• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Parler de radicalisation de la laïcité est scandaleux

Parler de radicalisation de la laïcité est scandaleux

« Vigilant  » face au risque de « radicalisation de la laïcité  » : voici ce qu’a confié Macron aux différents représentants du culte quelques jours avant Noël. Des propos révoltants, d’abord par le parallèle totalement effarant induit par l’utilisation du terme radicalisation, mais aussi par la vision très anglo-saxonne et communautariste que cela revèle du locataire de l’Elysée.

 

Comparer ce qui n’est absolument pas comparable
 
Le terme de « radicalisation » n’est pas neutre dans le débat public. Il renvoie depuis quelques années aux personnes parties faire le djihad en Syrie, ou aux terroristes qui ensanglantent nos pays. La radicalisation décrit aujourd’hui un processus qui peut mener à des comportements criminels, même si cela n’est pas toujours le cas. Voilà pourquoi induire une comparaison entre des « radicaux laïcs » et les radicalisés dont nous parlons habituellement est absolument indigne. Combien de victimes des « radicaux laïcs » ? Faire le moindre parallèle entre les radicalisés islamistes et certains défenseurs d’une vision laïque de notre société, quels qu’ils soient, est totalement abusif, pour ne pas dire plus.
 
Les premiers tuent, les seconds parlent, dans le cadre de nos lois qui plus est. Comme Philippe Val, qui avait demandé à Mélenchon des exemples concrets pour illustrer cette « laïcité instrumentalisée pour faire la guerre aux musulmans », on cherche encore des faits concrets venus de défenseurs de la laïcité qui pourraient être qualifiés de « radicalisation ». Et je ne parle pas ici d’un propos que certains trouvent malheureux, qui ne saurait être être qualifié de « radicalisation », tant ce terme renvoie aujourd’hui au terrorisme islamiste. Les mots ont un sens, et le gloubi-boulga de certains met sur le même plan des choses qui ne devraient en aucun cas être comparées aujourd’hui.
 
 
Car aujourd’hui, la radicalisation, c’est celle des islamistes. S’attaquer à des laïcs « radicalisés » comme le font Macron et Mélenchon, non seulement, c’est se tromper de cible, mais c’est faire un parallèle révoltant mettant sur le même plan les assassins de Charlie ou du Bataclan avec des personnes qui défendent des valeurs de manière parfaitement pacifique. Pourtant, il y a une différence de nature tellement fondamentale qu’elle devrait imposer un cloisonnement sémantique total. La question qui se pose derrière ces choix effarants, c’est l’agenda idéologique de ceux qui les font : ne s’agit-il pas de personnes aux idées volontiers communautaristes et souvent très critiques à l’égard de la France ?
 
Cela rappelle le discours d’Apparu qui dénonçait le « totalitarisme laïciste » en janvier 2015, épinglé par Natacha Polony dans « Nous sommes la France  ». Cela fait aussi penser aux polémiques de cet automne sur les unes de Charlie Hebdo, qui ont valu une passe d’armes incroyable entre Edwy Plenel et Riss où le premier avait osé affirmer que « la une (de Charlie Hebdo) fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans », s’attirant pour réponse un remarquable éditorial du second. La petite musique de Macron, Mélenchon ou Plenel est malheureusement une douce musique aux oreilles des vrais radicalisés qui peuvent en faire leur miel et directement les retourner contre nous.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 30 décembre 2017 10:26

    Les préfets de Gaule avaient une vision romaine des réalités.

    Les préfets de France ont une vision étasunienne, quoi de plus logique ?

    • Choucas Choucas 30 décembre 2017 10:36

       
       
      1960 (> 1905 !) : A PARIS LA PLUS GRANDE CRÈCHE DU MONDE
       
      Et vint la soumission houellebecquienne infecte des gogochons,
      chiures de glands remplacés de l’Occident décadent, libidineux et débandé
       
      http://www.oragesdacier.info/2017/12/il-y-57-ans-la-plus-grande-creche-du.html
       
       
      L’IMAM DE BREST, QUI N’AIME PAS LA MUSIQUE, DEVIENT
      « RÉFÉRENT LAÏCITÉ »

       
      PARFAIT POUR PETITS BOBOS SOUMIS
       
      https://francais.rt.com/france/46764-accuse-pour-ses-preches-radicaux-imam-brest-recoit-diplome-universitaire


      • Pere Plexe Pere Plexe 30 décembre 2017 11:06

        @Choucas
        Il est toujours possible de faire une crèche comme celle de votre lien.
        Rien n’en empêche.
        Faire croire le contraire est de la manipulation.

        D’ailleurs il est notable que tout le monde jusqu’à peu s’accommodait parfaitement de cette situation.
        Il aura fallu que des élus se croient obligé d’ attaquer la laïcité, c’est à dire la loi pour que la situation dégénère.Et encore ne dégénère t elle pas comme ils le voudraient.
        L’immense majorité de la population ne tombe pas dans le piège de ses pyromanes et se satisfont des limites qu’impose la loi depuis plus de cent ans.

        Pour ce qui est des diplômes ils attestent des connaissances du candidat.
        Pas de sa moralité.
        On trouve par exemple des toubibs diplômés au sein de sectes douteuses ou de médecines alternatives fort contestables.

        Rien de nouveau sous le soleil.


      • Diogène diogène 30 décembre 2017 11:30

        @Pere Plexe

        « des limites qu’impose la loi depuis plus de cent ans. »

        trois départements français ne sont pas concernés par cette loi :
        - la Moselle
        - les Bas-Rhin
        - le Haut-Rhin

        qui n’étaient pas dans le cadre national au moment où elle a été votée et ont obtenu lors de leur « rattachement » de conserver le statut institué par le concordat.

        L’ironie de la situation, c’est que la pratique quotidienne d’une vie laïque ne soulève aucune vague dans ces contrées franque et alémanique.

      • Pere Plexe Pere Plexe 30 décembre 2017 11:43

        @diogène
        ...la pratique quotidienne d’une vie laïque ne soulève guère plus de problème dans les autres départements.
        Il faut toute l’énergie de groupuscules et quelques élus en mal de.notoriété pour tenter d’en créer.


      • Cateaufoncel 30 décembre 2017 13:06

        @Pere Plexe


        « Il est toujours possible de faire une crèche comme celle de votre lien. »


        Et il est possible aussi - c’est même recommandé si on veut éviter les ennuis de Robert Ménard - de faire une crèche LGBT comme au Vatican de l’ère Bergoglio : sans âne ni boeuf ni moutons, mais avec éphèbe culturiste à loilpé, comme objet de compassion.

        L’Observatoire (italien) du genre précise : « La crèche inaugurée le 7 décembre dernier, réalisée par la Boutique d’Art « créchier » Costabile et Cantone, de Naples, qui a comme thème les sept oeuvres de la Misécorde, a été, pour l’occasion, offerte par l’abbaye de Montevergine, un sanctuaire de la province d’Avellino, cher aux dévots homosexuels et transgenres, , puisqu’on y vénère la «  Madone gay friendly », une icône noire connue aussi comme « Mamma Schiavona », en raison de ses traits orientaux. »

        Le président de l’Arcigay de Naples, Antonello Saninno a salué ce qu’il considère comme un symbole d’inclusion et d’intégration pour la communauté homosexuelle et transsexuelle de Naples


      • Pere Plexe Pere Plexe 30 décembre 2017 18:45

        @Cateaufoncel
        C’est le principe de la liberté : tout le monde n’en fait pas ce que vous auriez aimé.
        Je ne suis pas un fan du Pape.
        Mais lui reconnais un sens de la com et du contre-pied...


      • Cateaufoncel 30 décembre 2017 21:28

        @Pere Plexe

        « tout le monde n’en fait pas ce que vous auriez aimé. »

        Ce que j’aime ou je n’aime pas n’a pas d’importance. Il y a longtemps que je ne me reconnais plus dans cette religion, qui ne sait plus quoi inventer pour ramener du monde dans ses églises et de l’oseille dans ses troncs.

        « Mais lui reconnais un sens de la com et du contre-pied.... »

        Le problème, c’est que la question se pose de savoir s’il est catholique ou autre chose ? D’aucuns parlent de sacrilège, et d’un point de vus strictement catholique, c’en est un.

        Alors, je me demande ce que pensent, en particulier, les ecclésiastiques africains -qui ne sont pas aussi « avancés », au sens poiscaille du terme, que les nôtres - de la présence d’un Apollon de pissotière dans la crèche de la place Saint-Pierre.


      • Laulau Laulau 30 décembre 2017 11:00

        Que vient faire Mélenchon dans cette galère ? Il n’a jamais parlé de « radicalisation laïque » mais de « laïcité instrumentalisée », et si vous voulez des exemples il vous suffit d’aller voir sur le site de « riposte laïque » où en fait de laïcité on distille depuis des années la haine des musulmans.


        • Pere Plexe Pere Plexe 30 décembre 2017 11:14

          @Laulau
          Curieuse laïcité celle qui prétend dire quelles sont les religions acceptables...
          Que des politiques, pour de bas calculs électoraux, apportent de l’eau au moulins de ses va-t-en guerre est désespérant.


        • Laulau Laulau 30 décembre 2017 11:29

          @Pere Plexe
          Ce qui est aussi désespérant c’est de voir un auteur qui, ma foi, écrit très souvent des articles sensés, commettre ce genre d’amalgame foireux. Mettre Macron, Pleinel et Mélenchon dans le même sac, il faut le faire !


        • Fergus Fergus 30 décembre 2017 11:47

          Bonjour, Laulau

          Vous avez raison de dénoncer l’amalgame entre Macron et Mélenchon.

          Pour autant, tout le monde doit balayer devant sa porte, des Insoumis aux partisans de Wauquiez tant les dérives sémantiques touchent tout l’échiquier politique, de la « radicalisation laïque » à l’« intégrisme écologique » en passant par les assimilations aux « plus sombres années de l’histoire ».

          C’est malheureusement un fait : notre temps est à la surenchère idéologique, et celle-ci passe par des abus de langage dans tous les camps !


        • Diogène diogène 30 décembre 2017 12:01

          @Fergus

          en outre, la plupart des oxymores restent de simples contradictions sans atteindre la quailté de figure de rhétorique qui permet aux poètes de suggérer de nouveaux sens par des juxtapositions inattendues : 

          « Moi-même, je l’avoue avec quelque pudeur,
          Charmé de mon pouvoir et plein de ma grandeur,
          Ces noms de roi des rois et de chef de la Grèce
          Chatouillaient de mon coeur l’orgueilleuse faiblesse. »

          Tout le monde ne s’appelle pas Racine

        • Diogène diogène 30 décembre 2017 12:03

          @diogène

          bien sûr, l’oxymore contenue dans ces vers de Racine est : « l’orgueilleuse faiblesse. »

        • Laulau Laulau 30 décembre 2017 14:48

          @Fergus
          Nous sommes d’accord mais j’aimerais que vous précisiez de quelles dérives sémantiques s’agit-il chez les insoumis. L’instrumentalisation de la laïcité en outil de propagande contre les musulmans, je l’ai constatée depuis bien avant que j’entende parler des insoumis ou de Mélenchon. Riposte laïque est un brulot raciste depuis sa création en 2007 et dans la mouvance lepéniste sur ce site et ailleurs, un régiment d’ex-calotins se découvre défenseur pugnace de la laïcité ; si vous espérez les voir « balayer devant leur porte » , vous pouvez toujours attendre.


        • jmdest62 jmdest62 31 décembre 2017 08:47

          @Laulau
          Salut
          Merci d’avoir signalé l’interprétation erronée (volontaire ?) des propos de JLM.
          °
          Concernant @Fergus....
          Depuis le temps vous devriez savoir que @Fergus est un pro de la « petite allusion perfide » destinée à semer le trouble chez ceux qui ne suivent pas de près l’actualité.
          Pour lui , un écart de langage éventuellement repéré chez l’un ou l’autre devient vite une dérive sémantique de tous.
          Et , quand il est démasqué , il jure qu’il a voté Mélenchon mais que LUI , il n’est pas sectaire ce qui l’autorise donc à condamner ici et là......les dérives des autres
          @+


        • zygzornifle zygzornifle 30 décembre 2017 11:17

          si on peut pas en parler on va la roter ou la péter ......


          • Tom France Tom France 30 décembre 2017 11:49

            Certes mais quand vous avez un prof qui stoppe un film de noel à l’école parce que pas assez laic ou encore des guignols voulant enlever les crèches, les crucifix ou les statues de la vierge sous prétexte de « laicité », on peut clairement parlé de « laicisme », une forme extrême et dévoyé de la laicité qui renverrait d’ailleurs plus vers un athégrisme !


            • Pere Plexe Pere Plexe 30 décembre 2017 19:03

              @Tom France
              Ce que vous appelez laïcisme n’est que le respect de la loi.
              Son contraire n’est que la normalisation du hors la loi.

              Y a t il un intégrisme légalitaire ? Est il légitime à demander que la loi ne s’applique pas ?
              Clairement NON.
              Si une loi pose problème, demandez qu’elle soit réécrite ou abrogé ; ne demandez pas que la justice l’ignore.
              Encore une fois la laïcité est avant tout un cadre légal qui s’applique à tous.

              Attaquer la laïcité, dénoncer ces dérives supposées, voir son intégrisme c’est faire ces reproches à la loi, à la justice.
              Et c’est prêter mains fortes aux intégristes de tous poils qui rêvent que les lois de la république s’effacent devant leurs convictions.


            • Pierre Régnier Pierre Régnier 30 décembre 2017 12:22

              L’indignation de l’auteur n’est que partiellement justifiée. Car si l’expression « radicalisation laïque » peut être aujourd’hui présentée comme un risque par un président c’est que les précédents, et toute la société médiatique installée - qui se croyait et se croit toujours de gauche - ont cultivé l’ambiguïté durant des années. Ils n’ont cessé, en effet, de chercher des formules permettant d’éviter de nommer la religion - l’islam - sinistrement radicalisée chez certains de ses adeptes fidèles aux appels à la violence de leur prophète et de leurs textes sacralisée. 

              A force de répéter après chaque violence islamique que "ce n’est pas ça l’islam" on a fini par créer une catégorie d’individus bizarres, souvent qualifiés de malades mentaux, dont la « radicalité » criminelle vient de nulle part. C’est en fait des résultats de cette tricherie que l’auteur, sans le dire et peut-être sans en être conscient, nous parle dans cet article.

              L’imbécile néo-négationnisme qui interdit de nommer les choses - la violence de l’islam tout particulièrement - par leur nom doit être combattu en même temps que ses effets désastreux dans des domaines, comme la laïcité, ayant un rapport avec le religieux.

               


              • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2017 12:35

                @Pierre Régnier
                Tout à fait d’accord avec vous. Il faut appeler un chat un chat. Le Coran est une suite d’appels au meurtre, et les des versets qui condamnent les non-musulmans, si on prend soin de les recopier, cela couvre plusieurs pages.

                Le véritable islam, celui du Coran pris au sérieux, est criminel de part en part.

                Seuls les ’mauvais musulmans« , ceux que le Califat n’hésitait pas à refroidir aussi parce qu’ils ne prenaient pas totalement au sérieux le Coran et ses incitations au meurtre, peuvent être des citoyens acceptables.

                Les autres, les »bon" musulmans qui suivent à la lettre les recommandations du Chamelier, ne peuvent être que des assassins en puissance.


              • babelouest babelouest 30 décembre 2017 17:31

                @Pierre Régnier
                Toutes les « religions du livre » sont des ennemies de la laïcité, pourquoi ressortir l’Islam ?


              • babelouest babelouest 30 décembre 2017 17:35

                @Christian Labrune la bible ne vaut pas mieux, et ceux qui s’en prévalent également (ancien ou nouveau testament)

                La bible, c’est violent !


              • waymel bernard waymel bernard 30 décembre 2017 17:55

                @babelouest parce que tous les attentats commis en France ces derniers temps l’ont été au nom de l’Islam.


              • babelouest babelouest 30 décembre 2017 18:25

                @waymel bernard du moins cela a été largement instrumentalisé ainsi.


              • Panoramix Panoramix 30 décembre 2017 18:26

                @Christian Labrune
                « suite d’appels au meurtres » . Le Coran a, en l’occurrence, plagié le Tanakh. Les juifs n’appliquant pas la lapidation pour adultères ou apostasie seraient-ils alors de mauvais croyants ?


              • babelouest babelouest 30 décembre 2017 18:28

                @Panoramix pour les rigoristes de cette religion, certainement !


              • Panoramix Panoramix 30 décembre 2017 18:48

                @babelouest
                je ne pense pas que Christian Labrune soutienne cette interprétation des textes bibliques, donc la logique de son raisonnement sur les « bons croyants » est bancale


              • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2017 18:58

                la bible ne vaut pas mieux, et ceux qui s’en prévalent également (ancien ou nouveau testament)
                ==========================================
                @babelouest

                Le jour où je verrai un chrétien se précipiter sur moi au coin d’une rue, muni d’un grand tournevis ou d’un couteau de cuisine, et gueulant « Jésus-Christ est grand ! », il est très probable, si je survis à l’agression, que je deviendrai beaucoup moins tolérant par rapport au christianisme. Je suis athée, mais les religions ne me dérangent aucunement dès lors qu’elles ne menacent la vie de personne.

                Il reste que depuis cinq ans, très peu de chrétiens se sont comporté en France de cette façon. Combien, au fait ? Une dizaine ? Une cinquantaine ? Il serait bon que vous nous rappeliez quelques cas parce qu’aucun ne me revient à l’esprit pour l’instant. En revanche, que 250 citoyens français aient été refroidis au nom d’Allah durant la même période, et plusieurs centaines estropiés, cela ne fait aucun doute, et des souvenirs très précis me reviennent immédiatement en mémoire. Si j’ai oublié quelques cas, c’est parce qu’il y en a beaucoup trop.

                La Bible, c’est un texte littéraire, très largement fictif et qui a été très vite traité comme tel. Il n’a jamais été pris au premier degré par une tradition talmudique remontant au premier siècle avant notre ère ni par la suite des conciles du christianisme. Les passages « violents » que vous trouverez dans la Bible procèdent d’un genre épique dont on pourrait trouver l’origine dans bien des inscriptions du temps des Ramsès où Pharaon sur son char défait à lui tout seul des milliers d’ennemis qui l’encerclent. Il s’agissait là de conventions littéraires. Vous trouverez des stèles égyptiennes qui montrent le pauvre Toutankhamon, lequel n’a conduit aucune guerre (son règne fut trop bref) occupé lui aussi à massacrer des ennemis.

                Si vous lisez La chanson de Roland, écrite chez nous au XIe siècle, vous y verrez l’évêque Turpin de Reims sur son grand canasson. Il élève sa grande épée au-dessus de la tête d’un Sarrazin, le casque est fendu avec tout ce qu’il contient, le reste de son corps aussi et même le cheval qui est en dessous. Les deux morceaux de l’ensemble qu’ils formaient tombent au sol en s’écartant, de part et d’autre de l’épée, comme les deux morceaux d’une pastèque sous le couteau du cuisinier.

                Cela m’étonnerait beaucoup que les chrétiens actuels, même les catholiques intégristes de Saint-Nicolas du Chardonnet, puissent rêver encore de pareils exploits. Du côté musulman en revanche, rien n’a vraiment changé, on est encore au VIe siècle.


              • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2017 19:05

                Toutes les « religions du livre » sont des ennemies de la laïcité, pourquoi ressortir l’Islam ?

                @babelouest

                Parce que l’islam tue.


              • Antoine 30 décembre 2017 19:25

                @Christian Labrune
                Le jour où je verrai un chrétien se précipiter sur moi au coin d’une rue, muni d’un grand tournevis ou d’un couteau de cuisine, et gueulant « Jésus-Christ est grand ! »,
                Il y a plein de gens qui ont vus des chrétiens armés de rafales et de mirages les bombarder en criant « vive la démocratie » « vive l’égalité des sexes. »
                Les guerres de Bush d’Obama et de ’Hollande ont fait des millions de morts.


              • babelouest babelouest 30 décembre 2017 19:29

                @Christian Labrune
                et les autres l’ont fait largement ;, et certainement encore (Amérique Latine par exemple). Quant à Franco, main dans la main avec l’Eglise... hum... ce n’est pas si vieux !

                Il y en a aussi qui s’arrangent pour faire accomplir à d’autres leurs crimes.


              • Antoine 30 décembre 2017 19:41

                @waymel bernard
                parce que tous les attentats commis en France ces derniers temps l’ont été au nom de l’Islam.
                 
                C’est ce qu’ont raconté les médias.
                Médias aux mains des sionistes.


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 30 décembre 2017 21:20

                @babelouest

                Non. Le judaïsme, le christianisme et le bahaïsme ont fini par accepter la séparation du religieux et du profane.

                Pas l’islam, pour lequel c’est une horreur théologique, le profane devant se soumettre à la volonté d’Allah, à l’époque de la création de l’islam par le prophète Mohamed et jusqu’à la totale soumission de tous les peuples de la terre à Allah.


              • pipiou 30 décembre 2017 22:26

                @Christian Labrune
                Et fumer tue, donc le tabac est une religion !
                Il est vraiment génial ce Labrune : pour dire qu’une religion tue il faut que l’assassin ait dit « Dieu est grand », sinon ça vaut pas !

                Quand Bush envoie ses marines tuer aux noms des « valeurs chrétiennes », il dit « Dieu vous bénisse », il n’a pas dit la formule secrète « Dieu est grand », donc c’est bien.
                Quand les hindouistes tuent les musulmans en Inde, ils n’ont pas dit la formule secrète alors personne ne dira que l’Hindouisme tue, et LaBrune est contente.
                Quand la seule théocratie juive du monde tue, les assassins disent qu’ils sont victimes, alors LaBrune dit « cela est bien ».

                Jaques n’a pas dit « LaBrune est un hypocrite », alors LaBrune se sent toute aise.


              • pipiou 30 décembre 2017 22:28

                @Pierre Régnier
                « Le judaïsme [a] fini par accepter la séparation du religieux et du profane »

                Euh ... vous êtes au courant de ce qui se passe en Israel ou bien vous vivez dans un bunker ?


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 31 décembre 2017 08:42

                @pipiou

                Remarque justifiée. Vouloir éviter de parler d’Israël conduit parfois à dire des bêtises.


              • Christian Labrune Christian Labrune 31 décembre 2017 10:31

                et les autres l’ont fait largement
                ========================================
                @babelouest
                Vous êtes en train de justifier l’injustifiable.

                Si un groupuscule de chrétiens fanatisés - ce qui ne me paraît guère probable !- se mettait demain à vouloir VENGER les morts du Bataclan et d’ailleurs, à commettre des exactions contre les tenants de la religion responsable de ces horreurs, que diriez-vous ?

                Vous diriez « et les autres l’ont fait largement ! »
                Ben oui : 250 morts, ce n’est pas rien !

                Et ils seraient tout à fait fondés à s’autoriser eux-mêmes de votre petite intervention, laquelle justifie par avance le cycle interminable des violences caractéristique de toutes les guerres civiles.

                La perspective des guerres, qui mettent en jeu des états, n’est pas du tout la même que celle des organisations terroristes. Les décisions des états sont collectives, ce qui ne garantit évidemment pas qu’elles soient toujours rationnelles, et elles auront produit bien des catastrophes. Mais le terroriste, lui, n’est pas l’émanation de la volonté d’un état, il est complice d’un groupe violent qui ne s’autorise que de lui-même. il est encore plus coupable, juridiquement, que ceux que le droit appelle des francs-tireurs, lesquels ne sont pas toujours des terroristes et ne s’en prennent pas au premier passant qu’ils rencontrent. Il est donc bien seul responsable de ce qu’il entreprend, le terroriste.

                Il peut bien, s’il est un illuminé fanatique, penser que ce sont ses petits copains pareillement inspirés, voire Dieu lui-même, qui lui recommandent d’appuyer au bon moment sur la détente de la kalachnikov, mais aucune nation civilisée ne pourra lui consentir ce « droit » et, d’un point de vue juridique, il sera considéré partout comme un criminel de la pire espèce.

                Je suis désolé de cette mise au point qui enfonce des portes ouvertes et qui sera bien inutile à tout lecteur disposant d’un minimum de culture.


              • Julien Esquié Julien Esquié 31 décembre 2017 10:57

                @Christian Labrune

                La distinction ne tient pas.

                Quand on fait exploser une bombe, sur un marché, dans une salle de restaurant, dans un hôtel de Jérusalem, etc., on pratique le terrorisme. Point. Et on peut très bien agir ainsi dans le cadre d’une décision prise par un état. Ainsi, même s’il prend ses ordres à Téhéran, même s’il est « l’émanation de la volonté d’un état », le hezbollah est sans l’ombre d’un doute une organisation terroriste.


              • babelouest babelouest 31 décembre 2017 11:03

                @Christian Labrune
                Ne serait-ce pas de la mauvaise foi ? Je parle non d’actions qui POURRAIENT arriver, mais d’actions qui ont eu lieu, sous couvert d’autres religions ou même avec leur bénédiction.


              • babelouest babelouest 31 décembre 2017 11:05

                @Julien Esquié
                Le meurtre quasi-quotidien de Palestiniens n’est-il pas de la même veine ? Mais c’est devenu tellement « ordinaire »....


              • Christian Labrune Christian Labrune 31 décembre 2017 11:30

                Je parle non d’actions qui POURRAIENT arriver, mais d’actions qui ont eu lieu,
                ==================================
                @balelouest
                Peut-être que vous ne le saviez pas, mais le temps ne s’est pas arrêté au lendemain des attentats que nous avons connus. L’histoire continue et ce qui est arrivé hier peut très bien encore arriver demain. Ca se passe comme ça depuis des millénaires, me semble-t-il.
                 


              • babelouest babelouest 31 décembre 2017 11:33

                @Christian Labrune
                oui, de la part de chrétiens également ! Vous êtes obnubilé sur l’Islam ?


              • Christian Labrune Christian Labrune 31 décembre 2017 11:52

                oui, de la part de chrétiens également ! Vous êtes obnubilé sur l’Islam ?
                =========================================
                @babelouest
                Combien d’attentats commis en France au nom de Jésus-Christ depuis des siècles ?
                Combien d’attentats commis en France au nom d’Allah depuis seulement cinq ans ?
                Je vous déconseille d’aller plus loin dans ce sens, vous vous êtes suffisamment ridiculisé.


              • babelouest babelouest 31 décembre 2017 12:09

                @Christian Labrune
                Beaucoup d’actions ne sont pas appelées « attentats », et sont cependant des atteintes aux humains qui ne relèvent pas du « crime ordinaire ». Il y a d’ailleurs des gestes qui bien que n’impliquant pas le décès de la victime ou des victimes, ont bien pour but d’en « tuer » la vitalité..

                Je rappelle d’ailleurs qu’au nom du super-Dieu ARGENT, même en France on tue. Là aussi c’est une Religion du Livre. Il suffit de penser aux ouvrages de Francis Fukuyama par exemple.


              • Panoramix Panoramix 31 décembre 2017 19:31

                @Christian Labrune
                Si les « bons » chrétiens sont ceux qui savent prendre de la distance par rapport à la lettre des textes religieux, il en va alors forcément de même pour les « bons » musulmans qui contextualisent et retiennent une approche symbolique. On ne peut pas dire à la fois une chose et son contraire. Le fait qu’il y a une plus forte proportion de fondamentalistes violents dans une religion ne signifie pas que ce fondamentalisme soit majoritaire et moins encore qu’il ait les bonnes clés de lecture -puisque les principales autorités musulmanes condamnent le terrorisme-.


              • Panoramix Panoramix 31 décembre 2017 19:34

                @babelouest
                on ne peut pas non plus comparer des choses d’ampleur et de gravité sans commune mesure.


              • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2017 12:26

                à l’auteur,
                Il ne faut pas être bien malin pour comprendre que si la laïcité n’est pas « radicale », il n’y a plus de laïcité. Une laïcité à géométrie variable, ou qualifiée par je ne sais quel adjectif, ce n’est déjà plus la laïcité. Le paradoxe est que cette radicalité de la laïcité, qui fait obstacle à toute tyrannie exercée sur les âmes, empêche le développement du fanatisme et de violences dont on vient d’avoir en France plusieurs exemples atroces.

                Dans la France actuelle, la laïcité a déjà disparu : il s’en faut bien que toutes les religions soient également traitées. On s’offusquera d’une crèche dans une lointaine sous-préfecture, dont le spectacle un peu niais et ringard ne saurait cependant inciter au meurtre de qui que ce soit. On tolère en revanche des mosquées salafistes qui appellent au jihad et au meurtre des mécraants. On tolère que, dans les banlieues, des musulmans qui ne demanderaient pas mieux que de vivre en bonne intelligence avec leurs concitoyens, subissent la tyrannie des islamistes qui font un crime aux femmes de sortir sans s’être au préalable revêtues du type de vêtement qui les transformera en étendards de l’islam jihadiste. On tolère que les Juifs, français de génération en génération depuis des siècles et donc Français « de souche », y subissent les mêmes persécutions qui ont obligé 800 mille d’entre eux depuis 48 à quitter les pays du Moyen-Orient. Les immigrés venus d’Extrême-Orient y sont victimes tous les jours d’exactions abominables dont les municipalités ne font mine de se soucier un peu que lorsque cela finit par un meurtre.

                On « s’arrange » avec les Frères et les salafistes, on ira jusqu’à leur donner la légion d’honneur (iman de Bordeaux) ; on les tolère parce qu’on en a peur, et cette trouille panique est la meilleures illustration possible de ce que désigne le terme « islamophobie ». Les vexations qu’on fait subir à des religions depuis longtemps pacifiées et pacifistes sont comme une préfiguration de ce qui leur arriverait fatalement dans le Dar-al-Islam.

                Il faudrait vraiment les Français fussent des veaux pour tolérer plus longtemps les propos de Macron et pour créditer d’un poil d’intelligence un individu capable de formuler à jet continu de pareilles sottises. L’une des prochaines sera l’épingle qui fait éclater la baudruche.


                • McGurk McGurk 30 décembre 2017 19:50

                  @Christian Labrune

                  * « Il ne faut pas être bien malin pour comprendre que si la laïcité n’est pas « radicale », il n’y a plus de laïcité. »

                  En fait non, elle est « bornée » comme toute loi. Ca n’en fait pas une notion « radicale » pour autant parce qu’elle est aussi très permissive - ce qui en fait, malheureusement, un concept un peu trop poreux dans certaines situations qu’on aurait dû encadrer de par la loi.

                  PS : Si vous n’aviez pas remarqué, nos commentaires sur le sujet de Verdi ont été supprimés vite fait et il ne reste plus que ceux abondant dans son sens. D’autre part, même si je n’ai fait qu’argumenter, j’ai été « banni pour non respect de la charte »...quelle hypocrisie « fortinesque ».


                • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2017 20:11

                  @McGurk
                  Sur le paradoxe de la laïcité, il y aurait beaucoup à dire, j’ai été un peu sommaire, et il faudra y revenir une autre fois, pour développer en effet cet oxymore : une radicalité permissive.

                  Quand j’ai voulu revoir la page de Verdi, mes commentaires qui étaient une approbation du vôtre n’y étaient plus, mais j’aurais encore pu écrire, ce qui n’est peut-être plus le cas et il faudrait que j’aille voir. Je me suis demandé pourquoi le vôtre n’avait pas été éliminé, qui paraissait fait pour inaugurer une suite de férocités argumentatives qui n’avaient pourtant rien à voir avec les motifs qui, selon la charte du forum, autorisent les suppressions. Je me suis dit : j’ai dû être plus féroce que McGurk, et mon amour-propre s’en est trouvé chatouillé, mais l’amour-propre, ça trompe énormément.

                  Il va falloir trouver un traitement qui convienne à quelques esprits faibles qui pensent avoir raison en supprimant les objections auxquelles ils ne se sentent pas capables de répondre. 

                  Je ne peux plus rien écrire après les articles de Takadoum et de Jeussey de Sourcensure. Je ne rate plus aucune occasion, désormais, de le faire savoir.


                • McGurk McGurk 30 décembre 2017 20:24

                  @Christian Labrune

                  Je pense faire un article sur cette « radicalisation » des auteurs parce que signaler un abus contre la liberté d’expression ne sert plus à rien. La modération reste stoïque.


                • babelouest babelouest 30 décembre 2017 20:43

                  @McGurk donc la « modération » est bizarrement modérée !


                • McGurk McGurk 30 décembre 2017 20:49

                  @babelouest

                  Bah c’est surtout que je ne comprends pas du tout pourquoi des auteurs normaux qui font des sujets se les voient refusés alors qu’un type comme Fortin qui prêche la haine contre tout et surtout contre toute logique, imperméable aux arguments rationnels, a les siens toujours validés ?

                  Ils se servent de la charte pour agir en petits rois dans les commentaires alors que AV est censé être un site libre d’expression. On a pas le droit de bannir quelqu’un parce qu’il est d’avis différent, même si c’est un gros imbécile et encore moins de demander la suppression de son commentaire car « pas du tout conforme à ce que l’auteur pense ».

                  Pourquoi la commande « signaler cet article » ne marche pas et les plaintes contre les actions abusives restent sans réponse ?


                • babelouest babelouest 30 décembre 2017 21:20

                  @McGurk , sans doute la subjectivité règne-t-elle en maîtresse, ce qui n’est pas forcément bien.


                • Christian Labrune Christian Labrune 31 décembre 2017 00:25

                  @McGurk
                  J’avais bien pensé le faire aussi, mais beaucoup des articles que j’ai envoyés ne sont jamais passés, et c’est ce qui fait que je préfère en général intervenir, et souvent plus longuement que je ne le ferais par un article personnel, sur les publications de ceux qui n’hésiteraient pas à me censurer si je traitais à ma manière des mêmes questions.

                  Si vous envoyez un article, prévenez-moi pendant qu’il est en modération : j’ai rarement le courage d’aller voir la liste et de voter pour ou contre ce qui est proposé.


                • Ken_le_sous-vivant Ken_le_sous-vivant 30 décembre 2017 13:54

                  Comment peut-on se déclarer gaulliste et militer pour DLR ? Y’a quelque chose qui ne tourne pas rond. NDA est autant gaulliste que Macron ou Mélenchon. De bonnes carpettes anglaises sorties tout droit du moule de la FAF ou équivalent.

                  Le gaullisme est mort en même temps que son fondateur et celui qui s’en rapproche un tant soit peu de nos jours, et encore on en est rudement loin, c’est papy Asselineau.

                  Aller, quelques conseils pour démasquer le subterfuge :

                  Le gaullisme c’est :
                  1. Etre pragmatique et partir des réalités.
                  2. Placer l’indépendance nationale comme élément central, majeur et primordial sans qu’aucune concession ne puisse y être faite.
                  3. S’inscrire dans la longue tradition historique française de grandeur et d’indépendance.

                  Ce qui donnerait de façon non exhaustive :
                  1. L’euro est une catastrophe pour la France, il faut en sortir au plus vite.
                  2. La France n’étant plus souveraine, il faut sortir au plus vite de l’UE.
                  3. Relancer de grands projet infra-structurels, la recherche, les nouvelles technologies. Affirmer et développer le terroir français, la francophonie et la latinophonie tous azimuts.

                  Donc : Chirac, Chevènement, NDA et tous les autres guignols se réclamant du gaullisme ne sont que des tartuffes...


                  • babelouest babelouest 30 décembre 2017 21:24

                    @Ken_le_sous-vivant il y a bien Nikonoff, mais les médias s’arrangent pour le cacher encore plus qu’Asselineau : en auraient-ils peur ?


                  • Ken_le_sous-vivant Ken_le_sous-vivant 31 décembre 2017 00:55

                    @babelouest

                    Oh bordel !!! 458 PAGES de programme présidentiel. http://www.pardem.org/images/pdf/Programme.pdf

                    Eh les gars ! On a trouvé un champion ! Il arrive encore moins à synthétiser qu’Asselineau.

                    Je le lirai à l’occaz car je suis curieux de voir où est l’arnaque, mais Nikonoff est bien trop à gauche pour pouvoir se réclamer du gaullisme qui est historiquement un mouvement de centre droit. De plus, le nom du parti est assez mal choisi je trouve. La mondialisation est un phénomène naturel d’échanges commerciaux internationaux qui existe depuis la nuit des temps. Notre ennemi n’est pas la mondialisation mais le mondialisme qui est l’idéologie globaliste sous-jacente au néo-libéralisme. Un meilleur nom aurait été Parti du démondialisme, ou parti anti-mondialistes.

                    Mais surtout, le plus gros défaut de Nikonoff, c’est qu’il est encore moins charismatique qu’Asselineau qui lui se situe pourtant déjà très bas entre l’huître asthmatique et la fougère arborescente.


                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 08:07

                    @Ken_le_sous-vivant
                    Parti du démondialisme : une très bonne idée !


                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 08:21

                    @Ken_le_sous-vivant
                    J’ajoute, Ken, pour l’avoir côtoyé, qu’il est certainement autrement plus sympathique qu’Asselineau. C’est le bon côté de son inconvénient. D’ailleurs, tout ce qui se fait dans ce parti est collégial.


                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 09:24

                    @Ken_le_sous-vivant


                    Le défaut de Nikonoff, c’est qu’il veut désobéir à la Constitution française parce qu’il veut désobéir aux traités européens. 

                    Il propose, comme Mélenchon, un programme de « désobéissance » aux traités. L’article 50, pour Nikonoff, est à mettre à la poubelle. Nikonoff oublie le rôle du Conseil constitutionnel, comme Mélenchon. C’est quand même ballot à ce niveau de réflexion !

                    Une question : à quelle élection s’est présenté le PARDEM ? Combien de candidats ? 


                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 10:49

                    @Ar zen
                    Inexact. Comme moi, il considère l’adhésion au traité de Lisbonne comme une forfaiture, un coup d’État, donc le Titre XV de la constitution est nul et non avenu, et nous ne sommes PAS assujettis à Bruxelles : il n’y a donc pas lieu à désobéissance à ce qui n’existe pas.

                    Le Pardem a tenté l’élection présidentielle, sans succès (pas assez de parrainages), et a présenté des dizaines de candidats aux législatives.


                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 11:20

                    @babelouest

                    Je ne parle pas seulement de l’élection présidentielle concernant le PARDEM, je vous parle de sa présence à toutes les autres élections (députation, européennes, communales, etc). 

                    Vous pouvez bien à titre « personnel » considérer l’adhésion au traité de Lisbonne comme une forfaiture, comme moi d’ailleurs, mais la ratification de ce traité par la procédure du Congrès correspond parfaitement au cadre institutionnel fixé par la Constitution française. 

                    C’est donc une vision erronée que vous avez. La Constitution française s’est appliquée d’une manière tout à fait légale pour la ratification du traité de Lisbonne. Et que cette ratification représente un coup de poignard dans le dos des Français ne change rien à la légalité de la procédure du Congrès. 

                    Si vous voulez militer pour quelque chose d’important, militer pour mettre fin à la procédure du Congrès. 

                    D’un point de vue constitutionnel vous raisonnement est faux, tout à fait faux. Et ce n’est pas parce que vous n’êtes pas d’accord, comme moi, avec la procédure du Congrès, que celle ci n’existe pas et ne produit pas tout son effet, malheureusement. Je vous prie de noter que de nombreux transferts de souveraineté ont eu lieu de la France vers l’UE et, à chaque fois, « grâce » à la procédure du Congrès. 
                    J’ai écrit un article là dessus.


                    L’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République sur proposition du Premier ministre et aux membres du Parlement. 

                    Le projet ou la proposition de révision doit être examiné dans les conditions de délai fixées au troisième alinéa de l’article 42 et voté par les deux assemblées en termes identiques. La révision est définitive après avoir été approuvée par référendum. 

                    Toutefois, le projet de révision n’est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement convoqué en Congrès ; dans ce cas, le projet de révision n’est approuvé que s’il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Le bureau du Congrès est celui de l’Assemblée nationale. 

                    Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire. 

                    La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l’objet d’une révision.




                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 11:40

                    @Ar zen
                    Il se trouve là que le peuple sollicité « a mal répondu », donc ON a effacé le Peuple, et on a remis ça, ce qui EST une forfaiture comparable au 10 juillet 1940. Là réside le CRIME.

                    Quant à la constitution je connais :
                    https://ti1ca.com/72nmjpz0-prop-modif-constit-revision-12-05-2017-prop-modif-constit-revision-12-05-2017.pdf.html


                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 12:17

                    @babelouest

                    La Constitution s’applique ou ne s’applique pas. En l’occurence la procédure du Congrès est inscrite dans la Constitution. C’est une réalité. 

                    Vous pouvez parler de forfaiture ou de crime mais cela n’enlève rien à la force de la loi fondamentale de la France qui prévoit dans ses articles la modification de la Constitution par la procédure du Congrès.

                    Toute personne qui prétend diriger le pays le fait dans le cadre de la Constitution. Cette personne élue désobéirait donc à la Constitution ? A combien d’articles de la Constitution faudrait-il « désobéir » pour diriger la France ? 

                    Que veut dire pour vous « désobéir » à la Constitution ? 
                    Un président élu, selon vous, peut se dispenser d’appliquer les règles constitutionnelles, qu’il soit de gauche, d’extrême gauche, de droite ou d’extrême droite ? A ce jour, tous les présidents de la 5ème République ont respecté le cadre fixé par la Constitution. D’ailleurs, le rôle du Conseil constitutionnel est bien de dire si les lois et les règlements sont « conformes » à la Constitution. 

                    Nikonoff, comme Mélenchon d’ailleurs, a tout faux s’il parle de « désobéir » aux traités européens, puisqu’il s’agit, ni plus ni moins, que de désobéir à la Constitution française. Le Conseil constitutionnel annulerait séance tenante toute velléité de désobéir à la Constitution, à moins, bien sûr, que d’aucuns aient le projet de faire passer la France dans un système « autoritaire ». 

                    N’importe quel président élu le sera dans le cadre de la 5ème République, avec une Constitution qui « encadre » son action. Pour modifier la Constitution il faudra que président élu respecte le cadre constitutionnel. N’importe quel processus constituant devra respecter le cadre constitutionnel !

                    Il vous faut poser le débat en ayant toujours le cadre constitutionnel en ligne de mire. En effet, si le président élu à des « pouvoirs » il les tient de la Constitution. Et d’autres institutions tiennent aussi leur pouvoir de la Constitution, comme le Conseil constitutionnel dont le rôle est de dire si une loi est conforme à la Constitution. Et, figurez vous, que les décisions du Conseil constitutionnel ne sont pas susceptibles de recours et s’imposent à toutes les institutions, président élu et gouvernement compris. Question : « comment faîtes-vous » ? Mettez ça au centre de votre réflexion et trouvez la solution. 



                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 12:35

                    @Ar zen
                    Avec le déni du référendum du 30 septembre 2005, je suis désolé de vous l’affirmer, le gouvernement a ouvertement opéré un coup d’État. Que le conseil constitutionnel n’ait pas réagi indique que sur le fond, lui aussi a failli, par intérêt, ou autre. Le Peuple est NÉCESSAIREMENT supérieur à ceux qui par délégation gouvernent. Pensez l’esprit avant la lettre !

                    C’est pourquoi je le répète, ce n’est pas désobéir, que de refuser Bruxelles, c’est proclamer que pour les Français il ne compte pas. Ils ont refusé le TCE, et si vous avez bien lu son contenu, TOUS les traités qui le précédaient, et qui avaient été inclus dedans. Depuis cette partie a comme par hasard été expurgée.

                    Il faut repartir d’AVANT le traité de Rome de 1957 !


                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 12:53

                    @babelouest

                    Expliquez moi pourquoi c’est un « coup d’Etat » puisque le traité de Lisbonne a été voté par la procédure du Congrès, assemblée composée de l’ensemble des élus de l’Assemblée nationale et de l’ensemble des élus du Sénat ? Ce vote a respecté le cadre constitutionnel. 

                    Alors je vous propose un exercice théorique. Nikonoff est élu président de la République et obtient la majorité à l’assemblée nationale. Comment peut-il opérer sachant qu’il doit respecter le cadre de la Constitution et que son gouvernement doit faire de même ? Quelles possibilités a t-il en main puisque le rôle du Conseil constitutionnel est de veiller à la « constitutionnalité » des lois et des règlements ?

                    Je vous fais remarquer que « désobéir » à Bruxelles, c’est désobéir à la Constitution française puisque le droit européen ainsi que le droit dérivé européen sont intégrés à la Constitution à travers l’article 55 et l’article 88-1 de la Constitution. La jurisprudence du Conseil constitutionnel est limpide à ce sujet.



                    Constitutionnellement parlant vous êtes dans l’erreur, l’erreur absolue. Maintenir votre position revient à proposer au peuple de France d’aller dans le sens d’une dictature, c’est à dire de rentrer de plain pied dans l’arbitraire parce que vos décisions ne reposent plus sur aucune loi fondamentale qui encadre l’action des institutions. 

                    Vous êtes en roue libre ! Tout devient possible dans votre esprit. 



                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 13:04

                    @Ar zen

                    J’ajoute, babelouest, que rien n’empêche jamais un gouvernement ou une Assemblée nationale de proposer une loi jusqu’ici refusée. Ce qui veut dire que si une proposition a été rejetée cela ne veut pas dire que celle ci ne peut pas être présentée à nouveau à la délibération populaire ou aux votes des Institutions. Rejet du TCE en 2005 par le peuple, approbation du traité de Lisbonne par le Congrès en 2008, ce n’est pas illégal. 

                    Vous pouvez, dans votre for intérieur, estimer que le peuple a été trompé après le rejet du TCE, mais puisque le cadre constitutionnel a été respecté, vous avez simplement tort d’un point de vue juridique. 



                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 13:13

                    @Ar zen
                    Sourd ! La France n’est PAS assujettie à Bruxelles, sinon par une procédure de déni d’un Référendum démocratique (j’oserai dire le seul VRAI processus démocratique possible dans l’état actuel, mais vous ne voulez pas le savoir).

                    Oui, il s’agit nécessairement de déclarer la constitution telle qu’elle est écrite actuellement caduque, et alors ! Êtes-vous à ce point esclave des seuls écrits, quand leur esprit est dramatiquement bafoué, écrasé par des politiciens sans scrupules ? Avez-vous lu ma proposition ? Elle n’est pas exempte d’améliorations dans le sens que j’ai indiqué dans le texte préliminaire, mais elle existe. Bien entendu, son sens est beaucoup plus démocratique que la pétaudière tyrannique (paradoxe, non ?) qui perdure depuis l’arrivée sur le trône de Sarkozy.


                  • babelouest babelouest 31 décembre 2017 13:17

                    @ Ar zn
                    je ne débattrai pas plus, je pense que nos points de vue sont définitivement inconciliables...


                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 13:22

                    @babelouest

                    Vous avez tort du point de vue du droit. Lisez la Constitution et tirez-en toutes les conclusions.

                    Rien dans tout ce que vous écrivez ne se rapporte au droit constitutionnel. Tout ce que j’écris se rapporte à ce droit. C’est le droit fondamental de notre pays. 

                    Si vous voulez qu’une personne élue dirige la France sans respecter la Constitution, qui vient de lui conférer ses pouvoirs, il faut le dire. Le président élu, selon vos souhaits, respectera quoi ? Je vous le demande ? Ce nouveau président élu jette à la poubelle la Constitution de la 5ème et fait ce qu’il veut ? C’est ça que vous proposez ? Toutes les autres institutions, comme le Conseil constitutionnel rentrent la tête sous terre ? Cela s’appelle une prise de pouvoir par la force. 



                  • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2017 13:25

                    @babelouest

                    Si vous refusez de prendre en considération le droit constitutionnel vous pouvez effectivement ’rêver" à n’importe quel projet. Tout devient possible si l’on fait abstraction du cadre constitutionnel. C’est bien ce que vous faites. 

                    Intéressez vous au droit constitutionnel. Vous êtes dans l’erreur la plus absolue. 

                  • Panoramix Panoramix 31 décembre 2017 19:42

                    @Ar zen
                    si on applique à la lettre le principe d’inviolabilité de la constitution, le recours à l’article 50 du traité sur l’Union Européenne est contraire à notre constitution (art 88.1)


                  • Elliot Elliot 30 décembre 2017 14:04

                    On ne peut tout de même pas nier que certains instrumentalisent le concept de laïcité qu’ils ne maîtrisent d’ailleurs pas.

                    La loi de 1905 stipule « en son article 1er que la République assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes et en son article 2 qu’elle ne salarie ni ne subventionne aucun culte...

                    Déjà l’article 2 connaît des exceptions notables pour des raisons historiques , ni l’Alsace, ni la Moselle ne faisaient à l’époque partie de l’espace territorial français et l’état n’applique donc pas sa loi dans ces départements où les lieux de culte sont subventionnés et où le clergé des trois religions reconnues, catholique, protestante et israélite bénéficie du statut de fonctionnaire. C’est un fait qu’il convient peut-être de tolérer si l’on a l’esprit large mais qu’on peut aussi contester dans un esprit laïcard moins ouvert. Il faut aussi admettre que certains se servent de la laïcité à leur convenance et principalement comme un instrument de combat contre les Musulmans ( voire contre les immigrés dans un esprit carrément raciste ), ce qui est tout à fait contraire à l’esprit de la loi de 1905. Il faut inlassablement dénoncer les faux amis de la laïcité, les Val, les Fourest et consorts qui font profession d’exacerber les tensions en transformant en sophismes délétères des arguments de bon sens. D’ailleurs leurs convictions ne résistent pas longtemps à une analyse un peu approfondie, ils donnent eux-mêmes les arguments pour les combattre car il est trop manifeste qu’ils ne voient la laïcité que comme un outil de propagande contre l’Islam et contre ce fantasme agité par les pisse-froid, le multiculturalisme auquel ils veulent opposer une sorte de monoculture mortifère qui exclut la France du concert des nations et en fait n’a jamais existé et heureusement pour la richesse de notre vocabulaire. Ce n’est pas l’origine culturelle des élèves qui fait qu’ils sont parmi les cancres de l’Europe voire du monde, c’est le niveau de l’enseignement, les réformes successives initiées par des apprentis sorciers qui tous veulent laisser leur empreinte pédagogique dans un océan de médiocrité et ont transformé l’apprentissage de la langue en un champ de manœuvres dont plus personne ne connaît les tenants mais où l’illettrisme symbolise les aboutissants.  

                    • Laulau Laulau 30 décembre 2017 14:34

                      @Elliot
                      Tout à fait excellent !


                    • waymel bernard waymel bernard 30 décembre 2017 18:01

                      @Elliot 50% des jeunes musulmans vivant en France font passer la charia avant les lois de la République. On se croirait en Arabie saoudite !


                    • babelouest babelouest 30 décembre 2017 18:27

                      @waymel bernard et « les autorités » ne font rien pour aider à changer cette dérive : oserait-on même insinuer qu’elles la favorisent ?

                      OUI


                    • Panoramix Panoramix 30 décembre 2017 18:42

                      @waymel bernard
                      encore faut-il savoir ce qu’ils mettent sous ce terme de charia, qui signifie étymologiquement « la voie vers la source de vie », combien d’entre eux serait favorables aux châtiments corporels ou la mort pour infidélité ?
                      Les lois de la République peuvent autoriser des choses que des croyants se refusent à faire pour leur propre compte. Il y aura problème s’ils voulaient imposer que tout le monde se conforme à leurs règles spécifiques (vestimentaires, alimentaires, relationnelles...).
                      Il en va de même pour d’autres courants de pensée, ainsi les végétariens sont libre de s’abstenir de viande, mais ne peuvent imposer son interdiction à tous.

                      Interrompre la visualisation d’un dessin animé par des enfants du primaire, du fait qu’il narre l’origine de la crèche, cela constitue une acception excessive de la laïcité. Le film Ben Hur serait alors censuré (et je ne parle pas des 10 commandements).


                    • babelouest babelouest 30 décembre 2017 19:24

                      @Panoramix , censurer ces derniers films ? Pourquoi pas ? Ou du moins, ce qui serait plus logique, je pense, ne les projeter qu’avec un texte explicatif indiquant des scènes insoutenables pour un athée et déconseillées, logiquement, aux plus jeunes ! Si les croyants avertis veulent les regarder, grand bien leur fasse !


                    • Elliot Elliot 30 décembre 2017 19:28

                      @waymel bernard


                      Je vous laisse la responsabilité de votre sondage dont je n’ai jamais entendu parler mais ce dernier point n’est pas non plus étonnant, je me défie des sondages surtout quand ils sollicitent la réponse qu’ils attendent dans la manière de poser la question.
                      Mais en fait quel rapport avec la loi de 1905 ? 
                      La loi ne définit pas ce que l’on doit penser ni comment le faire puisqu’elle laisse toute liberté à la pensée. 

                    •  C BARRATIER C BARRATIER 30 décembre 2017 18:28
                      • Voilà la radicalisation devenue sympathique puisque la laïcité l’est. Macaron n’aurait il pas fabrique ses. Œillères dans une. Ecole. Primaire catholique ? Brigittel était prof ou ?
                      • Gardien de l’institution républicaine donc constitutionnellement laïque, macron avec un petit m n’est pas du tout à à hauteur de sa fonctionna. Ave me suis trompé dans mon choix apparemment.

                      • babelouest babelouest 30 décembre 2017 18:30

                        @C BARRATIER je vous plains, votre clavier vous joue des tours !


                      • McGurk McGurk 30 décembre 2017 19:39

                        * « Car aujourd’hui, la radicalisation, c’est celle des islamistes »

                        Plus seulement.

                        Il y a aussi la radicalisation de la politique avec l’imposition d’un Etat sécuritaire, un gouvernement qui fonce dans le tas sans écouter les citoyens à coup d’ordonnances de plus en plus nombreuses, une marche forcée vers l’économie de marché encore plus abusive et permissive pour les entrepreneurs internationaux.

                        Idem pour la pensée, de plus en plus influencée et orientée par ces affreuses « féministes » politiques qui tendent à imposer leur vision rétrograde, dégradante et perverse de la société où les femmes sont vues comme des « pouffiasses », les mecs « DSK potentiels », les caricatures comme des « attaques virulentes »

                        Nous sommes dans l’ère de la « radicalisation » généralisée« parce que la société va mal. Nous »devons« trouver un »coupable« ou une »solution« même si en temps de stabilité on aurait trouvé ça totalement débile. Rien qu’avoir élu Macron en dit long sur le malaise profond et les actions »radicales" que nous avons choisi de faire pour tenter de remédier à nos problèmes.


                        • JP94 30 décembre 2017 21:30

                          Certains commentaires dévient du sujet traité.


                          Ce qu dénonce l’auteur de l’article, ce sont les propos tenus par un président de la République , république qui a séparé l’Eglise de l’Etat - ça avait déjà existait auparavant - sous la Commune notamment tout comme l’Ecole gratuite et la révocation des élus qui ne jouent pas leur rôle.

                          Or ce président, en dénonçant en réalité la Laïcité, qui devrait céder le pas à l’Eglise ( quelle qu’elle soit), contrevient une nouvelle fois aux obligations d’un élu de la République.

                          Evidemment, il ne peut pas appeler ouvertement à revenir sur la loi de 1905, alors il s’en prend à ceux qui la défendent alors qu’elle est bien mise à mal. Le sabre, on l’a eu en Lybie et le goupillon, il n’est pas loin. Que l’on s’arrange avec les Etats terroristes ( mais Tartufe) comme le Qatar et les Etats-unis l’Ukraine ou d’autres encore, c’est déjà tourner le dos à la laïcité.et aux autres principes de notre Réublique.

                          Et cela Macron le bafoue publiquement. C’est une façon de montrer qu’il ne craint aucun tabou et va continuer sa politique sans se donner aucune limite.

                          Dans le temps, on avait des acteurs comiques comme Pierre Blanche qui s’amusait à jouer des personnages de fonctionnaires férus catholiques. Mais aujourd’hui, sa satire est en passe de se concrétiser au sommet de l’Etat. 

                          Chez nos voisins où la laïcité n’existe pas, la Religion est un excellent moyen de contrôler et de diviser les individus.

                          En Allemagne, vous avez droit d’adhérer à toutes les religions -même si c’est mieux vu d’être de la religion dominante que zoroastriste. Mais le DRH est en droit d’exiger de vous que vous précisiez votre religion et il est droit de vous refuser un emploi, voire de vus licencier si vous êtes athée. 
                          Une amie médecin allemande, qui se déclarait athée, a été refusée dans un hôpital public sur ce mobile. Un professeur d’Université de Göttingen, athée ,a été licencié suite à la pression de l’Eglise.
                          C’est cela, la Religion, quand la laïcité n’existe pas, et c’est le cas dans l’UE, qui non seulement discrimine les étrangers ( est-ce « chrétien » ? ) mais encore les athées y compris les plus diplômés . Macron ou nos apôtres de la Démocratie (nos journalistes, par exemple) ont-ils protesté contre ces atteintes au Droit ? Et qui le sait , ?

                          • JP94 30 décembre 2017 21:32

                            @JP94

                            Hml je viens de voir de grosses fautes d’orthographe ( inconvénient des caractères tout petits .
                            « ç’avait déjà existé » ...

                          • McGurk McGurk 30 décembre 2017 21:36

                            @JP94

                            * « vous que vous précisiez votre religion et il est droit de vous refuser un emploi, voire de vus licencier si vous êtes athée. »

                            La première partie est parfaitement vraie, l’autre j’en doute fort.

                            Effectivement, il y a un impôt finançant les cultes et si on est pas croyant on doit remplir tout un formulaire chiant pour ne pas payer.

                            Le reste, je n’en ai jamais entendu parler et ça m’étonnerait fort des Allemands.


                          • JP94 30 décembre 2017 22:15

                            @JP94

                            Non, non détrompez-vous ... et c’est assez récent ! ( je ne donnerais pas de noms, par respect de la vie privée).

                            Je ne parle même pas du cas de Silvia Gingold, fille du grand résistant allemand en France ( médaillé de notre pays), déchue de sa nationalité allemande et licenciée de son emploi de professeur car communiste, au moment-même où la RFA offrait cette nationalité à trois criiminels nazis hollandais pour leur permettre d’échapper à la justice hollandaise : ils étaient de bons chrétiens, sans doute, et versaient au denier du culte !!

                            Pour en revenir à une période plus récente, à Berlin, lorsque la coalition « rouge-rouge » ( SPD-Die Linke) est tombée, il y a eu un vote pour contraindre à l’enseignement religieux dans les écoles - alors qu’on avait le choix entre « humanisme » (laïque) et religion ( je ne parle pas d’histoire des religions, mais bien de religon). Les compagnies de bus avaient proscrit les affiches en faveur de la laïcité mais ouvert leurs panneaux à tous les partisans de cet enseignement religeux.

                            Tout cela est authentique, mais vous voyez l’effet de votre éducation laïque ; cela vous choque et vous semble incroyable ! Moi aussi j’y croyais peu mais c’est ainsi. Cette médecin a eu un poste en France, où bien heureusement, l’employeur n’a pas ces prérogatives ...

                          • placide21 31 décembre 2017 08:26

                            La modification majeure de notre environnement (notre colonisation ) a une influence majeure sur notre comportement, pour nous ce sera le syndrome de Stockholm.


                            • babelouest babelouest 31 décembre 2017 12:24

                              Pour ma part, devenu par réflexion entièrement personnelle athée, je considère que la laïcité, c’est permettre justement que les athées puissent jouir de leur vie comme tout le monde, et il faut constater qu’en-dehors de la France, trop souvent ce n’est pas le cas.

                              Alors, oui, des prosélytes pourront affirmer que le fait que la laïcité permette que des athées ne soient pas montrés du doigt, qu’ils continuent à vivre tranquillement, c’est une laïcité, pour eux, radicale. Ils ne peuvent pas (non, vraiment pas) croire qu’on ne puisse pas croire justement. Allons plus loin, je crains que parmi les athées, certains ne soient en fait que des croyants frustrés qui CROIENT en l’absence de Dieu. Mais toujours des croyants. Et pas forcément les moins virulents. Je pense à quelqu’un...

                              La laïcité, c’est dur, cela se mérite !


                              • zelectron zelectron 1er janvier 2018 20:11

                                quand la laïcité cache (mal) l’athéisme le plus extrême ... smiley


                                • Pere Plexe Pere Plexe 1er janvier 2018 20:23

                                  @zelectron
                                  La laïcité ne cache rien.
                                  Elle n’a pas à le faire.
                                  Et ne le fait pas

                                  Les athées comme les juifs les catholiques et les autres peuvent respecter la laïcité c’est à dire la loi de la république.
                                  Ils peuvent aussi ne pas la respecter et se mettre hors la loi pour leurs convictions.

                                  La laïcité c’est la liberté d’opinion.Et le cadre juridique de cette liberté fondamentale.
                                  Ni plus ni moins.


                                • Nycolas 2 janvier 2018 11:20

                                  D’abord je rappelle que Michéa recommande à raison de ne pas confondre les termes de radicalisation (qui se rapporte aux racines) et d’extrémisme (qui se rapporte, au contraire, à une vision jusqu’au-boutiste d’une idéologie quelle qu’elle soit).

                                  Il y a certes un mouvement laïciste-laïcard qui se montre incapable de la moindre compromission, pourtant nécessaire à tout dialogue et à toute négociation, et cela s’appelle de l’extrémisme. Tout comme il existe un extrémisme qui se réclame de l’islam (puisque c’est de cela qu’il est question dans ce pays depuis des années, en filigrane, avec l’apparition d’un voile dans les rues et la sphère publique, qu’on ne voyait presque pas il y a 30 ans).

                                  Ça va être compliqué de discuter entre extrémistes... Personne ne convainquant personne, ça se termine en général dans les tribunaux ou au couteau.

                                  Si on revient aux racines de la laïcité (racine = radical), il ne s’agit pas d’anti-cléricalisme fondamentaliste... Mais tout au contraire, du respect des convictions de chacun, où chacun doit faire un effort pour se faire accepter dans la communauté générale, ce qui n’est certes pas ce qu’on observe de la part de certains, qui affirment désormais ne pas reconnaître le pays qui les accueille, voire affirment une volonté de destruction de celui-ci. Ils me semblent cependant encore largement minoritaires, la seule différence étant qu’ils n’avaient pas accès à une parole publique il y a encore quelques années. Mais tout arrive avec internet, les « réseaux sociaux » et l’inconséquence actuelle de nos politiques décadents et sans boussole en terme de sens commun, de bien commun, d’intérêt commun, et qui n’agitent que la division, dans laquelle beaucoup tombent d’ailleurs très facilement, d’un côté comme de l’autre, et j’y inclus l’extrémisme laïcard qui fait virer des élèves des écoles pour un bout de chiffon sur la tête au lieu de favoriser un débat public sain. Cela ne fait que renforcer la position inverse. Il ne s’agit pas d’une lutte de territoire avec du terrain à perdre ou à gagner, mais d’affirmer les principes d’un pays d’accueil, sans écraser l’autre sous le marteau d’une pseudo justice qui ne sert ici que la provocation envers des populations opprimées parmi d’autres, et qui elles se servent de l’islam comme d’un instrument identitaire à la manière d’une arme de légitime défense.

                                  Il faudrait que chacun puisse comprendre la position de l’autre et qu’un terrain de débat soit instauré. Au lieu de ça, chacun agite son pavillon en excitant l’autre, et on n’arrive à rien : la situation empire car elle ne peut qu’empirer dans un tel contexte hystérique.

                                  La laïcité implique certes que les membres de telle ou telle religion renoncent aux signes ostentatoires, ainsi qu’au prosélytisme. La laïcité n’est pas censée, quant à elle, être une idéologie religieuse qui se remarque par l’absence totale d’identité, hors du néant de l’appartenance à une « république » moderne, entité par excellence de l’anéantisation des groupes et des individus qui seraient sommés de se fondre dans une société sans identité autre que son appartenance au grand marché mondial. C’est clairement un des points que contestent certains extrémistes de l’islam qui prônent en fait un retour à des valeurs plus essentielles (avec toutes les dérives que cela nourrit chez les esprits les plus incultes, les plus violents et les plus réactionnaires). On peut ne pas être en accord avec ceci, encore faut-il saisir tous les tenants et aboutissants de la situation, et cesser de camper sur une position psycho-rigide et intenable, qui a pour angle mort tous les torts des sociétés capitalistes occidentales amorales, car cela ne fait que servir l’argumentaire des extrémistes religieux en tous genres.


                                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 janvier 2018 10:32

                                    @Nycolas

                                    Vous vous trompez, Nycolas, sur le refus de la laïcité dans l’islam. Elle n’est pas seulement le fait des extrémistes. Elle est l’une des bases de la radicalité dans cette religion. C’est le mot qui vous trompe, mais tout ce qui ressemble à ce qu’on appellera plus tard la laïcité est fondateur de l’islam.

                                    Dès l’origine l’islam affirme comme un de ses principaux principes théologiques que son Dieu Allah - pour elle « le seul vrai Dieu » - devra dominer le monde dans tous les domaines de la vie humaine.


                                  • Nycolas 3 janvier 2018 14:26

                                    @Pierre Régnier

                                    Bah, évidemment. Comme toutes les autres grandes religions prosélytes. Cependant l’islam ne peut pas être anti-laïcité, puisque le concept de laïcité tel que nous le connaissons fut forgé bien après l’islam lui-même... L’islam rejette les mécréants, c’est à dire, tout ce qui n’est pas l’islam, encore une fois : comme toutes les religions prosélytes.

                                    La vérité est que ce refus particulier s’est installé au cours des décennies passées, et toute personne lucide devrait s’en apercevoir... Ce qui est alors intéressant est de comprendre de quelle manière il s’est installé, et pourquoi. Cela est bien plus une question sociologique que religieuse ou encore théologique. Réduire l’islam à ce trait, c’est bel et bien du fondamentalisme.


                                  • Crab2 2 janvier 2018 13:18
                                    La laïcité sans adjectif ajouté

                                    Piqûre de rappel : Le principe de laïcité et de neutralité religieuse consubstantiel à la République s’applique à l’État, à ses services publics et à ses agents

                                    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/12/la-laicite-sans-adjectif-ajoute.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès