• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

etarcomed

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 21/04/2007
  • Modérateur depuis le 13/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 46 184
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • etarcomed 25 juin 2007 01:53

    J’ai du mal à comprendre. Ou est l’inféodation réelle entre les députés et le président ? En quoi est-ce nouveau ?

    Qu’est-ce-qui empêche un député UMP de voter contre Sarkozy ? Que risque-t-il ? que craint-il ? La réponse est simple : de ne pas être réélu, ce qui est sain, il s’inféode au peuple. Quel pouvoir à le président de la république là dessus. Le pouvoir de sa propre réélection qui conditionne le parlement, et la possibilité éventuellement d’influer sur l’investiture du parti.

    Et pourquoi l’investiture compte-t-elle ? Car les Français vote pour le candidat du président pour qu’il permette l’application de la politique du président. Finalement le député a bien compris que son premier mandat est bien d’aider Sarkozy à gouverner, c’est bien le peuple qui le lui demande.

    Néanmoins allons plus loin, pourquoi le peuple demande-t-il ça ? car il ne veut pas d’immobilisme, il souhaite qu’on avance. La question est donc, comment peut-on permettre au peuple de ne pas voter toujours en confirmation lors des législative sans pour autant risquer le blocage ou la cohabitation ?

    La principale cause de la cohabitation, c’est la motion de censure. Il faudrait réfléchir à une solution (à l’américaine) donnant de fort pouvoir de controle au parlement, sans lui donner un pouvoir de blocage, ni lui donner le pouvoir executif (ce qui est le cas des régimes parlementaires, le parlement est la source du gouvernement, il y a bien mélange des pouvoirs dans l’autre sens)

    Vaste programme.



  • etarcomed 25 juin 2007 01:31

    Si monsieur X et monsieur Y achètent tous les deux un bidule qui coute 100 et que monsieur Y jete les 2900 euros qu’il lui reste par la fenêtre, ils seront également riche du bidule, tout à fait égalitaire.

    par contre si monsieur Y au lieu de jeter 2900euros les dépense il aura payer une part équivalente d’impots sur ses revenus.



  • etarcomed 25 juin 2007 01:30

    Petite réflexion à l’intension de l’auteur : vous dites qu’un impôts fixe est inégalitaire, voire génératrice d’inégalité. A ce niveau on en viendrait a considérer que le prix de la baguette est génératrice d’inégalité, vu que tout le monde paye le même prix.

    Quand vous allez en vacances entre amis, vous louez un chalet, vous partager le prix équitablement entre vous sans vous préoccuper des revenus de chacun. Et cela semble équitable. (On peut certe imaginer quand vous avez des amis beaucoup plus riches que vous qu’ils puissent vous inviter gratuitement... sur leur yacht par exemple, une forme de redistribution sociale smiley )

    Il faudrait un jour, comme vous le dites redonner le sens aux mots et admettre que se sont les revenus qui sont inégaux. Attention inégaux ne veut pas dire inéquitable ou injustes. Les impôts peuvent suivant leur rôle accentuer ou réduire l’écart de revenus. Ils ne sont pas les seuls outils à disposition, aide au logement, hlm etc en sont d’autres très efficaces.

    PS : je vous invite à lire l’article que j’avais écrit sur le sujet, qui dit globalement la même chose que vous.



  • etarcomed 25 juin 2007 01:16

    Si monsieur X et monsieur Y achètent tous les deux un bidule qui coute 100 et que monsieur Y jete les 2900 euros qu’il lui reste par la fenêtre, ils seront également riche du bidule, tout à fait égalitaire.

    par contre si monsieur Y au lieu de jeter 2900euros les dépense il aura payer une part équivalente d’impots sur ses revenus.



  • etarcomed 21 juin 2007 03:49

    Sur le non remplacement des fonctionnaires :

    L’idée de fond se base sur le fait qu’il faut rationnaliser le travail, c’est à dire faire en sorte d’avoir le meilleur résultat au meilleur coût. L’idée n’est pas que les fonctionnaires sont des fainéants.

    Caricaturons à l’extrème : Imaginons que nous ayons une administration un peu obsolète de moines copistes, chargés de recopier à la main des documents officiels simplement parce que c’est la tradition. Il parait évident d’une photocopieuse ferait l’affaire, et que profiter de leur départ en retraite pour ne pas les remplacer serait la moindre des choses.

    Vous me diriez que les maintenir créerait de l’emploi. Certes mais un emploi totalement improductif (bien qu’ils travaillent beaucoup) qui n’est qu’une façon de cacher le chômage. On pourrait aussi recruter une armée de dame pipi pour mettre tout le monde au travail comme cela se faisait dans les pays communistes. Ne pas remplacer ces moines-copistes dégage de l’argent qui aurait servi à les payer. On peut faire plusieurs choses avec cet argent. On peut recruter d’autres fonctionnaires, celui qui fera les photocopies par exemple, ou ailleurs dans d’autres métiers. On peut aussi le rendre à ceux à qui il appartient c’est à dire aux Français qui pourront alors le dépenser là où il le jugent le plus adapté et ainsi payer quelqu’un de productif.

    Au final, au lieu de payer quelqu’un qui ne nous apporte rien, on payera quelqu’un qui nous apporte quelquechose.

    Il y a un premier principe de dire que la fonction publique doit se rationnaliser. L’autre question est celle de savoir ce qu’on fait de l’argent économisé qui est un autre débat. On peut l’attribuer à la réduction de la dette et du déficit, on peut considérer que l’impôt est déjà trop important et qu’il faut le baisser, pour reinjecter de l’argent dans l’économie.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès



Agoravox.tv