• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

wangpi

wangpi

"Quelque critiques que puissent être la situation et les circonstances où vous vous trouvez, ne désespérez de rien ; c’est dans les occasions où tout est à craindre, qu’il ne faut rien craindre ; c’est lorsque l’on est environné de tous les dangers, qu’il n’en faut redouter aucun ; c’est lorsqu’on est sans aucune ressource, qu’il faut compter sur toutes ; c’est lorsqu’on est surpris, qu’il faut surprendre l’ennemi lui-même."
Sun Tse (L’Art de la guerre)

Tableau de bord

  • Premier article le 05/12/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 246 10
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • wangpi wangpi 1er septembre 2008 13:44

    @ zalka

    parce que c’est de la politique, palin ?

    je la vois plutôt comme un hochet de plus pour les enfants attardés qui attendent encore quelque chose de politique de cette pseudo-élection.



  • wangpi wangpi 30 août 2008 18:15

    bravo, excellent, fin et pertinent.
    les usa doivent aujourd’hui, peut-être, méditer cette loi : un état dans la gestion duquel s’installe de façon durable un grand déficit de connaissances historiques ne peut plus être conduit stratégiquement.
    dont acte.



  • wangpi wangpi 28 août 2008 16:26

    la "rédaction" d’agoravox n’ayant pas cru bon de me signaler que cet article avait été refusé sous le fallacieux prétexte d"’incitation à la haine etc." je le publie pendant quelques minutes, avant qu’il ne soit censuré, et je défie quiconque d’y trouver une attaque ad hominem, je donne mon avis personnel (et n’incite personne à le suivre)sur un système. je l’avais proposé dans la section trompeusement nommée "tribune libre".

    dont acte


    « L’amérique est le seul pays qui soit passé directement de la préhistoire à la décadence sans passer par le stade de la civilisation. »
    Cette assertion prend chaque jour un goût plus amer.
    N’allez pas mal interpréter ce billet. Je n’ai rien contre les américains, les gens, les citoyens. Ils sont à peu près comme partout, dans les mêmes proportions. Non, quand je dit « américain », je parle de l’oligarchie qui gouverne de fait ce pays, et place ses pions sur la scène planétaire des médias qu’ils ont créé, et où des marionettes jouent aux démocrates, en vidant de leur substance les mots de liberté, de démocratie, de respect, de progrès, de justice.
    Ainsi accepté ma définition du mot américain, je peux dire que je suis un anti-américain primaire. Tout ce que ce pouvoir représente et véhicule me dégoute. Sa ridicule prétention à diriger le monde ne m’a jamais fait rire. Sa « démocratie » n’en a que le nom : c’est une dictature sans foi ni loi. Et ils se permettent de donner des leçons ! Eux qui ont toujours soutenu les dictatures les plus infâmes, et dont la politique est la négation de toute forme d’humanité, ils sont le cancer qui tuera la planète, et ses habitants, après les avoir réduits à l’états de « cerveaux disponibles » à toutes les impostures . Leur religiosité macabre ne provoque même plus la moindre réaction au pays de Voltaire et des lumières.
    Et surtout, leur goût, qualité suprême à mes yeux, est de chiotte.
    Que la dictature soit le seul moyen de gouverner, je peux l’accepter, mais Laurent de Medicis, par exemple, a laissé au monde suffisament de merveilles pour que son héritage témoigne des ambitions de sa politique.
    L »amérique » ne laissera au monde que des emballages de nourriture génétiquement modifiée, des photos de pétasses refaites en silicone de la tête aux pieds, des pauvres par milliards,et du toc, partout, du toc.
    Leur puissance économique garantit la soumission des imbéciles qui n’ont que la consommation pour horizon, le progrès technologique vide de sens comme religion, le mépris des hommes et de la culture comme compensation à leur absence d’humanité et de culture.

    Et il existe encore des tarés capables de nous soutenir que c’est une démocratie ! On voit bien là l’attitude du chien battu qui vient, la queue entre les jambes, lécher la main qui tient le fouet. « Plus le maître est infâme, plus l’esclave est immonde », disait Beaumarchais ; et cette vérité n’a jamais été aussi criante qu’aujourd’hui, alors qu’il n’existe quasiment plus une seule voix publique pour, ne serait-ce que questionner la légitimité de leur violence (Merci Hugo Chavez).
    Quelle admiration de microcéphales pour ce maître ! Elle va bien à cette plèbe des vanités, toujours enthousiaste et toujours déçue. Sans goût parce que n’ayant eu de rien une expérience heureuse, et ne reconnaissant rien de ses expériences malheureuses, parce que sans goût, et sans courage.

    Les preuves de fraudes électorales ont beau se multiplier, la destruction de leur constitution avérée, il se trouvera toujours des petits agents pour crier haut et fort que « au moins, c’est une démocratie » !
    Dès mon plus jeune âge, j’ai éprouvé un profond dégoût pour ce pays et me suis juré de ne jamais mettre les pieds là-bas. Leur monde de pacotille, leurs valeurs de pacotilles, leur culture de pacotille, m’ont toujours laissé pantoi, à considérer l’attrait qu’ils provoquaient chez des européens pourtant élevés à l’aune de la raison et d’un passé glorieux.
    La réalité de leur impérialisme sans âme se manifeste dans le seul fait qu’ils sont les promoteurs inlassable de la « mondialisation », et qu’ils y ont converti la totalité des hommes politiques européens. Ils ont d’ailleurs fait vœu d’allégence à ce supra-pouvoir (voir le récent accord sur la fourniture aux usa des renseignements personnels sur les citoyens européens qui voyagent, même ailleurs qu’au usa !).
    Ce pouvoir qui a maintenant l’autorisation d’arrêter n’importe qui sur le globe, pour la seule raison que ce n’importe qui n’est pas d’accord avec leurs valeurs et leur politique (Est-ce que je ne risque pas moi-même de sombrer dans la paranoïa ?) !
    On peut construire un trône avec des bayonnettes, disait Talleyrand, mais on ne peux pas s’asseoir dessus, ajoutait-il…
    « Qui n’est pas avec nous, est contre nous ». Je ne veux pas être avec eux. Et ne suis même pas contre eux, cela m’obligerais à conduire des actions que je réprouve, étant un pacifiste convaincu, et ennemi de toute forme de violence.
    Je ne peux que les détester, profondément, et souhaiter que l’histoire leur donne tort. Ou plutôt l’attendre, car celle-ci ne s’arrête jamais, et cet empire s’écroulera comme les autres, rongé par ses propres contradictions, et renversé par la violence universelle qu’il aura contribué à nourrir, à entretenir, à augmenter.
    Ceci dit, j’ai beaucoup d’amis américains, j’ai même fait mes études avec eux. Je peux d’ailleurs affirmer que l’immense majorité des américains déteste son gouvernement, mais que comme partout ailleurs, il est baillonné, représenté par des médias aux mains des « experts », des familiers et des bouffons du pouvoir, et qui n’ « informent » que pour donner des ordres, déguisés en « informations ».
    « Il faut faire tomber les murs entre les peuples… » nous « informent » les médias, citant le nouvel élu de l’oligarchie américaine, se faisant ainsi sans vergogne les chantres de ce mondialisme qui dénie les peuples et leurs nations. Tout en nous faisant croire que c’est une juste continuation de la chute d’un premier mur, dont l’ignorant croit qu’elle a satisfait l’amérique alors que cela a été le coup le plus dur porté à son hégémonie sans réplique, celle-ci étant objectivement incarnée par le péril rouge…
    Mais enfin, le monde étant suffisament écervelé, et a qui on a menti aussi longtemps, et sur autant de sujets, sans aucune espèce de conséquence, avelera tout aussi bien le prix nobel de la paix de Gore que celui de Kissinger, le danger de l’Iran comme celui de l’Irak, bref tout ce qui est dicté par les nécessités du moment.
    Il acceptera sans mal tout ennemi qu’on lui désignera.
    Et ceux qui ne peuvent que constater, jour après jour, la grande maladie et la grande folie du monde, et qui savent hélàs que seule l’auto-destruction les gueriront ; ceux-là reprendront à leur compte cette formule : « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous. »



  • wangpi wangpi 28 août 2008 16:09

    la "rédaction" d’agoravox n’ayant pas cru bon de me signaler que cet article avait été refusé sous le fallacieux prétexte d"’incitation à la haine etc." je le publie pendant quelques minutes, avant qu’il ne soit censuré, et je défie quiconque d’y trouver une attaque ad hominem, je donne mon avis personnel (et n’incite personne à le suivre)sur un système. je l’avais proposé dans la section trompeusement nommée "tribune libre".

    dont acte


    « L’amérique est le seul pays qui soit passé directement de la préhistoire à la décadence sans passer par le stade de la civilisation. »
    Cette assertion prend chaque jour un goût plus amer.
    N’allez pas mal interpréter ce billet. Je n’ai rien contre les américains, les gens, les citoyens. Ils sont à peu près comme partout, dans les mêmes proportions. Non, quand je dit « américain », je parle de l’oligarchie qui gouverne de fait ce pays, et place ses pions sur la scène planétaire des médias qu’ils ont créé, et où des marionettes jouent aux démocrates, en vidant de leur substance les mots de liberté, de démocratie, de respect, de progrès, de justice.
    Ainsi accepté ma définition du mot américain, je peux dire que je suis un anti-américain primaire. Tout ce que ce pouvoir représente et véhicule me dégoute. Sa ridicule prétention à diriger le monde ne m’a jamais fait rire. Sa « démocratie » n’en a que le nom : c’est une dictature sans foi ni loi. Et ils se permettent de donner des leçons ! Eux qui ont toujours soutenu les dictatures les plus infâmes, et dont la politique est la négation de toute forme d’humanité, ils sont le cancer qui tuera la planète, et ses habitants, après les avoir réduits à l’états de « cerveaux disponibles » à toutes les impostures . Leur religiosité macabre ne provoque même plus la moindre réaction au pays de Voltaire et des lumières.
    Et surtout, leur goût, qualité suprême à mes yeux, est de chiotte.
    Que la dictature soit le seul moyen de gouverner, je peux l’accepter, mais Laurent de Medicis, par exemple, a laissé au monde suffisament de merveilles pour que son héritage témoigne des ambitions de sa politique.
    L »amérique » ne laissera au monde que des emballages de nourriture génétiquement modifiée, des photos de pétasses refaites en silicone de la tête aux pieds, des pauvres par milliards,et du toc, partout, du toc.
    Leur puissance économique garantit la soumission des imbéciles qui n’ont que la consommation pour horizon, le progrès technologique vide de sens comme religion, le mépris des hommes et de la culture comme compensation à leur absence d’humanité et de culture.

    Et il existe encore des tarés capables de nous soutenir que c’est une démocratie ! On voit bien là l’attitude du chien battu qui vient, la queue entre les jambes, lécher la main qui tient le fouet. « Plus le maître est infâme, plus l’esclave est immonde », disait Beaumarchais ; et cette vérité n’a jamais été aussi criante qu’aujourd’hui, alors qu’il n’existe quasiment plus une seule voix publique pour, ne serait-ce que questionner la légitimité de leur violence (Merci Hugo Chavez).
    Quelle admiration de microcéphales pour ce maître ! Elle va bien à cette plèbe des vanités, toujours enthousiaste et toujours déçue. Sans goût parce que n’ayant eu de rien une expérience heureuse, et ne reconnaissant rien de ses expériences malheureuses, parce que sans goût, et sans courage.

    Les preuves de fraudes électorales ont beau se multiplier, la destruction de leur constitution avérée, il se trouvera toujours des petits agents pour crier haut et fort que « au moins, c’est une démocratie » !
    Dès mon plus jeune âge, j’ai éprouvé un profond dégoût pour ce pays et me suis juré de ne jamais mettre les pieds là-bas. Leur monde de pacotille, leurs valeurs de pacotilles, leur culture de pacotille, m’ont toujours laissé pantoi, à considérer l’attrait qu’ils provoquaient chez des européens pourtant élevés à l’aune de la raison et d’un passé glorieux.
    La réalité de leur impérialisme sans âme se manifeste dans le seul fait qu’ils sont les promoteurs inlassable de la « mondialisation », et qu’ils y ont converti la totalité des hommes politiques européens. Ils ont d’ailleurs fait vœu d’allégence à ce supra-pouvoir (voir le récent accord sur la fourniture aux usa des renseignements personnels sur les citoyens européens qui voyagent, même ailleurs qu’au usa !).
    Ce pouvoir qui a maintenant l’autorisation d’arrêter n’importe qui sur le globe, pour la seule raison que ce n’importe qui n’est pas d’accord avec leurs valeurs et leur politique (Est-ce que je ne risque pas moi-même de sombrer dans la paranoïa ?) !
    On peut construire un trône avec des bayonnettes, disait Talleyrand, mais on ne peux pas s’asseoir dessus, ajoutait-il…
    « Qui n’est pas avec nous, est contre nous ». Je ne veux pas être avec eux. Et ne suis même pas contre eux, cela m’obligerais à conduire des actions que je réprouve, étant un pacifiste convaincu, et ennemi de toute forme de violence.
    Je ne peux que les détester, profondément, et souhaiter que l’histoire leur donne tort. Ou plutôt l’attendre, car celle-ci ne s’arrête jamais, et cet empire s’écroulera comme les autres, rongé par ses propres contradictions, et renversé par la violence universelle qu’il aura contribué à nourrir, à entretenir, à augmenter.
    Ceci dit, j’ai beaucoup d’amis américains, j’ai même fait mes études avec eux. Je peux d’ailleurs affirmer que l’immense majorité des américains déteste son gouvernement, mais que comme partout ailleurs, il est baillonné, représenté par des médias aux mains des « experts », des familiers et des bouffons du pouvoir, et qui n’ « informent » que pour donner des ordres, déguisés en « informations ».
    « Il faut faire tomber les murs entre les peuples… » nous « informent » les médias, citant le nouvel élu de l’oligarchie américaine, se faisant ainsi sans vergogne les chantres de ce mondialisme qui dénie les peuples et leurs nations. Tout en nous faisant croire que c’est une juste continuation de la chute d’un premier mur, dont l’ignorant croit qu’elle a satisfait l’amérique alors que cela a été le coup le plus dur porté à son hégémonie sans réplique, celle-ci étant objectivement incarnée par le péril rouge…
    Mais enfin, le monde étant suffisament écervelé, et a qui on a menti aussi longtemps, et sur autant de sujets, sans aucune espèce de conséquence, avelera tout aussi bien le prix nobel de la paix de Gore que celui de Kissinger, le danger de l’Iran comme celui de l’Irak, bref tout ce qui est dicté par les nécessités du moment.
    Il acceptera sans mal tout ennemi qu’on lui désignera.
    Et ceux qui ne peuvent que constater, jour après jour, la grande maladie et la grande folie du monde, et qui savent hélàs que seule l’auto-destruction les gueriront ; ceux-là reprendront à leur compte cette formule : « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous. »



  • wangpi wangpi 28 août 2008 15:51

    15h50, le texte est coupé au début, censure ?
    bien sûr qu’agoravox pratique la censure.
    un texte de 10 lignes n’est pas refusé pour "nécessité d’approfondissement", et ce texte n’apparaît pas (au vu des commentaires qui font références à des phrases invisibles).

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Culture Art Cinéma Livres - Littérature

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité