• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Michel CARRIERE

Michel CARRIERE

Citoyen du Monde, Partisan de la construction d’une Europe Unie, Humaniste, Utopiste, Socialiste et Répubicain, dans la filiation de Proudhon, Jaures, Blum ; "l’âme toute rongée par de fichues idées" ; au delà de tout conformisme de pensée, de clan ou d’appartenance, pour une humanité meilleure et plus éclairée, dans la dignité de ses vertus.
Biographie
Né en 1951 à Meknès au Maroc j’ai passé les 11 premières années de ma vie dans ce pays.
J’y ai acquis une culture multiple, Française, Orientale et Maghrébine, j’y ai approché et gouté la culture du Livre et les cultures plus anciennes qui relient l’Humain et l’Univers.
Rapatrié en France en 1962, j’ai rencontré et l’ostracisme (voir le “racisme”) de mes compatriotes (tant de la part de mes camarades de 6ème que de celle de certains professeurs) et la vraie camaraderie, la vraie fraternité.
Cela m’a permis d’être vacciné, à tout jamais contre le racisme et la xénophobie : ne fais pas autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse !
Dyslexique et dysorthographique, avec une forte dose dose de méthode globale, j’ai appris que le temps était un ami fidèle, le seul qui pouvait m’aider à atteindre ce qui ne dépendait que de moi , dans la réalisation des mes espérances, tout au long de ma vie.
Après une maitrise en droit public, des cours aux conservatoire d’art dramatique de Marseille, un master en PNL, diverses expériences et divers itinéraires tant spirituels que politiques, motivés, pour la plupart par un”certain manque de maturité” et un “goût prononcé de la contradiction : Pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui pour” et une “autoanalyse” pour laquelle je remercie Sigmund Freud, Karen Horney et Jacques Lacan, j’ai, plutôt tardivement, trouvé un équilibre, qui me permet de concilier ma passion de la “Chose Publique”, notre bien commun, et la nécessaire harmonisation entre les opinions différentes, selon la maxime de Lacordaire, “Plutôt que de convaincre d’erreur mon interlocuteur, je veux, avec lui, m’élever vers une vérité plus haute”.
J’exerce la profession de consultant interne en gestion des ressources humaines
Centres d’intérêt
Psychanalyse, Sciences Humaines : Philosophie, Antrophologie, Sociologie, Religions, “Traditions et Cultures”, Esthetique, Lecture, Musique etc
Politique, goût de la “Chose Publique”.
Aiki-Do, Tai-Chi, Navigation, Marche, Equitation etc
Des phrases qui m’accompagnent :
1°) “La liberté n’est possible que dans un pays où le droit l’emporte sur les passions”
2°) “Tout ce qui s’est fait de grand dans le monde, s’est fait au cri du devoir ; tout ce qui s’y est fait de misérable s’est fait au nom de l’intérêt”
3°) Tace et Sile.
4°) Per ardua ad astra, Fortitudo.
5°) Humani nihil a me alienum.
6°) La puissance des tyrans n’est due qu’à la lacheté des peuples.
7°) Unité et indivisibilité de la République, Liberté, Egalité, Fraternité ou la Mort
8°) Je ne partage pas votre avis, mais je je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez l’exprimez
9°) A cette heure, la difficulté n’est pas de faire son devoir, mais de savoir où il est !

Tableau de bord

  • Premier article le 17/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 34 435
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Michel CARRIERE Michel CARRIERE 18 août 2008 22:16

    Votre commentaire est interessant. toutefois,il me semble que , dans le contexte actuel de gestion des ressources de notre planète, il faudra bien poser les questions qui fachent :
    1) Limitation de la croissance de l’Humanité (qui renvoie à malthus).
    2) Limitation de la croissance, (qui renvoie à la question de la croissance 0)
    3) Réorganisation des activités de l’Humanité, compatible avec le respect général des Humains et de la Planète Terre dans le respect de sa diversité.

    Car produire plus, pour gagner plus ne me paraît plus être d’actualité, (voir le fim d’Al Gore, les prises de positions des différents groupes écologistes...).

    L’urgence à laquelle l’Humanité est confrontée est la juste répartion des richesses, des ressources et des activités, au niveau Planétaire. 
     La Réponse à cette problématique ne peut se concevoir qu’en terme d’accords mondiaux, où l’Europe doit trouver sa place.

    De plus il me paraît utile de rappeler que depuis l’apparition des sociétés pastorales l’exploitation de l’Homme par L’Homme est la seule constante de l’Humanité, et que le gagner plus a toujours concerné une minorité, qui expolitait le plus grand nombre.

    Et, en effet, la question de la répartition des activités nécessite la prise en compte et la régulation de l’offre et de la demande d’activité, et quitte à faire vieux jeu, je pense qu’une approche Keynesieenne, avec un interventionisme d’Etat et une planification au niveau Européen aurait des effets positifs. La Cinquième République n’a-t-elle pas acquis sa prospérité économique, entre autre, grâce au plan ?



  • Michel CARRIERE Michel CARRIERE 18 août 2008 21:49

    Votre article présente une approche intéressante. Utopique, peut-être, et cela ne peut que me satisafaire, car fondée sur la Liberté, l’Egalité et la Fraternité !

    Je continuerai dans le cadre de cette vision utopique en insistant sur le fait qu’il me paraît important de prendre en compte toutes les activités nécessaires à la vie de la Cité (économiques, culturelles, sportives, de proximité, de solidarité...)

    Permettre à chacune et chacun d’exercer des activités qui procurent des ressources assurant son bien être physique, mental, émotionnel, culturel... tout en contribuant au bien être général me paraît un projet d’actualité voire d’urgence !

    Sous quelles formes et comment ? Cela reste à définir, car chacune et chacun d’entre nous peut assurer, en fonction de ses goûts, compétences et talents propres un certain nombre d’activité, utiles à la Cité !
     Comment concilier intérêt général et particulier, comment prévoir une contrepartie financière aux activités exercées font partie, dans ce cas des questions préalables à la mise en place place d’une juste répartition des activités.

    (J’évite d’utiliser le terme travail, car je pense que les organisations fondées sur une discipline issue de structures hierarchiques externes et imposées sont dépassées. Les organisations de demain devront, à mon avis répondre à la légitimité de la compétence, de la libre coopération dont découlera l’autorité des décisions et des choix)

    Ce sont donc à la fois les talents et les compétences nécessaires à l’exercices des activités de la Cité qu’il faudra pouvoir inventorier, décompter, évaluer en fonction de leur utilité sociale, économique., politique, etc pour en organiser ensuite une juste répartion où chacune et chacun épanouira ses talents et compétences propres en pouvant, à tout moment, entreprendre les processus de formation et de développement opportun tant sur le plan personnel que collectif ! 

    Ce vieux rêve est celui de celles et ceux qui aspirent à l’éclosion d’une Humanité meilleure et plus éclairée, solidaire, et respectueuese de notre planète et del ’Univers.



  • Michel CARRIERE Michel CARRIERE 26 juillet 2008 11:55

    "La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part". 

     Merci d’avoir cité l’intégralité de la phrase de Michel Rocard.

    J’aimerais que cette phrase fasse écho et école, et que notre pays prenne effectivement fidèlement sa part, ce qu’il fait en partie.

    J’aimerais que cette phrase soit un des principes de Gouvernance de l’Europe, et pourquoi pas de Gouvernance Mondiale.

    Pour le reste Michel Rocard est un Etre Humain, avec ses contradictions, ses parti-pris, ses a priori, que , le plus souvent, je ne partage pas, et que pour autant , je ne jugerai pas.

    Un penseur et un théoricien, plus qu’un homme d’action, certainement ! Un idéaliste, certainement aussi ! Un Humain passionné, quelqu’un qui ose dire et écrire ce qu’il pense, sans contestation possible !

    Son engament l’a prouvé, du PSU, de sa lutte contre la guerre d’Algérie à ses position actuelles.

    N’est-ce pas lui, qui le premier a posé le principe de l’acceptation du principe de l’économie de marché au Parti Socialiste (on parlait, à l’époque de la deuxième gauche). N’est-ce pas lui aussi qui a proposé d’en corriger les excès et d’y ajouter l’équité, la justice sociale et la solidarité ? Cette position semble aujourd’hui largement partagée au PS, même si elle est loin d’en satisfaire entièrement tous les adhérents !

    Cette question n’est-elle pas d’ailleurs reprise dans le débat sémantique sur les sens du mot "libéralisme " par Bertrand Delanoe, Monique Canto Sperber etc ... ?

    Le mérite de Michel Rocard, à mes yeux, et même si je ne partage pas la plupart de ses analyses, est de résister au courant actuel selon lequel la Politique ne serait qu’un art, ou plutôt une technique de gestion.
    Il lui préfère une vision plus enthousiasmante, dans laquelle la politique se définirait comme " un art d’espérer, de rêver et d’entreprendre ensemble. pour construire un monde plus juste, plus fraternel que celui que nous connaissons." Qu’il en soit remercié.

    Merci pour votre article.



  • Michel CARRIERE Michel CARRIERE 25 juillet 2008 13:32

    Vous écrivez :
    "Mais… Peut-être, un jour, l’ange de la paix viendra se préoccuper de votre sort, lorsque vous vous lèverez un matin et, devant votre glace, vous vous repentirez et avec franchise et clairvoyance, vous affirmerez avec conviction :

    « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » Terence "
    Et sans rancune, je vous résume, je ne suis que votre mauvaise conscience avec une plume"

    Pour plus de clarté je reprendrai la phrase de Terence, dans sa pièce de l’ Héautontimoroumenos (Le Bourreau de soi-même) v77 :
    « Homo sum ; humani nil a me alienum puto » : « Je suis un homme et je crois que rien de ce qui est humain ne m’est étranger »
    r.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9rence
     ).

     L’important, dans la citation de Terence est le "puto" , le "je pense" qui relativise la portée de cette très belle phrase qui pourrait être la devise de tout Humanisme.

    Comme, semble-t-il, vous écrivez en prenant la parole pour le "Malin", voici une chose bien étrange que cet appel, très conformiste, très bien pensant, très tendance, à la repentance. Cette démarche m’apparaît comme fort éloignée de l’Humanisme des Lumières !

    Ne vaudrait-il pas mieux appeler à la construction d’un Monde Meilleur, d’une Humanité Meilleure, et à la réparation des erreurs du passé, comme le firent, de tout temps ,les femmes et les hommes de bonne volonté. Il représentent aussi une autre vision de l’Humanité, mais il est moins "branché" de louer que de critiquer !

    N’est pas le "Malin" qui veut, et écrire en son nom est fort difficile. L’aspect prométhéen du personnage du "Malin" que vous avez choisi d’endosser semble vous avoir échappé, en fin de texte.

    La phrase de Voltaire "Dieu a créé l’Homme à son image, ce dernier le lui a bien rendu" s’applique aussi pour le "Malin" !

    C’est ce que vous avez fait dans cet article, que je trouve, au demeurant bien écrit, et qui a eu le mérite de provoquer de nombreuses réactions.




     



  • Michel CARRIERE Michel CARRIERE 1er juin 2008 20:14

    Pour mémoire, en 1922, lors du congrès du Parti Radical, un des thèmes était "la suppression du salariat, cette forme moderne de l’esclavage".

    Car le contrat de travil comprend un élément substantiel : l’existence d’un lien de subordination, autrement une aliénation d’une partie de la Liberté du salarié.

    Il me paraît important de réfléchir à ce thème, qu’est-ce , éthiquement, peut fonder l’autorité d’un être humain sur un autre ? Dans une société pronant la Liberté, L’Egalité et la Fraternité ?

    Michel Onfray, entre autre y apporte une réponse : la compétence. Il ne s’agit plus d’autorité hiérarchique mais de savoir, savoir faire et/ou savoir-faire comportementaux.

    C’est ce qui me paraît être convenable, dans une société d’être libres et égaux en droits.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès