• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Marcel MONIN

Marcel MONIN

Maître de conférences honoraire des universités . Docteur d ’Etat en droit. Consultant. Spécialités : droit constitutionnel ; droit administratif ; réforme universitaire.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/02/2016
  • Modérateur depuis le 17/02/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 197 44 5841
1 mois 1 0 20
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 9 8 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Marcel MONIN Marcel MONIN 12 octobre 2023 14:03

    @AmonBra

    Oui, bien vu, s’agissant du mécanisme de peuplement..

    Mais à la différence de la colonisation « ordinaire », un Etat a été créé ( que ce soit à tort ou à raison) par la communauté internationale. Ce qui crée entre la population d’origine et la population « importée » un rapport différent de celui qui résulte habituellement de la colonisation.

    Dont il faut me semble-t-il tenir compte lorsque l’on se pose la question de savoir si l’on doit ou si l’on peut remonter le temps ( même pour des questions de justice, d’histoire, etc…). Sans quoi, il faudrait, entre autres, prier ceux qui se sont installés sur les terres des Indiens en Amérique du nord , de retourner chez eux. Et remettre en cause quantité de frontières.

    Mais bien entendu, le réalisme n’empêche pas de trouver des solutions adéquates pour réparer les préjudices subis par ceux qui ont été privés de leurs biens.

    MMM



  • Marcel MONIN Marcel MONIN 23 novembre 2022 13:43

    @Tolzan

    Merci pour vos remarques.

    Mon article était centré sur les individus qui « font » de la politique. Il proposait quelques idées ( incomplètes) pour donner aux citoyens la possibilité de limiter les effets pervers de la pratique dévoyée du mandat « représentatif ». Par ceux des élus qui profitent de ce caractère « représentatif » pour se mettre au service de la minorité économico-financière. En méconnaissance d’une multitude de principes et de règles.

     

    Mais bien évidemment, il convient, c’est un autre sujet important à creuser, d’aborder les mécaniques de manipulation mises en œuvre par les médias principaux.

    Je partage complètement votre opinion.

    Rappelons à cet égard Tocqueville qui pensait déjà à la manipulation des futurs électeurs. Tocqueville qui, lors du débat de 1848 sur le passage au suffrage universel ( les pauvres allaient être autorisés à voter), était favorable au vote de cette réforme, en disant … qu’ils ( ces nouveaux électeurs) « voteront comme on leur dira ». Si l’on connaît les « manuels » de manipulation ( E. Bernays et autres), on peut constater que toutes les techniques de manipulation répertoriées sont utilisées aujourd’hui. Par les politiques ( c’est devenu caricatural depuis les années Macron) et par les médias. Il faut donc imaginer des mesures pouvant « casser » la manipulation qui « truque » en réalité les élections ( questions – de la propriété des médias, rapports des « journalistes » avec les propriétaires, - obligations de faire ou de ne pas faire, gestion de l’argent provenant de la publicité, - imaginer pour les citoyens un droit d’intervention ( pour rétablir par exemple fait, pour signaler l’usage de techniques pouvant être contraire à la charte des journalistes, … ) inspiré du droit de réponse, etc … Avec des sanctions. A l’initiative de qui ? sanctions de quelle nature et infligées par qui ?

    Sur ces questions, les observations de professionnels, qui travaillent « dans » les médias sont indispensables, à partir desquelles on peut imaginer de répondre concrètement aux « dérives »

     

    Il convient aussi ( autre sujet également) de revoir les questions financières touchant aux élections. Le fait qu’il faille par ex. à peu près 50 millions d’euros pour se présenter aux élections présidentielles a évidemment des conséquences multiples : - sur le profil des candidats, - sur le lien de dépendance entre les candidats et les financiers.

    On est un peu dans une autre forme de régime « censitaire ». Certes, tout le monde vote, mais ce sont les candidats soutenus par les « plus riches » qui peuvent se présenter utilement. Cette question est peu soulevée.

    Il est possible que les nouvelles technologies permettent d’imposer la limitation du plafond des dépenses électorales autorisées. Donc permettent d’ « égaliser » l’éligibilité. Comme il faut réfléchir aux moyens de connaître la réalité du financement occulte, de le faire sanctionner sévèrement, et ce, par une institution impartiale ( en veillant à ce que sa composition évite que ses membres aient peu de chances d’arranger pas les comptes de campagne et soient recrutés parmi les gens ayant une bonne vue ).

     

    Etc … Etc …

     

     

    Nous sommes dans un tel état ( v. entre autres les ouvrages de Philippe Pascot sur certaines de ces questions), qu’un colossal chantier est potentiellement ouvert.

     

    Dès lors que beaucoup ( pas tous) de postes sont actuellement occupés par des gens qui ne sont et ne peuvent être acquis à ces préoccupations, il faudra attendre que ces derniers laissent ( à la faveur d’événements que l’on ne connaît évidemment pas) la place à d’autres. Ou, après les événements en question, que certains d’entre eux trouvent leur intérêt à changer de comportement (et d’idéologie).

     



  • Marcel MONIN Marcel MONIN 23 novembre 2022 11:42

    @sirocco
    Bien évidemment. Voir la note 4.



  • Marcel MONIN Marcel MONIN 18 novembre 2022 21:32

    Pour que la mécanique européenne soit mise en œuvre, il y a besoin de gens … obéissants. Qu’ils soient cultivés ou disposent de connaissances n’est pas nécessaire (ou peut être un handicap) . Pour faire partie de ces derniers ( les postes valent le coup), il faut être malin (ce qui n’est pas forcément synonyme « d’intelligence ») . Et surtout ne pas avoir trop d’états d’âme, puisqu’il s’agit d’oeuvrer contre l’exercice par « le peuple » de la souveraineté.

    Il est donc « logique » que les dirigeants qui , à la tête de divers pays du continent ouest - européen mettent la main à cette entreprise, agissent de la même manière, dans le même sens. Et aient, à titre personnel, des caractéristiques communes, notamment dans les domaines que vous énumérez.



  • Marcel MONIN Marcel MONIN 24 mars 2022 15:14

    Complément :

     

    Le contenu des remarques que les lecteurs ont bien voulu écrire à la suite de notre article, appelle quelques observations.


    Il est clair que si l’on aborde la question dont il a été traité avec un regard de pénaliste, on est conduit, sous cette approche, à déduire des faits ( pantouflages, rétro-pantouflages, coups de mains, renvois d’ascenseurs, - avec par ailleurs quelques juges qui, dans certaines affaires intéressant les gens au pouvoir, sont rapides, lents, ou aveugles selon les cas et le contexte), qu’on est en présence de la mise en oeuvre de techniques qui font irrésistiblement penser à celles pratiquées dans certaines régions italiennes. Auquel cas il faudrait qualifier le régime de … « maffieux ».

    Ce qui choquerait beaucoup les âmes sensibles ou les personnes habituées à ne rien voir. Et ce qui ferait hurler des gens, occupant d’honorables fonctions, distingués et calmes … . Au moins tant qu’on les laisse en paix. Et tant qu’il y a des journalistes compatissants pour paraphraser leur indignation.


    Il serait « amusant » de voir le résultat des travaux d’une commission (un peu inspirée du « tribunal Russel ») composée de juristes indépendants ( par ex. des universitaires, des magistrats en retraite) et de spécialistes des techniques de corruption, de l’évasion fiscale, des transferts illicites de fonds … Commission qui - n’ayant pas à se détourner des dossiers des individus jouissant de protections ( immunités, privilèges de juridiction, …) ou bénéficiant de l’amitié de puissants, et dont les membres ne risqueraient rien (au moins pour leur carrière / on ne dira rien sur leur pronostic vital ) - , serait à même, un peu comme un tribunal, de rédiger des conclusions pour chaque affaire.

    Lesquelles fourniraient aux citoyens une information dont ces derniers sont privés. Conclusions dans lesquelles le dirigeants de demain pourraient trouver quelques mesures d’hygiène à prendre. Sans que ceux-là aient besoin, pour avoir des idées, … de passer par Mc Kinsey ou autres.

     

    Marcel-M. MONIN

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité


Agoravox.tv