• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emile Mourey

Emile Mourey

84 ans, militaire en retraite, veuf, vit seul dans un château historique sans confort massacré par la stupidité des hommes. Critiqué pour ses ouvrages par les croyants comme par les non-croyants. Persuadé qu'en matière de religion, la seule solution est d'en retrouver les explications historiques. 
Fustigé pour avoir prétendu que Platon avait imaginé son Atlantide en partant de la Gaule, pour avoir contesté les sites officiels de Bibracte et de Gergovie, pour avoir donné une autre explication de la bataille d'Alésia, enfin pour avoir émis l'hypothèse que le christianisme trouve aussi sa source en Gaule. Officiellement recadré par le ministère de la Culture, attaqué à mots couverts par le Collège de France et par la technocratie archéologique, interdit de presse écrite locale, droit de réponse refusé après une émission orientée de FR3 Bourgogne où ses propos ont été condamnés sans débat.
Je me suis tourné vers les philosophes afin qu'ils remplissent la promesse qu'ils avaient faite jadis : quitter l'enfance de l'humanité, éclairer le chemin. J'ai échoué, point final.
 
 
 
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 22/08/2006
  • Modérateur depuis le 27/09/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 387 5187 17481
1 mois 4 38 216
5 jours 1 11 135
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 330 299 31
1 mois 4 4 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Emile Mourey Emile Mourey 22 octobre 16:43

    @njama


    Je persiste à dire que les traductions de ces versets ne sont pas bonnes. Ce sont des banalités qui ne veulent rien dire. Ma traduction correspond à uns situation précise, quand les coalisés - nom de la sourate - ont assiégé Médine. Et les Juifs Beni Qoraïzha qui étaient les plus proches des musulmans ? De quelque côté se sont-ils rangés ? Vous dites plus loin qu’une partie a été rachetée par les juifs de Kaibar, donc cela veut bien dire que cela correspond au verset 26 de la sourate XXXIII où votre traductrice parle de fortifications, de groupe tué et de groupe capturé, mais sans comprendre qu’il y a eu combat, et qu’Allah est intervenu pour régler la question du butin, pour dire au Prophète de donner les « biens terrestres » conquis à ses épouses qui veulent se fixer... et pour cela il les libère par un acte de répudiation. Quand aux autres qui veulent rester avec lui - évidemment pour combattre jusqu’à la mort - il leur promet la récompense.. ; au paradis. C’est exactement ce qu’Allah avait à décider mais cela ne s’explique que si ces femmes sont des unités de combattants.


  • Emile Mourey Emile Mourey 22 octobre 14:29
    Oui, la traduction de Mme Abdelaziz est très intéressante. Elle correspond à la mienne ; mais la mienne est plus précise car je connais le contexte.

    Le pacte de Médine est un document qui n’est pas inconnu. Par ce pacte initié par Mahomet , les tribus juives de Médine et voisines auraient signé un accord avec les musulmans dans lequel ils s’engageaient à un soutien réciproque.

    24. Dans la traduction de Madame, les véridiques sont ceux qui ont respecté le pacte, les hypocrites sont les Juifs et les Médinois en partie.

    26. Les fortifications sont celles des Juifs Beni Nahdir etc




  • Emile Mourey Emile Mourey 22 octobre 12:29

    @chafy


    Je n’ai pas parlé de tuerie. Les Juifs étaient armés, ce qui veut dire qu’il y a eu combat. Je n’y étais pas et je ne juge pas.

    Je ne suis pas linguiste mais vous avez tout à fait raison de poser le problème.

    Concernant Aischa, je pense que, si vous rellsez mon texte, vous verriez que je ne fais que recopier le récit enjolivé ou transposé de Tabari. 


  • Emile Mourey Emile Mourey 22 octobre 11:51

    @njama


    Ma thèse est que ce sont des prêtres d’Osiris d’Héliopolis devenus lépreux, donc impurs, qui déportés aux carrières du Nil, ont pris en mains le peuple hébreux qui y travaillaient, se sont soulevés, ont pillé l’Égypte, et sont partis à la reconquête du pays de Canaan sous le nom de Moïse. Et j’appuie ma thèse sur des textes. Et j’ajoute que ce sont eux qui ont écrit ou réécrit les premiers textes de la Bible en s’inspirant de textes plus anciens, sémites et sumériens, sous la forme qui nous est parvenue et qu’il nous faut décoder. C’est ce que je fais dans ma logique militaire et dans l’idée que je me fais de l’époque à partir de mes lectures. Je n’invente rien. Je ne suis qu’un traducteur/interprétateur.


  • Emile Mourey Emile Mourey 21 octobre 23:18

    @Eric F

    Oui, vous avez raison. Personne n’est obligé de me croire mais si j’ai dit seulement une petite ou très petite chose de vrai, j’aurais eu au moins la satisfaction d’avoir fait quelque chose de bien pour désarmorcer la violence actuelle qui porte tort à tout le monde, y compris à des gens comme Omar. Et comme vous dites : de toute façon mon interprétation reste dans l’hypothèse d’une narration historique, non d’un message mystique, moral, ou théologique que recherchent les théologiens symbolistes.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès