• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > « Common Goal », altruisme ou marketing ?

« Common Goal », altruisme ou marketing ?

Alassane Pléa et le logo de Common Goal {JPEG} Le footballeur niçois Alassane Pléa vient de faire parler de lui hors des terrains de sport en annonçant qu’il verserait désormais 1 % de son salaire à un fonds de soutien aux démunis. Ce faisant, il s’inscrit dans le cadre du projet « Common Goal » initié en août 2017. Faut-il voir dans ce type d’initiative un acte de générosité ou une action marketing visant à améliorer l’image des footballeurs professionnels, réputés individualistes et cupides ? À chacun d’en juger... 

C’est le Germano-Colombien Jürgen Griesbeck – fondateur de l’ONG Street Football World – qui, avec le soutien du joueur espagnol Juan Mata (Manchester United), est à l’origine de Common Goal (Objectif commun). Un projet dont le but est de faire prendre conscience aux footballeurs professionnels, et notamment aux mieux rémunérés d’entre eux, qu’il existe des réalités sociales dont ils sont le plus souvent totalement coupés. Une distance d’autant plus choquante que ces joueurs gagnent très largement leur vie, parfois à des niveaux considérés à juste titre comme indécents par l’opinion publique, alors que tant de gens vivent dans le dénuement, voire la misère.

D’ores et déjà, une quarantaine de footballeurs ont, dans différents pays et dans le sillage de l’Allemand Mats Hummels (Bayern de Munich) et de l’Italien Giorgio Chiellini (Juventus de Turin), adhéré à l’engagement Common Goal en acceptant de verser une partie de leur salaire à des causes humanitaires ou philanthropiques. En France, ce sont deux joueuses espagnoles du Paris Saint-Germain (Verónica Boquete et Irene Paredes) qui ont été les pionnières en la matière. Alassane Pléa est, quant à lui, le premier joueur professionnel français à franchir le pas : il reversera chaque année 1 % de son salaire, soit une somme d’environ 14 000 euros si l’on en croit l’estimation faite par le quotidien Le Monde en l’absence de données officielles de l’OGC Nice.

Ce geste n’a rien de surprenant de la part d’Alassane Pléa dont l’implication en faveur des personnes en situation de précarité est connue dans la ville de Nice où le joueur – formé à l’Olympique lyonnais – est arrivé en 2014. Une implication qui se traduit de différentes manières allant de la collecte de vêtements ou de jouets à un chèque annuel à la Banque alimentaire, en passant par le programme « Gym Solidaire » mis sur pied par l’OGCN au profit des plus démunis et dont le joueur niçois est le parrain. Nul ne peut donc mettre en cause la sincérité de ce jeune joueur de 25 ans dont la maturité sociale est à l’évidence plus développée que celle de la plupart des stars du ballon rond, nettement plus connues pour l’âpreté de leurs exigences en termes de salaire et de droits dérivés que pour leur générosité au profit des faibles et des exclus, y compris chez les footballeurs issus des milieux populaires.

Bien sûr, l’on pourra rétorquer qu’un don de 14 000 euros n’est rien rapporté au gain annuel de ce joueur. Et de fait, un don de 140 euros émanant d’un smicard gagnant 100 fois moins qu’Alassane Pléa serait sans nul doute beaucoup plus remarquable en termes de solidarité, l’un touchant à peine au superflu considérable dont il dispose là où le second écorne le nécessaire. Néanmoins, le geste du Niçois est là, et pour peu que l’initiative de Common Goal continue d’essaimer sur la planète foot, il n’est pas interdit de penser que le rêve de Jürgen Griesbeck – Changer le monde par le football – puisse contribuer à jeter les bases, sinon d’une illusoire transformation de la société, du moins d’une amélioration, aussi modeste soit-elle à l’échelle des problèmes sociaux, de la situation des plus précaires.

Aider les démunis en valorisant son image

Encore faudrait-il pour que ce soit un tant soit peu significatif qu’il y ait des Pléa dans tous les grands championnats de la planète, et que les mieux lotis des joueurs professionnels – ceux qui, à l’image de Lionel Messi, Neymar ou Cristiano Ronaldo, perçoivent des sommes astronomiques – ne se contentent pas de reverser 1 %, mais 5, 10, voire 20 % de leurs revenus. Non seulement ces stars internationales feraient preuve de solidarité envers les démunis et se grandiraient ainsi à leurs propres yeux, mais elles valoriseraient également leur image bien au-delà du cercle des amateurs de football, avant tout séduits par les prouesses techniques de ces artistes du ballon rond. En août 2017, Jürgen Griesbeck déclarait ceci au journal colombien El Espectador : « Avec 1 % du salaire d'un joueur comme Neymar, 1000 enfants pourraient aller à l'école en Inde. » Cela donne une idée de la portée que pourrait avoir l’engagement de stars du football au projet Common Goal !

L’initiative d’Alassane Pléa doit être saluée à sa juste valeur. D’une part, pour le geste financier qu’il a spontanément accepté de faire. D’autre part, pour l’exemple qu’il donne dans notre pays à ses collègues, et notamment aux mieux rémunérés des 534 footballeurs sous contrat pro en Ligue 1. Nul doute que d’autres sportifs suivront cet exemple dans les mois et les années à venir. Cela ne fera disparaître ni les SDF, ni les pauvres, ni même les précaires, mais cela contribuera assurément à améliorer les conditions de vie de quelques-uns d’entre eux.

À titre personnel, je n’ai qu’une seule réserve à formuler : que la somme reversée chaque année par Alassane Pléa ne soit pas affectée à la cause philanthropique de son choix ou à une fondation indépendante du milieu du football, mais à un fonds géré par... l’OGC Nice, lequel pilote déjà Gym Solidaire. Certes, le joueur de l’OGCN a dit avoir « entièrement confiance en la manière dont l’argent sera utilisé », et sans doute a-t-il raison d’afficher une telle confiance. Pour autant les propos tenus par Jean-Pierre Rivière, le président du club, au quotidien Le Monde laissent quelque peu dubitatif : « Ce fonds de dotation représente un formidable levier pour générer des revenus dédiés à améliorer et étendre nos programmes citoyens, tout en créant des synergies renforçant nos liens avec nos partenaires. Le fait qu’Alassane choisisse notre fonds de dotation, son club, démontre la crédibilité de notre politique citoyenne. C’est un signal fort.  »

Difficile en effet de s’empêcher de penser que les fameuses « synergies  » évoquées dans cette déclaration, et particulièrement les liens avec la mairie de Nice, n’interfèrent pas dans les choix marketing en faveur d’actions ciblées. Des actions en l’occurrence de nature à profiter à l’image du club, ce qui serait parfaitement légitime, mais également à l’équipe municipale au pouvoir, celle-là même qui s’est endettée pour cofinancer, dans le cadre d’un controversé Partenariat Public-Privé (PPP) le très coûteux stade Allianz Riviera et qui entend peut-être en retour avoir son mot à dire sur l’utilisation des fonds.

À cette réserve près, bravo à Alassane Pléa et à tous les footballeurs évoluant en France qui, dans son sillage, s’engageront à leur tour dans la voie du soutien aux démunis ! Un juste retour des choses : la plupart sont issus des classes populaires modestes.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • gruni gruni 5 avril 08:34

    Bonjour Fergus


    Les stars du foot, riches et adulés, avec des pieds en or massif, mais avec quoi dans la tête ? Les femmes, les voitures, leur prochain transfert à coup de millions. Ils n’ont pas le temps de penser aux autres ces nouveaux dieux vivants. Bon, il y a des exceptions et c’est heureux. 

    Merci pour l’article

    • Fergus Fergus 5 avril 09:14

      Bonjour, gruni

      Tu as malheureusement raison, la plupart des stars du football vivent ainsi. Certes, certains prêtent leur nom à des associations ou se montrent ici ou là dans des galas humanitaires, mais le plus souvent à la demande de leur club pour servir la communication et soigner l’image. Mais rien de significatif, et le fait est que ces actions n’amputent qu’une infime partie de leur temps libre sans toucher en général à leurs faramineux revenus.

      Souhaitons donc que les « exceptions » soient plus nombreuses, et le projet Common Goal peut sans doute aider à une prise de conscience élargie. 


    • troletbuse troletbuse 5 avril 08:59

      Quand on ne veut pas parler politique, on parle oiseaux comme Grounichou ou on s’attaque aux sportifs. Les premiers qui donnent des leçons sont les politicards avec leurs émoluments honteux pour des gens qui ne savent rien foutre, qui ont des patrimoines de sans-dents avec les quelques 20000€ par mois qu’on leur donne comme argent de poche. et qui se gobergent, qui se supprime la CSG (sur leur prime) , qui ont du mal à boucler leur fin de mois. Les sportifs ont des résultats à fournir mais pas nos politicards. Il faudrait arrêter de lancer des leurres.


      • Fergus Fergus 5 avril 09:24

        Bonjour troletbuse

        « Quand on ne veut pas parler politique, on parle oiseaux comme Grounichou ou on s’attaque aux sportifs »

        Cette accusation est ridicule !

        D’une part, AgoraVox est un média généraliste - autrement dit qui touche à tous les sujets -, ce que vous refusez d’admettre.

        D’autre part, les articles politiques ne manquent pas et le site n’a rien à gagner à publier des textes redondants alors des auteurs talentueux s’expriment déjà sur les sujets politiques d’actualité.

        Cela dit, il nous arrive, à Gruni ou moi, de publier des articles de nature politique, ne vous en déplaise.

        En revanche, nous attendons toujours les vôtres. A cet égard, ce silence éditorial est surprenant car vous avez des opinions très arrêtées et les compétences pour les mettre en forme. Ecrivez, et je me ferai un plaisir de valider vos articles en modération s’ils respectent la charte du site.


      • baldis30 5 avril 11:18

        @troletbuse
        bonjour,

        « Les premiers qui donnent des leçons sont les politicards »

        dont les obsèques sont financées par .... par qui au fait ....

        parmi les sportifs comme dans d’autres professions ( et « Politicien » n’est pas une profession mais une nomination) il y a des gens qui regardent autour d’eux et d’autres qui vivent cloitrés ...


      • vesjem vesjem 5 avril 10:28

        On avait CHALOT 1, on a eu gruni CHALOT 2 qui aujourd’hui s’inquiète des oiseaux mais qui vote pour ceux qui les tuent, on a maintenant fergus CHALOT 3, qui fait dans le patos apparent ;
        Quelle décadence voire amoralité, de ne pas faire concorder les mots et les actes ; et seulement pour faire le billet hebdomadaire qu’ils se sont assignés ;
        Mais faites donc un article quand VOUS avez quelque chose à dire


        • @vesjem

          Au QG du 5eme :

          Pack familial promo PORGS en tête de gondole ! hop hop hop ( smiley smiley smiley smileysmiley ] ) :

          Dans les coursives :

          N°126 Ref : GAXCWN

          Dans le magasin :

          ♪♫♪ hash t’es pété deux points ç’la se lâche ... pensez à faire valider votre passage à MA caisse pour intégrer le classeur de cartes en cartons pâté aux olives... sinon chers clients nous avons aussi aujourd’hui une superbe promotion au rayon lingerie animale... bla bla bla ... wawawa.poings.Côme ♪♫♪ smiley smiley smiley smiley [ smiley ]


        • Fergus Fergus 5 avril 11:38

          Bonjour, vesjem

          « on a maintenant fergus CHALOT 3, qui fait dans le patos apparent"

          Je ne comprends pas cette phrase, ni pour sa référence à Chalot, ni pour cette allusion à un « patos »
          pathos, j’imagine - dont je ne vois pas ce qu’il vient faire ici.

          « Quelle décadence voire amoralité, de ne pas faire concorder les mots et les actes

          Là encore, je ne comprends pas du tout le sens de cette phrase ! ????

          « seulement pour faire le billet hebdomadaire qu’ils se sont assignés"

          Je ne peux pas parler pour les autres. En ce qui me concerne, je ne me suis jamais « assigné » un quelconque objectif éditorial : j’écris ce que j’ai envie d’écrire au moment où cela me démange, soit sur des sujets qui m’intéressent ou me touchent particulièrement, soit sur des sujets d’actualité. 

          « faites donc un article quand VOUS avez quelque chose à dire"

          C’est précisément le cas aujourd’hui avec ce projet bien intentionné - Common Goal - que j’approuve mais qui pourrait être détourné par les clubs.

          C’était, ne vous en déplaise, également le cas avec mon article sur le compositeur Gottschalk dont je regrette qu’il ne soit pas mieux connu en France : Gottschalk : du piano romantique aux ssources du ragtime. Ou bien encore avec ce coup de gueule lié à une déclaration publique choquante : Les retraités : une « génération dorée » qui se goberge !. Ou bien encore mes précédents articles sur la Justice ou sur le phénomène de gentrification de Paris.

          Vous me faites un mauvais procès - ce n’est pas fair play -, uniquement motivé par l’inimitié que vous ressentez à mon égard - ce qui est votre droit !


        • vesjem vesjem 5 avril 14:42

          mon petit fergus, tu as du temps à perdre pour l’empathie feinte et pour une « rééducation durable » du chaland, à coup de poncifs ; jamais tu ne te remets en question, ni en cause ; tu es bien sûr de toi dans un discours constant et très narcissique


          • Fergus Fergus 5 avril 16:58

            Bonjour, vesjem

            « Tel on est, tel on voit les autres », disait naguère l’un de mes collègues, non sans raison. smiley

            Tout d’abord, je ne suis pas votre « petit Fergus ».

            Ensuite, j’ai au contraire beaucoup de doutes sur bien des sujets, ce qui est, soit dit en passant, totalement contradictoire avec le « narcissisme ». Et cela me vaut, de temps à autre, des critiques de la part de gens qui, curieusement, votent... comme moi, mais ont une approche nettement plus radicale de la vie politique, pour ne pas dire sectaire, des rapports politiques. Etonnant, non ?

            Quant aux « poncifs », c’est ce que l’on dit généralement - pour tenter de les disqualifier - des arguments de ceux auxquels l’on prétend s’opposer. Cela me laisse totalement indifférent tant cela relève de la subjectivité.

            Enfin, vous parlez d’« empathie feinte ». Vous avez le droit de le penser. Et pourtant, vous faites erreur : cette empathie est dans ma nature, et si tel n’était pas le cas, je ne perdrais pas autant de temps à répondre à des gens aux idées diamétralement opposées aux miennes.

            Cela dit, croyez ce que vous voulez, et passez une bonne fin d’après-midi !


          • fou666 5 avril 18:11

            1% est ridicule.


            • Fergus Fergus 5 avril 18:55

              Bonjour, fou666

              Pour un jeune footballeur pro qui gagne pas encore des sommes considérables, c’est un geste significatif. Mais il est sûr que ça l’est beaucoup moins pour une star du ballon rond qui gagne 100, 200, et a fortiori plus de 1000 smic par mois (Neymar gagne au PSG plus de 3 millions d’euros par mois  !)


            • foufouille foufouille 5 avril 18:20

              fergus trouve que c’est super un super riche qui donne juste ses miettes aux sans dents.


              • Fergus Fergus 5 avril 19:03

                Bonjour, foufouille

                Pas du tout : ce que je trouve bien, c’est le concept. Et comme je viens de le préciser ci-dessus, il peut y avoir d’énormes différences entre les joueurs adhérents à Common Goal. Dès lors, 1 % n’a pas le même poids en termes de don.

                Cela dit, d’accord avec toi : cela ne sera autre chose que des « miettes » que si les stars du foot se joignent au mouvement sur un taux nettement plus significatif !

                Qui plus est, je reste très méfiant sur la manipulation possible de l’engagement des joueurs par les clubs.


              • foufouille foufouille 5 avril 19:13

                @Fergus
                c’est juste de la pub gratos déductible des impôts comme les enfoirés.


              • Fergus Fergus 5 avril 19:23

                @ foufouille

                C’est peut-être cela qui motive les joueurs, mais on est là sur du procès d’intention.

                On verra à l’usage ce qu’il en est. Qui plus est, ces dons ne sont sans doute pas déductibles dans tous les pays où des joueurs ont adhéré au projet.


              • foufouille foufouille 5 avril 19:30

                @Fergus
                vu le montant très faible, c’est risible. exactement comme les enfoirés qui se font payer l’hôtel par les restos du coeur.


              • foufouille foufouille 5 avril 19:46

                @Fergus
                https://www.fussball-jobs.de/job/festival-intern-fm-world-cup-2018
                A 6-month internship to ideally start in February/March 2018. Our interns receive a remuneration of €450 per month for a full-time, 40h per week position.

                demande à tes petits enfants de bosser pour ça.


              • Fergus Fergus 5 avril 20:16

                @ foufouille

                Je suis moi aussi très dubitatif. Tout en espérant que le projet - séduisant sur le papier - pourra réellement se développer et donner lieu à des versements plus sérieux et à une mobilisation élargie des footeux professionnels. A suivre...


              • foufouille foufouille 5 avril 20:22

                @Fergus
                https://www.kick4life.org/k4l-centre/hotel-conference-centre/
                ça sert à financer un hôtel pour pour bourgeois et touriste.


              • Fergus Fergus 5 avril 20:30

                @ foufouille

                Non, ça sert à financer de réelles actions humanitaires ou caritatives, mais probablement ciblées en fonction de l’intérêt des clubs ou des municipalités à des fins d’image ou de clientélisme lorsque les joueurs s’en remettent à des fonds maison.



              • Fergus Fergus 5 avril 20:51

                @ foufouille

                Dont acte ! J’avoue n’avoir pas ouvert le lien précédent et répondu sur les dons français.

                Raison de plus d’être dubitatif.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 avril 20:27

                Quoi ? « Changer le monde par le football » . Déjà qu’ils me gavent grave les footeux .


                • Fergus Fergus 5 avril 20:33

                  Bonjour, Aita Pea Pea

                  Pour une fois que l’on ne parle pas des villas somptueuses ou des bagnoles de sport luxueuses que ces footballeurs n’ont même pas le droit de conduire, eu égard aux clauses restrictives de leurs contrats ! smiley 


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 avril 20:38

                  @Fergus

                  Au RC Lens est revenu un vieux slogan de supporters : Pas de résultats,qu’ils retournent à la mine .


                • Fergus Fergus 5 avril 20:55

                  @ Aita Pea Pea

                  Encore faudrait-il qu’ils y soient allés un jour, ne serait-ce que pour visiter le musée de Lewarde pour découvrir ce qu’a été la vie des porions, des herscheurs et des galibots parfois âgés de moins de 15 ans !


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 avril 21:19

                  @Fergus Les supporters du RC ne l’oublient pas...C’est pour cela que j’apprécie ,et Valenciennes aussi. Mais le foot et moi... Paris Roubaix dimanche,ça oui ...mes héros d’enfance.


                • Fergus Fergus 5 avril 23:09

                  @ Aita Pea Pea

                  « Les supporters du RC ne l’oublient pas »

                  Et c’est ce qui rend ce club si attachant !

                  Par chance, la météo est prévue mauvaise en Bretagne dimanche. J’en profiterai pour regarder la course dès le passage à Wallers. C’est toujours un plaisir, supérieur au Tour des Flandres et la Liège-Bastogne-Liège, deux très belles courses également. Gamin, j’avais une boîte en métal avec des photos de footballeurs et des figurines en métal de coureurs cyclistes. Souvenirs...


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 avril 23:39

                  @Fergus Dans le terrain municipal il y avait un bac à sable.Nous y faisions des parcours avec obstacles pour billes.L’emplacement des billes au cours de la partie...un coureur cycliste...souvenirs des 70 .


                • zygzornifle zygzornifle 6 avril 11:00

                  Rien a foutre de ces footballeurs , ils polluent partout et les médias en font leurs choux gras amenant les mougeons lobotomisés devant leur écrans .....


                  • Fergus Fergus 6 avril 11:14

                    Bonjour, zygzornifle

                    Moi non plus, je n’en ai « rien à foutre de ces footballeurs ». Mais si, au lieu de mettre tout leur fric dans des futilités coûteuses et des bagnoles de sport dont ils n’ont même pas l’usage, ils en reversent une petite partie aux démunis, c’est toujours cela de gagné sur la stupidité qui caractérise trop souvent ce milieu.


                  • zygzornifle zygzornifle 6 avril 14:13

                    J’ai connu une truie qui pratiquait l’altruisme et d’ailleur son jambon était excellent ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès