• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

krolik

krolik

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1574 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • krolik krolik 4 janvier 2012 22:32

    Marc Viot a raison ???? C’est à voir de plus près.

    Concernant le coût des mesures proposées de 10 G€ par l’ASN sur 10 ans pour la « robustesse » du nucléaire, je les compare au chiffre d’affaire  de la production nucléaire de 160 G€ sur la même durée. Il s’agit donc  d’une augmentation de 6%, ce qui me paraît tout à fait supportable  (d’autant plus que le prix de vente au particulier est environ deux fois  plus élevé que le prix à la production ; l’augmentation ne serait alors que  de 3%).

     

    D’un autre côté on peut estimer le surcoût du programme Grenelle  pour l’éolien et le PV. Ces énergies ne permettent pas de diminuer le  nombre de réacteurs car ceux ci sont nécessaires pour faire face aux  périodes sans vent et (ou) sans soleil.

    Les ENR permettent seulement de diminuer les  dépenses de combustibles des réacteurs, soit environ 4€/MWh.
    L’achat de courant éolien à 82€/MWh coûte, en fait, 78 €/MWh. Pour un parc  de 25 GW qui produirait environ 55 TWh pour un surcoût en fin de programme de d’environ 4 G€/an.

    Pour le PV, avec 5 GW installé une production de 5  TWh on devrait payer un surcoût de 2,5 G€, soit un total de 7,5 G€ à  comparer au CA nucléaire (je me limite à celui là pour la simplicité du  raisonnement) on a donc une augmentation de 7,5/16=0,46 soit 46%.....

    Donc Marc Viot a tort.

    @+



  • krolik krolik 4 janvier 2012 14:53

    @ snow62fr

    Le chiffre de 4000 morts que vous annoncez est celui max qui pourrait avoir une conséquence en cinquante ans sur l’Europe entière.. autrement dit complètement invisible dans la statistique. Il y a déjà 1000 morts par rien qu’en France dues aux particules en suspension dans l’air.. ces 1000 morts sont bien acceptés et l’on continue joyeusement à se servir de sa voiture. Pour la voiture on est prêt à faire tous les sacrifices, mais pour l’électricité .. non.. deux poids deux mesures.

    @+



  • krolik krolik 4 janvier 2012 00:03

    Magnon, ne vous désolez pas.

    L’auteur, Viot, ne sachant plus quoi dire est allé cherché son copain Pascal Martin, plutôt dans le style « bo-bo-littéraire » pour cloturer le débat qui n’a pas eu lieu d’ailleurs.

    Pascal martin s’est incrit sur AV simplement pour venir répondre à un fil qui était sorti de la page quotidienne d’AV..

    Mais nous écrivons pour les « taiseux »(ceux qui n’écrivent pas et qui viennent simplement lire, pas question de vouloir faire modifier la position des antinucs viscéraux.

    Les antinucs se décrédibilisent eux-mêmes vis à vis des « taiseux ».

    De ce point de vue les échanges sur ce fil ont été un « must ».

    @+



  • krolik krolik 3 janvier 2012 10:18

    @ L’auteur

    Mais vous, vous êtes allé en Ukraine après Tchernobyl ? Vous avez essayé de voir les dégats réels, et essayé de comprendre la société soviétique ?? Vous avez publié votre expérience pratique quelque part.

    Perso j’y ai passé des années, d’ailleurs j’étais le seul Occidental à participer au premier congrès de « Union Tchernobyl » en Novembre 1990 à Kiev, le regroupement des « liquidateurs ».

    Le thème du congrès ne portait pas du tout sur la santé des liquidateurs, mais sur leur demande insistante auprès des autorités d’avoir le droit d’importer de l’Occident de la vodka en exonération de taxe !!!
    C’était l’époque où l’on ne trouvait vraiment plus rien dans les magasins, rien dans les restaurants..rien.. et même la vodka était devenue rare face à la demande qui augmentait.
    De fait ils ont effectivement obtenu ce droit, l’année d’après au moins dans l’Ukraine indépendante, droit qui a perduré pendant au moins 5 ans avant d’être retiré.
    Lorque l’on demandait aux organisateurs s’ils tenaient un fichier des liquidateurs pour pouvoir faire un suivi.. Non ce n’est pas la peine.. !!!
    La détresse était partout dans les rues et les campagnes de l’URSS, et bien au-delà de Tchernobyl.

    Je vous mets ici le « pin’s » du congrès : Il représente un arbre de la zone de Tchernobyl. Cet arbre à la forme très particulière d’une fourche avait servi pendant la guerre aux Nazis comme potence !! Ca exécutait ferme en Ukraine !
    Mais lors de l’explosion de Tchernobyl, les gaz chauds s’écoulant du récteur dans les premières heures avait cuit l’arbre et l’arbre était mort !
    Et les liquidateurs de dire :
    - Les Nazis se sont servis de l’arbre, mais les Communistes l’ont tué.
    Enfin la grave atteinte écologique.

    Donc vos expériences équivalentes sur « le terrain » ? Vous qui voulez afficher le « monopole de l’écoute » .

    @+



  • krolik krolik 3 janvier 2012 01:38

    Il y a effectivement eu une épidémie de cancers de la thyroïde, épidémie qui a touché des enfants de moins de 17 ans et à 80% de moins de 5 ans. Et il y a eu 8 morts, le cancer de la thyroïde est heureusement traitable et les taux de mortalité n’ont rien à voir avec un cancer primaire du poumon.

    D’une façon générale les Soviets avaient arrêté de mettre de l’iode dans le sel de cuisine depuis 1973, et 40% de la population souffrait antérieurement de désordres thyroïdiens !!

    Le sel de cuisine utilisé était du sel gemme qui ne comporte pas d’iode, car ils n’avaient pas de marais salant, le seul endroit possible pour un marais salant était l’isthme de Kerch près de la crimée, mais là ils avaient installé une usine d’extraction de brome pour des fins militaires, ce qui avait créé une énorme pollution.. enfin c’était les conneries de l’URSS..

    Phénomène bien connu par les « crétins du Valais » ou « crétins des Alpes ». Ce sont les Kiwanis qui ont réglé ce problème ensuite. Mais localement près du réacteur éventré les habitants ont pris non seulement de l’iode 131, mais aussi des iodes 132-133-134-135 à durée de vie beaucoup plus courte que le 131 donc à radioactivité beaucoup plus grande.

    Il est à noter que ces iodes très radioactifs avaient disparu dans les quelques jours après l’accident et qu’il n’y en avait plus dans le « nuage » arrivant en France.. Donc les problèmes en Corse...Enfin la Justice a tranché sur ce problème par le non-lieu sur Pellerin.

    Les habitants de Fukushima eux n’ont pas de déficit en iode du fait qu’ils habitent près de la mer et mangent des poissons et crustacés ce qui a tendance à saturer les thyroïdes.

     

    @+

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité