• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Aristide

sur Un BUG numérique ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Aristide Aristide 30 novembre 2017 06:59

@goc


Voilà donc que l’on pourrait développer FACILEMENT un programme unique installable sur différentes machines. Une petite remarque tout de même, s’il est vrai que un code identique peut être installé sur différentes plateformes, c’est par le biais de ce que l’on nomme des « machines virtuelles », en Java la JVM. Ces machines virtuelles limitent largement l’accès aux ressources de base de la machine réelle et de son système. Tous les informaticiens crétins savent que ces machines virtuelles fonctionnent dans un « bac à sable » en gros une vision limitée des ressources de la machine réelle.

En d’autres termes, la portabilité des applications, portabilité c’est le nom utilisé pour cette possibilité d’être installé sur des plateformes techniques quelconques, oui donc cette portabilité se fait TOUJOURS au détriment de l’accès aux ressources réelles.

Maintenant, si un dessinateur de talent se transforme en spécialiste de l’internet et de la sécurité informatique pour des besoins de crédibilité de son oeuvre, il n’y a pas grand chose à dire.

Par contre, reprendre sans aucune distance ces propos de circonstances pour essayer de faire peur avec cette notion de bug global est non seulement assez simplistes mais aussi très cotre productif. Il existe de vrais risques que la plupart des usagers ne traitent pas ? Un exemple simple, la sauvegarde de leurs données privées, photos, ... Les plus consciencieux font des sauvegardes de temps en temps sur des supports externes, mais très peu les stockent à des endroits différents. 

Si à mon avis le risque d’un bug global est infiniment faible, je partage votre opinion sur la vulnérabilité de sites vitaux qui pourraient faire l’objet d’attaques virales, de services, ... Toutefois, ces techniques d’attaques sont connues et parées par des couches de sécurité de plus en plus restrictives.

PS : On parle d’internet comme outil de propagation, ce qui est vrai, mais il faut savoir que toutes les grandes entreprises disposent de réseaux privées, dédiés qui ne sont pas en connexion avec internet. C’est la règle minimale de tous les SI des grandes entreprises. On pourra attaquer et mettre out par internet un site Web d’une grande entreprise, il en est tout autrement de l’accès au coeur du SI ....

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès