• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pascal L

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1500 0
1 mois 0 24 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Pascal L 10 décembre 22:35

    @pipiou

    Ce n’est pas ce que j’ai écrit.
    L’homme est dans tous les cas responsable du bien et du mal qu’il fait, mais Dieu ne peut donner que de l’amour et cet amour est pour celui qui le reçoit une formidable incitation à aimer et donc à faire le bien. Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde, il n’intervient dans notre monde que lorsqu’on lui demande par la prière et ses interventions sont toujours des actes d’amour pour l’humanité.

    « Dans la Bible Dieu se révèle aussi par le sang et la guerre, soyez plus attentif. » Ce n’est pas une question d’attention mais de compréhension du texte. A l’âge du bronze, les hommes ont toujours attribué à Dieu les actes heureux et malheureux et la guerre fait partie du quotidien de cette époque. Il est donc logique que l’on attribue à Dieu les victoires et les défaites. Par contre, il ne s’agit jamais d’injonction à tuer comme dans le Coran, mais plutôt une interprétation à posteriori d’une séquence violente.
    La connaissance que nous avons de Dieu n’est pas forcément intuitive et cette compréhension a beaucoup progressé sur les 4 derniers millénaires. Si la miséricorde de Dieu transparaît dès les textes les plus anciens, Dieu était compris comme défendant jalousement son peuple. Mais Dieu a continué à se montrer de plus en plus souvent par des actes d’amour et aujourd’hui la rencontre avec Dieu, par l’intermédiaire du Christ, a été expérimentée individuellement par des millions de Chrétiens de par le monde. La vision que nous avons de Dieu a énormément progressé et ce n’est pas fini. Ces rencontres n’ont qu’un seul objectif : nous faire obtenir le salut proposé par Jésus Christ. Ce salut ne peut s’acheter par nos actes, même de charité. Le seul critère est l’amour que nous pouvons rendre à celui que nous avons reçu. Ce que nous sommes est plus important que ce que nous faisons.


  • Pascal L 8 décembre 11:19

    @njama
    Nous ne savons effectivement pas si le Jean apôtre est le même que le Jean de l’Evangile ou le Jean de l’Apocalypse, mais ces textes sont tout de même acceptés comme chrétiens par l’Eglise Catholique.

    Vous dites que la mort enferme l’individu dans le temps jusqu’à une résurrection. Il s’agit de la conception Musulmane du salut et cette conception était également présente dans le Judaïsme primitif.

    Dans les Evangiles, nous avons une autre présentation du salut. Nous avons par exemple l’épisode dit du bon larron ou Jésus déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » (Luc 23, 43) et celui de la transfiguration (Luc 9, 28-36). Ces épisodes nous montrent que le Paradis, c’est déjà maintenant. Moïse et Elie étaient vivants au premier siècle et la promesse au bon larron était pour le soir même. Nous avons ici une illustration de la parole de Jésus « Ma royauté n’est pas de ce monde » (Jean 18, 36), ce qui exclu un royaume de Dieu sur terre. Nous ne savons pas obtenir de nous même ce salut, il faut qu’il nous soit offert par le Christ qui a déclaré « je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jean 14,6)

    Le fait que ce salut ne soit pas terrestre est une bénédiction pour nous. Personne ne nous demande de purifier la terre de ceux qui n’y croient pas. Cette purification est la source de beaucoup de haine dans les idéologies messianistes, que ce soit le marxisme, le communisme ou certaines formes de l’Islam.


  • Pascal L 8 décembre 10:51

    @pipiou
    Si l’enfer existe sur cette terre, c’est à cause de la liberté des hommes. Faut-il supprimer cette liberté ?

    Nous pouvons choisir l’amour où la haine, cela ne dépend que de nous. Nous ne choisissons pas de souffrir, c’est la conséquence de nos choix et aussi du choix des autres et de la nature.

    Le Dieu qui se révèle dans la Bible se révèle par son amour. Le salut qu’il nous propose ne dépend pas de son jugement, mais de notre capacité à préférer cet amour à la haine.
    On peut toujours se plaindre que Dieu n’intervient pas lorsque la haine est présente, mais accepterions-nous son intervention lorsque nous haïssons ceux que nous désignons comme ennemis ? Ne pas intervenir peut aussi être considéré comme une marque d’amour.
    En fait, il ne faut pas penser qu’il n’intervient pas, mais c’est toujours dans la discrétion, en réponse à une prière et à la mesure de l’amour dont nous sommes capable.


  • Pascal L 3 décembre 09:51

    @Garibaldi2
    Ben non, le Christianisme ne professe pas l’inégalité des hommes et des femmes, ne refuse pas la liberté de conscience et n’affirme pas la prééminence des lois de Dieu sur les lois des hommes. Lisez donc les Evangiles. 

    1) La reconnaissance de la différence ne signifie pas l’inégalité. La vrai égalité est une égalité en droit. Il y a autant de saintes que de saints.
    2) la liberté de conscience est une condition sine qua non de l’amour que Dieu nous porte. Comment peut-on aimer sans avoir la liberté de le faire ?
    3) le Christ n’a enseigné que deux commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » (Matthieu 22, 37-40)
    Ces commandements ne se situent pas au même niveau que la loi ou la morale. De ces deux commandements découlent toutes les lois et les morales humaines, mais par amour, vous faites toujours plus que par obéissance aux lois ou à la morale. Les lois de la République sont la plupart du temps compatibles avec ces commandements et en cas d’incompatibilité il nous est demandé de rendre à César... Le royaume de Dieu n’est pas dans ce monde.


  • Pascal L 3 décembre 01:29

    @njama
    Vous les Musulmans pensez que pour faire un humain, il faut une copulation, mais quand vous ne comprenez pas, vous dites qu’Allah est tout puissant. Pour la naissance de Jésus, il vous est donc facile de penser que Dieu est tout puissant, qu’il peut bien faire ce qu’il veut et tant pis si vous ne savez pas comment il s’y est pris. Jésus est non seulement fils de Dieu, pleinement homme mais aussi pleinement Dieu. Pour les Chrétiens, Dieu n’est pas lointain. Jésus est accessible pour tout homme, même sans certificat de baptême. Il suffit juste d’accepter de se faire petit devant lui de se laisser pénétrer par son amour. Tous les jours, des millions de Chrétiens font cette expérience, ainsi que quelques personnes qui ne sont pas encore Chrétiens, mais qui le deviennent rapidement après une expérience d’amour qui transforme leur personnalité pour le reste de leur vie. Tous les jours, des chrétiens et d’autres qui lui font confiance se font guérir par le Christ. Il ne s’agit pas de guérisons de confort, mais plutôt de l’authentification d’un rencontre par un geste d’amour. On croise d’ailleurs souvent des Musulmans aux prières pour les malades et ceux qui se font guérir savent ensuite très bien qui est vraiment Dieu. Parce que nous pouvons le rencontrer, nous savons que le Christ est Dieu. Parce que nous pouvons le rencontrer, nous sommes sûr que personne n’a trafiqué les Evangiles ; il est bien celui qui est décrit dans ces textes.


    « et y-celui ne pouvait mourir sur la Croix... vu qu’un Dieu est (sauf erreur) Immortel » Vous en savez sans doute plus que Dieu lui-même... Jésus, pleinement homme est mort sur la croix et pleinement Dieu, il est ressuscité, ce qui nous permet de le rencontrer encore aujourd’hui.

    « que le Coran contredit depuis quatorze siècles » là au moins, on est d’accord. Mais vous ne pouvez démontrer que le Coran est incréé alors que nous pouvons démontrer que le Coran a été écrit sur une période de deux siècles (jusque vers 840, puisqu’il reste encore des traces des Mutazilites qui niaient l’incréation dans le Coran - ils ont été au pouvoir avec les califes abbassides jusqu’en 847 et 135 phrases ne peuvent avoir été prononcées par Allah), qu’il a été écrit par une cinquantaine d’auteurs (entre 30 et 100 pour être précis, c’est prouvé par un algorithme mathématique). La langue, l’écriture et les expressions du Coran indiquent une origine au Nord de la Syrie et partiellement en Perse, mais jamais sur le sud de l’Arabie. Alors, que le Coran contredise les Evangiles, cela ne nous émeut pas beaucoup et c’est votre problème, pas le notre.

    « En plus que de penser que le galiléen Jésus serait le Fils de Dieu, n’a visiblement pas améliorer aucunement le monde en vingt siècles ! » En fait beaucoup plus que vous le pensez. Mais si l’amour vient de Dieu, la haine est bien ancrée en nous. Si nous arrêtions d’invoquer Satan pour avoir de l’argent ou du pouvoir, les choses iraient beaucoup mieux. Jésus a toujours affirmé que son royaume n’est pas de ce monde. Dont acte. Si vous voulez y accéder, c’est facile, laissez tomber la haine et convertissez-vous à l’amour. La conversion à l’amour exige la liberté, donc notre monde continuera à porter de la haine jusqu’à sa destruction.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès