• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

PELLEN

PELLEN

Ingénieur de l'exploitation du parc nucléaire d'EDF, en retraite, ayant fait partie de l'Équipe Nationale de crise d'EDF, ainsi que de l'équipe de crise du CNPE de Cruas-Meysse ;
Actuel Président du Collectif pour le Contrôle des Risques Radioactifs (CCRR) basé à Toulon - Saint-Mandrier (83) ;
Porte-parole d'un collectif de cadres et d'ingénieurs retraités du nucléaire.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/04/2007
  • Modérateur depuis le 06/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 29 112 1613
1 mois 1 5 452
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • PELLEN PELLEN 9 février 08:13


    ...Et qu’on ne me sorte pas la tarte à la crème d’un nucléaire historique qui aurait été payé par les contribuables et, pire, continuerait de l’être : ceux qui feront l’effort de quérir la vérité aux bonnes sources, à celle de Marcel Boiteux, l’historique PDG d’EDF, par exemple, auront la confirmation que, non seulement, ce contribuable n’a jamais mis un centime dans la construction et dans l’exploitation de notre parc nucléaire mais qu’il en a été de même d’un consommateur qui continue de payer l’une des deux électricités les moins chères d’Europe… ce qui, hélas, ne durera plus bien longtemps !

     

    Bref, EDF contracta un gigantesque prêt bancaire sur le marché mondial, qu’elle remboursa en totalité, rubis sur ongle et sans l’appui de quiconque. Ça c’est une vérité historique concernant le trésor industriel national qu’on laisse aujourd’hui piller et ruiner par une idéologie millénariste parvenue à circonvenir les plus minables gouvernants que le pays n’a plus eu, depuis très longtemps. Or, ça, les Français vont le payer infiniment plus cher qu’ils ne le croient. Je leur donne rendez-vous dans seulement deux ou trois ans pour le vérifier.



  • PELLEN PELLEN 9 février 07:41


    Mais qu’attend-on pour mettre en place le marché de l’électricité on ne peut plus simple et on ne peut plus naturel consistant, au quotidien, à ne pas livrer en électricité nucléaire les Français qui n’en veulent pas ? Désormais, Linky le permettrait et il suffirait, pour ça, que les intéressés le déclarent à Enedis, en début d’année.

     

    Ainsi, hier vers 15 heures, ces gens, dont les zozos et les pastèques qui se répandent sur Agoravox font partie, n’auraient eu à se partager que 32 % de la puissance totale disponible (voir http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique), dont 4 % provenant d’une paraît-il prodigue et bon marché production éolienne que, bien entendu, on facturerait au vrai prix de revient à ces gens, et non aux clients nucléaires.

     

    Précisons, au passage, que ces 4 % d’éolien ne représentaient qu’environ 19 % de la puissance totale installée, en France, que, parmi les 32 % à disposition de ces gens, il y avait quelque 11 % de la production fossile qu’ils abhorrent tant…

     

    Je reconnais que, le plus clair du temps, tous ces gens auraient ainsi l’insigne privilège de jouir d’une sobriété du mode de vie tant vantée à longueur d’antenne par le démiurge mutimillionnaire Hulot et par le collapsologue Cochet, un mode de vie se caractérisant par l’art du savoir vivre en black-out…

    Pauvre France !

     

    Allez, à bon entendeur salut ! 




  • PELLEN PELLEN 7 février 15:22

    @nono le simplet

    Soyez sûrs que ces distingués contradicteurs seront les premiers à descendre dans la rue et à dévaster les vitrines de magasins  : c’est un argument d’une grande qualité technique qui, bien sûr ne tombe ni dans la dérision ni l’exagération et la prédiction triviale…
    Non, non, c’est un simple constat...

    Aucun nouveau contrat de construction d’une centrale n’a été signé dans le monde depuis fin 2016

    Sans doute, mais on ne vend pas des sites électronucléaires comme on vend des iPhones. 72 réacteurs en construction et 160 en projet, que vous faut-il ? Surtout lorsqu’on sait que les trois quarts de ce développement nucléaire se concentre dans les pays non membres de l’OCDE, Chine, Inde, Brésil, etc, et que, selon l’Agence Internationale de l’Énergie, d’ici 2040, la capacité mondiale d’électricité d’origine nucléaire devrait croître de 60 %...

     

    Je vous prédis donc que, au train où la France est partie, vers le milieu de ce siècle, elle achètera des surgénérateurs à la Chine, à la Russie… et peut-être même au US. Car, d’une certaine façon, vous ne croyez pas si bien dire en déclarant « le nucléaire ou l’âge de pierre »  ! Car ce que je dis là c’est la physique qui le dit et le fait dire par l’écrasante majorités des représentants des communautés scientifique et technologique : l’opinion hors sol n’a rigoureusement rien à faire, dans de telles considérations et dites-vous bien que, le moment venu, la France n’aura tout bonnement pas le choix ; elle ne l’a d’ailleurs déjà plus.

     

    Cela dit, une insolite constante ressort du torrent d’anathèmes qui m’est adressé, dont votre commentaire n’est pas exempt : l’absence totale de critique de fond de mon article. Que pensez-vous et que pensent mes contempteurs de ce que j’y dénonce ? Plus précisément, quelle électricité sont-ils et êtes-vous prêts à payer et jusqu’à quel prix ? Êtes-vous d’accord pour que l’État continue de subventionner à prix d’or – de l’ordre de 10 milliards d’euros par an – des éoliennes dont plus personne ne veut, en France, dont l’Allemagne a fait la démonstration que la production ne parviendra jamais à couvrir plus de 12 à 15 % de la consommation nationale et dont nous sommes nombreux à pouvoir vous démontrer que, techniquement, leur croissance met gravement en danger la stabilité du système électrique européen ?

     

    Enfin, continuez-vous d’accepter de financer ce subventionnement par un impôt CSPE qui représente désormais quelque 20 % de votre facture d’électricité… et dont l’augmentation de ce pourcentage est désormais dissimulée dans la TICPE que vous payez, en faisant votre plein d’essence ?!

     

    Ne vous en déplaise, c’est tout ça qui devrait intéresser nos lecteurs au premier chef et l’hypocrisie consistant le nier n’abuserait personne… 



  • PELLEN PELLEN 7 février 14:23

    @Shawford


    C’est dur, n’est-ce pas, de réaliser qu’on s’est fait pigeonner par ceux que l’on chérit, par la brillantissime ambassadrice des pôles en particulier, et, de ce point de vue, de n’avoir rien de sérieux à imputer à ceux que l’on abhorre !
    Cela dit, c’est toujours un plaisir de jouer la provoc avec les courageux anonymes comme vous donnant la terrifiante illustration de ce qui est en train de nécroser la société française : la croissance continue du nombre des imbéciles artisans de leur propre malheur…



  • PELLEN PELLEN 7 février 07:55

    Grugés, pour rester poli, et contents ! Ça en devient surréaliste ! Non seulement mes adversaires à la lecture des indigents commentaires d’une majorité d’entre eux, je ne peux pas les qualifier de « contradicteurs » font violence à leurs propres intérêts matériels, en pleine connaissance de cause (rassurez-vous, ils ne sont pas dupes !) mais, aveuglés par leur idéologie, ils encouragent leurs compatriotes à les imiter, les poussant à s’engager dans une fuite en avant vers la ruine des plus nécessiteux.

    Quand l’électricité française sera devenu un produit de luxe, ce qui n’attendra pas une quelconque alternance politique, soyez sûrs que ces distingués contradicteurs seront les premiers à descendre dans la rue et à dévaster les vitrines de magasins, à l’instar de ces premiers gilets jaunes réputés défendre le climat... en se répandant dans les villes pour réclamer l’abolition de la taxe carbone !

    À défaut d’arguments, ces adversaires se fendent d’une pathétique dérision et agitent frénétiquement le seul totem qui leur reste : la prétendue dangerosité du nucléaire. Pas de chance pour eux, les statistiques sont formelles et implacables : sur une période couvrant la deuxième moitié du siècle dernier, la production d’énergie nucléaire est celle qui a fait, et de très loin, le moins de victimes, par conséquent, qui se révèle incontestablement la plus sûre de toutes. Pour vous en convaincre, je vous engage à lire l’article au lien : https://www.causeur.fr/nucleaire-erwan-benezet-catastrophe-156243

    Pour le reste, si ces courageux adversaires ont quelques invective supplémentaire à m’adresser, il peuvent me trouver, avec quelques amis, à Fessenheim, le 22 février prochain, après-midi...

    André Pellen

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Fessenheim : une rançon électorale à 10 milliards d’euros




Palmarès