• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gogoRat

gogoRat

citoyen français

 participant à :  http://okidor.free.fr/reflects/
________________
marotte principale pour agir :
Objectif :
  • une reconnaissance officielle d'un égal poids d'expression publique attribué à chaque citoyen-français (ie : en âge d'assumer son expression publique autant que les lois officielles en vigueur).
     ( Chacun pouvant à tout instant réajuster cette expression publique qu'il a la responsablité morale d'assumer personnellement )

    Nota Bene :
     on distingera légitimité morale (d'appréciation individuelle) de légalité officielle (ce qui est procédurièrement licite) et de 'reconnaissance officielle' (qui n'est pas nécessairement caution implicite, mais plutôt prise en compte actée ) !
     
Le contre-pouvoir à mettre en place ? des cahiers de doléances permanents - à faire officialiser !
10000 points permanents de 'reconnaissance officielle' à chaque citoyen
(en fait peu importe le nombre pour peu que ce soit strictemement le même pour chaque électeur)  :
à répartir à tout moment entre des doléances existantes
(par initiatives individuelles antérieures) ou à rédiger de sa propre initiative ... 
 Les doléances ayant recueilli le plus de points devant être traitées en priorité par les détenteurs officiels du Pouvoir : élus ou dictateurs, ils ne pourront pas les ignorer devant le Monde et l'Histoire ...
 
 
 
 esquisse de brainstorming collectif, par ce "framapad"  :
 http://lite3.framapad.org/p/2OVC8AvGrv&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;
( apportez-y vos idées sans même vous inscrire : chaque modification y est archivée en permanence )

___
 présentation globale de KDO
___
un Kdo-fork bien outillé (wiki)
... dans ggouv.fr
+ mindmap
présentation interactive
 
 
 



 
voir , par ailleurs :
démocratie liquide (video : https://www.youtube.com/watch?v=SIbc_xa4ilE ;
 book : démocratie électronique ..
 ou encore cet open source : http://liquidfeedback.org/ 
 et ce MindMap : https://mind42.com/mindmap/b4c7b420-9669-4b79-8212-4a28006c2c26
avec : DOSONS (développement collaboratif) - l'essentiel en 3 points https://docs.google.com/document/pub?id=1jaOewI2pVM3n4qneGl97QNmji6xECUn3JLJL7SNVWus
)
 cf 'révolution permanente' ... 'que l'on poursuit, que l'on traque ... qui vous donne envie de vivre, envie de la suivre ... ' chantait Moustaki : https://youtu.be/fgKEXKwpx0g
 Cette 'révolution permanente' n'est ni une attente de plus d'un 'Grand Soir' , ni ce que d'aucuns (mal instruits, mal renseignés, mal affranchis des poncifs de l'anti-conformisme pré-mâchés encadré par d'autres ...) se croient autorisés à nommer 'anarchie'. Cette attention permanente et incessante aux différences en quête de leurs points de convergences n'est qu'un chemin vers l'avénement d'une vraie démocratie !

Tableau de bord

  • Premier article le 30/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 2156 17
1 mois 0 126 0
5 jours 0 50 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • gogoRat gogoRat 19 septembre 22:18

    @eddofr

     très bien remarqué ...
     mais tout de même la stratégie de l’auteur, qui envisage une contre-réaction déterminée, dans le long terme, de la part de celles et ceux qui auront pris conscience que sans cela ils n’auront bientôt plus grand chose à perdre, cela mérite que l’on s’y attarde !
     
     Les manipulations perverses et cyniques (enseignées dans les écoles de manage-ment ? - pendant que les grouillots se contentent de se faire formater) contribuent largement à ce climat délétère que vous semblez imputer aux seuls employés ! 
     Il suffirait que cela se sache assez largement pour que le qualificatif d’emmerdeur change de camp !



  • gogoRat gogoRat 19 septembre 21:49

    @Systèmicien

    ’une fin de non recevoir car jugé trop récente’ ?
     
     Je vais vous révéler un secret qui peut vous faire gagner du temps.

     Le rejet de cette modernisation des techniques de démocratie, effectivement tout à fait possible et envisageable autant sur les plans technique que économique ou organisationnel, n’est pas imputable seulement à la fonction publique.
     Allez savoir pourquoi ? (syndrome de Stockholm ? masochisme ? larbinage ? fainéantise intellectuelle ? ...) le fait est que autant la majortié des Français que ceux de la fonction publique veulent avant tout écarter toute réelle mise en œuvre d’un quelconque principe qui nous rapprocherait du concept vrai de démocratie !
     La preuve en est qu’ils ne jurent tous que par le mérite, les statuts, les concours, la collégialité, la désignation d’un chef, qui sont en fait les voies de la logique aristocratique (au sens étymologique).
     Ce n’est que par une spéculation hasardeuse et peu reluisante, mêlant hypocrisie, cynisme, vanité, et refus de réfléchir plus avant, qu’ils ont baptisé ’démocratie’ le système aristocratique qu’ils veulent imposer à autrui : qui par procuration (les veautants et les larbins), qui directement (les élus) !
     Le comble de l’ironie, c’est que ces petits (ou grands ?) malins ne se rendent même pas compte du lapsus qu’ils commettent en n’osant pas appeler par son nom le régime aristocratique auquel ils se donnent ! Car en mentant ainsi sur leur vrai objectif aristocratique, s’ils escomptent tromper autrui par le mot ’démocratie’ c’est bien parce qu’ils savent bien que le vrai concept rattaché à ce mot est le seul qui puisse être publiquement et intimement consensuel !



  • gogoRat gogoRat 19 septembre 21:06

    @Armelle

    Mais on se moque bien, dans le cas de la chimère ’pôle emploi’, de savoir qui du public ou du privé arrivera le mieux à prétendre ’accompagner’ des professionnels, souvent aguerris, fort expérimentés, et ayant maintes fois fait leurs preuves, vers un nouveau contrat de subordination !
     
     Pour une fois qu’un supposé ’service public’ avait le prétexte tout désigné de pouvoir écarter les suspicions de situations où les ’accompagnateurs’ seraient ’juges et partie’ ... ses défenseurs n’ont même pas pensé à cet argument : c’est dire s’ils risquent bien d’être tellement corrompus qu’ils en ont oublié jusqu’à la conscience !

     Irait-on-alors, comme dans la cas de la chimère ’notaires du secteur privé(*1)’ vers l’invention d’un statut (*2) supplémentaire pour les ’accompagnateurs du privé’ gérant la clientèle captive des chômeurs du privé obligés par la loi d’en passer par eux ?!

    remarque (*1) :
    la solidarité entre tous les notaires constitue une règle que ne connaît aucune autre profession, où que ce soit, d’où il suit qu’elle est unique au monde.’  smiley ] (cf https://www.notaires.fr/fr/la-responsabilit%C3%A9-et-les-obligations-du-notaire?_ga=2.185442218.2070409901.1505847509-1426314131.1491755169)
     d’où il résulte que le Français non statutaire de base peut toujours faire de beaux rêves sur l’égalité en droit, si jamais il lui arrive un jour de suspecter la qualité du travail de son notaire

    remarque (*2) : par définition, tout bêtement : un statut est le strict opposé d’une égalité en droit !



  • gogoRat gogoRat 19 septembre 20:26

    @JBL1960

     La ’ressemblance’ que vous évoquez ne peut être imaginée que par des pensées complexes ou torturées fort singulières ! Où bien alors par des esprits étroits qui n’auraient encore jamais eu la saine curiosité de lire le célébrissime et très concis, digeste, et même délectable, ouvrage que Bertrand Russell a nommé : ’In praise of idleness’ !
     Conseillons leur vivement de combler au plus vite cette lacune culturelle s’ils espèrent à l’avenir éviter pareille méprise !

     Comment osez envisager :
    « celui qui pratique l’otium ressemble fort, aux fainéants, cyniques et autres extrêmes du Jupiter 1er, non ? »

    eh bien, effectivement, c’est clairement : NON !

     Voila ce que dit Wikipedia du mot ’otium’ :
    "... C’est le temps durant lequel une personne profite du repos pour s’adonner à la méditation, au loisir studieux. C’est aussi le temps de la retraite à l’issue d’une carrière publique ou privée, par opposition à la vie active, à la vie publique. C’est un temps, sporadique ou prolongé, de loisir personnel aux implications intellectuelles, vertueuses ou morales avec l’idée d’éloignement du quotidien, des affaires (negotium), et d’engagement dans des activités valorisant le développement artistique ou intellectuel (éloquence, écriture, philosophie). L’otium revêt une valeur particulière pour les hommes d’affaires, les diplomates, les philosophes ou les poètes.

    Sénèque loue les mérites de l’otium et le considère comme la caractéristique de l’homme vraiment libre, mais en ajoutant qu’il est bon de le consacrer à un rôle social ou politique dans la cité."

     Alors, ôtez-moi d’un doute : imagineriez-vous que notre Jupiter premier puisse nous suspecter de ’loisir studieux’ , d’ activités valorisant le développement artistique ou intellectuel  ?!



  • gogoRat gogoRat 19 septembre 16:36

    Bonne question à l’origine, mais traitée avec un peu trop d’empressement, ce qui conduit à un manque d’ouverture et d’analyse.
     Un seul contre-exemple suffirait par exemple à montrer que vous êtes mal informé, et que l’affirmation suivante est trop rapide :
    "personne ne s’est encore interrogé sur la possibilité technique d’utiliser ce réseau global comme support afin de connecter les citoyens, en temps réel, au système démocratique de leur pays" ?
     >>> allez donc jeter un coup d’oeil aux propositions présentées depuis des lustres dans le ’profil’ de Gogorat ! ...
     
     Cette remarque n’est pas là ni pour vous décourager, ni pour tirer la couverture sur ce Gogorat qui a vocation à rester toujours un avatar anonyme !

     Il est cependant impératif de s’inspirer de l’état de l’art, notamment de l’analyse de la valeur, concernant la méthodologie souhaitable dans la recherche d’une réponse pertinente à un problème donné.
     J’avais retenu qu’il n’est pas conseillé de partir de solutions toutes faites ... comme , disons, une technologie déjà établie de réseaux temps réels ...
     Pour faire court :
     ne saurait-on envisager que des cahiers de doléances temps-réel, asynchrones, permanents, universels ... puissent se passer totalement des réseaux de communications classiques du moment, et rester d’autant plus sécurisés s’ils se contentent de transiter par des clé USB ou ordinateurs individuels déconnectés ? ....

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Fiscalité Scandale






Palmarès