• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pascal L

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1818 0
1 mois 0 30 0
5 jours 0 2 0

Derniers commentaires



  • Pascal L 18 juillet 19:03

    @kader
    « religion raciste »

    Une religion ne peut être raciste, seuls des personnes peuvent être raciste. En ce qui concerne le judaïsme, celui-ci ne s’occupe pas des autres religions et ne cherche pas à faire du prosélytisme. Cet isolement ne peut pas être confondu avec du racisme. 

    « nous inonde de prophéties censées nous influencer »
    Les prophéties ne concernent que le peuple juifs et se sont arrêtées avec la résurrection du Christ. Le dernier prophète est Jean Baptiste et il n’est pas reconnu par les Juifs contemporains. Jean-Baptiste est par contre reconnu par l’islam.

    « Moise Salomon et David étant des mythes »
    Sans aucun doute, mais tous les mythes ont une fonction d’enseignement et le plus souvent il existe une tradition qui les inspire. Cela ne s’est pas passé comme écrit, mais il s’est passé quelque chose que nous avons du mal à comprendre. Ainsi le roi Salomon peut être confondu avec un autre roi qui a vécu en Jordanie où une grande ville qui vivait des mines de cuivre a été découverte.

    « que reste t il vraiment des fondements de cette religion »
    Il reste Dieu est c’est le principal. Le mythe, c’est le doigt qui montre Dieu, mais beaucoup ne voient que le doigt. Il faut comprendre la Bible comme un ensemble de témoignages sur l’action de Dieu parmi les hommes. Seul ce qui parle de Dieu peut être inspiré, tout le reste est le fruit de la pensée humaine.
    Dans le Christianisme, l’action de Dieu, non seulement ne s’est pas achevée avec la résurrection de Jésus, mais s’est amplifiée depuis. Pour ceux qui sont témoins de cette action, et il sont nombreux, ce qui est dit sur Dieu dans la Bible est largement confirmé. Tout ce qui est scientifique et historique doit être oublié, où plutôt, il faut le comprendre comme une histoire qui nous parle de Dieu. Lisez les livre de Jonas et de Job. Aucun de ces deux personnages n’a jamais existé et cela est assumé par les auteurs. Mais les histoires qu’ils racontent sont des enseignements de grande valeur.

    « des droits divins que ce sont octroyer des gens sur une terre »
    Ça, ça n’a jamais existé.

    « Professor Ze’ev Herzog » est un archéologue. Il est juste quand il parle d’archéologie, mais son athéisme influence ses conclusions car il est impossible de prouver que Dieu existe ou n’existe pas et cela sort de sa compétence scientifique.
    Je préfère largement le travail d’Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman (La Bible dévoilée). Israël Finkelstein est directeur du département d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv. Ses conclusions sont assez semblables aux conclusions du professeur Herzog, mais n’intervient pas sur le domaine religieux.


  • Pascal L 18 juillet 12:16

    @microf
    Le sujet est beaucoup plus complexe. L’Israël que nous connaissons aujourd’hui n’est pas l’Israël biblique. En fait beaucoup de Juifs du premier siècle ont reconnu Jésus comme le Messie annoncé (ils ne se sont pas convertis car ils n’avaient pas à la faire). Ces nouveaux Judéo-Chrétiens ont suivi diverses hérésies après après la mort de Jacques et ont fini par suivre l’islam qui en était la suite logique.

     Le Judaïsme actuel est né après la destruction du temple du mouvement connu comme les Pharisiens des Evangiles et appelé Rabbanite dans les premiers siècles. Ils se sont dispersés après la destruction de Jérusalem en 135 et ont écrit les Talmuds qui sont des commentaires des textes anciens, écrits pour palier l’absence de Dieu. Les Talmuds ont fini par prendre plus d’importance que la Bible que nous connaissons. Par ailleurs ce mouvement a été très prosélyte au début, ce qui fait que les Juifs actuels ne descendent que très peu des Juifs de la Bible. Ils sont principalement nord-Africain ou slave.

    Dans ce contexte de mélange des peuples, quelle prophétie peut vraiment avoir du sens ? Il faut en chercher le sens ailleurs ou considérer que cela s’adresse à des événements passés.


  • Pascal L 17 juillet 23:31

    Héros et modèles : oui, martyrs : non. Le martyr est celui qui accepte la mort au nom de sa foi. Le terroriste qui se fait sauter volontairement avec une bombe n’est pas plus un martyr, car son acte est volontaire et de plus criminel pour faire un maximum de victimes.


    « La plupart des jeunes du Golfe et des pays arabes agiront de la même manière dans une telle situation »
    Un arbre ne fait pas une forêt. S’ils sont une majorité à vouloir agir ainsi, tant mieux, mais il est difficile de construire une statistique à partir d’un cas isolé. 
    Dans ma banlieue, la moitié de la population est d’origine étrangère, principalement du Magreb et d’Afrique subsaharienne. Le corps des Sapeurs Pompiers Volontaires devrait refléter cette diversité, ce qui est loin d’être le cas. Heureusement, quelques jeunes originaires de ces régions ont fait ce choix, même s’ils n’ont pas de barbe pour pouvoir porter le masque à gaz, mais ils restent l’exception. C’est pourtant un formidable levier d’intégration.
     
    Chez nous les imams des Frères Musulmans dans les principales mosquées défendent l’idée du communautarisme et ne souhaitent pas que les jeunes Musulmans vivent en promiscuité avec des kouffars. Si l’islam est vraiment la meilleure des religions, qu’ont-ils à craindre ? S’ils veulent rester dans leur communauté, qu’attendent-ils alors pour créer leur propre corps de Secours aux personnes.


  • Pascal L 16 juillet 18:05

    @microf
    « Nous les chrétiens attendons la conversion d´Israel pour la fin de l´histoire, afin d’entrer tous dans cette Jérusalem céleste »

    C’est bizarre, mais je suis Chrétien et catholique et je n’attends pas telles choses. Les personnes de religions juives peuvent peuvent bien croire en ce qu’elles veulent, cela n’aura aucune incidence sur un salut qui n’est pas de ce monde. Chacun est individuellement responsable devant Dieu qui ne connaît pas les Etats, tout ce qui est du domaine du pouvoir étant plutôt sous la responsabilité de Satan. Faire l’assimilation d’individus à un groupe sensé les représenter est une erreur colossale qui peut justifier toutes les violences.
    Dans le Christianisme, il n’existe pas de voyance, car nul n’est censé connaître l’avenir. Tout ce qui est du domaine de la prophétie est à comprendre comme une allégorie, un avertissement destiné à faire changer les comportements.
    En l’occurence le texte du jour est une prophétie prononcée il y a plus de 3000 ans et Isaïe s’adresse à ses contemporains, pas au juifs d’aujourd’hui qui ont une foi bien différente de la foi de l’époque. Il s’agit bien sûr d’un appel à la conversion, et en ce sens il peut être compris de notre époque, mais c’est à chacun de se déterminer, l’amour ne peux exister sans la liberté.


  • Pascal L 16 juillet 17:21

    @cassini
    Sauf qu’il ne s’agit pas de la même citation. 

     Voltaire comme Guillemin veulent définir le bien et le mal selon des critères qui leurs sont propres, mais cela peut conduire aux pires violences. Voltaire nous faisait miroiter un monde meilleur de liberté et d’égalité, mais pour cela, il avait besoin de réunir les pouvoir spirituels et temporels sous une même autorité, car la notion de bien et de mal est du domaine du pouvoir spirituel. C’est bien de cette réunion qu’il est est question dans la citation que j’ai faite. Cela conduit aux pires dictatures et la Révolution à supprimé les personnes qui n’étaient pas d’accord comme ennemis du progrès. Il ne me semble pas que le génocide vendéen soit un progrès de la liberté et de l’égalité.

    Nous rêvons tous d’un monde meilleur, mais il s’avère que toutes les cités idéales ne sont que des goulags parce que personne ne peut s’entendre sur le sens du bien et du mal. La notion de morale naturelle ou de de religion naturelle datent de cette époque, mais à y regarder de plus près, ces notions sont trop imprécises pour que l’on s’entende la-dessus. Au final, c’est toujours le plus fort qui l’emporte. L’argent est le maître de notre époque, mais est-ce un bien ?

    Le monde meilleur n’existera que lorsque tout le monde respectera tout le monde, y compris dans la différence. Autrement dit, il n’y aura jamais de monde meilleur. L’espérance chrétienne est en dehors de notre monde et c’est cela que Voltaire voulait détruire.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès