• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Parlez moi d'amour

Parlez moi d’amour

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 221 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires



  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 18 octobre 21:27
    Dans ma petite ville de province, sept grandes surfaces alimentent la population (mais pas Carrefour ni Géant Casino. En centre ville seuls deux « petits Casino » vivotaient des dépannages de dernière minute. L’un deux devient Leader Price en 2016 et c’est la ruée : les produits ne souffrent pas des prix bas et remplir son caddy pour moins cher, c’est une aubaine surtout pour les anciens qui ne conduisent plus et dont les retraites sont bien étriquées. Épicerie, boissons, fruits et légumes, pas besoin d’aller plus loin.

    Après 18 mois de succès, le magasin prend l’enseigne Vival by Casino : les prix doublent, le frais disparaît, les produits Casino ne valent pas les Leader Price (et oui, c’est étonnant mais réel ...), le magasin se vide, normal. Le gérant m’explique que Casino fait plus de bénéfice avec un chiffre d’affaires moindre d’où le choix de la direction, mais complètement déserté il ne va pas faire long feu. L’autre Casino vient de fermer, profitant de l’accident cardiaque du gérant qui ne peut reprendre ce boulot, donc en ville il n’y a plus que les boutiques orientales qui ont l’avantage d’être ouvertes tous les jours, très propres, assez bien achalandées et beaucoup moins chères mais il ne faut pas y chercher les marques Vu à la télé.

    Nous avons laissé prospérer les grandes surfaces en étant complices de leur politique, aveuglés par le choix et l’abondance qu’elles offraient, nous voilà prisonniers et victimes de ce système, clients comme employés. Il faudra bien réorganiser un jour ou l’autre la société dite de consommation par la force des choses : crise financière, fin du pétrole ou autre changement climatique, ces géants au pieds d’argile seront les premiers rayés de l’annuaire et chacun devra redécouvrir un mode de survie solidaire et réfléchi.


  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 4 octobre 22:15

    @Gilbert Spagnolo dit P@py


    Un jour, à la laverie, un vieux monsieur mettant de la lessive dans sa machine me dit « et dire que tout ça va à la mer, un jour elle fera des bulles » ...


  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 24 août 22:36

    @Loatse


    Ma copine Annie subit le vacarme d’un moteur de climatiseur mal fixé sur le mur de la Maison de l’Environnement (sic) et donc doit dormir volets fermés au lieu de bénéficier de la fraîcheur de la nuit. Je suis certaine qu’elle préfèrerait un pin maritime clafi de cigales, voire même des grenouilles comme voisinage !




  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 12 août 16:00
    Ma fille se retrouvant seule avec un enfant a dû changer de logement. Elle cherchait depuis février dans notre petite ville touristique donc chère. Compte tenu de la faiblesse de ses revenus elle ne pouvait prétendre à un loyer élevé.

    J’ai contacté trois agences immobilières locales (les six autres ne s’embêtent pas avec les locations à l’année, le saisonnier est bien plus rentable) qui avant même d’accepter de faire visiter les logements voulaient mettre en place le dossier et ses garanties. Devoir payer d’un coup un mois de dépôt de garantie + un mois de loyer, y ajouter une commission d’agence + les frais d’état des lieux, soit sortir plus de 1 500 € pour un loyer max de 450 € n’est pas à la portée de toutes les trésoreries. Comme il faudra en plus payer le déménagement, les frais de mise en route électricité, eau, internet, le plus souvent l’équipement de la cuisine et de multiples petites installations de tringles, rideaux etc ... c’est inabordable pour les petits budgets. S’il y a encore dix ans, le propriétaire prenait à sa charge la moitié de la commission, frais d’état des lieux inclus, il n’y en a plus beaucoup pour pratiquer le partage !

    Elle a fini par trouver en juillet par le Bon Coin une location privée, tout s’est très bien passé en confiance.

    Il faut juste savoir que l’organisme qui prend en charge le dépôt de garantie (qu’elle commence déjà à rembourser alors qu’il n’est toujours pas versé) et le premier mois d’allocation logement (qui n’est pas pris en compte par la CAF qui elle n’effectuera son premier versement que le 5 du mois suivant le deuxième mois de location) met entre deux et trois mois pour débloquer les fonds une fois le dossier validé, validation n’intervenant qu’après signature du bail ! drôle de suspens !!! Il faut que le propriétaire soit complaisant !

    Une personne qui n’a pas un proche pour faire l’avance et se porter caution aura le plus grand mal à se loger et ce ne sont sûrement pas les agences immobilières qui vont les y aider.


  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 1er août 17:58

    @V_Parlier


    Il y a la décroissance choisie, une philosophie qui tire les leçons de tous les excès de ces dernières décennies et la constatation que trop n’apporte pas la satisfaction qu’on en attend.

    Et puis il y a la décroissance subie, due aux restrictions budgétaires imposées à de nombreux foyers. C’est bien celle-ci qui prend le plus d’ampleur par la force des choses.

    Habitant au cœur d’une petite ville touristique, à cette période de l’année je ne pouvais sortir de chez moi sans me faufiler dans la foule, en ronchonnant « vivement septembre ». Depuis le début de l’été, c’est le grand désert : de la place sur les parkings, les boutiques désertes, les terrasses de restaurant inoccupées, les gîtes bradant leurs prix (une amie n’a loué que deux semaines au lieu des neuf habituelles) etc ... C’est un signe de la décroissance subie, vécue par les familles qui n’ont pu s’offrir un séjour provençal et celle engendrée par le manque de recettes du commerce local (avec leurs retombées fiscales).

    C’est tout à fait normal, Spartacus a beau brailler le contraire, la roue tourne sur un élan initié par l’économie qui à force d’excès a mangé son pain blanc et qui à force de nous faire bouloter de la merde nous rend méfiants.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès