• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ffi

ffi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3290 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ffi ffi 4 octobre 2014 15:08

    Trevize :
    Vous avez dit, entre autres : Il y a toujours un reste (qui se trouve dans l’ensemble Dieu de ffi).
    Tout le reste est à l’avenant.

    Vous avez parfaitement compris ce que je voulais dire et ça me fait vraiment plaisir.



  • ffi ffi 4 octobre 2014 15:01

    Que le fruit existe sur l’arbre et soit produit par l’arbre, certes.
    Mais le moyen de se nourrir n’est pas « le fruit posé dans l’arbre », c’est « 
    disposer de ce fruit ».
    Ce moyen n’existe pas tant que le fruit est dans l’arbre.
    Pour produire ce moyen, il faut aller cueillir le fruit, ce qui est du travail.
     
    Dieu vivant en vérité / Dieu mort en réalité.
    Déjà, vous semblez réduire toute objet de connaissance à la matière, ce qui est faux.
     
    Par exemple, la matière n’obéit-elle pas à des lois physiques ? Oui.
    Ces lois sont-elles matérielles ? Non.

    Ces lois immatérielles peuvent-elles être objet de connaissance ? Oui.
     
    La vérité peut donc concerner tant la matérialité que l’immatérialité.
     
    Si Dieu était mort en réalité,
    Alors la matière ne suivrait plus aucune loi.
    Mais la matière suit toujours des lois,
    donc, en réalité,
    Dieu vit.
     
    En fait, vous avez retrouvé, bien que formulé assez étrangement, la conception du monothéisme biblique : Dieu, pur esprit, crée notre réalité hors de lui-même, tout en restant au-dessus du réel, il est surréel. Mais l’on perçoit son action présente sur le réel par les lois que suit la réalité.
     
    Dieu est cet être surréel qui gouverne le réel.



  • ffi ffi 4 octobre 2014 02:39

    Hervé : Ici, la ressource, c’est le moyen de se nourrir, qui n’existe pas tant que vous restez alité à ne rien faire.
     
    Ce moyen de se nourrir n’existera que quand vous tiendrez le fruit dans votre main, à disposition de votre bouche.
     
    Ainsi,
    aller chercher le fruit sur l’arbre

    fait exister, alors qu’il n’y existait pas encore,
    ce fruit dans ma main, me permettant de me nourrir.
    <=>
    travailler
    produit
    la ressource.
     
    Allez en parler aux producteurs de fruits et légumes si vous doutez.
    (je viens de me taper une saison de cueillette, donc je n’en doute pas pour ma part)
     
    Quant à la vérité,
    elle se définit comme une connaissance conforme à la réalité.
     
    Mais si vous dites que Dieu est vivant en vérité,
    et simultanément que Dieu est mort en réalité,
    votre vérité n’est pas conforme à votre réalité,
    et donc vous vous mentez.
     
    Si vous cherchez à ce point Dieu,
    qui sait, priez-le,
    peut-être qu’au détour d’un détail,
    d’une improbable contingence,
    d’un étonnant coup de chance,
    le verrez-vous ?



  • ffi ffi 3 octobre 2014 22:30

    Mach : Ok. J’espère t’avoir fixé quelques idées en matière de logique.
     
    Je peux commencer à commenter le modèle que tu as présenté :

    UN : C’est déjà étrange de considérer la politique comme un face à face clos entre un peuple et sa classe politique, comme sur ton schéma. Il y a un monde extérieur qui peut faire union ou désunion entre le peuple et sa classe politique, c’est selon.
     
    DEUX : La pratique des institutions de contrôle du pouvoir montre que celle-ci finissent toujours par collaborer avec le pouvoir en place (proximité en microcosme, j’imagine). Le parlement pour contrôler le pouvoir exécutif ? C’est de la blague... Loin de le contrôler quelque chose, ces institutions finissent manifestement toujours par participer au pouvoir. Cela étend d’autant la classe politique, et celle-ci doit bien s’alimenter sur la bête (le peuple). Plus la classe politique est étendue, plus elle pèse sur le peuple, moins le peuple peut la contrôler... in fine, les institutions de contrôle ne contrôlent pas le pouvoir, mais le peuple.
     
    TROIS : Non seulement, il y a des nécessités externes à la société, mais il y a encore les nécessités internes à chaque acteur de la société. Par exemple, une habitude est une nécessité interne. Considérer comme normal d’utiliser autrui pour parvenir à ses fins égoïstes (par idéologie utilitariste), en faire un attitude habituelle possible, c’est la destruction assurée du lien social puisqu’un lien social implique une relation de profit mutuel et non une relation de profit unilatéral.
     
    QUATRE : Mais la nécessité interne aux acteurs n’est pas libre de toute déviance. Une attitude immorale fait perdre à celui qui en est accoutumé le moral : au mieux il perd son courage, par dépression, au pire il y perd l’esprit et sombre dans l’illusion... Il n’y a pas le choix, il faut suivre une attitude morale. C’est aussi une loi de nécessité interne.



  • ffi ffi 3 octobre 2014 21:46

    Hervé :
    Produire : I.A) « Faire exister ce qui n’existe pas encore »
    Ressource : I. « 
    Moyen permettant de se tirer d’embarras »
     

    Si, au lit, vous avez faim, le moyen de vous tirer de cet embarras existe-t-il si vous restez alité ?
    Ne vous faudra-t-il pas vous activer pour faire
    exister ce moyen  ?
    Ne vous faudra-t-il pas travailler pour produire cette ressource ?
     
    Ce n’est pas de ma faute si vous n’avez jamais cueilli ni chassé et que vous ignorez le travail que c’est : les fruits ne se ramassent pas tous seuls et le gibier ne vient pas s’offrir sur un plateau, n’est-ce pas ? Pour le reste, votre lien ne marche pas.
     
    JL : je serais direct aussi.
    Les athées appellent vérité leur idéologie,
    et c’est au nom de cette idéologie déifiée qu’ils s’entretuent.
    Bonne soirée.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité