• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > MH17 : La machine à fabriquer un coupable. Ils nous ont tous menti (...)

MH17 : La machine à fabriquer un coupable. Ils nous ont tous menti (3/4)

Dans le premier article de cette série, il a été prouvé que les accusations d'utilisations de missiles Buks par la Russie en Ukraine étaient antérieures au crash du MH17 et surtout fausses. Le second a montré que Kiev et Washington avaient un mobile et avaient été les seuls à tirer profit du drame. Dans cette troisième partie, nous reviendrons sur la communication et les preuves avancées le 18 juillet 2014 : Ils nous ont tous menti !

Une désinformation dont le but primaire était le conditionnement des masses avait été mise en place par Kiev bien avant le 17 juillet 2014. Benoîtement relayée par la presse occidentale, elle avait préparé ainsi ses lecteurs à recevoir « la Vérité ». Le jour du drame, elle se limita à inventer des victimes imaginaires pour impliquer le plus de pays possible. Dès le lendemain, la désinformation se mit en place en deux temps. Le premier très court et très brutal avait pour objectif de créer un état de choc et de stupeur. Elle impliqua des institutions et des Hommes d’États. Mais devant la fragilité des preuves et le risque très important d'être décrédibilisés ces derniers laissèrent la place dans un second temps à des blogueurs, des experts auto-proclamés et des quidams. L'apogée de cette pantonyme fut atteinte quand le JIT battit son dossier d’accusations sur le travail de ces derniers.

Des morts français et américains parmi les victimes :

Le jeudi 17 juillet à 19h46 l'agence Reuters annonce que 23 américains ont été tués lors du crash. Un quart d'heure plus tard, le Ministre des Transports français Frédéric Cuvilliers annonce que 4 passagers français se trouvaient à bord. A 23h, Laurent Fabius surenchérit et annonce dans une dépêche du Quai d' Orsay que 6 victimes françaises se trouvaient à bord. Un numéro vert fut même mis en place (0143175646) pour informer les familles.

Ces trois dépêches sont fausses (fakes news, hoaxs). Aucun français ni aucun américain n'ont trouvé la mort lors de la catastrophe (liste des passagers). Seul un passager hollandais avait la double nationalité américaine dû à sa seule naissance à Fort Lee (New Jersey) alors que son père travaillait aux USA.

De tels communiqués prouvent qu'au minimum l'agence Reuters et les ministères français n'ont pas appliqué les règles déontologiques qui leur imposaient de ne pas diffuser une nouvelle alarmiste sans l'avoir vérifiée.

Doit-on voir dans cela de l'amateurisme ou une recherche effrénée du « Buzz » médiatique ?
Peut être, mais dans le contexte de manipulation du crash du MH17, deux autres hypothèses sont à envisager.
La première, inclure des ressortissants nationaux dans la liste des victimes permet de capter l'attention de ses concitoyens. Quel français et encore plus quel américain s’intéresseraient au crash d'un avion malaisien en Ukraine ? Pour les « victimes » imaginaires françaises, le feuilleton s'est déroulé sur deux jours pendant lesquels les Ministres des Transports et des Affaires Étrangères et le Président François Hollande se répondirent par communiqués interposés. Ces démentis interministériels n'ont fait que catalyser l'attention des français en créant une « dramatique » supplémentaire.
La seconde, la présence de ressortissants dans une catastrophe permet au pays concerné d'être partie prenante du drame, puis de l'enquête et de ne pas être cantonné uniquement dans un rôle compassionnel.

 

L'enquête la plus rapide de l'Histoire de l'aviation civile et par des preuves toujours attendues depuis 3 ans.

La preuve qui a servi à incriminer puis sanctionner la Russie.

 

Alors qu'une enquête de sécurité sur un crash aérien prend plusieurs mois et qu'un minimum d'un mois est nécessaire pour le premier rapport intermédiaire, les causes et les coupables de l'accident sont connus dès le lendemain.

En seulement 23 heures Samantha Power annonce au Conseil de Sécurité que la Russie a détruit le MH17 et que les USA possèdent des preuves formelles impliquant Moscou.

Le même jour, en direct sur les chaînes du monde entier Barack Obama tient le même discours.

Le 20 Juillet John Kerry déclare sur CNN que les États-Unis possèdent des « preuves circonstancielles extraordinaires ». Il rajoute aussi que les USA connaissent le lieu du tir du missile sur la base d'images satellitaires.

Trois ans après les faits nous sommes toujours en attente de ces preuves circonstancielles et satellitaires que les USA affirmaient détenir. Aucun des articles cités ne donnent le détail de ces preuves. Quelles étaient-elles ? Pour le savoir, il faut rependre le compte-rendu de la séance du Conseil de Sécurité de l'ONU du 18 Juillet 2014.

 

Voici les preuves fournies par Samantha Power et jamais présentées par les médias.

 

« Jeudi, en début de journée, un système SA-11 a été signalé près de Zahnitkiv par un journaliste occidental, et des séparatistes ont été repérés quelques heures avant l’incident avec un système SA-11 à un endroit proche du site où l’avion s’est écrasé ».

Il s'agit donc de la vidéo issue de Bellingcat que Samantha Power décrit comme provenant d'un journaliste occidental. « Bellingcat » est le blog d'un britannique père au foyer et au chômage. Il n'est donc pas journaliste, premier mensonge. La vidéo a été postée par un youtubeur ukrainien, second mensonge. Ces preuves sont celles reprises par le JIT. Ceci indique que depuis plus de 3 ans aucun nouveau élément est apparu.

 

« Les séparatistes ont tout d’abord revendiqué la responsabilité de la destruction d’un avion de transport militaire, et mis en ligne des vidéos qui sont désormais reliées à l’accident de la Malaysia Airlines. Les dirigeants séparatistes se sont également vantés sur les médias sociaux d’avoir abattu un avion, mais ils ont par la suite supprimé ces messages ».

Strelkov, nie être l'auteur de ce message. De plus même s'il en était l'auteur rien ne prouverait qu'il n'est pas relayé une fausse nouvelle volontairement ou involontairement propagée dans les rangs des rebelles.

 

« Cela correspond également à un mode d’action suivi par les séparatistes appuyés par la Russie. Le 13 juin, des séparatistes ont abattu un avion de transport ukrainien, avec à bord 40 parachutistes et neuf membres d’équipage. Le 24 juin, alors que le Conseil était réuni pour saluer le cessez-le-feu déclaré de façon unilatérale par l’Ukraine (voir S/PV.7205), nous avons été informés que des séparatistes avaient abattu un hélicoptère ukrainien, en tuant les neuf occupants. Le 14 juillet, des séparatistes ont revendiqué avoir abattu un avion-cargo militaire ukrainien naviguant à 6 000 mètres d’altitude et, le 16 juillet, ils ont revendiqué la destruction en vol d’un avion de chasse ukrainien  ».

 

Aucun de ces éléments ne sauraient servir de preuve car deux sont sans rapport avec la destruction du MH17 et l'autre est faux :

- L 'IL76 détruit le 13 juin a été abattu à l'atterrissage par un tir de mitrailleuse lourde ;

- L'hélicoptère Mi8 a été détruit par un MANPADS qui ne peut atteindre un avion à plus 3 500 mètres d'altitude ;

- L'AN26 a été lui aussi abattu par un MANPADS alors qu'il volait à moins de 6 000 mètres. La destruction de cet avion présentée comme preuve à charge contre la Russie a été traitée dans le premier article de ce dossier.

 

En conclusion, les accusations américaines reposent uniquement sur des preuves circonstancielles. Une preuve circonstancielle comme son nom l'indique concerne les circonstances ou le contexte dans lequel un crime est survenu. Elle ne prouve pas que l’accusé a bel et bien commis le crime, mais suggère qu’il est possible d’établir un rapport entre le crime et l’accusé.

 

Deux de ces preuves sont douteuses. La vidéo présentée par Billingcat dure 35 seconde et été faite à l'aide d'un téléphone où l'on devine un véhicule à plus d'un kilomètre. Cette vidéo a été supprimée de youtube au bout de quelques heures. Il en existe seulement des copies téléchargées avant sa suppression. Autant dire qu'il est impossible de l'authentifier. Le message facebook de Strelkov peine à constituer une preuve circonstancielle. La troisième preuve fournie repose sur de nombreux cas de destructions antérieures d'avions (IL76 & Mi8) sans rapport avec un Buk et sur un faux construit de toute pièce (AN26).

Les accusations des USA reposent donc sur aucune preuve directe mais sur des preuves circonstancielles discutables ou fausses. Les seules preuves directes, c'est à dire les images satellitaires évoquées par John Kerry, n'ont toujours pas été dévoilées, ni même transmisses au dossier du JIT. .

Un expert en fenêtre PVC pro-Kiev déguisé en spécialiste de l'armement sur le plateau de BFMTV.

 

Un faux expert membre du réseau pro-Kiev français servant une vérité convenue.

             Un faux expert membre du réseau pro-Kiev français servant une vérité convenue.

 

Toujours ce 18 juillet, lors de l'émission « BFM Story » présentée par Olivier Cruchot, la parole est donnée à un spécialiste en armement : Edmond Huet. Ce dernier ressort les mêmes arguments que la partie américaine et en donne sa source : Euro-Maïdan PR.

Dans sa première intervention, il déclare que les forces de l'ATO ne possèdent aucune arme anti-aérienne car les rebelles ne possèdent pas d'avion. Mais Kiev suite à la destruction de l'AN26 a dans un premier temps accusé un avion russe. Alors soit Edmond Huet affirme que Kiev ment ou alors Edmond Huet ment. Si les ukrainiens suspectaient une intervention de Mig 29 russe en Ukraine, le stationnement de BUKs sur la frontière se justifie. Il déclare aussi qu'aucun Buk n'a été saisi par les rebelles, or Kiev déclare que les rebelles ont capturé un missile BUK le 29 juin. Là aussi qui ment ? Kiev ou Edmond Huet ?

La première question que l'on aurait dû se poser est : Qui est Edmond Huet ? Une enquête approfondie a montré qu'il s'agissait d'un simple technico-commercial en porte et fenêtre PVC.
La seconde question est comment un faux expert se retrouve sur un plateau de télévision ?
Edmond Huet lors du traitement de son cancer rencontre Nathalie Pasternak elle aussi malade. Cette dernière l'intègre au noyau dur du réseau bandéro-ukrainien français. Lors des élections ukrainiennes Edmond Huet est observateur international avec Caroline Fourest : les portes de la télévision lui sont ouvertes.

Il apparaît donc une seconde chose : Edmond Huet est aussi un « spécialiste » à charge, anti-russe et cela Olivier Cruchot ne le précise pas, alors qu'il ne pouvait l'ignorer. C'est donc une double mise en scène qui implique un faux expert exprimant des conclusions partisanes préparées à l'avance. Aujourd'hui Edmond Huet vie en Ukraine.

Ce biais déontologique se retrouve aussi avec des conséquences bien plus graves dans le JIT.

 

Un père au foyer aux secours de la CIA et du Département d’État à la Défense US.

 

                                L’homme et l’ordinateur qui supplanta la CIA...

 

Trois ans après le drame, aucune agence de renseignements occidentale n'a fourni de preuve directe de la destruction du MH17 par les rebelles ukrainiens ni par la Russie. Il n'existe que des preuves circonstancielles établies par deux groupes de Blogueurs : « Bellingscat » et « Correct !V ». Le second n'intervenant que plus tardivement, comme preuve du JIT, il ne sera pas traité.

Derrière Bellingcat se trouve Eliot Higgins, un ancien fonctionnaire administratif devenu père au foyer. Il s'est fait connaître en relayant des informations à charge contre le gouvernement de Bashar el Asad sur son blog « Brown Moses » (utilisations de bombes artisanales et de gaz contre les populations civiles). Le 15 juillet 2014 soit deux jours avant le drame, il créa Bellingcat. Ce site est financé par un site participatif (kickstarters) à ce jour le montant collecté est de 68 557 £. Sur cette somme 50 000£ ont été perçues en juillet 2014.

Depuis, le travail de ce spécialiste en armement autodidacte a été plusieurs fois remis en cause, mais il reste toutefois la principale source des preuves servant à accuser la Russie.

 

Il apparaît donc que la plupart des informations produites le 18 juillet 2014, étaient fausses.
Elles ont servi à introduire dans l'enquête du MH17 des vices de forme majeurs.

Après la catastrophe, un seul suspect s'impose : l'Ukraine. Il s'agit soit des ukrainiens loyalistes ou des ukrainiens rebelles. La Russie ne peut intervenir qu'en étant complice de ces derniers. Cette complicité est soit passive (fourniture du Buk) ou soit active (fourniture du Buk et de son équipage).

Un des suspects a été innocenté d'office et pire que cela, il est partie prenante de l'enquête où il peut à loisir interférer dans l’enquête.

 

 

Prochain article :

 

Le contrôle de la vérité concernant la catastrophe du MH17 s'est effectué en deux phases. La première est la phase de désinformation qui a commencé le jour du drame. Elle a consisté à fabriquer un coupable d'office à un moment opportun avec des preuves toujours attendues comme l'a montré le présent article.

La seconde toujours en cours est la phase d'intoxication médiatique. Son but est de noyer la défense de la Russie sous un flot de fakes news puis à l'assimiler à ces dernières, la rendant ainsi inaudible. Ce sujet sera traité dans le prochain article, montrant malheureusement le rôles d'idiots utiles joués par les réseaux de réinformations et certains médias russes.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 27 septembre 09:28

    Merci.


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 09:32

      @Ruut

      Bonjour,

      De rien. Merci surtout à vous de m’avoir lu.

      Bonne journée


    • VivreenRussie VivreenRussie 27 septembre 10:00

      En ce qui concerne le citoyen US, son père a envoyé une lettre à John Kerry 


      « the father of a Dutch-American citizen, have been pressing for an explanation about the slow pace of the investigation and the apparent failure to obtain relevant data from the U.S. and other governments. »

      • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 13:50

        @VivreenRussie

        Merci beaucoup pour votre lecture et vos liens très intéressants.

        En écrivant l’article, je me suis demandé si je n’aurais pas dû dire citoyen de papier, voir de paille.

        Dans tous les cas ce heureux hasard, du citoyen né par « accident » aux USA et n’y ayant jamais vécu, a permis aux USA d’être partie prenante de l’enquête.
        Sans cela, ils en seraient restés à la porte. 


      • Martha 28 septembre 18:26


         @Courtois Laurent,

         Merci pour cet article qui donne des précisions tout à fait nouvelles, pour les non initiés, sur cette machination médiatique que l’AFP n’a jamais démentie, bien au contraire.

         C’est énorme et scandaleux cette affaire. Une grande partie de notre monde politique est concerné par son silence et le monde médiatique tout autant.
         Depuis le début de celle-ci, qui ne sent pas qu’il s’agit-là une fois de plus d’un effet d’annonce ?

         Comme les attentats du 911 attribués à Ben Laden et « aux islamistes », les attaques au gaz sarin en Syrie, la vraie nature de DAECH etc, etc..

         C’est honteux.
         De tels mensonges entrainent ceux qui les ont imaginés puis faits dans une chute inéluctable. Il est important de dire que nous ne sommes pas dupe. C’est la force d’internet : il décape jusqu’à l’os et dénonce l’imposture.


      • Courtois Laurent Courtois Laurent 29 septembre 20:10

        @Martha

        Merci à vous pour votre lecture, votre commentaire et vous encouragement.


      • gaijin gaijin 27 septembre 10:20

        il est bien évident que le résultat de l’ enquête ayant été annoncé a l’avance par le président éclairé du monde libre ( loué soit son NOM ) l’enquête ne pouvait que confirmer ...........


        • xana 27 septembre 11:48

          Merci Laurent Courtois pour cet excellent travail de « débunkage »...

          Ce que je remarque est que la désinformation utilise au maximum le facteur temps : lancer les fausses informations, faire le « buzz » sans répondre aux demandes de preuves ou bien avec des preuves falsifiées de manière grossière. Ensuite l’objectif est atteint ! L’opinion publique occidentale est convaincue à 90%. Vous pouvez désormais faire ce que vous voudrez, plus rien ne changera. Ceux qui n’y ont pas cru dès le début continuent de ne pas y croire, mais lis ne représentent toujours que 10% de l’opinion occidentale. Ceux qui y ont cru ne vous liront pas de toutes manières...

          Le débunkage part donc systématiquement perdant, parce qu’il n’est pas le premier à donner l’information sensationnelle. Il y aurait un gros travail à faire pour y remédier...


          • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 14:10

            @xana

            Bonjour Xana,


            Tout d’abord merci pour votre lecture et votre commentaire.

            Ce qui a tué le journalisme c’est l’information continue télévisuelle. Les journaux papiers en paraissant quotidiennement laissaient le temps aux journalistes de vérifier leurs informations.
            Sur les chaînes d’informations continues la peur de louper un scoop prime sur celle de publier une fausse nouvelle, qui pourra le cas échéant être démentie.


            Vous avez raison sur la persistance des fausses informations. De plus la dictature de la théorie du complot inhibe encore plus les capacités de remise en question des personnes mal-informées. 

          • Doume65 27 septembre 14:30

            @Courtois Laurent
            « Ce qui a tué le journalisme c’est l’information continue télévisuelle »
            Pas d’accord. L’information continue télévisuelle est une conséquence de la mort clinique de l’info, et non la cause. Tout comme les cheveux blancs ne sont pas la cause de l’âge, mais leur manifestation la plus évidente.


          • V_Parlier V_Parlier 27 septembre 21:05

            @Doume65
            Je le verrais plutôt aussi comme ça. Surtout quand on voit que la presse papier mainstream est encore pire que la TV.


          • zygzornifle zygzornifle 27 septembre 13:34

            C’est un tir Nord Coréen .....


            • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 13:42

              @zygzornifle

              Il est certain que si le crash se fut produit hier, les US aurait porté cette accusation au Conseil de Sécurité de l’ONU. 


            • zygzornifle zygzornifle 27 septembre 16:17
              Ils nous ont tous menti..... une fois de plus .....

              • Gogonda Gogonda 27 septembre 16:20
                Merci Courtois Laurent.

                Coup classique des USA :

                Ils modifient un fait (voir ils l’inventent de toute pièce ) pour en faire porter le chapeau au coupable idéal (à ce moment là, la Russie).

                Ce coup classique se répète depuis l’incident du Golf Du Tonkin et pourtant de nombreux ânes continue de tomber dans le même panneau ! 

                Consternant !



                • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 19:26

                  @Gogonda

                  Merci à vous pour votre lecture et votre commentaire.

                  Concernant l’incident du Golfe du Tonkin, « false flag » par excellence, André Bouny nous signale dans son article à la une sur le documentaire Vietnam d’Arte, ce petit épisode est oublié.

                  Vous me direz le documentaire est made in USA.


                • Croa Croa 27 septembre 16:21

                  L’auteur n’a pas de soucis à se faire. Qui peu croire, sérieusement(!), à la thèse officielle ?  smiley


                  • V_Parlier V_Parlier 27 septembre 21:06

                    @Croa
                    Oh, 80% des français, ça ne m’étonnerait pas.


                  • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 22:05

                    @V_Parlier

                    Vous ne pas malheureusement être loin de la vérité.


                  • lloreen 27 septembre 16:49

                    Si j’ai bien compris le sens de l’article on ne dit plus un troll mais un observateur international...
                    Depuis que les banksters ont aussi mis le grappin sur les médias on ne dit plus non plus un journaliste mais un présentateur (de mensonges).

                    "Notre tache ne consiste pas à donner aux gens ce qu’ils désirent savoir mais plutôt ce que nous avons décidé qu’ils devraient savoir.
                    Richard Salant, ancien président de CBS News

                    Et ce n’est pas Mika Brzejinski, digne fille de son géniteu,r qui le contredira.
                    https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=yvywYxsiK1U


                    • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 18:55

                      @lloreen

                      Merci de me faire découvrir la progéniture de Brzejinski. Elle est en effet très prometteuse !


                    • lloreen 27 septembre 21:06

                      @Stormbringer
                      SI vous souhaitez vous amuser je peux vous présenter des confettis.


                    • Pascal L 27 septembre 17:26

                      Il y en a marre de l’Internet Research Agency. Comment Agoravox peut se laisser polluer par ces spammeurs.


                      J’ai travaillé dans les années 80 sur le développement de ce type de missile et J’ai démontré depuis longtemps, simplement avec les photos, que ce ne pouvait pas être autre chose qu’un missile BUK, mais la rumeur revient encore et toujours. L’enquête officielle a fini par confirmer ce que j’ai toujours dit parce qu’il est impossible que ce soit autre chose. Le comique de répétition finit toujours par lasser.

                      • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 18:47

                        @Pascal L

                        Bonsoir Pascal,

                        Premièrement, il faudrait prouver que je travaille à l’IRA. Ce qui va être dur, voir impossible, puisque je n’ai jamais mis les pieds dans cette agence dont je doute même de l’existence. 

                        Si vous pensez depuis toujours qu’il s’agit d’un missile Buk : Félicitation : vous êtes sur la même ligne que le Kremlin. Je vous le démontrerai dans l’article suivant.

                        Si vous relayez des hypothèses différentes vous êtes un agent d’intoxication ou un idiot utile de l’OTAN.

                        Vous pensez qu’Agoravox ne relaie que la voix de Moscou ? Erreur, ils relaient et font aussi la promotion (en la mettant à la une pendant 4 jours) de la pire désinformation de l’OTAN.

                        Donc pour moi Agoravox est neutre, et parfois me fait le même effet qu’à vous.

                        En vous remerciant pour votre lecture et de votre commentaire, je vous souhaite une bonne soirée.


                      • izarn izarn 27 septembre 19:03

                        @Pascal L

                        Vous etes un chercheur russe alors ? Etonnant car le Buk était soviètique avant d’etre russe... On se demande qui en France peut développer un Buk...  smiley N’importe quoi !


                      • izarn izarn 27 septembre 19:20

                        @Courtois Laurent

                        Vous dites que le Donbass déteste la Russie, ou Poutine ? Il me semble que le Donbass est surement aidé par la Russie, en conseillers techniques, renseignements satellitaires et autres...Ils le font pour la Syrie...Comment juger l’information issue de Russie officiellement, ou d’ancien soldats russes ont rejoint le Donbass ? Que Poutine propose le Buk, c’est peut-etre un artifice diplomatique. De toute façon l’Ukraine, bien sur possede des Buk...


                      • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 19:45

                        @izarn

                        Je ne dis pas que le Donbass déteste la Russie. Les habitants du Donbass sont russophones et pour la plupart d’origine russe. De plus, ils sont très reconnaissants pour l’aide principalement humanitaire fournie par la Russie.


                        Il est certain que la majorité de la population rêve de devenir Russe. Il le peuvent, la Russie à fait le nécessaire. Pour cela il suffit qu’ils passent la frontière et une fois en Russie, ils sont russes de facto.

                        Reste le problème des personnes voulant rester dans le Donbass ou ne pouvant pas le quitter par exemple les personnes âgées. Là, la Russie ne peut rien. Elle ne va pas envahir l’Ukraine continentale qui n’a pas de rôle stratégique majeur comme la Crimée.

                        Je dis juste qu’au Donbass se trouve représenté tous les partis d’opposition russes à Poutine et qu’ils y prospèrent et s’y financent. Je vous rappelle aussi que Kiev a plus d’intérêt à la sécession du Donbass que Moscou. Il ne serait donc pas étonnant qu’elle y entretienne des agitateurs pour faire monter la mayonnaise.

                        Donc le schéma de la presse occidentale qui consiste à dire : Au donbass, il y a des russes, donc c’est le Kremlin, c’est Poutine est beaucoup trop simpliste.

                        Dans beaucoup de journaux russes, on dit que le Donbass est une épine dans le pied de Poutine que quoi qu’il fasse il y sera toujours perdant.

                        Si il les aide trop l’Occident ne lui pardonnera pas. S’il ne les aide pas assez c’est le russe de la rue qui ne lui pardonnera pas et ce même russe lambda sera le premier à se plaindre si le rouble baisse, si son niveau de vie baisse.

                        en vous remerciant pour votre lecture et votre commentaire, je vous souhaite une bonne soirée.


                      • Pascal L 27 septembre 21:41

                        @izarn
                        Je n’ai pas travaillé sur le BUK, mais dans les années 80, on développait des missiles anti-aériens moyenne et longue portée un peu partout dans le monde et y compris en France. Ces développements se sont arrêtés dès les années 90 à cause des risques d’erreur comme cet accident nous l’a tragiquement démontré. Le système sur lequel j’ai travaillé n’a jamais été exporté et est maintenant totalement retiré du service depuis le début des années 2000. Ce n’est pas un BUK, mais les modes de fonctionnement sont bien les mêmes. Il y avait à l’époque des chalutiers soviétiques sur les zones d’essai avec des chaluts rouillées et des antennes partout. Il fallait envoyer la chasse pour les éloigner. Aujourd’hui, on ne développe plus que de la courte portée en anti-aérien, les temps de réponses de ces systèmes étant devenu très courts, il n’est plus nécessaire d’anticiper. C’est même tellement étonnant que l’on puisse encore utiliser un tel missile en Europe que les autorités de l’aviation civile ne l’avaient pas prévu.


                      • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 22:31

                        @Pascal L

                        Missiles certainement développés pour remplacer les Hawks utilisés à l’époque par la France.

                        Et des essais certainement effectués à l’île du Levant.

                        Des Buk-M1 préhistorique pour une armée ukrainienne toute aussi préhistorique.

                        Il est vrai que l’aviation civile aurait pu l’anticiper vu que Kiev criait au Buk depuis 2 semaines. Mais je crois qu’ils avait eux aussi compris qu’à Kiev cela déraillait sec sur la fiabilité des communiqués officiels. 

                        Tout cela est bien malheureux pour les 313 victimes qui n’avaient jamais aspirées à participer à la géopolitique mondiale (RIP).


                      • Pascal L 28 septembre 14:17

                        @Courtois Laurent
                        Je ne fais aucune hypothèse sur le pays qui a utilisé le missile, mais il un problème de portée pour le M1. De plus, le lieu de l’explosion au-dessus du cockpit laisse supposer un missile venant de face plutôt en limite de portée pour une arrivée par au-dessus en mode balistique, c’est parfaitement possible avec un missile guidé par radar. Je situe le lieux du tir vers l’avant du Boeing et plutôt à une distance de 20 à 30 km pour que le vol balistique ait un sens avec une cible déjà à 10km d’altitude. Tout missile à guidage thermique est exclu. La forme des shrapnells est bien visible et doit permettre une identification du type de charge, mais mes compétences ne vont pas jusque là. Je n’ai utilisé que les photos publiques du Boeing pour arriver à ces conclusions, tout le reste peut être manipulé dans le contexte d’un conflit. 

                        Par ailleurs, il est intéressant de lire les réponses au questionnaire sur les annexes du rapport officiel. Les Russes font tout pour évacuer l’idée du BUK en demandant l’effacement de paragraphes entiers dans le rapport, mais il n’arrivent pas vraiment à convaincre sur une autre hypothèse.

                         Par contre sur l’aspect préhistorique de ce missile, ça ne fait aucun doute. Le radar de poursuite du BUK, toutes versions confondues, ne permet pas l’acquisition de la cible avant le lancement du missile et il semble de plus qu’il ait une antenne fixe, ou au plus mobile sur 1 axe seulement, ce qui rend le processus d’acquisition très laborieux. On était nettement mieux équipés dans les années 80.
                        Normalement, l’équipage d’une conduite de tir est au courant des limitations. Cela sent la précipitation ou la pression de la hiérarchie, un peu comme Tchernobyl.

                      • Courtois Laurent Courtois Laurent 29 septembre 20:18

                        @Pascal L

                        Concernant, les missiles buks, ils ne sont pas conçus pour exploser de face, les projections des produits de fragmentations étant latérales.

                        Si le tir avait été frontal, il aurait été impossible que le cockpit et le réacteur droit soient touchés en même temps. Il s’agit donc d’un tir latéral.

                        https://ichef-1.bbci.co.uk/news/ws/660/amz/worldservice/live/assets/images/2015/06/0 2/150602141609_mh17_antei_buk_report_624x351_bbc.jpg


                      • Michel Maugis Michel Maugis 29 septembre 22:15

                        @Courtois Laurent

                        « Donc pour moi Agoravox est neutre »

                        Ce n’est pas pertinent de dire cela, car le « parti pris » d’Agoravox est celui de la majorité des articles et commentaires les mieux construits et cohérents, c’est à dire ceux qui se basent sur les faits et la vérité. Il en résulte qu’Agoravox apparaît franchement anti-impérialiste. Ce n’est pas un choix d’Agoravox, c’est une conséquence objective de l’époque après la disparition de l’ « ennemie » communiste.

                        Ce qui est confirmé très largement par la désertion des dépités, fauxculs, réactionnaires, anticommunistes, tous ces gens qui sont absolument incapables de proposer des articles ou des commentaires, alors qu’ils accusèrent de suite la Russie ou les insurgés responsables. Pas besoin de les nommer, ils se reconnaîtront dans leur honte.

                        Venir sur Agoravox pour présenter leurs excuses ne fait pas partie de leur éthique. Pour eux ce qui compte est la pérennité du capitalisme, en s’alignant systématiquement sur la propagande impérialiste US.

                      • Pascal L 1er octobre 19:57

                        @Courtois Laurent


                        Les trous laissés par les shrapnels indique une explosion au-dessus du Cockpit et un peu à gauche. L’algorithme du missile prévoit que l’explosion a lieu à l’extérieur de la cible et est déclenché par une fusée de proximité. Le contact direct est exclu par principe, car l’explosion de la charge n’est plus assuré après un impact direct. Le type de charge est beaucoup moins directif que ce que j’ai pu connaître et ne nécessite pas une explosion latérale. Les fusées de proximité ayant été développées pour des obus, l’explosion de face reste une possibilité évidente. Avec une cible de cette taille qui va en ligne droite, il est quasi-impossible d’éviter le contact direct à moins de faire exploser la charge avant le contact et c’est ce qui a du se passer. Avec une explosion à l’extérieur, les shrapnels vont à peu près dans toutes les directions et peuvent toucher toutes les parties de l’appareil avec une densité plus forte à proximité du lieu de l’explosion et c’est ce qui est constaté.
                        Quand à une arrivée latérale, il est possible que cela le soit partiellement, je ne dis pas que le tir était directement dans l’axe, Mais il provient sans aucune discussion du secteur avant. Sur une arrivée purement latérale, l’aile aurait fait déclencher la fusée de proximité bien plus tôt. Pour un radar, le meilleurs écho latéral provient des réacteurs et du départ de l’aile, voire de l’arrière, mais aucunement de l’avant. Le missile n’a aucune chance de se perdre vers l’avant.

                      • Self con troll Self con troll 1er octobre 20:08

                        @Michel Maugis
                        Comme il ne sert à rien de tirer sur les absents, ce commentaire est un compliment aux présents. Merci !


                      • pipiou 27 septembre 18:00

                        Et l’auteur ne nous a toujours pas prouvé que c’était un acte volontaire et donc qu’il était nécessaire d’avoir un mobile .

                        Des théories basées sur des sable.

                        J’ai l’impression que la liaison entre Donesk et Agoravox est brouillée.


                        • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 18:50

                          @pipiou

                          Bonsoir Pipiou,

                          En relisant les articles précédant vous verriez que l’auteur pense que c’est un acte prémédité et préparé à l’avance.

                          Mais ce n’est pas le thème de la série des 4 articles. Leur thème est la désinformation. Une fois montrés les mensonges, il faudra certainement se demander pourquoi a-t-on menti et que cache ces mensonges.

                          « J’ai l’impression que la liaison entre Donesk et Agoravox est brouillée. »

                          Dans mon cas il faudrait dire Moscou. Car je me refuse d’accepter un poste dans un journal de Donetsk, car je juge que la place d’un vrai pro-Kremlin et en Russie.
                          Pour moi le Donbass est le concentré de toutes les forces anti-poutine de la Russie...

                          Au Donbass, on marche pour le Donbass, pas pour la Russie.

                          En vous remerciant pour votre lecture et de votre commentaire, je vous souhaite une bonne soirée.


                        • izarn izarn 27 septembre 19:08

                          @pipiou

                          Le mobile c’est d’accuser la Russie avec un acte totalement débile ! Bref la Russie descends un jet comme ça, pour déconner, juste pour prouver qu’elle dans l’Axe du Mal...  smiley C’est comme Assad, qui de victoire en victoire trouve le moyen de gazer son peuple...  smiley Les cons ça ose tout (Ici les USA, Obama, Trump et Hollandouille) et c’est meme à ça qu’on les reconnait !


                        • Courtois Laurent Courtois Laurent 27 septembre 19:54

                          @izarn

                          Moi aussi, je cherche toujours une raison qui aurait pu pousser la Russie à envoyer des Buks en Ukraine.
                          Un rapport parlementaire Hollandais réalisé dans le cadre de l’enquête du MH17, déclare que les rebelles n’auraient abattu aucun avion ukrainien qu’ils se seraient tous écrasés du fait de leur vétusté.

                          De plus même 3 ans plus tard les ukrainiens peinent à faire voler leurs avions et n’arrivent pas à en trouver plus de 3 en état de vol pour les vendre aux Croates...


                        • VivreenRussie VivreenRussie 27 septembre 21:04

                          @izarn,

                          Sans discuter du bien fondé du motif, acte délibéré « accident »,...
                          Dans un cas comme dans l’autre il y a « accusation » puis « rien derrière »...
                          En Syrie si l’on regarde pour la dernière attaque chimique aucune commission internationale n’est venue sur place. Je concede que l’accès dans une zone tenue par ISIS&Co n’est pas aisée mais l’aéroport était lui accessible.
                          Les articles de Seymour Hersh furent vite cachés sous le tapis.
                          Pour le MH17 les US pointent le doigt vers la Russie et insistent en disant : « nous avons les preuves ».
                          Pourquoi ne pas les publier ?... 

                          Les boites noires furent remisent très rapidement aux Malaisiens par le DNR
                          L’accès à la zone du crash fut la cible de tirs venant de « l’Ouest » (Kiev), il y a une vidéo mémorable avec le responsable de l’OSCE qui demande l’arrêt des tirs...
                          Les enquêteurs furent retardés par Kiev : zone dangereuse (ils le savent bien c’est eux qui tirent...)
                          Reconstitution sur une cabine d’avion de taille similaire de l’explosion d’un BUK. Refus de collaboration des autres pays avec la Russie...

                          Les Russes coupables ? Pourquoi pas, mais j’attends toujours les preuves...

                        • pipiou 27 septembre 23:58

                          @izarn

                          C’est peut-être de la simple récup par les américains, mais au final qu’ont-ils gagné ?

                          Donc comme mobile c’est très peu convaincant et comme je le disais on ne sait absolument pas si ce tir était une erreur ou un accident, ou volontaire..

                          L’auteur a choisi la version qui l’arrange car ça lui profite.
                          Si c’est une erreur forcément c’est beaucoup moins bankable comme discours, surtout pour un « pro-kremlin »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires