• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jean-michel Bélouve

jean-michel Bélouve


Après une longue carrière de cadre export, d’industriel, puis de fonctionnaire, je consacre une grande partie de ma retraite à écrire. J’ai longuement étudié l’histoire contemporaine, celle du développement durable et du changement climatique. Je publie un livre, disponible à partir du 7 décembre 2009, « La Servitude Climatique, changement climatique, business et politique », un dossier global, abordant l’histoire du changement climatique, la controverse climatique, l’action des médias, l’économie du carbone, les biographies d’Al Gore et de Maurice Strong, la géopolitique du climat et un appel en faveur d’une refondation de l’écologie. ISBN - 978-2-9535632-0-7 . www.belouve.fr

Tableau de bord

  • Premier article le 30/10/2009
  • Modérateur depuis le 09/12/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 17 89 627
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 29 16 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 17 février 2011 19:18

    Vous me donnez des statistiques de production pour dire que le pic de production est atteint. Mais le pic de production, dit encore « pic de Hubbert », du nom de celui qui la créé ce concept, se rapporte aux réserves prouvées du moment rapporté aux réserves initiales des gisements. Il se situe, théoriquement, lorsque la moitié des réserves ont été consommées. La production, elle, dépend du marché, des capacités industrielles d’extraction existantes, et de la politique des producteurs, qui sont, en majorité, des états, en grande partie regroupés dans un cartel, l’OPEP. Donc je maintiens, le pic de production (pic de Hubbert), est différé de 20 à 30 ans en tenant compte des performances de la technologie actuelle (sous la seule réserve que les producteurs aient les capacités financières à mettre en oeuvre ces technologies, ce qui ne sera pas le cas de tous)



  • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 17 février 2011 15:07

    @ epapel,
    1 - En France, il a fallu 13 ans seulement (1973-1986) pour convertir au nucléaire 78% de notre production électrique (et devenir exportateur d’électricité en plus).

    2- En 2007, le pic de production était considéré comme atteint ou sur le point de l’être en tenant compte des technologies utilisées jusqu’alors. Aujourd’hui, les nouvelles techniques (forage horizontal+fractionnement de la roche magasin), permettent de repousser le pic de production de 11 à 20 ans, et le rythme des nouvelles découvertes de gisement ajoutent 9 ans à ce délai, et cela, pour le seul pétrole conventionnel.



  • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 17 février 2011 04:59

    Quel est le coût du laissez-faire ?

    Cette question a fait l’objet de plusieurs tentatives de chiffrage, aux résultats très disparates. La plus célèbre est le Rapport Stern, publié en 2006 à la demande du gouvernement britannique. Ce rapport aboutit à l’estimation d’une perte de PIB de 5% à 20%, à l’échelle mondiale et à l’horizon 2100, sans que l’on sache s’il s’agit d’une perte annuelle ou d’une perte globable cumulée sur 100 ans, le rapport se contredisant lui-même entre le résumé pour les décideurs politiques et l’étude détaillée de 800 pages. Vous pourrez lire bientôt un article que je suis en train de rédiger sur ces sujets.

    La politique européenne actuelle se fonde à la fois sur les rapports du GIEC et sur celui de Stern. Les uns et les autres font l’objet de controverses. Selon qu’on considère ces rapports comme fiables à 100% ou qu’on les estime erronés, la réponse à la question posée diffère. Dans le premier cas, on conclut à des pertes si on se maintient dans une politique « business as usual », dans le second cas, c’est l’intervention publique dans l’économie qui conduit à des pertes.

    Le coût de l’intervention par une politique de « décarbonisation » résolue pèse n’importe comment sur l’économie, et les bénéfices éventuels se situent à long terme, cinq à dix décennies. Chiffrer ces bénéfices futurs éventuels est un exercice très théorique, bien sur, car le futur dépend d’un nombre d’éventualités tel qu’il n’est pas possible de les prendre en compte dans un modèle, ni les recenser.

    Autre aspect à considérer : dans la double hypothèse où les conclusions du GIEC seraient confirmées, et que les solutions actuellement retenues seraient efficaces, c’est à dire permettraient à l’humanité de changer l’évolution du climat, des résultats positifs ne seraient possibles que si tous les pays du monde prenaient effectivement des mesures drastiques, qui auraient un coût élevé, mais qui pourraient peut-être se justifier par les objectifs à long terme. Si l’Europe est seule à réagir, ce qui est le cas présent, et ce qui risque de durer longtemps, alors elle perdra sur les deux tableaux, en s’imposant de lourds sacrifices dans les dix ans à venir, et en subissant les conséquences de l’évolution future du climat dans quelques décennies, malgré ses efforts. Dans ces conditions, il semble préférable de se donner les moyens de réagir ultérieurement aux évolutions du climat, quelles qu’elles soient, ce qui commande d’abord que nous nous assurions une bonne santé économique.

    Quel est le coût de la pénurie énergétique ?

    L’inventaire actuel des ressources de toutes les énergies disponibles ou en cours de développement montre que les potentiels sont globalement suffisants, pour plusieurs décennies avec le bouquet énergétique actuel, et pour des milliers d’années avec l’évolution prévisible du bouquet énergétique en faveur de l’électricité et des innovations dans le domaine de l’énergie. La question critique est celle du pétrole, puisque nombre d’experts pensaient que nous avions atteint le pic de production ou que nous allions l’atteindre très bientôt. Or les développements technologiques récents en matière d’exploration et d’exploitation pétrolière permettent d’accroitre assez considérablement les quantités de pétrole conventionnel dont l’extraction devient possible, et la mise en valeur de quantités considérables de pétrole non conventionnel fait que les approvisionnements sont garantis pour un grand nombre de décennies, même avec une demande croissante (sable bitumineux au Canada et au Vénézuela, dont l’exploitation est déjà rentable, et schistes bitumineux partout dans le monde, rentabilisables sous certaines conditions de prix du marché des carburants). En fait, la pénurie pourrait ne pas provenir d’un manque de ressources pétrolières, mais d’un manque de capitaux, la mise en oeuvre de toutes ces technologies exigeant des capitaux considérables et pouvant se heurter aux limites actuelles des capacités d’investissement des agents économiques. Ces investissements sont rentables, aux prix actuels du pétrole, encore faut-il avoir le capital initial nécessaire.

    Ce qui est sur, c’est que la mise en oeuvre de ces technologies pétrolières sera étalée dans le temps, et que nous dépendons actuellement beaucoup trop de réserves massivement concentrées au Proche Orient. Qu’il survienne des événements tels que guerre régionale, ou arrivée généralisée au pouvoir des pays du Golfe Persique de régimes extrémistes utilisant l’embargo pétrolier, et qu’il en résulte une coupure durable d’approvisionnement en Europe, nous nous retrouverions en plein désastre économique. Le prix de la pénurie est alors dramatique.

    Sinon, le prix de la pénurie ordinaire, c’est l’augmentation du prix du pétrole. A cela, il faut bien s’adapter. Mais on peut limiter ces hausses en développant des produits qui concurrencent le pétrole conventionnel, c’est à dire les pétroles conventionnels, et/ou l’éthanol et les biofuels. Faut-ll que les Etats interviennent dans cette évolution ? faut-il laisser faire les agents économiques ? Libéraux et dirigistes ont des réponses qui diffèrent.



  • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 16 février 2011 19:15

    @ Joletaxi :

    Vous dites : "Ce que vous n’avez pas abordé par contre, c’est que du fait de l’inertie décisionnelle de ces instances, il n’y a aucune possibilité pour remettre en question ces orientations.« 

    Le Paquet Energie Climat, bien que signé de tous les états-membres, n’a pas encore fait l’objet de toutes les dispositions pratiques qui en permettent l’application, entre autres, la répartition des charges entre tous les états. Il devra, en plus, être traduit en textes dans les législations nationales. Donc LA SITUATION EST LOIN D’ETRE DESESPEREE »

    @ epapel

    Tout à fait d’accord avec vous, la politique climatique européenne définie fin 2008 a du plomb dans l’aile, faute à l’impécuniosité des finances publiques, mais aussi aux controverses qui se développent sur le changement climatique, et les perspectives nouvelles qu’offrent de probables ressources nouvelles de pétrole et gaz non conventionnels. Mais mon article est loin d’être obsolète, puisqu’il traite du rapport Accenture-Barclays publié le 2 février dernier. Il faut voir dans ce rapport une tentative forte du lobby bancaire pour faire pression sur des gouvernements qui tendent à diminuer les aides qu’ils accordent au business du risque climatique.



  • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 15 décembre 2010 12:10

    Non, pas de mise à jour de « la Servitude Climatique » en vue. Le livre pose un diagnostic qui reste à jour. Peut-être un autre ouvrage plus centré sur la géopolitique et élargissant le débat sur l’évolution de la société globale en général. Je vois en effet de grandes similitudes entre le changement climatique et d’autres grands chantiers des négociations multilatérales, avec leurs mensonges, leurs manipulations, et leur inefficacité, pour ne pas dire leur nocivité : une vision pas très optimiste de l’avenir, hélas.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès



Agoravox.tv