la couverture santé, les retraites et la famille.
      Les chromosomes x et y, c’est de la connerie, qu’elle dit, la communauté scientifique ! 
      C’est super de pouvoir remplacer les pharmaciens par les herboriste, la chirurgie par le courrier du cœur et la météo par l’horoscope.

      Popov, vous vivez dans l’ancien monde, mon vieux !


    • Christ Roi Christ Roi 3 novembre 16:29

       « l’Administration Trump ignore superbement le consensus des experts. »
      .
      Quand on voit vers quoi ces « experts » nous emmènent (pacs, gpa, déportations ethniques, pma, etc. ) on ne peut qu’admirer le BON SENS de cette administration Trump qui veut remettre l’église au milieu du village. smiley


    • http://www.barbieturix.com/2014/05/22/chromosomes-le-dilemme-du-sexe/. J’avoue un jour avoir ressenti un réel malaise, une inquiétante étrangeté face à une postière qu’il m’était impossible de situer sexuellement. Très ennuyeux. Evitons le merci mdamesieu. 


      • NEMO NEMO 3 novembre 16:46

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        moi pareil, avec un pompier un peu efféminé... mais bon, je devais être fatigué...


      • popov 3 novembre 17:05

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
         
        Faut examiner les os.


      • JPCiron JPCiron 3 novembre 17:05

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        .
        Choisit-on toujours ce que l’on est ?
        Ou ce que l’on pense ?
        On peut être différent tout en étant pareil.
        .


      • @JP CIRON, c’est certain. Mais c’est justement parce que j’’étais confrontée à l’indifférenciation qu’il y eut un malaise. Cela ne ma pas empêchée d’être humaine et tout à fait polie. C’est la différence qui nous rapproche, pas la fusion,....


      • Albert123 5 novembre 09:05

        @JPCiron

        on fait avec ce qu’on a et c’est ainsi que l’on devient adulte et autonome, pas en pleurnichant sur ce qu’on aurait fantasmé d’être,

        quand aux situations exceptionnelles qui sont rarissismes elles ne sauraient justifier l’ingénierie sociale souhaitée par les théoriciens du genre qui, au réel qu’ils n’ont jamais accepté, préfèrent le délire d’une idéologie crétinisante


      • pallas 3 novembre 17:15

        Mélusine ou la Robe de Saphir.


        Bonsoir,


        Il n’ y a pas d’hommes et femmes, juste des choses stériles et sans pensées.


        Vous etes une femme, peut etre une des dernieres.

        La ménopause commence de plus en plus tot, 28 ans dernierement.


        C’est terminé de l’espece humaine, c’est comme ça.


        En tant qu’homme, je ne rencontre pas de femmes véritables, uniquement des erzats boulimiques.


        Souriez, c’est une vengeance, la mienne.


         smiley


        Salut


        • Severomorsk 3 novembre 17:33

          @ l’auteur JP Ciron

          Il y a encore des gens pour croire que la morphologie des organes sexuels a quelque chose à voir avec le fait d’être un homme ou une femme. Comme vous le soulignez très bien, cette idée d’autrefois est cause de ségrégation. J’attends avec impatience votre prochain article. 



          • Tiberius Tiberius 3 novembre 20:13

            @Severomorsk

            Ce n’est pas l’apparence des organes sexuels qui fait que l’on est un homme ou une femme mais la réalité pour l’heure indépassable de notre code génétique. Un individu porteur d’un chromosome Y ne pourra jamais ovuler. JAMAIS ! Alors vous pouvez construire un robot qui aura la morphologie, la voix et le comportement habituel d’une femme humaine, ça ne sera pour autant jamais rien d’autre qu’une machine qui imite une femme ! De la même façon, vous pouvez transformer le sexe et la morphologie d’un porteur du chromosome Y pour le faire ressembler en tout point à une femme, mais ça n’en serait pas pour autant une femme car aucun individu de ce groupe ne peut ovuler. AUCUN ! Ni la société, ni l’individu, ni même la science n’a la capacité de choisir notre genre. L’on pourra dire que le genre est un choix uniquement le jour où la science deviendra capable de manipuler le génome humain pour enlever ou faire naître un chromosome Y. A ce moment-là, oui, le genre ne sera plus une réalité biologique indépassable mais un choix individuel. Mais présentement, nul ne sait faire ça et même si l’esprit humain à la capacité de nier la réalité, il ne peut pas changer ce qui est ou n’est pas. Vous pouvez nier qu’il fasse jour, vous ne pouvez pas faire qu’il fasse nuit. Un humain porteur d’un chromosome Y peut imiter les femmes, il ne peut pas faire partie de leur genre car aucun d’eux ne peut ovuler.


          • Severomorsk 3 novembre 22:13

            @Tiberius

            Bonjour, 

            Je voulais encourager la production d’articles ineptes en approuvant l’auteur, mais je vois que cela ne vous plaît pas. 


          • JPCiron JPCiron 3 novembre 22:32

            @Severomorsk
            .
            Bah, un article inepte permet quand même à plus d’un de pouvoir participer à une conversation...
             smiley  smiley


          • popov 4 novembre 04:18

            @Severomorsk
             
            Ah bon, c’était de l’humour. Pas évident, mais j’aime mieux ça.


          • JPCiron JPCiron 4 novembre 10:54

            @Tiberius
            .
            Que fait-on des personnes qui, n’ont pas de pénis, disposent d’un vagin, ont grandi comme des filles (la carte d’identité disait clairement « fille »), se sentent fille, sans pilosité aucune à l’adolescence, sans règles... mais avec petit copain.
            .
            Personne diagnostiquée XY (symptôme de Morris) : aucun organe masculin apparent mais avec un vagin. Pas d’utérus, mais avec des quasi-testicules internes non fonctionnels.
            .
            Donc, pas d’ovulation et pas de spermatozoïdes.
            Une personne frêle, qui est identifiée comme fille, élevée comme fille, se sentant fille, attirée par les hommes ...
            ... qui devra faire son service militaire avec les hommes sans pouvoir pisser debout ?


          • Claire Claire M. 5 novembre 17:15

            @JPCiron : Que fait-on des personnes qui, n’ont pas de pénis, disposent d’un vagin, ont grandi comme des filles

            Je crois pour ma part que l’on peut en toute humanité offrir à ces personnes la possibilité de vivre autant que faire se peut telles des femmes à part entière sans pour autant s’embarquer dans d’abracadabrantes démonstrations pour nier la réalité de leur génotype masculin. La nature fait parfois des erreurs. Des bébés naissent sans jambes et d’autres avec un sexe qui ne devrait pas être le leur. Pour autant, je ne crois pas que nier contre toute évidence la réalité des handicaps soit la solution. Pour moi, il est aussi aberrant de nier la réalité de notre genre féminin ou masculin, que de nier l’existence de nos bras ou nos jambes. Ce n’est pas en expliquant qu’avoir des bras est un choix de société, pas une réalité, que nous règlerons mieux les problèmes du handicap moteur. Pareil pour le genre. Vous vous sentez mal dans votre peau, vous voulez être du sexe opposé, OK ! Ce n’est pas une raison pour se lâcher et verser dans la démence en arguant que le genre n’existe pas réellement, que tout n’est qu’affaire de choix. 


          • JPCiron JPCiron 5 novembre 22:46

            @Claire M.

            Tout d’abord, je n’aime pas le mot ’handicap’. Il est parfois difficile de ne pas l’utiliser. Cependant, il ne s’agit souvent que de caractéristiques. Et il faudrait les regarder comme telles. Le mot handicap a une connotation désobligeante.
            .
            Avez-vous lu l’introduction de l’article ? Il fait suite à une démarche de l’Administration US qui vise à classifier les gens selon deux sexes. Ou l’un ou l’autre. (écartant la catégorie ’neutre’ qui existe dans quelques pays.). Mais surtout de ne pas « offrir à ces personnes de vivre... ». C’est cela qui est choquant. Et les voix s’élèvent aux USA contre les discriminations que cela impliquerait.
            Par ailleurs, beaucoup de gens ne savent pas que des situations ’intermédiaires’ ou ’indéterminées’ existent : ils ont déjà une vision binaire. Alors, il n’est pas mauvais d’expliquer... c’est ce que j’ai essayé de faire.

            Dans l’exemple que je donnais, oui, il y a un génotype masculin. Et la personne « est » femme. On devrait lui ficher la paix et la laisser vivre sa vie. Avec des papiers qui le lui permette.


          • Claire Claire 6 novembre 00:27

            @JPCiron : 

            Avez-vous lu l’introduction de l’article ? Il fait suite à une démarche de l’Administration US qui vise à classifier les gens selon deux sexes.

            Pour être rigoureuse, je dirais que c’est en réalité la nature qui nous a séparés en femmes et hommes et pas les humains eux-mêmes. Nous ne sommes pas nos créateurs smiley Tout ce que l’on pourrait donc reprocher à M. Trump ici serait d’insister trop lourdement sur des différences sexuelles qui, dans un monde idéal, ne devraient pas influencer grandement nos vies et perspectives d’avenir. Sauf que, bien sûr, nous ne vivons pas dans un monde idéal. Et bien que majoritaires, nous les femmes, de quelque civilisation que nous venions, sommes toujours traitées comme des citoyennes de seconde zone. Même au sein de la communauté la plus opprimée du monde, vous pourrez toujours trouver une composante encore plus opprimée : ce sont les femmes. Alors, excusez-moi de défendre avec autant d’insistance les intérêts de mes congénères, mais croyez-vous sincèrement possible de lutter contre les discriminations dont serait victime une communauté sans reconnaître au minimum l’existence de cette communauté ? Pour corriger les injustices dont sont victimes les femmes il faut au moins accepter qu’elles existent pour de vrai et que les discriminations qui les frappent ne sont donc pas que d’anodines conséquences d’un simples choix sexuel quelles auraient fait. Car ça n’est pas vrai, nous ne décidons de rien. Selon notre génotype, nos perspectives d’avenir dans ce monde ne sont pas les mêmes un point c’est tout ! D’ailleurs aujourd’hui les droits des transgenres XY, évoluent plus vite que ceux des femmes XX dont la situation tend au contraire à se dégrader. C’est une réalité monsieur ! Et si vous ne reconnaissez pas l’existence des femmes, alors nous sommes condamnées à vivre encore au moins un siècle de discrimination. J’avais lu une fois un livre où les femmes avaient totalement disparues. Il existait toujours bien des humains que l’on appelait femmes, mais toutes et tous avaient le génotype masculin. Les seules créatures tant soit peu humaines porteuses de chromosomes XX étaient les matrices artificielles dans lesquelles naissaient les bébés. Je me demande parfois si ça n’est pas vers cette atrocité que la nature des hommes les entraîne inexorablement...


          • JPCiron JPCiron 6 novembre 17:42

            @Claire


            " discriminations"


            Les opinions de Trump sont celles de son électorat, très fortement centré sur le sentiment évangélique. Lequel correspond à une lecture littérale des textes. Inutile de faire un dessin, je suppose.

            Le texte que son Administration veut faire passer est parfaitement en ligne avec son électorat. C’est pourquoi l’opposition aux USA proteste avec force, car ce texte sera un support légal pour les discriminations.

            Mon article se met dans cette perspective.


            Des discriminations, il y en a. Et j’ai bien peur qu’il y en aura encore pendant des siècles. C’est dans les têtes depuis des milliers d’années. Et beaucoup d’esprits sont ancrés dans le passé.

            Voici peu, j’avais proposé un article qui montrait que différentes formes de structures familiales existent ou ont existé. Les machistes (type Baruya ,Occidentaux,...), les non-machistes (Minangkabau, Na, etc) plus quelques considérations ethnologiques. Il n’est pas passé.


            Ensuite, de ma propre expérience, j’ai pu faire progresser des collègues femmes. Surtout dans des pays latins où la différence de traitement était large. Mais j’ai aussi essuyé des refus de promotion. Il y a du pain sur la planche...



          • Claire Claire 7 novembre 00:55

            @JPCiron

            Vous n’avez pas vraiment entendu ce que je voulais vous dire mais je ne désespère pas smiley Oui, vous avez raison, il y aura toujours des discriminations, le problème vous disais-je, c’est que même au sein des populations les plus discriminées la composante porteuse du génotype féminin reste la plus à plaindre. Pourquoi est-ce que je m’attarde sur ce point ? Eh bien parce que, s’il vous semble que la population transsexuelle est discriminée, dites-vous que le cas des transsexuels de génotype féminin est encore pire ! Or quand pour lutter contre la discrimination, vous dites que le genre féminin procède d’un simple choix et n’a aucune existence biologique, vous niez par conséquent l’existence réelle de cette composante humaine dont je fais partie et qui s’avère pourtant et pour de vrai, plus discriminée que toutes les autres. Diriez-vous que l’on peut lutter contre les discriminations visant les personnes noires, si l’on n’accepte même pas qu’elles existent ? Bien sûr que non n’est-ce pas ! Donc en refusant de reconnaître l’existence d’une composante féminine basée sur le génome, vous vous privez de toute possibilité de prendre en compte les discriminations spécifiques dont est victime cette catégorie de la population. Du coup, certes, vous allez améliorer la vie des transsexuels, mais essentiellement et comme de coutume, celle des transsexuels de génotype masculin, dont on va défendre le droit à uriner dans les toilettes de femmes, sans jamais se soucier de la réciprocité vis-à-vis de ceux du génotype féminin. Eh oui !!! C’est pourquoi, quoi que vous pensiez de Trump, si vous vouliez vous donner la peine d’y réfléchir sans passion, vous verriez que son initiative va dans le bon sens. Tout à fait ! Car s’il force la reconnaissance de deux catégories de transsexuels, ceux du génotype masculin et ceux du génotype féminin, il ouvre en même temps la possibilité d’une prise en compte des intérêts spécifiques de l’un et l’autre ! Bien sûr, je doute fort que ce résultat soit celui qu’augurait Trump, mais peu importe. Ce qui compte c’est le résultat. smiley


          • Cyrus cOPIA Cardinal 7 novembre 01:19

            @Claire

            Il est étrange que seul les hétéro male (pas forcement blanc smiley )
            Soit les seuls qui ne soit pas considérés comme discriminés .

            Combien de jeune garçon avec 3grain de riz vont devoir luter pour l’ avoir aussi grosse que papa ... Faire du sport sans cesse pour avoir une musculature masculine avant même la puberté et ses hormones .

            Démonter toute les machine de la maison , sans pouvoir les remonté ...
            Combien devrons « se trouver une copine » parce que les parent a chaque repas se transforme en jacque martin « elle est ou ta copine » ... oui de dehors ca parait mignon ...

            Peut t’ il y avoir une identité sexuelle sans se forger et se confronter a la vie ?
            Peut il même y avoir une identité sociale sans se mettre au moule .

            Aujourdhui l’ homosexualité est de plus en plus accepté , 
            Il y a de moins en moins de différence légal ou sociétal.

            Bonne soiré


          • JPCiron JPCiron 7 novembre 09:57

            @Claire
            .

            <<au sein des populations les plus discriminées la composante porteuse du génotype féminin reste la plus à plaindre.>>


            Oui, j’ai toujours été de cet avis. C’est une chose évidente, ne serait-ce que par la masse de la population humaine concernée.


            << Or quand pour lutter contre la discrimination, vous dites que le genre féminin procède d’un simple choix et n’a aucune existence biologique, vous niez par conséquent l’existence réelle de cette composante humaine dont je fais partie et qui s’avère pourtant et pour de vrai, plus discriminée que toutes les autres>>


            Je n’ai jamais dit cette absurdité.


            << Eh oui !!! C’est pourquoi, quoi que vous pensiez de Trump, si vous vouliez vous donner la peine d’y réfléchir sans passion, vous verriez que son initiative va dans le bon sens. Tout à fait ! Car s’il force la reconnaissance de deux catégories de transsexuels, ceux du génotype masculin et ceux du génotype féminin, il ouvre en même temps la possibilité d’une prise en compte des intérêts spécifiques de l’un et l’autre  ! Bien sûr, je doute fort que ce résultat soit celui qu’augurait Trump, mais peu importe. Ce qui compte c’est le résultat. >>


            Là aussi, je pense que vous vous fourvoyez lourdement. Comme je le disais en introduction de l’article, l’Administration Trump veut que le sexe soit déterminé au plus tard à la naissance (par examen externe) ou à défaut par analyse génétique. Et cela une fois pour toutes. Le concept de genre ne les intéresse pas. Chaque transsexuel sera ou Garçon ou Fille selon résultat de l’examen externe effectué à la naissance ou, en cas de doute, par le test génétique. Point.

            D’ailleurs, plusieurs Agences dépendant de l’Administration sont déjà revenues sur certaines avancées d’Obama sur le genre dans des écoles, prisons et refuges pour sans-abris ! Tout se base sur le sexe apparent ou à défaut déterminé par analyse génétique.


            https://www.nytimes.com/2018/10/21/us/politics/transgender-trump-administration-sex-definition.html



          • Claire Claire 7 novembre 10:55

            @cOPIA Cardinal Peut t’ il y avoir une identité sexuelle sans se forger et se confronter a la vie ? Peut il même y avoir une identité sociale sans se mettre au moule.

            Mon avis personnel sur la question de l’identité sexuelle, c’est qu’elle est codée dans nos gènes et que c’est ensuite à chaque individu, selon son caractère, de voir s’il veut se conformer à tout ou partie des codes de comportements que la société dans laquelle il vit lui attribue selon son genre.

            Pour ce qui est de l’identité sociale, vu que les gens qu’on qualifie d’exceptionnels ne donnent jamais l’impression d’être du même moule que les autres, je dirais que baisser la tête et faire corps avec le troupeau n’est sûrement pas la meilleure façon de briller dans la vie. smiley


          • Claire Claire 7 novembre 11:45

            @JPCiron

            – Je n’ai jamais dit cette absurdité.

            Je veux bien croire que ce n’était pas votre pensée, vu votre saine réaction, mais vous l’avez quand même bien écrit et on ne peut plus clairement !

            Vous avez repris à votre compte l’affirmation selon laquelle : le recours à des test génétiques pour déterminer le genre des individus n’aurait « aucun fondement scientifique » (vous l’avez même souligné) car le genre serait une simple « construction sociale liée à des différences biologiques ». 

            Aucun fondement scientifique aux tests génétiques ça signifie que le génotype ne défini pas notre genre, c’est clair !!! 

            D’ailleurs si un doute subsistait, votre explication sur le genre en tant que construction sociale l’annihile complètement. Quand on dit que l’identification à une race est une construction sociale basée sur de simple différences biologiques. Cela signifie qu’être petit ou grand est une différence biologique qui ne prouve pas l’existence d’une race de petits et d’une race de grands. Donc, c’est clair, pas d’existence scientifique au concept de genre, voilà ce que vous dites. 

            Maintenant, si vous me dites que vous ne le pensiez pas, alors OK, nous sommes maintenant d’accord smiley

            – Là aussi, je pense que vous vous fourvoyez lourdement (...) , l’Administration Trump veut que le sexe soit déterminé au plus tard à la naissance ou à défaut par analyse génétique.

            Euh non, je ne me fourvoie pas, c’est tout à fait comme vous le dites que je l’entendais. smiley J’argue simplement que si vous voulez corriger la différence de traitement qui existe entre les transsexuels de génotype masculin et féminin il vous faut accepter de les distinguer l’un l’autre, forcément ! Refuser le classement selon le génotype serait faire le jeu des seuls transsexuels porteurs du chromosome Y. smiley


          • Cyrus Cylon 96877 7 novembre 14:38

            @Claire
            rebonjour claire,
            Mon avis personnel sur la question de l’identité sexuelle, c’est qu’elle est codée dans nos gènes 

            >Il me semble que tu parle de l’ identité sexuel autosomique (xx ou xy) celle qui détermine la construction du corps humain . Cependant la testosterone ou les œstrogènes ne sont pas les seule hormone en cause . D’ autre hormone sont produite par l’ hypophyse qui n’ est pas un organe sexualisable .Entre un cerveaux feminin , et un cerveau masculin les différence de construction sont subtile on ne les verra presque pas lors d’ une autopsie , il faudra un IRM pour voir comment les zones du cerveau s’ éclaire en fonction d’ un stimuli.D’ autre chromosome sont impliqué et non pas seulement les autosome . Ainsi on peut avoir une personne sexualisé genetiquement , parfaitement hetero dans son genre mais un fonctionnement du cerveau plus feminin le predisposant a avoir une pensee plus feminine sur certain sujet et plus masculine sur d’ autre .Celle ci pourra ensuite evoluer toute la vie durant en fonction du vecu et de la société .

            La construction du genre , met en haleine beaucoup de scientifique qui peine a comprendre ses mécanisme subtile . Des qu’ on enlève une couche , on en trouve une autre comme sur un oignon ou une poupée russe .Tout cela reste bien mystérieux , mais si la nature ne l’ avais pas voulu ainsi , elle l’ aurait fait différemment .L’ identité sexuelle est une des nombreuse identité qui nous rende unique . Toute ces identité sont les brique de l’ esprit et/ou de l’ âme qui font de nous plus que des animaux « physique ». 

            je dirais que baisser la tête et faire corps avec le troupeau n’est sûrement pas la meilleure façon de briller dans la vie. 
            >La ce n’ est plus se fondre dans l’ identité social et y participer , c’ est carrement s’ y dissoudre . Meme un être « exeptionel » ne peut pas s’ en ecarter totalement sinon il devient un sociopathe , c’ est aussi une dissolution dans la deformation qu’ il s’ inflige .
            Le bon equilibre doit etre quelque part entre les deux . 

            Ne soit pas surprise , je change sans cesse d’ identité et de nom .
            ca peut etre surprenant au depart .Mais il y a une logique , abandonner son nom et en prendre un nouveau , les empiler comme on pourrait le faire avec des vetement ou des deguisement , sans jamais changé ce que l’ on ais profondement c’ est aussi essayer de s’ affranchir des limite de sa personnalité sociale pour mieux comprendre ce que la société nous transmet (l’ acquis ) et ce qui vient vraiment de nous (l’ inné) . C’ est un peut comme du theatre ou du jeu de role .

            Merci de tes réponse .Au plaisir de te lire a nouveau .


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 novembre 14:43

            @Cylon 96877. Etourdissant, le rythme des changements de pseudos.


          • L' ordi Jumping momie 7 novembre 15:21

            @JC_Lavau

            Impressionnant de surnommer son ex « gazonbleu » et de brûler sa famille en place publique sur son petit blogounet .

            Un peut de décence monsieur lavau


          • Cyrus Cylon 96877 7 novembre 15:23

            @JC_Lavau

            Je parlais justement de sociopathie ...merci d’ illustrer mes propos


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 novembre 15:32

            @l’un des pseudonymes de l’affreux parasite hématophage qui nous broute les couilles.
             
            Il s’agit du féminin de « Barbe Bleue ». Tueuse de conjoint.
            L’original Gilles de Rais était plutôt tueur de garçonnets.


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 novembre 15:36

            @JC_Lavau. Au fait, elle avait septante ans hier.


          • Cyrus Cylon 96877 7 novembre 15:37

            @JC_Lavau
            Et sur Av peut être smiley


          • JPCiron JPCiron 7 novembre 16:21

            @Claire


            Bonjour Claire,


            Bon, reprenons depuis le début :

            .

            A – le point de départ : j’indique que « le HSS propose de formaliser une définition légale du sexe. » On ne parle bien ici que du sexe de l’enfant.

            .

            B – j’ajoute que « Cette définition se baserait uniquement sur les organes génitaux dont l’enfant est doté à la naissance. S’il y avait quelque ambiguïté après cet examen externe, le sexe serait déterminé par des tests génétiques. » La base fondamentale est donc bien l’examen externe de l’enfant.

            La plupart du temps, un enfant identifié légalement comme « fille » sera effectivement XX. Même logique pour les « garçons ». Si la personne en charge d’effectuer l’examen externe n’a pas de doute, le sexe sera enregistré sur le certificat de naissance. Si la dite personne a un doute, elle demandera un test génétique.

            «  Le HHS explique que le Certificat de Naissance serait clair, fondé scientifiquement, objectif, et facile à gérer.  » Cela ressemble à un document définitif, pour la vie. En tout cas, la proposition du HHS ne mentionne pas la possibilité de faire ultérieurement « appel ».

            .

            C – La phrase suivante contient deux concepts, que je reprends l’un après l’autre :

            Les Scientifiques « expliquent que la proposition du HHS n’a aucun fondement scientifique, ... »

            Quels scientifiques ? Ceux dont les travaux et les articles sont publiés dans la revue « NATURE ». Wikipedia nous dit que «  Nature est (...) l’une des revues scientifiques les plus anciennes et les plus réputées au monde. »

            Il s’agit bien toujours de « la proposition du HHS » qui n’a aucun fondement scientifique. Proposition, comme on l’a vu en « B » qui est composée de deux éléments : l’examen externe du nouveau-né et, en cas de doute, d’un test génétique.

            La critique des scientifiques est méthodologique. Pour ce qui concerne le volet « sexe », je ne me suis pas appesanti sur les éléments qui peuvent influer grandement sur l’apparence externe du nouveau né : hormonaux, génétiques, etc qui peuvent affecter cette apparence externe. Ce sont des choses quand même connues. Pour ce qui concerne la partie génétique, on sait aussi qu’il existe une variété de cas (peu fréquents, là aussi) où la classification XX ou XY n’est pas immédiatement évidente après test génétique.

            La « problématique » potentielle (génétique et non-génétique) dont je viens de parler ne toucherait peut-être que 1% de la population. Aux USA, cela ferait quand même 3 millions de personnes.


            Par conséquent, «  le Certificat de Naissance clair, fondé scientifiquement, objectif, et facile à gérer. » proposé pas le HHS ne saurait être fondé scientifiquement, car la méthodologie proposée est trop approximative.

            .

            (suite sur second post)


          • JPCiron JPCiron 7 novembre 16:22

            @Claire

            D – La seconde partie de ma phrase dit que «  Les Scientifiques expliquent (...) qu’il a fallu bien des années pour progresser dans la compréhension de ce qu’est le sexe et le genre.  » Durant ces années, les scientifiques ont donc exploré les complexités du sexe, tant pour les aspects génétiques que non-génétiques. Et , en outre, les scientifiques ont aussi travaillé sur le concept de genre.

            On note que la HHS ne le mentionne pas le concept de genre dans sa proposition. Implicitement, pour eux, Sexe = Genre. Ce qui correspond d’ailleurs à ce que pensent une grosse fraction de l’électorat de Trump.


            En parfaite cohérence avec ce que je dis, l’Administration US a déjà appliqué ces concepts contre les personnes transgenre et contre celles qui ne sont pas clairement « l’un ou l’autre » des deux sexes. Trump a déjà annoncé l’an passé que les personnels transgenre ne seraient plus autorisés à servir dans l’armée américaine. Le Département de la Justice, par mémo interne d’octobre 2017, indiquait que les lois qui interdisent la discrimination à l’embauche ne concernent pas l’identité du genre. Ont aussi été avancées des mesures dans les écoles, les refuges pour SDF, etc qui ne tiendraient plus compte du genre pour les dortoirs, par exemple, mais uniquement du sexe de la pièce d’identité.


            Ce qui nous ramène à l’introduction de mon article, que je vous invite à relire calmement.


             smiley


          • Claire Claire 7 novembre 20:44

            @Cylon 96877

            Entre un cerveaux feminin , et un cerveau masculin les différence de construction sont subtile

            Oui enfin si tu veux mon avis, personne n’ayant le moindre petit début de compréhension de la façon dont laquelle, du jeu des neurones dans notre tête, émerge l’intelligence, discuter de l’influence de telles ou telle différences dans le cerveau pour construire une théorie du genre relève de la charlatanerie en bonne et due forme. D’ailleurs, ne croirait-on pas voir les médecins de Molière qui prétendaient soigner un corps humain auquel il n’entendaient que dalle ? smiley

            La construction du genre, met en haleine beaucoup de scientifique qui peine a comprendre ses mécanisme subtile.

            À ben oui, ils peinent !!! Ils n’ont strictement aucune idée de ce qui peut en pratique distinguer un esprit féminin d’un esprit masculin. Ils sont comme les savants de Laputa... 

            Merci de tes réponse .Au plaisir de te lire a nouveau .

            Merci à toi également car le plaisir fût partagé, sois-en certain ! smiley


          • Claire Claire 7 novembre 21:21

            @JPCiron : Wikipedia nous dit qu«  Nature est (...) l’une des revues scientifiques les plus anciennes et les plus réputées au monde.

            Bon tout d’abord, je vais te tutoyer (si ça t’ennuie dis-le moi), car là je me perds à savoir qui dois-je vouvoyer ou non ! smiley Donc je comprends ton problème. Ces scientifiques t’ont semblé intellectuellement mieux armés que toi pour décider de ce qui est vrai ou non. Tu ne te sens pas à la hauteur pour remettre en question leur sentence. Je serais malhonnête de te jeter la pierre mais moi, ils ne m’impressionnent pas autant. Car il se trouve que je sais pertinemment qu’il n’existe aucun humain sur cette Terre capable d’expliquer comment, du jeu des neurones émerge l’intelligence et d’ainsi pouvoir comprendre en pratique ce qui distingue un esprit féminin d’un esprit masculin. Du coup, de quelle science qui que ce soit pourrait-il bien se prévaloir pour affirmer ex cathedra que ce qui nous distingue n’est pas codé dans nos gènes et que le test génétique est dénué de fondement ? Je n’ai pas plus que ces gens la compréhension des mécanismes qui génèrent la pensée féminine ou masculine et ce qui pourrait éventuellement faire qu’elles se distinguent. C’est pourquoi je préfère m’en tenir à ce que je sais, à savoir les faits millénaires et maintes fois ressassés qui démontrent une discrimination générale dont sont victimes les individus dépourvus de chromosomes Y. Et partant de là je me réjouis que l’on s’intéresse à ce fameux chromosome, ce qui ne peut qu’être favorable à celles qui en sont dépourvus. smiley


          • #Shawford #Shawford 7 novembre 21:32

            @Claire

            dépourvues avec un e... ou pas, ce qui reste à voir ! smileysmiley ?)


          • Cyrus Cylon 96877 7 novembre 22:45

            @Claire

            Oui enfin si tu veux mon avis
            >
            bien sur que je le veut , sinon j’ aurais laisser courir smiley 
            Le genre est quelquechose de très dur a « programmez » 
            c’ est un peut comme le test de turing , on peut « imiter » l’ illusion de la vie , voir même lui donner des compétences grâce a un système expert .
            Mais lui donner un « genre » cela as été un de mes plus grand « soucis » .

            Comment comprendre le corp humain sans le disséquer ? meme maintenant avec l’ IRM il reste bien des mystere. Alors un esprit ou une ame ? Comment appréhender le problème pour l’ imiter correctement ... c’ est intangible , imponderable mais cela existe .

            Je ne parle même pas de créer , mais seulement de l’ imiter pour « tromper » l’ observateur .   

            Ils sont comme les savants de Laputa... 
            Oui c’ est exactement ca , mais on ne peut l’ intégrer même avec une matrice a n dimension de liste chaînée de matrice N-1 j’ usqua l’ indice 0.
            Je laisse le plaisir a barbe bleu de s’ y attaquer pour gagner sa place dans la postérité , moi ce n’ est plus de mon age et je cale complètement ...
            Qu’ en pensez vous .... De même malgres ta photo , ton language , et les petit indice je n’ arrive pas pour le moment a te genrer ... non pas que ce soit un but .
            Simplement par curiosité intelectuelle et par plaisir de deviner .
            Garde précieusement le mystère c’ est tout l’ intérêt du jeu des masque .
            Il ne s’ agit pas de se cacher , mais bien au contraire de se faire voir et remarquer .

            A très bientôt je reviendrait dit le T1000 smiley

             


          • Cyrus Cylon 96877 7 novembre 22:47

            @#Shawford

            ha il t’ ont enfin rendu ton coquelicot smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès