• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierrot

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 91 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Pierrot 12 octobre 12:40

    @michalac

    En 2018 et en 2019, la dépression économique était attendue par des économistes sérieux dont c’est le métier. Agoravox n’en a fait que l’écho.

    Quant à la soi-disant reprise, n’en ont vu des « signes » que ceux qui avaient intérêt à faire croire à sa venue prochaine. Une hirondelle ne fait pas le printemps, et le fait que l’Espagne ait repris provisoirement des couleurs n’a pas empêché la plupart des pays dans le monde, et particulièrement la France, de s’approcher encore plus de la dépression annoncée.

    Quoi qu’il en soit, la Covid-19 n’est qu’un événement passager dont l’impact réel restera limité en comparaison de la tendance socio-économique dictée par les choix politiques. Au train où vont les choses depuis ces dernières années, il est acquis que nombre de nos concitoyens ne connaîtront pas la retraite et que la majorité des autres ne toucheront qu’une pension ridicule, sans que la pandémie actuelle y soit pour grand chose. On constatera également que l’augmentation du chômage produite par les mesures sanitaires reste mesurée par rapport au niveau de chômage et de sous-emploi habituel.

    C’est donc sans surprise que les soi-disant « mesures de reprises » annoncées tant au niveau français qu’européen n’ont pas de véritables rapport avec l’amélioration de notre économie. Sur les 80 milliards d’euros que nous coûtera le plan européen, seulement 40 milliards nous reviendront, au mieux, si nous obéissons au diktat de la Commission (poursuite de la casse de notre système de retraite, notamment). Quand au plan national, la centaine de milliards annoncée concerne pour une grande part des dispositions qui étaient déjà prévues avant la pandémie, et pour le reste un saupoudrage très insuffisant au regard des véritables besoins.

    En d’autres termes, la Covid-19 est encore un faux prétexte pour nous soutirer de l’argent et pour continuer des réformes délétères.



  • Pierrot 9 octobre 12:47

    @Bendidon

    Mêmes lorsqu’elles sont clairement inadaptées, les mesures sanitaires sont prises en réponse aux conséquences d’une progression de la pandémie, notamment du débordement des services hospitaliers.

    De ce fait, les premiers responsables de la situation et des éventuelles conséquences économiques sont ceux qui, par leur comportement irresponsable et infantile, leur égoïsme ou le déni de réalité dont ils sont atteints, propagent le virus en bravant les quelques obligations ou interdictions qui ont une réelle utilité.

    Ceux qui hurlent aujourd’hui qu’on s’en prend à leur liberté parce qu’on leur impose de porter un masque (ce que font déjà habituellement les populations est-asiatiques dans des situations moins graves) ou qui se font « pipi dessus » en pensant à la baisse de leur niveau de vie, ont apparemment oublié la situation d’avant la pandémie.

    Il suffirait par exemple qu’ils relisent les articles d’Agoravox de 2019 pour se rappeler que l’effondrement de notre économique était attendu sous peu, et que le recul de nos droits et de nos libertés et la destruction de notre retraite étaient déjà au programme.

    La pandémie a bon dos : elle sert clairement de prétexte et/ou de bouc émissaire, y compris pour ceux qui en nient l’existence ou la gravité !



  • Pierrot 12 juillet 20:28

    @doctorix : mais on avait compris, c’est clairement indiqué dans l’article. Que cherchez-vous à démontrer ?

    À vous lire et à considérer vos arguments, il apparaît qu’ici, le manipulateur pervers, c’est vous. À moins que vous soyez juste con.



  • Pierrot 12 juillet 20:20

    @Ecureuil66 : « en ce qui me concerne les rares fois ou je suis rentré dans un hôpital public j’ai toujours vu des malades dans les couloirs..... »

    En ce qui me concerne je vais souvent dans les hôpitaux publics, et c’est la première années que je vois des morts entassés jusque dans les bureaux, les couloirs et les parkings, et des médecins laisser systématiquement mourir les patients de plus de 80 ans.

    Je crains que le conspirationnisme finisse par pousser certains dans le déni quant à l’existence et aux conséquences exceptionnelles de cette maladie.



  • Pierrot 16 juin 19:53

    @Ruut

    Reconnaissons plutôt que le directeur Raoult, grand ponte d’un des plus gros centres hospitalo-universitaire de France qui a reçu la plus grosse subvention publique de tous les temps, a mis à mal notre recherche médicale au moment le plus critique, juste pour se sauver la face et couvrir ses erreurs d’appréciation (erreurs dont il avait d’ailleurs pris l’habitude de nous gratifier depuis des années). Il faudra qu’on parle un jour des victimes qui ont succombé du fait des agissements délétères de ce mégalomane grassement payé par nos impôts.

    Concernant ce traitement à 12€, il n’aurait quoi qu’il en soit pas fait grand chose, comme ont pu le constater nombre de professionnels qui l’ont appliqué de façon systématique dans les hôpitaux français, et comme l’ont aussi découvert les Britanniques, notamment, qui se sont donnés la peine de le tester sérieusement (ce qui leur a permis de continuer à chercher des traitements réellement efficaces, qui ne soignent pas que les malades bien portants).

    Quant à l’économie, vous deviez vous rappeler qu’on avait annoncé son effondrement bien avant que débutent la pandémie et le « confinement ». Loin d’en être totalement responsables, ces événements ont surtout été les déclencheurs — et accessoirement les boucs émissaires — d’une récession attendue et dont l’ampleur trouve sa source dans les conséquences de la politique inique qui a été menée ces dernières décennies.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité