• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ffi

ffi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3290 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ffi ffi 14 octobre 2014 00:42

    Je vous l’ai déjà dit : comme vous prétendez, avec Bakounine, apporter une vérité infaillible, cela revient au même que ce que vous dénoncez, et, en vérité, vous vous dénoncez vous-même...

    De plus, votre offuscation est infantile : c’est inévitable que des gens prétendent dire la vérité alors qu’ils ne font qu’évoquer ce qu’ils croient. Le problème qui se pose est plutôt de savoir déterminer ce qui s’approche le plus de la vérité parmi toutes les affirmations contradictoires.
     
    Comment s’y retrouver ? Je vous l’ai déjà dit : il suffit de confronter ces idées à la réalité, de regarder les fruits de l’application des croyances, puis de comparer entre ce qui est annoncé et ce qui en résulte. Pour ma part, je trouve que les fruits du christianisme, science classique, art classique,..etc sont nettement meilleurs que les fruits de la modernité, avec sa science moderne paradoxale et son art moderne laid. Les fruits du libéralisme, qui propose la prospérité, c’est la faillite. Les fruits du communisme, qui propose l’émancipation, c’est la tyrannie. Quant aux fruits de l’anarchisme, ils sont tout simplement inexistants.

    Pour ma part, ce critère ne me laisse aucun doute quant à ceux qui s’égarent le moins.
    Je n’en cherche même pas l’explication, mon critère est empirique.
     
    Quant à la question de savoir si je me sens en difficulté : je vois bien depuis le début à constater vos sentences définitives, ce qui est preuve de sectarisme, que je ne peux vous convaincre. Je n’ai donc eu qu’à dérouler mes arguments le plus clairement possible, car, en conséquence de votre tournure d’esprit, que j’ai déjà rencontrée, vous ne pouvez éviter d’exploser en rage et insanité, ce qui vous enfonce fatalement aux yeux des lecteurs.
     
    Donc non, je ne me sens pas en difficulté, ce fut très simple et tout droit : il m’a suffit de parfaire ma démonstration et de la rendre la plus claire possible.



  • ffi ffi 13 octobre 2014 12:09

    En quoi y-a-t-il eu débat ? Désolé, mais je ne vois pas.

    Faudrait savoir ce que vous voulez. D’un coté vous dénoncez
    « Ceux qui parlent au nom de Dieu »
     
    Et quand je vous montre que, selon mes définitions, le concept de « Dieu parle »  renvoie au fait de « dire une vérité définitive », et que, par conséquent, quand Bakounine prétend « dire une vérité définitive », il ne fait pas autre chose que de « parler au nom de Dieu », c’est-à-dire ce que vous dénoncez, alors vous me répondez :
     
    "Vous avez tout faux, puisque je ne parle pas en Son nom pour la bonne raison que pour moi, n’existant pas, il n’a rien à nous dire, on ne peux rien dire en son nom !!« 
     
    1° Si Dieu pour vous n’existe pas, pourquoi dénonciez-vous ceux qui parlent en son nom ?
     
    2° Le terme pour désigner la chose, n’est pas la chose : un mot chinois et un mot français peuvent désigner la même chose, n’est-ce pas ? Nous parlons deux langues différentes. Dans mon langage »Parler au nom de Dieu« signifie dans le vôtre, dénué de la notion de Dieu, »prétendre dire une vérité définitive".
     
    Or vous dénoncez donc dans un langage ce que vous acceptez dans l’autre !
    Si ce n’est pas du double-discours...
     
    Désolé de vous le dire, mais vous êtes superficiel et irrationnel,
    vous n’êtes sensible qu’à la forme des choses, et non à leur fond.



  • ffi ffi 12 octobre 2014 22:51

    Si vous trouviez qu’il y a des sophismes dans ma réflexion, qui comporte les 3 points que j’ai rappelé ci-dessus, vous pourriez précisément y pointer les erreurs, me dire, ici, je trouve cette affirmation-ci erronée parce que...etc
     
    Mais vous n’en faites rien, ce qui prouve que votre démarche est illogique et irrationnelle.



  • ffi ffi 12 octobre 2014 18:04

    Je ne vous ai jamais demandé de partager mes vues quant à la définition de Dieu à préférer.

    La discussion montre que vous ne cherchez nullement la compréhension :

    1° vous n’avez pas réfuté cette affirmation, de pure logique, alors que j’ai insisté, et que j’insiste encore :
     
    « Toute théorie induite des faits, est nécessairement frappée de l’imprécision logique issu du raisonnement d’induction, et cela justifie selon moi le recours à la notion de Dieu, en tant que terme indéfini pour englober tout les cas non synthétisés par la théorie.  »
     
    2° Vous n’avez pas non plus réfuté l’argument suivant, de pure logique encore :
     
    Présenter une théorie sans recourir au terme indéfini de Dieu, c’est donc prétendre qu’elle a tout défini, y compris l’indifini, et donc le terme Dieu lui-même, et partant, c’est parler en son nom.
     
    3° Vous n’avez pas non plus réfuté mon critère pour choisir entre les diverses définitions de Dieu qui se proposent à nous :
    On reconnaît la qualité d’une définition de Dieu à la qualité des fruits qu’il produit.
     
    Si vous cherchiez à comprendre, vous opposeriez à ces arguments logiques d’autres arguments logiques, et nous pourrions en discuter. Or, tel n’est pas le cas. Au contraire, vous sautez du coq à l’âne, d’Ockham à Bakounine, de Gaza à Darwin... Ne confondriez-vous la pensée avec un agglomérat de stéréotypes ?
     
    Ne pas répondre à des arguments logiques par des arguments logiques,
    c’est irrationnel.
     
    Mais quoi de plus normal, connaissant votre mythologie ?
    Lutte des égo (libéralisme), lutte des espèces (darwinisme), luttes des classes (marxisme), lutte des races (nazisme) ; dans toutes ces définitions de Dieu, le principe retenu est le même : c’est le conflit qui serait créateur. En christianisme, c’est l’Amour qui est créateur, et ce genre de définition d’un Dieu qui crée par conflit, on appelle cela du satanisme.
     
    Puisque toute mythologie des origines revient à l’homme en conscience de soi, votre âme se fait ainsi à l’image de votre définition de Dieu, conflictuelle. Vous êtes donc en conflit avec tout le monde, parce que telle est votre disposition d’esprit, en conflit avec lui-même, parce que telle est votre mythologie, un conflit perpétuel.
     
    Nos échanges en furent une belle illustration.
    Zéro arguments logiques mais une belle série d’invectives atrabilaires...
     
    Désolé mais je n’y puis rien si vous ne savez pas discuter sereinement et manquez de distanciation. C’est votre religion qui vous fait tel.



  • ffi ffi 12 octobre 2014 01:59

    Je vous ai déjà répondu sur tout les points que vous avez soulevé :
    - Que tout principe soit idéologie ? Bien-sûr, tel est le cas. Un principe, ça oriente les idées, puisque c’est pris en premier (primus captare), puisque c’est à la racine de la pensée... (Et orthographiez correctement « Ockham » SVP).
     
    - Je n’ai personnellement lu ni Spinoza ni Darwin, donc comment voulez-vous que j’analyse leurs similitudes avec Leibniz ? Aurais-je dû évoquer ce que je ne connais pas ? C’est de plus hors-sujet avec ce que j’évoquais au départ. Je vous laisse vos préoccupations qui vous sont propres
     
    - Je n’ai pas pris position sur le conflit Gazaouis/Judéens. Relisez-moi. Dire « Dieu jugera à sa guise », ce n’est pas dire « Dieu a jugé que ».
     
    - Pour le reste, je vous ai expliqué en long et en large ma position :
    Toute théorie induite des faits, est nécessairement frappée de l’imprécision logique issu du raisonnement d’induction, et cela justifie selon moi le recours à la notion de Dieu. 
    C’est ici de la pure logique.
    Mais de cela, vous n’avez pipé mot : cette assertion est-elle vraie ou fausse selon vous ?

    Bakounine reprend la mythologie Darwinienne. Cette mythologie est induite des faits, n’est-ce pas ? Puisqu’il s’agit d’induction, elle ne peut donc pas prétendre à être une vérité absolue, mais est conditionnée à certaines conjectures, et je prétends qu’il faut y adjoindre un « indéfini » qui j’appelle Dieu pour qu’une telle induction puisse prétendre à une validité absolue.

    Or, Bakounine qui reprend la doctrine de Darwin, y omet la notion de Dieu. Et comme il présente la chose comme une résolution valide et définitive de nos origines, c’est donc qu’il prétend qu’il a tout défini, y compris le terme logiquement indéfini : Dieu.
     
    Ainsi, Bakounine présente une définition de Dieu, et cela revient donc à parler au nom de Dieu. 
     
    Comprenez bien que tout jeu de principe évoquant les vérités premières est une définition de la divinité : Ne pas faire usage du concept de Dieu dans ces principes n’est que prétendre connaître Dieu parfaitement, donc le définir, et donc parler en son nom.
     
    Maintenant, nous voici avec toute une série de théories très variées qui parlent au nom de Dieu. Comment choisir entre elles ?
     
    Et bien, je vous ai donné un moyen : D’un point de vue logique, puisque, par le théorème de Gödel, on ne peut pas démontrer la validité d’une théorie en recourant aux principes de cette théorie, il faut sortir du cadre de ces théories pour choisir.
     
    Quoi de mieux alors que de placer sa lunette sur les effets qu’ont engendré les diverses définitions de Dieu qui furent à notre disposition dans l’histoire ? On reconnaît l’arbre à son fruit.
     
    Ainsi, quand je vois les fruits de la définition de Dieu par Darwin, à travers ses diverses productions, le libéralisme, le socialisme, le communisme, le nazisme, le fascisme, le maoïsme, l’anarchisme...etc, avec ce piteux XXème siècle à la clé, puis quand je les compare aux fruits du christianisme, je n’ai aucune hésitation : la définition du Dieu chrétien est manifestement meilleure.
     
    Ainsi, ayant acquis la notion de Dieu par la logique, je suis déiste.
    Mais ayant opté pour sa définition chrétienne, je suis chrétien.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité