• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Denis Langlois

Denis Langlois

Ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l'homme, écrivain, auteur d'une vingtaine de livres dont Les Dossiers noirs de la police et de la justice françaises, L'Affaire Seznec, La Politique expliquée aux enfants (illustrée par Plantu), Slogans pour les prochaines révolutions, Le Déplacé (journal du Liban), et en 2018 Et si la révolution était possible (éditions Scup).

Tableau de bord

  • Premier article le 20/02/2007
  • Modérateur depuis le 21/01/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 6 172
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Denis Langlois Denis Langlois 10 août 14:45

    Comment ne pas être surpris (et même scandalisé) par cet article qui prône la violence dans les rapports politiques, sociaux et personnels ? Il y aurait beaucoup de choses à dire, beaucoup de critiques à faire, mais je me contenterai de répondre à l’affirmation de départ « Les vraies révolutions sont sanglantes… Les révolutions se gagnent à coups de fourches et de canons ». Non seulement je pense que c’est totalement faux et criminel de le laisser croire, mais je viens de l’écrire dans un livre « Et si la révolution était possible ». 

    Le mieux est que je recopie l’extrait qui répond précisément à cet éloge irresponsable de la violence :

    « Jusqu’ici, dans l’histoire, parce qu’il s’agissait de lutter contre les classes sociales dominantes, de les bousculer, de les renverser, les tentatives révolutionnaires ont généralement été violentes, elles ont prôné la rupture brutale et sanglante avec le passé. 

    Pour parvenir à une société sans classe, les théories marxistes ne préconisaient-elles pas d’instaurer au moins provisoirement une « dictature du prolétariat », une « violation despotique du régime bourgeois » ? Cela a donné des régimes totalitaires, des bureaucraties féroces, des goulags, des génocides en Union soviétique, en Chine ou au Cambodge. 

    C’est une erreur tragique qu’il n’est pas souhaitable de renouveler. Pour imposer et perpétuer leur système injuste, les pouvoirs en place disposent de forces impressionnantes. Devant cette citadelle, il est tentant de se dire : « Il n’y a qu’une solution : la détruire par la violence. » Alors, on s’arme. On devient guérillero, ce qu’on pense être différent du terrorisme. On s’efforce de créer une armée encore plus meurtrière ou plus rusée que celle d’en face. Dans le passé, on y a parfois réussi, avec le funeste résultat que l’on connaît. Aujourd’hui, cela équivaut à un suicide. Les États ont renforcé à outrance leurs armées et leurs polices. Les affronter militairement ne peut mener qu’à un carnage et à la recrudescence de l’oppression. Comment peut-on affirmer que le pouvoir révolutionnaire est au bout du fusil, quand c’est l’ennemi qui tient le fusil ?

    En fait, même s’il ne s’agit pas de révolutions sociales, la grande leçon des changements survenus à la fin du XXe siècle dans les pays dits « communistes » ou plus récemment dans le monde arabe, est que seules les révoltes non-violentes, celles qui permettent aux opprimés de s’appuyer sur la force insoupçonnée du nombre, ont quelques chances de réussir. Les pouvoirs savent comment massacrer ceux qui prennent les armes contre eux, ils sont toujours désorientés devant une population qui emploie des méthodes différentes et pratique notamment les manifestations pacifiques. Ils savent comment gagner les combats dont ils ont eux-mêmes fixé les règles, ils ignorent comment s’y prendre face à un adversaire qui en adopte d’autres, qui agit selon une mentalité et une logique différentes. Nul besoin d’être un stratège militaire pour comprendre que le fin du fin est d’attirer l’ennemi hors de son terrain, de le priver de ses repères habituels. Un État réduit à utiliser la violence contre une foule désarmée perd le peu de légitimité et de crédibilité qu’il avait. Il n’est plus qu’un sinistre ramassis de massacreurs. Brutalement, il lève le masque, il exhibe au grand jour sa barbarie. Il se coupe d’une partie importante de ses soutiens.

    Certes, nous avons vu qu’il existe un fossé entre révolution et simple révolte. Quand ce sont les structures sociales inégalitaires qui sont directement attaquées et pas seulement le personnel politique en place, les pouvoirs nationaux ou internationaux n’ont pas forcément la même attitude hésitante. 

    Ne négligeons pas cependant ces événements récents, tirons-en des enseignements utiles. Ils confirment à leur façon que, si les peuples veulent un jour réussir une révolution, ils devront se garder d’utiliser la violence militaire. Sur ce terrain, ils seront toujours les plus faibles et ce n’est pas forcément un mal.

    Toute armée est par définition une structure centralisée et hiérarchisée, avec des chefs qui donnent des ordres et des soldats qui les exécutent servilement et sont prêts pour cela à tuer (ou à se faire tuer). C’est la condition de son efficacité. Tout le contraire d’une société juste et égalitaire où chaque être humain a la même valeur et doit être libre de ses actes, une société où la vie de chacun est digne de respect.

    Or, il y a une règle qui se vérifie toujours : les procédés qu’on emploie pour réaliser quelque chose influent directement sur le résultat. Ils ne sont jamais neutres. La fin est toujours inscrite dans les moyens. Utiliser la violence amène logiquement à constituer une armée ou du moins un embryon d’armée. Si le sort des combats est favorable, c’est cette armée qui construira la nouvelle société. Elle a les plus grandes chances de ressembler comme une sœur à la précédente, avec ses hiérarchies, ses chefs, ses exécutants (et exécuteurs). Un coup d’épée dans l’eau. Une courte parenthèse entre deux dominations, celle d’avant et celle d’après. Et des dizaines d’années pour se débarrasser des nouveaux oppresseurs. »



  • Denis Langlois Denis Langlois 8 avril 2017 15:26

    Cher Léonard,

    Ne soyez pas amer. Je vois que vous rêvez de lire mon livre, mais que vous êtes gêné aux entournures. Communiquez-moi votre adresse, je me ferai un plaisir de vous l’envoyer gratuitement avec une dédicace sympa. En attendant, dites-moi ce que vous pensez de ce texte sur les guerres. Agoravox, ça sert aussi à cela.


  • Denis Langlois Denis Langlois 25 février 2017 09:31

    Mettons un terme à cette discussion insipide aux relents racistes. Je croyais naïvement que les problèmes d’éducation pouvaient intéresser ceux qui se préoccupent de politique sur Agoravox. Je me suis en grande partie trompé.



  • Denis Langlois Denis Langlois 24 février 2017 20:25

    @Manu

    Vous avez raison, Agoravox n’est pas forcément le bon endroit pour s’adresser aux enfants. Mais sait-on jamais. On ne devine pas toujours qui se cache derrière un pseudo.
     Par contre certaines de vos remarques judicieuses me donnent une idée. Pourquoi pas un prochain livre intitulé « La politique expliquée aux adultes par les enfants » ?


  • Denis Langlois Denis Langlois 24 février 2017 18:10

    M’adressant à des enfants, je craignais des chamailleries de cours de récréation. Je suis servi au-delà de ce que je pouvais attendre. La Baudruche et Xenozoid sont de sales gamins qui profitent de n’importe quelle circonstance pour régler anonymement leurs comptes. Une fessée ? Pourquoi pas ? Le Conseil constitutionnel a censuré la loi qui l’interdisait. 

    Débats passionnés et passionnants d’Agoravox où êtes-vous ?


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Les renégats de Mai 68
  2. Mai toujours vivant !




Palmarès