• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de taktak

sur La torture deviendrait-elle un système de management au ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

taktak 12 avril 2013 13:35

Eric, vous êtes comiques.
Il suffit de voir le bien être des salariés du technocentre de Renault par exemple. Vous ne connaissez visiblement absolument pas la façon dont fonctionne l’administration.

S’agissant du MEDDE, ce ministère qui reprend les missions de l’Ex Equipement est en train d’être démantelé pour confier la quasi totalité de ses prérogatives au privé. La pression des majors du BTP, des ingénieristes privés encouragés par le dogme de la concurence libre et non faussée a eu raison de ce service public
Ce service public a doté la france d’infrastructures performantes et placé le pays comme un leader dans le domaine des transports, du génie civil et de l’aménagement des territoires. En récompense de cette efficacité indéniable, ses agents vivent actuellement le démantellement de ses services, avec une réduction drastique des effectifs la suppression de ses missions et des réorganisations incessantes depuis 10 ans.

Par exemple, la gestion des routes a été confiée en quasi totalité au conseil généraux qui externalisent massivement et le réseau concédé est sans cesse en augmentation, l’état ne gardant que les parties les moins rentables (routes à forts trafics où on ne peut pas mettre de péages). La décentralisation a conduit au démantellement des structures déconcentrées, et les dogmes de l’UE capitaliste au retrait de l’ingénierie publique, de la maitrise d’oeuvre, du conseil et de l’expertise technique pour faire la place aux prestataires privés. Rappelons que ces derniers se plaignaient de ne pouvoir lutter avec les tarifs du publics jugés pas assez rentables pour eux !

Pour conduire ce démantèlement ultra rapide, sous le paravent de la RGPP puis de la MAP et avec la mascarade du grenelle de l’environnement, il a fallu -comme pour france telecom - employer les grands moyens. C’est à dire s’attaquer aux travailleurs de ce ministère.
Des mutations comme il a été décrit dans cet article, il y en a eu des milliers et il s’en prévoit encore des milliers. Pire, il y a en continu la négation des métiers et des missions de service public, détruisant les savoirs faire, méprisant les compétences et laissant les agents dans le flou faute de pouvoir leur annoncer de nouvelles missions alors que le but et de faire disparaitre. En vérité, la situation s’assimile à un gigantesque plan social qui ne dit pas son nom. Et dégouter les fonctionnaires n’est pas le moindre des moyens pour faire maigrir les services ou leur faire accepter des réorganisations imbéciles.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès