• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Loatse

Loatse

 
...
 
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 05/03/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 3973 44
1 mois 0 13 0
5 jours 0 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Loatse Loatse 14 janvier 10:17

    Ca coute trois fois rien, l’or alimentaire en feuilles.

    .

    La feuille d’or est généralement utilisée pour décorer les chocolats, les macarons, les gâteaux au chocolat, les entremets tels l’Opéra...

    Les amateurs de bonnes patisseries, en ont déjà mangé...

    25 feuilles (22 carats) 8cmX8cm coute 40 euros.. (moinsse si vous êtes un professionnel j’imagine)

    Quelques « copeaux » sur un « opéra » ne coute rien pratiquement... sur une cotelette tout dépend le nombre de feuilles utilisées, ca doit valoir 5 euros à tout casser pour recouvrir une viande..


    Moins cher que quelques oeufs de caviar sur un oeuf mimosa...


    mais ca fait de l’effet !


    et pi de toute façon, il fait ce qu’il veut de ses sous, merdalors !




  • Loatse Loatse 10 janvier 15:21

     c’est une énorme responsabilité pour ceux qui devront prendre une décision dans un sens comme dans l’autre dans l’intérêt de cet homme...

    Toutefois sur le net, si les avis divergent, tous en en commun (à part ceux qui ne prennent en compte que l’aspect financier) d’exprimer de la compassion pour le sort de Vincent lambert, et de désirer que lui soit épargné toute forme de souffrance..

    Etant privé de par son état quasi végétatif, de toute possibilité d’exprimer son libre arbitre, son devenir et peut être celui de patients dans un état similaire un jugement rendu qui sait, pouvant faire jurisprudence en la matière  ne lui appartient plus...

    Certains tendent à croire qu’il existe encore en lui une capacité de faire preuve de volonté (et donc de vouloir vivre même lourdement handicapé), or, qui dit volonté dit aussi ressentis, ne serait ce qu’émotionnellement), d’autres qu’il n’habite plus son corps réduit à l’état végétatif, et que sa vie se résume à des automatismes, bref qu’il ne serait qu’un assemblage d’organe fonctionnant tant qu’une source d’énergie leur est administrée...

    Mais dans ce deuxième cas se pose aussi la question de savoir si cet état (à condition qu’il n’engendre ni souffrances physiques, ni psychologiques intenses auxquelles nous ne pourrions ni remédier ni prévenir) ouvre encore le droit à la vie...(avec les soins que celui ci requiert)... et si notre définition de la Vie n’est pas limitée à nos connaissances en la matière, soit incomplète... réductrice.

     beaucoup d’entre nous craignent également que nous en venions petit à petit sous couvert de dignité, de droits de l’homme

    à éliminer euh pardon euthanasier tous ceux qui pourraient présenter une charge pour nos sociétés : les vieillards souffrant de sénilité, les très lourdement handicapés, les déficients mentaux légers ou plus lourdement... et qui en l’occurence ne pourraient exercer leur libre arbitre du fait de leurs pathologies..

    Aurions nous perdu confiance en ceux qui sont censés nous protéger de ces possibles dérives... ?

    Pourquoi priver particulièrement cet homme, de ce dont bénéficient ceux qui sont dans le même état à moins me suis je demandée, le rendre d’apparence moins humaine à nos yeux qu’ un homme qui serait promené au soleil dans un jardin en chaise roulante, massé, stimulé ? En faire un symbole (mais de quel enjeu ?)

    que des questions qui à ce jour restent sans réponses... mais un certain malaise demeure..



  • Loatse Loatse 9 janvier 14:32

    Dans la nuit du 1 au 2 janvier, le porte-conteneurs MSC Zoe a subi une drôle de mésaventure. Subissant de violentes rafales de vents à la frontière maritime entre l’allemagne et les pays bas, 270 conteneurs sont tombés à l’eau...

    Une enquête fut menée, sur la base de témoignages ainsi que d’images provenant de caméras de vidéo surveillance à bord...

    On y voit et entend un homme d’équipage, francophone (d’après les témoins), en pleine lecture d’un article d’un média francais, signé d’un certain « c’est nabum »...

    « Vous n’y échapperez pas ! » s’exclame tout en riant le marin (semblant s’adresser aux conteneurs de chaussures qui lui faisaient face) « taxés vous serez et pas qu’un peu ; les godillots ! »

    C’est alors que le vent se leva, soufflant jusqu’à se transformer en tempête, tandis que des vagues submergèrent le pont... rompant par leur violence hors du commun les chaines qui tenaient solidaires une partie de la cargaison...

    Bottes, tongs et ballerines avaient pris au sens propres comme au figuré le large, semblant vouloir fuir le triste sort qui les attendaient ; Ne plus trouver pied à sa chaussure...

    Echoués sur une plage, ceux ci firent pourtant des heureux...

    .....quoiqu’il fut difficile dans ce naufrage, de distinguer la gauche de la droite...



  • Loatse Loatse 9 janvier 12:34

    Cela a commencé à se faire ressentir dans les années 70.... quand les usines ont « dégraissé » (dans l’est : peugeot, honewell bull et alsthom qui n’embauchaient plus),

    Puis ce furent les délocalisations massives... quelque fois, les ouvriers arrivaient le matin à l’entreprise, des camions des pays de l’est finissaient de charger les machines, puis progressivement la chienlit s’intalla dans les banlieues, les cités (généralisation des trafics)..

    Encore ce jour, un célèbre fabriquant de stylo billes, sis en bretagne, se délocalise en Tunisie...

    Comment réclamer du pouvoir d’achat s’il derrière il n’y a plus d’usines, d’entreprises ?

    Pourquoi me suis je dis, ne pas reprendre cette boite et fabriquer des stylos « bleu blanc rouge » (logo visible en rayons) et lancer une campagne pour soutenir le (les) produits fabriqués sur le territoire... parceque le pigeon, lui, il continuera à acheter le même produit, fabriqué à moindre cout ailleurs, contribuant à l’augmentation du chomage...

    Merdalors, vous n’allez pas me dire que le gus qui est capable de mettre plus d’une centaine d’euros pour un smartphone n’est pas capable de dépenser 1 euros de plus pour l’achat dun paquet de stylo billes !?

    un smic plus élevé, ok, mais encore faut il que les entreprises ne se barrent pas ailleurs, que les charges de pme pmi, permettent non seulement de meilleurs salaires mais aussi d’investir, de promouvoir les produits et de dégager un chiffre d’affaire suffisamment motivant pour retenir celles ci sur le territoire..

    Depuis 68, notre société est devenue individualiste, égoiste, donc peu concernée par le sort de ceux que le chomage frappait souvent de facon massive, consumériste au point de sacrifier au changement permanent, au toujours plus à moindre coût...

    Rien de bon pour notre pays ne sortira de ce mouvement, si nous ne remettons pas en cause notre mode de fonctionnement, notre modèle sociétal qui depuis ces années là, a laissé plus de monde sur le bas coté de la route, que celles qui ont précédé...

    si l’augmentation du pouvoir d’achat réclamé à cor et à cris, consiste à pouvoir acheter deux paquet de stylo billes fabriqués en tunisie à la place d’un, ou offrir une tablette à ses momes à noel, une mini voiture electrique à 180 euros (vu dans le doc de harry roselmack sur une famille « défavorisée »), le problème à mon humble avis reste entier...



  • Loatse Loatse 6 janvier 11:14

    Comme le disait si justement « c’est nabum » l’autre jour, lire un roman c’est vivre par procuration... s’identifier donc au personnage principal qui reflète la personnalité de l’auteur..

    « Soumission » était un exercice intéressant, d’autant plus intéressant qu’il m’a fallu mettre de coté mon identité féminine afin de ressentir pleinement la souffrance de l’homme de ce siècle, ses difficultés relationnelles avec l’autre sexe..dont il semble ,via son collègue vieux garçon, n’attendre que... soumission.

    Ce roman aurait dû s’appeler « soumissions »... car en parallèle (et on en trouve un indice dans sérotonine), ce modèle de société imposé nous renvoie à notre modèle tout aussi imposé qui ne peut concevoir la femme (même féministe) que sous la forme d’un objet sexuel, se devant quelque soient les circonstances de sublimer son apparence... Ce qui nous est présenté comme une liberté finalement se revêle être une dictature, celle du beau, du jeune, de la séduction permanente qui fausse les rapports humains, ceux que l’on prétend tendre à l’égalité..

    Cette fictive ? offensive, me suis je dis, apparait dans nos sociétés au moment ou celles ci sont le plus mal en point en perte de repères (spirituel, sociétal), au moment ou nous dressons pour beaucoup le constat que l’hyperconsumérisme (vêtements, voyages, loisirs, sexe), fait de nous des esclaves alors que nous nous prétendons libres...

    Le constat est cruel, car nous avons mis toute notre énergie à détruire la structure familiale traditionnelle vue et présentée comme aliénante, laissant sur les bas coté de la route, les plus fragiles (femmes, enfants, vieillards)

    Houellebecq ; Un révèlateur (à son insu ou pas ; l’homme me semblant complexe à définir) ???

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Politique Tribune Libre






Palmarès