• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

caius

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 103 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • caius 7 avril 2010 11:17

    Je ne prétends pas être un spécialiste mais il faudrait savoir de quelle langue arabe l’auteur parle :

    Les pays arabes ont deux niveaux de langage : l’arabe local (les variantes nationales et régionales du langage parlé) contre l’arabe standard.

    Quand les Arabes de la péninsule Arabe envahirent les pays qui sont devenus les pays arabes d’aujourd’hui, ils ont imposé l’arabe comme langue officielle. Les langues locales comme l’araméen, le copte, le cananéen et l’hébreu ont été bannies. Comme la majorité des habitants de ces pays étaient illettrés, ils ne sont parvenus à apprendre qu’une sorte d’arabe bâtard, c.-à-d. l’arabe parlé, exactement comme les indigènes des Caraïbes ont appris l’anglais ; c.-à-d. une sorte d’anglais bâtard (le créole) qui est grammaticalement et en termes de prononciation, différent de l’anglais standard. C’est pourquoi il y a un arabe parlé par l’Egyptien, le Saoudien, le Syrien, le Marocain, etc..

    Ces dialectes sont les langues maternelles de ces pays. Ces « langues arabes » restent pourtant confinées à la conversation familière quotidienne. On ne permet pas à leurs locuteurs de les employer pour écrire, particulièrement dans les livres, les journaux, les manuels scolaires et autres documents officiels.

    L’arabe standard est par contre la langue officielle dans tous les états arabes. Ce n’est pourtant la langue maternelle de personne mais une langue artificielle dérivée de l’arabe coranique. Dans les pays arabes on commence à l’apprendre à l’école à l’âge de 6 ou 7 ans. C’est donc une deuxième langue par opposition à l’arabe parlé national et régional qui est une langue maternelle.

    Les Arabes du Moyen-Orient : Syrie, Liban, Irak, Arabie Saoudite, Egypte et Palestine parlent des arabes assez similaires. Quand ils se réunissent et conversent, ils se comprennent facilement en dépit de diverses variantes locales du vocabulaire et de la prononciation.

    Les Arabes d’Afrique du Nord pratiquent un arabe parlé presque complètement différent. Un Syrien parlant à un Marocain ou à un Algérien, par exemple, aura le plus grand mal à comprendre son interlocuteur.

    Vu que l’arabe standard est la langue de la culture dans les pays arabes depuis 1400 années, il est employé aussi bien pour la poésie que pour la traduction des livres scientifiques en arabe (particulièrement pendant le soi-disant âge d’or), il a développé un énorme répertoire de vocabulaire. Par contre L’arabe parlé (dialectes) est méprisé, familier et reste confiné aux conversations quotidiennes simples. Son vocabulaire et sa grammaire est pauvre.

    Résultat, les enfants « arabes » éprouvent de grandes difficultés à apprendre cette langue, luttant avec sa grammaire et sa structure. Quand un Arabe veut ou est obligé de s’exprimer de manière formelle, il pense dans son dialecte (arabe parlé) et essaye ensuite de formuler sa pensée dans une langue étrangère : l’arabe standard (seconde langue). Comme son dialecte méprisé est pauvre en vocabulaire et a une grammaire plus simple l’opération est souvent fort pénible.

     



  • caius 20 octobre 2009 09:02

    Autre exemple : les fonctionnaires municipaux de la ville de Gorantalo (nord Sulawesi) sont désormais obligés de lire le Coran le vendredi :

    http://www.adnkronos.com/AKI/English/Religion/?id=3.0.3893118703



  • caius 19 octobre 2009 16:22

    L’Indonésie se transforme de plus en plus en une sinistre (pléonasme) république islamique.
    Les non musulmans sont de plus en plus souvent condamnés à de lourdes peines pour « blasphème » contre l’islam et les musulmans sont systèmatiquement privilégiés dans l’administration, l’armée et l’enseignement.



  • caius 4 septembre 2009 14:17

    Le « fou de Tripoli » comme Anouar el Sadate et beaucoup d’autres chefs arabes l’ont surnommé n’est pas un novice en terrorisme.

    Bien avant Lockerbie, il a financé des organisations  terroristes au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique latine. Il a incité les musulmans à la violence aussi bien aux Philippines qu’en Inde et adopté la plus abjecte rhétorique anti-sémite.

    Il a tenté de fomenter des coups d’états en Tunisie et en Egypte et envahi le Tchad.
    Des centaines de prisonniers politiques croupissent dans ses mouroirs à tortures... oups je voulais dire prisons.

    La liste de ses crimes est longue mais votre mémoire semble être très courte



  • caius 4 septembre 2009 13:52

    @ Miwari

    On lui met une balle dans la tête et si ce n’est matériellement pas possible on bombarde !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité