• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Fiasco du Silvercrest : péché d’orgueil du groupe Safran (...)

Fiasco du Silvercrest : péché d’orgueil du groupe Safran ?

Pour un constructeur d’avions, annoncer l’arrêt d’un produit phare en cours de développement est un fait rarissime. Ainsi, l’annonce faite par Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, en décembre dernier, d’arrêter le programme du Falcon 5X a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans le monde de l’aéronautique... Même si les spécialistes s'attendaient à cette décision logique et, somme toute, courageuse.

JPEG - 21.4 ko
Silvercrest, un atterrissage forcé

 

Stopper net un programme extrêmement prometteur après avoir investi plus de 500 millions d’euros et engrangé des commandes ne peut se comprendre sans raisons majeures autant qu'imprévisibles.

Que l’abandon du programme soit dû à l’incapacité du fournisseur du moteur de livrer, quatre ans après la date initialement prévue, est encore plus surprenant. Surtout lorsque ce dernier est le groupe Safran, acteur majeur à la réputation bien établie dans ce monde particulier qu’est celui des motoristes.

 

Petit rappel de l'origine du groupe industriel Safran

Au commencement était le regroupement des sociétés Sagem/Snecma ; Cette dernière société est celle qui a propulsé tous les avions de combat français depuis les années 1960 jusqu’au moteur du Rafale (M-88). Safran a également repris la société Turbomeca, leader mondial des turbines d’hélicoptères qui a notamment conçu et fabriqué des moteurs d’avion tels que le célèbre Adour.

Côté moteurs civils, Safran est également le partenaire de GE (General Electric) dans la conception et la fabrication du best seller CFM56 et de son successeur, le LEAP. Le groupe Safran est donc bien un motoriste majeur européen tant dans le domaine des moteurs à usage civil que militaire.

 

Quid du Silvercrest ?

Lancé en 2006, c’est un projet de moteur civil destiné aux avions d’affaires. Un marché nouveau pour Safran. Rentrer dans un marché nouveau n’est ni anodin ni sans risque. Safran l’avait bien analysé. C'est en effet lui qui l’avait proposé et « vendu » tant à Dassault qu’a Textron Aviation deux constructeurs aéronautiques renommés dans le domaine de l’aviation d’affaires, quiont lancé chacun leur propre avion à quelques années d’intervalle avec cette même motorisation.

Sur le plan technique, Safran possède à l’évidence toutes les compétences techniques pour réussir :

  • Un développement de produit nouveau en aéronautique en particulier, c’est tout d’abord une affaire d’équipe ;

  • Développer et mettre au point un tel produit nécessite beaucoup d’humilité et des règles de management très souples où l’expérience détenue par les « anciens » doit être placée au centre du dispositif.

Las ! Après 4 ans de retard, Safran n’est, selon Eric Trappier, toujours pas en mesure de donner une date pour la mise en service de ce moteur.

Comment une telle société ne s’est-elle pas donné les moyens de réussir ce projet, certes nouveau pour elle, mais qui ne faisait pas appel à des technologies nouvelles ?

Comment est-il possible que Safran, avec son savoir-faire, sa taille, ses moyens humains et financiers échoue dans le développement de ce produit ?

Le groupe Safran est-il devenu trop gros pour ne plus savoir mettre en place un management adapté au développement d’un tel produit ?

Etait-il raisonnable de mener, en parallèle, deux projets tels que le Leap (le moteur civil vendu à des milliers d'exemplaires pour équiper plus de la moitié des Airbus et, notamment les Boeing 747 NG) et le Silvercrest ? Surtout lorsque l’on sait les enjeux majeurs d’un point de vue industriel et financier que représentent le « Leap ».

Le groupe Safran aurait-il perdu son âme de motoriste en consacrant tant d’énergie au rachat du groupe Zodiac ?

Quelle a été l'application du processus de gestion des risques chez Safran ? Le maillon faible a-t-il été à ce niveau ?

La réaction de la direction de Safran à la décision de Dassault d’arrêter le programme 5X a consisté à déclarer que "toutes les pertes consécutives à cet échec ont déjà été provisionnées". Une réponse de comptable. Mais, est-elle en mesure de rassurer le monde aéronautique sur les capacités du groupe à développer de nouveaux produits dans le domaine des moteurs ? Est-elle en mesure de rassurer le monde de la défense sur les capacités du groupe à développer le successeur du M88 ?

Dassault s’étant retiré du programme Silvercrest, il est fort probable que Textron Aviation fasse de même si Safran ne démontre, courant 2018, que le problème technique lié à la conception de l’étage haute pression de son compresseur est résolu. En effet, son dernier client est à ce jour le business jet « Citation Hemisphere » qui devrait faire son premier vol en 2019.

Si ce n’est pas le cas, Safran aura alors perdu tout espoir de rentrer dans un marché qu’il avait essayé de pénétrer. En outre, sa réputation, déjà ébranlée, en souffrira.

Seul un audit interne sans complaisance pourra expliquer les raisons de cet échec et en apporter les remèdes. La direction de Safran ne peut se contenter de mettre la poussière sous le tapis. Safran se doit de rassurer ses actionnaires et ses clients. Et si Safran avait, tout simplement, pêché par orgueil ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • leypanou 20 janvier 09:15

    Article toujours intéressant de la part de quelqu’un qui s’y connait en plus.
    Mais des projets abandonnés, il y en a de temps en temps, pour différentes raisons.


    • gogoRat gogoRat 20 janvier 13:02

      @leypanou

       Echec du management ? :

      ’Développer et mettre au point un tel produit nécessite beaucoup d’humilité et des règles de management très souples où l’expérience détenue par les « anciens » doit être placée au centre du dispositif.’
       
       Cette question mérite d’être approfondie, publiquement.
       
       Car, au-delà de l’échec industriel ’particulier’, nous avons probablement là, de quoi voir une alerte qu’il serait coupable, sur le plan politique, de laisser passer sans réagir.
       
       L’élitisme français mettra-t-il de l’eau dans son vin ?
       ( Avec son ’Pantagruel au milieu des nains de jardin’ ! )


    • Lama 20 janvier 09:45

      Bonjour. Bravo pour cet article. Vous avez bien mis l’accent sur les réactions comptables du management. Il ne faut pas oublié que l’actuel DG de Safran était à l’époque du lancement du silvercrest PDG de SNECMA. En bon comptable mais en mauvais industriel il avait vidé les effectifs de la direction technique de SNECMA de tous ses anciens et ce à la veille du lancement du silvercrest et des trois versions du Leap. Gouverner c’est prévoir, dit-on. Lui n’avait rien anticipé alors que Snecma était à la veille et d’affrinter un défi industriel et technique jamais vu dans l’histoire de l’aeronautique. Adieu le savoir-faire. A l’evidence les ressources ainsi réduites ont été concentrées sur le Leap, vaisseau amiral de SNECMA. 

      Le point d’inquiétude concernant Safran est donc plutôt de voir Safran piloté à court terme avec comme seul objectif le cours de bourse. Celui-ci est pour l’heure à un haut niveau. Mais quid de la pérennité des savoir-faire, de la construction de l´avenir ? La question se pose. 
      Pour toutes ces raisons il n’y aura jamais d’audit interne sérieux conduit par la DG de Safran pour analyser cet échec honteux.

      • Yaurrick Yaurrick 20 janvier 15:48

        @Lama
        Allouer des ressources pour la production du Leap-X est rationnel vu le succès de ce moteur qui épique les A320neo, le B737max et aussi le C919. Bien qu’il ait connu des soucis de mise au point, il est rationnel de prioriser la production du Leap quand Pratt & Whitney connait des difficultés de ramp up du PW1100 concurrent Leap.

        Travaillant de le domaine aéronautique depuis 10 ans, la première chose que j’ai appris c’est de faire preuve d’humilité : un motoriste ou un avionneur n’est pas l’abri d’erreur .
        C’est pourquoi je trouve présomptueux de parler d’une vue comptable avec manque de vision industrielle.


      • zygzornifle zygzornifle 20 janvier 10:13

        On pourra le classer sans suite avec l’aéroport de Notre Dame Des Glandes ....


        • baldis30 20 janvier 12:36

          bonjour

          « Seul un audit interne sans complaisance »

          L’auteur s’est-il rendu compte de l’oxymore ?

          Mais c’est pas la faute interne,.... c’est la conjoncture ! Non ce n’est pas la conjoncture .. c’est le R.C.A. ! Non ce n’est pas le R.C.A. ! c’est le concierge qui a perdu les clés ..... !

          Risque en études... classique .... , ce qui est moins classique c’est qu’il s’agit de technologies certes poussées mais pas exceptionnelles ...


          • wesson wesson 20 janvier 13:25

            Un fabricant de moteur qui n’arrive plus à fabriquer un moteur, effectivement c’est un problème.


            Vous n’en dites pas beaucoup et pourtant vous notez l’essentiel : l’équipe. 

            La gestion purement comptable des entreprises ainsi que la globalisation néolibérale ont fait croire à toute une génération de managers que l’on pouvait toujours trouver la même moins cher ailleurs.

            Le mouvement est pratiquement terminé avec les ouvriers, déjà bien entamé avec les cadres, et commence avec les équipes de recherche. Ainsi en virant des personnes clé dans les équipes pour faire des économies, ces entreprises perdent des savoirs qu’elles avaient su accumuler du temps où le capitalisme était bien plus fortement contraint. 

            Notre époque nous pousse à la stupidité et à l’absence d’innovation d’envergure. C’est comme cela, et tant que les peuples ne se réveilleront pas, ce sera une lente et inexorable descente aux enfers, où l’espoir de devenir soi-même milliardaire deviendra le meilleur ciment de la société.


            • JC_Lavau JC_Lavau 20 janvier 14:33

              @wesson. Sur un fil voisin, https://www.agoravox.fr/commentaire5109151 GrandGuignol renvoie à un lien particulièrement riche.

              http://fracademic.com/dic.nsf/frwiki/8456

              Un des enseignements est que c’était la première fois qu’on se préoccupait de la protection et du confort de l’équipage, ainsi que de l’ergonomie des postes. Avant, cette peine ouvrière n’intéressait aucun ingénieur ferroviaire français. Même si la cabine de la 141 R apparaît de nos jours si rustique, elle était incomparable aux machines françaises de la même époque, par son ergonomie et sa protection.

              J’y apprends aussi que par routine, les ingénieurs ferroviaires français s’obstinaient à faire des motorisations à vapeur particulièrement fautives, au rendement calamiteux : 

              http://fracademic.com/dic.nsf/frwiki/99994

              (S’y reporter chaque fois que SPIP vérole un autre lien).

              André Chapelon :

              Contribution à la thermodynamique

              Son travail, issu d’une réflexion théorique approfondie sur la mécanique des fluides et la thermodynamique, le conduisit, entre autres, à augmenter fortement la section des conduits de vapeur. Il était alors en opposition avec les habitudes de construction qui reposaient sur des méthodes empiriques d’extrapolation des matériels existants.

              Il améliore le rendement du foyer en augmentant le tirage grâce à l’échappement Kylchap (Kylälä-Chapelon). Il s’efforce de comprendre le comportement des flux de vapeur en utilisant notamment la stroboscopie. Il s’intéresse scientifiquement à tous les aspects de la locomotive et obtient ainsi des résultats absolument spectaculaires : la locomotive Pacific 3566 aura, par exemple, sa puissance multipliée par deux avec une consommation diminuée de 30% pour l’eau et de 20% pour le charbon !

              Sa hiérarchie le mit plusieurs fois à l’épreuve en ne lui confiant que des locomotives « ratées » : avec des moyens limités, il fit de véritables prouesses en obtenant malgré tout d’excellents résultats. Il travailla ainsi sur les 231 série 3700, 240 série 4700 du PO, la 141 E de l’Ouest, les 140 J du Sud-Est, les 240 P et 141 P SNCF, ainsi que sur les deux prototypes 242 A 1 et 160 A 1 qui ridiculisaient le reste du parc vapeur de la SNCF. Il travailla également sur la dynamique de la locomotive et la tenue de voie et conçut plusieurs prototypes de locomotives rapides qui furent refusés.

              Si Chapelon est reconnu à l’étranger comme un ingénieur de premier plan, cet homme modeste et effacé fut mis à l’écart à la SNCF. En effet, il démontrait que la locomotive à vapeur avait encore beaucoup de ressources avant que la locomotive électrique de l’époque n’atteigne ses performances. Tous ses prototypes opérationnels d’une grande valeur technique furent promptement ferraillés.

              Fin de citation.

              J’en conclus, en lisant ce rendement déplorable parce qu’on concevait par routine et imitation en méprisant la thermodynamique et la mécanique des fluides, qu’on méprisait aussi tout le travail minier et le travail ouvrier en aval.

              Sans parler de la jalousie d’ingénieurs moins scrupuleux, envers le plus instruit et talentueux d’entre eux. Ignoble.


            • CoolDude 20 janvier 16:25

              @wesson

              Le groupe Safran n’est pas qu’un motoriste, c’est une très très grande nébuleuse comme Thalès.

              Et des problèmes, ils n’en ont pas que pour le développement de nouveaux moteurs.

              Plus généralement, il faudrait dire : Un équipementier aéronautique comme Safran qui ne sait plus développer de nouveaux équipements sans emplafonner les marges en terme de coup et de délais... C’est grave.

              Areva, c’est Idem... Ils ne savent plus faire une cuve correcte. Mais celle-là va quand même rentrer en service.

              Ça fait peur.

              Les grands groupes Français, ne sont plus que gérer que par des Financiers, des marketeurs et des commerciaux... Payer une fortune, mais qui ne savent produire rien de concret.

              La R&D en France, c’est fini...


            • Eric F Eric F 21 janvier 11:06

              @CoolDude
              « les grands groupes français » ...enfin, ce qu’il en reste, ainsi Alcatel a disparu, Alstom s’est dilué, Thomson n’est plus qu’un prête nom, etc. certains avaient délocalisé des centres de R&D et ont perdu ainsi le savoir faire, et ce à partir des années 90 avec décrochage au milieu des années 2000. Et aucun grand groupe nouveau n’a pris le relai, même pas un marchand d’ombre du vent que sont les géants du net.
              « La R&D en France, c’est fini » ...En effet


            • mmbbb 22 janvier 19:28

              @CoolDude si la R & D s est fini , c’est quand même tres con c ’est la fin de l industrie et de l innovation Ce sont les pays tel la Chine qui nous vendront des produits innovants.


            • mmbbb 22 janvier 19:31

              @wesson il y avait eu l affaire des hélices du Charles de Gaulle, le bronze presentant des faiblesses dans sa structure et l helice ceda Cela a fait tout de même marrer beaucoup de monde mais démontre que la transmission des savoirs peut se perdre aisément


            • mmbbb 22 janvier 21:18

              @JC_Lavau j avais entendu cette affaire de cette locomotive mais je ne comprenais pas le contexte merci de ce complément d information


            • Durand Durand 20 janvier 13:53


              La seule personne que je connaisse et qui travaille chez Safran est un jeune ingénieur français très brillant et qui a dû se résoudre à émigrer... au Texas !

              Voila ce qu’il arrive quand une nation comme la France ne développe plus elle-même ses propres motorisations et ses propres technologies en général !

              Ça me fait penser aux centrales nucléaires française que nous ne pouvons plus vendre librement puisque depuis la cession d’Alstom Énergie, nous sommes contraints de renvoyer les clients potentiels vers les américains de GE concernant les turbines...

              Les Américains et Safran voudraient couler Dassault et le Rafale qu’il ne s’y prendraient pas autrement ! 

              Prochain épisode : 

              – la vente de Dassault à l’Amérique ?



              • TotoRhino TotoRhino 20 janvier 14:48

                @Durand
                Idem, je connais quelqu’un qui bosse au CEP et ça fait des années qu’il me raconte la « transformation » de cette société et de ce milieu en général. Des technocrates/comptables dirigent, les gens compétents, qu’ils soient ingénieurs ou « simples » mécaniciens sont écartés ou virés, les sites ferment les uns après les autres, la plupart des essais et autres qui étaient réalisés en France sont désormais sous traités à l’étranger avec les délais et les incompétences qui vont bien, bref, ce secteur de l’activité française a été démantelée au fil du temps, les restes ne devraient pas tarder à suivre.

                +1 Lama & wesson

              • Alren Alren 21 janvier 13:03

                @Durand

                 Il est certain que le pool de guerre économique des USA, associant gouvernement officiel, services secrets et puissances de l’ombre, guerre visant en particulier l’Europe, rêverait de s’emparer des secrets et du savoir-faire de Dassault puis de l’éliminer comme concurrent !!!


              • mmbbb 22 janvier 20:19

                @TotoRhino une seule question : lorsque l industrie francaise aura ete absoument demantelée, que vendons ces genies de marketeur, du vent pour faire tourner les éoliennes ?. Autre reflexion idiote , la concurrence est desoramais tenace notamment les nouveaux pays émergents tel la Chine ayant formé une armee d ingenieur et demain l Inde , auront su developpé une recherche et developpement perenne, nous deviendrons alors dépendant . Asselineau l a dit helas il ne fut guere ecoute. La France solde


              • Clocel Clocel 20 janvier 19:51

                Avec un peu de bol Safran pourra récupérer les brevets du Solex et de la 2CV, les pauvres aussi ont besoin de « voyager » ! smiley

                Allez, pleurez pas, si cette entreprise avait été vraiment performante, Macron l’aurait vendu à ses Maîtres.

                Et pour Dassault, le contribuable crachera encore au bassinet, il a l’habitude, sans le bon populo, y’a beau temps que l’entreprise aurait foutu la clé sous la porte...


                • izarn izarn 20 janvier 20:10

                  @Clocel
                  C’est pas parcequ’on vends des avions à l’Armée de l’air, qu’on dépends des contribuables.
                  A moins que tu préferes acheter des F16 ou des JF35, hein ?
                  Ben voyons !


                • Durand Durand 20 janvier 22:26

                  @Clocel


                  Ça va sûrement rassurer tous ceux dont les entreprises ont DÉJÀ mis la clé sous la porte... !


                • Alren Alren 21 janvier 13:06

                  @izarn

                  Sans compter que Dassault a longtemps été bénéficiaire avec les avions d’affaires : je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui.


                • izarn izarn 20 janvier 20:04

                  Oui...Faut pas oublier que Safran est un machin devenu obése dans la débilité financière du « Plus gros que moi tu meurs »...Dirigé par des cons européistes.
                  Non, Airbus n’est pas équipé des moteurs Safran. Il s’agit de moteurs GE fabriqué sous licence. Nuance ! La SNECMA n’a jamais su construire de tels moteurs. Les seuls en Europe à en etre capable c’est Rolls Royce. Alors bon, ils participent...OK. Mais on voit le résultat, hein ?
                  De plus le M88 du Rafale ; est loin d’etre le top. Les pilotes le savent ! Dassault pour vendre son avion à Taiwan (De mémoire ?) l’avait équipé de moteurs GE....
                  Bref Dassault claque la porte, et à l’air de prendre Safran pour des charlots....Dassault s’est fait entubé sur des promesses. Dassault aurait mieux fait d’acheter ses moteurs aux russes. Parceque des fois, GE c’est quand meme ricain. Et ces gens la n’aiment pas la concurrence. Surtout du Rafale...
                  Quand au Rafale à poussée vectorielle, avec Safran c’est meme pas la peine d’y penser !
                  Donc, tout ça ne m’étonne pas.
                  Ce n’est que l’évidence de la déchéance de nos « élites », dans le style haute trahison.


                  • Eric F Eric F 21 janvier 11:16

                    @izarn
                    Pas de Rafale à Taiwan, c’était des Mirage 2000.
                    Les premiers protos de démonstration de Rafale avaient été équipés de moteurs
                    GE, pas les appareils vendus.


                  • Alren Alren 21 janvier 13:17

                    @izarn
                    « Dassault aurait mieux fait d’acheter ses moteurs aux Russes »

                    Le critère de qualité d’un réacteur, c’est la capacité du premier étage de sa turbine à supporter de hautes températures.
                    Avec ses cristaux orientés pour mieux résister la turbine du M88 a fait de grands progrès. Ils assurent ainsi un meilleur rendement, une plus grande poussée et une plus plus grande allonge pour le même poids de carburant.

                    Le secret règne -à juste titre- sur le domaine ultrasensible de l’aéronautique en Russie.
                    Je ne suis pas sûr que pour le même poids du moteur les Russes aient la même poussée et la même rendement.
                    Les chasseurs russes ont d’énormes poussées généralement mais leurs avions sont nettement plus lourds.
                    Dassault a besoin d’un moteur civil où l’économie prime.


                  • mmbbb 22 janvier 20:45

                    @izarn Safran est allie avec GE me semble t il Quant a la poussee vectorielle, elle ne me semble pas justifiée sur le Rafale puisque c est un avion de petite taille Les premiers prototype utilisait des moteurs americains mais le Rafale etait plus volumineux . L adoption du M88 a reduit le volume de l avion de serie . Quant au Sukhoi 27, 35 si ces avions n avaient pas de poussee vectorielle, ils seraient un vrai tonneau volant Un Sukhoi 35 pese 17 tonnes a vide Le Rafale C a vide 9, 5 tonnes .
                    Ce qui dramatique est que nous avons d’excellents ingénieurs techniciens ouvriers, mais que l elite vend nos savoirs et saccage le tissu industriel. Ce qui est dramatique et que Macron, joue les guignols, s attaque aux chomeurs stigmatisent ces francais qui ne veulent pas bosser, le tout dans l indifférence générale Une débâcle telle en 1940 ou une grande partie de l elite se vautrait . il est vrai c est de la haute trahison. Quand est ce que le peuple se réveillera ?


                  • Citoyen de base 20 janvier 21:28
                    Une petite question quand même ; comment pouvez-vous mettre en parallèle le retour sur investissement attendu d’un moteur destiné à équiper des milliers d’avions commerciaux, le Leap, avec un moteur destiné à quelques centaines d’avions d’affaires, tout au plus ?...
                    Serait-il concevable que SAFRAN ait finalement botté en touche, doutant de la rentabilité d’un tel programme ?

                    • titi 21 janvier 11:56
                      @Citoyen de base
                      J’allais le dire

                      Safran comme tous les industriels cherchent de la très grande série.

                      On le voit avec nos industriels de l’auto qui délaissent complétement le haut de gamme pour faire du milieu de segment en partageant les plates formes.

                    • marc dublanc 21 janvier 11:52
                      Ce qui est incroyable dans cette crise financière c’est que personne ne vous dit vraiment qui provoque ces crises, qui sont les spéculateurs qui s’enrichissent sur le dos de toutes la planète.. : Il suffit de lire cet article pour comprendre comment Goldman & Sachs (et les autres banquiers véreux) s’enrichissent sur vôtre dos.


                      PS. Je vous conseille de vite faire passer ces infos mes postes disparaissent très rapidement.


                      • pallas 21 janvier 13:20
                        Henri de Waubert de Genlis

                        Bonjour,

                        Sa n’est qu’un juste retour des choses.

                        La France, devrais je dire les individu(e)s paient le prix de leurs actes.

                        Un juste retour des choses.

                        La ville de Paris ressemble à une décharge public, remplies de mafias, de drogués, gang, ainsi que des meutes de chiens, rats, cafards et punaises de lit, le Quart Monde.

                        La France n’est rien d’autre qu’un fruit pourrie tombant de l’arbre.

                        La partie est terminée smiley

                        Safran et Areva seront rachetés, d’ailleurs les enchères ont commencés, comme Alcatel appartenant à la Chine.

                        C’est magnifique smiley

                        Salut


                        • mmbbb 22 janvier 20:55

                          @pallas Exact j enfonce le clou, nous laissons partir nos brillants ingénieurs qui créeront de la richesse et sous l injonction de Bruxelles, nous devons accueillir la misere du monde Le pire fut le cas des ROMS ( defendus par Fegus et Chalot ) ou l Europe avait tire une ligne de credit ( 2 milliards d euros ) verse a la Roumanien ceux la même reviennent en France et le contribuable paie une seconde fois pour leur integration Les migrants ou clandestins ont des conseillers dans leur pays d origine. Le retraite francais fait les poubelles Cela ressemble a un debut de décadence .


                        • marc dublanc 21 janvier 13:31
                          Ce qui est incroyable dans cette crise financière c’est que personne ne vous dit vraiment qui provoque ces crises, qui sont les spéculateurs qui s’enrichissent sur le dos de toutes la planète.. : Il suffit de lire cet article pour comprendre comment Goldman & Sachs (et les autres banquiers véreux) s’enrichissent sur vôtre dos.


                          PS. Je vous conseille de vite faire passer ces infos mes postes disparaissent très rapidement.


                          • Novae Novae 21 janvier 15:56

                            Ah main non ! Le projet a été abandonné parce-que le nom « SILVERCREST » est déposé par LIDL !

                            https://www.google.fr/search?client=firefox-b&dcr=0&ei=YqlkWpXlOaLKgAbpxKyYBw&q=silvercrest&oq=silvercrest&gs_l=psy-ab.3..0i67k1j0l6j0i67k1j0l2.9885.9885.0.10349.1.1.0.0.0.0.67.67.1.1.0. ...0...1c..64.psy-ab..0.1.67....0.bzrL2tSnscg

                            Vous imaginez la Honte en plus ? Un Avion de luxe qui s’appelle comme une marque électroménager bas de gamme ne le fait pas du tout !

                            (JE SORS ! :) )


                            • AntoineASC 21 janvier 18:50

                              Article très intéressant à l’image de vos précédents articles.


                              Merci de nous donner votre avis éclairé sur des sujets complexes que vous rendez accessible au Grand public.

                              • Ruut Ruut 22 janvier 08:44

                                A trop externaliser la maîtrise disparaît.
                                Et au final la boite ferme.


                                • mmbbb 22 janvier 21:27

                                  a l auteur Le Mirage F 1 est il un bon avion Cet avion ayant perdu le marche face au F 16

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès