• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pascal L

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1909 0
1 mois 0 3 0
5 jours 0 3 0

Derniers commentaires



  • Pascal L 11 novembre 21:53

    @Alren
    Comme travail d’historien, il y a beaucoup à redire...
    Le culte d’akhenaton était un culte centré sur le pharaon, le monothéisme étant une manière d’éviter la dispersion. Il n’y a absolument rien d’approchant dans le Judaïsme. Sur les Esseniens, nous ne savons pas grand chose ou plutôt nous avons une grande variété de descriptions qui se recoupent pas. On peut juste parler de communautés de « pauvres » et la littérature intertestamentaire les rapproche de diverses sectes juives attendant un messie pas très bien défini, dont le principal objectif est de chasser les Romains. Donc rien à voir avec le salut annoncé par Jésus.
    La Palestine a été conquise par des Arabes qui n’étaient pas encore Musulmans mais judéo-Chrétiens (d’une secte qui refusait l’amour de Dieu, enseigné par Jésus). Les arabes étant encore largement christianisés à cette époque, cette religion n’était pas encore hostile au judaïsme et au Christianisme. Ce n’est qu’à l’époque du calife ʿAbd Al-Malik qui a voulu une religion ne dépendant plus de l’étranger que l’islam est né en opposition au judaïsme et au Christianisme (après 692). Jusque vers le 10ème siècle, les Juifs et les Chrétiens étaient majoritaires en terre d’islam, mais là où vous avez raison, c’est qu’ils sont partis ou se sont converti pour ne plus subir la Jizya, l’impôt spécial sur les Juifs et les Chrétiens (trop d’impôt tue l’impôt). Ces Juifs avaient d’ailleurs pour la plupart quitté la Palestine bien avant l’arrivé des Arabes, les Romains et les Perses en avaient déjà chassé une grande partie. Ils habitaient plutôt ce qui constitue aujourd’hui la Syrie et la Jordanie. Les Juifs actuels sont encore en partie descendant de la secte des Pharisiens devenu rabbanite après la destruction du temple en 70. Les autres Juifs se sont majoritairement convertis au Christianisme ou au judéo-Christianisme. Les Judéo-Chrétiens avaient une théologie compatible avec l’islam et ont été rapidement absorbés. Les Ashkénazes ont tout de même un peu de sang cananéen, ils descendent en parti de Juifs rabbanites exilés en Crimée où ils ont fait beaucoup de conversions sur les populations locales.



  • Pascal L 11 novembre 21:13

    L’anticléricalisme peut être beaucoup plus violent que ce qu’il cherche à combattre. C’est l’échec de toutes les idéologie que de combattre le mal par plus de mal encore. Le bien et le mal sont deux notions parfaitement relatives. Ce que vous pensez être le bien et le mal n’est certainement pas partagé par votre voisin et vous ne pouvez en faire un absolu. Que vous défendiez un point de vue par la discussion est tout à fait acceptable ; ce qui ne l’est pas, c’est d’associer un groupe de personnes à l’axe du mal.



  • Pascal L 9 novembre 19:28

    Le procès du Chevalier François-Jean Lefebvre de la Barre est emblématique de l’intrusion du temporel dans le spirituel. Ce chevalier, auteur de blasphèmes publics et de profanations avait soulevé la colère populaire. Il fut condamnée en 1766 par le tribunal d’Abbeville puis par le parlement de Paris (deux institutions civiles) à être décapité après avoir été passé au préalable à la question. L’évêque d’Amiens et tous les évêques de France réunis en assemblée générale ont demandé la grâce au roi. Voltaire, muet lors du procès car mis en cause déformera les faits par la suite en la retournant contre la foi catholique qu’il haïssait. Alors qui est vraiment à l’origine de cette affaire ?

    Ne faites pas totalement confiance à Voltaire, il avait aussi ses préjugés. Ses théories ont été à l’origine de pas mal de massacres de Chrétiens et de prêtres lors de la Révolution. En voulant soumettre le pouvoir spirituel au pouvoir temporel (ils étaient bien séparés avant la Révolution) il a créé une forme de totalitarisme qui n’a pu disparaître qu’avec la loi de 1905. Et encore, la tentation concordataire est toujours présente chez nos gouvernants.



  • Pascal L 11 octobre 21:29

    @gaijin

    Même si ça ne transparait pas à la première lecture, le Dieu de l’ancien testament est un Dieu amour. L’interprétation qui avait lieu à l’âge du bronze n’a plus cours aujourd’hui et les signes de l’amour de Dieu sont présent partout dans l’ancien Testament. Lisez les Psaumes, par exemple.

    « donc je m’appuie sur l’ancien testament » En fait, vous faites une lecture littérale de la Bible comme les pires intégristes. Ce n’est peut-être pas la peine de leur donner raison, à moins que vous ne partagiez les mêmes objectifs. La découverte de Dieu ne s’est pas fait en un jour.

    « Visiblement votre amour ne s’étend pas aux juifs » Je n’ai jamais parlé de nos contemporains.

    « mais cette notion est propre aux monothéismes » Vous faites une erreur historique majeure. Cette notion est propre aux messianismes, ces idéologies qui partent de l’idée qu’un paradis sera possible sur terre lorsque le mal en sera extirpé. C’est une incompréhension et une déformation du salut Chrétien qui n’a jamais eu l’ambition d’exister sur terre. Le marxisme et d’autres mots en isme sont des messianismes comme les autres et ne doivent pas être exclus. Toutes les idéologies se donnent pour mission d’extirper le mal de ce monde et font également l’erreur monumentale d’associer des personnes à ce mal. C’est ici la source de très grandes violences. Les massacres de masse procèdent de cette idée. 
    Le salut Chrétien n’étant pas de ce monde, il est de la responsabilité de chacun de le chercher. Les Chrétiens ne doivent pas combattre le mal, mais simplement éviter de lui donner prise en ne faisant que le bien. Lisez la parabole du bon grain et de l’ivraie (Matthieu 13, 24-30) si vous pensez que ce que je dis est faux.

    « dans celui que je connais il y a des prêtres qui sont là pour servir d’intermédiaire » Non, vous pouvez vous-même rencontrer le Christ et être inspiré par l’Esprit-Saint. Le rôle du prêtre est l’enseignement et les sacrements. Ces sacrements sont des dons de Dieu qui vous apportent des charismes particuliers. Dieu ne donne ces dons que si nous les demandons ; il ne force personne. Le sacrement est une manière de demander ces dons qui n’est pas exclusive. Il nous revient de faire fructifier ces dons ou de les oublier, mais avec ces dons, vous n’avez pas besoin d’un intermédiaire pour rencontrer Jésus ou recevoir un enseignement directement de Dieu. C’est Jésus qui est au centre de l’Eglise Catholique, pas le pape ou les prêtres. Les prêtres sont des hommes comme les autres. Ils ont reçus de Dieu des dons spécifiques qu’ils font fructifier, ou pas.

    « chez l’immense majorité des chrétiens c’est croire qui compte » La foi se nourrit de la rencontre. Ceux qui ne font que croire ont une foi fragile et ce n’est pas suffisant. Le salut Chrétien étant conditionné par l’acceptation de l’amour, ne pas faire l’expérience de cet amour est prendre un risque. Nous savons que le bon larron, crucifié en même temps que Jésus, n’avait pas vraiment choisi l’amour dans sa vie, mais son choix de dernière minute était suffisant. Dieu pardonne toujours, mais c’est nous qui refusons ce pardon. Beaucoup n’auraient pas été capable de pardonner à cette personne qui avait sans doute mérité sa condamnation à mort, mais Jésus nous montre que ce n’est pas ce que nous avons fait qui compte, mais ce que nous sommes au moment où la question se pose. Cela nous montre aussi que nous ne pouvons acheter notre salut par des actes qui pourraient être contraire à ce que nous sommes réellement. Vous pouvez faire tous les pèlerinages du monde ; si vous refusez l’amour, vous ne serez pas sauvé et ce sera toujours votre choix. Cela nous montre enfin que le salut n’est pas réservé à des Chrétiens encartés et il n’y a aucun passe-droit.

    « mais vous dites ça parce que vous n’êtes plus au pouvoir » Le pouvoir n’est pas le meilleur chemin vers le salut. « Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » » (Luc 4, 5-7) Un Chrétien n’a pas à détenir un pouvoir sur quelqu’un d’autre car cela est contraire à l’amour et s’il n’aime pas, il peut ne pas être sauvé. Au contraire, il doit se sentir au service des autres.

    « historiquement vous vous êtes pas mal massacré entre vous au nom de l’amour » Pas vraiment au nom de l’amour ni du Dieu des Chrétiens. Il est arrivé dans l’histoire que des puissants s’emparent de la foi des naïfs pour leur faire faire des choses contraire à l’enseignement de Jésus, mais ces massacres ne sont ni au nom de l’amour, ni ordonné par une « autorité religieuse » qui de toutes façon n’existe pas. Dieu nous a fait libre. Derrière chaque massacre, il y a une ambition de pouvoir qui n’est pas religieuse.


  • Pascal L 10 octobre 17:25

    @gaijin
    Sur les monothéismes, vous oubliez les millions de personnes qui se prennent pour Dieu...

    Pour les Chrétiens, Dieu est parce qu’il se montre à ceux qui le cherchent. Toute personne qui cherche Dieu peut le trouver et tous ceux qui le trouvent disent qu’il est amour. Aucune personne qui nie son amour n’a de témoignage d’une rencontre avec Dieu à nous proposer et le fait qu’ils multiplient les lois pour faire plaisir à Dieu est un signe de l’absence de Dieu. Les Musulmans diront bien que Muḥammad a rencontré Allah, mais cette revendication est très postérieure à la mort de Muḥammad et personne d’autre n’est venu confirmer la révélation. Dans le Christianisme, il n’est pas question de vous demander de nous croire, mais de faire vous même l’expérience de Dieu. Si cela ne vous intéresse pas, il ne nous viendra pas à l’idée de vous le reprocher. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès