• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

VICTOR Ayoli

VICTOR Ayoli

Gaulois sans filtre,  homme des tavernes et de bonne volupté, épicurien convaincu nourri à la tétée d'octobre.
Accessoirement reporter de guerre au Viet-Nam, cuisinier à Bangkok, hippy à Goa, bûcheron dans les Pyrénées, plongeur sous-marin à Marseille, acheteur de peaux en Turquie, de pierres précieuses en Afghanistan, directeur de presse en Provence, etc.
Surtout fainéant robuste...
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/09/2014
  • Modérateur depuis le 20/09/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 438 584 17818
1 mois 7 4 249
5 jours 1 0 9
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 186 169 17
1 mois 2 2 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 31 janvier 21:17

    @CHALOT
    Pas de problème.
    Amitiés.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 janvier 16:52

    Ce coup d’État, ça pourrait ressembler à une franche rigolade s’il n’y avait eu près de 300 morts et, surtout, une répression terrible qui mène ce pays redoutable vers un régime dictatorial. Si les putschistes ont voulu stopper la dérive islamiste d’Erdogan et son autoritarisme, c’est raté. Leur action brouillonne conforte plutôt le pouvoir autocratique de ce mégalo qui se rêve en sultan d’un Empire ottoman ressuscité ! Leur action manquée suite à la descente dans la rue des partisans d’Erdogan semble prouver, au contraire, que celui-ci bénéficie d’un large soutien populaire – ce qui est vrai puisqu’il a été élu démocratiquement.

    D’après les images qu’on nous a montrées, les foules descendues dans la rue contre les troufions putschistes étaient surtout composées d’hommes, jeunes, souvent barbus. Bref, la frange radicale, islamiste du pays. Ça ne fait pas un soulèvement populaire global.

    Ce putsch ressemble à une embrouille menée par des incompétents, par les Pieds Nickelés du coup d’État ! Parce qu’en matière de coups d’État, l’armée turque a pourtant un indéniable « savoir-faire » ! Si bien que si l’on n’est pas trop naïf, on peut légitimement penser que ce putsch d’amateurs a été téléguidé par le pouvoir, organisé par quelques officiers manipulés à leur insu par Erdogan, réalisés par quelques milliers de troufions pas très motivés. S’ils avaient vraiment voulu, les putschistes seraient allés, avant tout, arrêter Erdogan qui était en vacances au bord de la Méditerranée, à Gokcek. Au lieu de ça, ils ont fait vrombir quelques avions dans le ciel d’Istanbul, ont envoyés quelques chars d’assaut sur les ponts et devant l’aéroport et fait diffuser un communiqué à la télé. L’autre, comme s’il s’y attendait, a téléphoné à une chaîne de télé privée, comme par hasard pas occupée par les Pieds Nickelés, et appelé ses partisans à descendre dans la rue au moyen de son téléphone portable. Mort de rire ! Ça pue la manip bien huilée !

    Mais enfin, il y a eu tout de même 260 morts. Mais est-ce que ça peut arrêter un dictateur, 260 morts ? Au contraire, ça donne de la crédibilité au putsch. Et c’est ce qu’on appelle dans le langage fleuri des « puissants » des dommages collatéraux… Maintenant, l’islamiste Erdogan a les coudées franches pour détruire toutes les avancées laïques d’Atatürk. Celui-ci, fondateur de la Turquie moderne, laïque, avait fait de l’armée la garante de la Constitution et de la Laïcité. Erdogan veut effacer tout ce qui reste de son illustre prédécesseur. Il a mené une purge gigantesque dans tout ce qui pouvait lui résister. L’armée est épurée comme il dit, de même que la magistrature. Ne restent que les officiers de son bord (montrant d’ailleurs leur incompétence dans leurs attaques contre les Kurdes de Syrie) et les magistrats qui lui font allégeance. Les autres sont embastillés par le fait du prince (enfin, du sultan), en attendant d’être passés par les armes, puisque ce grand démocrate envisage de rétablir la peine de mort. Quant à la presse, celle qui a le droit de s’exprimer est obligatoirement sous la coupe du pouvoir. Les journalistes les plus critiques sont tous en taule…

      Espérons que les évènements actuels vont définitivement stopper cette ineptie monstrueuse que serait l’entrée de la Turquie – et de ses 80 millions de musulmans – dans l’E.U.

    Erdogan yok taman !



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 25 janvier 22:37

    @velosolex
    Namasté !
    On s’est peut-être rencontré quelques part à Itanbul, Rhéran, Machad, Kaboul, Peshawar, Amritzar, Goa, Varanasi, Kathmandou... Bref sur la Route. Mes suédoises s’appelaient Mô et Gunilla... Ah ! Le « bang » de Varanasi, sur les bords du Gange. Et la Gandja de Goa. Et les masala dosaï de Maduraï, et... Puteng ! Le temps passe vite...
    « Sat striakal » comme disent les Sikhs.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 25 janvier 16:22

    @l’auteur
    ++++++ !



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 7 janvier 15:52

    Merci pour cet article rafraîchissant !
    Bonnes années.

Voir tous ses commentaires (20 par page)