• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippe Bilger

Philippe Bilger

Aujourd'hui magistrat honoraire, j'ai exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la cour d'assises de Paris. Président de l'Institut de la parole, conseiller spécial au cabinet d'Alverny Demont & Associés. 
 
J'ai été amené à requérir dans un certain nombre d'affaires dont quelques-unes ont eu un fort retentissement médiatique : Christian Didier - l'assassin de Bousquet -, Philippe Naigeon, Bob Denard, Emile Louis, Maxime Brunerie, Michaël Freminet (victime : Brahim Bouarram), François Besse, Hélène Castel...
 
J’ai écrit également quelques livres, seul ou en collaboration :

 un "Que Sais-je" sur "Le droit de la presse"

 "Plaidoyer pour une presse décriée" aux Editions Filipacchi

 un roman : "Arrêt de mort", aux Editions du Félin

 avec Stéphane Durand Souffland, "Un avocat général s’est échappé" au Seuil

 avec Bruno Gaccio, "Le guignol et le magistrat" chez Flammarion

 "L’Honneur de la justice" chez Flammarion

 "J’ai le droit de tout dire" ed.du Rocher

"Etats d’âme et de droit" au Cherche-Midi (avril 2009)

avec Roland Agret, "Si on jugeait les juges ?" aux éditions Mordicus (le 15 octobre 2009)

Tableau de bord

  • Premier article le 03/01/2006
  • Modérateur depuis le 16/01/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 147 198 8612
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Philippe Bilger Philippe Bilger 7 janvier 2008 16:35

    Il peut évidemment s’en prendre au gouvernement sur l’état des prisons mais je ne suis pas sûr que celui-ci ne pourrait pas reconsidérer ses subventions si en permanence l’OIP attaquait la politique pénale de l’Etat. Une association sort alors de role. Pour améliorer la condition carcérale il n’’est pas nécessaire de vitupérer les lois en amont.



  • Philippe Bilger Philippe Bilger 7 janvier 2008 12:38

    Merci pour votre commentaire. Je pense que l’OIP a pour rôle de s’attacher à l’amélioration de l’univers pénitentiaire, et non de déterminer si la politique pénale mise en oeuvre par l’Etat et approuvée par le Parlement est bonne ou mauvaise. Accepter cela, c’est constituer l’OIP en opposant politique et lui faire perdre sa crédibilité, à mon sens.



  • Philippe Bilger Philippe Bilger 7 janvier 2008 12:32

    Merci pour votre question. A mon sens l’OIP a pour objet de s’attacher à l’univers pénitentiaire et à son amélioration, et non de déterminer, par une opposition systématique, de nature partisane,si la politique pénale mise en oeuvre par l’Etat est de nature ou non à le satisfaire. C’est avec cette limite que l’OIP demeurera crédible, à mon sens, et utile.



  • Philippe Bilger Philippe Bilger 7 janvier 2008 12:28

    Merci pour votre question. A mon sens l’OIP a pour objet de s’attacher à l’univers pénitentiaire et non de déterminer, par une opposition qui devient alors politique, si la politique pénale mise en oeuvre est de nature ou non à le satisfaire. Pour être audible par l’Etat, l’OIP doit demeurer dans son champ de compétence.



  • Philippe Bilger Philippe Bilger 29 décembre 2007 18:35

    Merci pour votre commentaire si fin psychologiquement et étatiquement parlant !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité