• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Loatse

Loatse

 
...
 
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 05/03/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 4515 44
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Loatse Loatse 28 octobre 2021 14:33

    @mmbbb

    Normaaal, on a été privés de culottes des mois durant.. entre autres produits dits non essentiels, comme les chaussettes, les pyjamas, chaussons et j’en passe...

    des choses dont la durée de vie est dorénavant tellement limitée qu’au bout de six mois, soit on renouvelle soit on se retrouve à porter des guenilles..

    et puis oui, il y a ceux pour qui le shopping c’est un mode de vie.. un moyen d’accéder au bonheur, de satisfaire son ego, de se sentir exister...

    puis ceux qui veulent retrouver une vie « normale » ou se trouvent leurs repères. l’atmosphère des grands magasins, les effluves de parfums, la proximité perdue des mois durant..

    que sais je ?



  • Loatse Loatse 28 octobre 2021 14:18

    Pendant ce temps, ce temps des « cop » (et des copains d’abord ?), de richissimes vieux gamins se promènent dans l’espace, ce dont on pourrait se réjouir pour eux, si ce n’est que chaque voyage pollue plus que des millions d’automobiles..

    Les chefs d’états, ministres, membres d’ong diverses chefs d’entreprises continuent à sillonner incessamment la planète — parfois en avion privé — alors qu’il est aujourd’hui possible de négocier et conclure des marchés, accords en visio conférence !

    Quand à la tendance à se faire livrer à domicile tout et n’importe quoi (nourriture, vêtements, livres) via internet, c’est une catastrophe écologique ! 

    Pendant ce temps là, des crétins comme moi, plein de bonne volonté et de naiveté je pense, font leurs courses au marché en produits locaux pour soutenir les producteurs du coin, trient plastiques, verres, cartons et papiers afin d’éviter le gaspillage de matières premières

    lesquels recyclés serviront à emballer les merdouilles commandées via le net, (fabriquées par les chinois donc loin), par les faignasses partisans du moindre effort..

    Lesquels voteront Zemmour, avant de se faire livrer des sushis par Mamoutou, qui aura pedalé comme un dingue pour un salaire de misère afin les leur apporter vite, vite, vite et ce au moindre coût...

    Sysiphe je me sens là.... Ce monde me semble absurde, illogique, et rempli d’injustice..

    suis je la seule à penser comme cela et à m’en émouvoir ????



  • Loatse Loatse 28 octobre 2021 13:23

    Bonjour Rosemar

    Les chinois activent leurs centrales à charbon si j’ai bien compris pour combler leurs besoins croissants en electricité..

    C’est qu’il en faut pour faire tourner l’usine du monde !

    Chose cocasse ; l’autre jour en me promenant sur le marché, j’ai découvert qu’il s’y trouvaient non plus un mais deux marchands de vêtements d’occasion (de la marque, de la belle qualité le plus souvent, vendus 3 fois rien) le plus souvent en très bon etat.

    Je crois bien que les gens sont las de se vêtir de produits bon marché fins comme du papier à cigarette et aussi fragile, en provenance ou de ce pays, ou des usines des mêmes, implantées en italie)

    La Chine, je la vois comme un géant aux pieds d’argile.. et ce d’autant plus qu’un mouvement s’amorce en europe : celui du rejet du consumérisme effrené. non seulement issu d’une prise de conscience collective écologique, mais aussi dûe à la paupérisation de nos sociétés, devenue non auto suffisantes, donc non productives. (au point de manquer de masques et d’antalgiques au plus fort de l’épidémie)

    Personnellement j’ai du mal à comprendre le pourquoi de cette mondialisation qui engendre une pollution monstre en faisant venir de l’autre bout de la planète des porte containers géants remplis que chose que NOUS SAVONS ET POUVONS PRODUIRE !

    Ces flux incessants sont en totale contradiction avec une politique (qui se veut mondiale) visant à réduire les gaz à effets de serre, focalisée sur le bilan carbone et le réchauffement climatique. (suite..)



  • Loatse Loatse 26 octobre 2021 13:56

    @Bernard Dugué

    c’est ce dont je parlais récemment : des difficultés rencontrees pour honorer nos rendez vous à l ’hopital..

    Il faut tout d’abord prendre rendez vous chez son généraliste, obtenir une prescription pour un VSL puis un autre pour un test PCR.. (sauf à payer 40 euros de sa poche si oubli de prescription)

    Ensuite prendre rendez vous au labo, s’y rendre (ce qui est possible si vous êtes valide et n’habitez pas loin)

    Ensuite y retourner chercher les résultats...

    et enfin se rendre à son rendez vous à l’hopital muni du précieux sésame, le tout dans le laps de temps imparti avant péremption dudit sésame..

    Isolé et pas valide ou très affaibli, c’est le parcours du combattant !



  • Loatse Loatse 8 octobre 2021 11:15

    J’ai sans doute été un mauvais parent. Refusant de « trainer de force chez le psy », mon jeune adulte qui n’en voyait pas la nécessité et ne considérait pas comme « anormal » ni même dommageable pour lui, de roupiller jusqu’à midi plutôt que d’enchainer école, diplôme, vie professionnelle ou formation et ce, sans acoup ni période de « flottement »...

    D’indécision serait le mot qui convient le plus.

    Il n’y avait pas d’idées noires qui flottaient dans ce jeune crane. Pas d’idées du tout (de ce qu’il allait faire de sa vie) voilà ce qui définissait son état. L’appétit était tout de même au rendez vous lui (c’est déjà ca me disais je)

    Non adepte de la méthode « coup de pied au cul » (quoique..), j’ai alors opté pour ma méthode, celle de la simulation.

    avec quelques ratés au début... tels que :

    La ballade du dimanche après midi en famille, qui, par hasard, nous amenait du coté de ce champ ou était exposé toutes sortes de véhicules de l’armée de terre, dans lesquels nos jeunes démotivés étaient invités à grimper...

    L’accueil chaleureux des collègues et du patron dans l’entreprise paternelle (commercial, c’est sympa comme métier ! semblait exprimée la mine réjouie des anciens briefés pour l’occasion

    Parfois une petite lueur d’intérêt semblait poindre, un zeste de dialogue, une réflexion semblait s’amorcer puis faire « spuittttt ! » tel un pétard mouillé quelques heures plus tard.

    C’est alors que me vint une idée lumineuse (qui le fit beaucoup râler, mais bon).. J’empruntai le gros chien d’un ami, très affectueux (le chien et l’ami) très joueur (le chien), que je ramenais chaque matin à heure raisonnable (9 heures) des courses.

    Bruits de papattes qui courent dans l’appartement (prévoir baballe), jappements (de joie) puis entrée de la thérapie cognitive à poils  en mode frotte-toi au reel ou plutôt l’inverse) dans l’antre du dormeur sous divers prétextes (j’ai fait du café, tu en veux ? Tu n’as pas trop chaud ?)...

    Après plusieur jours (en fait une bonne dizaine) de ce régime à base de léchouille, calins, tirage de couvertures (cet humain semble vouloir jouer à cache cache devait se dire le joyeux animal), se produisit la réaction tant espérée de retour à la motivation (même si celle ci s’avérait être d’évitement d’un réveil pas vraiment dans les normes je dois l’avouer)

    Bon, je crois bien ne rien avoir inventé. Des années plus tard, j’ai découvert dans le livre de david servan shreiber (guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments) que le contact humain animal faisait partie de son approche thérapeutique de divers maux tel que le malaise existentiel aujourd’hui largement médicalisé..

    Des années plus tard, il nous arrive de parler de ma « méthode » (c’était tout de même space ! conclut invariablement mon fiston. J’approuve.... me retenant toutefois de rire au souvenir d’une grosse langue rose léchouillant avec enthousiasme, ce qui débordait du « cocon » (une joue, un front)

    On fait comme on peut... avec les moyens du bord, heing ! ;)

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Politique Tribune Libre

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité