• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fabrice

Fabrice

Médecin spécialiste en  maladie respiratoire et cancérologie avec un tropisme marqué pour les maladies environnementales.
Défenseur acharné de notre environnement de vie, je crois qu’un milieu de vie sain est une condition incontournable d’un bon état de santé tel que défini par l’OMS.
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 09/02/2006
  • Modérateur depuis le 27/04/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 121 93
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 208 171 37
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Fabrice Fabrice Duplaquet 22 mars 2007 18:04

    La science s’autoalimente. Chaque nouvelle découverte diminue le champ des connaissances. Autrement dit, chaque découverte augmente la méconnaissance. Donc la connaissance alimente la méconnaissance.

    Il n’y a pas de limite à la science, l’ethnopsychologie et la psychologie évolutionnelle nous apprennent que nos sociétés et donc les individus qui la compose ne peuvent se désintéresser sociologiquement de la recherche scientifique car nous sommes conditionnés, génétiquement ou culturellement, à une ruée perpétuelle vers l’ouest, à une expansion vers les frontières de notre système solaire voire plus. Ruée vers l’or allégorique qui en fait est une recherche frénétique dans les domaines des technologies, de la génétique, de la psychologie. Et pour y arriver nous ne pouvons nous désintéresser des sciences. La somme des connaissances double tout les deux ans. Et tout cela se ferait au prix d’un désintérêt pour les sciences ? Où est la logique ? Les chiffres ne montrent pas cela, que ce soit l’étude de l’OCDE ou celle de Bernard Convert montrent que le nombre absolu d’étudient augmente et que seul le nombre relatif diminue et que lorsque le nombre absolu diminue, il diminue dans toutes les catégories y compris pour les études non scientifiques... Est-ce un signe de désintérêt ? oui pour certains, non pour d’autres.

    L’interprétation des chiffres est une chose et c’est là que s’insinue la nuance relevée dans ce très captivant article polémique... « On ne dispute qu’autour de définitions » disait Spinoza



  • Fabrice Fabrice Duplaquet 21 mars 2007 14:03

    Je ne partage pas le défaitisme ambiant sur la désaffection des jeunes envers les études scientifiques. D’ailleurs une étude sérieuse vient d’être publier dans le mensuel « Pour la science » :

    http://www.pourlascience.com/index.php?ids=qANvkRhfBPscwddUWJfJ&Menu=Pls&Action=3&idn3=5727

    Bernard Convert (chargé de recherches CNRS au Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE), CNRS-Université des sciences et technologies de Lille.) y démonte les idées fausses sur la pseudo crise des vocations, chiffres à l’appui.

    A certains moments il faut arréter de crier avec les loups. Tout est criticable et cela diminue la tension intérieure de trouver tout mauvais mais quand même. Il n’y a jamais eu autant d’ouvrage de vulgarisation, d’ouvrages sur la philosophie des sciences, sur les enjeux scientifiques... Imaginez vous en 1936, combien de personnes avaient entendu parler de la « relativité » d’Einstein ? Que dalle. Maintenant il y a pour nos enfants des DVD (Parnasse Edition par ex.), des émissions télé (E+MC² ou C’est pas sorcier), des mensuels scientifiques (Sciences et vie junior en autres)... Vous vous souvenez de votre enfance. Combien aviez vous de lectures scientifiques adaptées à votre age ?

    Alors, non les études scientifiques ne sont pas désertées et non elles ne sont pas barbantes sauf pour ceux qui ne les aiment pas. Mais là, ça ne se discute pas, les goûts et les couleurs...



  • Fabrice Fabrice Duplaquet 2 février 2007 11:45

    Une nouvelle preuve que l’économie supplante l’éthique.



  • Fabrice Fabrice Duplaquet 22 décembre 2006 14:13

    je ne puis que vous contre dire mais c’est de bon ton de dénigrer les institutions ...

    Joyeux Noël de la part d’un méchant médecin grrrr smiley



  • Fabrice Fabrice Duplaquet 22 décembre 2006 14:10

    Mais le problème n’est pas là.

    Actuellement nous avons les moyens d’organiser les recherches pour tamiser toutes les opportunités afin de ne laisser échapper aucun remède. Cela n’est pas idéal mais cela augmente le nombre de découverte par un facteur 10 exposant 6 par rapport à il y a 40 ans... Croire que nous irions jusqu’a nous priver d’un remède efficace pour d’obscures raisons est inexact. Il n’y a pas de complot scientifico-mafieu pour empècher quel que traitement anti-cancéreux que ce soit de s’imposer. Foutaise. La rigueur scientifique veut que nous puissions reproduire les résultats... ce qui n’est pas toujours le cas avec les pseudo-sciences... et là je ne porte pas de jugement sur cette technique telle qu’elle est décrite dans cet article mais bien une considération plus globale sur ce soi-disant complot anti-charlatan.

    Et je peux vous en raconter des drames humains subit par les adeptes de ces médecins qui travaillent aux limites de l’éthique et du portefeuille... Ces traitements coûtent souvent 2 à 5 X ce que coûte la médecine classique et non remboursé. Il y a une exploitation de la souffrance, c’est innaceptable. Et de nouveau en cela je ne juge pas cette technique de l’electromagnetisme qui si elle fait ces preuves sera introduite auprès des autres techniques conventionnelles, à n’en point douter... mais « primum non nocere », adage médical.

    Joyeux noël

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès