• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

yoda

yoda

Je n’ai pas 26 ans. Je n’habite pas le Liechtenstein. Je ne suis pas titulaire d’un DEA d’arbre en plastique. D’ailleurs, je ne suis pas avocat bien que je n’ai jamais voulu devenir tourneur-fraiseur. Je ne sais point ce que c’est que le web2.0. A ce jour, je n’ai pas encore publié une centaine d’articles sur Agora-Vox et ce n’est pas près d’arriver.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 191 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • yoda yoda 1er octobre 2008 12:31

    Qu’est ce que vous avez contre le metier de pute ? Aguicher, se vendre, exploiter, etre exploite, l’argent facile, profiter de la detresse d’autrui, ca ressemble a beaucoup de metier...
    Ce metier avec celui de banquier symbolisent la derive marchande de l’humanite... C’est un constat, une analyse, pas une invective...

    Bien a vous,



  • yoda yoda 1er octobre 2008 10:49
    Heureux de vous revoir dans le coin.

    "Certains banquiers sont comme les barons de Cosa nostra. Ils démarrent soldati, montent en grade. Capodecina, consigliere. Pour finir : capo dei capi. Ils agissent mais ne parlent pas. L’omerta est la règle. La discipline dans les deux cas est militaire. Je ne parle pas des chefs d’agence ou des petits banquiers. Eux ce sont des soldats. Je parle de leurs généraux. Je parle des types à la tête des banques. Le crime est à l’intérieur de nos sociétés. À l’intérieur des banques."

    Certes, mais sans soldats pas de generaux, et nous sommes tous quelque part les soldats ou les victimes consentantes de ce systeme. Si on arrete -collectivement- de thesauriser, de consommer et produire des conneries, d’avoir de l’ambition, de speculer etc..., le systeme se cassera la gueule de lui-meme.

    Bref, revenons au troc :)

    Bien a vous,


  • yoda yoda 27 septembre 2008 05:58

    On peut etre aisement d’accord sur le constat de l’extreme gauche :
    "le capitalisme fonce droit dans le mur et relacher l’accelerateur ne suffira pas a eviter l’impact".

    Le probleme est que si ce systeme capitaliste est le produit de notre humanite avec tous les egoismes que cela impose, comment nier un systeme sans nier l’humanite qui en est la source...

    L’extreme gauche (et la gauche en general) a toujours eu du mal a se depetrer de se paradoxe. Pour resoudre ce paradoxe, elle a du construire la theorie de "l’egoisme de classe". Seuls les classes dominantes sont egoistes, il suffirait donc d’eliminer ses classes dominantes (au sens propre comme au figure).
    Le probleme est que l’ego-isme (qui nourrit les rapports d’exploitation et de dominance dans les deux sens) est la chose la plus partagee. Chacun etant dirige par un dictateur (plus ou moins sanguinaire ou bienveillant) qui s’apelle l’ego. Si chaque individu n’a pas fait la revolution en lui-meme, a quoi bon la faire chez les autres ou dans un systeme...
    Et quand on voit comment les egos se donnent a coeur joie dans les lutte de pouvoir dans les partis de gauche ou d’extreme gauche, je me dis qu’il y a encore du chemin pour qu’une reelle alternative voit le jour...



  • yoda yoda 27 septembre 2008 05:15

    Je souscris completement !!! J’ai commencer la fumette a 6mois pour me sevrer du bibron, regardez la tete que j’ai maintenant :( !



  • yoda yoda 27 septembre 2008 02:17

    Bonjour Le peripate, 	 	 	 	 	

    A) Vous nous affirmez que le capitalisme et la liberte (concept creux) ont sorti l’homme de la pauvrete. Permettez moi d’en douter. Si la figure de la pauvrete est le mendiant, alors toutes les epoques ont produit de la pauvrete... Si la pauvrete est quelque chose de subjectif, demandez a un indien d’une tribu amazone ou a un nomade berbere si il se considere pauvre... Selon cette definition, il est clair que le capitalisme et la societe de consommation produit de la pauvrete en produisant du “manque”...

    B) Vous citez :

    “Mais je suis profondément convaincu que tout système régulier, permanent, administratif, dont le but sera de pourvoir aux besoins du pauvre, fera naître plus de misères qu’il n’en peut guérir, dépravera la population qu’il veut secourir et consoler, réduira avec le temps les riches à n’être que les fermiers des pauvres“

    Cette citation de Tocqueville pourrait se resumer en gros ainsi “ce n’est pas en infantilisant et deresponsabilisant l’exclu qu’on l’aide, d’autant plus que c’est une perte d’energie (d’argent) pour les riches”.

    Tocqueville pointe en effet une possible deviance d’un systeme infantilisant. Mais il n’est pas forcement question d’infantilisation dans le traitement de la pauvrete mais d’aide concertee et constructive. Sachant aussi qu’il existe beaucoup d’autre deviances du systeme bien plus actuelles et problematiques qui poussent les gens dans la pauvrete et l’exclusion.

    Permettez moi donc de transformez cette citation de Tocqueville :

    Je suis profondément convaincu que tout système régulier, permanent, administratif, dont le but sera de promouvoir la reinsertion du pauvre, fera decroitre leur misère, plutot que d’agiter le pauvre en eventail pour obliger les moins pauvres a n’etre que les fermiers des plus riches“

    Bien cordialement,

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité