• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Taverne

Taverne

Mon essai philosophique publié en juin 2017.
Mon dernier album de chansons (gratuit) publié : La rosée (auteur des textes)
Poète, philosophe, auteur de nombreuses chansons (gratuites en écoute et en téléchargement : dernier album " VOIR 3 clips de mes chansons en vidéos / Mes autres chansons en collaboration
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/08/2010
  • Modérateur depuis le 28/10/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 268 7035 7360
1 mois 3 107 129
5 jours 1 26 50
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 259 246 13
1 mois 22 21 1
5 jours 8 7 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Taverne Taverne 24 novembre 18:34

    @Pierre Régnier

    D’accord. C’est bien noté. Nous en reparlerons donc à l’occasion.



  • Taverne Taverne 24 novembre 18:33

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    « Gouverné par PLUTON. » Ah, et donc pas par Jupiter ? smiley



  • Taverne Taverne 24 novembre 16:15

    @Pierre Régnier

    Mon erreur  ? Je n’en vois aucune. La vôtre, je la vois, elle est de m’exclure du débat comme illégitime parce que je ne veux pas me plier à votre définition de la laïcité.



  • Taverne Taverne 24 novembre 15:37

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Cela rejoint ce que vous avez écrit plus avant : que ce qui est juste dans l’être est ce qui lui permet de s’élever.

    Je pense que, pas plus que l’être ne peut se définir dans son essence, le juste, parce qu’il fait partie intégrante de l’être, ne peut se définir par essence. Mais le juste peut être défini dans ses manifestations : le fait d’élever l’être est l’une de ses principales manifestations.



  • Taverne Taverne 24 novembre 15:13

    @Zip_N

    Le vrai et le faux sont les déclinaisons du Juste dans le champ de la vérité :

    Est vrai ce que notre raison considère comme tel selon nos critères de vérité.

    Pour Descartes, est vrai ce qui ressort de la claire et distincte évidence dans notre conscience, après avoir mis la raison à l’épreuve de la méthode du doute actif. Le reste du vrai est du vrai qu’il nomme « morale provisoire » car il est tenu pour vrai en l’attente d’une preuve éventuelle de son exactitude absolue ou du contraire. Tout ce qui est ainsi validé comme étant vrai par la conscience, la science ou la connaissance, est juste : à savoir vrai selon nous.

    Le bien et le mal sont des déclinaisons du Juste dans le champ de l’utile et de l’agréable :

    Est bien ce que notre jugement déclare tel au regard de l’utilité que nous y trouvons et de notre intérêt personnel. Au contraire, est mal ce qui nous dérange dans la sphère de ce qui nous est utile et agréable. Le Juste - qui est au-dessus du bien et du mal - est capable de voir que les choses ne sont pas aussi binaires et de faire des nuances, mais il s’efface au profit des considérations utiles et agréables rattachées à ces valeurs.

    Ainsi vous pourrez juger qu’il est juste (au sens du bien) que vous déteniez une chose que vous ne devez qu’au hasard et en rien à votre mérite, et qu’il est juste pour vous de considérer que vous n’avez pas à la partager. Une fois qu’une chose nous est acquise, nous connotons sa possession avec l’idée de notre légitimité à la posséder. Nous pensons ainsi parce qu’il nous est utile et agréable de posséder ladite chose. Et même, plus la chose suscite d’envie et plus nous nous sentons légitime à la conserver en notre possession exclusive et sans partage. Les envieux sont le mal !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès