• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

krolik

krolik

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1574 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • krolik krolik 17 février 2012 11:34

    @theproxy.

    Visiblement vous ne connaissez pas les conditions d’application de la relation linéaire sans seuil..

    J’en ai fait l’explication maintes fois, vous devriez chercher un peu..

    @+



  • krolik krolik 17 février 2012 09:44

    Je faisais référence à la conférence de Bernard Cazneuve mardi 14 Février.. qui reflète la position du candidat socialiste très officiellement, et conférernce à laquelle j’ai assisté.

    Donc c’est de l’info toute à jour et pas de la ruminance..

    Hollande s’assoit sur l’accord PS-EELV

    @+



  • krolik krolik 17 février 2012 00:22

    Hollande est dans la continuité de Lionel Jospin.

    L’objectif de François Hollande de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité en France passera par une mise en oeuvre pragmatique, a déclaré mardi 14 Février Bernard Cazeneuve, porte-parole du candidat socialiste à l’élection présidentielle.
     Hollande et son équipe souhaitaient poursuivre les recherches sur la génération 4. Le prototype ASTRID a été évoqué explicitement pour dire que le projet serait poursuivi.

    @+

    Je vous rapelle une vérité de base déjà passée ici, et qui se confirmait donc à la conférence de mardi :

     En ce qui concerne le développement d’Astrid il faut rappeler le JO du 13 Mai 1999 dans lequel Lionel Jospin rpon à Alain Peyrefitte sur le « pourquoi » SPX a-t-il été cassé ?
    Voici in-extenso le texte :

    Abandon du surgénérateur Superphénix

    16396. - 13 mai 1999. - M. Alain Peyrefitte rappelle à M. le Premier ministre les termes de sa question n° 3728 qui n’a toujours pas obtenu de réponse à ce jour.

    Réponse. - L’honorable parlementaire attire l’attention du Premier ministre sur l’arrêt du surgénérateur « Superphénix ». Conformément à ses engagements politiques, et en particulier à ceux pris par le Premier ministre lors de la campagne législative, le Gouvernement a en effet décidé le 2 février 1998 l’abandon de Superphénix, prototype lancé dans les années 70, dans un contexte de pénurie d’énergie et de faiblesse estimée de ressources en uranium. Cette centrale est désormais inadaptée au contexte actuel. En outre, ce prototype, qui constituait un saut technologique considérable, a été difficile à maîtriser et a coûté beaucoup plus cher que prévu. Il ne peut en l’état constituer un modèle à répliquer à l’identique dans un programme d’équipement en surgénérateur. Pour autant, Superphénix représente une technologie très riche, développée par des personnels particulièrement motivés et performants, qui ont montré que la France savait mettre au point des équipements technologiques innovants de très haut niveau. Il faudra tirer profit de l’expérience accumulée et poursuivre les recherches dans le domaine des réacteurs à neutrons rapides pour l’avenir à plus long terme. Lorsque le Gouvernement a pris la décision d’arrêter Superphénix, le réacteur était à l’arrêt, le Conseil d’État ayant annulé le décret autorisant son fonctionnement. Le précédent Gouvernement n’avait pas signé le décret autorisant Superphénix à redémarrer en tant que centrale de production électrique ; de plus un rapport de la Cour des comptes stigmatisait son coût global. Le Gouvernement a donc décidé que Superphénix ne redémarrerait pas, même pour une durée limitée. Pour autant, les opérations de démantèlement dureront plusieurs années et seront à la charge d’EDF. Le Gouvernement entend mettre à profit l’expérience qui sera acquise lors de ce démantèlement, en vue de celui des centrales classiques. Par ailleurs, le Gouvernement a confirmé la poursuite des recherches sur la transmutation, de manière à fournir au Parlement les moyens de prendre des décisions sur l’aval du cycle 2006. À court terme, les programmes de recherche nécessaires pour le respect de la loi de 1991 ont été orientés sur Phénix, réacteur de taille plus petite mais conçu dès le départ à des fins de recherche. Phénix est particulièrement souple pour l’expérimentation, du fait notamment de la brièveté du cycle, et permet de disposer d’une instrumentation adaptée aux études expérimentales. Sa montée en puissance a été décidée en 1998, après avis favorable de l’autorité de sûreté. Comme suite à une première campagne d’essais, ce réacteur fait actuellement l’objet de travaux de jouvence afin de pouvoir répondre aux programmes de recherche jusqu’en 2004.

    Notes pour faciliter la lecture de la réponse du Premier ministre :

    · 1.- près de 2 ans se sont écoulés entre la question " pourquoi voulez-vous casser Superphénix ? " et la réponse,

    2.- la question a été posée avant la prise de décision officielle, la réponse a été apportée après la décision,

    3.- le Premier Ministre se réfère seulement à sa promesse électorale, il ne fait nullement état de dangers pour la santé publique, ni de risques pour les populations, l’environnement ou les travailleurs et ne met pas en cause la sûreté des installations de Superphénix ni l’excellence des choix technologiques, ni la qualité des techniciens auxquels il adresse ses félicitations,

    4.- le Premier ministre ne critique pas la rentabilité de l’exploitation, mais uniquement le montant des dépenses
    5. Le Premier Ministre est d’accord pour continuer les études... qui déboucheront sur la génération 4. Le futur ayant la propriété de devenir le présent... nous y arrivons conformément à la demande de Lionel Jospin.

    La Gauche et la Droite sont d’accord pour les surgénérateurs suivants, l’affaire est entendue depuis 13 ans  !

    @+



  • krolik krolik 12 février 2012 15:19

    Oui, tout à fait.

    En vertu de la « solidarité européenne ».

    Mais c’est une histoire assez incroyable, ininventable, je trouve.

    @+



  • krolik krolik 11 février 2012 01:58

    La guerre des Malouines en 1982 a eu des conséquences ignorées, largement au-dela de l’Atlantique -Sud.

    la France avait vendu des exocets (misile de fabrication française) à l’Argentine... et avec un exocet le Sheffield a été coulé, apparemment ils avaient oublié de mettre en route le brouilleur, les leurres..la faute ..

    A cette époque il y avait les premiers essais en mer d’un sous-marin nucléaire d’attaque. Il plongeait pendant 6 heures et refaisait surface.. et là le pacha recevait les nouvelles.. Et il fut informé que le Sheffield avait été coulé par un exocet.. A ce moment le pacha du sous-marin pris le Jane’sDefence naval , et au feutre rouge fit une cfroix sur la silhouette du dit Sheffield.

    Ensuite, cette parole définitive : Champagne pour tout le monde !

    les pontons de Southampton, Bizerte, etc... ont laissé quelques traces dans notre « Royale ».

    Mais à la suite de ce succès, des Argentins sont venus en France pour acheter d’autres exocets.. Là ce fut un Niet, solidarité européenne.. pas question d’en livrer d’autres aux Argentins.

    Mais si vous ne voulez pas nous en vendre où pourrait-on en acheter ?

    Et bien on en a vendu à Saddam Hussein en Irak, vous pouvez lui demander.

    Et les Argentins d’aller à Damas..

    Effectivement nous avions des exocets, mais pendant la guerre avec l’Iran, une contre-attaque.. et les exocets sont passés en Iran.

    Et les Argentins décidés, en faisant trois tours d’avion sont arrivés à Téhéran.

    Et là aussi, un problème.. Oui nous avions trois exocets, mais nous ne les avons plus..

    Et la mission des Argentins s’est arrêtée là.

    Mais l’histoire avait eu une suite. de fait les Iraniens avaient récupéré trois exocets. Et un gars avait voulu comprendre le fonctionnement de ce missile, et il avait commencé à vouloir l’ouvrir.. saf que ces missiles étaient en position auto-protégée.. Et poum l’exocet a sauté..

    A ce moment un deuxième type est arrivé et a dit : J’ai compris, je vais ouvrir le second.. Et poum le deuxième type est parti en fumée..A ce moment les Iraniens ont compris qu’ils ne pouvaient rien tirer de ces missiles. Alors un gentil ambassadeur d’URSS à Téhéran a proposé un échange dee matériel. le troisième et dernier exocet était donc arrivé en URSS. Là les Soviets ont réussi à l’ouvrir.

    Des années plus tard j’ai rencontré un physicien russes qui avait expertisé le système autodirecteur infrarouge.. C’est lui qui m’a raconté la fin de cette histoire. Il avait trouvé que le système était très remarquable..Et ils avaient développé un système laser à éblouir les exocet, ou tout au moins à saturer l’autodirecteur... mais je ne vais donner les détails, ce serait trop long et cela ne serait que de la physique.

    @+

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité