• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luc Paul ROCHE

Luc Paul ROCHE

Professeur de philosophie de l’enseignement secondaire
Militant syndical
*
Auteur de SYNDICALOPHOBIES, L’horreur syndicalophobe ou les nouveaux visages de la servitude volontaire
*
Revue des ressources
*
Idée favorite : « un auteur-citoyen n’est ni amateur ni professionnel ; il écrit par devoir » (citation de R. Patrosso)

Tableau de bord

  • Premier article le 27/01/2010
  • Modérateur depuis le 10/03/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 157 283
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 135 96 39
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 6 novembre 2010 23:48

    Une superbe publicité pour mes écrits, si modestes soient-ils...
    Je me suis même payé le luxe de voter pour !
    Sinon, pour la version plus scientifique de mon article sur la syndicalophobie, voir la notice que je viens de publier sur DicoPo, le Dictionnaire des Idées Politiques en Ligne (à noter que DicoPo est une entreprise sérieuse et que ma notice a patienté un an avant validation et après différentes modifications)

    http://www.dicopo.fr/spip.php?article124

    Très amicalement.

    Et je conclurai comme d’habitude : je me mââââârre
     smiley



  • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 7 juillet 2010 10:36

    Attali, le pyromane qui se déguise en pompier.

    Vous devriez plutôt lire « La crise de trop » de Frédéric Lordon, ouvrage qui parle d’ailleurs d’Attali de temps en temps (« Attali le prophète de l’ultralibéralisme »).

    Je n’ai pas pour habitude de rapporter des droits d’auteur à des types comme Attali, d’autant qu’il est déjà pété de thunes...

    Les idées néolibérales d’Attali nous ont déjà coûté infiniment plus cher que le défilé du 14 juillet dont, à ce que j’ai cru comprendre, vous demandez la suppression dans votre blog, comme le demande d’ailleurs un des partis libéraux-gauchistes que j’exècre le plus : les Verts.

    Comme quoi, républicain et libéral, cela va de moins en moins ensemble ; moi, j’ai choisi mon camp...

     smiley



  • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 7 juillet 2010 10:26

    Bravo pour cet excellent résumé de la situation actuelle.
    Au plaisir de vous relire.



  • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 30 juin 2010 23:53

    Tiens ! Morice, je découvre votre article aujourd’hui ; plutôt que d’embêter madame Tasin qui a mille fois plus de courage que vous et qui ne se réfugie pas derrière un pseudo ridicule, vous feriez mieux de virer de bord et d’adhérer à Résistance Républicaine.

    J’ai vraiment eu raison de publier mon article sur l’abjection gauchiste, soit dit en passant...

    Soyez de gauche, Morice, c’est votre droit, je suis de gauche comme vous, mais par pitié ! arrêter de goûter aux dangereux stupéfiants intellectuels du gauchisme !

    Amicalement



  • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 30 juin 2010 00:10

    La performance est une notion purement idéologique.

    Dans un pays violent, le prof performant est celui qui incite à la violence ; dans un pays indolent, le performant incite à la mollesse ; dans un pays pourri, le performant incite au pourrissement ; dans un pays d’illettrés, le performant incite à l’illettrisme ; dans un pays d’imbéciles, le prof performant fait l’éloge de la sottise

    ... et dans un pays républicain, le prof performant transmets des valeurs républicaines fondées sur de vénérables connaissances qui ont fait leur preuve et qui ont supporté l’épreuve dissolvante de la postérité.

    Le dernier cas (le pays républicain) existe de moins en moins. Les autres cas, cités avant lui, prolifèrent.

    A noter qu’en France des projets de performance absolument similaires (ex RGPP), pour ne pas dire identiques, sont dans les cartons de l’Éducation nationale, ce qui n’est pas étonnant puisque cette mentalité de la performance domine tous les secteurs d’activité, publics et privés.

    Inutile de préciser que le culte de la performance, c’est au final l’effondrement d’un pays. Quand j’entends un citoyen ou un politique faire l’apologie de la « performance » (ou de ses corrélatifs creux et grotesques : « dynamisme », « créativité », « innovation »... ), j’ai toujours envie de lui casser la gueule.

     smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès