• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

l'Ane Artiste

l’Ane Artiste

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 16/03/2013
  • Modérateur depuis le 10/03/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 230 136
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 10 9 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 5 décembre 2018 10:00

    @Cateaufoncel3

    Si le bien commun est une « pure abstraction » alors la planète sur laquelle nous vivons en est une également.

    Pour aller bosser je me déplace en voiture (j’habite à la « campagne »), depuis quelques années j’ai vu se multiplier les aires de covoiturage. Ce genre d’initiative n’est-elle pas une manière de mettre en commun un véhicule (donc un bien) afin de faire quelques économies sur le coût du transport ? Et, par la même occasion, de faire modestement un geste citoyen envers la planète, ce bien commun ?

    Si je réagis comme un économiste d’état, force est de constater que les recettes s’en trouveront fortement diminuées. En effet, en optimisant au maximum, à la place de quatre voitures sur les routes il n’en reste plus qu’une. Donc moins d’infractions au code de la route et donc moins de consommation de carburant fortement taxé.

    Comment je réagirais à la place de l’état ? De manière simple pour ne pas dire simpliste. Je diminue la vitesse sur les routes sous le prétexte fallacieux de diminuer le nombre de morts (allant même jusqu’à faire des publicités mensongères) et ainsi j’augmente donc mes chances de récupérer facilement du fric. Puis, dans un second temps j’augmente la taxe sur le carburant. En caricaturant un peu, cela reviendrait à dire : « ce que je ne peux pas te piquer dans une poche, je te le piquerai dans une autre et tu fermes ta gueule parce que c’est moi qui commande ».

    Les français qui ne sont pas aussi cons que le pense notre jeune président, ont bien compris l’arnaque d’autant que cette surtaxe n’est pas faite pour notre bien commun (19% de la recette pour la transition énergétique ? Quelle fumisterie !).

    Mais sinon oui, il y a bien deux philosophies concernant ce que peut-être le « bien commun ». Celle effectivement du libertarien qui ne veut que ton bien et celle de l’écolo qui ne veut pas en être dépossédé parce qu’il préfère le partager avec des personnes qui pensent comme lui.



  • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 4 décembre 2018 20:51

    @Cyrus
    Bonsoir Cyrus,

    Désolé mais au vu des commentaires qu’il a postés à l’endroit de Sophie F, il fait preuve au contraire d’un manque cruel de finesse.

    Mais comme il a eu la délicatesse de mettre en lien le petit livre qu’il critique copieusement, je ne peux que te conseiller de le lire. Le chapitre 6 (page 30 du PDF) est particulièrement d’actualité puisqu’il concerne la question de l’environnement et par conséquent de l’écologie.

    Ah, mais suis-je bête ! J’allais oublié que ce bouquin n’était adressé qu’à des petits bourgeois loin des préoccupations du bas peuple.
    Et c’est pour cela que l’auteur se permet d’ironiser ?

    Quand à l’affrontement, il est malheureusement inévitable parce que le bien commun n’est plus que dans les mains de quelques uns.

    Bien à toi



  • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 4 décembre 2018 18:45

    @Amaury Grandgil
    Tourné en dérision ? Bah, dommage que tu ais raté le titre de ton article. Tu aurais dû l’intitulé :
    « L’insurrection En Marche » 



  • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 30 novembre 2018 14:46

    Aller, histoire de jeter un peu de gaz-oil surtaxé sur le feu.

    Dans la bien nommée émission « C dans l’air » du 29/11, on peut admirer un petit reportage ou l’on découvre que le gouvernement jupitérien a envoyé son messager « En Marche », le député Bruno Bonnell rencontrer, sur un rond point de province, quelques gilets jaunes afin d’écouter leurs doléances mais surtout, surtout, afin de défendre les choix du gouvernement et faire bien entendu de la pé-da-go-gie.

    Ah la pédagogie ! C’est bien la seul vraie chose qui nous manque en France.

    Il est peut-être bon de rappeler brièvement qui est ce personnage. C’est un entrepreneur ex-président des sociétés Infogrames et Atari et président depuis 2007 de la société Robopolis. Proche de Gérard Collomb, il se présente aux législatives de 2017 sous la bannière LREM. Il ne cumule pas les mandats, mais les fonctions ! Et par conséquent... les salaires.

    Elles sont vraiment dures les fins de mois !

    Monsieur « J’ai deux bras droits* » a également joué le rôle du « patron » dans l’émission de télé-réalité « The apprentice - qui décrochera le job » version française de l’émission américaine animée par un certain Donald Trump. Faut-il rappeler vite fait le pitch ? 14 jeunes loups se confrontent avec acharnement, un seul doit triompher pour décrocher le job dans l’entreprise de Mr Bonnell. Malheureusement l’émission ne connut pas le succès espéré et faute de téléspectateurs M6 la retira au bout du 3ème épisode.

    Il va de soit qu’avec un pareil émissaire idéologue la parole de la France profonde sera surement entendu !

    « La fin prochaine d’un mal ne me consolera jamais d’avoir à le subir dans l’immédiat. »

    Raoul Vaneigem in « Traité de savoir vivre à l’usage des jeunes générations »

    * Face aux 14 candidats, les deux collaborateurs accompagnant Bruno Bonnell étaient présentés ainsi : « Je vous présente mes deux bras droits, Mme ? et Mr ?... »



  • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 13 novembre 2016 10:31

    "Lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."
    C’était en effet l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme de 1793

    Aujourd’hui l’article 35 est :
    [...] Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote.[...]
     smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès