• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

fatallah

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 227 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • fatallah 24 février 2016 22:56

    @Aristide
    > Et voilà que notre cher analyste algérien consacre son énergie

    Et qu’est-ce qui devrait retenir cette personne d’avoir un regard et une critique sur ce qui se passe en Europe .Est-ce du racisme ? Faut-il attaquer une personne parce que son lieu de vie diffère du votre ? Le nez dans le guidon, vous voyez plus clair peut être ?



  • fatallah 24 février 2016 22:45

    > ...Notre Etat devenu Providence ...
    je dirais autrement ... l’État a organisé la sécurité sociale, sur une base très large, une base des cotisations des individus et pas une redistribution des impots directs. On ne peut pas dire que l’État devient Providence, il ne met pas la main à la poche.
    Ensuite, l’État organise la faillite du système de solidarité, pour le démanteler et en attribuer de larges pans au secteur privé.
    On apprécie la manoeuvre ... mais de là à dire que l’État devient Providence, ... il y a un abus de langage fréquent et libéral que je le laisse pas passer.
    Sans rancune.



  • fatallah 24 février 2016 22:31

    Référendum local sur le projet qui menace Notre Dame des landes : l’ultime perfidie
    (je ne connais pas la source, ce n’est pas de moi, merci à l’auteur)

    Le Président de la République a projeté d’engager un processus réputé démocratique plutôt que d’appliquer simplement la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (2006) et la Directive-Cadre européenne sur l’Eau (2000). Pourtant, elles ont été votées pour protéger précisément les espaces comme celui de Notre Dame des Landes qui est à cheval sur 2 têtes de bassin versant. Les lois, surtout celles-ci qui sont fruits d’un très long processus d’étude, de maturation et d’élaboration depuis le terrain jusqu’au plus haut niveau de décision, ne sont-elles pas démocratiques  ? Ne sont-elles pas faites pour être appliquées ?

    A l’inverse, les populations censées être appelées à voter sur ce que la loi a déjà décidé sont-elles bien sensibilisées aux différents aspects de la question : milieux humides de têtes de bassin versant, biodiversité, hydrologie, climat, devenir des paysans, des savoirs et des modèles durables qu’ils ont développés, bien commun à long terme contre option technologique transitoire, etc. ? Car la démocratie invoquée ne peut exister avec des électeurs insuffisamment informés et conscients des enjeux. 

    Or, sur l’ensemble, on observe une diffusion extrêmement insuffisante, voire totalement inexistante, de l’information sur le corps et le sens de la législation sur l’eau et les milieux humides. En dépit de la gravité de la dégradation des têtes de bassin versant et, assez généralement, des zones humides, la plupart des français sont toujours dans l’ignorance vis à vis de ces milieux. Souvent au point de méconnaître ce qui est juste à côté de chez eux et le travail patient de leurs ancêtres - et de n’y voir aucun intérêt. Voire d’approuver majoritairement la poursuite des destructions contre lesquelles a été faite la législation sur l’eau (comme à Saint Gengoux le National et dans sa région *). Même les associations de protection de l’environnement et du patrimoine sont encore nombreuses à ne pas s’intéresser du tout à la question, alors qu’elle concentre la majeure partie des problèmes écologiques.

    Une torpeur si profonde et si répandue est une aubaine pour tous ceux qui veulent poursuivre, comme avant l’évolution législative, les destructions qu’ils imaginent leur être profitables. Le plus troublant est l’inertie des organismes d’Etat en charge de l’application de la nouvelle loi et leur aide à son édulcoration.

    Mais, est-ce bien si étonnant puisque, surtout depuis une soixantaine d’années, les savoirs paysans et le sens du bien commun ont été dévalorisés et ringardisés pour casser la paysannerie et passer les campagnes au laminoir productiviste ? Est-ce si étonnant puisque nous ne sommes encore qu’au début de la prise de conscience des coûts catastrophiques de cette politique **  ? Cela n’a malheureusement rien d’étonnant puisque la reconquête des savoirs perdus n’en est qu’à ses débuts et que la prise de conscience est combattue depuis des dizaines d’années. 

    Dans ce contexte de grande déculturation, d’ignorance des enjeux et de toute puissance des lobbies, les processus électifs habituels de prise de décision ne sont qu’un maquillage démocratique sur le détournement et la destruction du bien commun. L’idée du référendum est donc suspecte d’avoir été inspirée par la certitude que son résultat irait contre l’application de la législation naturellement protectrice de l’écosystème de Notre Dame des Landes.



  • fatallah 24 février 2016 22:26

    @Fergus
    si je lis bien vos commentaire, le résultat sera d’avoir 3 aéroports au lieu de 2 . ... Rationalisation ?



  • fatallah 24 février 2016 12:17

    @njama
    http://anti.circoncision.free.fr/ cette manie de couper les prépuces et cette ignorance qui fait dire que c’est anodin .... Tout le monde en Alpine coupé, et que ça roule !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité