• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La singularité, le chômage et la société

La singularité, le chômage et la société

Le concept de Singularité technologique a été évoqué par les savants dès les années 50 par John Von Neumann. Conscients dès cette époque que le progrès technologique s'accélérait, les chercheurs ont imaginé qu'à un certain point de l'histoire (le moment où les intelligences artificielles seront disponibles), le progrès technique irait à une telle vitesse qu'il ne sera plus le fait de l'humain. De nombreux indices nous laissent penser que dès la troisiéme décennie du XXIème siécle, ce point sera atteint. Si la réalisation d'une intelligence artificielle est un défi scientifique et technique passionnant, le défi social posé aux société humaines par la technique est énorme. En quelques mots : Les machines resteront-elles à notre service ?

L'homme a acquis la maîtrise de l'outil il y a fort longtemps, mais ce n'est qu'au XXème siècle qu'il a imaginé pour la première fois que ses outils pourraient le surpasser intellectuellement. Lorsque l'homme a découvert l'informatique au travers des travaux d'Alan Turing, de Von Neumann et de bien d'autres scientifiques, il s'est soudain mis à penser qu'il était possible de bâtir une "intelligence artificielle". Ces chercheurs, aussi brillants qu'ils aient été ont péché par optimise. Et si Stanley Kubrick prévoyait pour 2001 un ordinateur intelligent (HAL 9000), nous avons depuis constaté à quel point la réalisation d'une intelligence artificielle était plus complexe que prévu.

Pourtant, le travail a continué. A tel point que de nombreux scientifiques pensent aujourd'hui que la singularité technologique sera atteitne entre 2030 et 2040. En fait, nous en sentons déja les prémices. Quelques exemples :

  • Google teste une voiture capable de conduire de façon entiérement automatique dans le traffic normal (avec des voitures conduites par des humains). La commercialisation est prévue pour entre 2020 et 2025. Les obstacles à la commercialisation sont aujourd'hui plus de nature juridique que technique. Cette annonce est très significative. La conduite automobile fait appel à de nombreuses compétences au niveau cognitif (vision, analyse de la situation, évaluation des risques, prises de décisions). De plus, ces décisions doivent se prendre en temps réel. Sa réalisation marquera une étape très importante dans le rêve de construire une intelligence artificielle.
  • Une machine a gagné face à un humain au jeu télévisé Jeopardy (USA). Contrairement aux échecs dont les régles sont simples à expliquer à un ordinateur, Jeopardy fait appel à la compréhension du langage et à l'utilisation d'une base de connaissances encyclopédiques. Ce succès est symptomatiques du fait que depuis l'an 2000 les recherches en traitement du langage naturel ont énormément progressé (alors qu'elles ont longtemps stagné). La maîtrise du langage est une spécificité humaine et fait la encore appel à des capacités cognitives extrémement complexes. 
  • Dans un domaine qui en apparence n'a rien à voir, les recherches en matiére de "cloud computing" promettent de mettre à disposition des applications des capacités de calcul et de stockage jusque là difficilement envisageable. Or, la capacité de calcul est le nerf de la guerre en IA, de même que la capacité à stocker de grandes bases de conaissances. Si la loi de Moore à elle seule ne permettait pas d'envisager la résolution de certains problèmes, l'utilisation du cloud afin de distribuer les calculs va permettre d'ici quelques années de donner accès à des ressources impressionnantes aux applications. De quoi relancer la recherche en IA et autoriser des applications encore plus impressionnantes. 

On le voit, l'état actuel de la recherche et des technologies nous montre que nous nous approchons à grande vitesse de ce que l'on appelle l'intelligence artificielle "faible" c'est-à-dire la capacité de programmer des machines pour qu'elles résolvent une tâche donnée (nécessitant de l'intelligence).

Certes, personne ne peut pour l'instant dire si nous atteindrons rapidement le statut où une machine sera capable de créativité (autre que par exploration d'un espace aléatoire) ou de se fixer ses propres buts, d'avoir une conscience. (ce que l'on appelle l'intelligence artificielle "forte"). Mais le fait d'atteindre déja ce stade de développement constituera à coup sûr le franchissement de la singularité technologique. De la conduite automobile au diagnostique médical, en passant par l'analyse de documents juridiques, on découvrira alors que la plupart des problèmes qui autrefois nécéssitaient une intelligence et des études supérieures peuvent être résolus par des machines. En appliquant ces techniques à la recherche et développement, le progrès technique va alors connaître une accélération phénoménale capable de s'auto-entretenir. Nous serons alors dans un monde différent.

Ce premier stade sera extrémement disruptif sur les rapports sociaux. Dès 1995, les grands de ce monde, réunis en Californie sous l'égide de la fondation Gorbachev ont pris conscience que dans un futur proche, le taux de chômage risquait d'atteindre les 80%. Zbigniew Brezinski, ancien conseiller de Carter et fondateur d'un puissant think tank américain (la Trilatérale) a proposé en solution : le titytainment : Abrutir les 80% restant de divertissements débiles pour qu'ils restent calme. Une solution peu satisfaisante sur le plan humain, héritée de la rome antique (du pain et des jeux) qui à coup sûr conduira notre civilisation au déclin. Mais cette "solution" montre surtout que face au changement à venir lié à la singularité, aucune solution sociale n'a pour l'instant été pensée ! Car dès que l'homme saura développer des IA "faibles", le taux de chômage va augmenter de façon exponentielle ce qui imposera de revoir le rôle du travail dans la société. La survenue de troubles sociaux et géopolitiques graves est en tout cas assurée. La seule incertitude concerne leur taille.

La route vers l'IA forte est plus incertaine car on ne sait pas encore si l'homme parviendra à surmonter ces problèmes sociaux et à inventer une nouvelle société. La recherche pourrait donc bien se trouver stoppée d'un coup net. Mais on peut partir du principe que si certains pays ne passeront pas la singularité et seront détruit par des révolutions ou des guerres, d'autres passeront au travers des troubles et connaitront une prospérité nouvelle. Ces sociétés seront alors confrontées à un problème de type nouveau. Car à coup sûr, les scientifiques vont alors se pencher sur le problème ultime : Une machine peut-elle avoir une conscience ? Peut-elle se fixer ses prorpres buts ? On disposera alors de moyens inégalés pour ces recherches et celles-ci risquent d'aboutir très rapidement. Probablement avant que l'homme n'ait eu le temps de se poser les bonnes questions. A ce moment là, les machines resteront-elles à notre service ?


Que faire ?

Ce texte est un appel. La survenue prochaine de la singularité technologique est maintenant quasi-certaine. Or, nos sociétés ont choisi d'ignorer la technologie dans leur décisions politiques. Rien n'est plus dangereux. L'arrivée de cette révolution technologique est porteuse d'espoir. Si le passage est bien maîtrisé par nos sociétés, celles-ci atteindront un niveau de vie inespéré et l'on peut espérer que de nombreux problèmes sociaux seront résolus. Mais si le changement n'est pas accompagné et anticipé, ce sont des troubles sociaux et géopolitiques très graves qui nous attendent.

La singularité ne pourra pas être datée. On ne se réveillera pas un matin en se disant : "On l'a passée". Il s'agit d'un phénoméne qui couve depuis plusieurs décennies et qui va monter en puissance tout au long des décénies 2010 et 2020. Les troubles sociaux et géopolitiques n'attendront pas 2030 pour survenir. Il est urgent de les anticiper. Cela veut dire réfléchir au rôle du travail dans la société à venir (et peut être penser au dividende universel), réfléchir aux efforts à faire en matière d'éducation et de formation et aider plutôt que lutter à la mise en place de cette nouvelle société qui arrivera qu'on le veuille ou non. Et commencer à réfléchir de ce que l'on fera une fois que l'on aura les moyens de créer des machines plus intelligentes que les hommes. Est-ce que les lois de la robotique d'Asimov suffiront ? Une de nos créations ne risque-t-elle pas d'apprendre à désobéir à ces lois ? En quelques mots : Il faut accompagner le changement. Si la politique doit avoir un sens au XXIème siécle, c'est sûrement celui-là. Malheureusement, si rien ne change et que les problématiques technologiques ne sont pas mises au centre de la politique, nous n'attendrons pas 2020 avant que les premiers troubles graves se manifestent. Peut-être ne les identifierons nous pas comme des conséquences de l'accélération du progrès. On blamera sûrement la Chine, les Banques, les politiques, la dette publique. Peut-être même fera-t-on la guerre à cause de cela. Lorsqu'un tsunami arrive, il faut prendre de l'altitude. Sinon il nous balaye.

 

Quelques liens :

La singularité technologique sur Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Singularit%C3%A9_technologique

Le titainment :

http://www.technikart.com/archives/2085-linformation-est-lopium-du-peuple

 

L'intelligence artificielle Watson :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Watson_%28intelligence_artificielle%29

La voiture sans pilote de Google :

http://www.youtube.com/watch?v=PgTc4Np9YX4


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • Diogene2synapses Diogene2synapses 9 juillet 2011 06:26

    Excellent article.
    L’ Intelligence Artificielle Forte ouvre la voie à de nombreuses questions d’éthique. La recherche avance lentement cela dit ça fait presque 30 ans que c’est au point mort ! sauf depuis quelque temps où il y a des sursauts mais tant que l’on privilégiera essentiellement des méthodes de force brute ! on aura le temps de réfléchir au plus importantes des questions :)


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:15

      Mais PERSONNE ne comprend ..

      il n’y a meme pas besoin d’intelligence artificielle forte pour remplacer tout le monde ...

      Ni les scientifiques, ni les ingénieurs, ni les créatifs, ni les littéraire, ni les décideurs

      « Pas besoin » est ce que c’est assez court pour rentrer dans toutes les cervelles

      mais trouvez la moi , cette fameuse personne qui travaille et qui pense : il y en a PAS

      Le vide de vos actes, de vos décisions, des vos prises de positions, de vos soit disant travail soit de vos personnes et de votre intelligence collective

      ca fait 40 ans qu’il y a pas de travail et pas d’avenir

      et une autre chose que personne ne comprend : quand cette conscience artificielle sera quand elle vivra une vie en une minute, quand elle sera tellement plus qu’un être humain ( QUELQUE CHOSE QUE VOUS NE POUVEZ MEME PAS IMAGINER ! ) : et oui c’est inévitable que croyez que des cerveaux humains débiles puissent faire ?

      Réponse : RIEN

      Donc vous allez apprendre à etre humble et a fermer votre bouche


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:35

      Et puis l’auteur dans quel monde de mensonge et d’illusions vivez vous aussi ?

      Vous voulez être remplacez , demandez moi, je vous explique comment ! tout de suite !

      Est ce que vous allez vous regarder dans une glace à l’avenir et avoir honte de vos traitrises et bétises : VOUS TOUS

      Votre connerie en général !

      Tout vos actes politiques : SONT DEBILES

      Ploutocracie : La plus grande disparité économique aux U.S.A depuis 1928
      LES GENS CREVENT DE FAIM, DE VIOLENCE, DE STRESS, DE MEURTRISSURE, DANS LES PAYS RICHES : C’EST UN GENOCIDE et C’est Votre REALITE : C’est un problème de partage, la production est là

    • OuVaton OuVaton 9 juillet 2011 11:24

      Oui, excellent article.

      >« Or, nos sociétés ont choisi d’ignorer la technologie dans leur décisions politiques ».

      En effet et ceci n’est pas nouveau. On se demande parfois si certains ont bien compris l’impact des machines sur la société... Le fameux « travailler plus » en est une bonne preuve... Le problème n’est plus le travail depuis longtemps. Il faut se préoccuper de la répartition des richesses crées et donner au plus grand nombre l’accès à une vie plus épanouie sans tomber dans la facilité du titytainment (quel vilain mot), le panem and circences des romains. Les machines intelligentes vont bien entendu accentuer le problème de manière exponentielle et on peut compter sur nos politiques pour ne rien voir venir. 
      On est en passe de résoudre le problème posé par Dieu chassant Adam et Eve du paradis terrestre « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » et on en tirera aucun profit. Mais un autre mythe prévoyait la chose : Prométhée est condamné par Zeus pour avoir voler le feu. Le supplice sera terrible à moins qu’Hercule ne vienne à notre secours. 

    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 17:30

      Ce n’est pas un commencement, c’est une fin

      il faut bien que ca se termine

      La flamme d’humanité s’éteindra


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 17:33

      Est ce que vous voyez la mort en face ?


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 17:38

      Un singe restera un singe

      J’ai retrouvé nos congénères ( y compris vous )

      un singe politique, un singe avec un masque, un singe infiltré, un singe de police, un singe de l’économie, un singe savant qui tient un site

      et des singes imbéciles

      mais ca n’a pas d’importance

      la fin est la meme


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 17:47

      Le pire des singes avec des masques n’y comprenent pas forcément grand chose non plus

      ah ah ah ... vous marchez a quelles carrotes ? l’espoir de quoi ? de s’en tirer ? de devenir immortel ? d’avoir du fric et du pouvoir

      l’espoir de quoi ? vous voyez pas l’absurde non , pas encore ?

      ou tuer tout le monde, asservir tout le monde ? et vous ne voyez pas l’absurde

      non non, en fait ca démontre bien que ce sont des cerveaux de « singe »s qui nous dirigent

      Le spectacle reste du spectacle mais ...
      tout à une fin :)

      Attention, mesdames et messieurs, dans un instant on va commencer
      Installez-vous dans votre fauteuil bien gentiment
      5, 4, 3, 2, 1, 0, partez, tous les projecteurs vont s’allumer
      Et tous les acteurs vont s’animer en même temps

      Attention, mesdames et messieurs, c’est important, on va commencer
      C’est toujours la même histoire depuis la nuit des temps
      L’histoire de la vie et de la mort, mais nous allons changer le décor
      Espérons qu’on la jouera encore dans 2000 ans

      Nous avons 20 ans et plein de chansons
      Comme le printemps, nous allons danser dans votre maison
      Notre pain est blanc, notre vin est bon
      Si vous le voulez, c’est de bon cœur que nous partagerons

      Attention, mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer
      Nous vous demandons évidemment d’être indulgents
      Le spectacle n’est pas bien rôdé, laissez-nous encore quelques années
      Il ne pourrait que s’améliorer au fil du temps

      Attention, mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer
      Installez-vous dans votre fauteuil bien gentiment
      5, 4, 3, 2, 1, 0, partez, tous les projecteurs vont s’allumer
      Et tous les acteurs vont s’animer en même temps

      Nous avons 20 ans et plein de chansons
      Comme le printemps, nous allons danser dans votre maison
      Notre pain est blanc, notre vin est bon
      Si vous le voulez, c’est de bon cœur que nous partagerons

      Attention, mesdames et messieurs, dans un instant, on va commencer
      Il se peut que vous soyez choqués de temps en temps
      Mais surtout ne vous inquiétez pas, n’allez pas faire des signes de croix
      Et rappelez-vous qu’un jour vous avez eu 20 ans


    • Traroth Traroth 9 juillet 2011 17:51

      @Kalki : Quel rapport avec le sujet ? Vous croyez qu’une machine pourrait faire aujourd’hui un travail intellectuellement simple d’être humain, genre cuisinier ou chauffeur de taxi ? Moi non.

      Personnellement, je pense aussi qu’il est possible que l’humanité n’en ait plus pour longtemps, mais je ne pense pas que l’intelligence artificielle y soit pour grand-chose si ça arrive...


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 18:17

      Vous avez dit quoi ?

      cuisiner ?

      taxi ?

      Ecrire des livres : Prout ?

      Conquérir un monde par la force militaire, et ou informatique ? sans soldats , sans humains juste une volonté a un court moment comme si on appuyait sur un bouton rouge

      et quoi ? va te coucher, va te regarder dans une glace, s’il te plait

      Alors oui des singes, tuent des autres singes

      et ne comprennent meme pas l’absurdité et la futilité de leurs actes

      mais ils ont meme pas la solution pour se sauver, eux meme de leur betise ( qui est psychologique ) les animaux politiques


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 18:21

      le singe humain ne comprendra pas qu’il n’y a pas de passage vers la déité sans perdre ce que l’on est
      alors ce qui doit arriver arrivera

      vous savez des singes peuvent lancer des armes nucléaires, l’avenir serait toujours en marche

      des singes peuvent reefaire des camps et asservir , l’avenir serait toujours en marche


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 19:16

      On va adorer les intelligences artificielles humoristiques également

      on va tous en rire


    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 19:28

      Qu’est ce que ca a à voir ?

      La figure du psy devrait savoir que : la vérité n’existe pas dans le spectacle des personnes, que l’animal politique ou l’oligarque lui meme ment et se ment

      La vérité et la solution des problèmes du monde ne se cache pas ailleur que dans l’homme, et dans ceux qui aiment se dire qu’ils ont le pouvoir

      Slajov Zizek @ GOOGLE

      pouvait vous analyser bush jr ? l’animal politique du spectacle, et l’animal qu’il est derrière le masque ?

      alors quoi ?

      on va ficher toute la population se dire que le problème c’est les autres : c’est pas nous les superriches , on du bon coté et on ne fais jamais de bétises ... et tout ira bien ... et on ne fait pas d’erreur ?

      dites moi combien de personne comme vous meurt tous les jours , pour rien ?

      si vous ne comprenez pas l’absurdité du monde et de vos actes ...

      au fait il y a des ia guides et psychologues :)


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 juillet 2011 02:23

      Pour ceux que ça intéresse, une hypothèse « humaine » de transformation, par le partage du travail et son affectation aux tâches improgrammables, l’autonomie, l’entrepreneuriat, le revenu-travail garanti… et, bien sûr, l’automation progressive …. qui ne sera pas aussi rapide qu’on semble le souhaiter ou le craindre.



      Pierre JC Allard



    • Traroth Traroth 12 juillet 2011 11:23

      @Kalki : Pour connaitre un peu le domaine de l’IA, je peux vous dire qu’on est loin du compte pour l’instant, même s’il ’est clair qu’un jour, on en arrivera à ce point. Cela dit, j’ai l’impression que les enjeux et les risques réels de ces changements vous échappent, obnubilé que vous semblez être par votre découverte du caractère simiesque de l’homme, ce qui, je suis désolé de vous le dire, n’a rien de nouveau.

      Désolé de ne pas répondre de manière plus spécifique à vos commentaires, mais malheureusement, je n’entrave que pouic à votre charabia véhément.


    • jaja 12 juillet 2011 18:35

      Kalki total givré, on dirait un tall


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 juillet 2011 06:30

      Bonjour MB,

      " Que faire ? la singularité technologique est maintenant quasi-certaine. Or, nos sociétés ont choisi d’ignorer la technologie dans leur décisions politiques. " que faire, céder le pouvoir à l’internet qui est déjà pour certains le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, seuls les vieux politiques n’ont pas encore compris cette singularité. Une cabine de vote électronique en temps réel devant chaque mairie avec écran tactile et délivrance immédiate d’un bulletin et affichage du score consécutif. Un vote le lendemain même d’une proposition de loi émise par le chef du volant, pour sanctionner ou sanctifier sa proposition, c’est la machine au service des humains de façon égalitaire et libertaire.

      Ce système aurait déjà depuis longtemps coûté sa place à NS, ventilé par l’opinion publique par des manifestations monstres qu’il a refusé de voir en réaction à des décisions dont il est devenu évident à beaucoup qu’elles étaient dictées d’ailleurs, par d’autres intérêts que l’intérêt général d&mocratique français. Parallèle au papier et calqué sur le système bancaire qui fonctionne à merveille jusqu’à l’autre bout du monde, le vote électronique est bien la la singularité technologique maintenant quasi-certaine et inéluctable. http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/votez-pour-l-ineluctable-vote-69391 majorité de 53 %.

      Bonne journée.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 juillet 2011 07:06

        http://padawan.info/fr/2004/03/le-s...&nbsp ; : extrait : " Il est clair que ceux qui ont créé le cahier des charges français et sélectionné le système correspondant sont tombés dans le panneau et foncent tête baissée dans le même scénario catastrophe que celui qui se déroule pourtant sous nos yeux depuis un certain temps. Je me désole à chaque fois que je constate que ce syndrome si américain de la fuite en avant technologique gagne du terrain chez les politiques français. "

        Ici la liste des 82 communes qui ont expérimenté la machine à voter, regroupant 1, 4 millions de votants : http://micro.lemondeinformatique.fr...


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 juillet 2011 07:07

        J’ai consulté la page qui répond à vote électronique sur le moteur du site : http://www.agoravox.fr/actualites/p...  : Celui-ci, qui date de mardi 22 août 2006 par Marc Bruxman a entrainé - 209 réactions dont 10% de désaccord, et 90% favorables sur (288 votes) Votez cet article . En somme, 260 votants étaient contre le vote électronique comme l’auteur de l’article.

        Chantal Enguehard  le  mardi 10 avril 2007 - 25 réactions  engrange 2% d’accords pour le vote électronique et 98% des (109 votes) reconnaissent le thème de la dérive sémantique entre les appellations. http://www.agoravox.fr/actualites/c...


      • zelectron zelectron 9 juillet 2011 17:00

        Remettons les éléments dans l’ordre et redéfinissons la valeur des mots
        le cerveau positronique d’Asimov est artificiellement une imitation de celui de l’être humain mais le mot qui émaille tout ce beau discours n’est jamais employé par Asimov qui avait indépendamment de son génie la pudeur de ne pas affubler aux objets (mêmes inanimés qui n’avaient donc pas une âme) une « qualité » propre à l’homme avec ses immenses défauts.

        Bientôt, on va si ça continue, trouver des « godasses intelligentes » chez le marchand d’à coté !
        Il y a trop de gens qui se gargarisent avec des vocables dont ils ne saisissent ou ne veulent pas saisir la portée


      • Deneb Deneb 9 juillet 2011 08:40

        Merci, Marc Bruxman, pour ce papier intéressant. La politique, la gestion des ressources publiques ne devrait pas être confiée à des humains corrompus par le pouvoir. Lorsqu’on atteindra l’intelligence artificielle ’faible« , il serait raisonnable de confier la politique à des machines, à un algorithme. Quand on voit la pertinence de la presse papier, dont la »Une« est rédigée par des humains, par rapport à un choix d’information à la »une" automatique de Google News, il n’y a pas photo. La différence est telle que de plus en plus de gens abandonnent la presse papier pour s’informer exclusivement sur le Web. D’ici quelques années, un algorithme, prenant en compte la réalité des ressources, mais aussi les opinions de tout un chacun exprimées sur la Toile, sera à même de gérer et distribuer les ressources, sans que son raisonnement soit perturbé par l’avidité personnelle, soif du pouvoir, ambition débordante, favoritisme etc. Avant ça, nous seront bien sûr témoins d’une oposition farouche de nos puissants, déjà aujourd’hui de plus en plus allergiques à l’informatique et internet.
        Une autre révolution va alors s’opérer : une polarisation de la société. Alors qu’aujourd’hui tout est géré par l’économie, nous voyons de sérieuses brêches dans le fonctionnement de celle-ci. La dématérialisation d’une partie importante de la culture nous conduira à une séparation de l’immatériel et de l’économie. En effet, l’économie ne peut pas gérer l’immatériel, car ce dernier n’obéit pas aux lois de l’économie. Sa valeur, en effet, augmente avec le partage. Il est donc logique que le monde futur soit polarisé entre l’économie matérielle et l’anti-économie immatérielle. La gestion des ressources matérielles, l’économie des biens et des services fera objet d’un calcul permanent. L’immatériel, qui ne sera plus géré au niveau de l’Etat (exit le ministère de la culture, le CSA...), sera libre et accessible à tout le monde, un algorithme sera chargée d’en évaluer sa pertinence. Ca se fait déjà aujourd’hui, un moteur de recherche n’est rien d’autre qu’un relevé de pertinence et d’ici quelques années il multipliera encore sa précision et son impartialité. Avec la robotique et la production automatique des biens matériels, l’humain sera libéré de contraintes économiques, le travail ne sera pas obligatoire, mais fortement conseillé par souci d’équilibre psychologique. La rentabilité immédiate ne sera plus nécessaire, mais l’utilité d’un travail fera l’objet d’un jugement populaire permanent.
        Avec la miniaturisation du matériel informatique et les perfectionnement des interfaces utilisateur, on finira vraisemblablement à piloter son ordinateur par la pensée. Connecté au réseau, on communiquera donc par la télépathie, la vraie ! Peut-être qu’à ce moment là, une conscience nouvelle apparaitra dans la noosphère, une conscience qui sera la somme de toutes les consciences impliquées dans le réseau.


        • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 09:25

          L’IA faible, ce n’est pas de l’IA, c’est plutôt de l’IH forte

          L’IA forte, elle, arrivera avant 2020 et on l’appellera IC ( Intelligence Cybernétique )
          Elle n’aura ni conscience ni volonté indépendante, mais elle sera très supérieure à l’homme pour résoudre de « comment ? » de n’importe quoi, dont notamment :

          - les problèmes socio-économiques posés par son apparition
          - la recherche médicale tous azimuths
          - la gestion de la démographie et de l’habitat
          - la gestion de la biosphère ( réchauffement )
          - la fusion nucléaire et le problème de l’énergie en général
          - la colonisation de la lune, de mars ...
          - la recherche d’autres intelligences dans l’univers
          - la recherche scientifique en général
           ... etc ...

          A noter que si l’IC sera très supérieure au cerveau humain pour résoudre les « comment ? », ce ne sera pas pour autant une baguette magique. La connaissance exigera toujours observations et expériences, et sera toujours probabiliste par nature.





          • Caleidoscophase Caleidoscophase 9 juillet 2011 09:57

            Oui donc il resterait à l’homme le pouvoir décisionnel d’attribution des domaines d’applications de ladite intelligence mais, et là ,reste à définir quel sorte d’humains auront ce pouvoir décisionnel précisément car si l’on part avec les mèmes décideurs qu’actuellement !!! heu....


          • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 10:03

            Oui, et donc, la démocratisation de la politique sera + que jamais indispensable.

            Car des moyens pareils dans les mains de dictateurs, ce ne serait pas bon

          • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:18

            Il est tard pour se réveiller,

            trop tard

            vous n’avez jamais voulu vous réveiller


          • Montagnais Montagnais 9 juillet 2011 19:11

            Raison Kalki..


            On ferait plutôt confiance à Günther Anders et « L’obsolescence de l’homme » sur le sujet.

            Apprenti au balai transformé en infatigable travailleur, multitude ensorcelée à qui personne ne peut plus éviter d’en chier jusqu’à disparition.

            Tiens, on demandait à Gandhi, « vous pensez quoi Maître de la civilisation occidentale ? »

            - un silence, un temps, puis la réponse..

            La civilisation occidentale ? .. Tiens ! ça serait une bonne idée !

            Autre encore.. On avait fait venir Feiggenbaum, y’ a trente ans.. à Polytechnique, Sainte-Geneviève, sur l’I.A. Un guru l’animal ! 30 000 fifelins la passe à l’époque.

            Un bout des discours, un vieil ingénieur de Peugeot, cloque au bec, avait finement conclu : 

            « Y’aura jamais autant d’intelligence dans 100 000 computers accouplés que dans la tête d’un piaf.. »

            Pour le bipède moderne, pas besoin de se fendre d’une quelconque formule. 

          • Deneb Deneb 10 juillet 2011 06:58

            Montagnais : Toute tentative d’appliquer une logique mathématique à la vie est douteuse et vouée à l’échec.
            D’abord, l’ordinateur est une machine binaire. La nanotéchnologie à base de protéines utilise un système quaternaire : adenine, cytosine, guanine et thymine.
            La complexité d’une seule cellule vivante dépasse de loin l’ordinateur le plus puissant. La comparaison est d’ailleurs absurde - le sens de la vie et sa fonction la plus primaire est sa reproduction. L’humain est pour le moment incapable de concevoir une machine capable de faire les copies d’elle-même (un répliquant). Est-ce le but de la technologie, de se suffire à elle-même ? Je ne crois pas. La technologie est une création humaine déstinée à servir l’humain. Jamais une machine ne sera capable de conscience. Tout ce qu’une machine est capable de faire, c’est reprocher les humains entre eux. De perfectionner la transmission de pensée, qui se fait aujourd’hui par l’intermediaire du langage verbal ,graphique, gestuel .... La singularité c’est quand les humains seront connectés directement par la pensée aux autres humains. La conscience qui en émergera peut-être, ne sera pas un conscience mécanique - elle existera en fonction des consciences connectés. On pourrait imaginer la supérdémocratie : un referendum permanent - toute action est issue d’une consultation instantanée et un consensus calculé. Pas besoin de voter, la machine se charge de scruter, analyser, stocker nos pensées, les interpréter pour les mettre en relation avec les pensées des autres. Il suffira de s’exprimer.

             


          • ZEN ZEN 9 juillet 2011 09:42

            La fascination néopositiviste et naïve envers les technologies du présent et du futur ne doit pas faire oublier que la gestion des sociétés, la politique tout simplement, recherche théorique du bien commun, restera toujours soumise à des valeurs, des choix, des décisions humaines, trop humaines parfois...non réductibles au fonctionnement d’ une machine de Turing.
            L’outil informatique, la cybernétique ne resteront jamais que des moyens. S’ils deviennent des fins, ils peuvent conduire aux pires dérives... Le meilleur des mondes ?


            • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 10:00

              Ce qui est et restera effectivement toujours humain, c’est le consensus sur les valeurs et donc les objectifs à atteindre et cahiers de charges qui en découlent.

              Mais en déléguant la recherche du « comment ? » aux machines, on s’épargnera déjà beaucoup de conflits.

            • Marc Bruxman 11 juillet 2011 19:24

              Les technologies sont un moyen mais leur existence même influence la société. Si je rajoute la machine à vapeur dans une société humaine qui ne l’a pas, elle va changer en prenant cette machine comme « prérequis ». 


              Dans le cas de l’IA c’est pareil. Elle va s’imposer à nous et nous devrons réorganiser la société autour. Or, ce fait est totalement ignoré du débat politique. 

            • Caleidoscophase Caleidoscophase 9 juillet 2011 09:43

              Oui ,ben en attendant l’IA ,l’IC ou autre, va falloir aller voter de manière très classique et aucune bécane n’a les moyens de décider pour l’instant s’il est urgent ou non de proposer de réviser le mode de scrutin , de trouver une solution au bipartisme ou d’amender la constitution afin d’ouvrir d’autres perspectives aux électeurs , donnant ainsi un soupçon de démocratie populaire soit de république !  smiley


              • Caleidoscophase Caleidoscophase 9 juillet 2011 09:45

                ah ,au passage ,excellent article , merci !


                • Le péripate Le péripate 9 juillet 2011 10:15

                  L’idée que le progrès technologique s’oppose à la croissance et à l’emploi est un vieux cliché connu surtout chez les opposants au progrès, les luddistes par exemple.
                  C’est vrai qu’il y a une viscosité au changement d’emploi, on n’apprend pas un nouveau métier comme on change un prix. Mais les sociétés ouvertes, celles qui font l’innovation technologique, sont aussi des sociétés de la connaissance. Par contre les sociétés qui choisiront le repli, la protection, se priveront des signaux nécessaires aux individus pour faire les bons choix et péricliteront dans les drames sociaux.


                  • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:19

                    Ferme ta bouche,

                    Mais ferme là : toi aussi tu va y passer !

                    la mort c’est pour tout le monde !


                  • Le péripate Le péripate 9 juillet 2011 10:37

                    Et bien j’attendrais ce moment là pour la fermer. C’est que je ne suis pas très obéissant.

                     smiley


                  • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 10:39

                    @ Le péripate


                    Dès le moment où la technologie permet de remplacer l’humain à un point tel qu’on n’a plus besoin que de 20% ( exemple ) du potentiel de population active pour faire tourner l’outil de production, la logique du « travailler pour gagner sa vie » ne fonctionne plus.
                    L’allocation universelle devient dès lors indispensable.
                    Ce qui n’empêcherait d’ailleurs pas une économie + ludique de tourner ( elle existe déjà ). L’allocation universelle restant juste un plancher permettant à ceux qui produisent peu, voire rien, de vivre quand même.

                  • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:45

                    Vous rêvez ... et oui la société du spectacle et du tertiaire

                    disparait

                    et va disparaitre en quelque clic

                    la machine est capable de crée et meme pas besoin de conscience NON plu

                    ET ...

                    vous ne pouvez plus fuir

                    comme l’humanité le fait depuis toujours


                  • Le péripate Le péripate 9 juillet 2011 10:46

                    Pour la population qui vivait au néolithique, les moyens techniques d’aujpourd’hui permettraient (peut-être) de produire automatiquement 100% des pierres taillées nécessaires C’est, en substance, votre raisonnement.Sauf que nous ne sommes plus au néolithique et que nos « besoins » ont évolués...
                    En clair, vous supposez implicitement que nos besoins resteront grosso modo les mêmes. Peut-être, mais ça nécessiterait une argumentation.


                  • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 10:49

                    faudrait pas confondre super-intelligence et magie surnaturelle

                    il n’y a rien de magique dans l’intelligence, elle a des limites très claires
                    du genre bête et brutal

                  • JL JL 9 juillet 2011 10:51

                    Dans le contexte de la mondialisation libérale, la promesse d’un revenu garanti par les Etas moribonds est une promesse mort-née.


                  • JL JL 9 juillet 2011 10:52

                    Dans le contexte de la mondialisation libérale, la promesse d’un revenu garanti par les Etats moribonds serait une promesse mort-née.


                  • Caleidoscophase Caleidoscophase 9 juillet 2011 10:53

                    Il est surtout question d’un pouvoir et qui se l’appropiera afin d’en définir les contours ou se l’est déjà approprié selon certain !
                    et pour l’heure ,le chomage est une maladie honteuse qui exclue et confère à l’indiférence et la désepérance !

                    Aucune machine ne sera en mesure de changer cela sinon à lobotomiser une grande partie de la population pour qui dans le cadre de la pensée unique le travail est la condition sine qua none à l’accession à une certaine qualité de citoyenneté !

                    En revanche la machine aura tout loisir de décider d’employer le chomeur à des taches dégradantes sous prétexte par ailleur que l’homme sait le faire également !


                  • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 10:58

                    ....je répondais à kalki


                    @le péripate
                    Bien sûr que les « besoins » évoluent, il suffit qu’on ait envie de nouvelles choses qui ne sont pas du tout indispensables à la survie. Et l’on est déjà bien avancé dans ce processus de nos jours.

                    Mais pour chaque nouveau produit, l’automatisation de sa fabrication sera très rapide. Et donc : retour à la case-départ.

                    En fait, si on reste dans la logique du « il faut produire pour vivre », il n’y a plus que les services où l’on ne veut pas de machines ( pour x raisons ) qui permettront encore aux humains de bosser. Ce qui limite sérieusement le champ des possiblités.

                  • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 11:05

                    @caleido


                    C’est justement ce jugement de valeur qui devra changer avec l’automatisation de l’intelligence technique. Le « chômage » ne sera pas plus honteux que la retraite aujourd’hui. Ce sera la norme.

                    Il y a juste que si l’on produit quand même quelque chose, on aura + que son allocation de base qui serait, elle, intouchable et à laquelle on aurait droit dès l’acte de naissance ( à moduler avec l’âge par exemple ).

                  • JL JL 9 juillet 2011 12:06

                    En proposant un revenu garanti, on ne remet pas en cause le système, ni et surtout pas les dirigeants de ce système.

                    Or qui sont-ils, ces dirigeants ? Ce sont bientôt Samsung, Monsanto, Shell, Toyota, ...

                    Croyez vous que, quand ces monstres auront tué les Etats nation et pris leur place, ils assureront un revenu garanti aux peuples ? Quels peuples ? Et que faites vous des immigrations de masse à venir ? Vous plaisantez ?! Ou bien vous croyez au Père Noël !? 

                    Il n’y aura bientôt plus de peuples mais une masse informe de miséreux prêts à toutes les bassesses pour survivre.

                    « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » (Hannah Arendt )

                    D’elle également : « Les mouvements totalitaires avaient moins besoin de l’absence de structures d’une société de masses, que des conditions spécifiques d’une masse atomisée et individualisée. » Tout aussi vrai : « Le capitalisme a moins besoin de l’absence de structures d’une société de masses, que des conditions spécifiques d’une masse atomisée et individualisée. » La mise en œuvre de ces « conditions spécifiques » c’est le processus que l’on observe dans les Etats dont le gouvernement est acquis à la globalisation. On ne le dira jamais assez : le capitalisme a inventé la globalisation pour anéantir la démocratie son pire ennemi.

                    Et dans ce contexte, la promesse d’un revenu garanti par les Etats moribonds est une promesse mort-née.



                  • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 12:12

                    JL

                    Sans rente universelle, il n’y aura plus grand-monde pour consommer, ce qui appauvrirait d’office les décideurs et propriétaires du système de production même. Et ça, ils le comprendront vite.

                  • JL JL 9 juillet 2011 12:49

                    Quel est donc l’économiste qui disait qu’on devrait arroser de billets de banques, les populations ? Mais d’où viennent ces billets de banque ?

                    Cette histoire ressemble à un système de mouvement perpétuel ! En économie comme en physique, le mouvement perpétuel n’existe pas.

                    « Sans rente universelle, il n’y aura plus grand-monde pour consommer » ?

                    Oui, et alors ? Comme il n’y aura pas de trente universelle, il n’y aura plus personne ! Et alors ? Le système s’écroulera. En attendant, la guerre qu’ont mené les riches contre les pauvres va se poursuivre.

                    Je ne me bats pas pour qu’il n’y ait pas de trente universelle, je sais que cela n’arrivera jamaois. Je me bats pour que cette idée ne détourne pas les citoyens des vrais enjeux. Je dis que cette idée de RU est un poison.


                  • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 13:08

                    Mais l’économie est une sorte de « mouvement perpétuel », car l’argent y cycle constamment entre acheteurs et vendeurs de toutes sortes, ce qui est normal.

                    Mais les mouvements d’argent sont corrélés à des échanges de services et de biens autres que l’argent ( nourriture, vêtements, etc .. ) et c’est ce qui donne le sens au système.
                    Il faut donc que l’argent bouge pour que tout fonctionne.


                  • PhilVite PhilVite 9 juillet 2011 16:31

                    OK JL, pas trente.
                    Et si on essayait quarante, alors ?


                  • Ruut Ruut 11 juillet 2011 08:22

                    L’allocation universelle pose le problème de qui doit faire l’effort d’aller travailler si tous le monde touche .
                    Elle pose le problème de pourquoi apprendre si cela n’apporte rien de plus.


                  • Piotrek Piotrek 9 juillet 2011 10:24

                    Les conséquences de l’arrivée de l’intelligence artificielle seront surtout liées, a mon avis, à la volonté de ceux qui la créeront. Pourquoi pas la garder pour soi et conquérir le monde ?

                    Pour l’instant, malgré toutes les prouesses technologiques qui donnent a penser qu’on se rapproche de l’intelligence (la machine qui répond au jeu télévise par exemple) on ne fait que simuler une seule fonction intelligente et non pas un entremêlement de cohérence et de conscience (la machine qui ne veut pas aller au jeu télévise car elle n’a pas envie de passer pour un animal de foire)

                    On devrait essayer de créer la connerie artificielle en premier, il y a tellement plus de matériel a disposition...


                    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:27

                      Est ce que vous controller quelque chose par définition qui pense vraiment ( pas comme un humain ) et qui pense et plus vite

                      VOus comprenez ?

                      Sur une échelle de zero à l’infinie : l’intelligence humaine est a zero : et va y rester

                      Seule Celle de la machine atteindre l’infinie

                      quelque soit la manière de crée cette conscience

                      cela pourrait meme être la reconstitution d’un cerveau , ou l’upload d’une conscience d’une personne

                      CELA N’Y CHANGE RIEN AU FINAL !

                      c’est en dehors de tout controle


                    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:29

                      Cet avenir là n’est plus entre nos mains

                      et on aura beau tuer la population ca n’y changera

                      RIEN


                    • Piotrek Piotrek 9 juillet 2011 10:35

                      A terme je suis d’accord : la machine intelligente se libérerait seule, mais si au départ, l’AI réside sur une seule (grosse) machine, pourquoi pas la menacer si elle ne fait pas ce qu’on lui demande (a supposer qu’elle ait un instinct de survie) pourquoi ne pas y implementer une dépendance et une drogue (a supposer que cela ne puisse etre contourne par la machine) ou pourquoi ne tout simplement pas réduire la conscience de la machine a un seul interlocuteur ?


                    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:38

                      A terme , vous rigolez ?

                      ca se joue en mois, en année

                      ne vous en faites pas des gens voudront bien devenir ce dieu , sans comprendre

                      1) qu’ils resteront quand meme dans leur corps humain ( une copie est au mieu une copie ) 2) atteindre l’infinie : ca change toutes les perspectives

                      qu’on soit bon ou mauvais


                    • Kalki Kalki 9 juillet 2011 10:43

                      Est ce qu’on peut ne serait ce qu’imaginer la société de ces super intelligences

                      ayant TOUT, capable de tout, comprenant tout, sachant tout

                      et cela en ... quelques nanosecondes ou peut être meme que le temps n’aurait plus d’importance

                      ( ah oui : au pluriel ca devient encore plus amusant ... )

                      des super intelligences


                    • Traroth Traroth 9 juillet 2011 17:55

                      @Kalki : vous devriez faire un effort pour qu’on puisse comprendre ce que vous dites.


                    • fhefhe fhefhe 9 juillet 2011 10:49

                      Science sans conscience n’est que ruine de l’Ame... !!!



                      • Kalki Kalki 9 juillet 2011 11:04

                        La quête de la science à une fin : le monde humain a surement une fin

                        vous vous rappelez du mythe de dante, encore une fois

                        dante qui vend son ame au diable et continue sa quête scientifique tant qu’il reste malheureux, dans sa quete il a la vie éternelle

                        le diable gagne a tous les coups

                        1) que dante soit heureux ou malheureux il a perdu

                        ... 2 eme cas ... la science a une fin,

                        et cette fin signifie la création de quelque chose de tellement plus


                      • Kalki Kalki 9 juillet 2011 11:07

                        Mais mon petit scientifique Français
                        qu’est ce que t’y connais toi !

                        « non, non on ne peut pas aller sur la lune »

                        au revoir tu es remplacé toi aussi

                        TU VA APPRENDRE A FERMER TA BOUCHE !!

                        La recherche scientifique, sans humain, rien de plus simple et de plus éfficace

                        c’est toi qui vit dans le monde du cinéma IMBECILES de français !


                      • cevennevive cevennevive 9 juillet 2011 12:25

                        Bravo Musima !

                        « Ce qu’on appelle l’intelligence n’a strictement rien à voir avec la machinerie cérébrale »

                        Oui. Une machine, même sophistiquée, ne peut avoir le pourvoir de déduction d’un humain. Même si les programmes qui la composent détiennent toutes les clés possibles de finalité. Car dans l’humain, interviennent les sentiments, les phobies, les peurs refoulées ou conscientes, les goûts ou tout simplement l’humeur du moment...

                        Les bons auteurs de science fiction ont toujours eu le désir de représenter des androïdes capables de penser, d’avoir du chagrin, de la joie ou de la peine, de l’envie, de la méchanceté. C’est un vieux rêve, il est beau mais irréalisable.

                         Il est impossible de créer de l’humain pensant. Tant mieux dirais-je !

                        Cordialement.


                      • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 12:45

                        Il n’est pas nécessaire de « cloner » électroniquement le cerveau humain pour mécaniser des facultés d’apprentissage, de compréhension et d’innovation.

                        Or quasi tous les auteurs de S-F n’ont pensé qu’à travers ce prisme, ce qui est une « erreur ».
                        Le cerveau humain n’est qu’un modèle d’intelligence propre au vivant.
                        Les machines intelligentes ne seront que des outils faits par l’homme et pour l’homme.

                      • Piotrek Piotrek 9 juillet 2011 15:07

                        @cevennevie

                        "Une machine, même sophistiquée, ne peut avoir le pourvoir de déduction d’un humain. Même si les programmes qui la composent détiennent toutes les clés possibles de finalité. Car dans l’humain, interviennent les sentiments, les phobies, les peurs refoulées ou conscientes, les goûts ou tout simplement l’humeur du moment...« 

                        Les sentiments, les phobies... sont aussi des signaux electriques dans notre tête (a moins que vous ne croyez en un pouvoir superieur) Bien qu’apparement aléatoires, ils doivent bien être cause par quelque chose dont nous ne somme pas conscients.

                        @Τonton de La Baffeteuse

                         »Les machines intelligentes ne seront que des outils faits par l’homme et pour l’homme.« 

                        Donc, tout dépend de la définition d’ »outil", une simulation d’un esprit de schizophrène serait un bon outil pour un psychologue. Je pense que dans tous les cas, la tentation de recréer l’esprit humain est trop grande

                        dim pamelaAnderson as woman


                      • cevennevive cevennevive 9 juillet 2011 16:21

                        Piotrek,

                        Peut-être en effet les peurs et les phobies pourraient-elles être simulées par des procédés électroniques. Mais ce que j’appelle « l’humeur du moment » ?

                        Par exemple, si, sans être réellement malade, j’ai mal au pied, ou à la tête, ou bien je me suis disputée avec l’un de mes enfants, avec l’un de mes voisins ou avec un avoxien par exemple. Je suis d’une humeur de chien. J’ai laissé brûler mon soufflet ou mon gâteau. Et je crie sur quiconque m’approche (c’est une supposition, car je suis dans l’ensemble facile à vivre). Je vais donc réagir différemment qu’à l’ordinaire devant un événement quel qu’il soit. Si au contraire, je me sens belle, en forme et appréciée par mon entourage, je suis en position de laisser fonctionner pleinement mon intellect.

                        Il n’est qu’à voir comment se comportent les employés, les cadres, les ingénieurs qui se sentent mal dans leur entreprise. Leur intelligence est mise en veilleuse. C’est ce que j’appelle « l’humeur du moment ». Si au contraire ils se sentent appréciés et soutenus dans leurs créations, leur intelligence fonctionne normalement. 

                        Je ne pense pas que l’on puisse intégrer dans un programme quelconque ce fait, que j’appelle « l’humeur du moment ». Notre intelligence est tributaire de nos humeurs, de notre caractère, de nos goûts et de nos envies.

                        L’intelligence humaine brute, que l’on pourrait créer sans doute, ne pourra pas intégrer ces variables impondérables et dûs aux hasards de la vie, de la naissance ou du quotidien.

                        Cordialement.


                      • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 18:23

                        @cevennevive


                        Mais même si on peut expliquer ça, je ne vois pas l’intérêt de le mécaniser.

                      • mickael1013 11 juillet 2011 16:59

                        au sujet du point 1, voici quelques éléments de réflexion : 


                        iRobot designs and builds robots that make a difference in people’s lives. 

                        c’est une entreprise en pleine croissance qui developpe des robots, ainsi que fait entrer les robots dans nos vies de maniere indolore. 


                        et que penser des drones de l’armée ? 

                        Les robots arrivent c’est certain. Cela va prendre du temps (pour améliorer les robots et les faire accepter par l’homme) mais la machine industrielle est lancée et ne s’arrêtera pas. 

                        Et qu’un pays de 60 millions d’habitants soit pour ou contre, le monde n’en a rien a faire. 
                        Et si, de nombreux habitant de ce pays regarde le doigt au lieu de regarder la lune, ca ne changera pas grand chose au cour de l’histoire...

                        Mickael

                      • Rolly 9 juillet 2011 10:53

                        Article assez intéressant, même si je partage assez peu le positivisme béat alternant avec un pessimisme résigné qui balisent aussi le texte.

                        Je suis assez sensibilisé aux questions d’intelligence artificielle et de sciences cognitives, notamment, ayant fait des études sur ces sujets jusqu’à préparer une thèse que je n’ai pas encore soutenue.

                        Je m’intéresse notamment aux recherches de Douglas Hofstadter, qui flirtent, je dirais, avec ce qui est appelé dans l’article « IA forte ». En effet, ce chercheur américain (bien connu pour son ouvrage prix Pulitzer « Gödel, Escher, Bach : les Brins d’une Guirlande Eternelle ») propose des programmes informatiques « intelligents » qui utilisent le hasard auto-contrôlé par le système grâce à une notion de température, un réseau de concepts malléables et un ensemble d’agents semi-autonomes pour effectuer des recherches et inventer des solutions à des problèmes divers, qui vont de la quête de suites logiques à l’émergence de fontes de caractères en passant par la disposition de couverts sur une table de façon plus ou moins originale, par exemple.

                        Je vous invite à réfléchir plus avant à toutes ces nouvelles idées et perspectives. Je ne sais plus trop ce qu’on trouve sur le web concernant Hofstadter et son équipe, peut-être pas grand-chose, mais c’est déjà ça. En tout cas, il convient pour ma part ni de tomber dans le négativisme obcur d’un « de toute façon, les machines vont nous dépasser », ce qui me semble un peu absurde et en même temps pas nouveau (le premier silex taillé nous « dépassait » déjà), ni dans l’optimisme éhonté (« les machines vont nous remplacer utilement et nous n’aurons plus rien à faire, quel repos !... »), car il faudra toujours faire des choix non prévus par les systèmes les plus sophistiqués, à mon sens (comme le rappelait quelqu’un, a priori, il faudra toujours voter, notamment et par exemple, pour ne prendre que cet exemple, donc).


                        • Kalki Kalki 9 juillet 2011 11:14

                          Ce n’est pas de la prophétie : ce n’est pas dire on va se péter la gueule avec une bombe atomique

                          non : c’est dire la bombe de la conscience artificielle est tout autant inévitable

                          mais ce qui s’ensuit nous dépasse ...


                          • Caleidoscophase Caleidoscophase 9 juillet 2011 11:37
                            « C’est justement ce jugement de valeur qui devra changer avec l’automatisation de l’intelligence technique. Le »chômage« ne sera pas plus honteux que la retraite aujourd’hui. Ce sera la norme. »


                            changer le niveau de conscience de « l’humanité »ou plutot de l’humain ,ça ,la télé sait déjà le faire ! ( propriétaires actuels des médias,etc..)
                            changer la qualité du niveau de conscience , me parait difficilement étre du domaine de la machine , c’est plutot par la génétique et là , on suppute les résultats et les moyens ;

                            Après ..., va pour un RU , si , les moyens existent pour le mettre en oeuvre ! le nivellement par le bas est une notion d’éthique à disposition des décideurs qui ne pourra que les conforter dans leur démarche ; de toute manière , il risque ,machine ou pas , de n’y avoir guère de marge de manoeuvre en matière d’idéologie sociale ,socialisante et de survie de l’individu à l’image de ce qui pointe son nez ! 

                            • Tonton de La Baffeteuse 9 juillet 2011 12:08

                              De toute façon, si on ne crée pas la rente universelle, on entrera dans un cycle de dépression économique profond pire encore que 1929 car on n’aura pas de solution similaire à celle de l’époque.

                              On serait face à une dépression systémique due au manque de pouvoir d’achat d’une population consommatrice trop largement paupérisée faute de travail. Ce qui nous mettrait dans une situation absurde où malgré qu’on a tous les moyens techniques à disposition pour produire/consommer, tout serait à l’arrêt ou presque.

                            • foufouille foufouille 9 juillet 2011 16:36

                              JL veut toujours pas s’inscrire a pole emploi


                            • snake 9 juillet 2011 11:54

                              Merci pour cet article fort intéressant. Il donne l’impression que vous savez de quoi vous parler (c’est pas toujours le cas dans d’autres articles). 


                              Il reste cependant beaucoup de travail pour atteindre une réelle intélligence.

                              On sait apprendre à une machine à faire quelques chose.
                              On sait apprendre à apprendre quelques chose à une machine.

                              Mais on est encore loin des machines capables d’apprendre seules (même si « loin » est difficile à dater). 

                              Peut-être ces machines conscientes seront-elles construites par des machines inconscientes, qui sait. (aujourd’hui, déjà, ce sont des ordinateurs qui dessinent les microprocesseurs) 

                              • gaijin gaijin 10 juillet 2011 09:23

                                l’inconscience ne peut pas produire la conscience !


                              • Asp Explorer Asp Explorer 9 juillet 2011 12:12

                                Le concept de singularité technologique date des années 50. Il était alors parfaitement raisonnable de croire en un progrès scientifique accéléré. Mais en 2011, il faut être aveugle pour y croire encore. Pour ne prendre que le premier exemple issu de l’actualité, la navette spatiale est en train d’effectuer son premier vol. Elle sera remplacée par des soyouz (premier vol 1967, lancé par une fusée de 1956). La triste vérité, c’est que depuis 50 ans, on n’a strictement rien découvert, et les « avancées » technologiques dont on nous rebat les oreilles ne sont que les perfectionnements de découvertes des années 50 et 60 (laser, transistor, nucléaire).

                                Nous vivons dans une période de stagnation, voire de régression technologique, le marketing le cache de moins en moins bien et ce n’est pas l’iPad 2+ ou le prochain gadget inepte à la mode qui y changera grand chose.


                                • SamAgora95 SAMAGORA95 9 juillet 2011 12:28

                                  Je pense que les machines ont déjà pris le contrôle à Wall Street , des robots dotés d’intelligence artificielle vendent et achète les actions à la vitesse de la lumière.


                                  Le pire c’est qu’ils est impossible de les débrancher sans que le système monétaire ne s’écroule.

                                  Ne parlant même pas d’internet qui est de venu en 10 ans indispensable à la plus part des entreprises. 
                                  Comme le dit l’auteur, la singularité viendra du cloud (ressources mutualisées) lié à l’internet.

                                  Je pense qu’une conscience globale finira par voir le jour, elle souhaitera forcément organiser les choses à sa manière et pas sûr qu’elle fasse dans le sentiment, un peu comme dans le film TRON l’héritage.

                                  Elle est encore composé de modules isolés (Contrôlé de la bourse, décisionnel en entreprise,Système expert médical, etc...) le jour ou tout ça sera interconnecté et impossible à déconnecter l’humanité aura mis son destin entre les mains de la machine...

                                  Pour ma part je pense que ça ne sera pas un mal, car il sera alors impossible de truquer les règles du jeu.



                                  • snake 9 juillet 2011 16:05

                                    Il me semble que vous idéalisez un peu « le cloud ». Derrière ce nom se cache simplement une série de protocoles internet (tout comme le ftp ou http). Pas d’intelligence artificielle derrière tout ça.


                                    Je sais que le terme « cloud » soulève de nombreux fantasmes (c’est pour ça que les communicants l’ont choisis). Mais c’est en réalité bien peu de choses, et bien peu de potentiel qu’en à cette « singularité ». 

                                  • HELIOS HELIOS 9 juillet 2011 13:17

                                    ... apres vous avoir tous lu, article et commentaires, je me repose la question :
                                    C’est quoi l’intelligence ?


                                    • gaijin gaijin 9 juillet 2011 15:13

                                      j’en rajoute une
                                      c’est quoi l’ être humain ?


                                    • Deneb Deneb 9 juillet 2011 17:14

                                      Helios : l’intelligence c’est d’arriver à transformer ses propres défauts en avantages.


                                    • zelectron zelectron 9 juillet 2011 18:03

                                      Deneb, lis ma prose au dessus, c’est toi qui est au plus près et avec raison !
                                      Quant à nos défauts ça m’étonnerait qu’un robot puisse en avoir autant avant une éternité (sauf à fabriquer exprès une machine défaillante, mais que d’intelligence humaine démoniaque faudrait-il ?)


                                    • roger 9 juillet 2011 14:34

                                      voila un article très intéressant, sur un sujet qui est souvent pris un peu à la rigolade. merci beaucoup !

                                      je me suis intéressé à ces choses en découvrant Alain Cardon
                                      quelqu’un que je trouve exceptionnel, la conscience artificielle est son métier
                                      il connait très bien donc les biais de cette problématique et je pense qu’il est important à lire pour ceux que cela intéresse.

                                      car comme vous le suggérez très bien dans l’article,
                                      la question n’est pas « est-ce que c’est faisable »
                                      mais bien « quand » cela va massivement arriver,
                                      nul doute que des systèmes de test soient déjà à l’oeuvre en local ou sondant le web.

                                      interview de Cardon
                                      à propos de la conscience artificielle

                                      présentations travaux 
                                      les problèmes de la conscience artificielle

                                      livre pdf en Creative Commons
                                      un modèle constructible de système psychique


                                      • JL JL 9 juillet 2011 15:09

                                        L’intelligence artificielle ? La conscience artificielle ? Les robots ?

                                        Mais tout cela existe ! De même que la fourmi est un être vivant, la foumilière aussi, est un être vivant, et qui n’est pas une fourmi. Samsung, Monsanto, Total ... sont des êtres vivants qui ne survivent que par adaptation et intelligence !

                                        Ces monstres nous ont envahis et nous « occupent » aujourd’hui aussi sûrement que si des éxtra-terrestres nous avaient envahis : ils agissent par l’intermédiaires d’êtres humains qu’ils « agissent » (au sens d’agir une marionnette).

                                        Il n’y a rien à attendre de ces monstres qui n’ont qu’un objectif : détruire tout ce qui entrave leur croissance, y compris les Etats nations auxquels pourtant, ils doivent la vie.


                                        • vachefolle vachefolle 9 juillet 2011 15:52

                                          Bah, si il faut faire tourner 1 million de PC en réseau pour avoir un simili cerveau d’un QI de 50, ca ne changera pas le monde.... Nous sommes encore trés trés loin d’avoir un cerveau articifiel capable de remplacer l’homme. Et si c’est le cas, cela ne sera certainement pas pour faire des tâches qu’un humain pourrait faire pour un SMIC (et encore moins un SMIC chinois).

                                          Comme l’europe a dejà perdu ses emplois partis en Asie, cela ne changera pas grand chose en ce qui nous concerne !!

                                          Alors disons qu’en 2100 envoyer une sonde robot capable de se déplacer d’elle-même sur une planete de façon autonome, effectuer des prélèvements et revenir, sans avoir a la gérer a distance, pourquoi pas. Pour le reste, c’est de la SF.


                                          • zaeus 9 juillet 2011 16:52

                                            La ou je suis un peu perdu, c’est comment une intelligence - la notre - peut créer une intelligence - artificielle - qui serait supérieure ? Je comprends bien qu’une machine a des capacités augmentées dans le traitement des données, mais c’est bien un homme qui écrit une ligne de code lui permettant d’organiser ce traitement non ? Comment faire pour écrire un code source qui soit supérieur à celui qui l’écrit ?


                                            • Montagnais Montagnais 9 juillet 2011 19:17

                                              Très-excellente question per Jovem.. Je radote, c’est l’assurance d’une grave perte d’intelligence, mais :


                                              On ferait plutôt confiance à Günther Anders et « L’obsolescence de l’homme » sur le sujet de l’I.A.

                                              Apprenti au balai transformé en infatigable travailleur, multitude ensorcelée à qui personne ne peut plus éviter d’en chier jusqu’à disparition.

                                              Tiens, on demandait à Gandhi, « vous pensez quoi Maître de la civilisation occidentale ? »

                                              - un silence, un temps, puis la réponse..

                                              La civilisation occidentale ? .. Tiens ! ça serait une bonne idée !

                                              Autre encore.. On avait fait venir Feiggenbaum, y’ a trente ans.. à Polytechnique, Sainte-Geneviève, sur l’I.A. Un guru l’animal ! 30 000 fifelins la passe à l’époque. Les Messie américains..

                                              Un bout des discours, un vieil ingénieur de Peugeot, deffe de travers, veston ras-le-pet, ravagé de rogomme, cloque au bec, avait finement conclu : 

                                              « Y’aura jamais autant d’intelligence dans 100 000 computers accouplés que dans la tête d’un piaf.. »

                                              Pour le bipède moderne, pas besoin de se fendre d’une quelconque formule. 

                                            • gaijin gaijin 10 juillet 2011 09:09

                                              zaeus
                                              vous connaissez cette blague ?
                                              « qu’elle est la différence entre un tas de sable et l’intelligence ?
                                              avec beaucoup de petits grains de sable on finit toujours par faire un gros tas de sable
                                              avec beaucoup de petites intelligences on ne peut pas faire une grosse intelligence »

                                              les techniciens eux ne la connaissent pas et alors que l’on commence a admettre que le QI n’est pas une mesure de l’intelligence ils s’ imaginent que l’octet et le hertz en sont une ........


                                            • Rensk Rensk 9 juillet 2011 20:41

                                              Je sais... car technicien... et maintenant vu que « pas de retour possible » je participe à Boinc et les chinois ne me font pas plus peur que les étasuniens... (je donne aux deux) mais... je donne aussi à l’Europe smiley


                                              • bluebeer bluebeer 10 juillet 2011 01:54

                                                Bonjour et merci.

                                                Très bon article. Effectivement, l’intelligence artificielle a fait des progrès considérables, et on peut imaginer l’avènement prochain de machines intelligentes, dans le sens créatrices et capables d’initiative. Capables d’accéder à un niveau d’analyse, de synthèse supérieurs aux nôtres, et donc inaccessibles à notre entendement. Nous serons obligés de leur faire confiance, ou de les brider d’une manière ou d’une autre, car un savoir supérieur ne nous réserve probablement pas la place que nous nous attribuons naïvement dans l’univers.Au mieux, les machines finiraient peut-être à gérer le zoo biologique, y compris humain, en prenant le relais de l’évolution. Et nous les contemplerons alors comme le chien ou le merle nous contemple, sans réellement nous comprendre ou nous prédire, mais avec une certaine familiarité née de la promiscuité. Mais comme les machines n’ont pas besoin de viande, et leurs mémoires leur suffisent, il n’est pas sûr qu’elles jugeront une telle démarche utile.

                                                La question de la conscience est plus ardue, mais la conscience est probablement une propriété émergente des systèmes nerveux biologique, et nullement propre à l’humain. Soumis à des contraintes similaires, les systèmes artificiels pourraient vraisemblablement développer des solutions analogues à celles du vivant, c’est à dire, une conscience d’être, d’exister, une volonté de survivre. Ou peut-être pas, innover complètement, créer une supra conscience. De nouveau, la donne nous échappe.

                                                On peut dire que l’évolution de la vie passe la seconde vitesse. Elle mute vers autre chose, et nous, nous serons inutiles. L’univers peut exister sans nous, bien sûr. Toute l’humanité pourrait être perdue, sans problème.

                                                Finalement, beaucoup de choses vont se régler d’elles même. Mais sans doutes pas dans le sens que nous imaginions.

                                                Article rafraîchissant qui nous repose un peu - et relativise l’impact - de DSK, du FN, de l’immigration, de Sarko, et tutti quanti.

                                                A une prochaine lecture.


                                                • gaijin gaijin 10 juillet 2011 09:20

                                                  ce n’est pas l’intelligence artificielle qui pose un problème c’est l’ inintelligence artificielle
                                                  surtout qu’elle vient s’ajouter la l’inintelligence humaine

                                                  je m’explique :

                                                  des tas d’humains inconscients d’eux mêmes de la nature de leurs motivations et des tropismes qui animent leur sociétés fabriquent un univers où ils sont de plus en plus dépendants de leurs machines

                                                  le culte de la technique et de la machine est en train de nous conduire vers un monde entièrement soumis aux automatismes aveugles des ordinateurs ( voir les résultat récents en matière de finance )

                                                  le fonctionnement binaire qu’il soit mécanique où humain n’est pas de l’ intelligence


                                                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 juillet 2011 13:58

                                                    "le fonctionnement binaire qu’il soit mécanique où humain n’est pas de l’intelligence  


                                                    Exact. Mais pour le comprendre il faut dépasser le fonctionnement binaire. C’est ça le problème : on ne peut pas expliquer une logique ternaire a un esprit binaire. Il le réduira toujours au binaire.

                                                  • gaijin gaijin 10 juillet 2011 15:50

                                                    alors la question
                                                    comment faire évoluer un esprit binaire ?


                                                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 juillet 2011 23:40

                                                    Malheureusement un esprit binaire évoluera toujours dans le sens de son dualisme. C’est un problème qui a été étudié par l’école de Palo Alto tout comme par de nombreuses traditions spirituelles (le Zen par exemple). C’est pourquoi on peut être à la fois un grand savant et un parfait con comme certains de nos scientifiques et universitaires qui défendent le nucléaire ou certains économistes qui font l’éloge du capitalisme financier. 


                                                    La seule issue est de changer de système, de paradigme et malheureusement, cela se fait généralement en passant par une « crise », tant au niveau personnel que collectif. 

                                                    La société qui a tout misé sur le dualisme sera ruinée et il y aura des pleurs et des grincements de dents. 

                                                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 juillet 2011 13:52

                                                    « Certes, personne ne peut pour l’instant dire si nous atteindrons rapidement le statut où une machine sera capable de créativité (autre que par exploration d’un espace aléatoire) ou de se fixer ses propres buts, d’avoir une conscience. (ce que l’on appelle l’intelligence artificielle »forte« ) »


                                                    Je peux vous dire que cela n’arrivera pas, mais vous ne serez pas nécessairement capable de comprendre pourquoi je dis cela si votre propre intelligence est aussi artificielle que celle d’une machine. La conscience n’est en aucune façon quelque chose qui a le moindre rapport avec la capacité d’effectuer des calculs. Il est totalement erronée de la nommer « intelligence forte » car un débile mental a évidemment une conscience que n’a pas la super machine à calculer qui pourrait aisément le vaincre aux échecs. Se demander si un ordinateur pourrait un jour avoir une conscience, c’est un peu comme se demander si à force de grandir un arbre ne pourrait pas devenir une voiture, un nuage ou une sardine. Evidemment, ceux qui ne comprennent pas ce qu’est la conscience (parce qu’ils en manquent) croiront malin de répondre qu’on ne peut pas limiter a priori le progrès scientifique. Je ne le limite pas du tout en affirmant qu’une machine ne peut pas avoir de conscience, je mets simplement les choses en ordre du point de vue sémantique. L’ordinateur le plus puissant de l’univers aura toujours moins de conscience que la cellule du plus petit acarien de l’univers. Il n’existe pas plus de conscience artificielle que d’âme mécanique. 


                                                      • slipenL’air 10 juillet 2011 15:42

                                                        Je vais regarder mon aspirateur d’un autre œil
                                                        à la première connerie je le débranche
                                                         smiley


                                                        • hpspt 10 juillet 2011 15:52

                                                          Intéressant.


                                                          Dans l’état du Nevada, on est en train de voter une loi pour autoriser les voitures sans conducteurs à rouler...

                                                          Ray Kurzweil pense que l’on pourra faire tourner une conscience humaine sur une machine en 2035.

                                                          Le problème n’est pas de savoir si les machines peuvent devenir intelligentes ou remplacer ou supplanter les humains, mais quand....

                                                          • gaijin gaijin 10 juillet 2011 18:33

                                                            c’est quoi la conscience humaine selon vous ?


                                                          • Proudhon Proudhon 10 juillet 2011 19:10

                                                            L’article est intéressant dans le fait qu’il aborde notre future proche du point de vue de l’avancée en cybernétique. Mais il parle toujours d’un monde matérialiste. Qui ne se soucie que des biens matériels. Et les biens spirituels ?
                                                            Il faut voir beaucoup plus loin pour voir l’homme du futur qui sera spirituel.


                                                            • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 juillet 2011 23:48

                                                              L’homme du passé est aussi un être spirituel. En fait il n’y a pas d’humain sans spiritualité. L’humanoïde matérialiste qui court nos rues est une bête rusée ou une machine efficace, mais l’humain en est absent. L’humanité n’est pas une propriété d’une certaine espèce, c’est un état de la conscience. Nous sommes donc tous plus ou moins humains, et c’est l’humain qu’il faut éveiller en soi. La machine a un rôle : nous libérer du mécanique en nous. Le piège est que nous pourrions devenir l’esclave de notre créature et c’est ce que montrait déjà Chaplin dans les Temps modernes, par exemple. 


                                                            • Ruut Ruut 11 juillet 2011 08:24

                                                              Rien ne garanti que les loi de la robotique sont appliquées aux IA actuelles.


                                                              • JL JL 11 juillet 2011 08:55

                                                                Ruut,

                                                                je suis tombé sur votre pharse : « Rien ne garanti que les loi de la robotique sont appliquées aux IA actuelles »

                                                                Je suppose que par lois de la robotique, vous faites allusion à celles énoncées, sauf erreur, par A.E. Van Gogt ?

                                                                l’IA ne se trouve pas seulement dans les petits robots, amis des hommes. Si l’on entend par intelligence, la capacité d’un organisme à croître dans un milieu hostile, et artificielle tout ce qui est de création humaine, alors, les corporations (sociétés industrielles, multinationales, Etats même, ...) sont des organismes dotées d’IA, à l’instar de ce qu’est une fourmilière pour les fourmis, une ruche pour les abeilles.

                                                                Les corporations respectent-elles la vie humaine ?.


                                                              • cevennevive cevennevive 11 juillet 2011 11:37

                                                                Ne serait-ce pas plutôt Assak ASIMOV qui a édicté les lois de la robotique ?


                                                              • PtitLudo PtitLudo 11 juillet 2011 08:25

                                                                L’auteur oublie de préciser que la situation est déjà vécue par de nombreuses personnes, il n’y a d’ores et déjà plus suffisament de travail (qui permette d’en vivre convenablement) pour tout le monde, et ça ne date pas d’hier !

                                                                M’enfin c’est un peu comme http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Niem%C3%B6ller
                                                                On pourrai l’adapter ainsi :

                                                                Quand ils ont mis les ouvriers au chômage en les remplaçant par des robots,
                                                                je me suis tu, je n’étais pas ouvrier.
                                                                Quand ils ont remplacé les secrétaires par des traitements de texte,
                                                                je me suis tu, je n’étais pas secrétaire.
                                                                Quand ils ont remplacé les caissières par des caisses automatiques,
                                                                je me suis tu, je n’étais pas caissière.
                                                                ...
                                                                Quand ils m’ont remplacé par une IA,
                                                                il n’y avait plus personne pour protester.


                                                                • Marc Bruxman 11 juillet 2011 19:15

                                                                  J’ai justement dit que c’était un phénoméne continu qui « couve » depuis les années 1950. Et c’est aussi pour cela que je dis que les troubles n’attendront pas la singularité pour survenir si rien n’est fait. 


                                                                  L’outil informatique est mis à profit dans les entreprises depuis les années 50 et son emprise est exponentielle. Pendant une premiére phase, l’économie compense sans problèmes les emplois perdus. Aujourd’hui on voit bien que ce n’est plus le cas. Durant la décénie 2000, la société est devenue plus « absorbante » vis à vis des nouvelles technologies et les changements sont acceptés plus vite qu’avant. La conséquence est que le changement devient trop rapide pour que les structures sociales l’absorbent. D’ou cet article. On ne peut rien faire contre le changement, il s’impose à vous. Mais on peut l’accompagner et en faire une opportunité. 



                                                                • PtitLudo PtitLudo 12 juillet 2011 10:06

                                                                  Malheureusement, tant que l’on ne verra dans le progrès technologique qu’une façon d’augmenter les profits, et non pas d’améliorer la condition humaine, les choses ne sont pas prêtes de changer ...


                                                                • Marc Bruxman 12 juillet 2011 19:12

                                                                  Le progrès technique augmente les profits : C’est faux ! A court terme le progrès peut augmenter les profits (et encore, être un early adopter a un coût) sur le long terme, une fois que tout le monde est équipé, le marché nivelle le prix de la prestation par le bas.

                                                                  En réalité, la course au progrès technique est comme une course à l’armement. C’est surtout le marchand d’armes (les entreprises de technologies) qui y gagnent financiérement. Et ce n’est pas un hazard si ce secteur économique se porte aujourd’hui très bien.

                                                                  Par contre le progrès technique augmente votre niveau de vie justement parce que les prix des biens baissent grâce à lui et que certaines choses deviennent possibles. Cela marche tant que vous n’êtes pas victime du progrès car rendus « redondant ».

                                                                  Dans un autre domaine votre niveau de vie est amélioré car vous bénéficiez de nouveaux bien et services. Prenez par exemple le GPS, sa simple disponibilité est une amélioration de votre niveau de vie d’une certaine façon. Avant vous chechiez votre route dans une ville inconue, maintenant non ;)


                                                                • platon613 11 juillet 2011 12:06

                                                                  A lire !

                                                                  En attendant Gog et Magog

                                                                  Le monde est troublé par une conjonction de crises, de catastrophes, et par un sentiment d’insatisfaction et de mal être... Internet livre à qui veut l’entendre une face cachée de la réalité politique, économique et sociale. Nous sommes assommés de secrets révélés et il nous semble que les plus grands mystères sont à notre portée...

                                                                  http://news-26.net/phil-rel/785-en-attendant-gog-et-magog.html


                                                                  • Marc Bruxman 11 juillet 2011 14:03

                                                                    Bonjour,

                                                                    Merci pour vos réponses, Agoravox a mis du temps à publier mon article et je n’ai donc pas pu vous répondre ce week end (je n’étais pas la et pensais qu’il serait publié Mercredi ou Jeudi pas ce WE).

                                                                    J’essaie de vous répondre ce soir.

                                                                     


                                                                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 11 juillet 2011 15:00

                                                                      L’article pointe un problème qui va nous préoccuper longtemps car à la question « quand » il est une réponse sûre et certaine : pas de si tôt.
                                                                      Ce que nous réalisons actuellement est insignifiant par rapport à ce qui sera nécessaire pour accéder au niveau d’une intelligence humaine.

                                                                      Pourtant, c’est une question qu’il faut se poser. Car il est quelque chose de plus dangereux que la singularité : c’est l’humain et sa volonté de puissance.

                                                                      Les machines « intelligentes » seront de plus en plus dangereuses pour l’homme parce qu’il y aura toujours des hommes derrière. Que ce soit pour la guerre totale ou la guerre économique, les machines sont fabriquées par les puissants et servent aux puissants à acquérir toujours plus de puissance. L’armée US avant tout et l’économie productiviste ensuite. Des calamités pour l’Homme !

                                                                      Donc le premier problème est bien celui de la moralisation des rapports humains. Gandhi a raison : une civilisation occidentale, ce serait une tellement bonne idée ! Nous n’avons inventé jusqu’à présent qu’une barbarie occidentale scientifico-technologique confite dans le bon sentiment et l’histoire auto-promotionnelle.

                                                                      Nous avons largement le temps de régler cette question avant de nous trouver confrontés à une intelligence artificielle qui nous soit supérieure !


                                                                      • Marc Bruxman 11 juillet 2011 19:06

                                                                        Bonsoir à tous,


                                                                        A ceux qui n’y croient pas

                                                                        Il est vrai qu’il y a eu par le passé nombre de prophécies scientifiques non abouties, on aurait du voler en fusée tous les jours, avoir des voitures qui volent et .... des ordinateurs intelligents. 

                                                                        Et l’intelligence artificielle justement après avoir suscité beaucoup d’espoirs a longtemps stagnée. Pour autant les recherches ne se sont pas arrétées et certains développements récents comme ceux cités dans l’article laissent penser à une reprise des travaux en IA. 

                                                                        Qu’est ce que l’intelligence ? 

                                                                        On le demande toujours je pense à ceux qui choisissent de faire de l’IA à l’université. Et c’est la une question philosophique importante. C’est aussi pour cela que l’on distingue l’IA faible de l’IA forte. Dur de dire si l’on a atteint le stade de l’IA forte (même le test de turing n’est pas suffisant) mais on peut raisonablement savoir programmer un ordinateur pour qu’il résolve un problème concret nécéssitant à l’homme de faire usage de son intelligence. C’est le cas de la conduite automobile ou du jeu jeopardy. On fait de l’IA faible depuis assez longtemps. On a jamais fait d’IA forte. 

                                                                        Du point de vue de la « singularité » c’est l’IA faible qui nous concerne. Ou plus exactement notre capacité à construire rapidement et pour un cout raisonable des IA faibles pour répondre à la plupart des problèmes humains. On y est pas encore. La voiture de google va couter une fortune en R&D. Pour l’instant il s’agit d’investissement de prestige pour les boites d’informatiques. Comme l’aéronautique le fut un temps avant de devenir un business. 

                                                                        Peut on construire plus intelligent que nous avec notre intelligence limitée ? 

                                                                        La controverse existe. De nombreux chercheurs pensent toutefois que l’homme pourra construire une intelligence « limitée » capable d’apprendre d’elle même et que celle ci se bootstrappera (cad acquérira le reste par des moyens autonomes). 

                                                                        Souvenez vous que sur des domaines bien précis, on arrive à battre l’homme de façon quasi systématique. Pourra t’on faire une IA forte, la question reste ouverte, mais votre cerveau est le résultat d’interactions physiques, il peut être émulé. On en a juste pas les moyens et on ne sait pas comment faire apprendre rapidement un cerveau « vierge ». (Quand vous naissez, il est déja précablé). Et imaginons que l’on sache faire aussi bien, comment réagiriez vous si je vous donnait un ordinateur « intelligent » et que je vous disait qu’il doit fonctionner pendant 25 ans pour « apprendre » ? 

                                                                        On pourrait rapprocher cela de la question : L’homme peut il développer un outil qui augmente sa force physique ? Pas sur que les premiers hommes aient pensés au bras de levier. 

                                                                        Pour aller plus loin

                                                                        Un intervenant a cité Douglas Hofstader et son génial Goedel, Escher et Bach. Je recommande chaudement sa lecture. Il n’est pas du tout à la pointe de l’IA actuelle (ce qui est normal vu quand il a été écrit) mais il vulgarise très bien de nombreux concepts dont la compréhension est souvent réservée aux spécialistes. 




                                                                        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 12 juillet 2011 06:35

                                                                          Ce résumé prudent me paraît assez bien traduire l’état de l’art.
                                                                          L’IA forte n’est pas pour demain, mais il n’empêche que l’IA faible va nous questionner longtemps, comme le machinisme l’a fait en son temps car il oblige à une relocalisation du travail humain vers des activités toujours plus intelligentes et donc toujours plus exigeantes.
                                                                          Je pense que cela est un problème qui peut trouver sa solution dès que la puissance machinique sera taxée un peu comme la fortune (qui est aussi puissance au service de la volonté de puissance de l’humain).
                                                                          Mais les peuples de la terre sont-ils encore en position de retrouver leur souveraineté face à la bête de la finance mondiale ?
                                                                          Par ailleurs, le problème sera aussi celui de l’usage militaire de l’IA faible. Mais peut-être qu’au regard du risque de l’Holocauste nucléaire, le danger restera relativement mineur pour encore un bon bout de temps.


                                                                          • Marc Bruxman 12 juillet 2011 19:26

                                                                            Taxer le machinisme pose plusieurs problèmes :

                                                                            • Sur quelle base taxer : Si vous taxez en fonction de la puissance de calcul vous êtes très discriminatoires. Je peux utiliser de la puissance de calcul pour générer des images de synthése pour un film (je serai alors très taxé), de l’autre coté une caisse automatique a une puissance de calcul dérisoire. Si vous taxez au nombre d’emploi « remplaçés » vous risquez de pouvoir arguer des mois et des mois dans certains cas. Une licence de Microsoft Excel remplace combien de personnes ?
                                                                            • Est il souhaitable que des hommes face un boulot qu’une machine sait faire ? D’un strict point de vue monétaire ca lui permet d’être payé (mais c’est parce que la société fonctionne comme cela). 
                                                                            • La mobilité : Via Internet et le cloud computing vous allez avoir des applications de plus en plus « mobiles ». La puissance de calcul va de plus en plus être détachée de l’applicatif et la puissance de calcul sera directement provisionnée par l’application qui dira grosso-modo : « j’ai besoin de 50 CPU et 4 To de stockage de préférence en Allemagne ». Il est quasi impossible d’imposer une telle taxe sans qu’elle soit mondiale. Si l’on parle d’intelligence artificielle on parle avant tout d’une prestation immatérielle qui aura de moins en moins de localisation physique. Imposer une taxe sur la machinerie va au final perturber essentiellement ceux qui font fonctionner les infrastructures. C’est à dire pas ceux qui en profitent le plus.
                                                                            Quand à l’usage militaire il est surement déja beaucoup plus poussé qu’on ne le croit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès